Cinéma·Graphismes·La trouvaille du vendredi·Rétro

La trouvaille du vendredi #17

La trouvaille+joaquimAxis Mundi
Artbook de Mathieu Lauffray
Ankama-CFSL (2013) 240 p.
album-cover-large-19450

Le site collaboratif d’artistes Café-salé publie depuis plusieurs années des recueils d’illustrations pro et semi-pro publiées sur ses forums (les fameux Art-book café-salé qui proposent une immersion assez incroyables de richesse dans des univers de dizaines d’artistes différents… si vous aimez les images, foncez en acheter un!). En collaboration avec l’éditeur Ankama ils ont sorti en 2013 le second art-book de Mathieu Lauffray. Plus qu’un simple recueil d’illustration, il s’agit d’une somme rassemblant une très grande quantité d’illustrations et de photos de travail de l’artiste et de plusieurs entretiens avec ses collaborateurs, scénaristes BD ou réalisateurs de cinéma pour l’essentiel. C’est assez biographique et permet comme rarement d’entrer dans l’intimité artistique d’un grand illustrateur peu médiatique.

Résultat de recherche d'images pour L’ouvrage de 240 page est de fabrication particulièrement réussie: format carré, signet tissu, couverture épaisse, illustration de couverture et de quatrième très belles. La maquette générale est élégante et l’on pardonnera les économies de relecture qui ont laissé un certain nombre de coquilles dans les textes. L’ouvrage s’ouvre sur une court bio avec photo de l’auteur puis une double page où il détaille la naissance de sa passion pour le graphisme et les imaginaires (tiens, c’est les deux axes de ce blog ça tombe bien !) avec couvertures d’albums et affiches de films influents. Ensuite le bouquin est découpé en 8 sections, dont quatre vouées à la BD et une importante sur le cinéma.

Certains sujets vont toucher vos lecteurs à tous les coups et l’on va vous aimer des les avoir choisis. C’est l’image que l’on aime, pas sa forme. […]C’est ce tiraillement entre le choix du sujet et le goût pour l’expression du sensible qui va faire exister artistiquement.

Lauffray est un visionnaire, dans le sens qu’il conçoit son travail comme des visions graphiques et artistiques d’autres mondes. Certains grand illustrateurs représentent et sont bons pour cela. Ce qui intéresse Lauffray c’est l’idée mystérieuse, inquiétante (il est fondamentalement un auteur « fantastique » en cela) et épique qu’il y a en toute forme. Il recherche le voyage et l’inconnu vaguement inquiétant… Image associéeD’une montagne il fait un pic dantesque hérissé de formes cyclopéennes impossibles (comme dans sa BD Prophet), d’un passant d’une nuit nocturne il fait une forme encapuchonnée qui vous invite à imaginer en quelle grotte de pirates il se terre… Ses références sont éclectiques mais reviennent aux illustrateurs figuratifs d’aventure et aux écrivains qui ont conté les explorations, de Frazetta, Otomo, Druillet à Dumas, Kipling et bien sur Jules Verne. Les illustrations (notamment réalisées pour les projets avortés de films de Christophe Ganz Némo et Lord of the Apes laissent un terrible sentiment de gâchis tant ces images sont évocatrices, vivantes, puissantes… Personnellement beaucoup d’images m’ont donné envie de me précipiter regarder le film pour lequel elles ont été faites.

Résultat de recherche d'images pour Ce livre est un moyen de partage de sa réflexion pour Mathieu Lauffray. L’homme est un vrai intellectuel, réfléchissante et conceptualisant son art. A ce titre, pour qui aime le graphisme, rarement un illustrateur fantastique a pu ainsi expliquer sa vision de l’objet graphique, de ses thèmes, de sa forme. Tout ceci est absolument passionnant, absolument pas intello ni conceptuel. C’est un vrai artiste expliquant son art, propos appuyés par un nombre incalculable d’images souvent inédites.

Mon travail c’est de conserver l’attention du lecteur, de conserver tout le romantisme que l’on pourrait trouver dans une peinture et de le traduire en art séquentiel

L’ouvrage permet également d’entrer dans la conception des séries BD de l’auteur, Prophet, Long John Silver ou sa participation à la série Légion. Telles des pages de making of, cette partie nous offre des variations sur les techniques utilisées, des crayonnés préparatoires aux encrages et les peintures. Ce qui frappe c’est que chaque technique, chaque étape est magnifique, montrant le niveau technique de Lauffray… dont les albums finaux ne rendent à mon sens rarement toute la mesure (à ce titre Lauffray est réellement plus illustrateur qu’auteur de BD).

Pour ceux qui s’étonnent de la production BD relativement restreinte de Lauffray, cet ouvrage résoudra cette énigme: celui qui se dit illustrateur mais passionné de BD, touche à tout et en particulier au cinéma où il collabore depuis longtemps avec des réalisateurs français qui s’étonnent toujours qu’un tel talent ne se soit pas expatrié à Hollywood… Artiste romantique il privilégie les relations humaines et la confiance dans le travail. Dans cette grosse section abordant ses travaux sur le Pacte des Loups, Saint-Ange, 10.000 BC  et autres projets avortés de jeunes talents du cinéma français, ces réalisateurs sincèrement impressionnés par la discrétion et le talent de Mathieu Lauffray discutent longuement du fonctionnement du cinéma, du processus créatif de l’image, animée ou fixe et du rôle qu’apporte un directeur artistique dans le montage d’un film. C’est passionnant.

Je pourrais parler longtemps et décortiquer ce superbe ouvrage mais il faut bien s’arrêter. Si vous n’avez jamais acheté d’Art-book, si vous bavez devant les planches illustrant ce billet, si vous avez toujours voulu pénétrer dans l’atelier d’un illustrateur foncez, s’il ne vous faut qu’un ouvrage de ce type c’est celui-ci.

Résultat de recherche d'images pour

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Publicités
BD·La trouvaille du vendredi·Rétro

La trouvaille du vendredi #16

La trouvaille+joaquimMeurtres fatals
BD Film N’importe quoi de Maëster
Fluide Glacial (1997-1999), 2 tomes parus (« Grave » et « 002 »), dont une intégrale. N&B.

couv_220744Les messages pleins d’humour (l’inverse aurait été étonnant) postés épisodiquement sur les réseaux sociaux par le grand Maëster depuis l’AVC qui l’a rendu hémiplégique en 2015 m’ont donné envie de rappeler aux lecteurs de ce blog le grand œuvre du fou-furieux, fan absolu de cinoche et obsédé sexuel (peut-on bosser chez Fluide glacial sans l’être?): Meurtres fatals. Et puis du coup ça booste un peu le tag Humour de ce blog qui devient un peu trop sérieux…

L’inspecteur Gotlieb Charolles et son adjoint Maëster Piggs sont chargés d’enquêter sur une série d’assassinats. Une enquête totalement foutraque qui va les entraîner dans le milieu du cinéma.

Résultat de recherche d'images pour "meurtres fatals maester"Je n’ai jamais été un lecteur assidu de Fluide Glacial mais je voue un culte absolu à Marcel Gotlieb qui incarne pour moi la quintessence de la BD d’humour maline, bien dessiné et loufdingue, avec notamment ses Rhâa gnagna et Rhâa lovely. Maëster, connu surtout pour sa série Soeur Marie-Therese des Batignoles (jouissive par son côté rentre dans le lard mais souvent un peu poussive a mon goût) est le disciple du maître (à qui il n’a pas grand chose à envier en matière de technique graphique) qu’il utilise pour jouer le héros de sa double histoire parodique, prétexte à dessiner des scènes et acteurs très connus du cinéma hollywoodien.

