***·Comics·Nouveau !

Nextwave: Rendez-vous avec la H.A.I.N.E

esat-west

Intégrale de 265 pages, parue le 05/02/2020 chez Panini Comics, comprenant les douze numéros de la mini-série Marvel Nextwave, écrite en 2006 par Warren Ellis et dessinée par Stuart Immonen.

Voyage au cœur de l’absurde

L’escadron Nextwave est un aréopage disparate de surhumains outsiders, chargé par l’organisation H.A.I.N.E (il y des noms, comme ça, qui devraient faire fuir) de contrer ce qu’il convient d’appeler des « Armes Non-Conventionnelles de Destruction Massive« . Ainsi, Monica Rambeau, alias Photon, mène ses compères l’androïde Aaron Stack, la chasseuse de monstres Elsa Bloodstone, la mutante Tabitha Smith et l’ivrogne Captain, dans un combat acharné contre une flopée de monstres et de créatures bigarrées, toutes plus fantaisistes les unes que les autres.

Bien évidemment, durant leur croisade, Nextwave s’apercevra qu’on les a dupés, et ils devront lutter pour lever les faux-semblants, jusqu’à un final abracadabrantesque qui restera dans les annales, à tel point que la validité de la série dans la continuité Marvel sera longtemps débattue et référencée.

Une parodie de parodies

Warren Ellis est un auteur britannique connu pour ses travaux iconoclastes. Il est l’un des architectes de l’univers Wildstorm , avec à son actif quelques bijoux comme The Authority, Planetary, ou encore Transmetropolitan. Chez Marvel, Ellis est responsable notamment de la refonte du mythe d’Iron Man, grâce à sa saga Extremis.

Ellis aime donc jouer avec les codes narratifs, à la manière d’un Alan Moore, le côté sale gosse en plus. Son appétence pour le trash et la violence ne sont plus un secret, et, bien qu’elle reste estampillée Marvel, Nextwave ne déroge pas à la règle.

De son propre aveu, pour écrire Nextwave, Ellis a régurgité The Authority, tout en s’interdisant d’y inclure quelque forme que ce soit de logique, d’intrigue, ou de développement de personnage. Il a également fait peu cas de la continuité, réécrivant certains de ses personnages à rebours de ce qui avait été fait des années auparavant (on pense à certains flash-back revenant sur le passé des héros, ou encore au personnage d’Aaron, qui jusque là était un personnage assez dramatique et grandiloquant, transformé ici en ivrogne cynique).

Tout lecteur familier de Marvel reconnaîtra la trame de la série et ce qu’elle pastiche: H.A.I.N.E est un ersatz du SHIELD, tandis que S.I.L.E.N.C.E prend la place d’HYDRA, le personnage de Dirk Anger s’affichant quant à lui comme un Nick Fury déjanté.

En y réfléchissant, Ellis, en voulant casser des jouets qui n’étaient pas les siens, n’a finalement fait que tracer la voie à ce qui se fit peu de temps après dans la continuité principale, à savoir la découverte, par Fury lui-même, que le SHIELD était lui-même gangréné par HYDRA, de la même façon que H.A.I.N.E n’est qu’une façade de S.I.L.E.N.C.E.

Côté action Nextwave nous en donne pour notre argent. On a droit à des kaijus, des mechas, des conquérants interdimmensionnels, et des MODOKS en mode Rockabilly. Des explosions comme s’il en pleuvait, et surtout, des dialogues hilarants et du non-sens à tous les étages.

Warren Ellis et Stuart Immonen sont donc responsables d’une des plus grosses farces de l’histoire moderne des comics, à redécouvrir en intégrale chez Panini Comics !

****·BD·Comics·Rétro

Uncanny X-Force # 2: La Saga de l’Ange Noir

esat-west

Uncanny X-Force est une série Marvel, écrite par Rick Remender et dessinée par Jérôme Opeña et Mark Brooks. L’édition française est assurée par Panini Comics dans la collection Marvel Deluxe. Le volume 2 est paru le 06/04/2016, contient 194 pages et compile les numéros 11 à 19 parus en 2010. La critique du volume 1 est ici.

Apocalypse programmée

La X-Force est un escadron clandestin émanant des célèbres X-Men, dédié à l’élimination des menaces envers les mutants, qui (à l’époque de la série) ont été décimés par Wanda Maximoff, la Sorcière Rouge.

Cet état de fait a poussé les mutants dans leurs derniers retranchements, conduisant à la radicalisation de certains d’entre eux, parmi lesquels leur leader Scott Summers, alias Cyclope, qui était autrefois connu pour son idéalisme hérité de son mentor Charles Xavier.

Wolverine, lui, n’a jamais été un idéaliste. Il prie certes pour le meilleur, mais au fond de lui, son instinct le pousse à envisager le pire, façonné qu’il est par toutes les tragédies qu’il a traversées. Aussi prend-t-il sur lui de réunir sa propre version de X-Force, à l’insu même de Cyclope, afin de protéger de façon proactive le peu qu’il reste de mutants…et le monde, accessoirement.

Pour ce faire, il rassemble Warren Worthington III, alias Angel, membre fondateur des X-men, sa compagne Elizabeth Braddock, alias Psylocke, et le mystérieux Fantomex, issu comme Wolverine du programme Arme Plus, auxquels s’adjoindra le délirant Wade Wilson alias Deadpool, et ce quelques années avant son entrée fracassante au box-office cinématographique.

Dans le premier volume, Wolverine et ses assassins-ou plutôt ses farouches défenseurs de la cause mutante-affrontaient une résurgence du terrifiant Apocalypse, aussi connu sous le nom d’En Sabah Nur, un vieil ennemi des X-Men, mutant aussi ancien que puissant, dont la philosophie darwiniste le place en opposition directe avec la vision intégrationniste et pacifique de Xavier. Apocalypse est également connu pour forcer des mutants à devenir ses cavaliers (Mort, Guerre, Peste et Famine), ce qu’il a infligé à plusieurs X-men, notamment Angel, qu’il transforma en Mort. Il faut également noter qu’Apocalypse et si dangereux et si prévalent qu’il existe une ligne temporelle, jugée quasi-inévitable, dans laquelle il règne en maître sur un monde dévasté.

Après sa dernière défaite, En Sabah Nur avait réussi à revenir d’entre les morts, cette fois sous la forme… d’un enfant, tout à fait oublieux de son passé morbide, même si ses partisans s’échinaient à le reconditionner pour qu’il redevienne le tyran qu’il était.

Après avoir douloureusement lutté contre les Cavaliers Ultimes d’Apocalypse, la X-Force est parvenue à atteindre En Sabah Nur, s’apercevant par la même occasion de sa nouvelle condition. Se déchirant entre eux, ils ont du répondre à cet épineux dilemme éthique: peut-on tuer un enfant pour sauver le monde ? Est-il acceptable de supprimer un être encore innocent pour prévenir ce qu’il n’a pas encore fait ?

La réponse sera trouvée par Fantomex, qui face au refus de Wolverine et Psylocke et à l’hésitation d’Angel, prendra la décision de supprimer l’enfant d’une balle entre les deux yeux, sans état d’âme, suivant ainsi sa programmation de Sentinelle, en quelque sorte.

Ange déchu

Ce que les mutants radicaux ignorent, c’est que cet acte a déclenché un processus inéluctable dont il devront souffrir les conséquences. En effet, supprimer définitivement Apocalypse n’a fait que provoquer l’ascension de son successeur désigné, en la personne d’Angel, en qui il avait implanté une Graine de Mort issue de ses maîtres Célestes. Pour éviter à la personnalité de Warren d’être totalement effacée au profit de celle d’Archangel, X-Force va devoir tenter l’impossible et récupérer une Graine de Vie dans le futur, et pas n’importe lequel: la fameuse Ere d’Apocalypse.

Sauf que, règle dramatique oblige, rien ne va se passer comme prévu, Archangel ayant ses propres plans pour l’avenir.

La Saga de l’Ange Noir est fascinante à plus d’un titre. Tout d’abord, les dessins somptueux de Jérôme Opeña, qui servent avec brio la narration âpre de Remender. Ensuite, l’histoire en elle-même, qui est un concentré de ce que Remender a fait de mieux dans sa carrière d’auteur.

Lorsqu’on lit ses œuvres, il apparaît assez clairement que Remender tourne autour d’un certain nombre de thématiques qu’il affectionne (ou qui le terrifient, sans doute). La première et celle de la déchéance du héros, perverti par une influence interne qui lui a été imposée.

En effet, on retrouve souvent ce concept dans plusieurs de ses séries (Archangel dans X-Force, bien entendu, Sentry, et Banshee dans Uncanny Avengers, Ant-Man dans Secret Avengers, Hank Pym dans Rage of Ultron, et bien entendu tous les héros dans Axis), comme si la figure héroïque se devait inévitablement de choir face à un monde intrinsèquement mauvais.

La seconde thématique, qui est un corollaire de la première, est celle de l’inné contre l’acquis, que l’on voit traitée grâce au personnage d’Evan, clone d’En Sabah Nur. Evan, en plus de représenter la faute originelle dont découlent tous les ennuis ultérieurs des héros (notez qu’Evan choisit assez ironiquement l’alias Genesis) représente un défi personnel pour Fantomex, qui en clonant l’enfant qu’il avait assassiné et en veillant à ce qu’il soit élevé positivement, voulait s’assurer que l’inné pouvait être supplanté par l’acquis, le ramenant à son propre conditionnement par le programme Arme Plus.

L’intrigue se veut haletante, les héros étant constamment sur le point d’être vaincus, la situation est à chaque page plus désespérée, jusqu’à un final à la fois tragique et émouvant.

Enfin, ce qui fait d’Uncanny X-force une lecture importante, c’est la portée qu’elle aura pour le marvelverse, vu que ses ramifications s’étendront jusqu’à sa période Marvel Now ! à savoir dans la série Uncanny Avengers.

Rick Remender aura construit son intrigue sur plusieurs séries de très bonnes factures, allant crescendo jusqu’à la mini-série Axis, qui a malheureusement été un échec en demi-teinte, notamment du fait de l’interventionnisme éditorial qui a vidé l’event de sa substance. Mais c’est une autre histoire !

****·Comics·East & West·Nouveau !

Vision: un peu moins qu’un homme, à peine mieux qu’une bête

Réédition de la mini-série Marvel Vision, écrite par Tom King et dessinée par Gabriel Hernandez Walta. Recueil de 280 pages couleur, paru le 05/02/2020 chez Panini Comics.

 

Behold…the Vision !

couv_386345La Vision est un personnage à part dans l’univers Marvel, et notamment parmi les Avengers. En effet, lors de sa création dans les pages de la série en 1968, les Avengers ne réunissaient pour l’essentiel que des personnages préexistants dans l’univers partagé, en premier lieu des têtes d’affiche telles que Hulk, Thor et Iron Man, pour ensuite accueillir des seconds couteaux comme Œil-de-Faucon, Vif-Argent et la Sorcière Rouge, tous déjà apparus en amont dans d’autres séries.

En revanche, La Vision est le premier vengeur crée spécifiquement dans le cadre de la série, dont l’existence résulte principalement de sa continuité interne. Vision est un être artificiel (un synthézoïde), une création de l’androïde Ultron, ennemi mortel des Avengers, lui-même fruit des travaux de Hank Pym, membre fondateur du groupe plus connu sous le nom d’Ant-Man, l’Homme Fourmi.

Cet acte malencontreux de Pym, sorte de pêché originel pour les plus grands protecteurs de la Terre, reviendra longtemps hanter le héros, et aura également engendré des fruits inattendus, comme la création de Vision, prêtant ainsi au comic book des aspects de dynastie tragique s’étalant sur plusieurs générations.

Vision a initialement été conçu pour détruire les Avengers au nom de son créateur, contre lequel il finira toutefois par se rebeller, usant de sa conscience pour défaire sa programmation. Puis il sera envisagé plus tard par Ultron comme un cheval de Troie, grâce à des commandes secrètes, enfouies profondément dans son intelligence artificielle au moment de sa création. Cela fait de Vision l’illustration parfaite de la lutte entre l’inné et l’acquis, le synthézoïde devant sans cesse lutter entre sa conscience et sa programmation.

Ce qui a également caractérisé La Vision au fil des années, c’est sa relation amoureuse avec la Sorcière Rouge, qui aura longtemps été un des fils rouge de la série. Au travers de cette romance et de ses dramatiques conséquences (Mariage–Impossibilité d’avoir des enfants–Folie de la Sorcière Rouge–Destruction de la Vision et Séparation des Avengers–House of M–Décimation des Mutants), les auteurs ont également exploré la thématique de l’humanité, qu’elle soit acquise, perdue ou retrouvée.

Si l’Homme est la mesure de toute chose

Après avoir purgé de son système d’exploitation les émotions liées aux souvenirs traumatiques de son passé, Vision entreprend de démarrer une nouvelle vie. Pour cela, il fonde une famille synthézoïde à son image, composée de son épouse Virginia, sa fille Viv et son fils Vin, puis part s’installer en Virginie afin de mener une vie ordinaire, et ainsi, se prouver, enfin, qu’il peut être un Homme.

Cependant, il est bien connu que les bonnes intentions à elles seules ne suffisent pas. Épiés par un voisinage inquiet de voir débarquer ces êtres étranges, les Visions ne vont pas tarder à être confrontés à une forme symbolique de racisme, dont les conséquences seront tout sauf plaisantes.

…quelle est la mesure de l’Homme ?

Tom King ne fait pas dans la demi-mesure et va pousser le protagoniste synthétique dans ses retranchements, mettant à mal sa foi en cette Humanité dont il rêve de faire Résultat de recherche d'images pour "vision king hernandez"partie depuis sa première apparition en 1968. Singulièrement bien écrit par King, Vision va s’obstiner dans sa quête de la normalité et de l’humain, lui qui finalement, pourrait aspirer à bien plus. Car ce que nous apprend cette mini-série, c’est qu’en fin de compte, être autre chose qu’un humain ne signifie pas nécessairement être moins qu’un humain.

On est d’emblée pris d’empathie pour ces personnages atypiques et attachants, et l’on vit leurs douloureuses épreuves avec eux. Certains personnages, particulièrement Virginia, l’épouse modèle conçue sur mesure afin de satisfaire les désirs d’intégration de son créateur, ont même une consistance tout à fait tragique oscillant entre le mythe de Pygmalion et la créature de Frankenstein.

Côté graphique, Hernandez pose avec maestria le décor faussement idyllique de la banlieue idéale tout en campant des personnages à la fois colorés et crédibles.

Vision, par Tom King et Gabriel Hernandez est une excellente mini-série, un must-have que Panini a eu la clairvoyance de rééditer en intégrale !

**·Comics·East & West·Nouveau !·Numérique·Rapidos·Rétro·Service Presse

Sushi & Baggles #20

esat-west

  • All-new Captain America (Remender/Immonen/Panini) – 2015 (2017).

badge numeriquecouv_305326Très impressionné par le talent de Stuart Immonen je poursuis mon rattrapage de sa biblio, après All-new X-men et Empress. L’opportunité de découvrir le nouveau Captain (paru en BD plus de cinq ans avant qu’il n’advienne dans le MCU) avec le Faucon Sam Wilson qui hérite du fameux bouclier avec Immonen au dessin et Remender au scénario m’emplissait d’envie… Las! Hormis des dessins effectivement très bons (au niveau des All-New X-men) avec des encrages toujours énormes de Wade von Grawbadger, on retombe dans les travers des publications Marvel, à savoir un scénario indigent qui nous propulse en plein milieu d’une intrigue probablement débutée dans dix séries parallèles et qui voit l’Hydra encore une fois lancée dans un plan machiavélique employant moultes méchants que je ne connais pas. On ne comprend rien, ça se téléporte de-ci de-là, ça meurt mais pas vraiment… après quinze rebondissements de ce type on est fortement lassé, pas du tout impliqué et on se demande vraiment ce qu’est allé faire l’auteur de Seven to Eternity et Tokyo Ghost dans cette galère. Pour les dessins et le travail graphique de l’équipe je laisse deux Calvin mais c’est déjà généreux.

note-calvin1note-calvin1


  • Tsugumi Project  #2 (Ippatu/Ki-oon) – 2019, 2 vol. parus.

couv_372854

A peine quelques semaines après la parution du premier volume nous voici de nouveau en compagnie de Léon (le héros est français, en lien avec le fait que l’édition originale de ce manga soit faite chez nous!), Dudu et Tsugumi dans un Tokyo dévasté. Cette fois opérationnel après son atterrissage en catastrophe et sa retrouvaille avec son acolyte musculeux, le héros part à la recherche de documents sur l’arme secrète à l’origine de la mission. Après avoir aidé Tsugumi à sauver son lion géant d’un effondrement sismique, il réalise bientôt que cette dernière est plus dangereuse qu’il n’y paraît. Hormis le fait qu’il ne se demande pas un instant si ce ne serait pas elle l’arme secrète, le volume se lit d’une traite, avec assez peu de textes et beaucoup de décors délabrés et majestueux à la Néo-Tokyo (Akira), des pérégrinations aériennes de la jeune fille et les grimaces facétieuses du copain Dudu. J’avoue que j’ai vaguement tiqué sur la représentation vaguement raciste du pote noir marrant, très fort et un peu con que reprennent un certain nombre de mangas (comme beaucoup de films hollywoodiens du reste). Mais la série reste très bien dessinée, pleine d’action, de mystères autour du passé et de cette arme. Très équilibré le volume fait réellement avancer la connaissance de l’univers et donne envie de continuer.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1


 

  • Docteur Strange: sorcier suprême de la galaxie #1 (Waid/Saiz/Panini) – 2019.

bsic journalismbadge numeriqueCritique réalisée pour le programme Superlecteurs Iznéo.

Ce que j’aime avec Iznéo c’est que ça permet de tenter des comics Marvel de temps en temps sans trop de risque (financier et en place sur l’étagère). Au milieu d’une majorité de déceptions, je tombe régulièrement sur de très bonnes surprises (par exemple, ici, , et ici.) et ce Docteur Strange en fait partie. Pourtant parti sur une idée totalement WTF (le sorcier part dans la galaxie sur un vaisseau que lui a prêté son pote Tony Stark comme une thérapie pour retrouver ses pouvoirs perdus), l’album propose en cinq épisodes de lire des aventures exotiques auprès d’extra-terrestres plus ou moins belliqueux, mais surtout de savourer des échanges avec le personnage de la technomancienne et l’idée principale de l’opus: la magie a différentes sources et peut être collée sur des artefacts. Certains peuples la considèrent ainsi comme une simple science physique au même titre que l’électricité… L’album n’a pas d’ambition mais est fun, très joliment dessiné par un Jesus Saiz dont la technique rappelle l’Ariel Olivetti qui avait fait des miracles sur X-O manowar. On peut trouver ça trop numérique mais ça donne tout de même de très jolies planches. Si comme moi vous avez découvert les aventures de Stephen Strange avec le MCU et trouvez le personnage super cool, vous pouvez sans soucis tenter la lecture de cet album sympathique.

note-calvin1note-calvin1

***·Comics·East & West·Rétro

Empress

esat-west

Comic de Mark Millar et Stuart Immonen
Panini (2017), 179 p., One-shot.

couv_303880Le moins que l’on puisse dire c’est que j’attendais de le lire celui-là! Lors de sa sortie beaucoup de battage avait été fait et pour cause, les deux auteurs que je ne connaissais pas sont parmi ce qui se fait de mieux dans le circuit du comic indépendant. L’abominable couverture m’avais fait passer à côté et je ne comprends toujours pas comment un dessinateur aussi talentueux que Stuart Immonen a pu produite un dessin aussi banal et de mauvais goût, surtout quand on connaît la propension des américains à survendre une série sur ses couvertures… Comme a son habitude Pannini propose l’album avec ses sept chapitres et leurs couvertures originales, un texte d’introduction, une bio des auteurs en fin d’album ainsi qu’une galerie des (superbes) couvertures alternatives d’Immonen. L’album est encré par le collaborateur habituel du dessinateur canadien, Wade von Grawbadger, l’un des meilleurs en activité et qui participe grandement à la qualité des planches d’Immonen.

Il y a bien longtemps… l’empire du roi Morax qui a son siège sur la planète Terre domine une grande partie de la galaxie. Tyran sanguinaire, il est marié à une jeune et magnifique femme, Emporia qui, lassée de cette violence et de son absence de liberté, va s’enfuir avec ses enfants et son garde du corps…

Résultat de recherche d'images pour "empress immonen"Allons droit au but, Empress est loin du chef d’oeuvre qu’il aurait pu être et jouit des mêmes qualités et des mêmes défauts que les autres créations du scénariste écossais: un dessinateur majeur, un pitch impérial, un traitement classique autour de la famille, de la trahison, une mise en image monstrueuse et globalement un aspect jamais vu. Millar a du talent, on le sait. Il est feignant, on le sait aussi et déroule des intrigues classiques sur des one-shot fort agréables mais qui ratent toujours le coche de l’album qui fera date. Manque d’ambition, de concentration, je trouve dans Empress les mêmes sentiments que sur le récent Magic Order avec Olivier Coipel: d’abord Waou! puis Ah bon?

La grande réussite de l’album ce sont les personnages, décalés, inattendus et qui se révèlent très progressivement. Il y a un côté fun chez cet auteur qui sait mieux que quiconque ce que l’on a envie de voir en BD. Il se fait plaisir et nous fait plaisir (dans cet ordre ou dans l’autre…). Pas de longues mises en places et de temporisations verbeuses chez Millar, il va droit au but pour placer son contexte et commencer l’action. Là où ça pèche c’est dans le procédé utilisé, facile, trop facile, comme sur Magic Order ou sur Jupiter’s Legacy. Résultat de recherche d'images pour "empress immonen"La faute au format trop court sans doute (des séries de trois volumes siéraient mieux aux super idées du scénariste), il transbahute sa famille de fuyards de lieux en lieux grâce à un téléporter. Du coup on se rapproche du concept d’un Black Science qui m’avait lassé justement en raison de ce manque de constance dû aux multiples environnements. Millar est gonflé et arrive toujours à nous placer une scène grandiose, inattendue et donc qui fait mouche. Mais à la fin de la lecture on a la désagréable sensation d’avoir été trimbalé passivement dans une histoire qui n’a pas d’intrigue. On ne peut pas dire que la fin soit bâclée, mais à force de placer un gros twist final dans ses albums on finit par ne plus être surpris.

Sur la partie graphique il en est de même. On sent à chaque case poindre le très grand talent du rare Stuart Immonen mais également la facilité et l’économie de moyens. Pour une fois ce n’est pas le dessin du canadien qui rehausse l’album car il reste assez en retrait, notamment du fait d’une colorisation flashy pas vraiment bien pensée. C’est parfois un peu brouillon et si la gamme reste de haut niveau on n’a pas la claque de la collaboration de Millar avec Quitely ou Coipel.

Résultat de recherche d'images pour "empress immonen"L’intro éditoriale présente l’album comme la contribution « Star Wars » de Mark Millar à l’univers des comics. On sent en effet l’envie de grand space Opera. Mais le chois d’axer l’intrigue autour de la famille et le tic du scénariste de tenter de prendre le lecteur à contre-pied empêche l’aventure de prendre une dimension épique qui aurait dû être. On se retrouve alors avec une très bonne course-poursuite qui nous fait visiter des lieux, races alien improbables, des lumières techno entrecoupés par des dialogues parfaitement orchestrés. Mais il manque un petit quelque chose qui fasse étincelle. Les deux signatures peuvent légitimement faire monter les enchères des attentes des lecteurs et en cela ils seront vaguement déçus. Si l’on exclut cela Empress reste une très sympathique aventure spatiale avec son lot de scènes d’action endiablées et d’acrobaties quantiques.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·****·East & West·Numérique·Rapidos·Service Presse

All-New X-men #5-6

esat-west

 


  • All-new X-men #5: (Collectif/Pannini) 2013 (US)/2015

couv_257680badge numeriqueAttention, ce volume a une construction pour le moins étrange puisqu’il commence directement à la suite du volume 4 sur les dessins (toujours superbes d’Immonen) après que les x-men du passé aient rejoint Cyclope. Puis un nouvel arc s’ouvre avec le sauvetage de X-23 (le clone féminin de Wolverine aperçu dans le film Logan) en nous faisant découvrir un nouvel antagoniste en la personne du fils Stryker qui a organisé des commando de chasseurs de mutants avec des technologies poussées… Le dernier gros tiers de l’album est composé d’historiettes sans aucune portée, aux dessins banals.

Outre la baisse sensible du niveau graphique, on a donc un album qui justifie difficilement la cohérence d’une version reliée tant il mélange des histoires sans rapport. Si les dialogues restent bons tout au long des textes de Bendis, ce cinquième opus des All-new X-men version 2014 reste très dispensable et à réserver aux fans des X-men qui veulent tout lire des aventures des mutants.

note-calvin1note-calvin1


  • All-new X-men #6: (Bendis, Immonen, Pichelli/Pannini) 2013 (US)/2015

couv_280095badge numeriqueJe ne lis pas souvent des arcs complets de comics de super-héros et avoue être assez surpris par le côté inégal de ces publications… Ce dernier volume de All-new X-men dessiné par Immonen (les deux ultimes tomes sont pris en charge par l’assez bon Mahmud Asrar) revient à la qualité des trois premiers… et les dépasse même en raison d’un scénario plus mature, construit et structuré sur l’affrontement entre méchants et gentils, plus facile à lire. Non que j’évite la complexité mais souvent en matière de X-men, de voyages et paradoxes temporels, les auteurs semblent aimer nous faire des nœuds dans le cerveau. Les dessins sont simplement parmi les meilleurs que j’ai lu sur un album de super-héros! Immonen nous fait baver à chaque planche (les coloristes et encreurs font également un boulot tout à fait remarquable!) et Pichelli se hisse à son niveau si bien qu’il est difficile de distinguer les deux participations. La cohérence des dessins (et donc des découpages) fait beaucoup pour élever le niveau quand le scénario de Bendis se concentre sur un explicatif des motivations du fils Xavier et une certaine maturité acquise par Jean Grey. Ce qui pouvait ainsi agacer un peu dans le début de l’arc (les multiples versions des X-men, amusantes mais finalement un peu futiles) disparaît ici avec notamment l’absence du jeune Cyclope (parti dans l’espace lors de l’intermède Gardiens de la Galaxie/All-new X-men qu’il n’est pas indispensable d’avoir lu pour comprendre celui-ci). Cet album se présente donc bien comme une résolution (… partielle) de l’intrigue qui peut s’arrêter là même si le cliffhanger final peut donner envie de continuer. L’équipe changeant je ne suis pas sur de prolonger et pense me concentrer plutôt sur l’aventure spatiale citée plus haut (et réalisée par le même trio juste génial). Après un cinquième volume vraiment mineur cet album redonne confiance dans la capacité de Marvel à proposer des équipes créatives inspirées. A noter, une première séquence faite d’images mentales du Fauve et permettant à toute une brochette d’invités de proposer une illustration intégrée à l’histoire. Très sympa et original.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·East & West·Manga·Nouveau !·Numérique·Rapidos·Service Presse

Sushi & Baggles #16

esat-west

 


  • Hit-Girl à Rome (Scavone/Albuquerque/Panini) – 2019

couv_364209Cet album a été lu dans le cadre du programme SuperlecteursRésultat de recherche d'images pour "iznéo"

Après la Colombie et le Canada, la plus bourrine et tarée des Vigilante débarque à Rome pour botter des culs et trancher des têtes! Le relaunch de la série initiée par Mark Millar va ainsi voyager avec une équipe différentes pour chaque one-shot. Si le premier volume était loin d’être inoubliable, notamment par son côté sadique un peu poussé, ici on reste dans les canons du personnage (à savoir de l’action brutale à base d’un mort par page et un langage très fleuri de la demoiselle) mais la course-poursuite initiée avec une sorte de Catwoman permet des scénettes drôles et plus structurées. On ne va pas se mentir, Hit-Girl ce n’est pas de la poésie ni Usual Suspects. C’est une lecture rapide, de la baston, super bien dessinée (par un Raphael Albuquerque qui prépare la série Prodigy avec Millar) avec des étoiles qui donnent un aspect cartoon… et des découpages de méchants bien sanglants! Ici les affreux sont une mafia de religieux timbrés, nonnes et moines en robes de bure armés d’Uzi et de masses d’armes, commandés par une vieille peau aussi psychopathe que bigotte, à la recherche d’une relique. Le cliché italien est assumé, le personnage est toujours aussi foutraque et primaire mais l’ensemble est très sympathique dans le genre, notamment grâce aux dessins (bien que les décors soient assez vides). Du coup on attend la suite, surtout que des pointures sont annoncées aux crayons…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1


  • All-new X-men #4: La bataille de l’Atome (Collectif/Pannini) 2013 (US)/2015

couv_255426Je poursuis la série Marvel NOW! des All-new X-men entamée par Brian Michael Bendis et Stuart Immonen au dessin qui m’avait fait forte impression sur les trois premiers volumes. L’écriture des premiers et les somptueux dessins d’Immonen se retrouvent partiellement dans cet affrontement entre X-men d’hier, de maintenant et du futur bien que l’équipe créative ait grossie: si les dialogues sont toujours très savoureux et le découpage, avec de nombreuses doubles pages, percutant, l’histoire tourne un peu en rond avec ces interminables interrogations de qui est qui, faut-il renvoyer Jean et Cyclope à leur époque contre leur gré et que font-ils ici?… Même chose pour les dessins, parfois superbes (Immonen toujours sur les quelques planches qu’il réalise, Bachalo étonnant) mais pour l’essentiel moyens (y compris sur les quelques planches de la bataille finale dessinées par Esad Ribic un peu en service minimum sur ce coup, Frank Cho pas très à l’aise dans l’univers super-héroïque). C’est dommage car sur le papier on a quand-même une sacrée dream-team, mais le concept semble s’essouffler et viser surtout les quelques pleines pages d’offensive collective X-men dont sont friands les fans et les dessinateurs. A noter tout de même le superbe design général des versions des X-men et notamment cette Xorg à la tête de mort, terriblement originale et réussie. On ne sait pas si cet arc est une transition vers quelque chose de plus grand mais malgré un plaisir certain entrecoupé de longueurs, on a le sentiment que la série aurait pu s’arrêter aux trois premiers, cohérents en tant que tels.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1


  • Zetman #1 (Masakazu Katsura/Delcourt-Tonkam)  – 2004 – 20 tomes parus, série finie.

zetman01Je suis un grand fan de Masakazu Katsura, un des premiers mangaka, que j’ai découvert au travers de DNA2 à l’époque où l’éditeur-libraire Tonkam se lançait en premier (avec Glénat) dans l’aventure du Manga en France… Il est pour moi l’un des meilleurs dessinateurs japonais et si j’ai finalement lu peu de ses séries, j’avais depuis longtemps très envie de lire ce Zetman originellement issu de short-stories parues en 1997. La série a depuis été transcrite en dessin-animé.

Jin est un jeune orphelin vivant avec les sans abri. Élevé par son « grand-père » il est doté d’une force peu commune et s’occupe en défendant les gens contre les bandits. Lorsqu’une étrange créature non-humaine tue son grand-père, le naïf petit garçon se retrouve propulsé dans un univers violent où une étrange organisation semble le rechercher activement…

Je ne reviens pas sur les dessins vraiment chouettes, les nombreux tics et auto-références de l’auteur (la série animée Wingman qui l’a lancé, les petites culottes, les cheveu en pétard,…). Zetman commence vraiment bien avec un premier volume déjà plein d’action, de mystère fantastique un peu gore (la série est annoncée « mature ») et des personnages intéressants. L’auteur lance de nombreuses pistes qui ont vocation à se développer et nous mènent vers des expériences scientifiques monstrueuses liées à un enfant qui semble être un être doté de capacités hors norme. Ça va a cent à l’heures avec force cliffhangers entre les douze chapitres du volume avec pour objectif une première crise qui sort le héros de son état naïf initial pour l’emmener vers le statut de super-héros. Très riche mise en bouche qui donne envie d’enchaîner cette série finie à la taille maîtrisée.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Comics·East & West·Nouveau !

The Magic order

esat-west

Comic de Mark Millar, Olivier Coipel et Dave Stewart
 Panini (2019) – Netflix/Image (2018), contient les épisodes 1 à 6.

couv_366137

C’est peu de dire que je l’attendais celui-là! Depuis ma découverte des illustrations d’Olivier Coipel et ma première lecture de l’auteur sur Spider-verse, la diffusion des planches de l’album, j’imagine ce qu’un Mark Millar qui nous a proposé autant de chefs-d’œuvres pourra nous proposer. A noter que ce volume est un one-shot, comprenant les six issues de la publication US avec les couvertures originales en séparations de chapitres, des couvertures alternatives et une bio des auteurs (y compris l’excellent coloristes sans qui, tout de même, les dessins de Coipel ne seraient pas aussi forts). Le fait qu’il s’agisse du premier album publié par Netflix avec comme objectif une adaptation (déjà annoncée) à l’écran est pour moi totalement secondaire bien que cette info ait accaparé une bonne partie de l’attention des sites de comics. Et je crains d’ailleurs que la brièveté de l’album ne limite pas mal les possibilités d’univers large en série TV.

La famille Moonstone protège le monde des dangers d’entre les dimensions, de ce qui se cache entre les réalités. Ils sont magiciens. Ils ont une famille. Ils ont des problèmes. Ils sont humains… Lorsqu’une puissante magicienne bannie passe à l’action, les membres de l’ordre tombent les uns après les autres, massacrés par un mystérieux personnage déguisé en vénitien. Leur dernier espoir réside dans le plus puissant d’entre eux: Gabriel. Mais Gabriel a renoncé à toute magie depuis la mort de sa fille…

Résultat de recherche d'images pour "coipel magic order"Les comics de Millar sont particuliers en ce que l’on sait à l’avance qu’ils ne seront pas ratés: la découverte réside dans la barre placée très haut et qui fait se demander si l’on aura été trop gourmand ou si l’on a un nouveau chef d’oeuvre. Sa très grande qualité (outre le choix d’immenses dessinateurs, contrairement à son compatriote Alan Moore qui semble opter pour l’inverse…) réside dans la cohérence de ses univers et la radicalité du traitement. Un peu comme Rick Remender, il aime placer de tout puissants personnages dans les affres des difficultés psychologiques du bas peuple. J’ai trouvé en cela de grandes proximités de Magic Order avec Jupiter’s Legacy, dans cette approche familiale alliant de brillants représentants confrontés aux désirs paternels et d’autres vilains canards qui n’arrivent pas à gérer leur vie quotidienne. Mark Millar a un vrai talent de dialoguiste et de metteur en scène (à quand une réalisation?), créant des caractères intéressants, des images géniales et des scènes d’actions que ses dessinateurs savent parfaitement dynamiser. On a tout autant de plaisir à voir un magicien faire ses courses avant d’affronter un Titan que des assassinats défiant les lois de la physique et un prestidigitateur compter les entrées de son spectacle du soir. Et lorsqu’il laisse divaguer son imagination sur le sort original qu’il pourrait trouver on a une explosion d’idées toutes plus inventive les unes que les autres.Résultat de recherche d'images pour "coipel magic order"

Contrairement à la famille d’Utopian dans Jupiter’Legacy, l’ambition ici reste celle d’une transposition adule du concept Harry Potter (jusque dans les baguettes). J’aime voir des variation sur le même thème, comme le Black Magick de Nicola Scott qui penche plus dans l’intimiste féminin. Pas de discours politique donc, aucune dénonciation, Magic order est (ce qui est beaucoup reproché à Millarworld) un concept destiné à lancer une poule aux œufs d’or audiovisuelle pour l’investissement de Netflix. Ce manque d’ambition de l’auteur écossais est dommage car son talent est fou et il est un des rares scénaristes à assumer ses envies, sans censure, se rapprochant beaucoup plus de la philosophie du Franco-Belge que de l’industrie super-héroïque formatée. Chez Millar on se drogue, des gamins égorgent des adultes dans la nuit, les personnages sont ouvertement homosexuels et même quand c’est édité chez Marvel les super-héros se font massacrer et le monde dominer par une famille Hulk consanguine et dégénérée (Old-man Logan qui a inspiré le Logan de James Mangold au ciné). Ce n’est pas le trash pour le trash mais juste plus réaliste que ce qu’on lit souvent. Millar donne à voir la vie réelle des super-héros une fois ôté le vernis politiquement correcte. Et c’est ce que veulent les lecteurs comme le montrent les grands succès de super-hero movies au cinéma. Malheureusement Magic Order est au format one-shot, ce qui est suffisant pour lancer un pitch mais bien trop court pour développer un background solide et réaliste. Pour rappel Jupiters’s Legacy tenait en deux tomes…

Image associéeGraphiquement en revanche on a sans doute un des plus beaux comics de l’année. Olivier Coipel est un très grand dessinateur avec un style qui évite les dessins trop léchés de nombre de ses confrères. Un peu comme Jerôme Opena ou Sean Murphy j’aime le côté rapide, à la fois très précis et hachuré de ses cases. La colorisation de Dave Stewart rehausse incroyablement ces dessins et si Panini propose une édition spéciale n&b, personnellement je ne suis pas sur que ce soit préférable tant on à ici l’alchimie parfaite dessins/couleurs qui rend l’album supérieur. Le design général est également au top, avec une élégance et un côté décalé qui rend cette histoire vivante. Les différents magiciens sont à peine entraperçus, nous donnant terriblement envie de savoir de quoi ils sont capables, avant de disparaître… Encore frustrant.

Magic order est donc bien un des tous meilleurs comics sorti depuis longtemps, d’une facture irréprochable, mais aussi frustrant qu’enthousiasmant. Qu’il s’agisse des personnages, de l’histoire de l’ordre et de la Guerre secrète, de la famille Moonstone, tout n’a que le temps d’être effleuré et c’est déjà fini. Pourtant il y a de la bravoure, du mystère, du sang, de la folie,… tout ce qui fait un succès. Les auteurs s’amusent pendant quelques planches à imaginer les pouvoirs de ces sorciers, comme si détruire les amusait plus que bâtir sur le long terme. Le magnat des comics aurait pu nous gratifier d’un ou deux volumes supplémentaires pour bâtir un sommet des comics. Il préfère nous laisser là les yeux brillants, à relire ce qu’il nous a jeté et attendant sagement son prochain concept. Avec une prolongation sur Netflix pour les plus passionnés.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

 

*·**·****·Comics·East & West·Manga

Sushi & Baggles #14

esat-west

  • Iron man, Season one (Parel/Chaykin) – 2019

couv_188880

Mauvaise pioche… J’ai découvert le talentueux Gerald Parel sur twitter où il publie régulièrement des fan-art de toute beauté. Du coup j’ai voulu tenter un des rares comics qu’il a dessiné… et comme pour nombre d’autres illustrateurs Parel est clairement plus attiré par les dessins de couvertures et autres concepts que par des albums complets. Celui qui doit publier une nouvelle version d’Astroboy très prochainement (on espère que Morvan saura cadrer) propose ici ce que je qualifierais de brouillon… Si l’histoire n’est pas inintéressante (bien que fortement reprise du scénario du film, avec un focus sur l’alcoolisme de Stark), si Parel excelle dans un style proche du rough tout numérique pour ce qui est des visages et premiers plans, les séquences action, arrière-plans et décors sont totalement brouillons, à peine esquissés et franchement pas chouettes à voir! Je suis dur mais quand on connait le talent du bonhomme on peu être assez choqué que l’éditeur ait accepté de publier cela. Je n’ai rien contre le dessin numérique esquissé, bien au contraire, et il est toujours impressionnant de voir combien en trois traits une silhouette lointaine prends vie. Mais tout de même… Est-ce le problème du calendrier imposé ou Parel qui n’a pas pris le boulot au sérieux, je n’en sais rien mais cela aboutit à un album que je déconseille clairement, même aux amoureux d’Iron-Man et du dessinateur.

note-calvin1


  • Dr Stone #5 (Boichi) – 2019

Couverture de Dr. Stone -5- Histoires du temps jadisDans cet épisode le tournoi pour déterminer le futur chef du village qui épousera la sœur de Kohaku bat son plein. L’arc du village touche à sa fin avec l’invention de la chimie et du médicament qui devra sauver la prêtresse. Je trouve que la série commence à s’essouffler en réduisant le côté world-building avec un combat où l’on retrouve les grimaces chères à Boichi mais pas très intéressant ni graphiquement ni thématiquement. Heureusement les auteurs savent rebondir régulièrement avec un cliffhanger assez costaud qui nous relate ce qui s’est passé juste avant la pétrification… Je pense que je vais m’arrêter là pour ma part mais cette série reste de très bonne qualité pour les jeunes et peut aussi servir à introduire un lecteur (disons à partir de 10 ans?) au manga avec son aspect vulgarisation scientifique accélérée.

note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv


  • Ajin #13 (Sakurai/ Glénat) – 2019

Couverture de Ajin : Semi-Humain -13- Tome 13Sa sent la fin! La vague finale de Sato est lancée pour détruire les institutions du pays après avoir pris le contrôle de la base d’Iruma dans une bataille dantesque! Ce volume comporte un peu moins d’action mais garde un rythme endiablé de révélations sur le fonctionnement des Ajin, de leurs fantômes et de leur « physique ». Gamon Sakuraï est un redoutable marionnettiste qui joue de ses personnages en recherchant toujours l’inattendu. Si quelques ficelles du plan de Sato s’avèrent un peu faciles, laissant les forces de défense et le gouvernement dans une sidération totale, on apprécie toujours autant ce diable se jouer de tout le monde avec une facilité déconcertante et une gestion de son corps totalement machiavélique. Au risque, depuis le début de la série, de vampiriser quelque peu l’attention du lecteur en laissant les personnages secondaires en retrait. On ne sait pas trop comment fait le héros Kei Nagaï pour parvenir à comprendre le raisonnement de Sato  mais c’est finalement un détail tant cette série continue tome après tome à nous aspirer dans ce tourbillon d’action géopolitique qui n’oublie pas de questionner la société japonaise sur son élitisme et son rapport à l’autre. Résolument un indispensable si vous appréciez les manga!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Comics·Nouveau !

VS: ligne de front

East and west
Comic de Ivan Brandon et Esad Ribic
Panini (2019) – Image (2018),113 pages, one-shot.

couv_362698

Esad Ribic est un de mes dessinateurs chouchou depuis ma lecture du fantastique Thor: le massacreur de dieux et les graphic novels qu’il a sorti sur Loki, Silver surfer et Namor. Capable de l’exceptionnel comme de l’assez banal, ses dessins ont néanmoins toujours une ambiance unique, barbare et éthérée, que j’adore. Mercenaire de Marvel depuis des années, pour lequel il produit un nombre important de couvertures, toutes superbes, Ribic propose avec VS son premier comic indépendant, peut-être lassé par une industrie qui ne permet plus à des auteurs de proposer de beaux albums finis… Panini sort très rapidement sa traduction dans une édition identique à l’originale, avec la maquette particulière qui intègre intelligemment l’atmosphère télévisuelle aux chapitres de la BD et ajoute les couvertures originales et alternatives en fin de volume.

Sur une planète futuriste les conflits armés sont devenus un spectacle télévisé jouissant d’une audience record et sponsorisés par une foule de produits. Tout se vends, tout s’achète.  Satta Flyn est le meilleur soldat de la garde industrielle. Voici ses chroniques…

Je ne vais pas vous cacher que je n’ai pas compris grand chose à cette histoire… Est-ce d’ailleurs bien un one-shot? Rien ne le confirme ni ne l’infirme et j’espère sincèrement qu’un tome deux viendra expliciter quelque peu cette intrigue très obscure. Mais y a t’il seulement une intrigue ou le projet n’est-il pas plutôt de dépeindre les chroniques d’une société du spectacle publicitaire?

Résultat de recherche d'images pour "ribic vs"Car sur ce point l’affaire est tout à fait réussie avec une omniprésence de messages d’annonceurs qui rappellent les films de Paul Verhoeven et le récent Il faut flinguer Ramirez qui proposait comme ici de fausses publicités pleine page. Dans VS ces publicités sont placées idéalement comme pages de transition entre les chapitres, véritables intermèdes dans l’histoire. Bien vu! On découvre ainsi au fil de la lecture de nombreux messages par des bulles et icônes qui nous maintiennent dans cette omniprésence de l’intervention commerciale, du sponsor, sans jamais savoir si nous voyons à travers un écran de diffusion ou la réalité. Les BD traitant de Big Brother ou de l’hyperconsommation publicitaire sont nombreuses mais je n’avais jamais autant été immergé dans cette ambiance par des planches elles-mêmes. Ainsi nous voyons des soldats, entre le sportif et le gladiateur, soutenus par des sponsors qui peuvent décider au gré des choix des actionnaires de retirer leur soutien financier et l’équipement de haute technologie qui va avec. Le héros, amputé de la jambe, peut soudainement se retrouver infirme et le lendemain champion pour peu qu’il ait trouvé une autre écurie.

Résultat de recherche d'images pour "ribic vs"L’autre réussite est graphique, notamment le design des combattants et l’univers général hyper technologique que maîtrise Ribic depuis longtemps, avec ces arrières-plans brumeux laissant entrevoir de colossaux vaisseaux lardés de halos lumineux provenant des hublots et balises, que l’on voit souvent dans ses albums. C’est réchauffé mais que c’est puissant! Le découpage est généreux, avec un album d’un format ni trop gros ni trop court, des pleines pages et surtout cette science du mouvement, du cadrage dans laquelle le croate excelle.

Et j’en reviens donc à l’histoire, sans quoi on frôlerait l’album parfait (un message, des dessins, et…). Car hormis le démarrage avec de très belles séquences d’action en mode squad militaire SF dirigé par un héros qui déchire avec ses bras robotiques d’appoint très classes, on ne sait pas bien ce que l’on lit. Une description de sa vie de super-soldat, de son contexte, mais une gestion du temps tout à fait opaque (est-on avant, pendant, après?), le scénariste nous instillant par une bulle ici des infos qui seront contredites par la séquence d’après et surtout aucun élément pour attraper une linéarité. Du coup on voit combattre Satta comme un vieux soldat rouillé sans que l’on sache comment on est passé du statut de héros à celui de raté. Résultat de recherche d'images pour "ribic vs"Est-ce que l’héroïsme était fictif, qu’il le devait au talent de ses adjoints? Est-ce que le temps a passé? Est-il toujours en vie? Est-il un clone? Beaucoup de questions se posent, souvent riches, permettant d’aller dans plein  de directions… mais sans rien pour valider une thèse. Du coup ça fait mal à la tête et on finit par perdre totalement le fil à se désintéresser du personnage, pourtant très charismatique.

L’atmosphère militaro-spatial, le graphisme unique de Ribic, justifient pour moi la lecture de cet album mais on a tout de même ici un gros gâchis sur un projet qui avait tout pour donner une BD majeure. Je dis souvent sur ce blog que je suis particulièrement attaché aux dessins. Mais quand on en vient à oublier carrément de construire une intrigue il est difficile de garder une cohérence à un projet. Dommage.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv