****·BD·Documentaire·Graphismes·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Bill Finger, dans l’ombre du mythe.

Le Docu du Week-End

bill-finger-dans-l-rsquo-ombre-du-mythe

Roman graphique de Julian Voloj et Erez Zadok
Urban (2022), 184 pages, one shot.

bsic journalism

Merci aux éditions Urban pour leur confiance

Il y a trois ans le scénariste Julian Voloj proposait une très intéressante biographie de Joe Shuster, co-créateur de Superman reconnu sur le tard et désormais légalement annoncé sur chaque album de Superman. Dans ce passionnant ouvrage on découvrait notamment un système éditorial où de jeunes auteurs se soumettaient naïvement en cédant l’intégralité des droits de leurs personnages, habitude ancrée pendant longtemps et pratique qui fut mise à mal lorsque les comics devinrent un phénomène de masse. On y croisait Bob Kane, créateur de Batman qui semblait déjà très accroché à ses intérêts financiers…

https://www.avoir-alire.com/local/cache-vignettes/L672xH924/18_bill_finger_00-2-09ae8.jpg?1655299307Alors que Joe Shuster et Jerry Siegel gagnèrent leur crédit sur les albums de Superman en 1978 après des procès et un effet certain des films de Richard Donner, l’histoire est toute autre pour Bill Finger, le scénariste de Bob Kane qui ne fut crédité qu’à titre posthume en 2015 après une campagne de sa petite-fille et le militantisme du biographe Marc Nobleman dont l’enquête a fortement inspiré cet album. Le parallèle entre les deux albums écrits par Julian Voloj est très intéressant en permettant de comparer les similitudes et les différences entre les histoires de deux scénaristes restés dans l’ombre de leur personnage des décennies durant.

Si ses homologues de Superman se sont débrouillé seuls pour contester la première cession de leurs droits faits alors qu’ils étaient très jeunes, Bill Finger fut un auteur renfermé qui ne sut jamais revendiquer ses droits et dont abusa Bob Kane qui utilisa des nègres toute sa carrière durant. L’album ne dit pas clairement que le dessinateur écarta cyniquement ses collègues, expliquant qu’il était très doué pour négocier les contrats et que sa mise en avant permit à ses collaborateurs de vivre décemment. Décemment mais anonymement. Il s’agit donc ici d’une histoire d’honneur plus que d’argent.

Bill Finger : dans l'ombre du mythe. Une reconnaissance tardive. -  Superpouvoir.comL’autre intérêt de l’album repose dans sa forme qui suit une enquête à double période (la chronologie de Bill Finger et l’enquête de nos jours par Nobleman), avec une mise en abyme du biographe vis à vis du personnage de Batman. Les lignes se croisent ainsi et l’ouvrage revêt une forme de thriller très originale. Si graphiquement les planches d’Erez Zadok sont très agréables, elles restent artistiquement parlant moins puissantes que le travail de Thomas Campi sur Joe Shuster.

Si on pouvait craindre la réutilisation d’une recette qui marche, ce volume est un petit miracle qui permet de créer un diptyque cohérent et très différent. La lecture des deux albums est vivement conseillée pour tous ceux qui aiment les comics en permettant de découvrir les coulisses de la création et le statut des auteurs, sujet toujours très prégnant.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Comics·Nouveau !·Service Presse

Far sector

image-39
Comic de NK Jemisin et Jamal Campbell
Urban (2022), DC (2021), one-shot, collection Black label.

far-sector

bsic journalismMerci aux éditions Urban pour leur fidélité.

La Cité éternelle est une utopie située dans un secteur éloigné de la galaxie, hors de la juridiction des Green Lantern. Pourtant c’est là qu’est envoyée Jo Mullein, sur demande de la Trilogie dirigeant cette base spatiale, afin de résoudre un meurtre. Le premier depuis des siècles… Loin de tout, dans une société qu’elle ne comprend pas, de codes sociaux indéchiffrables, perdue dans sa propre morale, la Green Lantern Mullein va devoir puiser dans toute son humanité pour comprendre ce qui se trame dans ce grand étranger…

Far Sector (par Jamal Campbell et Nora Keita Jemisin)Pour sa traditionnelle fournée pré-estivale les éditions Urban comics ont fait les choses en grand, avec un planning extrêmement ambitieux et pas moins de deux Black label potentiellement majeurs. Après un Strange Adventures qui a mis la barre très haut en matière d’enquête détournant les codes classiques des personnages DC, nous voilà avec rien de moins que le premier album de N.K Jemisin. Je m’arrête deux seconde pour ceux qui ne lisent pas du tour de littérature science fiction pour préciser que celle-ci est une des plus importantes autrices de SF anglo-saxonne depuis plusieurs décennies et qui a remporté coup sur coup trois prix Hugo (les prix Nobel de la littérature fantastique) pour sa trilogie de la terre Fracturée. Ce prix que des Arthur Clarke ou Isaac Asimov ont moins remporté, n’avait jamais été attribué successivement à trois œuvres de la même série et du même auteur. Tout ça pour dire que c’est là une sacrée prise pour l’éditeur DC, qui l’accompagne du très qualitatif Jamal Campbell, un des jeunes artistes les plus prometteurs qui nous avait déjà ébloui sur Naomi.

First Look: Far Sector #1 From N.K. Jemisin and Jamal Campbell - GeekMomUne fois ce petit pedigree annoncé, que donne ce volumineux Far sector? Tout d’abord, comme souvent sur un Black Label (dont le principe est de proposer des one-shot hors continuité) le thème de Green Lantern est tout à fait décoratif puisque l’héroïne est une nouvelle venue et que la mythologie GL est totalement absente. En clair c’est bienvenue aux novices et c’est tant mieux! Ensuite nous avons la forme d’une classique enquête policière, avec narration intérieure du héros, intrigue vaporeuse et relations interpersonnelles centrales et compliquées. Si l’habillage ultra-futuriste change le style, la structure est totalement dans les codes du polar. Enfin pour ce qui est de la forme nous avons deux auteurs noirs qui suivent une héroïne noire et abordent naturellement quelques réflexions liées à la communauté afro-américaine, sans que cela en fasse pour autant l’objet central de l’intrigue.

First Look: Far Sector #2 | DCL’intérêt principal de Far Sector repose sur la grande habitude de Jemisin à soulever, comme tous les auteurs de SF, des questionnements intellectuellement très intéressants et référant à notre contexte terrien. Ainsi si l’intrigue va rapidement aborder les questions politiques de l’Etat autoritaire et du libre arbitre, la cohabitation de trois populations radicalement différentes (nature VS culture) et l’absence d’émotions décidée il y a longtemps pour permettre cette cohabitation va créer des problématiques originales. Outre les amourettes incertaines et bisexuelles de l’héroïne avec alternativement homme, femme et Intelligence Artificielle, la scénariste retranscrit bien l’atmosphère de perte totale de repères sociaux pour la green lantern avec le risque de perdre également le lecteur. Car c’est là la principale difficulté de cette lecture: sur trois-cent pages on patauge allègrement entre des noms aussi originaux que « Stevn du glacier des ténèbres vacillantes », des concepts technologiques très poussés, un complot aussi tarabiscoté que tout bon complot, le tout guère facilité par des planches certes graphiquement superbes mais fourmillant tant de détails et d’idées graphiques compliquées que l’image n’aide guère à se concentrer.

REVIEW: Far Sector #12 ends a maxiseries we can't wait to read in trade —  Comics BookcaseAinsi on parcourt cette grosse lecture avec un peu de difficulté et si les quelques séquences d’action sont très agréables, si le personnage principal (et les secondaires) est fort attachant et si l’image flatte continuellement les mirettes, on achève la lecture sans trop être sur d’avoir saisi les tenants et aboutissants et un peu épuisé de trop plein. Le passage du format roman à la brièveté de la BD a sans doute été compliqué pour Jemisin et la tentation de balancer foules d’idées passionnantes trop grande pour se restreindre véritablement à une trame simple à suivre. Il est alors compliqué de critiquer et d’émettre un avis sur cet album à la réalisation sans faille, débordant de générosité, mais dans lequel il ne sera pas aisé de s’immerger.Je ne suis pas certain que les lecteurs habituels de GL y trouvent leur compte et les lecteurs occasionnels de comics risquent d’être un peu perdus. Cette proposition d’une qualité rarement atteinte en BD (du niveau conceptuel d’un Carbone et Silicium) mérite pourtant qu’on y jette un œil et plus si vous avez envie d’une lecture intellectuellement riche et graphiquement novatrice.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·Comics·Nouveau !·Service Presse

Strange adventures

image-39
Comic de Tom King, Mitch Gerads et Evan Shaner.
Urban (2022), DC (2020), one-shot, collection Black label.

L’ouvrage comporte un important cahier final incluant de nombreuses pages de scénario, premier jet des planches et galerie de couvertures alternatives, toutes plus inspirées les unes que les autres. Un Calvin pour l’édition sans hésitation!

couv_447746

bsic journalismMerci aux éditions Urban pour leur fidélité.

Adam Strange, le héros américain des guerres de Rann-Thanagar entame une tournée pour la sortie de son autobiographie. Pourtant le doute survient lorsqu’un visiteur l’agresse verbalement en l’accusant de massacres. L’image du héros se retrouve brisée et Mister Terrific, l’homme le plus intelligent du monde se trouve chargé d’enquêter sur le passé de Strange…

https://www.avoir-alire.com/local/cache-vignettes/L672xH1027/11_strange_adventures_00-2deeb.jpg?1653048249Tom King est un peu l’intello atypique dans le pool des grands scénaristes de comics actuels. Se plaçant dans l’héritage d’un Alan Moore, il dépeint des héros très humains, associé à son acolyte Mitch Gerads qui propose des planches classiques proches du gaufrier avec une appétence pour la répétition et les jeux d’image vidéo. J’avais beaucoup aimé leur Mister Miracle où un héros sans pouvoir, kitsch au possible, se retrouvait à témoigner de ses problématiques de couple alors que les plus grandes puissances d’Apokolips et des New Gods intervenaient en mode « la vie privée des super-héros ». Sur Sheriff of Babylon ils abordaient le rôle d’un héros sur un terrain d’intervention (l’Irak) où la morale et la loi américaine étaient mis en difficulté par la réalité du monde.

On retrouve ces deux thèmes dans Strange adventures, dans un emballage plus accessible, plus construit et plus intéressant. King est un ancien analyste de la CIA qui a travaillé en Irak (ce qu’il racontait dans Sheriff) et est un des rares auteurs américains aussi critiques sur le rôle de son pays et la déconstruction des mythes américains. Strange adventures parle avant tout de cela: au-delà du mythe créé notamment par les médias (il y a toujours beaucoup de séquences de journaux TV dans les albums de King) se révèle progressivement une réalité bien plus ambiguë dans une narration croisée où se succèdent l’excellent Evan Shaner et Mitch Gerads.The Blackest of Suns — “At This Moment” Strange Adventures #8 (March...

