***·BD·Numérique

Illyne, récit des terres d’Eslan

Webcomics.png

Salut les lecteurs! J’inaugure une rubrique dont j’avais envie depuis longtemps mais qu’il m’a fallu un moment à définir. On parle de BD numérique depuis longtemps mais ce terme peut revêtir plein de formes. Beaucoup d’auteurs tiennent des blogs BD où ils publient. Parfois cela donne des projets très professionnels, soutenus techniquement par de grosses structures. Il y a aussi le développement de plateformes de lecture de BD classiques au format numérique comme mon partenaire Iznéo

Ce qui m’intéresse ce sont les auteurs et leurs projets. Entre le financement participatif qui se multiplie et les formats spécifiques sur les réseaux sociaux (Twitter ou Instagram par exemple) d’auteurs majeurs, il y a beaucoup de choses à découvrir et de la matière à une rubrique régulière qui m’incitera à parler de ces projets à la fois novateurs et anti-commerciaux.

Et je vais commencer la rubrique par une découverte récente trouvée via Twitter:

EL504o9X0AAwT8l (1).jpg

badge numeriqueIllyne est un Webtoon, nouvelle forme de publication de BD venue de Corée et dont la spécificité est d’adopter le format smartphone (donc allongé) en natif. C’est mine de rien une sacrée révolution narrative puisque outre la périodicité courte qui le rapproche des comics (des formules d’abonnement permettent d’accéder en premium aux nouveaux Clipboard01.jpgépisodes, les plus anciens sont généralement gratuits), le mode de défilement bouleverse l’agencement des cases et le récit lui-même. Contrairement à un Pepper & Carott par exemple (dont je parlerais ici prochainement) et dont le format est plutot à l’italienne mais reprend un découpage classique de BD franco-belge, Illyne se structure totalement en verticale.

L’histoire raconte les aventures d’Illyne, membre d’un ordre de gardiens des pierres magiques héritées d’Eslan, fondateur prométhéen du territoire qui aurait volé aux anciens dieux leurs pouvoirs qu’il aurait enfermé dans des cristaux qui, répartis sur le territoire, accordent leurs bienfaits aux hommes. Las, au cours d’un voyage de routine l’héroïne découvre que les cristaux commencent à se dévitaliser…

Clipboard03.jpgLa série est publiée sur la plateforme Webtoonfactory par Johann Blais (alias Papayou), concept artist dans le jeu vidéo. Trois épisodes sont parus en mode gratuit, un quatrième est réservé aux abonnés su site et un cinquième est en préparation. Du fait du format il est impossible de parler de pagination mais les épisodes sont relativement courts, ce qui laisse penser à une série assez longue, pour peu que sa publication soit viable économiquement pour l’auteur.

Graphiquement l’auteur sait tenir sa palette graphique et comme tout dessin numérique les couleurs et lumières claquent immédiatement. Le gros point fort de la série repose sur les visages et personnages en gros plan… l’auteur délaissant malheureusement ses arrières-plans qui sont parfois à Clipboard02.jpgpeine croqués. C’est dommage tant l’univers fantasy demande un imaginaire visuel des décors du monde en général. Ce que j’en ai vu est donc assez inégal mais semble en évolution, l’auteur étant très demander de commentaires. Chaque épisode propose en outre, comme une forme de générique, la même introduction rappelant l’origine du monde et des cristaux. A ce stade l’histoire est juste commencée et l’on imagine l’héroïne partir pour un long voyage semé de combats, avec dès le troisième épisode l’évocation d’une guerre des Marches. Les personnages sont assez intéressants et donnent envie de poursuivre la découverte en espérant que le dessin évolue vers plus de précision. A la lecture on a le sentiment que Papayou évolue en faisant, comme sur la gestion du défilement qui est par moment très intelligemment utilisé avec des fondus très intéressants dans la gestion du temps, alors qu’à d’autres moments on a des ruptures de case brutale et très classique que l’auteur biseaute sans doute pour éviter cette coupure. Je suis convaincu que des choses très novatrices peuvent être faites en matière de découpage, exigeant sans doute une grosse réflexion et de sortir de ses acquis de lecteur BD.

Au final j’avoue que la grosse com’ réalisées par l’auteur sur de très belles images risque de décevoir un peu, comme ces très nombreux comics aux couvertures mortelles qui  laissent place à des dessins plus industriels ensuite. Il n’en demeure pas moins que le projet est intéressant, la démarche absolument louable et que la maîtrise technique est évidente. Il reste à trouver un processus de réalisation qui joigne la qualité avec le format et la viabilité.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !

Wahcommo

BD de Luis NCT
Editions du Long Bec (2019), 216 pages, one shot.

couv_363565Il est notoire que le Neuvième Art est une discipline très codifiée, paradoxalement prisonnière des cases qui en constituent pourtant la substance. Il se trouve cependant que certains auteurs prennent sur eux d’en détourner les codes, afin de se départir des carcans de la narration séquencée, produisant ainsi des albums inédits qui renouent avec le sense of Wonder.

 C’est le cas de WAHCOMMO aux éditions du Long Bec, écrit et dessiné par Luis NCT, artiste espagnol déjà primé pour son précédent roman graphique Sleepers.

 WAHCOMMO est une œuvre de Medieval Fantasy qui raconte avec brio la quête de Fox et Kaya à travers le pays, visant à ramener chez eux le trésor perdu de leurs ancêtres.

Résultat de recherche d'images pour "wahcommo luis ntc"Cette chasse au trésor sert de prétexte à un parcours initiatique durant lequel les deux jeunes héros vont se confronter à leur détermination et à leurs limites, mettant à l’épreuve leurs dons pour la survie dans des environnements toujours hostiles. Sur leur chemin semé d’embûches, ils trouveront des alliés impétueux mais également des ennemis retors, dévorés par l’avidité et la promesse d’un trésor mythique.

Vous l’aurez compris, WAHCOMMO réunit tous les ingrédients d’une bonne aventure. Si les différentes races se partageant le royaume pourraient être vues comme une resucée des poncifs de la Fantasy, l’ajout de certains éléments de background ne fait que renforcer la profondeur de cet univers, y ajoutant des thématiques bienvenues. Je pense notamment aux différentes guerres qui sont évoquées ainsi qu’à la civilisation perdue dont sont issus les héros, des précurseurs mythifiés dont les secrets seront révélés dans le troisième acte. 

Résultat de recherche d'images pour "wahcommo luis ntc"Alternant des séquences d’action pure et des scènes plus intimistes, voire même oniriques pour certaines, l’album nous mène à son rythme et à grand coups de pleines pages sublimes jusqu’à son dénouement plein de poésie et de sagesse. 

Une partie de l’intrigue m’a cependant laissé un tant soit peu perplexe, puisqu’elle débouche brusquement sur une autre scène sans trop de transition, comme si l’auteur avait coupé des scènes par manque de place. Je parle ici, sans spoiler, d’une séquence de voyage en solitaire fort contemplative, mais qui tranche le rythme du récit. 

Graphiquement, on ne peut que saluer le trait incisif de Luis NCT, ses couleurs chatoyantes et ses décors impeccables, grandioses par moments. 

Pour conclure, je ne peux que vous recommander la lecture de WAHCOMMO, qui est à mon sens un petit bijoux alliant graphisme sublime, et univers savamment construit.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Mercredi BD·Nouveau !·Service Presse

Wika et la gloire de Pan

BD du mercredi
BD de Thomas Day et Olivier Ledroit
Glénat (2019), 92 p., série terminée en 3 volumes.

bsic journalismMerci aux éditions Glénat pour cette découverte.

couv_376133Olivier Ledroit est l’un de mes dessinateurs préférés. Non qu’il soit le plus fort en matière de dessin (bien d’autres le dépassent techniquement) mais il a installé depuis des années, avec constance, un univers d’une maestria visuelle, d’une finesse, d’une minutie que seul un Varanda atteinte peut-être dans la folie du détail. Son univers gothique et noir l’empêche malheureusement d’atteindre le très large public qu’il mérite et sa difficulté à tenir des séries en entier (un peu comme Olivier Vatine). Wika est ainsi la troisième série seulement à se conclure, après Xoco(deux tomes) et Sha (trois tomes). Originellement prévue en quatre opus, la série se clôture finalement en un gros dernier tome qui compte un tiers de pages de plus que les deux précédents. On ne peut que le remercier d’avoir pris le temps de clôturer une saga qui aurait tout à fait pu tomber dans la fuite sans fin qu’ont connu les Chroniques de la Lune noire et Requiem. Hormis donc la tomaison indiquée en quatrième de couverture qui change des deux précédents volumes (… ce qui fera à n’en pas douter gonfler la cote des éditions originales) l’album suit la maquette de la série, avec une couverture toujours aussi belle et dorée. Comme pour les autres volumes, une édition (très) grand format sort juste après avec seize pages supplémentaires et une couverture différente… pour quatre-vingt balles!!! Si certains ont tiqué sur le prix des Indes fourbes, les éditions spéciales à ce prix commencent à devenir un peu n’importe quoi…

Wika a été tuée par les loups d’Obéron, le tyran d’Avalon. Alors que le sacrilège ultime est commis, l’incendie d’Ygdrasil, l’arbre monde et siège du dieu Pan, l’ensemble des peuples des royaumes elfiques se mets en mouvement vers la dernière guerre de ce monde…

Wika est une série hors norme, aboutissement de la démesure d’un auteur d’une générosité sans borne qui compense allègrement les lacunes techniques qu’il traîne depuis ses premiers fanzines dans le jeu de rôle avec Froideval par une inventivité, une minutie et une liberté absolue de ses planches vis à vis des canons de l’édition, des codes de la BD. Sa marque de fabrique, dans Wika plus que jamais est sa propension à dépasser le cadre de mille manières possibles. Sa destruction des cases a commencé dès les Chroniques, adoptant des formes originales pour recomposer totalement la progression graphique de sa narration sur l’ensemble de la page ou de la double page. De mémoire il avait déjà également retourné ses planches pour adopter ponctuellement un format paysage qui bouleverse là encore la lecture en permettant des tableaux monumentaux. Ici l’intégralité de la première partie (soit seize pages), dans le Sidh, royaume immatériel de Pan, adopte ce format. Outre l’avantage graphique, c’est pertinent scénaristiquement en changeant la lecture comme on change d’univers, avec ses propres codes. L’acmé du processus est atteint lors de la bataille finale, sur les déjà célèbres pages 63 à 66 qui ne sont pas moins de quatre pages liées avec rabat, permettant sans doute la plus grande double page jamais publiée en BD… Certains seront lassés de la profusion de détails de cette furie visuelle où l’on n’ose imaginer le temps passé par Ledroit sur leur réalisation. Mais chacun reconnaîtra la passion de l’artiste et le détail de ses planches.Résultat de recherche d'images pour "wika la gloire de pan"L’autre apport de Wika est outre l’utilisation systématique d’habillages graphiques, non seulement sur les bandeaux de narration de type parchemin, mais sur l’entièreté des bordures de pages. Oubliez le gaufrier et les découpages sur fonds blanc, chez Ledroit il n’y a pas de fonds. Comme Georges Bess sur son Dracula l’auteur a dessiné jusqu’au dernier centimètre carré de papier disponible, ce qui donne parfois le sentiment de lire un art-book plus qu’une BD. Il a en outre ajouté sur cette série une nouvelle technique d’insertion d’éléments d’engrenages, de coins et de dentelles sur ses pages avant photographie. Le rendu est fabuleux en ajoutant une matière impossible à rendre par le seul dessin et rehaussant ses habillages graphiques. Dernière manifestation de l’imagination créatrice d’un auteur qui ne fait finalement plus vraiment de la BD, ou de la post-BD. On parle beaucoup de certains expérimentateurs comme Marc-Antoine Mathieu, Ledroit apporte pour moi autant (et pas que depuis Wika, son fabuleux Xoco proposait déjà des trouvailles phénoménales dans le découpage) à l’innovation en BD.

Résultat de recherche d'images pour "wika tome 3 ledroit"Et l’histoire me direz-vous? Et bien elle est dans la lignée de ses précédents ouvrages, au service du dessin, un peu punk, vaguement lourdingue par moments, totalement manichéenne comme le conte pour adultes qu’est Wika… On ne saura jamais quel découpage auraient eu les deux derniers tomes sur la tomaison originale de quatre mais le fait est que cette Gloire de Pan est une marche à la guerre sur soixante-dix pages où le dessinateur se fait plaisir en créant comme le gamin qu’il a toujours été les plus grands panorama guerriers dont rêvent tous les amateurs du monde de Warhammer. Comme aux batailles de Légo ou de Playmobile on ajoute mille canons à son robot et un combat n’a jamais trop d’explosions et de vaisseaux. Là encore les grandes personnes tiqueront sans doute sur la faiblesse de l’intrigue quand les lecteurs aux yeux d’enfants accepteront le cadre. Un cadre de conte assumé de la première page de la série à la dernière, construites en miroir total, permettant de refermer une bien belle aventure dépaysante, chatoyante comme jamais (ce qui manquait cruellement à son pourtant aussi flamboyante série de sales gosses Requiem, chevalier vampire) et que l’on imagine dans un bel écrin relié pour une intégrale mise en forme par monsieur Ledroit.

Sans titre.jpg

Si vous ne connaissiez pas cet auteur, son univers, Wika est sa série la plus accessible (et complète, ce qui n’est pas un détail!). Que vous aimiez ou pas les combats titanesques vous ne pourrez que faire plaisir à vos yeux devant ces planches qui seront probablement celles de votre collection où vous passerez le plus de temps à observer chaque détail. En se demandant quel challenge Olivier Ledroit va désormais pouvoir se trouver…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·La trouvaille du vendredi·Rétro

Tao Bang

La trouvaille+joaquim

La Trouvaille c’est un trésor que vous avez gardé dans votre mémoire, une pépite de votre bibliothèque et qui mérite d’être offerte à l’appétit de vos lecteurs. Une pause de fin de semaine hors du brouhaha des publications récentes…


BD de Blanchard, Vatine, Pecqueur et Cassegrain
Delcourt (1999-2005), série terminée en 2 volumes. 46 p./album

En 1999 le label série B lancé par Olivier Vatine chez Delcourt (bientôt rejoint par son comparse Fred Blanchard) a quatre ans. Après un album (Corail noir) que beaucoup considèrent comme un chef d’oeuvre mais qui ne clôture pas la série Aquablue, Vatine part faire un comic Star Wars puis revient chez Delcourt où il lance cette collection destinée à publier des BD de SF, des Western et tous les univers pulp d’action graphique débridés. Après une expérience d’animateur Didier Cassegrain se laisse tenter par l’expérience BD avec cette histoire de pirates sexy dans un univers de fantasy steampunk…

Résultat de recherche d'images pour "tao bang cassegrain"A Port-Xanath le lupanar d’Ellora fait grise mine: le terrible Chrik-dragon Ad Arphax a entrepris de faire concurrence en employant les mythiques sirènes dans sa propre maison close. Le colosse Norden et ses acolytes décident d’entrer dans le conflit, lorsqu’ils trouvent sur leur route la pirate Tao bang, qu’il connaît très bien…

Lorsque le premier tome sort c’est un événement tant l’alliance du design de Vatine et Blanchard avec la maîtrise technique et les couleurs de Cassegrain font mouche. Il faudra malheureusement attendre pas moins de six ans entre les deux volumes d’une série qui annonçait une suite (la vallée des géants). J’avais lu le premier tome à l’époque et viens de découvrir la clôture de cette histoire avec l’immense regret de savoir que la suite n’aura jamais vu le jour. Car avec le recul, Tao Bang est vraiment une grande réussite, totalement dans l’esprit Série B, avec des personnages attachants, de l’action très efficace (comme le montre le dessinateur sur son récent Conan) et un univers riche. Ce qui plaît c’est le côté coquinou bienheureux, un monde où le sexe est joyeux, les méchants bien bêtes et où les querelles ne durent jamais bien longtemps. Un esprit Walt Disney avec le puritanisme en moins. Car chez Tao Bang les filles sont très court vêtues, les messieurs torse-poil et les combats se finissent souvent tête tranchée. C’est la grande aventure remplie de scènes improbables et de vannes lancées dans les moments les plus dramatiques.

Résultat de recherche d'images pour "tao bang cassegrain"Si l’intrigue lancée dans le premier tome nous prépare à un voyage potentiellement long, il semble que les auteurs aient préféré clôturer l’histoire en seulement deux volumes, avec une accélération un peu dommage sur le second tome où nous avons des ellipses très brutales. Cela ne suffit pourtant pas à dégrader la qualité de ce diptyque tant l’action est effrénée, drôle, esthétique. Ce qui m’a beaucoup plu c’est à la fois la touche steampunk qui donne toujours une coloration originale aux univers et le côté « poignée de coqs dans une basse-cour »: sans jamais tomber dans le vulgaire, le thème de la sexualité et de la nudité sont permanents et introduisent un aspect paillard de marin fort sympathique à cette histoire. Didier Résultat de recherche d'images pour "tao bang cassegrain"Cassegrain, fort de son expérience en animation, sait déjà dynamiter ses pages avec une action extrêmement lisible malgré son style très particulier qui pourra faire tiquer certains lecteurs. On sent à chaque plan une maîtrise du cadrage, du mouvement et une vérité qui transpire de ces personnages dégingandés aux aspects de marionnettes mal dimensionnées. Personne ne pourra nier que Didier Cassegrain a un style unique que seule une colorisation très numérique (c’était l’époque de Schell et rosa…) sur le second album vient entacher. On ne lui tiendra pas rigueur de cela tant le début des années 2000 ont vu les dessinateurs s’engouffrer dans l’outil numérique sans toujours réaliser l’obsolescence de ces aspects lisses.