« To die by fatal killing death »

Résultat de recherche d'images pour "meurtres fatals maester"Pas vraiment nécessaire de raconter les histoires ni de décrire l' »humour Fluide », je me contenterais de vous citer les grandes références de l’humour absurde à la mode n’importe quoi: des Monty Python aux nuls, de Hot Shots aux films d’animation Aardman (Shaun le mouton, Wallace et Gromit), vous êtes entre de bonnes mains. Comme Maëster aime les jolies filles il en mets un peu partout mais à la mode caricature car c’est son style (faudrait pas trop se prendre au sérieux quand même. Pour avoir vu l’oiseau une fois en dédicace, je peux vous dire que son personnage de Piggs n’est absolument pas fictif: il drague tout ce qui bouge et n’arrête pas de raconter des conneries!

Un quartier très très affamé de la ville (c’est à dire tellement mal famé qu’on peut dire pas famé du tout, donc affamé, du préfixe privatif « af », comme dans « afficionado »: privé de la moindre intelligence),…

Résultat de recherche d'images pour "meurtres fatals maester"Donc dans les deux volumes de Meurtres fatals (de même qualité), les deux héros vous transportent dans tous les grands blockbusters des années 80-90, d’Alien aux X-files, de Pulp Fiction à Titanic en passant par Batman et Blanche neige et les 7 nains (il se paie même le luxe de nous placer le bain turc d’Ingres)… C’est toujours un peu fripon mais surtout, SURTOUT, chaque séquence, que dis-je, chaque case est le prétexte à un bon mot et surtout à l’insertion de mille détails à la con qui font mourir de rire. Maëster a 10.000 idées débiles par dessin et le pire c’est que tout ça tient parfaitement, est totalement lisible et appuyé par des dessins vraiment chouettes. De quoi souhaiter qu’il s’essaye un jour (très peu probable à moins qu’il tombe en dépression…) à une « vraie » BD avec une vraie histoire.Résultat de recherche d'images pour "meurtres fatals maester"

Vous passerez votre lecture à décortiquer chaque centimètre pour voir une idée textuelle ou dessinée débile, une référence à un des membres de l’équipe Fluide ou à un film, avec souvent un entrecroisement de tout ça, si possible dans la même image…

« Larcenet, ta mère elle aime Nagui »

Pour conclure, si vous vouez un culte à Marcel Gotlieb et aux Monty Pythons, courez acheter l’intégrale des Meurtres fatals, pour vous dérouiller les zygomatiques!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Commandez le badge-cml

BD·Documentaire·Rétro

Rural!

Le Docu du Week-End
BD d’Etienne Davodeau
couv_6184Delcourt (2001), 133p.

Pour ma première BD de Davodeau (on parle beaucoup de lui dans la « bonne presse » et j’ai souvent des réflexes de recul quand tout le monde aime un bouquin…), j’ai opté pour Rural, sous-titré Chronique d’une collision politique… Alors il ne sera pas question de politique dans cet excellent (et très drôle) documentaire sur les transformations du monde rural et périphérique. Ou pas dans le sens journalistique. Mais de politique sociétale assurément car lorsque l’on fait des choix (généralement minoritaires), on fait bien sur de la politique! Et c’est ce que font les protagonistes de l’album.

Résultat de recherche d'images pour "davodeau rural!"Les personnages de ce reportage en trois axes sont d’une part les associés d’un GAEC (groupement de producteurs) de vaches laitières Bio, d’autre part un couple chassé de sa maison par le passage d’une nouvelle autoroute, enfin les incidences et contextes de tracé de cette nouvelle voie aux incidences majeures sur des populations et des paysages. Un excellent résumé de notre époque où l’équilibre entre ruralité et urbanisation semble de plus en plus difficile à maintenir.

Vers la fin de l’album, lorsque, logiquement l’auteur devrait aller voir les responsables de l’Autoroute ASF en bon documentariste qu’il est, afin d’avoir tous les sons de cloches, il explique sur une pleine page qu’il fait le choix de ne pas le faire: il ne souhaite pas diffuser la communication formatée et très efficace de l’entreprise sur les bienfaits de l’autoroute et sa démarche « écologique » et il assume la proximité humaine qu’il a tissé avec ces victimes du serpent d’asphalte pendant une année. En début d’album outre une préface de José Bové, Davodeau donne un point de vue très intéressant sur la subjectivité du documentariste et du réel. Il assume le fait que le bouquin sera un point de vue, son point de vue et que même avec une démarche d’objectivité, la réalité n’est pas la même pour tout le monde ; même des images filmées sont montées et scénarisées. Il nous invite alors à prendre son livre comme sa vision d’une réalité. Je trouve passionnante cette cohérence qui permet à la fois de lire le bouquin comme un reflet d’événements réels et de fait une « fiction » avec ses effets de style et la subjectivité (la sensibilité) de l’auteur. Néanmoins nombre de scènes et de dialogues sonnent tellement vrais que l’on ne peut s’empêcher de les sentir profondément sincères.

Ainsi l’on apprend plein de choses dans ces aller-retours de Davodeau en R5 (l’affaire se déroule en 1997) entre la ferme du Kozon où les associés nous expliquent avec force pédagogie mille détails de la vie à la ferme, et la maison de Catherine et Philippe, passages les plus sombres de la BD tant est palpable la tension liée à ce sacrifice obligé d’années de travaux pour un rêve détruit. Les agriculteurs sont bavards et adorent expliquer leur travail, parfois technique, parfois trivial comme lorsqu’il faut naviguer entre les lâchers de bouses des vaches dans l’enclos de traite…

Résultat de recherche d'images pour "davodeau rural!"La structure de l’album est clairement liée aux discussions entre le reporter et ses sujets, ce qui permet une souplesse et de lier incidemment chaque sujet les uns aux autres, nous permettant de ressentir les problématiques générales entre le collectif et l’individuel, entre les nécessités d’équipement nationales, les envies de passer au bio, les contraintes réglementaires,… Il n’y a pas a proprement parler de méchants dans l’histoire, même pas l’autoroute dont personne ne conteste l’éventuelle pertinence autrement qu’en rappelant qu’un élargissement de la nationale coûterait au contribuable alors qu’une autoroute est financée par le prestataire. Une question de choix…

Résultat de recherche d'images pour "davodeau rural!"Le sujet de Davodeau n’est pas de parler de corruption (connue dans ces dossiers), de grands projets polluants, etc. Il cite simplement le président de l’association de sauvegarde du territoire qui pointe des questions liées au tracé. Il donne son point de vue personnel sur la destruction du paysage par les ponts et le goudron. Il montre l’effet du passage de la voie sur la maison des Soresi ou le fait qu’un élu local voulait un échangeur vers sa commune… Pas de polémiques donc mais simplement des illustrations documentaires des incidences d’une vision productiviste et industrielle d’une vie rapide et performante en regard de choix (collision politique nous disions…) d’individus d’une vie saine, tranquille et de la difficulté à pouvoir conserver son libre arbitre dans une société qui ne laisse plus beaucoup de place à des choix différents. Etienne Davodeau (dont je n’apprécie pas plus que cela le dessin, je précise) nous offre un très bel album où l’on sent l’investissement personnel et qui reste absolument pertinent même 18 ans après. Et si vous voulez prolonger en mode rigolade, les Vieux Fourneaux du grand Lupano traitent aussi de ces questions.

Résultat de recherche d'images pour "vache cartoon"Résultat de recherche d'images pour "vache cartoon"Résultat de recherche d'images pour "vache cartoon"Résultat de recherche d'images pour "vache cartoon"

BD·La trouvaille du vendredi·Rétro

La trouvaille du vendredi #14

La trouvaille+joaquimBD de Milo Manara
Casterman (1998), 56p. Séries Giuseppe Bergman #4.

couv_1215Milo Manara est considéré à juste titre comme l’un des plus grands gâchis de la BD. Artiste doté d’un talent sidérante il a le plus souvent fait le choix de la BD érotique très commerciale et très médiocre ou des délires Jodorowskiens pas toujours pertinents. « Malheureusement » un crayon est tenu par un cerveau avec ses passions et ses envies et parfois ça ne colle pas…

Pourtant la biblio de l’artiste italien contient aussi quelques perles, parmi lesquelles la série des Giuseppe Bergman, aventures loufoques (un peu sexy quand-même…) mais surtout très liées aux univers de ses amis Hugo Pratt et Fellini avec des visions étonnantes et très artistiques.

Image associéeL’avant dernier épisode de la série, « Revoir les étoiles » est assez unique tant sur le plan graphique que thématique. Il forme une sorte de Requiem à la mémoire de ses deux mentor et à l’art, comme l’indique la couverture reprenant la Vénus de Botticelli.

 

 

Mes vieux ne sont pas méchants, on joue simplement à quelque chose de beau.

Manara aime les femmes et trouve de nombreuses occasion de les dénuder. Mais si l’on ne peut nier la qualité du trait et l’esthétique du corps féminin très présente du reste chez un très grand nombre d’illustrateurs, l’album devient intéressant lorsqu’il parvient à allier justement l’esthétique et la thématique: l’histoire de l’art et les liens entre monde réel et mondes fantasmés.

Résultat de recherche d'images pour "manara revoir les etoiles"L’intrigue, débordant de références qu’il peut être amusant de repérer, suit une ingénue un peu folle, sorte d’Alice perdue dans le monde des hommes, un monde fait des pires pulsions de la société italienne et européenne du XX° siècle, parcourant des représentations de tableaux classiques de la peinture et permettant à Manara de les revisiter. Cela pourrait être artificiel s’il n’y avait une cohérence de cette approche à double hélice, entre le monde de la beauté et de l’art de la fille et le monde réel de Giuseppe Bergman qui tente de la sauver d’elle-même et des dangers du monde.

 

L’humanité ne semble être que cruauté, corruption, irrémédiablement dominée par le mal, incapable de tendre vers le bien…

Résultat de recherche d'images pour "manara revoir les etoiles"L’intrigue n’a pas grand sens, autre que de permettre des tableaux, des regards (beaucoup de regards comme ce face à face entre la jeunesse magnifique et ces vieillards dont on imagine mille pensées, dans une longue digression autour de la « Suzanne et les vieux » chez Veronese, Tintoret ou Doré). Il n’y a (presque) rien de vulgaire dans cet album dessiné en lavis superbes qui revisite un grand nombre d’œuvres majeures, du Déjeuner sur l’herbe à lile des morts de Böcklin. Seule la séquence de la reine Pasiphaé ne relève que des fantasmes de Manara et tombe un peu dans le gratuit.

Résultat de recherche d'images pour "manara revoir les etoiles"Prenant Giuseppe pour Lucignolo (personnage de Pinocchio) et se croyant au pays des jouets (toujours dans Pinocchio), la fille se retrouve confronté à la réalité policière et d’un mouvement fasciste « Amour et Argent » ainsi qu’à deux loubards qu’elle prends pour le chat et le renard du conte de Collodi. On est tout de même dans un album de Manara, qui profite du fait que les filles sont souvent nues dans la peinture classique pour se faire plaisir!