On suit donc deux temporalités: celle dessinée par Gerads suit l’action d’Alanna, princesse de Rann-Thanagar et femme aimante du héros alors que l’impassible Mr. Terrific doté de son intelligence suprême incarnant la justice absolue menace le récit du couple sur le passé. Celle dessinée par Shaner nous narre la guerre elle-même en croisant les différents peuples de la planète. Alors que nous croisons très rapidement les héros de la Ligue de Justice, la construction médiatique apparaît dans sa complexité et jusqu’à la toute fin bien malin sera celui capable d’anticiper la résolution. L’intelligence de l’écriture repose sur le refus du manichéisme. Si supercherie il y a (on le comprend très tôt), on ne sait pas laquelle ni pourquoi ni comment. Outre le thème du couple récurent chez Tom King on a évidemment une critique des guerres américaines, de leur storytelling héroïque et de la justification de l’intervention préventive. La création du héros rappellera le travail de Fabien Nury sur le Weird Science DC Comics: Strange Adventures #4 Reviewformidable L’homme qui tua Chris Kyle, avec en plus ici la mise en regard entre ce héros de papier, les véritables héros de la Justice League et la morale incarnée par ce Mister Terrific, véritable personnage principal autour duquel s’axe le récit.

Magnifique travail dont l’importante pagination ne gène en rien une lecture très fluide, Strange Adventures est pour l’instant le plus solide des albums de Tom King en parvenant à proposer une vraie belle BD accessible au grand public, ses magnifiques planches, ses scènes d’action, ses interactions complexes, avec une analyse profonde tout à la fois d’une mythologie nationale et d’une mythologie de couple. Loin de l’aspect documentaire conceptuel de précédentes parutions, l’auteur a su équilibrer ses envies et la dimension entertainment en nous envoyant un des tout meilleurs pavés de cette année.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Joker Infinite #1: la chasse au clown

Premier volume de 160 pages de la série écrite par James Tynion IV et dessinée par Guillem March. Parution en France chez Urban Comics le 25/02/22.

Vous aussi, utilisez Biactol ©
bsic journalism

Merci aux éditions Urban pour leur confiance!

Lorsqu’on a que la mort

On ne présente plus le Joker. Depuis 80 ans maintenant, il terrorise Gotham City et met Batman face à un insoluble dilemme: le tuer et ainsi transgresser sa règle d’or, ou continuer d’endosser le poids sans cesse croissant de ses victimes.

Dans la continuité de Joker War, on retrouve le Clown Prince du Crime au centre d’une série qui lui est consacrée. A la suite d’une énième exaction au sein de l’asile d’Arkham, le Joker est traqué par plusieurs factions criminelles, qui veulent chacune venger une victime. Gotham redevient une poudrière, mais cette fois, James Gordon n’est plus concerné. Depuis qu’il a pris sa retraite, Gordon est pourtant hanté par les traumatismes subis aux mains du Joker. Tout d’abord, sa fille, abattue par balle (lors du célèbre Killing Joke d’Alan Moore), puis son fils. Gordon doit donc beaucoup de souffrance au Joker, aussi, lorsqu’il se voit proposer une mission qui lui permettrait de se venger enfin, l’ancien partenaire de Batman n’hésite pas longtemps à lancer à ses trousses. Et contrairement au chevalier noir, Gordon n’a pas fait serment de ne pas tuer.

En pleine frénésie batmanienne, Urban nous offre une nouvelle série centrée sur sa Nemesis. Cependant, élément relativement remarquable, le point de vue n’est pas celui du psychopathe éponyme mais celui de son poursuivant, offrant ainsi une plongée dans les pensées souvent négligées d’un personnage secondaire qui a souvent fait les frais de sa folie.

James Tynion IV, que l’on suit actuellement sur la série Wynd, parvient bien à retranscrire les effets de tels traumatismes sur la personnalité d’une victime du Joker. On sympathise donc automatiquement avec la cause de Gordon, et l’on souhaite presque le voir réussir, car, si Batman possède les skills nécessaires pour neutraliser Joker, seul le commissaire a la possibilité de franchir le cap en pressant la détente. Ce décloisonnement de la relation Batman/Joker est donc salutaire, et contient des rebondissements, qui, s’ils ne sont pas nécessairement inattendus, emmènent tout de même l’histoire dans une direction intéressante.

****·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Sandman: The Dreaming #1

Premier recueil de 263 pages de la série écrite par Neil Gaiman et Simon Spurrier. Au dessin, Bilquis Evely, Tom Fowler, Max et Sebastian Fiumara, Dominike Stanton et Abigail Larson. Parution en France le 11/02/22 aux éditions Urban Comics, collection DC Black Label.

bsic journalism

Merci aux éditions Urban pour leur confiance!

I had a Dream

Le comics désormais culte The Sandman, qui a été débuté il y a pas moins de trente ans, est devenu un parangon du 9e art, parvenant même à toucher un public habituellement réticent à lire des comics. L’univers onirique mis en place par Neil Gaiman a permis de transcender les frontières hermétiques entre roman et BD, ouvrant ainsi la voie alors balbutiante des romans graphiques.

Sandman, ou le Marchand de Sables, ou Morphée, est la personnification anthropomorphique du Rêve, une entité immortelle qui règne sur le Songe, un royaume onirique nourri et visité par tous les rêveurs, à savoir tous les humains durant un tiers de leur vie. Bien que Sandman soit omnipotent en son royaume, il doit cohabiter avec ses six autres frères et sœurs, les Infinis, qui représentent chacun et chacune un aspect primordial de la vie humaine: la Mort, le Désir, le Destin, la Destruction, le Désespoir et le Délire.

Au début de sa série, c’est un Morphée affaibli que l’on rencontre: privé de ses pouvoirs après avoir été enfermé soixante-dix années durant par un occultiste fou, le maître du Songe n’est plus vraiment celui qu’il était depuis le début de la création. Transformé par cette expérience traumatique, il fera durant près de 2000 pages une quête initiatique qui se terminera par son oblitération au cours d’un combat dantesque. Cependant, le Songe doit toujours avoir un régent, et les Infinis ne peuvent pas réellement être détruits: ils se réinventent, renaissent sous une autre forme, afin que leur principe se perpétue.