Ayant lu Tao Bang dans la foulée des Clous rouges j’ai été surpris de constater que le premier parvient bien mieux que le second à retranscrire cette magie de la fantasy, de ces mondes naïfs où chaque bâtisse est incroyable et où les barbares n’ont jamais froid aux yeux. Résultat de recherche d'images pour "tao bang cassegrain"Le dessinateur qui a passé beaucoup de temps dans des univers contemporains et SF entre les deux titres n’a finalement pas beaucoup bougé et le trait sur Tao Bang est déjà remarquablement mature. Sans doute la colorisation est-elle désormais plus subtile et maîtrisée mais l’on sent le plaisir (notamment sur le premier album) du dessin, de la construction d’univers. Étonnant de maturité, ce premier album mérite d’être redécouvert et constitue un témoignage des débuts d’une équipe créative initiée par Vatine, aujourd’hui arrivée à la notoriété alors que leurs meilleures productions se situent peut-être dans ces déclarations d’amour que sont Tao-Bang, 500 fusils ou les premiers Carmen MacCallum ou encore un certain Gipsy que Marini dessinait chez un autre éditeur…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

 

***·BD·Mercredi BD·Nouveau !

Conan: les clous rouges

BD du mercredi
BD de Vatine, Hautière et Cassegrain
Glénat (2019), 56 p. one shot.

couv_373253Comme tous les albums de la collection Conan le cimmerien l’ouvrage comporte en intérieurs de couverture une carte de l’Age Hyboréen ainsi qu’un cahier graphique de treize pages incluant une contextualisation de la rédaction des Clous rouges par Robert E. Howard et quelques illustrations hommages de différents illustrateurs… l’occasion de voir Olivier Vatine aux crayons avec toujours autant de classe! Je vais profiter de cet habituel paragraphe « éditions » pour aborder la question de la couverture: celle-ci est très jolie et totalement dans le thème frazzetien… si ce n’était l’étonnante pudeur qui a fait jouer au caleçonneur en ajoutant de petites culottes à l’illustration originale de Didier Cassegrain (en pied de cet article) exposée à la galerie Maghen. Je n’ai pas pu savoir si cela avait été imposé par Glénat ou proposé par l’auteur mais c’est assez incompréhensible quand on voit le reste de l’illustration avec les demoiselles très aérées, le côté sanglant de l’album et la relative sagesse de ces pages intérieures côté nudité. Ce n’est pas une affaire d’État mais pose question sur l’éventuelle influence de l’éditeur sur le contenu de l’album…

Lorsque Conan et Valéria, deux mercenaires aussi proches que sans scrupules, se réfugient dans une gigantesque cité pour échapper à des dragons ils pénètrent dans une sorte de tombeau sans ouverture où une lutte sans merci se déroule depuis une génération entre deux clans. Bientôt on leur demande d’intervenir pour faire pencher la balance…

Résultat de recherche d'images pour "conan clous rouges cassegrain"Quand on sait que la collection Conan le cimmérien est issue de nouvelles courtes et que l’univers du plus célèbre des barbare est marqué par l’esthétique plus que par la complexité des intrigues, on n’est pas très difficile quand au scénario, qui ici s’avère aussi basique et attendu que celui de la Fille du géant de gel. Pas vraiment de surprises mais plutôt de l’intérêt dans les relations du barbare avec les filles, à commencer par la très réussie Valéria, farouche combattante qui rappelle Tao Bang, la première héroïne croquée par le dessinateur des Nymphéas noirs il y a une éternité (… et dont je vous propose une critique rétro dès ce vendredi pour profiter de ma semaine Cassegrain!). Commençons par les points négatifs: après une course forestière aux prises avec une sorte de dragon archaïque où les couleurs, l’espace et l’action épique nous font rentrer de façon tonitruante dans l’ambiance Conan, les deux comparses arrivent dans le huis-clos de la cité de Xuchotl. A partir de là les planches deviennent quasi monochromes et malgré  le côté cyclopéen des immenses salles de pierre, le manque de lumière écrase un peu les dessins de Didier Cassegrain dont la mise en couleur est une des grandes qualités (pour preuves opposées les Nymphéas d’un côté, la version n&b des Clous rouges de l’autre dont on peut vraiment se demander, au vu de la technique du dessinateur, si elle était pertinente…). On peut également se demander (mais c’est toujours un peu le cas chez cet auteur) si le calibrage de l’impression est bon tant l’effet surexposé créé en partie par les très faibles encrages est présent.

Résultat de recherche d'images pour "conan clous rouges cassegrain"Les auteurs ne sont bien entendu pas vraiment responsables de cela puisque le texte imposait un cadre. Si l’histoire de ces deux clans ennemis à mort ne nous intéresse guère, le dessinateur aidé par le talent désormais légendaire de la mise en scène d’Olivier Vatine nous propose un design inspiré par les civilisations précolombiennes qui mélangé au thème du harem asiatique crée un univers très attrayant qu’on aurait aimé voir dépasser les costumes. Car ce qui marque dans cet album ce sont bien les plans rapprochés, les séquences d’action particulièrement réussies (comme tous les illustrateurs passés par l’animation, Cassegrain a le sens du mouvement!), aussi drôles que gores, notamment grâce à une Valéria pleine de grâce, d’énergie aérienne et de répartie. Si les filles ont toujours un rôle important dans les histoires de Howard, cette version des clous rouges est sans doute celle où l’héroïne prends le plus l’ascendant sur le colosse cimmérien. Le couple fait l’album et lorsqu’il est séparé pour des récits obscures le rythme se perd.

Résultat de recherche d'images pour "conan cassegrain"L’attente plus ou moins grande marque sans doute la réception des albums de la série et on peut dire sans hésiter que celui-ci était l’un des plus attendus, notamment depuis le carton du polar adapté de Michel Busi en début d’année. Et je confesse que contrairement à un Virginie Augustin qui était remarquable d’équilibre cet album m’a paru un peu timide, malgré donc les quelques planches barbares et sexy qui ne masquent pas cette dernière illustration hommage à Frazzeta: elle semble faire dire à Didier Cassegrain qu’il aurait souhaité donner cela à ses lecteurs, une ode sauvage débridée… Pour boucler la boucle est-ce que le cahier des charges de Glénat ne serait pas un peu trop grand public? Étrange série en tout cas où les thèmes finissent pas revenir, où le caractère décousu des nouvelles (verra-t’on enfin cette histoire de Conan pirate dont on nous parle depuis plusieurs albums?) peut lasser mais où de grande dessinateurs nous procurent tout de même des plaisirs certains. Entre des pages ou cases magnifiques du dessinateurs, un album bancal dont la fin abrupte confirme l’ambition relative d’une collection dont les auteurs ont du mal à dépasser le carcan.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

Résultat de recherche d'images pour "cassegrain les clous rouges"

**·***·BD·Jeunesse·Mercredi BD·Nouveau !·Numérique·Rapidos·Service Presse

BD et vrac #11

Aujourd’hui pas de jeunesse ni de docu mais une fournée spéciale nouveautés toutes fraîches avec de grosses sorties très grand public. Après la grosse artillerie de com’ autour de ces albums, en vrai qu’est-ce que ça vaut?

  • Le dernier dragon #2 (Pecau/Pilipovic/Delcourt) – 2019, 2 vol parus.

Critique réalisée sur version numérique pour Iznéo.

bsic journalismbadge numeriqueLe premier tome de cette série est paru en mars dernier et nous voilà déjà avec la suite d’une très bonne surprise du printemps. Si la couverture est tout aussi magnifique que la première, l’album souffle le chaud et le froid et l’on se demande du coup s’il n’a pas été réalisé un peu vite… Le scénario très étrange commence sur des récits de Léonard de Vinci avant de nous faire retrouver l’héroïne envoyée en Terre-sainte pour finir par retrouver les protagonistes des toutes premières pages de la série. Les sauts sont du coup un peu brutaux et le scénariste pourtant chevronné oublie un peu de développer son background et la liaison entre les séquences. Même chose pour les dessins de Pilipovic, parfois superbes et précis, parfois manquant étrangement de netteté. Le duo a un talent certain et le matériau est riche mais les affrontements dragoniers ne suffisent pas à maintenir l’intérêt au niveau du premier volume. Espérons que ce ne soit qu’un petit coup de mou car il serait vraiment dommage que cette série tombe dans une banalité du tout venant Fantasy.

note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez

njziphxv


  • Danthrakon (Arleston/Boiscommun/Drakoo) – 2019, 1 vol/3 parus.

couv_373265

bsic journalismAprès des années passées chez Soleil où son univers fantasy a très grandement participé à marquer la ligne éditoriale de l’éditeur toulonnais, Arleston a accepté de prendre en charge le nouveau label Drakoo de chez Bamboo, avec en ouverture de bal ce Danthrakon, série jeunesse prévue en trois tomes. Si vous suivez ce blog vous savez que je considère les séries de plus de six volumes comme des démarches commerciales, aussi ce format me mets dans de bonnes dispositions. Je connais l’univers d’Arleston et ai toujours aimé Lanfeust (au moins les deux premiers cycles), en revanche si j’aime bien les images des BD de Boiscommun je n’avais rien lu de lui jusqu’ici. Cet album nous présente un univers (ou plutôt une cité) de magie ou différentes races cohabitent et se rangent par fonction. Les mages prennent des apprentis à leur service dans des maisonnées organisées comme les domaines du XVIII° siècle. Une caste d’inquisiteurs surveille l’utilisation de la magie dont la variante « magie du sang », considérée comme primale et incontrôlable, est interdite. Le héros, jeune marmiton un peu niais (ça ne vous rappelle personne?) se retrouve dépositaire de la puissance magique d’un ancien grimoire, qui le transforme en bête surpuissante… Résultat de recherche d'images pour

J’avoue avoir été un peu déçu par cet album qui se confirme être destiné à un lectorat jeune, avec une simplicité d’action et de textes qui se justifient en cela. Tout d’abord le dessin d’O.G. Boiscommun est étonnamment faible et brouillon par rapport à ce qu’il a produit jusqu’ici. Je soupçonne l’encrage et la colorisation (réalisées par deux autres personnes) assez plate et informatique d’être la cause de cela puisque le cahier graphique de fin de tome montre de superbes dessins. Ce dessinateur nous a habitué à apprécier ses couleurs directes et le style que l’on apprécie est ici perdu, c’est très dommage! Pour ce qui est de l’univers et de l’histoire il n’y a rien de très surprenant. Encore une fois l’efficacité d’Arleston plaira probablement aux jeunes lecteurs mais contrairement à Lanfeust et d’autres séries du scénariste les adultes risquent d’avoir du mal à se laisser tenter. Pour l’originalité on attendra de voir les autres tomes mais pour l’heure on reste avec de la BD très formatée dont a peine à détecter la plus-value dans l’océan de la BD fantasy. Pour un démarrage de collection j’attendais quelque chose de plus qualitatif, surtout que ce qui s’annonce chez Drakoo semble plutôt alléchant.note-calvin1note-calvin1


  • Time lost #1 (Sala/Khaled/Soleil) – 2019

couv_371578

On ne va pas se mentir, ce pulp plein de nazis, de soldats amérloques malpolis, de pom-pom girls, de dino et de Mechas se lit très très vite. Si tout est dans la couverture et que certains pourront trouver le ratio prix d’achat/temps de plaisir un peu dur, il est indéniable qu’Afif Khaled est un super dessinateurs qui maîtrise à merveille la technique numérique et que son dessin ne souffre que de très peu de défauts avec une minutie des détails remarquable. Jean-Luc Sala est un scénariste expérimenté qui aime les univers d’aventure décalés (son très bon Spynest et le plus complexe Cross-fire avec Pierre-Mony Chan) et il aurais pu nous en donner un peu plus pour cette entrée en matière. Du coup je crains la série à rallonge très commerciale… Il n’en demeure pas moins que l’on prend un plaisir certain dans cette immersion pop-corn proche de ce que va nous proposer Herenguel avec son Kong Crew: c’est chatoyant, plein de testostérone, de clichés qu’on aime, bref une BD de garçon coupable qui souffre surtout de dialogues franchement bof avec beaucoup de bons mots qui tombent à plat. Mais ce n’est pas très grave puisqu’on est là pour les dessins et l’action.

Et un autre avis chez Constellation. https://blogconstellations.home.blog/2019/09/27/time-lost-01-operation-rainbow-2-jean-luc-sala-et-afif-khaled/

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·****·*****·Comics·East & West·Manga·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Sushi & Baggles #19

esat-west

  • Radiant #12 (Tony Valente/Ankama) – 2019

bsic journalismMerci aux éditions Ankama pour leur confiance.

couv_372451Attention le nouveau Radiant est arrivé, avec une jaquette toujours aussi belle, centrée sur les personnages… qui sont la grande réussite de la série. Tony Valente aime ses personnages et les développe tous à fonds , si bien que lui comme nous ne sait plus où donner de la tête tant les possibilités sont nombreuses. Qui est un personnage principal, secondaire, tertiaire? …impossible de le dire tant tous ont leur moment de bravoure. D’ailleurs ce volume est l’un des rares à être quasi exclusivement centré sur un side-kick, à savoir l’anti-héros Doc, aux prises avec les affreuses sorcières de la Mesnie. Dans des dessins toujours aussi virtuoses et minutieux, l’auteur nous fait hurler de rire avec ses millions de mimiques et jeux de langues (donc Doc, si vous vous souvenez, est le spécialiste). Un volume axé baston qui se termine explosivement à Bôme et nous propose, encore, plusieurs nouveaux personnages de grande qualité. Tony Valente a déjà confessé dans ses discussions de fin de volume que son univers était assez riche pour plusieurs dizaines de volumes et on le croit volontiers tant on a plaisir à replonger et découvrir le monde de Radiant à chaque volume. Déjà douze et on a l’impression que l’on vient juste de commencer… Vivement la suite!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv


  • Atomic Robo #2 (Clevinger/Wegener/Casterman) – 2019, 2 volumes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Casterman pour leur confiance.

couv_366465Ma chronique du premier tome se trouve ici.

Le Robot le plus bourrin du XX° siècle revient chez Casterman Paperback… et surement pour longtemps puisque l’éditeur original IDW en est actuellement à 13 volumes publiés. Ceci explique pourquoi le background se révèle aussi progressivement sans explication particulière au sein des épisodes que contient chaque volume relié et construits comme des séquences quasi autonomes. A noter que les couvertures originales sont très jolies et que Casterman serait bienvenu de les intégrer (ce qui se fait habituellement en comics) dans les prochains tomes. Ce second épisode est beaucoup plus structuré que le premier avec une intrigue qui suit Atomic Robo lors du débarquement en Sicile. On découvre différents alliés, deux nouveaux méchants nazi, des machines, des soldats monstrueux et un verbiage incessant entre deux balles et trois explosions. J’ai trouvé du coup l’histoire plus sympa à suivre car moins hachée mais un peu plus sérieuse jusqu’à la dernière portion qui introduit un étonnant soldat québécois qui a dû donner beaucoup de mal aux traducteurs et qui nous propose des expressions qui vous laisseront aussi pantois que Robo… Voyons voir donc quel format nous réserve la suite que je suivrais personnellement avec beaucoup d’envie tant les dessins (quasi uniquement découpés en cases pleine largeur format cinémascope!) comme l’esprit de cette série qui ne se prend absolument pas au sérieux sont de petites sucreries bien agréables.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv


  • Coyotes #1 (Lewis/Yarsky/Hicomics) – 2019

bsic journalismMerci aux éditions Hicomics pour leur confiance.

displayimageMon expérience avec les albums Hicomics (la branche comics de l’éditeur Braguelonne) n’avais pas été très fructueuse jusqu’ici. Generation Gone ne m’avait pas totalement convaincu et le réputé Invisible Republic m’a laissé sur le côté… Heureusement Coyotes arrive et marque chez moi un intérêt soudain, non forcé, pour une oeuvre résolument originale, mêlant discours politique (un féminisme agressif faisant assez directement référence au comportement prédateur sexuels des hommes), une revisitation du mythe du Petit Chaperon rouge (l’héroïne est appelée Rouge et combat des loups…) et le principe de la guerre secrète entre deux entités ancestrales incarnant la force masculine et la féminité naturelle. Une base théorique très solide pour un premier tome (sur deux parus aux USA et qui doit conclure la série) construit façon puzzle, sans linéarité temporelle claire mais avec une recherche dans la narration, les dialogues et l’esthétique générale  qui accroche fortement le lecteur blasé des comics indé. Souvent le dessin me fait tolérer des intrigues pas toujours fabuleuses et je suis aux anges quand l’équilibre est trouvé entre le trait et le récit. Caitlin Yarsaki a un réel talent qui se ressent sur son premier album malgré des dessins un peu rapides par momentRésultat de recherche d'images pour "coyotes yarski". Ses visages (qui ont la particularité d’être très cernés… juste un style ou un reflet de la fatigue générale dans ce monde violent?) sont incroyablement expressifs et esthétiques, même quand elle dessine des mamies hystériques vociférant et la subtilité de ses planches réponds à celle de l’écriture qui joue délicatement de graphie (avec cette Duchesse dont les bulles sont habillée d’élégantes arabesques) et parfois presque de poésie. Dans cette histoire antique des hommes transformés en loups par d’anciennes reliques chassent les femmes. Un groupe de survivantes, les Filles perdues se réunit, se forme aux arts guerriers et part combattre son ennemi… Cette histoire mythologique permet de se dispenser de réalisme géographique comme temporel et l’on se plait à suivre ces personnages très forts dans une mise en forme où chaque case est travaillée. Coyotes a des lacunes comme tout premier album, mais il respire le talent et sort résolument du lot des comics indépendants. La bonne pioche de l’éditeur.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv