****·BD·Nouveau !

Les vieux Fourneaux #7: chauds comme le climat

La BD!
BD de Wilfried Lupano, Paul Cauuet ert Jerôme Maffre (coul.)
Dargaud (2022), série en cours, 54p./album.
couv_457519

Dans une bonne histoire il faut toujours un adversaire redoutable. Garan-servier est depuis le début de la série cette incarnation d’un capitalisme prédateur et relié à toutes les péripéties du village de Montcoeur. Mais voilà que l’affreux en vient à casser sa pipe… ce qui déclenche un engrenage mortifère lorsque la marche immorale du monde vient se rappeler au souvenir de nos militants du troisième âge…

Les Vieux Fourneaux - Tome 7 - Les Vieux Fourneaux - Chauds comme le climat  - Wilfrid Lupano, Paul Cauuet - cartonné - Achat Livre | fnacLa question qui tourne autour de la série c’est sa durée de vie… et celle de ses personnages. Les auteurs nous ont déjà fait le coup plusieurs fois de la disparition d’un des protagonistes et l’on imagine mal les Vieux fourneaux continuer sans un membre du trio. Alors que la fille de Sophie grandit bien on voit passer le temps, qui indique que Lupano et Cauuet n’imaginent pas leur poule aux œufs d’or comme éternelle puisqu’ils choisi une trame non figée dans une bulle sans chronologie comme le sont certaines séries. Ainsi la disparition de Garan-Servier, évènement déclencheur de cet épisode est surtout un prétexte à la dénonciation du fascisme rampant qui gangrène les têtes d’une partie de la jeunesse française… et par incidence Montcoeuroise. Sous ce thème politique ce sont les péripéties plus classiques qui sont les plus efficaces pour nous faire rire toujours aussi franchement: ainsi la participation d’Antoine et Pierrot à une manif entre blackblocks et CRS, l’irruption rageuse de la redoutable Berthe dans un barbecue organisé par le maire et les truculents échanges de village ou de troquet qui permettent à Lupano de nous ravir de son magnifique sens du dialogue comme bon héritier d’Audiard.

Les vieux fourneaux est une BD militante grand public qui fait le même effet que l’écoute d’un album de Renaud. Notre époque désabusée d’un capitalisme triomphant qui ouvre la porte au fascisme a tendance à nous faire oublier que la culture et les loisirs culturels sont aussi un vecteur de combat pour dénoncer la résignation et rappeler qu’un autre monde est possible. A travers ses papy et notamment le génial Pierrot Wilfried Lupano nous bouscule par des vérités qu’il ne faut jamais se lasser de rappeler. La grande diversité de la galerie de personnages évite le manichéisme qui aurait perdu nombre de lecteurs. Cette série est toujours un grand plaisir BD, excellemment bien dessinée, prodigieusement écrite, une sorte d’Asterix du XXI° siècle, que l’on attend avec impatience et la garantie d’un entertainment à la française.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

****·BD·Nouveau !

Furieuse

Histoire complète en 240 pages, écrite par Geoffroy Monde et dessinée par Mathieu Burniat. Parution le 14/10/22 chez Dargaud.

La Ballade du Seum et de l’Héroïsme

Oubliez la légende du Roi Arthur telle qu’on vous l’a racontée. Le héros au coeur pur qui tire l’épée enchantée du rocher pour affronter de méchants sorciers n’est qu’une gentille fable, un conte patriarcal et condescendant, qui ne saurait être plus éloigné de la réalité. Oh, bien sûr, comme tout conte, celui-ci a aussi un fond de vérité. Il y a très longtemps, Arthur se dressa bel et bien, muni de son épée enchantée, pour repousser une horde de démons tout droit sortis de l’Enfer.

Accueilli en héros, il conquit ensuite les royaumes voisins afin de les unifier, devenant Roi de Kamelott. Mais les années ont passé, et Arthur a depuis sombré dans l’alcoolisme et la dépravation, noyant ses années de gloire sous des couches de crasse et des litres de piquette. Désormais veuf, et n’ayant plus que sa fille cadette Ysabelle à ses côtés, il est bien loin de la légende.

Ysabelle, quant à elle, enrage de voir l’épave qu’est devenu son père. Elle, qui vit enfermée dans le chateau, ne rêve que de partir à l’aventure, mais elle peine à se soustraire à la convoitise du Baron de Cumbre, vieil énergumène libidineux à qui elle fut promise. Lorsque la jeune fille apprend, la veille de son mariage, que sa soeur aînée Maxine, absente depuis plusieurs années, avait justement fugué pour échapper à son union avec le Baron, son sang ne fait qu’un tour.

Ysabelle prend alors la décision la plus importante de sa vie: accompagnée de l’épée magique de son père, qui ne supporte plus l’ennui et les outrages qu’elle subit aux mains d’Arthur, elle fait son baluchon et part retrouver sa soeur. Ce sera le début d’un voyage initiatique rocambolesque, durant lequel Ysabelle s’émancipera de son père.

On connaissait Geffroy Monde pour des séries comme Poussière, où il officiait en tant qu’auteur complet. On le retrouve ici au scénario, secondé au dessin par Mathieu Burniat. Le duo donne naissance à une aventure décalée, assez éloignée des poncifs de la fantasy, et qui inflige de franches estafilades au mythe arthurien. L’idée que la descendance du Roi Arthur soit assurée par une fille impétueuse n’est pas nouvelle (il n’y a qu’à voir Olwenn, fille d’Arthur, série en 2 tomes chez Vents d’Ouest / Glénat), mais elle est traitée ici avec humour et dérision, ce qui ajoute un vent de fraîcheur bienvenu.

On adhère donc bien à la figure du héros déchu, et par conséquent à la cause de notre héroïne, qui souhaite s’affranchir du patriarcat et prendre en main son destin. Tantôt naïve, tantôt pourrie-gâtée, Ysabelle n’en demeure pas moins un personnage attanchant qui évolue tout au long du récit, avec en toile de fond la trame de l’émancipation.

L’auteur a aussi été bien inspiré de baser son récit sur une dynamique de duo, héroïne ingénue / épée qui parle, car il permet d’instaurer toutes sortes de situations rocambolesques et donne au scénario un pivot en trois articulations qui se suit avec plaisir tout au long des 240 pages (tout de même!).

S’agissant du ton, on sent de franches similitudes avec Les Sauroctones, notamment par la nature des dialogues ou par l’absurdité de certaines situations. Le trait simple mais très expressif de Mathieu Burniat se marie d’ailleurs à merveille avec ce ton décalé, sans pour autant verser dans la parodie.

Concernant les thématiques, nous sommes bien sûrs face à un récit resolument féministe, mettant en exergue l’émancipation féminine face à une engeance masculine faible, lâche, veule, qui ne voit la femme que comme une nuisance ou une ressource à exploiter. C’est d’ailleurs un trait représentatif de la société féodale, où les femmes étaient simultanément écartées du pouvoir tout en étant indispensable à la perpétuation des dynasties.

Furieuse est donc une vraie réussite, drôle, bien écrite, et dotée d’une identité propre. On n’est pas loin du 5 Calvin !

***·BD·Nouveau !

Noir burlesque 2/2

La BD!
BD de Enrico Marini
Dargaud (2022), 122p., diptyque complet.

couv_457534

Le premier tome sorti tout pile un an avant m’avait envouté dans son atmosphère de film noir et cette suspension introductive qui nous laissera nous demander tout le long de la lecture comment finit cette histoire d’amour impossible… Et la première qualité de ce second et dernier(?) tome est sa couverture, remarquablement harmonieuse avec le premier et qui permet de constituer une magnifique affiche côte à Noir Burlesque T. 2 : Marini avec son art et son rêve - ActuaBDcôte. Dans le monde littéraire l’objet-livre importe et on peut dire que Dargaud et Marini ont peaufiné cette très belle édition qui aurait mérité un petit cahier graphique en note d’intention de l’auteur. L’édition collector Momie proposant quelques illustrations pour cinq euros de plus ne suffit pas à combler cette (petite) frustration. Un grand projet d’auteur mérite une grande édition. Celle-ci est juste très jolie.

Après une première moitié très ambiance qui posait les personnages nous voilà embarqué pour cent pages d’action aux dialogues enlevés comme sait les faire Enrico Marini. Cela a ses avantages et ses défauts avec toujours ma même remarque sur ces césures qui ne sont pas justifiées par le scénario mais par un choix éditorial, celle de déséquilibrer l’ensemble. Les planches sont toujours aussi belles. On sent que Marini s’est particulièrement appliqué, notamment sur sa femme fatale qui donne une indication sur une possible évolution réaliste du style de l’auteur, qui fait fort envie. Le scénario bâti autour d’un rocambolesque cambriolage fait la part belle aux personnages secondaires qui permettent une stature héroïque au beau bandit et un Noir Burlesque T. 2 : Marini avec son art et son rêve - ActuaBDcomique de situation autour des truands tous plus excentriques les uns que les autres. C’est une des réserves que je pointerais sur ce volume qui brise un peu l’atmosphère avec l’humour marinesque qui faisait déjà de son Batman une semi-comédie loin de la noirceur imaginée. De même pour l’action continue qui est certes fort plaisante (et montre encore une fois l’énorme facilité technique de l’italien) mais évacue le drame… jusqu’à une conclusion en semi-happy end qui iconifie les vecteurs de l’Amérique que sont la belle voiture et le Baseball.

C’est donc là en quelque sorte une part de l’identité artistique de Marini qu’on lui connait depuis ses débuts qui peut minorer la puissance (pourtant très grande) de ce diptyque: hormis son association avec Dufaux sur les Rapaces Enrico Marini a toujours cherché le grand spectacle d’action flirtant vers la comédie avec l’ADN de Philippe de Broca. Le premier tome sentait l’envie de Noir au travers de ce montage remarquablement inspiré. Le second développe le Burlesque classique là où on attendait du New Burlesque  sulfureux de la couverture. Il n’y a pas tromperie sur la marchandise mais selon ce que l’on aime chez Marini on savourera immensément ou as usual. En attendant avec impatience son prochain projet.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !·Rapidos

Là où naissent les histoires

image-9
couv_451713
BD de Pierre Christin et Virginie Augustin
Dargaud (2022), collection « Valérian et Laureline par… »

Redevenus enfants, Valerian et Laureline vivent sous la tutelle de Monsieur Albert sur la Terre du XXI° siècle, lorsque Galaxity confie à ces derniers une mission diplomatique au cœur du Caucase…

Valérian par... -3- Là où naissent les histoiresAlors que certains héros iconiques multiplient les spin-off, séries parallèles, hommages et autres artifices des éditeurs pour vendre toujours plus d’albums, on peut dire que sur Valérian, Dargaud reste fort discipliné en respectant le souhait des auteurs originaux de ne pas voir leur création devenir une attraction commerciale. Tellement qu’on se pince un peu en constatant les dates de parutions des trois uniques hommages de Larcenet (2011), Lauffray et Lupano (2017) et donc ce Christin et Augustin. Des trois, Là où naissent les histoires est le moins comique et interroge sur le statut de suite ou d’histoire solo de l’album, impression renforcée par la présence de Pierre Christin au scénario, dans un contexte qui rappelle étonnamment sa seconde passion scénaristique: le thriller diplomatique.

Alors que le début de l’album nous fait savourer le talent incontestable de Virginie Augustin qui est à l’aise dans absolument n’importe quel environnement, des plaines d’Hyborée aux bahuts parisiens, on migre ensuite dans une étrange intrigue diplomatico-écolo qui risque de laisser un peu sur le carreau les lecteurs qui ne connaissent pas particulièrement la chronologie de la série mère. Le rajeunissement https://www.ligneclaire.info/wp-content/uploads/2022/09/Page-8-scaled.jpgdes héros fait référence directe à la conclusion de la série en 2010 dans L’Ouvre Temps. Présentant différents protagonistes qui vont se retrouver au cœur d’un Caucase que Christin aime approcher, l’histoire devient malheureusement un peu brouillonne quand aux motivations des différentes crapules. On sent l’envie de parler de problématiques actuelles, de la surconsommation d’images à l’heure du Bing watching à la question des matières premières sans oublier d’aborder le féminisme cher à Virginie Augustin et incarné par la pétillante Laureline, mais si le contenu est intéressant la trame reste confuse.

Sans doute conçu comme un cadeau bonux vaguement fan-service, cet album luxueux réalisé par deux orfèvres de la BD peine à atteindre le niveau de ses deux prédécesseurs. Sans doute mal calibré et scénarisé par un spécialiste des thriller plus que des blagues, ce troisième Valerian vu par… aura du mal à enthousiasmer les découvreurs de la dernière heure.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !

Les Âges perdus #2: la Terre des Meutes

Second volume de la série écrite par Jérôme Le Gris et dessinée par Didier Poli. Parution le 20/05/22 chez Dargaud.

L’Apocalypse, c’était mieux avant !

Dans la chronique du premier tome, nous reprochions aux Âges Perdus un manque de worldbuilding et une intrigue qui ne se détachait pas vraiment du tout-venant post-apocalyptique. Avec le recul, ce constat demeure, mais il faut tout de même ajouter au crédit des auteurs une volonté affirmée de poursuivre la construction de leur monde à mi-chemin entre uchronie et post-apo.

Pour résumer, le monde dans lequel se situe le récit a été détruit en l’an mille par un cataclysme qui a failli exterminer la vie sur Terre. Des milliers d’années plus tard, alors que les humains survivants ont vécu terrés dans des grottes durant une période baptisée l’Obscure, la faune s’est adaptée et a profité de l’absence humaine. Une fois dehors, les survivants se sont organisés en clans, et vivent au gré des saisons et des migrations selon un mode de vie nomade.

Cependant, après des milliers d’années passés dans l’obscurité rassurante des grottes, l’Humanité doit repartir de zéro. En effet, tous les anciens savoirs ont été perdus, si bien que le lointain Moyen-Âge, vu par nous autres hommes modernes comme une période sombre, ressemble plutôt à une utopie pour nos survivants du futur.

Dans le premier tome, nous faisions la connaissance de Primus, chef de la tribu de Moor, quelque part dans ce qui était certainement l’Angleterre. Primus avait un rêve: domestiquer les plantes, et permettre ainsi à son peuple de quitter la vie nomade pour se sédentariser. Pour ce faire, il a besoin d’occuper la Fort des Landes, plus longtemps que ce que lui permettent les lois qui régissent les clans, les Lois de L’Aegis.

En voulant mener à bien son projet, Primus provoque une guerre avec les autres tribus, et paye le prix fort car son clan est pratiquement rayé de la carte. Seule sa fille Elaine, accompagnée de quelques autres, parvient à en réchapper. N’ayant plus nulle part où aller, Elaine tente de traverser la Mer des Aigles pour atteindre la Terre des Meutes, espérant y trouver de quoi recréer les bases d’une nouvelle civilisation, comme le rêvait son père.

Durant sa quête sur la Terre des Meutes, Elaine va faire la rencontre de Mara, vagabonde qui va lui venir en aide. Les deux voyageuses vont devoir se serrer les coudes face aux terribles hommes cerfs, qui prennent en chasse sans pitié quiconque pénètre leur territoire.

On poursuit avec ce second tome l’exploration des âges perdus. La question centrale de la série, « de quelle manière un cataclysme planétaire affecterait-il les civilisations humaines ? », donne lieu à des postulats de l’auteur, qui, comme nous l’évoquions dans l’article précédent, sont pertinents sans nécessairement aller au bout de la réflexion.

La partie survie et prédation, face aux hommes-cerfs, a malheureusement des airs de déjà-vu (je pense notamment aux quatre ou cinq dernières BD post-apo dans lesquelles on trouvait aussi une faune mutante), mais offre pour le moment une tension bienvenue dans la quête d’Elaine, qui serait autrement quelque peu contemplative. La partie la plus intéressante, c’est néanmoins les phases de découverte de la Terre des Meutes, pendant laquelle Elaine va explorer les vestiges du Moyen-Âge, avec l’espoir qu’un jour les humains pourront reproduire les prodiges promis par cette époque lointaine. Cette partie fait donc écho, sur le plan thématique, au premier tome, où l’auteur explorait l’idée que certains pivots étaient inévitables dans le développement humain sur le plan chronologique. Ainsi, après avoir été ramenés à un niveau de développement équivalent à celui du néolithique, les hommes repasseraient par la voie tribale et la vie de chasseurs-cueilleurs, avant de se tourner inévitablement vers l’agriculture. Dans ce second tome, la domestication des plantes est un peu laissée au second plan, l’auteur préférant évoquer les prouesses de bâtisseurs qui ont suivi.

La partie graphique est toujours aussi qualitative, grâce à l’expérience de Didier Poli, l’album profite grandement de son trait réaliste et des couleurs de Bruno Tatti.

En bref, les Âges perdus est une série décente, écrite et réalisée avec sérieux et technique, mais à qui il manque encore un je-ne-sais-quoi pour se distinguer d’autres séries du même genre.

**·BD·Nouveau !

Convoi

image-23
couv_455160
BD de Kevan Stevens et Jef
Soleil (2022), 114p., one-shot.

J’ai découvert Jef récemment, en 2021 sur son trip sous acide Gun crazy. Extrêmement productif il a remis le couvert en ce début d’année sur l’excellent Mezkal, accompagné déjà de Kevan Stevens. Chez Jef un album ça fait minimum cent pages. Et on ne peut pas dire qu’il chôme tant le découpage est travaillé et les cases fourmillant de détails. Pourtant il faut parfois savoir faire court, surtout quand le projet est simple.

Convoi (Jef)- ConvoiCar ce Convoi au titre aussi limpide que son pitch, se résume en une course folle à la sauce Mad Max Fury Road matinée de dialogues tarantinesques fatigués. Le chef d’oeuvre de George Miller a fortement inspiré la galaxie des artistes graphiques et on comprend bien que certains aient eu envie de se faire un petit plaisir coupable. Le problème c’est que dans un Mad Max l’épure scénaristique s’appuie sur une virtuosité graphique. Jef est un bon dessinateur, là n’est pas le problème. Mais son dessin rapide s’inscrit dans un univers personnel et peut devenir lassant sur des plans larges et des étendues grises désolées. Je ne sais pas quand a été réalisé cet album mais l’on sent un niveau d’implication bien moindre que sur le précédent Mezkal où l’émotionnel nous touchait malgré l’habillage défouloir.

De même, les dialogues à la cons à base de grossièretés et de bons mots ne font pas un album et finissent par devenir lassant en donnant l’impression d’avoir confié les textes à un collégien en rupture scolaire. L’esprit fou de cette France post-apo se reflète dans ces dialogues comme dans les trognes totalement débiles des marionnettes qui font office de personnages. En roue libre, les auteurs nous abreuvent de critiques tous azimut sur les exagérations de notre société en fin de cycle, du végétarisme aux interrogations sur le genre. En 2074 les pingouins parlent, les poissons fument, les frères Bogdonaff sont trois, l’héroïne porte le blouzon de Michael Jackson sur Thriller et Tortue Géniale dirige une place-forte en zone iradiée…

Illustrant la formule qu’un concept ne fait pas un scénario, les deux auteurs du Convoi échouent là où ils avaient réussi en début d’année pour une raison simple: Mezkal s’appuie sur un scénario habillé de WTF quand le convoi pose un WTF en se dispensant de scénario. Si vous voulez du délire lisez Gun Crazy, si vous voulez un film lisez Mezkal. Si vous êtes archi-doingues des Wasteland le Convoi peut se tenter. Pour les autres on attendra un projet plus solide.

note-calvin1note-calvin1

****·BD·Nouveau !·Rapidos

Shi #5: Black Friday

image-23
couv_440028
BD de Zidrou et Homs
Dargaud (2022), 56 p., Second cycle.

Jay et Kita sont les ennemis publics numéro 1 de l’Empire. Après les évènements des docks que tout le monde semble pressé d’oublier, elles ont entrepris un militantisme radical (que la bourgeoisie victorienne appelle Terrorisme), bâtissant une organisation clandestine appuyée sur les gamins des rues. Mais la police de l’Impératrice n’a pas dit son dernier mot…

Black Friday (par Zidrou et José Homs) Tome 5 de la série ShiRetour de la grande série socio-politique avec un second cycle que l’on découvre, surpris, annoncé en deux albums seulement. Reprenant la construction temporelle complexe juxtaposant les époques sans véritables liens, Zidrou bascule ensuite dans un récit plus linéaire et accessible où l’on voit l’affrontement entre la naissance du mouvement des Suffragettes  et la société bourgeoise qui ne peut tolérer cette contestation de l’Ordre moral qui étouffe le royaume. Les lecteurs de la série retrouveront ainsi les séquences connues, à la fois radicales, intimistes, sexy et violentes. Et toujours ces planches sublimes où Josep Homs montre son art des visages.

L’itinéraire de Jay et Kita se croise donc avec un échange épistolaire original à travers les années avec la fille de Jay, sorte de fil rouge très ténu qui court depuis le début sans que l’on sache sur quoi il va déboucher. L’écho contemporain bascule cette fois dans les années soixante (on suppose) où un policier enquête sur une disparition qui le mène sur la piste des Mères en colère. Pas plus d’incidence que précédemment mais l’idée est bien de rappeler que les évènements du XIX° siècle débouchent sur un combat concret à travers les époques.

Avec la même élégance textuelle comme graphique, Shi continue son chemin avec brio et sans faiblir. On patiente jusqu’au prochain avec gourmandise!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Nouveau !

Elecboy #3: la data croix

image-23
couv_453347
BD de Jaouen Salaün
Dargaud (2022), 62 p., 3/4 tomes parus.

Attention Spoilers!

Joshua est un androïde. La révélation est violente psychologiquement mais également pour son entourage qui le rejette comme un ennemi. Réfugié au sein d’une communauté religieuse très organisée dans une société qui semble utopique il va découvrir les secrets de son origine et de ce qui a provoqué l’apocalypse…

Data croix (La) (par Jaouen Salaün) Tome 3 de la série ElecboyOn ne l’attendait plus, Jaouen Salaün lâche enfin les freins dans cet album charnière tout en révélations. Ce qui nous fait nous demander pour quelle raison il a opté pour un format en quatre plutôt qu’une trilogie plus équilibrée… passons. Outre le titre un peu wtf on a tout bon dans ce troisième volume qui aurait été un carton s’il avait été le premier. Gageons qu’il n’est jamais trop tard pour découvrir une série lancée!

Cette accélération de rythme nous prend de cours puisque les premières pages forment un surprenant flashback en mode rapide qui détonne diablement avec la torpeur et le contre-temps sur lequel était construite la série jusqu’ici. On nous raconte ainsi l’élimination brutale de cet être par ses proches avant les longues révélations que lui procurent un être synthétique au sein de la Bibliothèque de la Connaissance passée, logée dans une formidable croix formée par un séquoia géant. Le lien entre Joshua, les wastlands, les séquences spatiales et les combats épiques vus jusqu’ici se fait enfin pour notre plus grand plaisir!

Elecboy tome 3 - La Data Croix - Bubble BD, Comics et MangasOn bascule ainsi résolument dans de la grande SF qui précise son propos sur le Transhumanisme ou le post-humanisme (sujet également abordé dans la récente réédition d’Eden en version Perfect ou encore le grand album récent qu’est Carbone & silicium). Le récit devient alors très classique mais passionnant grâce aux images toujours magistrales de l’auteur. On regretterait presque que la séquence passe si vite tant le déroulé de cette fin du monde nous happe par la richesse des thématiques abordées. Les séquences d’action ne sont pas en reste puisque si cette fois il n’y a pas trace de moins guerrier, l’affrontement mécanisé entre les puiseurs et le clan de Sylvio est tonitruant en une bataille tout à fait explosive. Entre les deux Salaün nous glisse une dénonciation du totalitarisme religieux, plus habituel mais logique dans cet univers, le tout avec un design aux élégances qui montent encore d’un cran.

Bref, on passe pas loin du coup de cœur pour un tome qui coche toutes les cases de la bonne et belle SF et qui réhausse très fortement l’intérêt d’une série qui, si elle maintient ce niveau pour son ultime volume pourrait bien être assez vite réévaluée comme une quadrilogie majeure…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·La trouvaille du vendredi·Rétro

Tebori

La trouvaille+joaquim

couv_450302
BD de José Robledo et Marcial Toledano
Dargaud (2022)- (2016-2017), 144p., intégrale des trois tomes en édition poche estivale.

Tebori T. 2/3 - Par José Robledo & Marcial Toledano - (...) - ActuaBDLe Tebori est le tatouage traditionnel japonais réalisé sans aide mécanique grâce à des aiguilles. C’est le cœur de cette série et un marqueur important de la tradition japonaise et de la culture Yakuza directement issue des codes Samouraï. Présenté comme cela, pour qui n’est pas fana de manga et de culture nipponne cela paraît moyennement engageant. Pourtant, cette trilogie d’un duo espagnol se fit remarquer lors de sa sortie et je comprend mieux pourquoi à la lecture de cette intégrale format poche qui permet pour l’occasion de tester cette incursion de l’ogre Dargaud dans les formats alternatifs (après Casterman et Futuro). Petit apparte: si vous avez suivi l’actualité de l’édition et les chiffres proprement gargantuesques de la BD en 202, il est tout à fait logique que, forts d’une grande solidité économique, les éditeurs BD poussent leurs expérimentations. Je vois deux avantages à cela: le format entre le comics et le manga peut facilement attirer de nouveaux lecteurs et faire franchir la redoutable barrière des genres (notamment des lecteurs de manga) avec une pagination certes courte pour du manga, mais en full couleur pour moins de dix euros il serait dur de se plaindre. A ce titre, si certains titres de la sélection peuvent interroger, ce Tebori comme le Mecanique Celeste de Merwan (que je vous conseille vivement quel que soit le format!) jouit d’un dessin et d’un découpage diablement dynamique qui cadre parfaitement avec le modèle manga.

Tebori T3, bd chez Dargaud de Robledo, ToledanoRevenons à nous moutons pour expliquer en quoi malgré les superbes dessins du très doué Marcial Toledano (passé depuis sur la saga SF de Runberg Les Dominants) c’est vraiment le thème qui emporte son lecteur sur cette série. Alors que l’album commence sur une poursuite en moto, hommage non voilé à l’ouverture d’Akira, l’intrigue s’avère relativement posée et manque même clairement d’action (le principal défaut de Tebori) pour se concentrer sur les explications très didactiques sur la culture du Tebori, son rôle chez les Yakuza et des descriptifs passionnants sur le développement de cette pègre et sa particularité qui puise ses racines dans la défaite de 1945, l’occupation américaine et l’insularité identitaire japonaise. Car ce n’est pas seulement la corruption qui permet la renaissance sans fin des clans Yakuza mais bien son insertion fondamentale dans la culture japonaise comme incarnation moderne de la tradition rigide du Bushido. Passionnés et passionnants, les auteurs insèrent d’ailleurs en fin de volume un lexique de certains termes utilisées, pas seulement pour l’exotisme mais par soucis de réalisme.

Le personnage principal est un ancien gangster (modèle petite frappe) adopté par un grand maître du Tebori et qui se retrouve à confesser les grands chefs de clans qui viennent recouvrir leur corps d’un « bodysuit », tatouage intégral crée progressivement tout au long de la vie et qui doit refléter l’existence du personnage. Étrangement la BD prend des aspects totalement documentaires pendant une bonne moitié avant qu’un switch fasse basculer l’histoire et accélère le rythme. Ce petit déséquilibre assaisonné d’un soupçon de mystique-fantastique n’est finalement pas dérangeant tant on se passionne pour ces témoignages, sur les innombrables liens culturels qui ont trait à l’obéissance, l’honneur, l’apprentissage d’un art-tisanat ancestral et le refus d’une modernité que beaucoup de japonais semblent rejeter. Si la vision du flic américain rappelle les fondements absolument fascistes de ces gangs (sans parler de leur violence), une autre vision fait de cette culture un conservatoire du Japon d’avant.La bande dessinée Tebori vous initie aux coutumes des Yakuzas en vous  dévoilant les mystères des tatouages japonais

Le personnage principal est étonnamment effacé, sorte de néo-antihéros et d’une personnalité que l’on calque souvent sur les personnages féminins dans la BD. Spectateur d’évènements il peut faire office d’alter-ego du lecteur qui se trouve à attendre un acte de bravoure et s’interroge sur le rôle de cette histoire d’amour à laquelle on a du mal à croire. On ressort ainsi un peu troublé, absolument enjoué par tout le packaging, des thématiques à ce qu’on a appris en passant bien sur par les planches aussi efficaces que précises et élégantes, mais aussi déstabilisé par un déroulement lors duquel on ne sait jamais vraiment sur quel pied danser, jusqu’à une conclusion qui pourrait autoriser un second cycle. Avec quelques défauts, Tebori reste une excellente lecture, une très belle découverte inattendue qui procure le plaisir du voyage sans filet vers une culture qui se dévoile avec respect.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

*****·BD·Nouveau !

La république du crâne

La BD!
BD de Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat
Dargaud (2022), 196p., one shot.

L’ouvrage comprend un cahier documentaire de onze pages sur la piraterie du XVIII° siècle, illustré de tableaux classiques du XIX° siècle participant à créer l’iconographie du genre. Une préface des auteurs ouvre le livre après une illustration d’intérieur de couverture reprenant une carte des caraïbes (une carte des côtes atlantiques de l’Afrique fermeront le livre), puis neuf chapitres commençant par une double page noire citant un des personnages. Très belle édition au format compact. A noter que les éditions Black and White ont édité une édition grand luxe limitée à 350 ex et qui fait méchamment baver tout amoureux de beaux livres. L’ouvrage le mérite, bienheureux les élus possédant un exemplaire…

couv_442722

Lorsque Olivier de Vannes arraisonne son premier navire en tant que capitaine pirate il est loin de se douter qu’il va bouleverser le fragile équilibre de l’équipage du capitaine Sylla. En intégrant des esclaves réfugiés à la société des pirates, les convoitises mais surtout les espoirs d’une vie libre vont être mis à rude épreuve des passions humaines, des craintes et des jalousies. Marins ou prisonniers affranchis, ces pirates ne désirent que la liberté, une liberté que les puissances de l’Ancien Régime ne peuvent tolérer très longtemps…

Habitués des aventures rageuses de Ronan Toulhoat et son complice Vincent Brugeas, vous allez être surpris! Ces auteurs dont vous trouvez régulièrement les albums chroniqués ici (probablement les seuls auteurs dont j’ai l’intégralité de la production) ont fait leur marque de fabrique, depuis dix ans de carrière, sur des albums historiques très énergiques, un romantisme violent hautement marqué par les fulgurances graphiques du dessinateur. Pour moi ils sont un peu ce que Alice et Dorison ont été à la BD historique lors de la sortie du 3° Testament: deux autodidactes passionnés qui ont mis de la jeunesse à un genre un peu « à la papa » chez un éditeur pas très djeunz (Glénat) malgré son rôle précurseur dans les manga. Et bien ce gros album où l’on sent une grosse envie de partager un univers si évocateur est peut-être un tournant dans leur carrière, l’ouvrage de la maturité artistique. Je crois bien que c’est la première fois qu’ils ouvrent un livre par un propos liminaire qui marquera la première surprise sur le motif de La République du crâne. En se rattachant immédiatement à la révolte des gilets jaunes, les auteurs assument un propos éminemment politique en rappelant ce qu’étaient d’abord les pirates du XVIII° siècle: des hommes révoltés contre un système injuste et qui rêvaient de fraternité. Ce n’est pas rien et cela permet de comprendre le traitement scénaristique qui marque la seconde surprise.https://www.actuabd.com/local/cache-vignettes/L720xH461/rdc5-a788f.jpg?1645946730Si l’ouvrage comporte bien son lot de batailles navales, de combats sanglants et ses plans de navires majestueux, le narrateur, un étonnant idéaliste au regard de rêveur donne le ton d’un voyage où l’on souhaitera longtemps le dénouement heureux pour ces hommes et femmes intègres. Le cœur du projet n’est ainsi pas une nouvelle course épique comme l’a si bien fait Lauffray sur son Long John Silver. Au travers d’un échange épistolaire qui parsème les parties nous assistons à l’affirmation de la liberté des hommes, qu’ils soient africains arrachés à leur terre ou marins soumis à la tyrannie de leur capitaine sur ces navires militaires ou marchands qui étaient un absolutisme en miniature au service du Capitalisme naissant et des puissants engagés dans un commerce maritime mondial. Le parallèle est ainsi évident mais subtilement tracé avec notre époque, par un scénariste qui connaît son Histoire et les fils qui lient les époques.

Outre le propos très intelligent, la structure de l’histoire et surtout les relations entre les personnages ne cessent de nous surprendre. Dès les premières pages on découvre ainsi deux hommes que tout semble opposer, Sylla le grand capitaine à la crinière glorieuse et au sourire carnassier de vainqueur et Olivier l’humaniste, plus marin que guerrier. Entre eux des figures que le dessin nous fait cataloguer: Lenoire, colosse tout droit issu du bestiaire de Ronan Toulhoat ou Maryam, reine noire déchue au sourire énigmatique marqué éternellement sur son visage. Sans jouer particulièrement de son rôle de machiavel, le scénariste déjoue tous nos pronostiques en faisant vivre la personnalité complexe de chaque rôle en les extrayant de leur habit d’archétypes. Tous en deviennent crédibles et passionnants.

On pourra simplement regretter de passer si vite sur la si intéressante République de Nassau mais ce n’était pas le propos. Abordant mine de rien un grand nombre de thèmes sans s’y noyer, les auteurs nous livrent une très belle aventure humaine, vaguement utopiste, un appel au large et au triptyque républicain de notre pays: Liberté, Égalité, Fraternité, devise qui n’aura jamais si bien convenu à un récit de pirates. Un des tous meilleurs albums de ce début d’année.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1