Ainsi naquit Daniel, nouvelle itération du Songe, qui a repris son trône de Rêve, puissant mais vierge de quasiment toute expérience. Heureusement, il a pu compter sur ses fidèles compagnons, des Rêves personnifiés qui l’ont guidé dans sa régence: Matthew le Corbeau, Lucien le Bibliothécaire, qui conserve tous les livres qui n’ont encore jamais été écrits, Mervyn Potiron, le concierge et homme à tout faire bougon mais loyal, Abel et Caïn, Eve, et bien d’autres.

Tout se passait plus ou moins normalement, jusqu’à ce qu’une faille lézarde le ciel du Songe, et que s’en déversent des millions de silhouettes hagardes, faites de tissu onirique pur et dépourvue d’âmes. Plus étrange encore, une forme géométrique protéiforme émerge à son tour, provoquant l’inquiétude de tous les habitants du Songe. En de pareils temps, tous les regards se tournent naturellement vers le leader, avec l’espoir que ce dernier saura tout arranger. Mais ce qu’ils ignorent tous, c’est que Morphée a déserté, et ce chaos est certainement causé par son absence. Seul Lucien est au courant et fait de son mieux pour cacher l’absence du maître.

De son côté, Dora, habitante inhabituelle du Songe, se demande quel rôle elle joue dans tout cela. Amnésique, ignorant tout de ses origines, elle profite de son don de passe-muraille pour visiter les rêves des gens, vivant au jour le jour. Mais elle se sent redevable de Morphée, qui l’a recueillie lorsqu’elle a échoué dans le Songe, pour des raisons connues de lui seul.

Rêves et réalités

Faut-il avoir lu l’œuvre originale pour apprécier ce revival ? J’aurais tendance à dire que oui, car de nombreux personnages font leur retour, même si la continuité n’a pas énormément d’impact sur l’intrigue.

En effet, Simon Spurrier utilise tous ces personnages connus, comme Lucien, Matthew, Mervyn ou encore Rose Walker, dans un contexte nouveau en s’attachant non pas aux évènements qu’auraient vécu ces personnages, mais plutôt à leur fonction initiale. Il est donc possible de comprendre l’intrigue et de déduire le rôle de chacun sans être nécessairement féru de l’univers de Sandman.

Second question qui mérite d’être posée: retrouve-t-on l’esprit original de l’œuvre ? Là encore, c’est un entre-deux, car si le Sandman de Gaiman était plus philosophique et contemplatif, le nouveau scénariste n’hésite pas à pousser le curseur onirique vers le coté délirant et anarchique propre aux rêves.

Il ne faut pas non plus oublier que The Sandman ne parle pas que de rêves, c’est aussi une œuvre métafictionnelle, une histoire à propos des histoires. Le Songe est le lieu où tous les archétypes narratifs se manifestent, où tous les procédés narratifs ont cours. Cette nouvelle série ne fait pas exception, puisqu’elle reprend ce concept avec aisance pour l’appliquer à une mise en scène et une narration plus modernes.

Si le Songe n’est pas LA réalité, on voit toutefois qu’il en est un reflet, une émanation biaisée par l’esprit humain. Il est d’ailleurs intéressant de se demander si les humains rêvent parce que le Songe existe, ou si à l’inverse le Songe n’existe que par la capacité des humains à rêver ? Pour illustrer ce propos, on peut prendre pour exemple le Juge Ezekiel Potence, qui personnifie la peur primale du châtiment, le repli sur soi et par extension, la xénophobie. Est-il étonnant qu’en temps de crise, alors que les bases sont fragilisées et que l’avenir est incertain, les habitants d’un pays se tourne vers un personnage qui impose l’ordre, traque des boucs émissaires pour les punir en place publique et, après avoir accepté à contrecœur d’assurer l’intérim du pouvoir, cherche avant toute chose à s’y maintenir ?

Comme vous le voyez, les niveaux de lecture sont multiples dans Sandman. La lecture est exigeante et ne se limite pas à une lecture popcorn ou un simple divertissement. On peut déplorer que la dynamique narrative ne se mette véritablement en branle qu’au bout de trois chapitres entiers, mais il semble difficile de faire mieux avec de telles exigences en terme de worldbuilding.

En résumé, The Dreaming reprend le matériau de base de ce comics culte des années 80/90 pour l’extrapoler et livrer une œuvre spéciale, qui sous ses aspects de délirium tremens, livre un propos plus profond qu’il n’y paraît.

****·Actualité·Cinéma·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Batman: Imposter

Recueil de 152 pages de la mini-série écrite par Matson Tomlin et dessinée par Andréa Sorrentino. Parution en France aux éditions Urban Comics, collection Black Label, le 25/02/2022.

Merci aux éditions Urban pour leur confiance!

Beware the Bat

Depuis trois ans, la ville de Gotham subit une campagne violente, menée par un homme anonyme dont certains doutent même de l’existence. Le but apparent de cette figure nocturne est de lutter contre la criminalité et la corruption qui gangrènent la cité depuis des décennies, quitte à se mettre à dos la police et se mettre au ban d’une société devenue apathique.

Cet homme, déterminé, entraîné et disposant de ressources considérables, n’est autre que Bruce Wayne, héritier de la fortune colossale de ses défunts parents, assassinés sous ses yeux dans une ruelle sordide. Mû par une colère dévorante, Bruce est devenu le Batman, le justicier de l’ombre craint par les criminels et méprisé par le système.

Batman est peu à peu devenu le symbole d’une justice alternative, qui ne fait pas de compromis, remportant une certaines adhésion populaire malgré la traque officielle qui lui est donnée. Et contre toute attente, les efforts colossaux de Bruce ont fini par porter leurs fruits, car pour la première fois depuis 54 ans, le crime recule à Gotham. C’est même la première fois, ce soir-là, qu’aucun crime violent n’est répertorié dans la cité. Une vraie consécration, que tout homme censé aurait pris le temps de célébrer.

Mais vous l’aurez compris, Bruce n’a rien d’un homme censé. Noyé dans sa croisade, il ignore sciemment ses limites jusqu’à être grièvement blessé, par deux crétins anonymes qui s’en vont sans demander leur reste. A cours d’options, Bruce échoue chez la Docteure Leslie Thompkins, qui l’avait suivi enfant. Leslie découvre ainsi avec effroi que le jeune patient qu’elle connaissait est en réalité un justicier ultra violent. Partagée entre sa volonté de sauver Bruce de lui-même et les enjeux liés à sa croisade contre le crime, elle décide de l’aider en lui imposant des séances de psychothérapie, auxquelles le jeune homme devra se plier au risque d’être dénoncé par sa psy.

Malheureusement, ce n’est pas le seul problème que va devoir affronter notre héros. Un autre justicier, arborant lui aussi le symbole de la chauve-souris, exécute des criminels, franchissant ainsi la seule limite que le véritable Batman s’impose. Harcelé de tous cotés, traqué par le GCPD et par les élites corrompues de Gotham, Batman n’aura peut-être pas l’occasion de laver son nom et d’attraper l’imposteur.

Le film le plus attendu de l’année, The Batman, débarque dans nos salles obscures, poussé par une vague de hype comme en voit que pour les icones de la pop-culture. Ça tombe bien, l’Homme Chauve-Souris en est une, avec ses éléments clés, ses poncifs et piliers, que de nombreux auteurs, en 80 ans de continuité, se sont amusés à manier et remanier. Après des interprétations toujours plus excentriques (Batman, la série télé avec Adam West, Batman Forever et le trèèès controversé Batman & Robin), Christopher Nolan est entré en scène et a livré une trilogie qui a redéfini en profondeur le personnage et sa mythologie aux yeux du public.

Son leitmotiv ? Une approche sombre et réaliste, centrée sur les tourments et la psychologie ambigüe de son héros. Dans quel but un homme peut-il se lancer dans une telle croisade ? Quelle motivation, quelles ressources et quel entrainement cela requiert-il ? Narrativement parlant, Nolan n’est bien sûr par le premier à tenter cet angle d’approche, puisque des auteurs comme Frank Miller l’avaient déjà envisagé 20 ans auparavant (Batman Year One, The Dark Knight Returns, etc). Ces œuvres ont d’ailleurs servi de base de référence à Nolan pour sa trilogie.

Aujourd’hui, c’est Matt Reeves qui s’attaque au problème Batman, après une brève passade de Zack Snyder, avec le concours d’un Ben Affleck qui n’a pas fait l’unanimité parmi les fans. Le scénario du film de Reeves est cosigné par Mattson Tomlin, jeune auteur et réalisateur américain qui s’est d’abord fait la main sur The Imposter, dans lequel il développe la vision réaliste en vogue pour le justicier de Gotham.

Il s’agit donc ici d’explorer le coût personnel de la croisade du Chevalier Noir contre le crime, avec le plus de vraisemblance possible. Première idée imposée par le scénariste, son Batman est seul: ni Alfred, ni Gordon pour le soutenir ou appuyer ses actions. En effet, il est assez difficile d’imaginer que les proches d’un justicier, à plus forte raison un homme en colère comme Bruce, cautionneraient un tel comportement. Idem pour Gordon: un fonctionnaire de police qui collaborerait avec un homme en marge de la loi n’y laisserait-il pas sa carrière ?

La seconde idée est que la santé mentale et l’équilibre d’un justicier seraient réellement compromis, au point que l’on puisse douter de la cohérence de ses actions. Pour le reste, Tomlin met en lumière les fondamentaux de Batman, à savoir la préparation mentale et physique, les talents d’enquêteur et la dangerosité de Gotham. Il marque aussi des points en faisant rapidement de Bruce Wayne le suspect n°1 de l’enquêtrice chargée de traquer Batman.

Sur le plan graphique, Andrea Sorrentino, passé maître dans l’art de poser des ambiances glauques, est ici tout à fait à son aise. Inventif dans son découpage, il laisse la mise en scène au service de l’écriture mais n’excelle pas véritablement lors des phases d’action.

En résumé, Batman the Imposter est une exploration immersive de la psyché batmanienne, un avant-goût prometteur du film !

****·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Batman Ego

esat-west

Recueil comprenant les épisodes Batman Ego, Batman Black & White, et Solo. Darwin Cooke à l’écriture et au dessin pour Ego, assisté de Paul Grist (scénario) et Bill Wray (dessin) pour les deux autres chapitres. Parution en France chez Urban Comics le 17 janvier 2022.

bsic journalism

Merci aux éditions Urban pour leur confiance!

La Grande Aventure (L)EGO: Batman en petits morceaux

Batman est devenue une figure hégémonique de la pop culture grâce à son ingérence répétée dans plusieurs médias: bande dessinée, films, jeux vidéos, séries d’animation…

Chacune de ses adaptations a été une occasion supplémentaire de faire entrer dans le cercle des fans toujours plus nombreux, marqués par l’imagerie gothique de ce héros sombre et torturé. Au fil du temps, les différentes interprétations du personnage, les univers distincts dans lesquels Batman évoluait ont connu des transfuges, plus ou moins heureux. C’est ainsi par exemple, que des personnages issus de la série animée, créée par Bruce Timm en 1992, ont fait ensuite leur apparition dans le comic book, ce qui est l’un des premiers exemples de canonisation transmédia.

Encore aujourd’hui, Batman the animated series est considérée comme une série culte et incontournable pour les fans de l’Homme Chauve-Souris, si bien que le comic book n’a pas pu faire autrement que d’intégrer encore davantage d’éléments du dessin animé au sein de ses pages.

En 2000, c’est Darwin Cooke, issu de l’animation, à qui on donne l’occasion de raconter sa version du mythe Batman. L’artiste concocte donc Batman Ego, une fable sous forme de dialogue interne qui met le héros masqué face à ses peur et à ses doutes.

Après avoir échoué à empêcher un homme de main du Joker de mettre fin à ses jours, Bruce, blessé et affaibli, se cloître dans sa fameuse batcave et s’y voit confronté à la manifestation de son alter ego. C’est à cette occasion que l’on se rend compte que le Batman est vu comme un croque-mitaine non seulement par les criminels de Gotham City, mais également par Bruce Wayne lui-même.

Darwin Cooke choisit de traiter le paradigme du héros en faisant de Batman et Bruce Wayne deux entités distinctes, forcées de cohabiter mais ayant chacun des objectifs propres. Ainsi, Bruce Wayne, écrasé par ce deuil qu’il n’a pas su faire et par le poids des responsabilités qu’il s’impose, s’en remet à Batman pour faire ce qu’il n’a pas pu, à savoir protéger tous ces parents qui sont symboliquement les siens et éviter autant d’orphelins potentiels. Batman, quant à lui, n’est que rage bouillonnante et pulsions de mort, et se sent de plus en plus contraint par les limites que lui impose Wayne. Ne tolérant qu’à peine ces freins, Batman presse de plus en plus pour que son hôte lui lâche la bride, et va profiter de ce moment de faiblesse pour le confronter à ses contradictions.

Le regretté Darwin Cooke déroule ici la théorie freudienne en découpant son personnage en trois parties distinctes: -Le Bruce Wayne milliardaire, la figure publique qui œuvre et investit pour le changement à Gotham, est le Surmoi, car il représente la morale qui pousse Bruce à agir. -Le Batman est ici représenté comme le Ça, siège des pulsions qui animent l’homme et le poussent à devenir un justicier violent et sans compromis. Et enfin, en lieu et place du Moi, nous avons le « vrai » Bruce Wayne, l’enfant orphelin qui a perdu ses parents dans Crime Alley, et qui doit faire la synthèse de toutes ces injonctions conscientes ou inconscientes.

Batman Ego est donc une plongée très immersive dans la psyché du Chevalier Noir, et nous pousse à nous interroger sur les implications réelles, en terme de santé mentale, qu’aurait la transformation d’un homme en justicier au ban de la société.

Le style saisissant de Darwin Cooke, reconnaissable grâce à son trait dynamique qui rappelle l’animation, conjugué à l’esthétique rétro futuriste digne d’un Fritz Lang, fait de ce Batman Ego une sorte d’hybride entre Batman the animated series de Bruce Timm, et Batman Year One, de Frank Miller.

En comparaison, les autres histoires courtes proposées dans ce même recueil paraissent moins impactantes, même si elles permettent d’apprécier le style de l’auteur et de ses comparses. On a par exemple un rapide crossover entre le célèbre Spirit de Will Eisner et Batman, qui, bien qu’il reprenne amoureusement les codes des comics pulp, reste un cran en dessous au niveau intensité dramatique. Néanmoins, ce Batman Ego, grâce au comics éponyme, vaut bien quatre Calvin.

note-calvin1
note-calvin1
note-calvin1
note-calvin1
***·Comics·Nouveau !·Numérique·Rapidos·Rétro

Injustice – les dieux sont parmi nous, année 5

Comic de Brian Bucchelatto et collectif.
Urban (2014-2021), édition intégrale par année, 5/5 vol. parus., 320p./volume.

Chaque volume d’intégrale par année rassemble deux volumes de la série publiée de 2014 à 2018 plus les épisodes « annual » intercalés et permettant de développer les interstices de cette bataille des Dieux… A savoir que DC a sorti récemment un Omnibus rassemblant l’intégralité de la série en deux volumes, mais qui ne semblent pas prévus pour le moment chez Urban

Attention spoilers!

injustice-integrale-annee-cinq

Désormais seul aux commandes du Régime, sans adversaires, Superman reste hanté par la résistance pourtant si faible de Batman. Alors que ses propres alliés commencent à manifester des signes de lassitude face à son comportement autoritaire, les seuls qui semblent en mesure de faire pencher la balance sont les super-vilains libérés par l’action folle d’Elastic-man. Rompant toute morale, l’Homme d’acier décide de faire appel aux services des plus grands criminels de la Terre pour retrouver le chevalier noir…

badge numerique

Ça y est, c’est la fin de cette immense saga qui aura su pour une fois me faire presque totalement adhérer à une intrigue de la Justice League grâce au grand talent de Tome Taylor (dont je parlais hier sur Dceased2). Pour une raison qui m’échappe, alors qu’il a tenu l’essentiel des quatre premières « années » d’Injustice, Taylor a ici complètement passé la main, avec pertes puisque cette ultime intégrale revient à un niveau qualitatif assez moyen où les incohérences et trous dans la raquette scénaristique deviennent bien plus visibles au milieu des affrontements. Est-ce à cause du ménage fait dans les rangs des héros ou simplement du fait d’une moins bonne liberté créative, cet opus retombe dans une certaine banalité qui siéra aux fans de DC mais risque de décevoir ceux qui comme moi ont vu dans Injustice un miracle inattendu.Slings & Arrows

