****·Comics·East & West·Nouveau !

Avengers #7: L’Ere de Konshou

Recueil des épisodes #31 à 38 de la série écrite par Jason Aaron et dessinée par Ed McGuiness, Javier Garron et Francisco Manna. Parution en France chez Panini Comics le 10/08/22.

Konshoote le premier

Nouveau volume de la saga Avengers par Jason Aaron. Après une mission mouvementée dans l’espace, les plus puissants héros de la Terre sont revenus avec… un bébé. Pas n’importe lequel, puisqu’il s’agit de l’actuel détenteur du Starbrand, un pouvoir incommensurable, manifestation d’un système de défense planétaire, dont l’un des précédents porteurs fut membre du groupe il y a plusieurs années.

Il s’agit donc pour eux de protéger cet enfant, mais aussi de protéger le monde de ce que pourrait faire cet enfant, avec ce pouvoir destructeur. Pour le moment, Iron Man, alias Tony Stark, n’a pas le loisir de s’en soucier puisqu’il est prisonnier de l’Âge de Pierre, un million d’années dans le passé. Seul et livré aux affres d’un monde hostile, il va d’abord faire la rencontre des Avengers Préhistoriques, déjà vus plusieurs fois dans la série.

Ce goupe hétéroclite comprend Odin, le Phoenix, Agamotto, la première Iron Fist, le premier Ghost Rider, le premier Starbrand, ainsi que le premier Black Panther. Leurs premiers exploits ont consisté à vaincre et repousser les Célestes, mais leur véritable ennemi, un être antédiluvien qui manigance à travers le temps et l’espace, ne s’est pas encore révélé. Iron Man va donc découvrir bien malgré lui l’identité de ce redoutable instigateur: Méphisto, plus connu comme le Seigneur des Enfers, ou encore, le Diaaaaaaaaable.

Ce dernier cherche à détruire les Avengers depuis leur formation il y a un million d’années, et cette fois, il pourrait bien arriver à ses fins: ayant tiré les ficelles à sa convenance, il a artificiellement allongé la liste des ennemis de nos héros favoris, des ennemis qui pourraient bien unir leurs forces pour les submerger.

Mais c’est sans compter Khonshou et son célèbre avatar, Moon Knight. Ce duo ambigu livre une justice expéditive depuis bien des années maintenant, avec plus ou moins de succés, et se lance cette fois encore dans un plan sans concession pour sauver le monde des griffes de Méphistophélès. Sans prévenir, le dieu égyptien de la Vengeance et de la Lune envoie son avatar récupérer de force les pouvoirs des précédents Avengers, aujourd’hui détenus par Danny Rand aka Iron Fist, le Sorcier Supreme Dr Strange, Robbie Reyes aka Ghost Rider, T’challa aka Black Panther, sans oublier Mjolnir, le Starbrand et le Phoenix.

Ainsi équipé, Moon Knight pourra instaurer l’Ere de Khonshou, afin que le dieu colérique puisse vaincre Méphisto et ainsi éviter la fin du monde. Mais est-ce vraiment une bonne idée d’affaiblir les plus puissants héros de la Terre au moment où ils sont le plus fragiles ?

Jason Aaron poursuit son grand-oeuvre sur les Avengers, et commence enfin à recouper toutes les lignes narratives qu’il a débutées dans les précédents volumes. Grâce à celà, le lien entre les Avengers Préhistoriques et les Avengers modernes apparaît enfin plus distinctement, et l’impact des deux époques l’une sur l’autre se profile également. La continuité de la série commence à se faire sentir, puisqu’il est maintenant nécessaire d’avoir lu la majorité des volumes précédents pour s’y retrouver ici: quand bien même le lecteur connaîtrait les bases du personnage de Moon Knight, ce ne sera pas suffisant ici pour comprendre tous les tenants et les aboutissants de l’intrigue, qui commence à se densifier.

Néanmoins, l’action reste omniprésente comme dans les précédents tomes, l’auteur continuant d’exploiter des concepts inédits comme le vol et le cumul de pouvoirs ancestraux par Moon Knight, ou leur utilisation plus tard par d’autres héros. L’auteur parvient aussi à créer une certaine attente, puisqu’on se doute que Méphisto ne va pas en rester là et que le pire reste à venir. Côté suspense, on ne frissonne pas vraiment pour l’ensemble des héros, puisque, si le danger reste global, rien ne laisse craindre à ce stade qu’un ou plusieurs héros soient sacrifiés.

S’agissant de l’écriture de Aaron en elle-même, elle demeure donc ambitieuse et réfléchie, mais elle a aussi tendance à utiliser la continuité rétroactive, redoutée par les fans, et par conséquent, marche donc sur les plates bandes d’autres auteurs. Exemple frappant: alors que beaucoup d’auteurs se sont échinés au fil des différentes séries Moon Knight à instiller le doute quant à l’existence réelle de Khonshou, Aaron met les pieds dans le plat en nous donnant une réponse sans ambiguité. Cela ne gâche pas le plaisir de lecture ni la cohérence de l’ensemble, mais montre bien que l’écriture chez Marvel peut être une affaire délicate, au vu de la pléthore de personnages et d’auteurs ayant travaillé dessus.

Ce septième volume des Avengers fait monter les enchères et laisse de profiler de nouveaux éléments cosmiques de grande ampleur, à lire si vous avez apprécié le reste de la série.

***·Comics·East & West·Nouveau !

Les Éternels #2: Gloire à Thanos

Deuxième volume de la série écrite par Kieron Gillen et dessinée par Esad Ribic, avec Guiu Vilanova en renfort. Parution chez Panini Comics le 14/09/2022.

Votez Thanos !

Suite et fin du diptyque de Gillen sur les Éternels. Après la résurgence de la dernière armée des Célestes, les Éternels ont appris que leur dogme était une mascarade. Leur rôle grandiose de protection de la Vie sur Terre n’était qu’un mensonge concocté à la fois par les dieux géants de l’espace et par leurs patriarches. A la suite de cette révélation, l’ensemble des Éternels perdait la raison avant de se donner la mort en masse.

Cependant, le suicide est un geste bien futile pour un être qui n’est pas fait pour mourir. En effet, il s’avère que tous les Éternels sont liés à la Machine, un système de défense personnifiant la planète Terre, qui les ressuscite automatiquement dès que leur corps est détruit, en téléchargeant une sauvegarde de leur esprit (un procédé qui rappelle celui des mutants de Krakoa). Tous les Éternels se sont donc réveillés comme un lendemain de cuite, certains gérant la nouvelle mieux que d’autres.

Toutefois, nos héros immortels n’ont pas eu le temps de s’appesantir sur leurs tourments philosophiques: des défaillances de la Machine et un mystérieux tueur d’Éternels ont quelque peu mis à mal les fondements de leur société, forçant Ikaris et Sprite à mener l’enquête. Le danger qu’ils ont découvert n’est pas des moindre, puisque le seul être capable de tuer des homo immortalis n’est autre que le terrifiant Thanos.

Thanos est un être hybride, un Éternel de Titan engendré naturellement par ses parents et pas directement par les Célestes, qui possède un gène Déviant, ennemis naturels des Éternels, ce qui le rend extrêmement dangereux. Thanos a pour but, après sa ruine dans les Gardiens de la Galaxie, de se rattacher à la Machine afin de pouvoir ressusciter dans un corps neuf, et ce, à l’envi bien évidemment, comme si être un monstre génocidaire invincible ne suffisait pas.

Mais affronter Thanos n’est pas le plus grand défi auquel ils aient à faire face. A la fin du premier volume, les Éternels apprennent une autre vérité dévastatrice: chacune de leur résurrection a un prix, celui d’une vie humaine. Ceux qu’ils ont tenté de protéger durant un million d’années ont donc fait directement les frais de leur inconséquence, eux qui se battaient sans se soucier de leur vie puisqu’ils avaient la garantie de revenir grâce à la Machine.

Bien sûr, Thanos n’aura pas ce genre de considération, et il est même prêt à détruire la Terre pour obtenir son nouveau corps.

Kieron Gillen poursuit son soft reboot de la franchise des Éternels, préparant ainsi l’évènement AXE, pas encore paru en France. L’auteur a repris des éléments issus des précédentes séries (notamment celle de Neil Gaiman et celle des Frères Knauf) en y implémentant ses propres concepts, ce qui donne une histoire intéressante, moins grandiloquente que ce que Kirby imaginait initialement mais plus en phase avec l’univers Marvel actuel. L’auteur n’a pas hésité à remettre en question les fondamentaux de ses personnages, créant ainsi une dynamique novatrice. En revanche, sa série se termine sur un cliffhanger mais sans réelle réponse apportée au problème posé par les résurrections.

On constate par ailleurs que l’auteur répond à un cahier des charges éditorial, certains des personnages continuant de subir des changements qui les alignent avec leurs homologues cinématographiques. Ce n’est pas gênant en soi, mais prouve bien que Marvel a toujours en tête de récupérer des lecteurs grâce à ses films, sans nécessairement se soucier de la continuité chère aux lecteurs de longue date.

Néanmoins, pas de quoi bouder son plaisir, ne serait-ce qu’en vertu de la présence d’Esad Ribic, qui continue de proposer des planches magnifiques avec son style pictural bien connu. L’intérim assuré par Guiu Vilanova fait un peu l’effet d’une douche froide pour les fans de Ribic, mais ne gâche pas l’album pour autant.

****·Comics·East & West·Nouveau !

Thor (2020) #1: le Roi Dévoreur

Intégrale comprenant les quatorze premiers épisodes de la série Thor (2020) écrite par Donny Cates et dessinée par Nic Klein. Parution en France chez Panini Comics le 24/08/2022.

Lourde est la main qui brandit le marteau

Après avoir combattu le Massacreur de dieux, puis cédé son marteau par indignité, et enfin, combattu l’armée de Malékith pour sauver les Dix Royaumes, Thor revient sur le devant de la scène et hérite du Trône de son père Odin. Toutefois, pour lui qui n’a jamais aspiré à régner, il se pourrait que la couronne soit trop lourde.

Que faire lorsqu’on passe après le monarque le plus controversé de l’histoire du royaume ? Comment être à la hauteur de la tâche sans se compromettre et en restant soi-même ? Voilà le défi auquel le Roi du Tonnerre devra faire face, mais ce ne sera pas le seul. Des tréfonds du cosmos débarque Galactus, le dévoreur de planètes, ce qui est souvent mauvais présage pour qui que ce soit.

Galactus et les asgardiens s’étaient déjà affrontés, la dernière fois en 2011 lorsque le géant cosmique et son héraut le Surfeur d’Argent convoitaient les énergies d’une graine d’Yggdrasil, l’Arbre-Monde. Mais cette fois, les apparences sont trompeuses, Galactus ne vient pas se repaître, mais demander de l’aide au Roi d’Asgard. En effet, Galactus, qui est le dernier survivant d’un univers qui existait avant le Big Bang, est porteur d’une inquiétante nouvelle: l’Hiver Noir, une entité cosmique dévoreuse d’univers, a fait son apparition et flanqué une déculottée au Dévoreur. Thor et Galactus vont devoir faire cause commune pour sauver l’Univers. Qui l’eut-cru ?

Pour permettre à Galactus de revenir dans le game, Thor va devenir, bien malgré lui, le nouveau héraut de Galactus, et le guider vers cinq planètes spécifiques dont les énergies consommées accroitront de façon exponentielle son pouvoir. C’est donc les dents serrées que le Roi et le Dévoreur vont collaborer pour sauver l’univers, et il appartiendra à Thor de rapidement tracer une ligne dans le sable pour faire comprendre à son allié impromptu les conditions de leur alliance.

A côté de ça, Thor doit aussi faire face aux écrasantes responsabilités qui incombent au Roi, et à son marteau Mjolnir, nouvellement reforgé (durant War of the Realms), qui est de plus en plus lourd. Le fait d’être roi le rendra-t-il de nouveau indigne ? Et si, à l’inverse, tout le monde devenait digne à l’exception de Thor ? La suite se concentrera sur le retour de Donald Blake, le célèbre alter-égo du dieu du tonnerre, qui est, comment dire, quelque peu contrarié de découvrir qu’il n’est qu’un alter-égo et pas une personne authentique.

Après sept années passées sous l’égide scénaristique de Jason Aaron, voici que Thor passe sous le contrôle de Donny Cates, que l’on a pu lire dans Venom, Absolute Carnage, King in Black, ou, en indépendant, dans The Paybacks et The Crossover. L’auteur reprend ici des éléments de ses précédents runs, comme Silver Surfer: Black, pour faire émerger encore une fois un antagoniste cosmique, sombre et tout puissant (hello Knull !).

Malgré la redondance qui pourrait émerger de ces auto-références, le run de Cates sur Thor n’en démarre pas moins de façon efficace, grâce au nouveau paradigme laissé par Aaron à la fin de WOTR. Il est intéressant en effet de voir le dieu du tonnerre enfin confronté à ce qu’il redoutait malgré lui, la couronne d’Asgard. De plus, le lien de ce personnage avec son marteau a souvent été une métaphore de son état mental, voir l’arme enchantée s’alourdir en même temps que ses responsabilités est donc tout à fait logique sur le plan thématique.

