Comics·Service Presse·Nouveau !·East & West·****

TMNT #18: New-York, ville en guerre, 1ere partie

Dix-huitième volume de la série, par Tom Waltz, Kevin Eastman et Dave Wachter. Sortie le 07/12/2022 aux éditions HiComics.

Merci aux éditions Hicomics pour leur confiance.

Peur sur la ville

Dans le tome précédent, les quatre frères ninja faisaient face à la Force de Protection de la Terre, menée par le redoutable et retors Agent Bishop, qui a lancé un assaut d’ampleur sur l’île de Burnow, où étaient réfugiés les derniers Utrom ainsi que les Tricératons et les Mutanimaux. Bishop disposait alors d’un atout de taille, à savoir le contrôle total du mutant Slash, ami des Tortues et membre des Mutanimaux.

Après une bataille sans merci, Slash s’est sacrifié pour sauver ses amis, dans un dernier moment de lucidité. La poussière étant à peine retombée, il est temps pour les mutants et leurs alliés de panser leurs plaies et d’entamer le deuil de leur ami. Mais le répit est un luxe que les braves ne peuvent s’accorder, surtout avec des ennemis de la trempe de Bishop.

Pourtant, un calme relatif règne à New York, surtout depuis que Maître Splinter a repris les rênes du Clan Foot. Loin de la tyrannie sanguinaire de Shredder, Splinter a su imposer un status quo en négociant avec les clans mafieux et le crime organisé, usant d’intimidation tout en limitant au maximum le recours à la violence.

Malheureusement pour nos héros, Oroku Karai, la petite-fille de Shredder, revient réclamer son dû, à savoir le contrôle du Clan Foot. La tenir à distance ne sera pas chose aisée, surtout que les TMNT doivent toujours gérer la menace de la FPT, et de bien d’autres ennemis qui trament leurs propres machinations dans l’ombre. Seront-ils de taille face à cet ultime défi ?

Que dire, si ce n’est que la tension monte crescendo dans ce 18e volume de TMNT. Après une bataille épique contre la FPT, voilà que toutes les lignes convergent vers les quatre frères mutants, qui doivent se battre sur plusieurs fronts à la fois. La guerre entre Karai et Splinter pour le contrôle des Foot est le noeud central de l’intrigue, à quoi vient s’ajouter le conflit contre Bishop, ce qui donne un rythme effréné et des situations de plus en plus tendues.

Les combats et les courses-poursuites désespérées pour sauver des amis n’empêchent pas la caractérisation des personnages de se poursuivre, on sent bien l’implication des auteurs dans le devenir de leurs petits poulains mutants. Attention toutefois, il est conseillé, pour apprécier cet arc final de la série, d’avoir une connaissance sinon intégrale, du moins suffisamment fournie du reste de la série, sous peine de se sentir un tant soit peu perdu. Vous serez prévenus !

***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

The Last Ronin

Histoire complète en 224 pages, issue de l’univers TMNT. Au scénario, Kevin Eastman et Peter Laird, accompagnés de Tom Waltz. Parution aux éditons HiComics le 16/11/22.

Merci aux éditions Hicomics pour leur confiance.

Bad Future

Les liens qui unissent les clans Hamato et Oroku sont des liens de haine, de vengeance, et de trahisons, des liens qui perdurent après la mort. Après le meurtre de Hamato Yoshi et de ses quatres fils par Oroku Saki et le Clan Foot lors d’une lutte intestine en plein Japon féodal, le vieux maître et ses enfants sont réincarnés des siècles plus tard, au XXIe siècle à New York, en un rat et quatre tortues.

Ces animaux en apparence inoffensifs sont ensuite capturés et utilisés comme cobayes par Baxter Stockman, qui teste sur eux les propriétés étonnantes du Mutagène. Un accident de laboratoire plus tard, et voilà nos héros transformés en Splinter, et ses quatre disciples tortues, Léonardo, Raphael, Donatello et Michelangelo. Leurs aventures les ont opposés à la résurgence d’Oroku Saki, alias Shredder, ainsi qu’aux ninjas du clan Foot, mais également à des mutants en tous genres et des aliens venus d’autres dimensions. Mais comment finira ce combat acharné contre le mal ? Et jusqu’où ira la vendetta entre les Hamato et les Oroku ?

C’est la réponse que The Last Ronin tente de nous apporter, en nous transportant dans un des futurs possibles de la franchise. Le Clan Hamato a été décimé par les multiples combats auxquels ils ont du faire face, seule une des Tortues poursuit encore la croisade contre les Foot. Mais que peut faire le dernier Ronind face à tous ces ennemis ?

Au départ, l’identité du dernier survivant de notre quatuor préféré nous est inconnu. Muni d’un bandeau noir et des quatres armes signatures, il parle épisodiquement avec les fantômes de ses frères, qui sont conservés en hors-champ ou eux aussi munis de bandeaux noirs, de sorte qu’on ne peut les distinguer. L’album s’ouvre sur une mission suicide, un raid désespéré contre le quartier général des Foot, désormais dirigés par Oroku Hiroto, le petit-fils de Shredder. Après un premier échec cuisant, notre dernier Ronin va découvrir une ville qu’il n’avait pas arpentée depuis des décennies, et retrouver le peu d’alliés qui lui restent.

La première chose à savoir sur The Last Ronin, c’est que cette histoire était prévue par Kévin Eastman et Peter Laird, les créateurs des Tortues, à l’époque où leurs aventures débutaient chez Mirage Comics (ça date!). Il s’inspire donc du ton d’origine de la série, qui, sous ses airs de parodie des travaux de Frank Miller, avait un fond plutôt sombre. Ici, l’ambiance est crépusculaire et ne manquera pas de rappeler The Dark Knight Returns du fameux Miller, avec des éléments dystopiques et un ton désespéré.

Ce saut dans le temps nous plonge dans un univers déprimant en nous montrant, chapitre par chapitre, les tragédies qui ont frappé les héros, et, pour certains d’entre eux, la vacuité de leurs sacrifice, ce qui ajoute encore à l’amertume du scénario. Le choix du survivant parmis les Tortues, selon le point de vue que l’on adopte, peut être soit surprenant, soit inévitable, au vu de leurs personnalités bien distinctes.

Entre les flash-backs (qui reprennent le style initial des TMNT) et les bastons épiques et sanglantes, les auteurs glissent une réflexion bien amenée sur la vengeance et le deuil, sans oublier la famille de choix que l’on s’érige au travers des épreuves.

Considérée indépendamment de la série en cours (chez IDW aux US, chez HiComics en France), cet album est donc une vraie réussite, qui nécessite certes de connaître l’univers des TMNT, ou du moins ses personnages principaux, mais qui n’exige pas une connaisance étendue de toute la continuité de la série, qui d’ailleurs n’est pas respectée à la lettre. Ce Last Ronin est donc une sorte de What If ?, plus sombre et amer que la série principale, mais qui a le mérite de toucher du doigt l’esprit initial de la franchise.

***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

TMNT Micro-Séries: Villains

Anthologie comprenant huit histoires courtes liées à la série Teenage Mutants Ninja Turtles d’IDW Publishing. Publication française assurée par HiComics le 19/10/2022.

Merci aux éditions Hicomics pour leur confiance.

History of violence

C’est bien connu, on mesure la grandeur d’un héros à l’aune des dangers qu’il affronte. Et c’est d’autant plus vrai pour les Tortues Ninja, qui font face à pléthore d’individus peu fréquentables pour protéger New York, et parfois le monde, de dangers mortels. Après 17 tomes d’affrontements et de guerres en tous genres, il était temps de s’intéresser à certains des plus farouches adversaires de nos reptiles mutants.

Parmi les personnages ayant droit à un spotlight dans ce numéro spécial, on trouve bien sûr Shredder, mais aussi Bebop et Rocksteady, Karai, Alopex, Krang, bien évidemment, et d’autres moins connus tels que Hun, Old Hob ou Baxter Stockman.

Shredder, le maître cruel et incontesté du Clan Foot, est mort il y a des siècles, avant d’être ressuscité à l’ère moderne par sa descendante Karai. Mais où était-il durant tout ce temps ? En Enfer, où il a du se battre à chaque seconde pour ne pas être englouti dans les flammes ardentes de l’oubli et de la rétribution.

Bebop et Rocksteady, quant à eux, sont deux malfrats décérébrés et maladroits que le clan va transformer en redoutables mutants. Quand on a le pouvoir mais pas la jugeotte pour s’en servir, il n’y a qu’à bien se tenir. Krang, quant à lui, est un conquérant interdimensionnel qui n’a de considération que pour son désir de conquête. Mais comment en est-il arrivé là ? Et si ses souhaits de domination étaient avant tout… un désir de reconnaissance ?

Il en va de même pour Baxter Stockman, le génie scientifique contraint de travailler pour Krang. Comment tirera-t-il son épingle du jeu, et qui lui a inculqué cette soif de vaincre ? Old Hob est un vieil ennemi des Tortues et de Splinter, mais il a plus en commun avec eux qu’il ne le pense. La jeune Karai cherche à laisser son empreinte dans l’histoire du clan foot. Mais pour assurer l’avenir, elle va devoir se replonger dans le passé. Même chose pour Hun, qui n’accepte pas le déclin et refuse de rester sur la touche, raison pour laquelle il va se compromettre avec les Foot.

Ce hors-série nous montre, chapitre après chapitre, une facette inédite des adversaires des TMNT. Perspective rafraichissante, qui permet d’en apprendre plus sur un certain nombre d’ennemis parfois laissés de coté. Les histoires courtes, rapides à lire, s’intercalent entre certains numéros de la série, indiqués en fin de chaque chapitre pour plus de lisibilité, la continuité étant désormais telle qu’il peut être ardu de s’y retrouver.

L’aspect anthologique reste appréciable, même si certaines histoires revêtent un intérêt mitigé par rapport à d’autres. Il est à noter que le passage sur Shredder sera extrapolé en fin d’année dans le one-shot Shredder in Hell.

Ce hors-série TMNT sera donc réservé aux fans complétistes de la série, qui ont à cœur d’approfondir leurs connaissances de son univers foisonnant.

***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

The Cape: Fallen

Dernier volume tiré de la nouvelle éponyme de Joe Hill et dessiné par Zach Howard, parution chez Hicomics le 24/08/22.

Trois jours à tuer

Si vous connaissez Eric Chase, alors vous connaissez son sordide destin, influencé par la cape magique qui lui octroie le pouvoir de voler. Après une jeunesse marquée par un grave accident, Eric mène une vie morne marquée par l’immobilisme et l’alcool. Comme de nombreux autres avant lui, Eric va trouver les causes de sa médiocrité dans des causes externes, à savoir son accident, bien sûr, mais aussi son frère, à qui il se compare sans cesse, ou encore Angie, sa petite amie, et enfin sa mère.

Lorsque Angie met fin à leur relation, Eric retourne chez sa mère et retrouve par hasard sa cape fétiche, celle avec laquelle il fit la chute qui bouleversa sa vie. En enfilant le bout de tissu rabougri par les années, Eric découvre son véritable pouvoir: la cape donne à celui qui la porte le pouvoir de voler !

Mû par ces nouvelles opportunités, Eric en profite non pas pour devenir une meilleure version de lui-même, mais au contraire, pour laisser s’exprimer ses impulsions les plus noires. Impossible d’en dire davantage sans spoiler, mais on peut d’ores et déjà faire confiance ) Joe Hill pour nous faire frissonner.

Après le premier tome de The Cape, est sorti The Cape 1969, qui comptait les mésaventures du père d’Eric au Viêt Nam. Cette partie donnait un début d’explication au pouvoir de la cape éponyme, mais demeurait dispensable dans l’ensemble. En revanche, l’histoire principale comportait une zone d’ombre, un laps de temps durant la descente aux enfers d’Eric qui demeurait secret. Et bien, Fallen se charge de nous narrer le déroulement de ces trois jours inconnus.

Après un premier évènement tragique causé par l’homme volant, ce dernier prend la fuite pour se réfugier dans un endroit familier, une cabane où son père l’emmenait passer du temps lorsqu’il était petit. Mais à sa grande surprise, l’endroit est occupé par un groupe de rôlistes, amateurs de jeux de rôle grandeur nature. Ces derniers, excités à l’idée d’accueillir un nouveau joueur, ne se doutent pas qu’ils viennent d’inviter dans leur partie la personnification du mot problèmes.

Hill poursuit l’exploration des recoins sombres de la figure anti-héroïque avec Fallen, en nous montrant comment Eric, alors qu’il se voit présenter une chance de se racheter et de réfléchir à l’horreur de ses actes, franchit une nouvelle fois le Rubicon en cédant à ses tendances homicidaires. Car ne vous y trompez pas, si The Cape était une déconstruction de l’origin story des super-héros, alors Fallen est immanquablement un slasher. Le groupe d’innocents, avec le geek, le sportif, l’empotée, l’ingénue et la final girl, la cabane isolée et les meurtres au compte-gouttes, le cadre est rapidement posé et bien exécuté.

