****·Comics·East & West·Nouveau !

Mind MGMT: Guerres psychiques et leurs influences invisibles

esat-westPremier tome de 329 pages, comprenant les douze premiers numéros de la série écrite et dessinée par Matt Kindt, parution le 19/03/2020 aux éditions Monsieur Toussaint Louverture.

Where is my Mind ?

Depuis la publication de son best-seller, dans lequel elle résout des meurtres jusque-là non-élucidés, Meru Marlow cherche le rebond, la nouvelle inspiration qui lui fera noircir les pages de ce roman qu’elle espère, et, au passage, qui l’aidera à payer son loyer.

Seulement, la gestation de cette nouvelle œuvre est plus délicate que ce que la jeune femme avait pressenti. Les jours s’égrainent, tant et si bien que la hype de son premier roman a laissé la place à un vide existentiel qu’elle a grand mal à combler.

Toutefois, un jour a priori comme un autre avachie devant son écran de télévision, Meru tombe sur la commémoration d’un incident qui a laissé le monde entier sans voix: il y a deux ans, les passagers du « Vol 815 » ont posé le pied au sol amnésiques. Plus étonnant encore: l’un des passagers, Henry Lyme, s’est volatilisé durant le vol, sans laisser aucune trace.

Meru y voit là les prémisses d’un roman-fleuve, une enquête passionnante qui sera la base de son nouveau roman. Toutefois, en débutant ses investigations, Meru va s’apercevoir qu’elle a posé le doigt sur une couture qui pourrait détricoter la nature même de la réalité telle qu’on la connaît. Et bien vite, les agents du Mind Management, soucieux de maintenir le statu-quo tant qu’il sert leurs intérêts, vont se mettre à sa poursuite.

Ceux qui croivent savoir se trompent

Meru ne l’a pas encore réalisé, mais elle va bientôt découvrir une effrayante et silencieuse conspiration. Le Mind MGMT, entité anonyme, insaisissable, regroupe des agents dotés de capacités mentales hors-normes, formés à toutes sortent de techniques de manipulation, de coercition et de déstabilisation.

Certains de leurs agents sont capables, par exemple, de guérir n’importe quelle blessure par la seule force de leur volonté. D’autres encore ont le don d’anticiper l’avenir en décryptant les pensées de toutes les personnes autour d’eux, ou de créer des commandes subliminales par le biais de messages publicitaires ou de romans, manipulant ainsi les masses.

L’influence du Mind MGMT et ses ramifications sont insondables, quiconque étant susceptible de s’être fait effacer la mémoire, pour peu qu’il ou elle ait représenté une gêne. Meru est donc confrontée d’emblée à un ennemi invisible, invincible, même, qui peut prédire ses actions et jouer avec sa réalité comme bon lui semble.

Ainsi, les frontières du vrai et du faux se confondent-elles au fil des pages, au fur et à mesure que la jeune enquêtrice fauchée soulève les pierres que le MGMT aura bien voulu semer sur son chemin.

Encore une fois, Matt Kindt fait la retentissante démonstration de son talent d’auteur, en livrant une œuvre conceptuelle fourmillante de détails. L’ambiance y est pesante, et la paranoïa telle que l’on se surprend à revenir régulièrement en arrière, incertain de ce que l’on vient de lire un chapitre auparavant.

L’auteur pose patiemment les strates successives de son récit, alternant fausses pistes et révélations, certaines scènes posées dans un chapitre ne prenant sens que grâce à la nouvelle perspective apportée par une information jusqu’alors cachée. Dans Mind MGMT, la réalité perd de sa substance, elle se vide même de son sens étant donné qu’un souvenir peut être effacé, tronqué, altéré, ou tout bonnement fabriqué.

A l’ère de la toute-puissante information confrontée au péril de la Fake News, à l’heure des Deep Fakes et des algorithmes prédictifs, Mind MGMT vient apposer un filtre paralogique sur un questionnement quasi aporétique: où est la Vérité ?

Malgré une méta-narration maîtrisée de bout-en-bout, le graphisme de Kindt n’est clairement pas son point fort. On se laisse néanmoins porter par le trait esquissé et les chaudes aquarelles, qui accentuent encore le goût d’irréel qui traverse ce roman graphique d’une portée tout à fait étourdissante. Une lecture aussi dense que déroutante !

***·Comics·Nouveau !

Hope

esat-west

Histoire complète en 80 pages noir et blanc, écrite par Guy Adams et dessinée par Jimmy Broxton, parue initialement chez 2000AD et publiée le 27/05/20 aux éditions Delcourt.

L’Espoir fait vivre

Mallory Hope est un détective privé qui se respecte: moribond, alcoolique, désabusé tout en restant badass, il enchaîne les enquêtes obscures dans une sorte d’uchronie américaine en 1940.

Ce qui distingue Mallory Hope de votre Jack Gittes habituel, c’est qu’il manie de périlleuses forces issues des arcanes magiques, qui peuvent l’aider dans ses enquêtes, mais qui sont tout aussi susceptibles de causer sa perte.

Il s’avère, dans ce monde en noir et blanc, que la magie est derrière beaucoup d’événements historiques, sous-tendant les grands changements et bien souvent, attisant les plus grandes catastrophes.

Hanté par son passé, comme tout bon personnage de roman Noir, Hope va bien évidemment se voir confier une enquête qui y fait écho, et ainsi se lancer à la recherche d’un enfant-star disparu dans les méandres de Los Angeles. Hope, adepte des backstages, saura-t-il manœuvrer sous les feux des projecteurs ?

Noir c’est noir…

En lisant Hope, on ne pense pas seulement aux œuvres noires comme Chinatown ou Boulevard du Crépuscule, mais aussi inévitablement à Hellblazer. En effet, difficile de ne pas remarquer les similitudes entre Hope et le fameux John Constantine, les deux étant des enquêteurs de l’étrange, adeptes des forces occultes au caractère bien trempé, évoluant dans un univers crépusculaire.

L’intrigue quant à elle, suit une trame assez linéaire sans parti-pris spécifique, l’usage de la magie étant lui-même relativement sporadique, voire anecdotique, puisque l’enquête aurait finalement eu le même cours dans un univers « normal », sans magie.

Le point fort de Hope, outre l’ambiance, ce sont les magnifiques dessins de Jimmy Broxton, qui sortent des cases à chacune des pages. Le noir et blanc met totalement son style en valeur, pour un rendu final assez bluffant.

Hope se lit vite et installe une ambiance noire de façon efficace. On peut déplorer la linéarité de l’intrigue et une fin abrupte, mais la partie graphique rehausse indubitablement le tout !

***·BD·Jeunesse·Nouveau !·Numérique·Rapidos

Malcolm Max #1: les pilleurs de sépulture

La BD!

BD Peter Mennigen et Ingo Römling

Delcourt (2020), 72p., un volume paru sur quatre.

badge numeriqueLa série Malcolm Max est parue en Allemagne chez Splitter-Verlag avec quatre tomes et un spin-off

 

MALCOLM MAX 01 C1C4.indd

Étonnante série que ce Malcolm Max, premier tome d’une série allemande qui en compte  déjà  quatre et propose un personnage à la Sherlock holmes dans une atmosphère très victorienne teintée de mystères. Ce début d’enquête autour de meurtres atroces perpétrés sur des femmes dans des conditions rationnellement impossibles fait fortement penser à la série récente Les métamorphoses 1858.  L’album, très didactique sur l’époque, s’ouvre sur un rappel du contexte et une présentation du duo improbable formé par ce dandy brillant et une demi-vampire… dont on ne saisit pas bien l’utilité fantastique au terme de cette première partie. Les auteurs jouent beaucoup sur le comique des échanges entre ces Malcolm Max -1- Les pilleurs de sépulturesdeux êtres vifs à la répartie percutante et prennent le temps de bien expliquer le cheminement de l’enquête, au risque d’un petit rythme. Je disais étonnante car de par les dessins proches du cartoon (entre Bones et Clevinger) et des dialogues à la simplicité déconcertante on envisage une lecture destinée à la jeunesse… Malcolm Max peut ainsi être une bonne introduction à cette ambiance d’enquête brumeuse même si certaines idées peuvent apparaître déplacés  (le « ver libidineux » ou le récit des crimes) pour un tel public. Doté de dessins très sympathiques d’un Igo Römling passé sur l’adaptation comic de la série d’animation Star wars Rebels, l’album pèche un peu au niveau des textes un peu appuyés comme son scénario pourtant assez accrocheur faute d’une folle originalité. Au final on a un bon démarrage pour débuter dans la BD fantastique avec des personnages assez cool… ce qui ne suffira pas à accrocher des lecteurs chevronnés faute d’une idée vraiment novatrice. A noter que l’album comprend un volumineux cahier final rempli d’explications sur la réalisation de l’album.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !

No Body, saison 2 #1

La BD!

BD de Christian De Metter
Soleil (2019), 92p., volume 1/3, saison 2.

Reprenant le format comics de la précédente excellente saison américaine, cet ouvrage annonce une histoire en trois parties (déjà titrées: L’agneau/ Les loups/ le berger) située dans l’Italie des années de plomb. Hormis une maquette assez travaillée et dotée d’un vernis sélectif, rien de notable en matière éditoriale et toujours le même regret d’absence de documentation sur la période. Ce serait une vraie valeur ajoutée étant donnée le projet.

couv_375692Italie, 1974. Dans une Italie où l’actualité se partage entre le football et les attentats et enlèvements, le commissaire Sordi doit enquêter sur l’enlèvement d’une fille de bonne famille. Entre son collègue qui semble plus préoccupé par les fesses des filles et les buts de la Lazio et des terroristes qui n’ont pas encore demandé de rançon, il faut manœuvrer finement et en eaux troubles…

Ce qui faisait le sel de la première saison de No Body c’était son atmosphère et une construction en aller/retour temporels calqués sur l’excellentissime série américaine True Detectives. Dans ce nouvel album très réaliste, c’est plutôt l’immersion dans une atmosphère très particulière que l’auteur recherche. Difficile de se prononcer sur une intrigue qui débute juste avec une construction que l’on pressent très linéaire et logique au vu des titres des parties. Si le scénario instille des mystères sur ses personnages, on suit un étonnant classicisme dans cette progression vers l’enlèvement. Toujours proche du cinéma, Christian De Metter maîtrise parfaitement son art du cadrage, du rythme et des dialogues. On ne s’ennuie pas une seconde à cette lecture dont on sort pourtant un peu sur sa faim si l’on se remémore la tension de la saison 1. Obligé de comparer lorsque l’on a l’historique (je rappelle que cette saison est totalement découplée de la première), on ressent une petite baisse, une sagesse que l’on n’attendait pas et qui fait de cet album un bon policier qui pour le moment ne ressort pourtant pas du lot.

L’objet de l’ouvrage est donc bien documentaire, croquer des trognes, moustaches et pattes d’eph, les camionnettes en tôle de la police, les imper qui nous rappellent des NOBODY Saison 2 Épisode 1 - L'AgneauVerneuil. Sur ce plan c’est très réussi et l’on se plait à suivre ce commissaire un peu absent chez qui on devine un secret qui n’attend que d’exploser dans les prochains volumes. Car on suppose que sous ce calme apparent se cachent des drames à venir dans les deux prochains volumes tant on n’imagine pas un auteur chevronné comme De Metter se contenter d’un ouvrage aussi simple. Vu comme une introduction à l’histoire (l’album s’ouvre sur la fuite de la jeune fille avant de nous relater les événements qui ont conduit à cela et de s’achever sur la scène du début, bouclant la boucle) l’album n’a pas le temps d’installer ni véritable mystère, ni drame.

Sur le plan graphique l’auteur revient à sa technique à effet crayonné qu’il avait modernisé sur la fin de la précédente saison. J’aurais préféré un trait plus réaliste mais les habitués seront servis tant son style est reconnaissable. N’étant que peu friand de cette esthétique je lui reconnais pourtant une efficacité certaine dans la reconstitution même si j’aurais préféré un trait plus réaliste.

Il ressort donc de cette mise en bouche un vrai plaisir de lecture qui s’appuie principalement sur des dialogues et personnages costauds faute d’intrigue surprenante. N’abordant finalement pas le sujet très politique de la guerre froide et ses implication sur le pays, l’auteur prends le temps de nous installer confortablement dans notre fauteuil pour ce premier acte d’une trilogie qui devrait monter en puissance.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Comics·East & West·Nouveau !·Rapidos

Wonder Woman: La chute de Tir na Nog

esat-west

Comic de Liam Sharp et ROmulo Fajardo (coul.)
Urban (2019), 132p., série en cours.

couv_376310L’album peut être lu comme un one-shot (l’histoire a une conclusion) mais va se prolonger avec une fin ouverte. Une introduction explique le projet graphique d’hommage à l’illustrateur Jim Fitzpatrick, connu pour avoir conçu la célébrissime image du Che, bichromie de la photo de Korda, mais également pour ses graphismes semi art déco inspirés de l’imagerie celte. L’ouvrage s’ouvre donc sur une préface de Fitzpatrick expliquant les inspirations de Sharp et le rôle de transmission de chaque auteur, produisant la matière aux futures générations de dessinateurs. Vient ensuite un court lexique des personnages du mythe apparaissant dans l’album et le volume se termine après six chapitres par deux simples planches de couvertures encrées. On a vu plus fourni chez Urban. La couverture est néanmoins absolument superbe et donne à elle seule envie d’ouvrir l’ouvrage…

Alors qu’elle jouit d’un repos mérité Diana de Thémyscira (Wonder Woman) est approchée par une créature mythique, le dieu Cernunnos Cernach, gardien de l’équilibre de Tir Na Nog, le royaume caché où vivent les clans du Petit Peuple depuis des siècles. Pourtant le conflit gronde sur place et lorsque Wonder Woman arrive sur place c’est pour constater que le pire a commencé: le roi des Fomoires a été tué, provoquant un vent de guerre inéluctable. L’amazone fait alors appel au plus grand détective de la Terre…

https://cdn-s-www.bienpublic.com/images/3BC89548-7AB7-407D-AE8E-A492EEEE9F72/NW_raw/urban-comics-2019-(-dc-comics-2018)-1571845556.jpgConcentrant mes lectures DC presque exclusivement sur les aventures du Chevalier noir, ce (presque) one-shot m’a vivement fait de l’œil avec son graphisme très particulier et cette enquête au pays des dieux celtes. Car ne soyez pas trompé par le rangement de l’ouvrage dans la collection Wonder Woman: il s’agit bien d’une enquête de Batman dans laquelle est conviée l’Amazone, personnage important mais clairement secondaire ici. Le seul fait que l’univers abordé soit féerique justifie ce rangement.

Ouvrage du seul Liam Sharp (plus proche des Frazetta, Bisley et des personnages de Vampirella et Judge Dredd que des super-héros en collant du Big Two), La chute de Tir Na Nog est une vraie bonne nouvelle dans le monde du comic mainstream. Organisé comme une enquête des plus classique, la narration se trouve complexifiée à la fois par le graphisme de Sharp jouant sur les cases et leur habillage de fioritures celtique qui font bien plus que décorer l’album et sur une navigation entre les deux mondes. Le cœur de l’intrigue étant de plonger le cartésianisme absolu de Batman dans un univers fait de magie, le dessin se devait de nous immerger dans cet impossible. Car pour une fois ce n’est pas la seule irruption de monstres dentus qui fait le fantastique mais bien Batman qui est une anomalie. Avançant tel Sherlock Holmes en dénichant indice après indice Preview of The Brave and the Bold: Batman and Wonder Woman #4jusqu’à révéler une impensable machination, Batman doit faire le lien avec des évènements inexpliqués survenus dans le quartier irlandais de Gotham… Pour une fois aucune implication du bestiaire du Batverse (eh oui, il est chez Wonder woman en guest star!) ne viens troubler son enquête.

Le propos de Sharp est bien de nous entraîner en visite touristique dans cet univers mythologique si particulier et complexe dont on nous relatera en détail les batailles épiques passées. Parfois complexe à prendre en main du fait des nombreux termes, noms et généalogies, cet album reste assez fascinant par l’immersion exotique qu’il procure. Deux lectures ne seront pas de trop au profane pour digérer cette richesse habillée par des superbes planches d’une grande homogénéité et bien peu de déchets. La Chute de Tir Na Nog est une bien belle balade en compagnie de l’élégante amazone et de la Chauve-souris. Accessible, une fois n’est pas coutume, aux nouveaux venus dans l’univers des héros DC et totalement détaché de toute autre arc de cet univers, je conseille cette découverte culturelle qui vous ravira par la chatoyance végétale de ses pages fort inspirées.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !·Service Presse

Clinton Road

esat-west

Récit complet en 136 pages, écrit et dessiné par Vincenzo Balzano, paru le 24/01/2020 aux éditions Ankama.

bsic journalismMerci aux éditions Ankama pour cette lecture.

On the road again

John Morgan mène une existence en apparence paisible dans le comté de Passaic dans le New Jersey. Ses journées monotones en tant que ranger sont rythmées par ses patrouilles le long de la Clinton Road, une route quasi désertique qui entretient la réputation d’être hantée, et ses conversations distantes avec son fils Benjamin, qu’il élève seul.

