BD·C'est lundi...·Comics·Manga

C’est lundi, que lisez-vous? #150

septembre 2019

Ce rendez-vous a été initié par Galléane et son principe est de répondre aux trois questions:

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
 
Cliquez sur les vignettes pour aller sur la critique quand il y en a une.
 

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

couv_367877couv_421378couv_424473

adam-robot-ultime-4-pikainjustice-integrale-annee-quatrealma-1-panini

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

Couverture de 20th Century Boys -6- Tome 6

3. Que vais-je lire ensuite ?

Couverture de 20th Century Boys -7- Tome 7Couverture de 20th Century Boys -8- Tome 8

Couverture de 20th Century Boys -10- Tome 10injustice-year-zeroBD FAUSSES PISTES

Salut à tous et bienvenue sur une nouvelle semaine sur l’Etagère!

Je suis en train de terminer le pavé A la croisée des mondes de Pullman – que j’ai entamé il y a une bonne année mais le visionnage de la série m’a redonné un coup de pied! –  du coup je n’ai pas pu lire autant d’albums que j’aurais voulu. De belles lectures manga tout de même, sur des séries courtes. J’évite généralement les séries trop longues (disons plus de 25 tomes) mais je reconnais que le format 4-5 volumes, s’il est parfait en franco-belge, est un peu court en manga. Ca permet cependant à de jeunes auteurs de se faire la main sur des idées simples sans partir sur des saga infinies. Si l’auteur du très sympathique Astra a déjà de la bouteille, ceux d’Alma et Adam sont à leur première série, avec une ambition SF assez poussée et très bien réalisées même si elles ne révolutionnent pas le genre. Le billet sur ces trois titres est paru samedi si vous voulez voir de quoi il retourne. Côté manga je voudrais avancer rapidement sur 20th century boys, du coup je vais essayer de me focaliser sur les tomes empruntés à la médiathèque. Ma reprise me confirme que vue la complexité de la construction urasawienne il vaut mieux ne pas laisser passer trop de temps entre les tomes (et j’imagine d’ailleurs difficilement comment les lecteurs qui l’ont découvert au fur et à mesure n’ont pas décroché…).

En comics nouveau kiff sur l’intégrale année 4 d’Injustice qui, si elle est un peu en retrait par rapport aux précédentes maintient cette série à un très très haut niveau de plaisir et de machiavélisme scénaristique. C’est bien simple, c’est le meilleur plaisir comics depuis au moins cinq ans! Du coup je vais enchaîner la même semaine mon billet Injustice An 4 et la préquelle Injustice year zero qui vient de débarquer. Je crains un peu après avoir lu le spin off de l’autre très bonne série de Tom Taylor Dceased… vous verrez ça donc jeudi et vendredi.

Côté BD légère déception sur l’album jeunesse Ecoline qui a pourtant une couverture candidate comme la plus belle de l’année. Histoire originale d’une chienne peintre dans le Paris impressionniste mais pas complètement concluant. Je vous dis ça dimanche. Si Urasawa me laisse le temps je vais essayer de lire plus de franco-belge et notamment le nouveau Duhamel, auteur que j’adore à chaque publi… 

Enfin petite incartade cinoche avec ma conclusion du troisième volet de la trilogie animée Godzilla sur Netflix, qui regorge de beaucoup de bonnes choses et qui va donner lieu à un billet d’ici juillet. En animation j’ai aussi pour projet de visionner la saison 2 de Love+Death+Robots qui serait parait-il moins bonne, et Mutafukaz, dont je n’ai jamais lu les BD et dont la Bande annonce m’avait bien plu lors de la sortie (tout ça sur Netflix donc). Je vous conseille également très vivement Adieu les cons, le Dupontel au cinéma (parce qu’il ne faut pas oublier de retourner dans les salles obscures! Bon, tout ça c’est entre les match de l’Euro parce que y’a des priorités dans la vie!

Bonne semaine à vous,, attention aux bières-cacahuètes et continuez à nous donner vos belles trouvailles!

 


 

***·****·Manga·Rétro

Manga en vrac #13: Adam l’ultime robot #4 – Astra lost in space #1 -Alma #1

esat-west

Séquence SF ce samedi manga avec deux premiers volumes de série et une conclusion, dans trois registres très différents…

  • Adam l’ultime robot #4 (Azuma – Pika) – (2016) 2021, série finie en 4 volumes.

bsic journalismMerci aux éditions Pika pour leur confiance.

adam-robot-ultime-4-pika

La difficulté première du genre SF est de parvenir à boucler des idées et réflexions souvent perchées très haut et qui aboutissent généralement à une fin en suspension (comme dans Origin), cryptique ou qui fait pschit… Très rares sont les œuvres de SF a boucler une thématique de façon satisfaisante, à commencer par le mythique Universal War one, qui se concluait en six tomes seulement. Avec seulement quatre volumes pour boucler une série au rythme plutôt lent, Ryuko Azuma choisit la seconde solution en proposant une fin entre deux eaux, ni pessimiste ni optimiste. S’il n’est pas véritablement en mesure d’expliquer tous les évènements qu’il a mis en place (notamment l’attaque martienne) non plus que la nature des Psyché, il nous révèle en revanche les secrets des personnages dans un final en mode thriller plutôt bien mené. L’innocence paradoxale d’Adam est touchante, fétu technologique balloté dans une complexité humaine emplie de nos pulsions autodestructrices. La réussite de cette série c’est d’avoir réussi à installer une psychologie cohérence pour cette IA en relation avec les humains. L’hypothèse sur l’objectif des Psyché et la destinée d’Adam est plutôt intéressante scientifiquement parlant, même si le déroulement proprement dit des évènements peut laisser sur sa faim avec une chronologie obscure. L’équilibre entre le pédagogique et le mystérieux est toujours compliqué dans une narration et on ne pourra pas reprocher à l’autrice ces quelques chiffonnements, pour une œuvre globalement remarquable de maîtrise, d’ambition et de lisibilité. Une très belle quadrilogie que je conseille à tous les amoureux de science fiction.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

  • Astra – Lost in space #1 (Shinohara – Nobi nobi) – (2016) 2019, série finie en 5 volumes.
couv_367877

Très sympathique premier tome d’une série courte en cinq volumes, dotée d’excellents dessins qui compensent l’aspect retro absolument assumé! Du titre au design général, on est dans l’hommage complet aux manga et séries TV SF des années soixante à quatre-vingt: une équipe d’adolescents part pour une « classe verte » sur une planète éloignée… avant de se retrouvés projetés ailleurs, loin dans l’espace, perdus, seuls et contraints de survivre par leurs propres moyens… Présenté comme ça on sent un aspect dramatique qui n’est pourtant jamais présent dans Astra! Résolument Shonen, la série est joyeuse, lumineuse mais n’oublie pas pour autant de créer des antagonismes entre certains membres de l’équipée. Une des originalités qui accentuent l’intérêt ce sont les flashback dans l’enfance des différents personnages, qui nous aide à comprendre leur tempérament et leurs actes pour revenir sur leur chère Terre. Remarquablement maîtrisée, les deux-cent pages se lisent d’une traite, comme une bonne série animée en découvrant chaque personnages, leur équipement, leurs défauts, les caractéristiques de la première planète (on va « sauter » sur cinq astres sur l’itinéraire de retour) sans oublier un gros mystère autour de cette mystérieuse boule qui les a aspiré et semble les poursuivre. Manigance des enseignants pour les tester ou véritable anomalie spatiale? Vous le saurez en regardant le prochain épisode des aventures du lycée Caird!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

  • Alma #1 (Mito – Panini) – (2019) 2021, série finie en 4 volumes.

alma-1-paniniAuréolée de très bons retours j’ai débuté cette récente série courte sans trop savoir où je mettais les pieds mais enthousiasmé par des aperçus graphiques au-dessus de la moyenne. Et je dois dire que ce qui accroche résolument dans ce premier volume qui avance relativement vite entre la séquence d’exposition en la conclusion qui nous révèle la problématique de la quadrilogie ce sont ces superbes décors post-apocalyptiques. On suit en effet un jeune homme parcourant les terres et cités dévastées à la manière du dernier homme sur Terre (Je suis une légende) – et une influence de Blame! évidente – après que son amie robot ait été désactivée brutalement. On trouve ainsi le carcan classique déjà vu dans l’excellent Heart Gear, à ceci près que dans Alma les humains n’ont pas totalement disparu et que le héros bien mystérieux se voit assez vite doté d’une aura messianique. On navigue donc plus sur la nostalgie d’une vie rêvée que sur la relation avec l’Intelligence artificielle (mais l’on sent que ça va venir) et l’atmosphère propagée par ces décors et un background bien plus travaillé que sur Heart Gear nous immergent pour une odyssée qui nous attrape dans un rythme soutenu. Doté d’excellents graphismes et d’un fort joli design, d’une relation originelle qui laisse mélancolique et de mystère déjà en place, il ne reste plus qu’un fort antagonisme pour faire monter la série d’un cran, sans doute dès le prochain tome. 

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

BD·C'est lundi...·Comics·Manga

C’est lundi, que lisez-vous? #149

septembre 2019

Ce rendez-vous a été initié par Galléane et son principe est de répondre aux trois questions:

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
 
Cliquez sur les vignettes pour aller sur la critique quand il y en a une.
 

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

couv_422125couv_416348couv_425104

 

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

couv_424473

3. Que vais-je lire ensuite ?

Couverture de 20th Century Boys -6- Tome 6Couverture de 20th Century Boys -7- Tome 7Couverture de 20th Century Boys -8- Tome 8

Couverture de 20th Century Boys -10- Tome 10

Salut à tous et bienvenue sur une nouvelle semaine sur l’Etagère!

Retour de C’est lundi après une pause… et interrogations sur la pertinence de ce rendez-vous après des discussions avec certains d’entre vous. Il est sur que le lundi est un gros rendez-vous sur ce blog mais peut-être qu’un autre format de récap serait plus intéressant. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez en commentaires…

Du coup, semaine passée très près des publications et c’est tant mieux, avec beaucoup de SP récents dont un 008 apprenti espion que j’attendais plus ecchi (au vu de la couv’) et moins drôle et c’est tant mieux car ainsi ce manga semble avoir plus d’avenir sur la durée. Lecture fort sympathique en tout cas! Je poursuis Blue Period avec toujours autant d’intérêt. Ce manga est un des plus solides et complexes que j’ai lu dans les interrogations du personnage. Dommage que les dessins ne soient pas plus impressionnants que ça, ça empêche un plein coup de cœur. En BD la conclusion du premier cycle d’Elric remonte le niveau d’un cran avec une série qui aurait mérité sans doute de plus gros volumes et qui permet d’entrer dans une gigantesque saga littéraire sous les meilleurs auspices graphiques. Moi qui n’ai jamais lu et ne lirais sans doute pas Moorcock je ne peux que vous conseiller cette adaptation. Deux autres excellentes lectures: tout d’abord Les veuves électriques, excellente satire très politique sur la répression du militantisme avec de belles piques sur Macron et les politiques en général. Une BD 100% Fluide glacial… éditée pourtant chez Delcourt. Surprenant mais ça a le peps de Fluide et c’est vraiment bon! La grosse sortie de Hubert et Augustin, Joe la pirate, est aussi une très belle découverte bien que la construction puisse prêter à discussion… du coup on en parle si vous voulez dès mercredi puisque ces deux BD sont sur le blog en milieu de semaine.

Actuellement je suis sur la jolie BD jeunesse de Enrique Fernandez (que j’ai découvert sur le crowdfunding Brigada) et je vais essayer d’enchaîner une grosse série 20th century boys à moins que je place quelques nouveautés manga pour le billet de samedi.

Bonne semaine à vous et n’hésitez pas à partager également vos bonnes découvertes (et aussi les lectures à éviter!).

 


Rappel des billets de la semaine dernière:

  • Mardi:

Old-men avengers du côté de Marvel…

  • Mercredi:

Trip sous ecstazy de Ledroit…

  • Jeudi:

N’est pas Superwhiteman celui que l’on croit…

couv_422214

  • Vendredi:

Un polar urbain très réussi…

  • Samedi:

Parodie 007 sexy et apprentissage créatif au menu de ce samedi manga…

008-apprenti-espion-1-kurokawablue-period-3-pika

  • Dimanche:

Nouvel Avis des kids avec une immersion des auteurs des Sisters en fantasy.

couv_424026

 

 

***·****·Manga·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Manga en vrac #12: 008 apprenti espion – Blue period 2&3

esat-west

  • 008 apprenti espion #1 (Matsuena – Kurokawa) – 2021, 1/13 tomes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Kurokawa pour leur confiance.

008-apprenti-espion-1-kurokawaAmis coquinou je vais vous désoler en vous disant que cette nouvelle série shonen d’espionnage n’est pas franchement un ecchi hormis les formes non-euclidiennes de la donzelle en couverture… ce qui ne l’empêche nullement d’être une très sympathique entrée en matière tout à fait classique, pas prise de tête et très efficace dans le genre humour et action débile. Le héros est un adolescent qui galère à intégrer un lycée et se retrouve par hasard appelé au sein d’une prestigieuse académie d’apprentis espions… qui cache bien entendu une organisation secrète redoutable. Si on peut regretter une impression par moment un peu cheap, le dessin est tout à fait correcte, très lisible et surtout l’intrigue parodique avance de façon très linéaire. L’atout charme est incarné par une mystérieuse étudiants très très bien dotée par la nature et qui a l’étrange habitude de ne pas porter de culotte (ou alors très très petite…) mais qui est surtout là pour marquer des acrobaties ninja redoutables. On a donc un naïf incompétent et illégitime qui va montrer que la collaboration et l’intelligence peuvent primer sur la force brute et la tradition, dans un lycée qui soumet ses étudiants à moultes épreuves imprévisibles et potentiellement mortelles. Le ton parodique des dessins et de l’histoire permet d’assumer la légèreté de cette histoire et l’on passe un très bon moment de lecture-métro. Très bonne introduction qui pourrait même gagner un Calvin à mesure que l »action se développe, avec une Battle-Royale annoncée dès le prochain volume…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1


  • Blue Period #2 (Yamaguchi – Pika) – 2021, 3/10 volumes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Pika pour leur confiance.

blue-period-2-pikaAprès un très bon premier tome, on enchaîne sans pause sur l’itinéraire de Yatora dans sa classe de prépa où il s’ouvre progressivement à un tout autre univers, à la fois relationnel, de perspectives et de centre d’intérêt… ce qui ne va pas aller sans heurts car l’insolente facilité apparente de ce jeune homme à qui tout réussit va le confronter à sa non appartenance au monde de l’art. Ce qui avait intéressé se confirme ici avec un accent mis encore plus fort sur les relations entre des personnages jamais caricaturaux (ca change!) et une remarquable construction scénaristique qui parvient à thématiser le volume jusque dans une forme de mise en abyme entre le personnage et l’autrice. La grande force de ce manga est de ne jamais basculer dans une histoire de prépa ou dans le mal être des jeunes mais bien de proposer un tout cohérent qui montre l’ouverture d’un jeune bien dans sa peau à un univers qu’il a touché par accident, suite à une improbable émotion suscitée par un tableau d’élève. Ce qui caractérise Yatora c’est sa capacité de travail et sa détermination, qui lui permettent de progresser sans cesse et de dépasser ses complexes techniques. On nous parle donc beaucoup du système des grandes écoles japonaises avec des informations précises sur les coûts d’entrée et les prépa obligatoires. L’autrice utilise ses personnages pour proposer différentes visions du système et de la création sans nous dire ce qu’il faut penser et l’on comprend que dans un itinéraire c’est vraiment les rencontres, les conseils et influences qui aident les individus à progresser et à se découvrir. Loin de nous présenter un prodige miraculeux comme le font nombre d’histoires, Tsubasa Yamaguchi raconte le destin d’un lycéen relativement ordinaire qui bouscule son destin par curiosité, sans préconçu. Un beau message qui nous dit que tout le monde peut faire ce qu’il souhaite à condition de se donner les moyens. Un manga dont l’intelligence frôle les cinq Calvin mais repose sur un graphisme un peu froid qui n’impressionne pas particulièrement. Ce qui ne doit absolument pas vous dissuader de le lire!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1


  • Blue Period #3 (Yamaguchi – Pika) – 2021, 3/10 volumes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Pika pour leur confiance.

blue-period-3-pikaLe troisième tome entre plus encore dans le parcours créatif des artistes en faisant progresser le héros dans la compréhension du rôle des outils (support, taille de la toile, pinceaux, cutter, gommes et tout ce qui peut servir à travailler la peinture mais aussi la toile elle-même). Tout cela en devient passionnant avec une grosse densité qui va même parfois un peu vite dans les transitions. En même temps cela donne une idée du tourbillon psychologique dans lequel est le jeune homme qui absorbe toutes ces connaissances avec l’appétit d’une éponge. Du coup les amis restent un peu en retrait pour une mise en avant des deux enseignants, les très charismatiques prof du cours du lycée qui l’invite à se tester sur un « 100F » (une toile de deux mètres de haut) et la géante prof de prépa dont les entretiens individuels servent énormément Yatora en le bousculant dans une neutralité absolue en lui rappelant que s’il est encore faible techniquement la force d’une création reste son propos et sa composition. Par moment on se met à penser à Dr. Stone en lisant Blue Period, les deux séries ayant en commun une très grande capacité vulgarisatrice, remarquablement équilibrée entre le trop didactique et l’obscure étude sociologique. Il n’y a pratiquement pas de pathos dans ce manga, ce qui permet de rester focalisé sur les pensées de Yatora et de garder une normalité crédible. On dévore ainsi les deux cent pages du volume avec une grosse envie d’avancer sur une série qui compte déjà dix tomes, largement de quoi voir évoluer Yatora sur plusieurs années, avec un immense plaisir!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·****·Manga·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Manga en vrac #11: Dr. Stone 15 – Byakuya – Le renard et le petit Tanuki 2

esat-west

  • Dr. Stone #15 (Inagaki/Boichi – Glénat) – 2021, 15/20 tomes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Glénat pour leur confiance.

dr_stone_15_glenatOn s’approche de la conclusion de la guerre de la pétrification avec une accélération conséquente du rythme et de l’action. Tant mieux! Les protagonistes sont maintenant connus et totalement machiavéliques. Le plan de Senku et ses amis pour récupérer l’artefact pétrificateur est en place et les opérations sont lancées contre le royaume pétrificateur dont le chef usurpateur est loin d’avoir dit son dernier mot, jamais à court de traquenards contre ses adversaires ou ses propres soldats. On va donc avoir notre lot de rebondissements dans une narration plus linéaire qu’à l’habitude et qui se lit ainsi très facilement. Ce quinzième tome est un des meilleurs depuis le début de la série en proposant une grosse séquence action dans ce manga scientifique. On savoure toujours autant les sublimes dessins d’une générosité folle de Boichi qui semble se régaler comme jamais à dessiner les aventures de Senku. Avec des hauts et des bas, cette série continue son bonhomme de chemin avec une qualité indéniable et une habitude de lecteur proche de Dragon ball qui nous fait dire qu’on pourrait encore y être dans trente tomes sans déplaisir!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1


  • Byakuya (Boichi – Glénat) – 2021, one-shot.

dr-stone-reboot-byakuya-glenat

Etonnant album entièrement réalisé par Boichi (dont l’appétence pour la technologie est indéniable depuis Origin) avec l’appui d’uns conseillère scientifique ayant séjourné sur la station spatiale internationale. Cela pour dire que la recherche de véracité scientifique, malgré le scénario totalement théorique, est de mise dans ce one-shot préquel à Dr. Stone: après un gros tiers d’album présentant Byakuya (le père de Senku) et l’équipage de l’ISS découvrir la pétrification et préparant leur retour sur Terre, on nous laisse en compagnie du petit robot conçu par le japonais et qui va passer plusieurs millénaires à maintenir l’ISS en état en attendant le retour de son maître. Si la première partie est assez ennuyeuse, le reste du volume reprend le schéma narratif de Dr. Stone pour nous expliquer comment on bricole une station spatiale en récupérant des matériaux dans l’espace avec un élément déterminant: le temps devant soi. On prend ainsi plaisir à imaginer les possibilités infinies pour une intelligence artificielle de bâtir des outils, vaisseaux bricolés, source d’énergie etc, avec un petit côté Apollo 13 dans le bricolage spatial. Avec des dessins toujours aussi qualitatifs et un final qui ouvre des perspectives assez sidérantes pour la conclusion de Dr. Stone, on prend grand plaisir à cette lecture découplée de la série principale et l’on apprécie le talent de l’auteur pour tisser sans cesse des liens entre toutes ses œuvres.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1


  • Le renard et le petit Tanuki #2 (Tagawa/Ki-oon) – 2021, 2/4 tomes parus.

renard-tanuki-2-ki-oon

Déjà un second volume pour ce petit Tanuki et son grognon compagnon. Dans ce tome on va faire la connaissance des multiples déesses de la nature qui protègent des coins spécifiques avec l’aide de métamorphes. Cela va nous permettre de rencontrer différents animaux et donner lieu à de courts combats au milieu desquels la naïveté désarmante du Tanuki mets fin à toutes les tensions… Plus progressif mais tout aussi erratique dans les changements de scènes du fait des transformations des personnages, j’avoue que je m’y suis un peu perdu… Heureusement l’intrigue est simple et les dessins toujours aussi sympa, avec un aspect animalier-Disney encore plus prononcé. Il est indéniable que l’autrice maîtrise ses expressions canines avec humour, comme ce chien qui reste langue pendante face à ses potes loups bien sérieux! On commence à voir l’évolution de l’histoire vers une succession de missions positives qui doivent amener le renard vers la rédemption. Pour cela le duo va commencer à se métamorphoser en humains et se mêler des affaires des deux-jambes, parmi lesquels un lycéen passionné par les légendes traditionnelles qui risque bien de croiser la route des deux métamorphes… Bien plus court que le précédent, ce tome comprend un ajout de trente-quatre pages d’historiettes de l’autrice publiées sur les réseaux sociaux. On continue donc avec plaisir cette jolie histoire simple qui paraît idéale pour une lecture partagée parent-enfant.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

BD·C'est lundi...·Comics·Manga

C’est lundi, que lisez-vous? #148

septembre 2019

Ce rendez-vous a été initié par Galléane et son principe est de répondre aux trois questions:

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
 
Cliquez sur les vignettes pour aller sur la critique quand il y en a une.
 

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

couv_423534couv_424026

couv_422387plungecouv_423118

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

couv_424513

3. Que vais-je lire ensuite ?

couv_418002renard-tanuki-2-ki-oon

Salut à tous et bienvenue sur une nouvelle semaine sur l’Etagère!

Quelle semaine mes aïeux! Après des semaine chargées de manga et comics où j’avais un peu délaissé la franco-belge, quel plaisir de retrouver des albums d’une telle qualité! A commencer par ce presque parfait démarrage de Nautilus, sorte de crossover entre Kipling et Jules Verne, dans une grande aventure au souffle épique et remarquablement dosée quand à sa variété de schémas imaginaires. Entre le retour du très grand Stuart Immonen dans un récit d’horreur remarquable (Plunge, qui sort jeudi) et la conclusion du surprenant et très original diptyque Dragons et poisons j’ai trouvé le temps de lire un des cartons de l’an dernier, la préquelle de Zorro que Dahaka avait déjà chroniqué. Côté jeunesse le vrai-faux one-shot féérique du duo des Sisters fait très bien le job (en attendant une série probable) et va donner lieu à un Avis des Kids avec Talia. J’ai enfin terminé la semaine sur la grosse surprise Excellence que je n’attendais pas si bien dans une variation black du monde occulte des sorciers urbains.

Pour la suite j’ai une très grosse envie sur la nouvelle série de Ledroit et je dois terminer la série Elric qui avait très bien commencé avant de se banaliser un peu, le second tome de la sympathique série magique Les artilleuses et le petit Tanuki qui traîne sur ma PAL depuis trop longtemps. Le gros bouquin de Huber et Augustin (Joe la Pirate) attendra sans doute que j’ai le temps de le savourer tranquillement…

 
Bonne semaine à vous et n’hésitez pas à partager également vos bonnes découvertes (et aussi les lectures à éviter!).

 


Rappel des billets de la semaine dernière:

Des immortels, des Titans, des prisonniers et un peu de tendresse suédoise dans ce monde de brutes…

  • Mardi:

Fort réussie variation SF du Comte de Monte-Critso.

  • Mercredi:

Notre review de la très bonne sélection de comics à petit prix proposés par Panini.

Couverture de Le printemps des comics (Panini 2021) -2- Venom - Rex

  • Jeudi:

Excellent démarrage pour cette trilogie crossover entre Kipling et Verne.

couv_423534

  • Vendredi:

Très jolie adaptation du roman.

couv_289530

  • Samedi:

Attente insoutenable après cet avant-dernier tome…

  • Dimanche:

Suite de la saga immortelle de Greg Rucka, toujours réussie.

o

 

 

*****·Manga·Nouveau !

L’Attaque des Titans #33

esat-west

Comprend les chapitres 131 à 134 de la série écrite par Hajime Isayama.

Tabula Rasa

Eren l’avait promis, il l’a fait. Après s’être emparé in extremis du pouvoir incommensurable du Titan Originel, le jeune orphelin revanchard l’a utilisé pour déclencher le redouté Grand Terrassement, qui consiste à libérer simultanément tous les titans colossaux qui sommeillaient dans les murs d’enceinte de l’Île du Paradis. Le monde doit faire face une nouvelle fois à la colère des eldiens, sous la forme d’une implacable horde de titans qui piétinent tout sur leur passage. 

Après avoir jugé ce monde qui lui a tout pris, Eren l’a condamné à la ruine et se fait désormais le bourreau de sa propre sentence. Transformé en une créature lovecraftienne comme on en avait rarement aperçu dans le manga, il préside à son armée de titans, rasant l’empire Mahr sans broncher. Les seuls qui semblent être en mesure de le stopper sont un petit groupe constitué d’amis et d’anciens adversaires, parmi lesquels Armin et Mikasa, ses amis d’enfance, Hansi, Livaï et Conny, compagnons d’armes, puis Reiner, Peak et Annie, trois guerriers Mahr d’origine eldienne, eux aussi détenteurs de titans primordiaux. 

Cet escadron hétéroclite et autrefois ennemi s’est décidé à collaborer, non sans quelques grincements de dents. Ils ont du affronter, dans le tome précédent, les forces eldiennes partisanes d’Eren et de sa croisade. Ensemble, ils sont parvenus à quitter l’île, dans le sillage du Grand Terrassement, et espèrent aborder leur ami par la voie des airs afin de le faire changer d’avis, ou le cas échéant, l’abattre. Mais est-il seulement possible de vaincre un être aussi puissant et résolu qu’Eren avec un hydravion et quelques bombes ?

Guerre Fratricide

Fidèle à sa formule, Hajime Isayama nous offre un dosage parfait entre suspense et réflexion, grâce à un jeu d’alliance et une situation complexe dont les rouages ont été savamment mis en place dans les tomes précédents. L’auteur confronte encore une fois les points de vue autour de sa thématique de la liberté, et du cycle de violence inhérent à l’histoire humaine. Eren aura été de bout en bout un protagoniste fascinant, dont l’évolution est à la fois tragique et parfaitement cohérente.

Dans ce 33e tome, malgré les mesures extrêmes qu’il vient de prendre, il nous est encore donné de voir les doutes qu’il a pu avoir, et les éléments qui ont influencé son choix final. La cohérence thématique est encore de mise, puisqu’en chantre de la liberté, il laisse à ses amis celle de venir l’arrêter, alors qu’il aurait le pouvoir de faire taire, grâce à l’Originel, toute opposition parmi les eldiens. 

Coté intrigue, la tension atteint son paroxysme grâce à cet assaut désespéré et aux mille façons qu’il aurait d’échouer. Obstacles, sabotages, sacrifices, tout est mis en place pour maintenir le lecteur scotché en attendant le dénouement. L’affrontement fratricide n’en est donc que plus déchirant, surtout quand on regarde du côté des intrigues secondaires (Annie, Falco et Gaby) qui vont forcément converger pour le grand final. 

Comme vous vous en doutez, attendre le dernier tome confine à la torture, et il n’est pas question d’aller se spoiler !

BD·C'est lundi...·Comics·Manga

C’est lundi, que lisez-vous? #147

septembre 2019

Ce rendez-vous a été initié par Galléane et son principe est de répondre aux trois questions:

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
 
Cliquez sur les vignettes pour aller sur la critique quand il y en a une.
 

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

Couverture de Le journal d'Anne Frank - Le Journal d'Anne FrankDr. Stone - Reboot Byakuya

Couverture de Le printemps des comics (Panini 2021) -7- Immortal Hulk - Ou est-il les deux ?Couverture de Le printemps des comics (Panini 2021) -6- Thanos - Thanos gagneCouverture de Le printemps des comics (Panini 2021) -2- Venom - Rex

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

Couverture de Le printemps des comics (Panini 2021) -8- Captain Marvel - La vie de Captain Marvel

3. Que vais-je lire ensuite ?

Couverture de Les artilleuses -2- Le Portrait de l'antiquaireCouverture de Dragon & Poisons -2- Le Bedonnant et le Balafré

Salut à tous et bienvenue sur une nouvelle semaine sur l’Etagère!

Ma semaine lecture a été écourtée par le gros week-end de l’Ascension qui m’a permis un gros run sur les comics de l’excellente opération Panini Printemps des comics!  Superbes éditions, globalement de très bonnes lectures pour les albums que j’ai pris ainsi que Dahaka. On s’est organisé en urgence pour vous proposer dès  ce mercredi un gros billet pour vous aider à choisir vos couleurs… Avant cela j’ai repris les deux volumes Dr. Stone sortis récemment et je dois dire que si l’aspect jeunesse laissait ce manga dans la catégorie « sympathique », depuis quelques tomes je prends de plus en plus de plaisir et me dis qu’un shonen space-op de Boichi serait une grande idée pour les années à venir… Le début de semaine a été sur la magnifique adaptation du Journal d’Anne Frank par Ari Folman (le réalisateur du superbe film d’animation Valse avec Bachir), occasion de relire cet ouvrage majeur que les auteurs abordent sans lourdeur. Ce sera pour une Trouvaille du vendredi d’ici quinze jours.

Cette semaine je vais me mettre essentiellement à de la BD avec les suites des deux bonnes séries Drakoo de l’an dernier, la conclusion de la série Elric, dont je n’ai pas encore parlé ici et qui va me permettre de faire un petit récap de cet évènement relativement important dans l’édition imaginaire. Pour la suite je ne m’avance pas car le mois de mai est assez chargé également en visionnages avec notamment la Snydercut qui débarque sur OCS en fin de semaine et que j’ai prévu de regarder avec les enfants…

Avec tout ça je vous souhaite une excellente semaine de déconfinement avant un dernier gros pont. N’hésitez pas à partager vos bonnes (et moins bonnes) lectures et notamment à débrifer également vos lectures panini si vous avez déjà entamé ou si vous vous posez des questions.

 


Rappel des billets de la semaine dernière:

  • Mardi:

Polar sur la vengeance que Dahaka a plutot apprécié.

  • Mercredi:

Ma première incursion dans l’univers singulier de Enrique Fernandez pour un crowdfunding de l’intégrale Brigada.

9788417253981_cg

  • Jeudi:

Nouveauté Dargaud post-apo qui nous a un peu divisés avec Dahaka…

  • Vendredi:

Guide de lecture sur un héros oublié de la Maison des idées…

  • Samedi:

Gros billet 20th century boys, série fascinante de Urasawa.

Couverture de 20th Century Boys -2- Tome 2

  • Dimanche:

Lecture décalée pour ce Castelmaure très réussi.

 

 

****·Manga·Rétro

20th century boys #2-5

esat-west

Manga de Naoki Urasawa
Panini (2002-2007), 208 p./volume, série finie en 22 volumes.

L’édition chroniquée dans cette série de billets est la première édition Panini. Une édition collector (avec albums doubles) a ensuite été publiée puis récemment la Perfect, grand format et papier glacé, au format double également. Le billet sur le premier volume est ici.

Couverture de 20th Century Boys -2- Tome 2

mediatheque

La secte AMI projette rien de moins que la fin du monde pour le 31 décembre 2000! Comment une bande de potes éparpillés par la vie et plutôt piteux vont-ils devenir les héros qui ont empêché la fin du monde?…

Après huit volumes d’Urasawa lus (trois Asadora et cinq 20th century) je peux le confirmer: Urasawa est un style de récit à part entière! Faisant partie de la famille des auteurs exigeants, torturant leurs lecteurs par des récits déconstruits éclatés en lieux et en temps, son plus grand talent est de parvenir à nous happer p20th Century Boys Tome 1 & 2 - Le doigt et l'œilar les techniques de la série TV dont il a totalement assimilé les codes. Le risque principal de cette narration est la dilution. Outre le fait que la série se termine en une vingtaine de tomes (raisonnable pour une série manga), l’auteur sait toujours où il doit s’arrêter, où il doit raccrocher son lecteur avant de le perdre définitivement. D’une lecture frustrante, 20th century boys échappe systématiquement au confort de lecture. Dès que l’on commence à appréhender un personnage il meurt ou disparaît. Pas à la manière de Game of Thrones ou les 5 Terres par une rupture brutale, non, chez Urasawa le récit s’arrête simplement pour reprendre ailleurs, laissant le lecteur marner… Ce chaos peut lasser. Mais le jeu des petites graines semant le mystère, la surprise, est suffisamment bien mené pour ne pas trop laisser le temps de réfléchir.

Au stade du cinquième tome, on peut dire que le premier cycle s’est achevé, bouclant sur les premières images du secrétaire général de l’ONU célébrant les héros que l’on devine Kenji et ses potes. Devine car dans 20th century boys tout n’est que hors champ, interprétation, comme une série du petit écran qui jouerait d’intelligence pour masquer un budget très serré. Ici on mets ainsi la focale sur les personnages, en une galerie en croissance infinie, coupant les scènes chaque fois que l’on risque une révélation… L’auteur ne nous aide pas non plus à savoir quand on est, accentuant le maelstrom cérébral pour tisser des fils entre tout ce qu’on nous raconte, et en finissant par douter de la véracité des images montrées. Urasawa serait-il un grand manipulateur? Assurément! Mais un grand conteur aussi, qui ne sacrifie aucun personnage sous prétexte qu’il est secondaire. Ainsi, pris sans cesse à contre-pied on ne sait jamais si Kenji est le vrai héros, si untel est le vrai méchant etc.

On a (re)lu… 20th Century Boys (T.1) de Naoki Urasawa | Daily marsComme le veut l’adage « plus gros c’est plus ça passe », on finit par oublier l’énormité de cette conspiration dont on ne nous dit (pour l’instant) jamais l’origine ni les rouages. Avec pour seuls informations le fait que le plan apocalyptique a été conçu par Kenji et qu’AMI a tissé une tentacule nationale pour mener à bien son projet, on n’a ensuite que des successions de séquences plus ou moins longues qui mènent à ce soir du 31 décembre 2000… avant de sauter quatorze ans plus tard! Je m’arrête là au risque de spoiler mais il est certain que l’auteur nous réserve encore bien des surprises tant le rythme est soutenu dans ce monument du manga.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

BD·C'est lundi...·Comics·Manga

C’est lundi, que lisez-vous? #146

septembre 2019

Ce rendez-vous a été initié par Galléane et son principe est de répondre aux trois questions:

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
 
Cliquez sur les vignettes pour aller sur la critique quand il y en a une.
 

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

egregor-6-meiancouv_422498couv_289530

couv_421997couv_413091

Brigada - Tome 01 - Brigada - Enrique Fernandez - cartonné - Achat Livre |  fnac

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

renard-tanuki-2-ki-oon

3. Que vais-je lire ensuite ?

Couverture de Dragon & Poisons -2- Le Bedonnant et le Balafré

Couverture de Nautilus -1- Le théâtre des ombresCouverture de Les artilleuses -2- Le Portrait de l'antiquaireCouverture de Le journal d'Anne Frank - Le Journal d'Anne Frank

Salut à tous et bienvenue sur une nouvelle semaine sur l’Etagère!

Semaine assez moyenne avec une bonne déception sur la grosse attente Les Ages perdus (critique à quatre mains jeudi)… J’ai pris en revanche un vrai plaisir sur une ancienneté, l’adaptation BD du best-seller La Delicatesse, qui est pourtant loin de mes genres de prédilections. Toujours en BD, le crowdfunding espagnol Brigada m’a fait un peu peur sur une première partie franchement complexe avant de pouvoir entrer dans l’histoire sur un univers graphique vraiment unique. Jylland, envoyé par l’éditeur est plutôt une bonne surprise dans le genre viking qui ne m’allèche pas spécialement par ailleurs.

Côté manga je commence à décrocher d’Egregor et ne suis pas certain de continuer longtemps. Après six tomes l’histoire reste éclatée et difficile à suivre. Dommage car l’univers est riche et a du potentiel… Tetsu et Doberman est une excellente surprise de même que le premier du diptyque Pika l’île entre deux mondes, graphiquement superbe. Je vais enchaîner pour finir mon retard sur le petit Tanuki et les deux volumes Dr. Stone avant de me remettre sur des nouveautés BD: les suites des deux très bonnes séries Drakoo de l’an dernier, une nouveauté Glénat sur Némo et le Nautilus (deux noms qui me donnent des palpitations à chaque projet qui en parle…) par le scénariste de l’excellent Blue note et une adaptation du Journal d’Anne Frank qu’on m’a prêtée et qui semble très originale. Je vous dirais ça dans une Trouvaille courant mai.
 
Bonne semaine à vous et n’hésitez pas à partager également vos bonnes découvertes (et aussi les lectures à éviter!).

 


Rappel des billets de la semaine dernière:

Début de semaine pas folichonne avant Jupiter’s Legacy et les fournées et manga et BD du week-end.

  • Mardi:

Exécution solide pour un post-apo zombiesque qui ne révolutionne pas le genre…

  • Mercredi:

Belle découverte graphique sur un premier tome qui demande confirmation.

couv_422687

  • Jeudi:

Un Straczinsky mineur qui surfe sur la vague pandémique.

  • Vendredi:

Le dernier bon cycle de Thorgal pour le retour des Trouvailles!

… et un rétro Jupiter’s Legacy pour la sortie attendue de la série Netflix!

Jupiter’s legacy: l’adaptation NetflixJupiter's Legacy - Série TV 2021 - AlloCiné

  • Samedi:

Fournée Manga avec Tetsu et Doberman, Alpi the soulsender, L’ile entre deux mondes et Egregor…

tetsu-dobberman-1-dokialpi-soul-sender-4-ki-oonegregor-6-meiancouv_421997

  • Dimanche:

Enfin immersion moyen-ageuse pour le jour du Seigneur et la fin de semaine!

couv_414058couv_422498