Les pérégrinations l’amènent à Cinecita où se tourne un film sur l’Enfer de Dante, ce qui permet une très dure vision du véritable enfer, celui de la ville, de la Cité, du monde, bien plus détestable que le monde imaginaire des arts. La fin est la plus poétique: décidée à ne vivre que dans l’imaginaire, la fille se rend sur l’ile des morts où elle rencontre Picasso, Groucho Marx, Hugo Pratt ou Luccino Visconti… Une sorte de petit prince tente de la ramener à la vie grâce à des graffiti colorés, de Disney à Corto. Et l’album se termine magnifiquement par une case blanche invitant le lecteur à terminer l’histoire, bien ou mal, à lui de choisir… Revoir les étoiles est une très belle ode à l’imaginaire et à la beauté par un grand artiste qui devrait produire plus souvent des œuvres personnelles.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

 

BD·La trouvaille du vendredi·Rétro

La trouvaille du vendredi #12

La trouvaille+joaquimLes cinq voleurs de Bagdad
BD de Fabien Vehlmann et Duchazeau
Dargaud (2006), 68p.

couv_58268

Cet étonnant album est ressorti cette année chez Dargaud avec une nouvelle couverture, ce qui m’a permis (grâce à la bibliothèque) de découvrir une très belle histoire et un illustrateur à surveiller de très près car il est vraiment très très subtile…

Un jour le calife de Bagdad organisa un grand concours de contes. Au vainqueur plus de richesses qu’il n’en pourrait rêver, au plus mauvais l’exécution, car l’art noble ne peut être abaissé… Les meilleurs narrateurs du pays s’y inscrirent et parmi eux, cinq personnages qui les dépassaient tous: alors qu’une voyante leur prédit leur avenir ils seront amenés à un voyage au fond du monde afin de constituer le conte ultime…

Résultat de recherche d'images pour "les cinq conteurs de bagdad"Ce qui fait une bonne histoire ce sont des personnages. Ce qui fait une bonne histoire ce sont aussi des paysages. Ce qui fait une bonne histoire c’est de l’exotisme, de l’aventure et un soupçon de magie… Velhmann connaît ses gammes. Si son histoire des mille et une nuits revêt un côté un peu hermétique (comme souvent dans les contes!), elle suit une progression linéaire et surtout une construction très audacieuse en jouant avec le spectateur en intégrant le rite du récit oral dans la BD. Ainsi l’album s’ouvre et se termine (dans un sublime noir et blanc estompé) par un narrateur qui va ouvrir et refermer son histoire que l’on tient entre les mains (ce n’est pas artificiel, vous verrez, c’est comme dans les films Marvel, faut rester jusqu’au bout!). Puis, dans cette histoire entrecoupée et plusieurs récits (on aurait aimé une petite audace de mise en poupées russes…), moultes réflexions interviennent sur la notion de public, sur la raison d’être du conte ou encore sur la destinée. Les récits ne sont alors pas tous passionnants (j’avoue être resté stoïque devant la double page de l’arbre aux oiseaux) mais la richesse du quintet permet de compenser cela.

Résultat de recherche d'images pour "les cinq conteurs de bagdad"Dès la présentation (rapide) on se passionne pour ces cinq conteurs et pour les dialogues pleins d’intelligence et de mauvais esprit, en particulier l’excellent Anouar, vieil ermite anarchiste plus prompt à insulter son prochain qu’à émettre des tirades de sagesse. Car ce que recherche Velhmann au sein d’un cadre très formaté, c’est la surprise du lecteur. Dès les premières pages la voyante explique aux personnages et au lecteur les grandes lignes du voyage, déflorant le récit et  quelques mystères. Ce voyage initiatique doit se passer au-delà des apparences. Alors inévitablement la chute n’est que l’aboutissement logique de la trame et ne surprendra pas le lecteur, amenant une petite déception…

Pourtant cet album est doté d’un trait comme je n’en avais jamais vu (ou si, dans une variante, chez Edouard Cour sur Heraklès): d’un premier aspect gribouilli se cache sous la crysalide un dessin d’une finesse impressionnante. Résultat de recherche d'images pour "les cinq conteurs de bagdad"Je suis plutôt fasciné par les illustrateurs-encreurs comme Lauffray, Roger, ou Nicolas Siner, mais force est de reconnaître la capacité de ces très fines hachures à donner une texture, une vitesse et un dynamisme impressionnants au dessin. En une calligraphie aérienne Duchazeau nous dresse un paysage de l’Inde, de Grèce ou de montagnes. Une ombre crée une expression précise qui appuie l’humour très spécial de l’album. En ressort un album très élégant dont l’harmonie entre texte, dessin et couleurs force le respect.

Je vous invite donc à écouter ce conte en suivant ces personnages hauts en couleurs et sans vous soucier plus que cela du sens de l’histoire, sur le fil de la plume de Duchazeau. Une très belle découverte.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

BD·Documentaire·Rétro

Les désobéisseurs

Le Docu du Week-End

BD collective
Vide cocagne (2013), 83p. NB.

couv_188621Ah ça fait plaisir les BD associatives ou de tout petits éditeurs qui atteignent ce sérieux et cette qualité! Agrémenté d’une préface détaillant le contexte politique (essentiel à la compréhension de l’album), d’une courte auto-bio de chaque auteur et d’un petit descriptif de la démarche qui a conduit ce projet, l’album souple est agréable à lire, avec une couverture classique du dessin militant (on peut faire plus lisible et plus efficace). Graphiquement c’est assez varié, du moyen au très pro. Mais presque aucune section n’est désagréable à lire visuellement.

Ainsi l’ouvrage est issu d’une rencontre entre le collectif d’enseignants résistant au programme Base élève mis en place par Xavier Darcos, ministre de l’Education Nationale sous la présidence de Nicolas Sarkozy et de l’éditeur militant Vide cocagne. Il propose au travers de 8 histoires courtes en forme de témoignage, un tableau du démantèlement des services publics en France sous couvert de la bonne gestion et des économies prônées par le modèle néo-libéral. On aborde ainsi la Poste, la SNCF, EDF, l’hôpital psychiatrique, l’Education nationale, Pôle emploi,… L’ensemble des grands services publics est traité de l’intérieur, permettant au lecteur de faire le lien entre ce qu’il lit dans les journaux (licenciements, manifestations, grèves, réformes) et ce qui est vécu sur le terrain.

Résultat de recherche d'images pour "les désobéisseurs vide cocagne"Comme tout documentaire, la part de subjectivité est grande et l’album ne s’en cache pas tout en visant l’équilibre avec des auteurs étonnamment neutres dans leur traitement. Il s’agit de témoignages de militants en résistance contre un système ou carrément anarchistes comme ce retraité d’ERDF qui reconnecte un camp de Rom ou l’infirmier psy entré dans une démarche utopiste en marge de l’administration qui l’emploie. Mais ces différents personnages, différents parcours (qui ont souvent en commun néanmoins d’être entré dans le Service public par hasard, sans vocation particulière et donc sans adhésion préalable à ce système étatiste) permettent de voir dans chaque histoire une part d’universalisme, de bon sens. Image associéeAinsi le directeur d’écoles refuse de remplir le fichier décrié Base élèves et est sanctionné par un refus de son détachement comme formateur IUFM: l’administration se protège d’un élément contestataire qui risque de faire des émules auprès des jeunes professeurs. Le postier lui refuse simplement de faire le boulot  supplémentaire du poster dont le poste a été supprimé et l’assistante sociale qui se réclame comme non militante et non syndiquée participe à l’occupation d’un local simplement par-ce qu’elle a besoin de moyens pour faire son travail…

L’on voit au travers de ces parcours différentes motivations qui se rejoignent sur l’esprit du service public: ils sont au service du public et non de l’administration!

Résultat de recherche d'images pour "les désobéisseurs vide cocagne"

Une nuance dangereuse pour l’Etat mais qui fait réfléchir sur le principe même de démocratie et de République. Ainsi l’album fait comprendre qu’au-delà des postures idéologiques Gauche-droite des syndicats ou de certains militants, il s’agit du fondement même de la société: bien sur une Nation ne peut être gouvernée par les options de chacun de ses citoyens… mais il n’est pas plus légitime que des administrations décident contre leurs agents des orientations qui auront un impact concret sur les travailleurs et les usagers. Ces désobéisseurs sont les gardien des services publics.

 

 

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

BD·La trouvaille du vendredi·Rétro·Service Presse

La Trouvaille du vendredi #11

La trouvaille+joaquim

Rocher rouge,
BD d’Eric Borg et Michaël Sanlaville
Casterman (2009) collection KSTR, 117 p. Album ressorti en 2018.

Couverture de Rocher rouge - Tome 1

Une bande de jeunes, enfants de riches, vont passer trois jours sur une île déserte. Trois jours de farniente, d’aventure, de drague… Sauf qu’une légende raconte que ce Rocher rouge serait le territoire du terrible Maboukou croqueur de têtes…

La définition d’une série B c’est un thème éculé mais prenant, traité avec conviction… Rocher rouge est donc bien une série B, illustrée par un collègue de Bastien Vivès et dotée des mêmes qualités graphiques que ce dernier: avec un trait grossier, cartoonesque, simpliste, il parvient à créer un dessin paradoxalement très précis par son évocation du mouvement, du bruit et des regards. Derrière des atours de dessin rapide c’est très technique (notamment sur les anatomies). Les personnages sont ceux d’un film d’horreur classique: un couple pas si stable que cela, des lesbiennes, un puceau, un costaud… et des filles en bikini. Tout cela sur une plage de sable fin avec un monstre qui rode et un rationalisme forcené des héros. Le décors est planté.

Résultat de recherche d'images pour "rocher rouge sanlaville"Et lorsque les personnages et le thème sont familier, ce qui fait prendre la mayonnaise c’est le rythme. Ça tombe bien puisque cet album est édité par la collection KSTR de Casterman qui se présente comme la collection « du mouvement et des jeunes auteurs ». Cet album ne vise pas à l’esthétique mais bien (comme ceux de Vivès) le dynamisme, les effets comiques ou terrifiants. Les auteurs, comme dans un film, jouent donc très efficacement sur les cadrages et utilisent la déformation des corps comme des effets optiques ou pour produire un style dessin-animé, comme si la persistance rétinienne pouvait être remplacée par la mémoire graphique du lecteur. Et ça marche! Les pages s’enchaînent, rythmées par les dialogues et le mouvement. Les dessins et les scènes sont sexy juste ce qu’il faut, les personnages attachants pour certains, détestables pour d’autres et l’on attend avec impatience le premier mort et la confrontation avec le monstre. Résultat de recherche d'images pour "rocher rouge sanlaville"Du coup l’album se lit d’une traite sous des couleurs numériques éclatantes et provoque une petite frustration tant on est pris par les aventures violentes de cette bande. Le scénariste a sorti un second album avec un autre dessinateur, pour ceux qui voudront prolonger l’aventure.

Les auteurs parviennent à nous surprendre avec ce scénario pourtant attendu, d’abord par la frénésie des enchaînement des scènes, des dialogues (on passe d’un thème, d’une blague à une autre), mais surtout par une fin vraiment bien vue et totalement inattendue. On aimerait une prolongation, que l’on prenne plus de temps passé sur cette plage en compagnie de cette joyeuse bande, mais cela aurait sans doute été au détriment de ce dynamisme donc, et l’on fait confiance aux auteurs tant le résultant est enthousiasmant. Attention, comme tout film d’horreur c’est gore et brutal. Mais le dessin permet que cela ne soit très vivable pour peu que l’on ne craigne pas le genre.Résultat de recherche d'images pour "rocher rouge sanlaville"

Personnellement j’ai passé un excellent moment sur la plage du Rocher rouge et n’attend qu’une adaptation ciné qui pourrait donner un autre regard. J’ai bien envie de lire la suite mais cela dépendra beaucoup du dessin qui me semble moins efficace, et je vais prospecter les albums de Sanlaville qui m’a contre toute attente (comme Vivès) conquis.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1