La morne quiétude de John va être bousculée lorsqu’il devra se lancer à la poursuite d’une bande de braconniers qui sévit dans la forêt, le long de la Clinton Road. Son enquête va lui faire rencontrer des personnages à la fois étranges et familiers, qui l’aiguilleront progressivement vers la vérité autour de la route hantée et les esprits tourmentés qui en sont prisonniers.

I see dead people

L’ambiance de Clinton Road est posée dès les premières planches, grâce aux couleurs pastel et au sublime dessin de Vincenzo Balzano. Le récit, au rythme lent, traîne son protagoniste placide dans un univers sombre où la mort plane à chaque virage de cette route maudite, derrière chaque arbre de cette forêt moribonde, dont l’apparence et la place dans le récit évoquent le concept du Genius Loci, qui désigne en fiction les lieux malveillants doués d’une volonté propre, souvent évoqués dans les œuvres de Stephen King ou encore de Lovecraft.

La lecture de Clinton Road est envoûtante, mais peut tout de même laisser le lecteur pragmatique perplexe. En effet, l’intrigue et son rythme particulier laissent volontairement le lecteur dans le flou, à l’image de son héros John Morgan, qui navigue à vue sur un terrain qu’il connaît pourtant par-cœur, et ceci pour le mener à un final perturbant bien que déjà-vu.

Clinton Road demeure un très bon roman graphique, où Vincenzo Balzano fait montre de l’étendue de son talent.

****·BD·Mercredi BD·Nouveau !·Service Presse

Identités troubles

BD du mercredi
BD de Benoit Rivière et philippe Scoffoni
Les humanoïdes associés (2020), intégrale.

bsic journalismMerci aux Humanos pour cette découverte.

couv_381448Cette intégrale est une ressortie de la série Milo, parue en trois volumes chez Delcourt entre 2008 et 2011. Le format est plus compact que les albums d’origine, ce qui n’est pas gênant. Une illustration originale plutôt inspirée et dans l’esprit de l’album habille la couverture et la page de titre reprend la couverture du tome deux d’origine. Le volume se termine par quatre pages de recherches graphiques poussées. Une plutôt belle édition, qui aurait pu être un peu plus aboutie en matière de bonus mais qui propose pour vingt-cinq euros un très agréable one-shot. A noter que le renommage de cette trilogie est une très bonne idée tant le héros éponyme est loin d’être central dans l’intrigue.

Los angeles 2050, lors d’une patrouille de routine, le criminagent Milo Deckman assiste à un assassinat en pleine rue. Balancé malgré lui dans une enquête qui lui glisse entre les doigts, il va devoir résoudre la double identité d’une jeune femme au destin tragique, alors que barbouzes et truands semblent s’intéresser également à ce dossier…

Résultat de recherche d'images pour "scoffoni milo"Dans un bon polar il faut un mort, un mystère et des truands tête de con. Identités troubles a les trois, et trois de très bon niveau… Si l’environnement est futuriste c’est à dose très homéopathique et très sincèrement cette histoire aurait pu être transposée en époque contemporaine tant elle est classique. Attention, d’un classicisme qu’on aime! Celui des villa de Mulhollande drive, des femmes mystérieuses et des amours contrariées. Celui des flics ripoux et des incorruptibles. Celui des agents d’Etat qui ont moins de morale que les barons de la drogue. Dans ce maelstrom, Milo, une gueule qui vous attire la sympathie (non sans rappeler la gueule d’ange de Slots), une ténacité qui en font un bon flic, aussi prêt à se jeter dans les emmerdes que oralement tenu de ne jamais laisser tomber. Le personnage n’est pas central mais il est absolument réussi en ce que l’on a envie de l’accompagner et de lui souffler à l’oreille d’aller voir derrière le rideau. Les auteurs maîtrisent suffisamment leur création pour éviter les fausses bonnes idées comme celle d’une histoire d’amour à laquelle on ne croirait pas. Non, Milo est un flic, juste un flic. Pas un super-flic. Pas un justicier. Juste un type payé pour résoudre des crimes et qui ne parvient pas à recoller les morceaux de cette histoire de morte à deux noms.

Résultat de recherche d'images pour "scoffoni milo"A côté du personnage, qu’on voit finalement assez peu, une bonne histoire. Celle d’une femme prise dans des filets sans échappatoire. Les filets de la lutte d’Etat contre la drogue. Placez une agence gouvernementale, des services de police qui se tirent dans les pattes et des barbouzes que le pouvoir sans limite à laissé loin de la ligne de la justice et vous aurez une histoire triste mais passionnante, une histoire humaine où tous les personnages sont réussis dans leurs motivations individualistes. Un monde d’hommes décidés à tout prendre. Un monde de cyniques qui ne croient pas à l’amour et une femme qui voulait y croire. Au milieu de cela le petit criminagent Milo, avec sa gueule de cocker apporte de l’humanité.

Pour sa première BD Philippe Scoffoni livre une partition impressionnante, du dessin à la couleur, notamment sur le premier volume. Progressivement la technique se normalise, épurant un peu le trait pour laisser une importance un peu trop importante à la colorisation venant remplir les vides. Le caractère traditionnel se perd pour quelque Résultat de recherche d'images pour "milo scoffoni"chose de plus plat. Mais on reste de bout en bout dans une grande élégance et précision technique qui maintiennent une harmonie que peu de jeunes auteurs ont sur leurs albums de démarrage. L’école rappelle celle des Servain ou Hirn de la fin des années 2000. C’est reconnaissable mais très loin d’avoir vieilli. L’esthétique urbaine vaguement anticipation est rehaussée de quelques séquences oniriques de réalité virtuelle qui permettent de faire respirer les pages et de montrer l’étendue du talent de Scoffoni. Très classe tout en présentant bien ces ambiances nocturnes illuminées des néons numériques. Que ce soit dans les séquences d’action, assez brèves, ou les dialogues, le dessinateur est à l’aide dans toutes les situations.

Excellente surprise, ce polar à l’ancienne attire une grande sympathie par des personnages fort réussis et dont le dessin colle parfaitement avec le texte. Les quelques coquilles surprenantes qui parsèment les bulles ça et là ne suffisent pas à nous faire lâcher l’attention. Sachant surprendre part des thématiques que l’on attendait pas dans ce genre, les auteurs nous livrent une randonnée nocturne autour de l’identité, du libre arbitre et de l’amour, tout simplement. Une bien belle BD.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

***·BD·Nouveau !

Le Serpent et la Lance #1

BD de Hub, couleurs de Li.
Delcourt (2019), 178p., série en cours prévue en 3 tomes.

couv_376690Chaque civilisation connaît une genèse, puis une apogée suivie d’un inévitable déclin. Entre ces trois grands pivots, prennent place des événements qui reflètent parfois les dysfonctionnements de leurs époques respectives. Les Aztèques n’ont pas fait exception et Hub s’attelle à nous le prouver avec son album Le Serpent et la Lance.

Le crime n’a pas de frontière

Ce premier tome, intitulé Ombre-Montagne, fait surgir le crime dans un empire déjà ébranlé par la famine et les luttes de pouvoir. Des momies de jeunes filles sont retrouvées aux quatre coins de l’Empire, énuclées et portant les stigmates d’une mort violente. Pour éviter le risque de panique, les autorités mandatent Serpent, sorte de représentant de l’ordre/magistrat, qui compense les difformités dont il est affublé, par une vision draconienne de la justice. Le souci, c’est que ce ne sont pas seulement les ordres que le fonctionnaire zélé va exécuter: cruel et sanguinaire, il va faire en sorte d’étouffer, ou plutôt d’étrangler avec une corde, cette sordide affaire et ses témoins.

Pas de bras, pas de chocolat !

Home Sweet Home

Devant ce désastre annoncé, Cozatl, un dignitaire dirigeant le culte de Tlaloc, missionne son ami d’enfance, Œil-Lance, afin de mener sa propre enquête, espérant devancer le tortionnaire. Réticent, Oeil-Lance va devoir regagner sa ville natale et ainsi se confronter à de douloureux souvenirs, qui sont peut-être la clé des meurtres en question… Le Serpent et la Lance mêle donc le récit historique à l’enquête policière. A l’instar d’un Mystic River, le héros va revenir chez lui et retrouver de vieilles connaissances tout en élucidant des crimes faisant écho à son passé.

Résultat de recherche d'images pour "le serpent et la lance hub"L’intrigue de ce premier acte est très bien ficelée et respecte les étapes habituelles de l’enquête policière, avec la découverte des premiers indices et les premières pistes qui s’en dégagent. Les liens entre les personnages paraissent tangibles et profonds, et les informations distillées par les flash-back permettent de s’investir dans ces destins croisés et d’en comprendre les enjeux.

Graphiquement parlant, j’ai été très impressionné par les larges plans mis en scène par Hub, ainsi que par le niveau de détail qu’il y emploie. L’abondante pagination ne peut que laisser admiratif, car elle a très certainement demandé un travail titanesque à l’auteur.

Le travail de recherche et de documentation a du être également intense, car Hub nous en fait la démonstration case après case, par les décors et les nombreux noms et éléments de décorum. Attention cependant, les noms propres sont à chaque coin de phylactère et peuvent à certains moment opacifier le récit.

En conclusion, Le Serpent et la Lance constitue un très bel album, le premier d’une trilogie à suivre assurément !

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·Cinéma·Graphismes·Rétro

Visionnage: La passion Van Gogh

ob_777388_banner

Film d’animation anglo-polonais de Dorota Kobiela et Hugh Welchman (2017)

Les films d’animation j’adore ça et il y en a beaucoup! Le problème c’est que les dessinateurs et réalisateurs aiment à expérimenter des formes novatrices qui ne s’accommodent pas toujours d’une narration fluide (un film reste un film et pas simplement de belles images, un peu comme pour la BD). Récemment j’ai chroniqué la Tortue rouge, film novateur, ambitieux, primé et assez contemplatif. De plus en plus j’ai constaté qu’une technique impressionnante est mise en avant (grâce à l’ordinateur souvent), parfois en privilégiant trop la forme. Dans le même temps l’ordinateur permettant à peu près tout, on est régulièrement perturbé par une forme visuelle qui nous interpelle en se demandant la part de technique physique et numérique. Ainsi sur Adama qui avait tout d’une très belle technique 3D et s’avérait finalement d’une technique mixte de sculpture modélisée ensuite à l’ordinateur.Image associée Lorsque j’ai vu la bande annonce de « Loving Vincent » j’ai bien entendu été impressionné par le rendu d’une grande fluidité mais également convaincu qu’il s’agissait d’animation informatique… ce qui n’est pas le cas. Le projet du film est dès l’origine de réaliser le premier métrage entièrement peint à l’huile dans le style de Vincent Van Gogh. La peintre polonaise Dorota Kobiela envisageait à l’origine un court-métrage étant donnée l’immensité de la tâche et a été convaincue par son ami le producteur primé Hugh Welchman et l’arrivée de financement inattendus (tout ceci est expliqué dans le making-of passionnant inclu dans le DVD). S’est alors mise en place une logistique entre Londres et la Pologne prévoyant un tournage avec acteurs anglo-saxons (relativement connus) sur fond vert puis une véritable usine à peinture rassemblant à terme une centaine de peintres expérimentés dans la technique à l’huile qui ont produit pas moins de 65.000 peintures… Image associéeVous avez bien lu! Sur le fonds ce film utilise donc une technique très connue, le principe de la rotoscopie  qu’utilisait Disney sur ses premiers films et qui permet une fluidité sans égal puisque l’on dessine sur la pellicule tournée avec acteurs. L’animation est très gourmande en dessins puisque plus c’est fluide plus il y aura eu de dessins. Peut-être que l’ordinateur permet aujourd’hui de calculer des transitions plus économiques mais en traditionnel il n’y a pas d’autres alternative.Résultat de recherche d'images pour "loving vincent"

Et donc sur La passion Van Gogh les dessins sont remplacés par des peintures à l’huile, avec la différence de temps de réalisation que vous imaginez entre les deux. C’est proprement hallucinant et il semble que le film n’ait pas mis plus de temps à être réalisé (six ans) qu’un film en Stop Motion, une des techniques d’animation les plus gourmandes en temps. Avec un budget économe (étant donné le temps de peinture à payer cent personnes à temps plein) de 5.5 millions de dollars pour une recette de 42 millions, il est très agréable de voir qu’une telle aventure peut plaire au publie et devenir rapidement rentable et faciliter mécaniquement les projets ambitieux d’autres personnes. Cela car les auteurs ne se sont pas contentés de reprendre les thèmes graphiques de l’oeuvre de Van Gogh, partant de ses tableaux pour les lieux, de ses personnages pour construire une histoire policière: le fils d’un ami du peintre part à Auvers pour interroger les dernières personnes à l’avoir vu vivant et mets en doute la thèse du suicide… Image associéeSi la grande ressemblance des personnages animés avec leur acteur et la fluidité de l’animation peut parfois nous sortir un peu de l’univers graphique de Van Gogh, le résultat final est très enthousiasmant et fascinant quand à l’imaginations sans fin des artistes et du cinéma d’animation en général. Je ne saurais que trop vous conseiller ce visionnage qui en outre vous donnera peut-être comme à moi l’envie de mieux connaître la peinture du néerlandais à l’oreille coupée!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

****·BD·Mercredi BD·Nouveau !

Dans la tête de Sherlock Holmes #1

BD du mercredi
BD de Cyril Liéron et Benoit Dahan
Ankama (2019), 47 p., 1 vol/2 paru.

couv_364654

mediathequeJ’adore les expérimentations formelles en BD (comme Wika ou Saccages dernièrement) et avec cet album j’ai été servi! Dès la couverture (qui est l’une des plus réussies de l’année) on a une invitation à ouvrir l’album qui est construit à la manière des livres jeunesse mêlant histoire et jeu. La tête du détective que vous voyez sur l’illustration est découpée en laissant voir l’intérieur de couverture illustré présentant la bibliothèque intérieure du héros! Le design général est un dessin à lui tout seul  et l’album se termine par un petit résumé graphique des indices glanés avant de pouvoir lire la conclusion de l’enquête dans le tome deux. Chapeau bas aux auteurs et à l’éditeur pour un objet aussi sympa qui nous mets dans des conditions idéales pour entrer dans la tête de Sherlock Holmes!

Un professeur de médecine errant en chemise de nuit dans une Londres endormie… il n’en faut pas plus pour attirer l’attention du célèbre Sherlock Holmes qui va se mettre en chasse et en réflexion pour résoudre cette nouvelle affaire qui semble impliquer une compagnie de théâtre asiatique…

Résultat de recherche d'images pour "dahan dans la tête de sherlock holmes"Je l’avais vu passer à sa sortie, entendu beaucoup de bien… mais bon. L’album est peut-être sorti sur une mauvaise période et le premier regard aux dessins ne m’avait pas attiré. Et quelle erreur, tant Dans la tête de Sherlock Holmes procure un plaisir de lecture jubilatoire en poussant le jeu du découpage très loin. Le principe avait été exploré précédemment par les auteurs mais semble ici idéalement adapté à cette enquête classique de l’habitant du 221 b Baker Street, qui se place juste après la nouvelle La ligue des rouquins. Dans des tons marron-orangé inspirant le bois et les cartes jaunies des vieux ouvrages, l’album fourmille de détails, que ce soit dans un style graphique fait de mille traits ou dans les décors proprement dits conçus pour permettre ce jeu de piste qui Résultat de recherche d'images pour "dahan dans la tête de sherlock holmes"fait de cet album un mélange entre BD et livre-jeu. Afin de permettre une grande fluidité dans la lecture et la compréhension d’une intrigue forcément complexe les auteurs ont créé littéralement un fil rouge que nous suivons et nous indique quelle zone suit quelle zone. Car avec de fréquentes doubles pages à lire dans leur ensemble, Dans la tête de Sherlock Holmes  brise totalement les cases classiques de la BD!

Le concept étant bien de suivre la mécanique du cerveau du génie, l’histoire est sommes toute linéaire puisque Sherlock parcourt étape par étape, méthodiquement rendant tout cela « élémentaire ». Dans une BD classique on se serait dit que tout est bien trop facile mais pas ici! Nous voyons donc régulièrement des indices formalisés comme document administratif que l’enquêteur monte ranger dans un tiroir de son cerveau-masure où tout est soigneusement trié, catalogué et classé. Il n’a donc plus qu’à récupérer l’information précédemment repérée pour déboucher sur la solution au problème. De la même manière, dans le champ du réel les pages sont habillées de différentes formes générales et les cases proprement dites ajoutées de zoom sur des éléments notables, comme le texte où sont soulignés en rouge les indices correspondant à l’objet visuel… On lit donc la page comme un jeu de piste, s’amusant à voir Sherlock Résultat de recherche d'images pour "dahan dans la tête de sherlock holmes"traduire avec son système mental les diarrhées verbales d’informations qui lui arrivent des témoins, où il filtre le stricte nécessaire…

Les dessins de Benoit Dahan ne sont pas les plus techniques qui soient mais montrent une passion, un plaisir à la réalisation minutieuse qui ne peut qu’être contagieux. Tout est réussi dans cet album, jusqu’au choix de l’intrigue en diptyque qui permet un cliffhanger tout à fait feuilletonesque de bon ton. Et quand on voit que la tomaison laisse envisager d’autres enquêtes sur le même modèle on ne peut que se réjouir. Dans la tête de Sherlock Holmes est l’excellente surprise de l’année, une jolie lecture rafraîchissante qui peut en outre (grâce à son système visuel) être lue assez jeune.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1