Les fans de Thor vont être servis côté action, puisque le héros, déjà badass en temps normal, a pris du level puisqu’il va cumuler dans cet album la Force d’Odin et le Pouvoir Cosmique (ce qui va de pair avec un petit relooking), pour un résultat assez extrême. Sur la seconde partie, l’auteur continue d’exploiter des concepts intéressants issus de la continuité du héros: son lien étroit avec son alter-égo, considéré différemment selon les auteurs.

En effet, Donald Blake a tantôt été un homme ordinaire dépositaire des pouvoirs de Thor (dans la série de Lee et Kirby), avant de devenir une simple création d’Odin, un Thor rendu amnésique. Selon les auteurs, ensuite, Blake avait ou pas sa propre personnalité, ses propres souvenirs, etc.. La version de Cates souffre d’un destin tragique puisqu’il découvre sa vraie nature après que Thor ait renoncé à lui, et qu’il s’aperçoit de la vacuité de son existence après avoir détruit le monde factice qui le retenait prisonnier. Comme si l’allégorie de la caverne de Platon partait en sucette.

Ce volume de Thor garde donc la veine épique chère au personnage, tout en allant puiser dans ses éléments constitutifs pour les extrapoler et créer quelque chose d’innovant. Les fans de la frange cosmique de Marvel apprécieront !

***·Comics·East & West·Nouveau !

Avengers #6: A la recherche de Starbrand

Sixième tome de la série écrite par Jason Aaron et dessinée par Ed McGuiness. 112 pages, sortie chez Panini Comics le 09/03/22.

A Star is born

Après avoir affronté les Célestes, puis le Prince des Mers, puis une armée de vampires, puis des géants des glaces, et plus récemment des Motards Fantômes en enfer, les plus puissants héros de la Terre doivent maintenant se rendre aux confins de l’espace, à la recherche d’un indice qui devrait les mener vers la résurgence d’un ancien allié, l’éponyme Starbrand.

Mais avant de se lancer, il convient peut-être de faire un petit détour par la case « résumé ». Et oui, on ne plonge pas dans la piscine avant d’être passé par la pataugeoire !

Le Starbrand que l’on connaît est apparu dans le N°5 du volume 7 de la série Avengers par Jonathan Hickman. Reprenant un vieux personnage issu du New Universe (un obscur label produit par Mavel Comics dans les années 80), le scénariste, amoureux des paradigmes cosmiques et des systèmes, en fait le dépositaire d’une puissance cosmique phénoménale, issue de la planète elle-même, à l’instar de l’Uni-Pouvoir, mais à échelle planétaire plutôt qu’universelle.

Dès lors qu’un événement menace l’intégrité du corps céleste, ce dernier réagit en infusant son pouvoir dans un être choisi aléatoirement. Cette fois-là, la Terre subissait les attaques d’une race extraterrestre nommée les Bâtisseurs, dont l’un des serviteurs, Ex-Nihilo, tentait de rendre la Terre vivante, littéralement. En réaction, le Starbrand naquit de nouveau, s’incarnant dans la personne de Kévin Connor, un adolescent timide, qui va malheureusement raser entièrement son lycée au moment où le Starbrand le choisit.

Comprenant qu’un tel pouvoir, ne pouvant être confronté directement, doit être maîtrisé, les Avengers décident de prendre Kévin sous leur aile afin de lui permettre de comprendre et d’utiliser son pouvoir à bon escient. Le reste de la série d’Hickman plonge les Avengers dans une guerre sans merci contre les Bâtisseurs, puis à une escarmouche contre Thanos, avant que la crise n’atteigne son point d’orgue avec Secret Wars et ses Incursions destructrices.

Finalement, Starbrand sera tué par le nouveau Ghost Rider, Robbie Reyes, au cours d’une escarmouche tournant autour de la découverte du Celeste déchu que l’on revoit finalement dans le premier volume de la présente série. Depuis lors, plus aucune manifestation du Starbrand n’a fait jour, alors que les menaces se sont succédées. Qu’est-il advenu de ce pouvoir ?

Jason Aaron, lorsqu’il reprend la suite des Avengers, nous introduit les Avengers Préhistoriques, un groupe fondé par Odin, alors jeune roi d’Asgard, Agamotto, premier sorcier suprême, la première Iron Fist, le premier Ghost Rider, et Starbrand, qui tient alors davantage de l’homme des cavernes que du super-héros. Cette incarnation était encore nimbée de mystère, jusqu’à ce qu’Aaron se décide à raconter ses origines, dans ce volume.

L’album débute donc par un flashback qui nous raconte comment ce Starbrand-là vit le jour, avant que l’on entre dans le feu de l’action. Les héros du présent, menés par Captain America, répondent à un appel de détresse dans la galaxie occupée par les Shiar’s (extraterrestres plus familiers des X-men), et vont devoir affronter les hérauts de Galactus, pour sauver une jeune humaine détentrice du Starbrand.

Ce tome ne déçoit pas grâce à l’action et au rythme soutenu imposé par Aaron. Comme à l’accoutumée, l’auteur déniche des concepts intéressants tirés de ses situations, comme par exemple Ghost Rider chevauchant la planche du Surfeur d’Argent, ou encore Thor infecté par un Brood. Il recycle même d’autres concepts, comme la Iron Widow, tout droit issue de la série Ultimates par Mark Millar, ou Captain Marvel en mode Binaire.

Cependant, l’auteur n’a pas encore jugé bon de s’attarder sur l’origine réelle du Starbrand, ni sa fonction véritable dans le grand ordre cosmique: les hérauts de Galactus semblent le redouter, on apprend aussi que le pouvoir n’est pas intrinsèque à la Terre mais est venu d’un astéroïde, mais on n’en saura pas davantage pour le moment.

Le volume se conclut sur une note ouverte, avec un nouveau (petit) personnage dont on a hâte de découvrir le potentiel.

***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Adventureman #2: La fin et tout ce qui s’ensuit.

esat-west

Comic Matt Fraction et Terry Dodson

Glénat (2022), 128p.+ cahier making-of de 40p., série en cours.

couv_454711

Les collected editions US aiment à mettre des bonus souvent assez sympa sur les premiers tomes… qui se réduisent généralement à de simples cahiers de couvertures alternatives sur les volumes suivants. Mais Matt Fraction et les Dodson ne sont pas des auteurs comme les autres. Ce sont des artisans amoureux du travail bien fait et de la cohérence d’un projet d’ensemble. Et le projet Adventureman, s’il ne révolutionne pas le genre (j’y reviens plus bas) comprend un travail de l’objet livre et sur le processus créatif du conte qui va jusqu’à conceptualiser la réalisation de l’ouvrage comme partie intégrante du récit. Je ne sais pas si cela est parfaitement conscient mais le soin et la profusion de détails de back-office apportés par les auteurs sont assez vertigineux au regard du récit lui-même. Personnellement je n’ai jamais vu cela hormis peut-être chez Marc-Antoine Mathieu. Les bonus du tome 1 étaient déjà impressionnants, ceux du présent volume auraient tout simplement pu faire l’objet d’un ouvrage à part entière. A moins de vingt euros le tome ça reste pour moi le summum éditorial depuis que je tiens ce blog et mériterait presque deux Calvin pour cela…

bsic journalismMerci aux  éditions Glénat pour leur confiance.

A Fairytale Of New York: Previewing 'Adventureman' #6 – COMICONFort attendu, ce second opus des aventures de Claire Connell devait confirmer l’orientation vers l’une des deux tendances du précédent, à savoir développer le monde imaginaire d’Adventureman ou celui plus comédie de Claire. Commençons par une fort étrange césure entre les deux volumes puisque le premier chapitre (le cinq) conclut l’arc de la Baronne Bizarre et ses vils insectes sans transition, après le cliffhanger qui laissait entendre un début de bataille après le passage des méchants dans le monde réel. Las, les auteur nous déroulent très rapidement une conclusion un peu forcée à coups de Paf-Blam-Pop-Wizz qui voit certes se retrouver les deux tourtereaux imaginaires aidés par Claire mais reste difficilement lisible et terriblement frustrante. Surtout que l’album enchaîne sur un tout nouvel arc pratiquement pas relié au précédent.

En effet, « Une féérie New-yorkaise » fait un peu office de Christmas special en introduisant le personnage du Duelliste, cow-boy chasseur de spectres qui se transmet la fonction de père en fils et va avoir besoin de l’aide de Claire et des fioles d’Adventureman pour enquêter sur une nouvelle menace pour notre réalité.

On peut dire que les difficultés narratives du premier tome se retrouvent ici et si les planches restent superbes on a parfois du mal à lire l’action qui fuse à toute allure. Jouant le chaud et le froid comme souvent dans la narration de comics, Matt Fraction nous empêche de pleinement profiter des promesses pulp, ne sachant jamais trop de ADVENTUREMAN #8 | Image Comicsquels pouvoirs est dotée claire et comment se lient le monde des histoires et le notre. Heureusement, la très charmante galerie de personnages et le peps des dialogues qui s’inspirent du grand cinéma de Billy Wilder nous maintiennent en éveil en nous disant à demi-mots de ne pas trop nous préoccuper du suivi d’une intrigue plus prétexte à des joutes de bons mots.

Au final ce second opus (qui semble indiquer qu’il faut s’attendre à une série d’aventures assez indépendantes plutôt qu’à une construction au long court) renonce définitivement à la grande aventure pulp pour assumer la comédie familiale et la romance adorable avec les yeux de biche de l’héroïne. Vous aurez bien sur un habillage fantastique fait de fantômes vert fluo mode Ghostbusters mais ce qui intéresse le plus les auteurs ce sont les promenades neigeuses dans Central Park et les dialogues à la mitraillette de la famille si spéciale des sœurs Connell. Selon ce que vous recherchez vous serez comblé ou frustré.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Sleeper #1: En territoire ennemi

Intégrale qui comprend les douze premiers épisodes de la série Sleeper, écrite par Ed Brubaker et dessinée par Sean Philips . En préambule, on trouve les cinq épisodes de la série Point Blank, du même auteur, avec Colin Wilson au dessin. Parution chez Urban Comics dans la collection Black Label, le 26/08/22.

bsic journalism

Merci aux éditions Urban pour leur confiance.

Ne dormir que d’un œil

Holden Carver est un criminel. Du moins c’est qu’il est parvenu à faire croire, grâce à l’aide de Jack Lynch, un super-espion qui s’est donné pour mission, entre-autre, de démanteler l’organisation criminelle de Tao, un mystérieux personnage à l’intelligence redoutable dont on ignore les motivations véritables.

Pour ce faire, Lynch a fabriqué de toute pièce la défection d’un agent d’élite, Carver, avant de l’envoyer dans la nature, comptant sur le fait que Tao ne laisserait pas passer un telle opportunité. Carver, qui a été accidentellement doté de super-pouvoirs, constitue donc une recrue de choix pour Tao. Il ne reste donc plus pour notre agent qu’à rentrer dans le rôle, et collecter des informations qui permettront de mettre à bas les terroristes.

Cependant, le déroulé des missions d’infiltration n’est jamais un long fleuve tranquille. Bien évidemment, Lynch, le commanditaire de la mission, sorte de Nick Fury, est le seul à être au courant du statut réel de Carver. Lorsque le vieil espion paranoïaque tombe dans le coma suite à une tentative d’assassinat, l’agent double se retrouve livré à lui-même, agneau déguisé en loup en plein milieu d’une meute affamée.

Agneau ? Peut-être pas tout à fait, car plus le temps passe, plus il est difficile pour Carver de faire la différence entre le bien et le mal, de distinguer entre ce qui relève de sa mission et de la survie au sens strict. Et si en plus du reste, vous ajoutez des sentiments amoureux, alors vous obtenez une recette parfaite pour le désastre.

Pour cette rentrée 2022, Urban va piocher dans les classiques, en déterrant cette série, créée en 2003, issue de la fertile collaboration d’Ed Brubaker et Sean Philips, duo à qui l’on doit entre autre les séries Criminal, Kill or Be Killed, Pulp, Fatale et Incognito.

Il faut signaler que l’action se déroule dans l’univers Wildstorm, label érigé à la grande époque des comics indé (Image Comics, Dark Horse, etc) par Jim Lee, et qui abrite notamment les Wild C.A.T.S, Stormwatch, et The Authority, des séries qui ont commencé timidement, avant de connaître leur heure de gloire grâce à l’intervention d’auteurs comme Alan Moore, Warren Ellis et Mark Millar, rien que ça.

Le label Wildstorm a plus tard été racheté par DC Comics, mais en 2003, au moment de la création de Sleeper, il s’agit encore d’un label indépendant, dans lequel les auteurs jouissent d’une marge créative importante. Les lecteurs réguliers de comics n’auront aucun mal à se rappeler l’appétence d’Ed Brubaker pour les intrigues sombres, liées au monde de l’espionnage et du crime. Sleeper est donc l’un de ses faits d’armes, dans lequel il utilise tous les atouts du récit d’espions: la double-identité, les faux-semblants, le sexe, le sous-texte de chaque personnage, notamment de Tao, dont on ne peut pas déterminer les réelles motivations ni le niveau d’information dont il dispose: ignore-t-il vraiment le rôle de Carver ? Ou attend-il simplement son heure pour l’éliminer au moment opportun ?

Vous l’aurez compris, Sleeper pose les jalons du genre espionnage-super-héros, en maintenant son héros dans un étau constant dont il tente désespérément de sortir, en utilisant son ingéniosité et ses super-pouvoirs.

Avis aux amateurs, toutefois, par souci de clarté, Urban a opté pour intégrer en préambule les cinq numéros de la mini-série Point Blank, qui détaille la tentative d’assassinat de Lynch qui est à l’origine de l’intrigue de Sleeper. Il faudra donc patienter plus d’une centaine de page avant d’entrer dans le vif du sujet, mais une fois entamée, la série produit son effet feuilletonesque et vous poussera à tourner les pages à un rythme effréné.

Sleeper est donc une réussite en terme de comics indé et récit d’espionnage super-héroïque, contrairement au Leviathan que nous chroniquions dans la douleur cet été. Vivement le second volume !

***·Comics·East & West·Nouveau !

Amazing Fantasy

Histoire complète en 144 pages, écrite et dessinée par Kaare Andrews chez Marvel Comics. Parution en France chez Panini Comics le 22/06/22.

Voyage en terre inconnue

Ils sont trois à se réveiller sur l’île de la Mort. Steve Rogers, alias Captain America, alors qu’il se trouvait sur un navire de guerre, durant la Seconde Guerre Mondiale, Natasha Romanoff, durant la Guerre Froide, alors qu’elle termine sa formation de Veuve Noire, puis Peter Parker, durant ses jeunes années en tant que Spider-Man.

Tous trois voient la mort en face puis se réveillent, échoués à différents endroits de cette île mystérieuse, qui est arpentée par des Orcs, des Dragons, des Sorciers et autres Griffons. Que font-ils ici, quel est cet endroit ? Nos trois héros pourront-ils fuir cet enfer pour rejoindre leur époque d’origine ?

Kaare Andrews, que l’on avait remarqué chez Marvel suite à son passage sur la série Iron Fist, signe ici une mini-série amoureuse et nostalgique des années 60-70, et des débuts de la maison Marvel, dont les premiers récits étaient effectivement empreints de fantasy et de magie. L’auteur décide de prendre trois héros iconiques dans des périodes qui ne le sont pas moins, pour les projeter sans ménagement dans cet univers brutal, aux antipodes de ce qui leur est familier.

Le choix de Black Widow, Captain America et Spider-Man n’a rien de choquant en soi, et permet même, par le truchement des époques différentes, de créer des quiproquo, notamment autour de Captain, qui ignore encore le rôle qu’il jouera à l’époque de Spider-Man. L’action est au rendez-vous, bien sûr, mais on peut regretter que l’auteur n’exploite pas tous les lieux communs de la fantasy, et surtout, qu’il n’ancre pas davantage son récit sur le plan émotionnel pour tous les personnages.

Je pense notamment à Black Widow, qui est ici une adolescente, supposément encore novice puisqu’elle termine sa formation à la Chambre Rouge. Et bien la chère Natasha, malgré ce postulat, se comporte souvent comme un vétéran de l’espionnage et de la manipulation, et l’auteur semble aussi oublier la jeunesse du personnage lorsqu’il la place dans des interactions sensuelles avec des personnages adultes. Il en va de même pour Peter, qui est adolescent, et qui a une romance avec une farouche guerrière qui semble elle aussi adulte… A ces moments gênants s’ajoutent d’autres plus tendres entre l’Oncle Ben et Peter, par exemple, mais le tout se noie quelque peu dans une vague de confusion, au regard de l’intrigue et de la mise en scène.

En effet, beaucoup d’éléments sont peu clairs, sans doute pas creusés par l’auteur, ce qui tend à banaliser une mini-série qui se voulait épique et grandiose, exempte de complexes car hors continuité. Toutefois, malgré ça, l’aspect purgatoire/au-delà/expérience de mort imminente reste intéressant à creuser, et permet sans doute de combler les trous du scénario. Cette version de nos héros à la sauce Conan le Barbare reste donc divertissante, mais manque l’occasion de nous transporter réellement, et finira sans doute parmi les innombrables « What-If » chers à Marvel.

Côté graphique en revanche, Kaare Andrews casse la baraque et fait la démonstration habile de la versatilité de son trait, s’adaptant aux différentes ambiances qu’il évoque et à chaque personnage. Comme quoi, scénariste et dessinateur sont effectivement deux métiers bien différents et complémentaires. On met 3 Calvin pour le dessin et le grand format, qui offre un bel objet et un confort de lecture indéniable.

***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

The Cape: Fallen

Dernier volume tiré de la nouvelle éponyme de Joe Hill et dessiné par Zach Howard, parution chez Hicomics le 24/08/22.

Trois jours à tuer

Si vous connaissez Eric Chase, alors vous connaissez son sordide destin, influencé par la cape magique qui lui octroie le pouvoir de voler. Après une jeunesse marquée par un grave accident, Eric mène une vie morne marquée par l’immobilisme et l’alcool. Comme de nombreux autres avant lui, Eric va trouver les causes de sa médiocrité dans des causes externes, à savoir son accident, bien sûr, mais aussi son frère, à qui il se compare sans cesse, ou encore Angie, sa petite amie, et enfin sa mère.

Lorsque Angie met fin à leur relation, Eric retourne chez sa mère et retrouve par hasard sa cape fétiche, celle avec laquelle il fit la chute qui bouleversa sa vie. En enfilant le bout de tissu rabougri par les années, Eric découvre son véritable pouvoir: la cape donne à celui qui la porte le pouvoir de voler !

Mû par ces nouvelles opportunités, Eric en profite non pas pour devenir une meilleure version de lui-même, mais au contraire, pour laisser s’exprimer ses impulsions les plus noires. Impossible d’en dire davantage sans spoiler, mais on peut d’ores et déjà faire confiance ) Joe Hill pour nous faire frissonner.

Après le premier tome de The Cape, est sorti The Cape 1969, qui comptait les mésaventures du père d’Eric au Viêt Nam. Cette partie donnait un début d’explication au pouvoir de la cape éponyme, mais demeurait dispensable dans l’ensemble. En revanche, l’histoire principale comportait une zone d’ombre, un laps de temps durant la descente aux enfers d’Eric qui demeurait secret. Et bien, Fallen se charge de nous narrer le déroulement de ces trois jours inconnus.

Après un premier évènement tragique causé par l’homme volant, ce dernier prend la fuite pour se réfugier dans un endroit familier, une cabane où son père l’emmenait passer du temps lorsqu’il était petit. Mais à sa grande surprise, l’endroit est occupé par un groupe de rôlistes, amateurs de jeux de rôle grandeur nature. Ces derniers, excités à l’idée d’accueillir un nouveau joueur, ne se doutent pas qu’ils viennent d’inviter dans leur partie la personnification du mot problèmes.

Hill poursuit l’exploration des recoins sombres de la figure anti-héroïque avec Fallen, en nous montrant comment Eric, alors qu’il se voit présenter une chance de se racheter et de réfléchir à l’horreur de ses actes, franchit une nouvelle fois le Rubicon en cédant à ses tendances homicidaires. Car ne vous y trompez pas, si The Cape était une déconstruction de l’origin story des super-héros, alors Fallen est immanquablement un slasher. Le groupe d’innocents, avec le geek, le sportif, l’empotée, l’ingénue et la final girl, la cabane isolée et les meurtres au compte-gouttes, le cadre est rapidement posé et bien exécuté.

L’intrigue ne s’éternise pas et se parcourt rapidement pour un final gore flirtant avec le grotesque, afin de ne pas disperser l’intérêt du lecteur pour ensuite le choquer avec des mises à morts cruelles et inhabituelles comme on les aime. Bien évidemment, la lecture de Fallen n’aura d’intérêt que pour ceux qui ont lu et apprécié The Cape, à bon entendeur.

Comics·East & West·Guide de lecture

Des écoles, des îles et des planètes: quel est le meilleur avenir pour les mutants ?

Depuis des décennies maintenant, les X-Men sont un fleuron du comics, un incontournable fer de lance de Marvel, pensés initialement par Stan Lee comme une allégorie du racisme qui avait alors pris racine dans l’Amérique des années 60. Il est communément admis, de la bouche même de leur créateur, que le Professeur Charles Xavier, puissant télépathe pacifiste, fut inspiré par Martin Luther King, tandis que son antithèse, le dangereux Magnéto, fut adapté de Malcom X, qui prônait une vision plus radicale de la cohabitation, à savoir l’autodéfense des opprimés.

Depuis, le succès des X-Men s’est rarement démenti, et les lecteurs ont passé des décennies à assister à la lutte de Charles Xavier en faveur d’une coexistence pacifique entre Homo Sapiens et Homo Superior. Si vous le voulez bien, aujourd’hui, point de critique d’album, mais un comparatif des différentes initiatives destinées à assurer l’avenir des mutants, et de leur impact sur cette partie importante sur marvelverse. C’est parti !

L’Institut Charles Xavier pour jeunes surdoués

Dès 1964, Charles Xavier, animé par le rêve d’une coexistence pacifique entre les hommes et les mutants, a utilisé la propriété familiale pour fonder un Institut, dédié à l’accueil et l’éducation de tous les mutants qu’il trouverait. Ainsi, les premiers élèves furent Jean Grey, Scott Summers, Warren Worthington III, Bobby Drake et Henry McCoy , les premiers X-Men.

Au fil des décennies, l’Institut a représenté un havre pour les mutants, un lieu ou nombre d’entre eux, persécutés par les humains, ont pu retrouver une famille et un sentiment d’appartenance, tout en ayant l’occasion de comprendre leurs pouvoirs surnaturels. Cette première initiative, qui a longtemps constitué le statu quo des mutants, en a engendré d’autres du même genre, comme celle du Massachussetts dirigée par Emma Frost et le Hurleur, ou encore l‘Institut Jean Grey fondé par Wolverine, voire même la X-Corporation qui avait pour ambition d’ouvrir des succursales à travers le monde.

Cependant, si le principe d’offrir aux mutants un lieu où se réunir et apprendre à utiliser leurs dons reste une saine initiative, l’idée prônée par Xavier, à savoir la cohabitation à tout prix, l’a conduit à mettre ses élèves en danger maintes fois, et l’a même poussé à de nombreux sacrifices, comme on le découvre dans X-Men: Deadly Genesis. L’école en elle-même a été attaquée et détruite, à plusieurs reprises, par Xorn, Quentin Quire, Cassandra Nova, Mr Sinistre, Onslaught ou encore les Sentinelles, et le tout a failli péricliter lors du Jour M, où la majorité des mutants fut dépossédée de ses pouvoirs (voir la saga House of M). Force est donc de constater que le tout n’est pas très safe, ni constructif sur le long terme, surtout lorsqu’on doit faire face à la haine et la suspicion d’à-peu-près tout le monde.

Pour en savoir plus:

Genosha, on ne t’oubliera pas

Genosha est une île au nord de Madagascar, située non loin des Seychelles. Nation florissante à partir du XIXe siècle, elle s’est bâtie sur l’esclavage des mutants, qui y subissaient torture, lavage de cerveau et autres sévices intrinsèques au statut d’esclave. Après une guerre civile initiée par Magnéto et ses Acolytes, les humains évacuèrent l’île, laissant le maître du magnétisme seul à la tête de la toute première nation-mutante. Malheureusement, Magnéto n’était à cette époque par encore passé par la roue du changement, et conservait sa philosophie radicale visant à assurer l’avenir des mutants par la conquête et la violence.

C’est alors que se produit l’une des plus grandes catastrophes du genre mutant: A l’initiative de Cassandra Nova une sorte de jumelle maléfique de Xavier) Genosha fut rasée par une armée de Sentinelles. Les robots-tueurs de mutants massacrèrent en quelques heures 16 millions de mutants, sous les yeux indifférents de la communauté internationale. Ce génocide porta un coup supplémentaire, presque fatal, au rêve de cohabitation de Xavier.

Comme on peut le voir, l’initiative de Magnéto à Génosha n’a pas permis d’assurer un avenir durable aux mutants, et s’est conclue par un massacre de masse, ce qui est plutôt bof-bof comme bilan de fin de mandat pour un dirigeant, vous en conviendrez.

Pour en savoir plus:

Le monde des Phoenix, ou la solution unilatérale

Alors que la population mutante avait été neutralisée par Wanda Maximoff lors du Jour M, les mutants avaient quitté leur école pour se réfugier sur Utopia, l’ancienne île d’Alcatraz réaménagée en havre pour les mutants survivants. Durant cette période, Cyclope avait pris la tête des opérations et collaborait même avec Magnéto pour assurer la survie des mutants. Le leader des X-Men, autrefois candide et fervent défenseur de la cause de Xavier, s’était entre-temps radicalisé et adoptait des mesures de plus en plus drastiques pour atteindre ses objectifs, recourant ainsi aux secrets, mensonges et éliminations secrètes, outrepassant de loin les compromissions que l’on avait pu reprocher autrefois à Xavier.

Lorsque la Force Phénix s’est manifestée une nouvelle fois sur Terre, tous les regards se sont tournés vers Hope Summers, la première (et seule) mutante à être née depuis le Jour M. Dotée d’extraordinaires pouvoirs, elle était, comme la défunte Jean Grey avant elle, l’hôte désignée du Phénix, ce qui promettait, aux yeux des mutants, l’espoir d’un renouveau pour toute leur espèce. Mais les Avengers, craignant une catastrophe, se sont interposés, initiant une guerre entre les deux factions (voir Avengers vs X-men, 2012).

Après une première escarmouche, Tony Stark tente de détruire le Phénix mais il échoue. L’entité de divise en cinq fragments qui investissent chacun un ou une mutante: Cyclope, Emma Frost, Magnéto, Colossus et sa soeur, Magik. Imbus de ce nouveau pouvoir, Cyclope entend désormais réparer le monde pour qu’il soit conforme à sa vision de l’utopie: il met fin aux conflits armés en détruisant toutes les armes, donne accès à l’eau aux populations qui en ont besoin, bref, un gouvernement par les mutants, pour les mutants et les humains. Mais les choses tournent mal, bien évidemment, puisque Cyclope accapare tous les fragments de la force Phénix et devient le Phoenix Noir (comme Jean Grey avant lui) puis tue le Professeur Xavier lors de la bataille finale. Après cet acte regrettable, il est dépossédé du Phenix, qui est utilisé pour réactiver le gène X chez tous les mutants qui en étaient dépossédés, ouvrant la voie à une nouvelle ère.

Là encore, on constate que lorsqu’un seul mutant prend les rênes pour imposer sa vision d’un avenir mutant, les choses tournent mal. Alors où est la solution ?

Pour en savoir davantage:

Planète-X, un peu plus près des étoiles

A la suite de la guerre entre X-men et Avengers, Captain America se remet en question (tiens?) et fait le constat qu’il n’a pas assez œuvré pour les droits des mutants. Il crée donc la Division Unité, composée pour moitié de X-men et pour l’autre moitié d’Avengers. Après avoir affronté Crâne Rouge doté des pouvoirs de Xavier, la Division Unité fait face à un autre ennemi faisant la synthèse entre Avengers et X-men: les Jumeaux Apocalypse.

Uriel et Eimin, enfants d’Archangel, héritiers du trône d’Apocalypse (le gardien de l’évolution choisi par les Célestes) ont été enlevés bébés par Kang le Conquérant, le voyageur temporel qui a juré la perte des Avengers. Désireux de s’assurer un avenir sans mutants à affronter lors de ces conquêtes, Kang a écarté de la ligne temporelle leurs futurs défenseurs, à savoir les Jumeaux, qui éradiquent Crâne Rouge et prennent le pouvoir dans toutes les versions tentées par Kang. Prenant le mal à la racine, Kang les garde avec lui, et les endoctrine pour les persuader que l’avenir des mutants n’est pas sur Terre. Mais Uriel et Eimin, prenant exemple sur leur père adoptif, retournent le complot contre le comploteur et fomente un plan où ils gagnent sur tous les tableaux.

Après avoir utilisé Jarnborn, la hache enchantée de Thor, Eimin et Uriel tuent un Céleste, ce qui attire les foudres d’Exitar le Bourreau. Alors que le Céleste en colère s’apprête à détruire la Terre, Eimin manipule Wanda Maximoff (encore elle) pour ravir tous les mutants dans une arche, qui échappera à l’Armageddon. Pour Eimin, qui a le pouvoir de lire l’avenir et qui avait arrangé toutes les pièces à sa convenance, c’est une victoire totale: plus de Terre à conquérir pour Kang dans le futur, plus d’humains, et un peuple mutant qui s’établit sur Planète X, un monde terraformé par les pouvoirs conjoints des mutants et des graines de vie arrachées aux Célestes.

Dans ce nouveau monde, où les mutants ne sont plus pourchassés ni détestés, Eimin réécrit l’Histoire (comme tout bon tyran) pour s’ériger en messie des mutants, qui sont désormais dirigés par un X-Conseil, composé de Magnéto, Cyclope, Tornade, Cable, Jean Grey, Psylocke et Vif Argent.

Ce monde en apparence idyllique, où les mutants vivent harmonieusement loin du joug rétrograde de l’Homo Sapiens, s’est bâti sur les cendres de l’ancien monde, au prix de milliards de vie, et ne se maintient que sur la base d’un mensonge concocté par Eimin. Pour l’utopie, vous repasserez.

Ce passage met d’ailleurs les héros face à un dilemme moral fort intéressant, puisqu’au moment de remonter dans le temps pour changer le cours des choses, après plusieurs années passées sur Planète X, ils s’aperçoivent que tout ce qui a été bâti, tout ce que les mutants ont obtenu, tous les enfants nés dans l’intervalle, tout sera effacé s’ils empêchent la destruction de la Terre. Là encore, le paradigme met humains et mutants en porte-à-faux, les uns ne pouvant prospérer qu’au détriment des autres. Et là encore, les mutants finissent perdants puisque Planète X est effacée, plongeant les mutants dans de vieux schémas de persécution et de haine.

Pour en savoir plus:

Krakoa: aucun homme n’est une île, mais les mutants sont un continent

Puis, en 2019, c’est le choc, le raz-de-marée. Un beau jour, tous les humains de la planète reçoivent un message télépathique du Professeur X, leur annonçant l’établissement de la nation souveraine de Krakoa, où tous les mutants sont accueillis à bras ouverts. Pour asseoir son existence officielle, Krakoa s’engage à offrir à tout État qui la reconnaît un ensemble de médicaments révolutionnaires tirés de la flore krakoane. Évidemment, cette nouvelle n’est pas du goût de tous les dirigeants humains, qui voient d’un mauvais œil cette nouvelle tentative des mutants de s’ériger en nation.

Sauf que cette fois, il ne s’agit pas d’une initiative personnelle, ni d’une décision unilatérale. Xavier, Magnéto et Moïra McTaggart ont œuvré secrètement à ce projet depuis de nombreuses années, exploitant le pouvoir caché de Moïra, à savoir la réincarnation et les connaissances du futur qu’elle en retire.

En aparté, je souligne que c’est là un bel exemple de continuité rétroactive, car ces faits sont censés s’intercaler avec la continuité de ces 40 dernières années. Il faut donc désormais voir ces événements passés sous un angle différent, en ce disant que depuis tout ce temps (quasiment depuis le relaunch des X-Men par Chris Claremont en 1975), Xavier et compagnie savaient ce qu’ils faisaient. Cela soulève bien évidemment de nombreuses questions (le génocide de Génosha était-il évitable ? La première mission des X-men sur Krakoa était-elle en réalité une première tentative de Xavier de rallier l’île vivante à sa cause ?) qui à ma connaissance, ne sont pas adressées par Hickman et les autres scénaristes.

La nation de Krakoa est une révolution pour les mutants, qui atteignent pour ainsi dire leur apogée depuis des décennies. Les anciennes inimitiés sont oubliées, au profit d’un avenir constructif, et la mise en commun de leurs pouvoirs les rend pour ainsi dire immortels (bien que cela soit débattable d’un point de vue philosophique. Peut-être le sujet d’un autre article ?). Ainsi unis, les mutants ne peuvent craindre des représailles humaines, à moins que l’émergence impromptue de l’intelligence artificielle ne jette une ombre sur cette utopie, où que les dissensions internes ne mettent à mal la nation.

A beaucoup d’égards, Krakoa représente donc l’initiative la plus aboutie et la plus profitable pour les mutants, depuis la création de la série en 1963, qui change irrémédiablement le statu quo, mais il suffit de gratter un peu le vernis pour s’apercevoir que même les œuvres les plus abouties possèdent leurs failles (plus d’informations près X-men Inferno, à paraître en septembre chez Panini). Car, comme Planète X, Krakoa s’est bâtie sur des secrets et des mensonges, qui risquent de rattraper Xavier de la pire des façons.

Existe-t-il la solution idoine, ou bien Homo Superior est-il condamné à l’échec ?

Pour en savoir plus:

***·Comics·East & West

Leviathan #1/2

Série en deux volumes, écrite par Brian Michael Bendis et Greg Rucka, et dessinée par Steve Epting, Yannick Paquette et Mike Perkins (volume 1), puis par Alex Maleev et Szymon Kudranski (volume 2). Parution chez Urban Comics en mars 2020 et juin 2020.

Les vies à temps

Comme vous le savez déjà sûrement, espions et super-héros ne font pas souvent bon ménage, les uns œuvrant dans l’ombre tandis que les autres enfilent masques et capes rutilantes pour semer la justice et récolter l’admiration. Qu’à cela ne tienne, DC et Marvel ont chacun leurs lots d’espions et de justiciers, et même des fournées de personnages qui sont pour ainsi dire les deux.

Chez Marvel, on a par exemple Nick Fury, directeur du SHIELD, un espion archétypal, tantôt ours mal léché, tantôt roublard paranoïaque, qui fraye souvent avec les justiciers masqués de la Maison des Idées. Chez DC, on pourrait y trouver un équivalent en la personne d’Amanda Waller, qui manipule à sa guise les super-héros et super-vilains du monde pour servir ses intérêts propres, et éviter d’avoir les mains sales.

Si tous les amateurs de comics connaissent le SHIELD, l’HYDRA et l’AIM, il n’en sera pas nécessairement de même pour l’ARGUS, le DEUS, SPYRAL et autres LEVIATHAN. Chez DC comics, l’univers du contre-espionnage semble fourmiller de petites organisations dont les prérogatives s’avèrent floues, ce qui n’est pas évident à suivre pour qui ne serait pas expert en ce domaine. C’est peut-être pour cette raison que Brian Bendis, grand architecte du monde Marvel durant plus d’une décennie, s’est mis en tête de faire le ménage peu de temps après son arrivée chez DC.

L’histoire débute par une série d’attaques terroristes de grande ampleur. Ces frappes minutieusement préparées rayent de la carte toutes les organisations citées plus haut, et semblent revendiquées par Léviathan. Cependant, nul n’est capable de discerner les motivations réelles de cette organisation, ni qui est à sa tête. Certains accusent Talia Al Ghul, mais la fille du Démon, qui fit autrefois tourner la tête à Batman, ne paraît plus être aux commandes.

Lois Lane et Clark Kent, duo de reporters intrépides, se lance donc dans une course contre la montre pour découvrir les motivations de Léviathan, et surtout, découvrir l’identité de son dirigeant. Absent du premier volume, Batman, secondé par d’autres héros détectives, rejoint l’intrigue pour tirer tout cela au clair.

Et bien, pour être honnête, on ne sait pas trop quoi penser de ce Leviathan. La perspective de lire Brian Bendis loin de son fief marvelien avait quelque chose d’excitant, d’autant plus que le second volume promettait un duo avec Alex Maalev, ce qui rappelait les heures de gloire du scénariste lors de son run sur Daredevil. Le premier tome, dont on se doit de souligner la couverture quelque peu mensongère, se concentre sur le duo Superman/Lois Lane, qui enquête alors que la poussière des premières attaques n’est pas encore retombée. Il y a dans ce volume-là un sentiment d’urgence et de mystère qui donne envie de poursuivre la lecture, mais l’arrivée du tome 2 fait s’éterniser l’intrigue et la recherche des différents suspects, sans que cela n’apporte d’intensité à la révélation finale quant à l’identité de Leviathan.

Ce sentiment est d’autant plus frustrant que l’intrigue est entrecoupée, du moins dans le second volume, par des épisodes de Action Comics qui n’ont pas grand chose à voir avec la ligne narrative principale, à savoir l’enquête de Batman et consorts. Le choix éditorial d’Urban se révèle donc hasardeux, car une compilation des six numéros de la série Event Leviathan aurait semble-t-il, largement suffi.

Brian Michael Bendis réussit donc à instaurer une ambiance d’espionnage super-héroïque comme à sa grande époque chez Marvel (Secret War, Secret Invasion, Dark Reign, Secret Warriors, etc), et profite du talent de son compère de longue date Alex Maleev (du moins sur les épisodes dédiés). Néanmoins, le choix éditorial d’inclure des épisodes annexes rompt quelque peu la fragile dynamique du récit et se termine sur un vari-faux cliffhanger qui décevra sûrement plus d’un lecteur. On y met trois calvin, pour le premier tome notamment, mais aussi pour la participation d’Alex Maleev.

note-calvin1
note-calvin1
note-calvin1