Comics·East & West·Nouveau !·Numérique

Savage #1

esat-west
Comic de Clay Moore, Clayton Henry et Lewis Larosa
Bliss (2018) – Valiant (2016), série en cours.

Traitement habituel chez Bliss: descriptif du contenu et crédits et début d’album, galerie de couvertures et analyse de la répartition du travail entre scénariste, dessinateur, encreur et coloriste en fin d’album. Très jolie couverture « sauvage » qui montre le talent de Lewis Larosa

Il y a quinze ans un avion privé s’écrase sur une île déserte. A son bord la famille d’une célébrité du football. Et sur l’île, une faune sauvage… des dinosaures, mais pas que!

Savage n’aurait pu s’intituler autrement tant l’ensemble du projet est porté par le titre. Avec les deux talentueux dessinateurs habitués de Valiant Lewis Larosa (Bloodshot Salvation) et Clayton Henry (Harbringer wars), Bliss nous propose avec  ce faux one-shot – une suite est annoncée en fin d’album – un exercice de style pour l’enfant qui subsiste dans ces dessinateurs et leurs lectures pulp d’alors… Cet album est la variation de Valiant du thème « dinofighting » ou celui de la terre intérieure qui a fait les beaux jours des BD pulp de la première moitié du XX° siècle et du Shanna de Frank Cho

Résultat de recherche d'images pour "savage larosa"L’histoire est simple et (comme souvent chez Valiant) alternée entre maintenant et avant qui permet de changer de dessinateur. Le trait classique et élégant de Clayton Henry appuie la relative normalité du début et le sentiment de contrôle, et tranche avec les sections de son comparse, utilisant allègrement un découpage atypique pour illustrer la violence, la sauvagerie, la folie du jeune survivant devant déployer d’autant plus de rage pour compenser sa nature humaine face aux féroces reptiles. L’album Rocher Rouge critiqué récemment utilisait également cette technique classique du thème du naufragé sur une île (pas) déserte sur une d’un basculement progressif de la normalité à l’horreur. Le gros point fort de cet album est donc sa partie graphique, vraiment impressionnante, tant par le style des auteurs que par leur capacité à s’adapter pour exploiter totalement le média BD pour transcrire une ambiance qui se passe souvent de dialogues. Les scènes de combat du héros contre les dino sont réellement impressionnantes de dynamisme et de rage, notamment via des cases au détour indispensable au dessin. Je découvre Lewis Larosa après Bloodshot et je crois qu’aucun dessinateur ne m’a autant impressionné dans son découpage depuis Olivier Ledroit.. Le principal regret est que le tome soit si court et ne permette pas de développer la vie sur l’île, l’utilisation des dinosaures (certains passages rappellent le mythique Gon). La partie post-apo avec les hommes est un peu plus faible mais permet une ouverture sur la suite qui permettra de donner une vraie stature à ce projet en le sortant du seul plaisir coupable de dessinateurs qui jouent avec leurs jouets.

Cet album (un peu court) est donc une vraie réussite, sans grande ambition mais qui parvient grâce à une intrigue simple et un découpage général très talentueux à donner de l’enjeu à cette chasse continue et se paie le luxe de poursuivre le jeu, avec on l’espère, la même équipe aux manettes!

Un colloque a eu lieu en 2015 et donné lieu à un magnifique article sur le thème du dinosaure dans l’imagerie populaire, avec des centaines d’images et références.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

badge-cml

Publicités
BD·Guide de lecture·Numérique

Méta-Baron

La trouvaille+joaquim

BD de Jerry Frissen et Valentin Sécher
Humanos (2015), premier cycle terminé, série en cours.

couv_257296La série Méta-Baron (titre tout de même très feignant… et qui a du en perdre plus d’un, dont moi) est la suite directe de la Caste des Meta-Barons, série mythique aux superbes dessins de Juan Gimenez et qui a permis à Jodorowskyni plus ni moins de donner vie aux concepts développés pour son projet mort-né d’adaptation de Dune au cinéma (et dont l’excellent documentaire Jodorowsky’s Dune donne une vision à faire baver tous les amateurs de SF…). Ce film et son univers hantent l’auteur chilien depuis plusieurs décennies et ce qui a été développé pour la saga du Méta-Baron (personnage apparu dans l’Incal avec Moebius) a ceci de fascinant qu’il est à la fois totalement issu de l’imaginaire de Frank Herbert mais en constitue une réinterprétation qui en projette l’essence dans des dimensions à la fois cosmiques et ésotériques. Couverture de Méta-Baron -2- Khonrad l'Anti-BaronUne digestion positive en somme.

A ce titre la saga de la Caste, constituant le socle visuel de cet univers, portait les folies visuelles et parfois WTF typiques de Jodo, au risque de lasser le lecteur. Les planches de Jimenez permettaient de donner une saveur organique à ces planètes, créatures et personnages, qui convenait totalement à l’imaginaire malsain du scénariste, mais l’on finissait par se perdre dans les méandres œdipiens, psychanalytiques, primaux et sadiques de l’auteur de l’Incal. Jodorowsky possède là du matériau pour des dizaines de séries, ce dont il ne se prive pas puisque l’univers a donné naissance à Castaka (avant la Caste), les diverses séries issues de l’Incal, et les Technopères.

La série Méta-Baron propose au travers de six diptyques (qui devaient originellement être dessinés par un dessinateur différent) les aventures du Méta-Baron, le guerrier ultime, sans adversité possible, chargé par son Totem de sauver l’univers de la destruction. Bon, dit comme ça, ceux qui ont lu la Caste se diront que l’univers est un multivers et qu’il a déjà failli être détruit plein de fois…

Résultat de recherche d'images pour "meta-baron sécher"Le Méta-Baron a vaincu l’empire et détruit Planète d’or. Dégoûté par sa destinée et la violence de l’univers, il a décidé qu’il ne tuerait plus. Or bien vite l’empire renaît de ses cendres et les péripéties de ses puissants amènes les attentions à se porter sur Sans-nom, le dernier Méta-Baron dont la disparition devient un objectif…

Le premier arc se concentre sur ce qui ressemble le plus au mal personnifié: Wilhelm-100 est un généralissime de l’armée impériale Techno-Techno, qui n’a jamais connu la défaite et n’aime rien de plus que faire souffrir et tuer. Pour le malsain à la jodo on part donc sur de bonnes bases. Heureusement les auteurs savent garder le plus violent hors champ et Résultat de recherche d'images pour "meta-baron sécher"contrairement à nombre de scénarii de Jodorowsky, ne se complaisent pas dans le sadisme (même si la série reste très violente). Le dessin absolument sublime (que ce soit en crayonné, en encrages ou en colorisation) de Valentin Sécher donne une matière à cet univers spatial et réussi le tour de force de dépasser ses pères en faisant de son intervention sur le Méta-Baron (probablement avec celle de Travis Charest)  les plus belles planches réalisées pour la saga. J’avais très fortement hésité à prendre son Khaal, première BD publiée du dessinateur tant les dessins m’avaient impressionné. Ici il confirme qu’il sait tout dessiner, le mouvement, les expression (le visage de Wilhelm respire une telle folie qu’il n’est pas besoin des textes pour comprendre qui il est), les vaisseaux bien sur. Sécher est en train de travailler sur un tome de la série Conan chez Glénat et j’ai très hâte de voir ce que cela donne dans un univers fantasy!

Dans ces deux tomes on voit donc très peu le Meta-Baron et le personnage principal est clairement le méchant et sa créature, le nain génial Tétanus. Les auteurs sont su recréer l’univers de Jodorowsky et l’absence du maître est finalement une bonne chance car cela permet de « normaliser » un peu ces histoires qui, sans être devenues grand public, deviennent plus classiques je trouve. Résultat de recherche d'images pour "meta-baron sécher"Du reste les ambiances space-opera nous placent dans ce qui se fait de mieux avec Star-Wars et l’on prendrait goût à toute une série de one-shot sur des personnages dérivés de cette création. Le format en double album est enfin une très bonne chose (je l’ai déjà dit souvent sur ce blog, c’est a mon sens le format idéal, permettant la construction d’arcs successifs dans une série plus large).

Je ne m’attendais clairement pas à un album de cette qualité et craignais le réchauffé. Bien sur le dessin de Sécher y est pour beaucoup, mais comme on dit, le dessin fait lire l’album, le scénario donne envie de continuer. Et c’est le cas ici!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-lebadge-cml

East & West·Guide de lecture·Nouveau !