Si le principal intérêt de ces derniers actes réside dans la faiblesse de Batman et la quasi disparition de sa résistance, les événements de crise qui avaient pu justifier jusqu’ici l’allégeance sans faille des autres héros n’ont plus lieu ici et on tique pas mal sur l’acceptation par des personnes à la morale la plus élevée des crimes perpétrés par le tyran. Il manque cette friction que l’on attend depuis le début, ce qui rendait le précédent opus intéressant lorsque l’Invincible Wonder Woman se retrouvait face à Superman. A la place on nous instille l’idée que Luthor pourrait agir en coulisse sur différents plans dont on ne nous révèle finalement rien, laissant entendre que certains événements sont à lire dans d’autres publications. Ainsi ce qui faisait la force de cette intégrale à savoir rassembler la totalité de l’intrigue (vraiment!) semble ne plus marcher et nous confronte a l’éternel problème des ties-in, devenus souvent indispensables. Par exemple ces séquences rattachées au spin-off Ground zero (non inclu) et qui nous laissent sans conclusion. De même avec cette conclusion qui part d’une bonne idée… mais semble attendre une suite immédiate.Superman VS Batman (Injustice Gods Among Us Year 5) – Comicnewbies

Si la structure de cette Année cinq ne diffère pas fondamentalement des autres, elle n’a pas la thématique et les rebondissements des précédentes années et se résume à une interminable série d’affrontements avec les vilains et autour de ce faux superman dont on ne saura au final pas grand chose. Comme si les auteurs n’avaient pas su achever leur histoire et que Taylor avait un peu lâchement abandonné le bateau avant l’arrivée au port. Assez décevante donc, cette conclusion donnera suite deux ans plus tard à une série Injustice 2, bien moins volumineuse et décrivant semble t’il l’évolution du monde après la chute du Tyran (… et sans sa protection). A suivre donc…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Comics·Nouveau !·Rapidos

Dceased #2: dead planet

esat-west

Comic de Tom Taylor et Trévor Hairsine
Urban (2021) – (DC (2020), one-shot.

bsic journalismMerci aux éditions Urban pour leur confiance!

Publié sous le titre Dceased 2 par Urban, ce volume rassemble les épisodes de Dceased: Dead Planet. Après les épisodes intercalaires (très dispensables) Unkillable et A Hope at world’s end, nous voyons revenir l’équipe créative initiale pour la véritable suite et fin de la saga de l’anti-vie.

dceased-2

Tout ce qui a commencé doit finir, dit-on. Après s’être fait connaître sur la très grosse série Injustice (dont le dernier tome de l’Intégrale sort cette semaine également), Tom Taylor avait repris sa recette éprouvée sur une variation zombie dans le premier Dceased qui proposait un franc rafraîchissement dans l’univers scans_daily | DCeased: Dead Planet #1planplan de la Justice League. Si le premier tome marquait à nouveau par la liberté très gonflée de Taylor dans le destin définitif des héros, la nécessité de conclure son histoire était un très gros risque de revenir dans la normalité lassante de l’éditeur DC. La question de la réversibilité des décisions scénaristique se posait et je ne vais pas prendre plus de temps pour vous confirmer qu’elle est maintenue! Habitués au Multivers et autres renaissances, préparez-vous, chez Taylor les morts le sont définitivement et sans tabou! La grande force de cette série est donc assumée en s’autorisant à tuer les plus grands héros de la Terre (voir de l’Univers). C’est du reste logique à compter du moment où la mécanique même de Dceased repose (un peu comme dans GOT, toujours lui) sur l’alternance régulière de morts inconcevables. Sur ce point (ainsi que sur les dessins toujours présents sous la talentueuse plume de Trevor Hairsine) le contrat est rempli et le plaisir toujours là.

Malheureusement, outre l’idée d’un happy end incongru, le cahier des charge éditorial revient s’imposer sur ce second volume avec une migration vers les Teen Titans, ligne générale de la plupart des publications DC depuis quelques temps. La pirouette permet aux figures héroïques de ne pas disparaître totalement malgré la mort de leurs porteurs avec les fistons Wayne et El qui prennent la suite de leurs papa (je ne parle pas du Green Lantern dont l’anneau peut choisir un porteur à tout moment). L’intrigue suit donc un retour des héros sur Terre pour chercher un antidote à l’anti-vie. L’idée est clairement bof et casse beaucoup l’atmosphère « je casse mes DCeased: Dead Planet (2020-) Chapter 2 - Page 18jouets » si jouissive précédemment. Très axé sur l’univers de la magie et l’inénarrable John Constantine (le gros point fort de l’album, comme dans toutes les publi où il intervient!), ceux qui ont lu Injustice retrouveront les mêmes ficelles qui, même si elles sont plutôt amusantes, reprennent là encore les défauts de la plupart des publi DC avec une ribambelle de créatures immortelles, défiant les lois de la Nature, et pourtant à mettre au tapis par de simples bourre-pifs… magiques. La toute puissance de Constantine est heureusement compensée par ses réparties toujours drôles.

N’évitant pas quelques étranges blancs dans la continuité des intrigues secondaires qui laissent imaginer des résolutions dans des publications annexes (que deviennent Darkseid et les Néo-dieux?), finissant un peu facilement face à des méchants franchement ridicules, Dceased 2 est donc clairement un ton en-dessous de son prédécesseur. Pourtant malgré le carcan commercial qui le contraint, Tom Taylor reste un des scénaristes américains les plus intéressants dans le genre superslip. Appuyé sur une très belle création graphique il permet de savourer cet album comme une sympathique récréation en pouce café. Dceased aurait clairement pu s’arrêter à la fin du premier tome. Le second n’est pas honteux pour autant.

*****·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Batman White Knight: Harley Quinn

esat-west
Comic de Katana Collins, Sean Murphy, Matteo Scalera et Dave Stewart (coul.)
Urban (2021) – DC (2020), One-shot.

bsic journalism

Merci aux éditions Urban pour leur confiance!