L’intrigue ne s’éternise pas et se parcourt rapidement pour un final gore flirtant avec le grotesque, afin de ne pas disperser l’intérêt du lecteur pour ensuite le choquer avec des mises à morts cruelles et inhabituelles comme on les aime. Bien évidemment, la lecture de Fallen n’aura d’intérêt que pour ceux qui ont lu et apprécié The Cape, à bon entendeur.

***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

TMNT #17: Lignes de front

Poursuite de la série avec Kévin Eastman et Tom Waltz au scénario, Dave Wachter et Michael Dialynas sur la partie graphique. Sortie le 06/07/22 chez Hicomics.

Merci aux éditions Hicomics pour leur confiance.

Lard de la guerre

Depuis la fin des conflits contre les Tricératons, redoutables combattants issus de manipulations génétiques commises par les Utroms sur des dinosaures, la poussière retombe sur New York. Mais ce n’est pas pour autant que les Tortues Ninja auront le loisir de se reposer !

En effet, alors que l’île de Burnow, qui accueillait jusque-là les réfugiés Utroms, devient également le refuge des Tricératons survivants, l’infatigable Agent Bishop lance un assaut de taille avec toutes les forces de la FPT afin d’éradiquer ce qu’il considère comme une menace. Comme on l’a vu dans les précédents tomes, l’atout principal de Bishop n’est pas l’ensemble des troupes de son organisation, mais le contrôle total qu’il exerce sur Slash, un puissant mutant-tortue capable de faire des ravages dans les rangs extraterrestres.

Soucieux de préserver la paix et de sauver leur ami Slash, les tortues tiennent la ligne de front, ce qui va les pousser à une curieuse alliance avec les Utroms… Comme on dit, « l’ennemi de mon ennemi est mon ami » !

La série TMNT en est déjà à son 17e tome, ce qui démontre une longévité certaine et donc, un savoir-faire de la part des auteurs. Alors que l’on pouvait craindre un redondance, il s’avère au contraire que les auteurs en ont encore suffisamment sous le capot pour poursuivre les aventures du quatuor reptilien sans que l’on ait une impression de déjà-vu. A première vue, cela est du à la richesse du casting et la multiplicité des factions, qui permettent des combinaisons variées en terme de conflits.

Dans ce tome, le passé mystérieux de l’agent Bishop sera exploré via plusieurs flashbacks, ce qui redonne de l’intérêt à cet antagoniste qui est une épine dans le pied de nos héros depuis un long moment déjà. S’agissant de l’intrigue en elle-même, on pourrait dire que l’on est plutôt sur de la « macro-écriture », puisque le sujet principal est la guerre entre les différents camps, ce qui laisse un peu de côté les interactions entre les quatre frères pour le moment.

Sans spoiler, cette guerre aura certaines conséquences dramatiques, les fans devront donc s’accrocher à leur siège à la lecture de ce tome. L’album se termine par un épisode intermédiaire qui reprend la fameuse formule du Chant de Noël de Charles Dickens (dommage que l’on soit en été), et qui met Splinter, le mentor des Tortues, en lumière le temps de l’épisode. Intéressant pour approfondir un peu le père aimant qu’a toujours été Splinter, mais pas indispensable dans le contexte de l’album.

Graphiquement, Dave Wachter s’en sort vraiment très bien, notamment dans les nombreuses pages d’action que comptent cet album. La série maintient donc son rythme et continue de proposer une intrigue engageante et dynamique.

***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

The Cape 1969

Préquel de la mini-série écrite par Joe Hill et dessiné par Zach Howard. Parution le 06/07/2022 aux éditions HiComics.

Merci aux éditions Hicomics pour leur confiance.

Changement de cape

Eric Chase s’est tristement illustré lors de la série de meurtres qu’il a commise alors qu’il était en possession d’une cape magique octroyant le pouvoir de voler. Ce que l’on ignorait, en revanche, c’est la provenance de ce pouvoir. Comment la cape d’Eric, cousue de l’écusson militaire de son père, pouvait-elle lui permettre de défier la gravité ? C’est ce que l’on va découvrir dans The Cape 1969 !

L’histoire se déroule en pleine guerre du Viêt-Nam. Le capitaine Chase, dont la spécialité est l’évacuation sanitaire par hélicoptère, se retrouve bloqué dans la jungle après un crash. Prisonnier des combattants Viêt-Cong, Chase va être torturé, et fera la rencontre d’un être étrange qui va lui faire don du pouvoir de voler. Commencera alors pour le capitaine Chase une descente aux enfers mâtinée de vengeance, qui ne laissera personne indemne.

Si The Cape pouvait être vu comme une déconstruction du genre super-héroïque, nous sommes plutôt ici sur un récit de guerre et de vengeance, supposé expliquer les évènements du premier opus. L’auteur ne fournit que partiellement l’explication sur les origines du pouvoir de la cape éponyme, et préfère se concentrer sur le basculement du protagoniste dans l’ultra-violence.

La structure du récit tient dans un mouchoir de poche (Chase est abattu dans la jungle-il est capturé-rencontre ses méchants geôliers puis le sorcier-il vole-il se venge de ses geôliers), ce qui donne un peu à l’ensemble un aspect surcoté. Certes, le pitch de départ (un homme corrompu moralement obtient un pouvoir qui le rend dangereux, par opposition à la figure classique du super-héros où un homme bon voit ses qualités décuplées par le pouvoir qu’il obtient) est intéressant et permet un récit cynique et sans concession sur la nature humaine, mais ce prequel-ci en particulier n’apporte pas grand-chose à l’édifice, si ce n’est, éventuellement, l’idée que c’est le pouvoir de voler-qui sera plus tard lié à la cape-qui pousse ses possesseurs vers la folie, et pas une décrépitude morale interne.

L’ensemble n’est pas déplaisant mais peut se lire rapidement -voire se survoler– sans révolutionner le genre ni apporter de nouvelle perspective à l’œuvre originale.

**·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

We only find them when they’re dead #2: les voleurs

esat-west

Comic de Al Ewing, Simone Di Meo et Mariasara Miotti (coul.)
Hicomics (2022) – Boom! (2022), 144 p., série en cours.

couv_448343

bsic journalism

Merci aux éditions Hicomics pour leur confiance.

We Only Find Them When They're Dead #10 Review -Malik est revenu d’outre-espace. Un corps gigantesque aux traits du capitaine Malik. Cette apparition met fin à la manne des corps divins avec le développement d’une religion malikiste qui proclame la Révélation. Une cité spatiale s’est constituée autour, gardienne de la relique, alors que les planètes internes fomentent des complote pour rééquilibrer les relations commerciales dans la galaxie…

Le premier tome nous avait envoûté et la nomination aux Eisner Awards semblait confirmer le statut de série majeure pour We only find them… Les auteurs exigeants cherchent à éviter les redites et les facilités. La construction sophistiquée du précédent volume cachait à peine une trame très simple de vengeance intelligemment amenée dans un drame familial auréolé du mystère de ces corps divins…

Je ne vais pas faire durer plus que nécessaire le suspens: ce second tome est assez raté. Le choix d’Al Ewing de refuser tout attendu et de changer tous les marqueurs mis en place est (pour l’instant) une fausse bonne idée. Alors que le cliffhanger du tome précédent nous laissait sans voix avec cette révélation attendue, le second s’ouvre au même moment… pour aussitôt refermer la porte et sauter cinquante ans plus tard. Changement de décors, changement de personnages, changement de narration et changement de genre (la conspiration politico-religieuse prenant la place de la poursuite limier-proie), cela fait beaucoup pour nous pauvres lecteurs. L’auteur nous laisse un maigre os en la personne d’un Jason Hauer vieillissant (seul lien We Only Find Them When They're Dead - Tome 2 - We Only Find Them When They're  Dead - T2 : Les Voleurs - Simone Di Meo, Al Ewing - cartonné - Achat Livre  ou ebook | fnacavec les évènements précédents) qui restera un simple ballot de paille dans la tourmente. Qui plus est, si la narration en va et viens chronologique est maintenue, le jeu de massacre ne nous laisse pas le temps de nous attacher à tel ou tel personnage et on a aussitôt appris les tenants et aboutissants de la conspiration que l’on saute encore sur une nouvelle trame. Pire, le cadre fantastique majeur de la série (l’apparition des Dieux) est ici totalement occulté pour se concentrer uniquement sur la figure du héros Malik réapparu en dieu. Une temporisation malvenue qui vient avorter tout ce qui avait été mis en place si brillamment.

Gageons que le scénariste sait où il va et pourquoi il détruit si vite sa création avec, espérons, un enjeu plus grand qui justifie la casse. En attendant on avance poliment, concentré pour être sur de ne rien rater, et à peine réveillé lors des quelques scènes d’action. Pour une fois le classieux de l’habillage ne suffit pas à maintenir l’attente. Frustrant.

note-calvin1note-calvin1

***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Rick & Morty en Enfer

Histoire complète en 128 pages, écrite par Ryan Ferrier et dessinée par Constanza Oroza, d’après la série animée créée par Dan Harmon et Justin Roiland. Parution chez Hicomics le 15/06/2022.

bsic journalism

Merci aux éditions Hicomics pour leur confiance!

L’Enfer, c’est les Rick

Après avoir écumé l’Univers, en long, en large et en travers, après avoir également écumé le Multivers, et échappé à une quantité astronomique de dingueries en tous genres, Rick et Morty se réveillent… en Enfer ? Malgré l’incrédulité initiale, il faut bien que nos deux anti-héros se rendent à l’évidence: du soufre, des flammes, des âmes en peines, des sévices infligés dans des proportions industrielles par des démons ailés, cornus et désabusés… on pourrait aisément s’y méprendre.

Mais Rick étant… hé bien, Rick, il se doute que quelque chose se trame et refuse d’admettre qu’il est certainement mort et damné, d’autant plus que tout la famille Smith, à savoir Jerry, Summer et Beth, sont là aussi. Pour le savant fou alcoolique le plus génial du monde, cela ne fait aucun doute: ils se sont simplement égarés dans une des innombrables dimensions du Multivers, et ce qui leur arrive n’a rien de spirituel.

Mécontent d’avoir échoué dans cette dimension, Rick persuade Morty de l’accompagner dans une procédure d’appel dont ils se souviendront certainement…

On ne présente plus Rick & Morty, série animée qui cartonne depuis 2013, avec cinq saisons à son actif. Depuis quelques temps, la série a engendré des spin-offs, notamment une série de comic books reprenant, pour l’essentiel, les personnages originaux dans des aventures inédites (sauf la partie se concentrant sur Rick et Morty C132). Le ton irrévérencieux de la série est toujours au rendez-vous, l’auteur inclue également des références à l’œuvre principale et n’oublie pas l’aspect fouillé des relations entre les personnages.

Malgré une attention portée à la continuité de la série, on ne peut cependant pas empêcher quelques coquilles dans le scénario, par exemple, le scepticisme de Rick quant à l’existence de l’enfer et du diable, alors qu’il l’a rencontré dans l’épisode 9 de la saison 1 de la série animée. Pour qui ne serait pas familier de la série et de son humour très particulier, l’album pourrait paraître brouillon, fouillis et légèrement hystérique par moments. Mais l’émulation tentée par le scénariste fait mouche la plupart du temps, si bien que l’on a quand même l’impression d’assister à un épisode de la série animée.

S’agissant du style graphique en revanche, le rendu est légèrement en dessous des précédents tomes. Bien que la série ne soit pas connue pour ses innovations ni son excellence graphique, on trouve des étrangetés anatomiques et des disproportions qui pourraient nuire à l’immersion et ne sont pas synchrones avec la série animée.

Malgré tout, Rick & Morty en Enfer reste une lecture attrayante pour les fans du show animé.

****·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

The Cape

Histoire complète en 160 pages, écrite par Jason Ciaramella d’après une nouvelle de Joe Hill, avec Zach Howard au dessin. Parution en 2013 aux US chez IDW Publishing et Bragelonne-Milady, réédition en France le 15/06/22 chez Hicomics.

bsic journalism

Merci aux éditions Hicomics pour leur confiance!

Mes chers parents, je vole

Le mythe d’Icare vous dit surement quelque chose. Doté de la faculté de voler grâce aux prodiges de son père Dédale, Icare n’a pas tenu compte des avertissements de son paternel et a volé trop près du Soleil, si bien que ses ailes ont brûlé et précipité sa chute.

Et si Icare survivait à sa chute et qu’il devenait un psychopathe ? C’est le pitch choisi par Joe Hill pour sa nouvelle intitulée The Cape, publiée initialement dans son recueil 20th Century Ghosts. Éric passe son enfance à jouer aux super-héros avec son frère Nicky. Les deux jeunes garçons utilisent leur imaginaire pour s’évader d’une dure réalité, une réalité dans laquelle leur père n’est pas revenu de la guerre du Vietnam.

Soutenu par sa mère et son frère, Éric gère cette perte comme il le peut, drapé dans un plaid bleu faisant office de cape. Cependant, comme Icare qui vola trop près du Soleil, Éric a voulu grimper trop haut sur l’arbre qui lui servait de refuge, et la branche qui le soutenait à cédé. Mais avant sa chute vertigineuse, avant l’impact dramatique avec le sol, il s’est passé quelque chose d’étrange. Un phénomène fugace, à peine perçu par les deux frères: l’espace d’un instant, Éric, accroché à sa cape, a échappé à la gravité.

Quelques opérations plus tard, Éric se réveille, le crâne rafistolé par quinze agrafes. Sa cape a disparu, sans doute jetée par sa mère. Sa vie n’est plus la même, car avec ou sans son bout de tissu noué autour de ses épaules, Éric ne peut plus avoir les pieds sur terre. Sa vie défile alors sous ses yeux, sans qu’il ne puisse rien mener à bout. Privé d’initiative et du gout de vivre, Éric échoue dans tous les aspects de sa vie, jusqu’à s’aliéner sa fiancée Angie , qui le laisse tomber. Lui préfère-t-elle son frère Nicky, qui est devenu un brillant médecin ? Ou bien Éric devient-il parano ?

Sans logement, sans travail et sans le sou, Éric retourne vivre chez sa mère, et finit par remettre la main sur sa vieille cape, qu’il croyait perdue. L’enfilant sans trop y croire, le trentenaire loser est stupéfait de constater que grâce à elle, il peut flotter dans les airs, et même…voler. Il n’avait donc pas rêvé, sa cape avait bien des propriétés magiques, depuis le début.

Ainsi, il aurait pu éviter sa chute et ses blessures, et si sa mère ne l’en avait pas privé, il aurait pu avoir une vie spectaculaire, extraordinaire, loin du marasme dans lequel il s’est confiné. Éric décide alors qu’il est temps pour lui de prendre sa revanche sur la vie, ou plutôt sur tous les gens qu’il considère responsable de ses problèmes.

I’m the bad guy (duh)

Comme pour son père avant lui, il faut reconnaître à Joe Hill un talent particulier pour dresser des portraits psychologiques convaincants de ses personnages, ce qui confère à ses histoires une aura particulière et a tendance à en accentuer le ton horrifique. Bien souvent, en effet, les personnages que l’on trouve dans les récits de genre ne sont que des archétypes, parfois éculés, qui ne servent que de prétexte au contexte. Ce qui compte généralement, ce sont les éléments surnaturels, qui sont mis en avant au détriment des personnages.

La famille King prend donc le parti de mettre des personnages crédibles, fouillés, dans un contexte surnaturel, qui ne sert finalement pas de prétexte mais permet bel et bien de faire ressortir les traits des protagonistes. Dans le cas présent, le personnage d’Eric n’a en soi rien d’exceptionnel, mais c’est justement ce qui en fait un bon personnage: un homme lambda, pourvu de failles désespérément banales.

Après un accident tragique, qui a pour but de nous faire sympathiser avec lui, nous nous apercevons qu’il se rend responsable de ses propres échecs, en s’enfonçant dans l’immobilisme, puis dans l’alcoolisme et le ressentiment. Ses relations intrafamiliales, notamment celles avec son frère Nicky, sont elles aussi marquées du sceau du réalisme, avec le sentiment de rejet, la jalousie et le passif-agressif.

Et, comme le ferait une personne réelle, Éric est victime du biais d’autocomplaisance, ce trait intrinsèque qui nous fait attribuer nos échecs à des causes extérieures, et nos réussites à nos qualités propres (on peut aussi appeler ça le locus de contrôle externe). Il finit par tenir son entourage pour responsable de ses malheurs, ce qui le conduit sur une voie corrompue dont personne ne ressort généralement indemne.

Dans son déroulement, The Cape résonne avec le récent Brightburn, en ce sens qu’il dote un personnage initialement innocent mais troublé par un sentiment d’injustice, d’un pouvoir qui le corrompt et le retourne contre son entourage, pour finalement en faire une menace globale. A ceci près que le périmètre d’action de The Cape demeure plus intimiste, l’anti-héros en question n’étant pas doté des mêmes pouvoirs.