Bloodshot – intégrale

esat-west
Comic collectif,
Bliss (2018) / Valiant, 904 pages.
couverture-bloodshot-integrale_aja-1-600x922

La très grosse intégrale (50€ les 900 pages, on peut dire que c’est rentable!) de Bliss comics comprend les séries Bloodshot, Harbringer wars, Bloodshot & H.A.R.D corps et un épisode d’Archer et Armstrong. L’agencement des séries permet de suivre au mieux l’intrigue croisée entre différentes publications. Personnellement je ne suis pas fan de celle choisie quand on connaît la qualité de ce qu’ont produit des illustrateurs de renom (genre Esad Ribic…), mais bon, c’est une histoire de goûts. Très chouette travail d’éditeur qui fait oublier les quelques coquilles de relecture. A noter que l’album contient le crossover Harbringer wars que j’avais critiqué ici, mais la version de cette intégrale est plus complète. Enfin, pas moins de 70 pages de planches n&b, de couvertures alternatives, croquis etc et comme d’habitude en fin d’ouvrage un guide de lecture ordonné pour progresser dans les publi Valiant. Du tout bon.

Résultat de recherche d'images pour "bloodshot"Cette intégrale est sans doute ce que j’attendais, ce qui me manquait depuis ma première lecture d’un album Valiant. Ce qu’il y a de frustrant dans les comics c’est l’impression d’avoir toujours loupé un épisode tant les fils sont éparpillés en une multitude de publication. C’est le cas chez Valiant donc, mais avec le gros avantage d’un univers plus restreint, d’un nombre de héros moindre et par conséquent d’une possibilité de proposer un fil conducteur. Et bien ce fil conducteur c’est cette intégrale, qui réussit le pari de nous faire rencontrer progressivement, étape par étape les différents protagonistes de l’univers Valiant: le Projet Rising Spirit (une black op américaine qui a mis en place notamment le supersoldat Bloodshot), la fondation Harbringer du psiotique (mutant) Toyo Harada, le H.A.R.D. corp (des soldats modifiés pour recevoir des capacités spéciales et envoyés contrer les mutants de Harbringer). Ne sachant pas jusqu’ici par où commencer mes lectures Valiant, je peux vous l’annoncer: c’est par Bloodshot qu’il faut démarrer.

Résultat de recherche d'images pour "bloodshot"Outre cette démarche pédagogique appréciable, le personnage de Bloodshot est vraiment chouette à suivre. Sorte de mélange de Wolverine (pour le côté bourrin increvable) et XIII (pour l’amnésie et la manipulation de l’armée), on apprend finalement assez vite que sa véritable identité n’est pas le sujet de la série: le projet PRS et le supersoldat Bloodshot sont anciens ; la problématique est finalement plus celle de la part d’humanité restant (on se rapproche de Ghost in the shell) et de la capacité vengeresse de ce monstre envers ceux qui l’ont exploité. On a bien sur le côté fun et assez crado du bonhomme qui se fait démanteler et prends des balles en pleine poire sans jamais mourir. Mais ce sont les motivations et la psychologie relationnelle de Bloodshot qui le rendent original et intéressant à suivre, dans une intrigue somme toutes assez bourrin et simple (une chasse à l’homme et assaut des forteresses des grands antagonistes de Valiant). Le personnage est devenu un électron libre, un tueur au passé sans âme découvrant l’humanité dans un monde où il n’y a ni cause juste ni héros. Du tout puissant Harada au PRS en passant par le H.A.R.D corps (équipe d’humains optimisés grâce à des capacités empruntées aux psiotiques, centrale dans l’intrigue de Bloodshot), tout le monde justifie ses exactions et ses morts et personne n’est sympathique.

Résultat de recherche d'images pour "harbinger wars"L’intrigue suit des sauts temporels (en avant/en arrière) mais retombe toujours sur ses pattes et l’on sent juste un besoin de se plonger dans la foulée dans l’intégrale Harbringer pour combler la seule petite lacune de l’intrigue.

Graphiquement comme d’habitude chez Valiant une ligne cohérente est tenue avec maximum trois styles graphiques et aucun mauvais dessinateur dans le tas. C’est plutôt joli, toujours précis avec quelques planches vraiment fortes visuellement. Les encrages sont très réussis notamment et les (nombreuses) séquences d’action sont très efficaces. Étant donné le sujet, les scènes sanglantes voir gore sont assez fréquentes, âmes sensibles s’abstenir.Présenter un Bloodshot en lambeaux n’est pourtant pas l’objectif des scénaristes qui visent plutôt à développer ses relations tantôt avec des psiotiques (Harbringer wars), tantôt avec des humains (HARD corps).

Résultat de recherche d'images pour "bloodshot HARD corp"A la fin de la lecture on pourra avoir un petit sentiment d’inachevé (un peu comme pour la série XIII) car peu de révélations sur le passé de Bloodshot sont venues. C’est me semble-t’il plu l’objet de la suite Bloodshot Reborn et Bloodshot Salvation, dessinée par l’excellent illustrateur de X-O Manowar , que Bliss vient de sortir.

Si vous voulez tous les détails de l’univers Valiant je vous invite à aller jeter un œil à l’antre des psiotiques, blog dédié à ces comics.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

BD·La trouvaille du vendredi·Rétro

La trouvaille du vendredi #18

La trouvaille+joaquim
BD de Stan et Vince
Delcourt (1993-2003), 9 volumes de 46 p. Série finie. Disponible en trois intégrales.

Série lue pour partie en format papier, pour partie en numérique.

couv_199557Vortex vous emmène dans un retour vers le futur, celui d’une époque où Delcourt et Soleil étaient encore deux éditeurs jeunes et dynamiques qui dénichaient de jeunes auteurs qui allaient former l’armature de ce que la BD franco-belge produira de meilleur dans le genre fantastique (Soleil était alors axé principalement sur la Fantasy et Delcourt sur la SF). L’époque des débuts de Lanfeust, de la première série de Mathieu Lauffray, d’Aquablue (Vatine) et où chez d’autres éditeurs Thorgal commençait juste le cycle de Shaïgan, Largo Winch et Aldebaran naissaient et Bourgeon entamait son cycle de SF…

1937: une expérience militaire s’apprête à bouleverser l’Histoire! Le premier voyage temporel va être lancé… Las, pendant l’opération deux énigmatiques terroristes interviennent et dérobent les plans de la machine avant de s’enfuir à une époque éloignée. L’agent spécial Campbell et la belle Tess Wood vont se jeter à leur poursuite et découvrir le sombre destin de l’humanité à différentes époques…

Vortex fut une série à succès qui lança la carrière du duo Stan et Vince (récemment vu avec Zep sur la BD érotique Esmera). Depuis les deux zozo sont allé faire des albums trash avec Benoit Delepine chez l’Echo des savanes. Leur première série est un peu plus sage mais y pointe déjà (bien qu’il s’agisse d’une série grand public) leur goût pour l’extrême, entre les formes très plantureuses de l’héroïne et de la méchante Ziprinn, les déformations corporelles ou les explosions de cervelles. Si les caractéristiques visuelles des auteurs la démarque du lot, Vortex n’en reste pas moins une BD de SF pulp assez classique dans son scénario et son traitement. A noter que Stan et Vince travaillent réellement à quatre mains, sur l’histoire et les dessins, leur style étant pratiquement interchangeable (ils se partagent d’ailleurs le dessin sur les premiers albums avant de travailler réellement en doublon sur la suite).

Résultat de recherche d'images pour "vortex stan vince"Le premier intérêt de cette série est son concept de départ: les quatre premiers albums forment une même histoire croisée vue du point de vue de Tess Wood ou de Campbell. Cela permet des contorsions cérébrales pour le lecteur afin de suivre la ligne temporelle de l’intrigue avec des séquences identiques vues d’autres plans… en outre les modifications du continuum espace-temps arrivent bien entendu très vite, provoquant des paradoxes tels que l’apparition de deux Campbell! Je ne vais pas spoiler plus loin mais perso j’adore ces histoires de voyage dans le temps et toutes les hypothèses qui en découlent. Comme on est dans une série 100% pulp, les incohérences ne posent pas de problème. Je remarque que la série devait vraisemblablement se clôturer à la seconde saison et a été prolongée sur une troisième époque dans le Londres victorien steampunk qui a sa propre unité et pourra se lire séparément, même si l’on n’a pas lu le début de la série.

Les héros sont donc des super-clichés: Campbell est l’archétype du super agent-secret blond, musclé, increvable et vaguement macho. Tess est une femme des années 40 à la fois bombe sexuelle ne se laissant pas faire et faible créature soumise aux aléas des intrigues. Le méchant veut évidemment dominer le monde et tuer à peu près toute la population au passage, les créatures mécaniques sont souvent des arachnoïdes tout droit sorties de la SF des années 50 (genre « guerre des mondes ») et le futur voit une société orwellienne où une élite riche écrase une plèbe œuvrant dans des mines pour le bien de leurs maîtres. Le dessin de Stan et Vince est parfois brouillon dans les plans larges mais les visages sont très réussis et le tout porte globalement la marque des séries de BD d’aventure classiques entre Jacques Martin, Jacobs et les pulp américains. On a par contre une évolution graphique à la troisième époque, dû notamment il me semble à de la colorisation numérique qui adoucit les traits assez hargneux des auteurs. Un saut qualitatif également puisque le dessin, correcte sur l’ensemble et très bon par moment, devient beaucoup plus régulier et de qualité sur le dernier cycle. Encore une fois c’est cliché, daté, rétro, mais terriblement sympathique! En outre, les couvertures sont vraiment superbes et plongent totalement dans cet univers avant d’avoir ouvert les albums.

L’intrigue est un peu tordue et se résume essentiellement à une course poursuite pour sauver Tess puis pour attraper le méchant. Si la première époque se déroule dans une unité de lieu (le futur), la suite promène les héros sur plusieurs époques pour revenir à l’origine du problème et permettant de voir dinosaures, Adolf Hitler ou les Egyptiens… En passant, les auteurs abordent de nombreux thèmes autour du démiurge prométhéen (les religions, la création de l’homme, l’influence de l’Histoire) ce qui, sans être d’une originalité folle, enrichit ce récit d’action et d’aventures. Résultat de recherche d'images pour "vortex stan vince"L’on sent à mesure de l’avancée de la lecture que le scénario initial a probablement été modifié en fonction du succès de la série puisque d’une histoire de conspiration politique assez poussée dans les premiers tomes, l’on dévie ensuite vers un apocalypse scientifique beaucoup plus global et du pure cyberpunk victorien sur la troisième époque. Vortex respire la vitesse, que ce soit dans la dynamique du dessin ou dans l’enchevêtrement des intrigues. On aurait sans doute apprécié que les auteurs s’engouffrent encore plus dans les problématiques de paradoxe temporel et prolongent le concept des aventures croisées des deux héros (qui est exploité en début de série et en fin). Mais la série reste un excellent moment d’aventure rétro, honnête dans son ambition et toujours percutante dans ses visuels même s’ils n’ont rien de révolutionnaire. Je gage que cette lecture, si vous vous laissez tenter vous donnera envie de (re)découvrir la bonne SF Delcourt des années 90’s et d’observer les débuts d’auteurs aujourd’hui confirmés. Vortex démontre que lorsque les auteurs français se lancent dans du pulp les comics n’ont plus grand chose à nous apporter…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

Comics·East & West·Numérique·Service Presse

Skybourne

esat-west

Comic de Frank Cho
Delcourt (2018)/ Boom!s studios 2016, 133 p., comprend les épisodes 1-4 de la série US, en cours.

 

couv_333070Ah Frank Cho! Cet artiste est pour moi un truc fascinant, inatteignable, improbable… Je connais depuis pas mal de temps sa séries Liberty Meadows, Shannah et son amour des jolies filles pêchues mais je n’avais pas eu l’occasion de lire un album entier. Est-ce que le passage de l’illustration à la BD ne perdrait pas de la qualité, comme c’est souvent le cas? La précision anatomique des mouvements, la clarté de son trait et de ses encrages en font un de mes dessinateurs favoris, aussi je me suis précipité par cet album, le premier entièrement réalisé par l’artiste.

Niveau fabrication, on a un gros volume format comics avec reprise des couvertures des fascicules originaux et galerie de couvertures alternatives comme le font souvent les américains. Rien à redire ni à souligner.

Après sa résurrection, Lazar eut trois enfants portant le patronyme de Skybourne. Immortels, ils combattent le mal depuis deux-mille ans. Lorsqu’un étrange magicien s’en prend à l’un des membres de la fratrie, Thomas Skybourne est contraint de sortir de sa retraite et de se remettre au service de l’organisation occulte qui protège l’humanité des monstres. Le combat sera violent, rageur, cru…

Résultat de recherche d'images pour "cho skybourne"Allons droit au but: Skybourne est un petit miracle et une grosse claque dans la gueule! Pas étonnant qu’il soit édité aux Etats-Unis par l’une des petites maisons s’exonérant des réminiscences du Comic code authority: ça saigne et ça parle un langage de charretier (… mais étonnamment pour cet amateur de jolies filles il n’y a à peu près pas de nénés!). Car Frank Cho a la grande qualité d’être directe et de se faire plaisir en même temps qu’il nous fait plaisir. Comme quelques rares films au cinéma parviennent à trouver la pierre philosophale entre le plaisir coupable et la qualité artistique, Skybourne nous propose une révision du mythe arthurien à la mode « pain dans la gueule » en la personne de Grace Skybourne. La bimbo jure tout ce qu’elle peu (on appelle ça « badass » de nos jours…), étripe, désarticule ou tranche du dragon pour le petit déjeuner avec un froncement de sourcil permanent. Il ne faut pas enquiquiner la donzelle! Cela donne lieu à des séquences d’action d’une lisibilité folle, d’une élégance superbe et très loin du politiquement correcte. J’y ai retrouvé un peu de la passion primale que Toulhoat mets dans ses BD.

Résultat de recherche d'images pour "skybourne"Pour équilibrer cela son grand frère Thomas est d’un caractère posé, organisateur, mais tout aussi increvable, ce qui lui permet de faire du plane-jump sans parachute, de se réchauffer avec des bombes atomiques ou de faire digérer un dragon… Si le premier épisode de la série ne nous montre pas le troisième Skybourne on peut supputer que Cho en garde sous le coude pour les prochains volumes. Les cent-trente pages filent à deux-mille à l’heure dans un impressionnant équilibre scénaristique. Soyons clair: Skybourne est une BD d’action façon blockbuster mais qui instille rapidement plein de bribes d’informations sur l’univers. Pas de temps d’exposition, on entre sans aucun temps mort dans l’intrigue et l’on comprend (je parlais de lisibilité graphique, elle est aussi scénaristique) très bien qui est qui et ce qu’il se passe dans ce monde occulo-technologique. On pourra alors dénoncer une vision caricaturale mais n’est-ce pas le propre des albums de genre et d’action? L’équilibre entre maintien du mystère et avancée de l’action est remarquable. L’auteur a clairement pris le parti de mettre dans une grosse BD qui fait « boom » tout ce qui lui plait (… et qu’il dessine tellement bien): des immortels, des militaires, une organisation occulte dotée de moyens infinis, l’implication du Vatican, des dragons, minotaures et autres sirènes, des mafieux turcs et des bourre-pif qui ne se finissent pas qu’avec un coquard…

Résultat de recherche d'images pour "cho skybourne"Bien entendu (on est chez Frank Cho) le personnage le plus attrayant est celui de Grace Skybourne, bourrine au possible, plastiquement sublime, tête de cochon et sans peur. Le personnage de Dorison sur Red Skin reprenait clairement les grandes lignes de l’héroïne « Choïenne », pour notre plus grand plaisir. A côté d’elle son frère désabusé par sa vie immortelle n’arrive pas à se concentrer pour contrer la menace. Très charismatique également, il est entouré d’un cardinal très moderne (sic), d’un général bourru et d’un méchant très puissant en la personne de Merlin! Si les traces arthuriennes sont très ténues (on espère que la série prendra le temps de développer le background), l’idée de rattacher l’époque moderne à un Merlin passé du côté obscure est très bonne.

Résultat de recherche d'images pour "skybourne cho"Que dire du dessin de Cho? Si vous ne connaissez pas vous risquez de tomber amoureux de son trait (très subtilement colorisé)! Le bonhomme sait tout dessiner et sa pratique de longue haleine du format strip (sur Liberty Meadows) lui permet d’insérer nombre de scènes très drôles reprenant les codes de ce format.

Skybourne est une grande réussite dans un esprit « sale gosse » que j’ai adoré et où j’ai beaucoup ri. Ce n’est pas très fin, le langage est très fleuri (et les échanges verbaux très drôles du coup), l’immortalité permet à l’auteur de faire joujou avec ses personnages et on se régale autant à la lecture qu’aux images. Skybourne est pour moi l’un des gros plaisir BD de cette année 2018!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

 

Comics·East & West·Service Presse

Harbringer wars

esat-west
Comic de Justin Jordan, Patrick Zircher, Clayton Henry, Pere Perez
Bliss comics (2016), 122 p. Inclus en version papier dans l’intégrale Harbringer.

353526-_sx1280_ql80_ttd_

Précision nécessaire: ce billet porte sur le recueil du crossover Harbringer Wars, situé dans l’univers des comics Valiant. Il n’est a priori disponible sous cette forme qu’en version numérique (lu pour ma part avec la participation de la plateforme Iznéo). L’intégrale Harbringer éditée en version papier (et critiquée chez Xander) comporte ces épisodes.

J’avais expliqué dans mon billet sur The Valiant comment j’ai découvert les publications de cet éditeur qui m’était totalement inconnu il y a quelques mois. Après la très bonne surprise de ma première lecture, que donne ce volume abordant le thème des psiotiques?

La société de sécurité privée Rising Spirit travaille pour le gouvernement américain au développement d’armes non conventionnelles, comprenant le projet de super-soldat Bloodshot et les programmes de développement des capacités psiotiques (pouvoirs psychiques divers) au sein de la fondation Harbringer, dirigée par le puissant psiotique Toyo Harada. Soudain le rouage se grippe lorsque plusieurs équipes s’échappent dans le Nevada, mettant Las Vegas à feu et à sang, obligeant le gouvernement à intervenir…

Résultat de recherche d'images pour "harbinger wars"A chaque nouvelle immersion dans un comic Valiant l’envie d’aller plus loin se fait sentir. L’aspect nouveauté probablement, mais aussi la cohérence de cet univers imbriqué et la richesse de personnages vraiment intéressants alors qu’ils semblent au premier abord des redites d’Iron man pour les uns, des X-men pour d’autres,… Or chacun de ces personnages, de ses pouvoirs est vraiment original dans l’univers des comics et l’aspect adulte (pas mal de passages bien gores, notamment lors des combats éreintants du soldat increvable Bloodshot qui le retrouvent tantôt crane à nu, tantôt les articulations retournées ou éventré…) ajoute à l’intérêt de cette série.

Autre point très positif, les dessins. La petite équipe créative de Harbringer wars a un niveau moyen plus que correcte et certains (je pense au premier épisode en couleurs numériques directes) proposent des planches vraiment belles. Surtout, le changement d’illustrateur correspond toujours à un changement d’époque ou de réalité (certains personnages communiquant par l’esprit), ce qui n’abîme pas la lecture et se justifie pleinement.

Résultat de recherche d'images pour "harbinger wars"

La trame du scénario est également très intelligente: il s’agit du récit du PDG de Rising Spirit, la méchante multinationale financée par un gouvernement peu regardant sur le caractère éthique de ses activités, auprès d’un comité restreint de la sécurité nationale. Le récit d’un fiasco, de l’échec de docteurs Frankenstein incapables de garder le contrôle sur des armes vivantes qui peuvent devenir très dangereuses… Tout cela nous donne un paquet bien ficelé, joli, parfois amusant et souvent fun.

Cependant je tempérerais mon enthousiasme sur le côté brouillon de l’affaire, qui retrouve les reproches souvent faits aux comics des deux grands  éditeurs DC et Marvel: entre les nombreux personnages, équipes de super-héros, le novice aura du mal à s’y retrouver. Ainsi si le texte explique à chaque fois ce que fait untel ou untel, on a parfois du mal à s’y retrouver (ce que font les Renegades de Peter Stanchek dans le coin par exemple?). L’impression d’arriver au milieu de la bataille sans avoir eu l’itinéraire précédent. Le fait de proposer l’arc de 4 volumes en un seul livre n’était peut-être pas une si bonne idée de l’éditeur, ceux qui découvrent les psiotiques préféreront se plonger dans l’épaisse intégrale Harbringer qui inscrit chronologiquement les événements des différentes séries en comblant donc les trous.