L’ouvrage s’ouvre sur une préface issue d’une critique américaine. Après les six chapitres de l’histoire est insérée la courte histoire réalisée pour le Black, White and Red. Chaque couverture originale (magnifiques!) est en ouverture de chapitre et six couvertures alternatives de Matteo Scalera sont proposées, avant plusieurs pages bichromie (il aurait d’ailleurs été intéressant de savoir comment se répartit le boulot entre le dessinateur italien et la Rolls Royce des coloristes), puis quelques recherches graphiques qui permettent de voir les créations de Sean Murphy et une bio des trois auteurs (… mais pas de Dave Stewart, qui apporte pourtant une touche folle aux planches!). Très belle édition Urban, rien à redire.

batman-white-knight-harley-quinn

Batman n’est plus. Bruce Wayne est emprisonné et la Loi règne désormais sur une Gotham débarrassée définitivement du Joker. Dans ce nouveau contexte, Harleen Quinzel se retrouve confrontée à la dure tâche d’être mère de jumeaux, psychiatre… et héroïne? C’est du moins le destin qui lui semble tracé lorsqu’une série de meurtres touchant d’anciennes stars du cinéma classique sème l’effroi sur la cité…

Coup de coeur! (1)Quoi de plus banal que de voir les recettes gagnantes prolongées à l’envi… au risque de se perdre dans du banal et commercial. Après un chef d’œuvre immédiatement élevé au statut de classique au même titre que les grands ancêtres Dark Knight ou Killing Joke White Knight a permis à Sean Murphy, autrefois sale gosse du comics Indé, de devenir le grand manitou des éditions DC et à l’éditeur de lancer son Black Label auquel l’œuvre de Murphy donne le La. La suite directe Curse of the White Knight était attendu avec inquiétude l’an dernier et avait réussi à renouveler le projet en approfondissant le Review: Batman: White Knight Presents Harley Quinn #4 - Dark Knight Newsnouveau paradigme de Gotham. Lorsqu’un nouvel album dessiné par la star Matteo Scalera (tout juste rescapé d’une aventure pas terrible (mais juteuse) avec le magnat Mark Millar) était annoncé on aurait pu craindre le début d’une descente de spin-off en spin-off sur l’ensemble du bestiaire de Batman. Quelle surprise que de découvrir immédiatement qu’au lieu d’un spin-off on avait tout simplement droit à la suite directe du diptyque!

Batman emprisonné, la conclusion de Curse aurait laissé penser à une reprise du titre de héros par le Red Hood tout juste rentré d’opérations. De Jason Todd on ne verra pourtant qu’un demi sourcil dans ce volume totalement centré sur Harley, si bien qu’il apparaît autant comme une variation du magnifique Harleen qu’une suite au Murphyverse. L’absence des héros et des nemesis permet depuis quelques années aux seconds couteaux de s’émanciper pour notre plus grand bonheur puisqu’ils permettent à des auteurs motivés de s’émanciper des carcans monolithiques des héros centenaires. Ainsi Harley n’est plus ni la copine du Joker ni une méchante (et il semble loin le temps où elle fricotait avec l’herboriste en chef de Gotham). Elle est juste une pauvre fille un peu perdue au milieu de ses deux hyène et de ses bambins, ne sachant pas trop lequel des deux duos est ses enfants préférés. Une façon d’inscrire la dualité du personnage à l’image et dans son originalité et non dans la folie. Car une forme de normalité semble revenue sur la ville maintenant que le couple infernal est éliminé, la chauve-souris à l’ombre, le clown enterré. Une normalité qui ne plait pas à tout le monde même si un certain classicisme de l’enquête nous rappelle les glorieuses heures du Long Halloween.

L’élégance est de mise de la première à la dernière page, déjà par le duo de choc formé par le décidément magnifique Scalera, fort inspiré et qui évite de singer Murphy, avec peut-être le plus grand coloriste depuis quelques années. Les nuances douces de Dave Stewart, la subtilité de ses ombres et de ses détails rendent impossible de déterminer lequel des deux est la vraie star de ces planches. L’album est un régal de bout en bout et mérite Batman: White Knight presents Harley Quinn (DC Comics - 2020) - BD,  informations, cotesla lecture déjà pour ce travail d’orfèvre. S’inscrivant dans la thématique des films noirs de l’âge classique du cinéma américain, Harley Quinn troque les hommages des deux précédents albums aux films Batman qui se sont succédés pour d’autres personnages du passé comme ce faux Spirit. Moins urbain et mécanique que les albums dessinés par Murphy, celui-ci nous rapproche de l’ambiance rétro de Tim Burton.

Construit comme une alternance entre l’enquête autour de ce « copycat » menée par un GTO (dépassé sans leader) et l’itinéraire de la rencontre entre Harleen et Jack Napier, bien avant que celui-ci ne devienne le Joker. Cette alternance permet de rentrer subtilement dans la trinité qu’est Harley: la veuve en galère avec ses marmots, l’héroïne en devenir et la psychiatre qui doit jouer entre son passé et sa dualité profonde. Modifiant profondément (à nouveau!) le passé du personnage et de la mythologie, Sean Murphy et sa compagne scénariste Katana Collins sortent assez franchement du canon super-héroïque pour proposer un très beau portrait de femme moderne.

Excellement écrit, parfaitement dessiné, profond dans ses thématiques intrinsèques comme dans sa variation sur Gotham, Harley Quinn est un nouveau strike du Murphyverse et du Black Label, avec des conséquences qui peuvent être profondes. Sean Murphy semble totalement libre de tordre les personnages de DC dans le sens qu’il lui plait et tant qu’il se passionne pour eux on le suivra jusqu’au bout du monde.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1