En revanche, si le scénario se concentre sur la psyché perturbée d’Eric, l’auteur ne s’attarde en rien sur les origines du pouvoir de la fameuse cape. Ce point sera abordé dans une préquelle, intitulée The Cape 1969, dont la parution est prévue en juillet 2022 chez Hicomics (des deux mêmes auteurs). La partie graphique est assurée avec brio par Zach Howard, qui livre des planches à la colorisation rétro, tout en conservant un style semi-réaliste.

En résumé, The Cape est un très bon one-shot, déconstruction habile du super-héros, doté d’un travail précis sur la psychologie de son personnage principal.

**·Comics·East & West·Nouveau !

Invisible Kingdom #3: les confins du monde

East and west

Dernier tome de la série écrite par G.Willow Wilson et dessiné par Christian Ward. Parution en France chez Hicomics le 17/11/2021.

A-foi-fée de pouvoir

Dans le tome 1 et le tome 2, nous faisions la connaissance de Vess, une jeune rooliane qui, poussée par sa foi, s’engageait sur la voie du Sentier, que propose la grande congrégations des Non-Uns, adeptes de l’église de la Renonciation.

Dans tout le système solaire, la Renonciation fait face à la toute puissante Lux, une corporation industrielle et commerciale qui livre ses produits sans délais à travers le cosmos. Entre détachement spirituel et attachement matériel, les habitants du système doivent choisir, mais ce qu’ils ignorent, Vess comprise, c’est que ces deux entités ne sont que les deux faces d’une même pièce, deux conspirateurs qui feignent l’antagonisme pour mieux manipuler les foules.

Après avoir compris cela, Vess se voit traquée par la Renonciation et par Lux, et se voit contrainte de fuir, à bord du Sundog, le vaisseau brinquebalant de Grix, une livreuse Lux qui ne s’en laisse pas conter. Aidée de son équipage, Grix tente d’abord de se débarrasser de cet encombrant paquet, avant de s’apercevoir que la jeune prêtresse dit vrai. N’écoutant que son courage, Grix décide alors de soutenir Vess et choisit de révéler la vérité à tout le système, s’attirant les foudres des deux géants.

Toutefois, nos rebelles se retrouvent le bec dans l’eau, poursuivies de toutes part sans pour autant avoir provoqué le raz-de-marée escompté. Que faudra-t-il faire pour éveiller les consciences ?

Alors qu’elle échappent in extremis au Point de Non Retour, Vess et Grix sont abordées par une frange extrémiste de la Renonciation, les soeurs de la Résurrection, qui semble bien décidée à nettoyer toute cette corruption par le feu. Littéralement. Vess est désormais contrainte de choisir entre sa foi envers le Sentier et son amour récent pour Grix.

Invisible Kingdom avait tous les atouts de son côté pour être une excellente série. Un univers riche et attractif, des thématiques actuelles et puissantes, telles que l’autodétermination, la lutte contre le consumérisme, la Vérité, la Foi, et l’Amour. Le premier tome exploitait très bien ces thématiques, avec une mise en place impeccable et un cliffhanger magistral dans le genre.

Cependant, le soufflet est quelque peu retombé avec le deuxième tome, qui plaçait les protagonistes dans une situation passive durant un temps suffisant pour laisser l’excitation retomber. Confrontées à des réalités cruelles, Grix et Vess ont du se compromettre pour atteindre leur but, permettant à leurs sentiments amoureux d’éclore, mais le tout paraissait déséquilibré, et il en résultait une perte d’élan.

Ce tome 3 poursuit dans la même veine, bien que le rythme reprenne de façon plus dynamique. On demeure sur une sensation de survol, de décousu, tant sur le traitement des personnages que sur la résolution de l’intrigue en elle-même. La question de la Foi est abordée, le dogme de la Renonciation paraît finalement bien abscons, assez fade le plus souvent, surtout dans la bouche du grand gourou dont Vess fait la rencontre dans ce tome.

Quant à la romance entre Grix et Vess, elle n’est pas à jeter mais semble écrite avec les yeux trempés dans la mélasse, à base de « je-me-sens-abandonnée-mais-je-me-sacrifie-quand-même-par-amour », et autres joyeusetés du même acabit. Quant à l’aspect révolutionnaire, on a bien sûr droit à la scène du réveil des consciences, mais l’intrigue s’est trop dispersée entre temps pour que l’on en saisisse toute la portée à ce moment-là.

Vous l’aurez donc compris, je n’ai pas été convaincu par l’ensemble de la trilogie, malgré un excellent premier tome qui semait les graines de l’excellence, sans les arroser suffisamment sur les deux tomes suivants.