Résultat de recherche d'images pour "harbinger wars"La lecture de cet épisode reste néanmoins un très bon moment qui m’a permis de retrouver le super-cool Bloodshot que l’on adore se voir faire refaire le portrait et de faire connaissance avec le charismatique Toyo Harada (qui est un peu ce que serait devenu l’Akira d’Otomo en grandissant) ou cette jeune psiotique qui matérialise les dinosaures de dessin-animé qu’elle a vu à la télé et qui font des dégâts réels autour d’eux… En attendant une prochaine lecture Valiant!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

BD·La trouvaille du vendredi·Rétro·Service Presse

La Trouvaille du vendredi #11

La trouvaille+joaquim

Rocher rouge,
BD d’Eric Borg et Michaël Sanlaville
Casterman (2009) collection KSTR, 117 p. Album ressorti en 2018.

Couverture de Rocher rouge - Tome 1

Une bande de jeunes, enfants de riches, vont passer trois jours sur une île déserte. Trois jours de farniente, d’aventure, de drague… Sauf qu’une légende raconte que ce Rocher rouge serait le territoire du terrible Maboukou croqueur de têtes…

La définition d’une série B c’est un thème éculé mais prenant, traité avec conviction… Rocher rouge est donc bien une série B, illustrée par un collègue de Bastien Vivès et dotée des mêmes qualités graphiques que ce dernier: avec un trait grossier, cartoonesque, simpliste, il parvient à créer un dessin paradoxalement très précis par son évocation du mouvement, du bruit et des regards. Derrière des atours de dessin rapide c’est très technique (notamment sur les anatomies). Les personnages sont ceux d’un film d’horreur classique: un couple pas si stable que cela, des lesbiennes, un puceau, un costaud… et des filles en bikini. Tout cela sur une plage de sable fin avec un monstre qui rode et un rationalisme forcené des héros. Le décors est planté.

Résultat de recherche d'images pour "rocher rouge sanlaville"Et lorsque les personnages et le thème sont familier, ce qui fait prendre la mayonnaise c’est le rythme. Ça tombe bien puisque cet album est édité par la collection KSTR de Casterman qui se présente comme la collection « du mouvement et des jeunes auteurs ». Cet album ne vise pas à l’esthétique mais bien (comme ceux de Vivès) le dynamisme, les effets comiques ou terrifiants. Les auteurs, comme dans un film, jouent donc très efficacement sur les cadrages et utilisent la déformation des corps comme des effets optiques ou pour produire un style dessin-animé, comme si la persistance rétinienne pouvait être remplacée par la mémoire graphique du lecteur. Et ça marche! Les pages s’enchaînent, rythmées par les dialogues et le mouvement. Les dessins et les scènes sont sexy juste ce qu’il faut, les personnages attachants pour certains, détestables pour d’autres et l’on attend avec impatience le premier mort et la confrontation avec le monstre. Résultat de recherche d'images pour "rocher rouge sanlaville"Du coup l’album se lit d’une traite sous des couleurs numériques éclatantes et provoque une petite frustration tant on est pris par les aventures violentes de cette bande. Le scénariste a sorti un second album avec un autre dessinateur, pour ceux qui voudront prolonger l’aventure.

Les auteurs parviennent à nous surprendre avec ce scénario pourtant attendu, d’abord par la frénésie des enchaînement des scènes, des dialogues (on passe d’un thème, d’une blague à une autre), mais surtout par une fin vraiment bien vue et totalement inattendue. On aimerait une prolongation, que l’on prenne plus de temps passé sur cette plage en compagnie de cette joyeuse bande, mais cela aurait sans doute été au détriment de ce dynamisme donc, et l’on fait confiance aux auteurs tant le résultant est enthousiasmant. Attention, comme tout film d’horreur c’est gore et brutal. Mais le dessin permet que cela ne soit très vivable pour peu que l’on ne craigne pas le genre.Résultat de recherche d'images pour "rocher rouge sanlaville"

Personnellement j’ai passé un excellent moment sur la plage du Rocher rouge et n’attend qu’une adaptation ciné qui pourrait donner un autre regard. J’ai bien envie de lire la suite mais cela dépendra beaucoup du dessin qui me semble moins efficace, et je vais prospecter les albums de Sanlaville qui m’a contre toute attente (comme Vivès) conquis.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1