BD·Nouveau !·Rapidos·****

Tenebreuse #2/2

La BD!
BD de Hubert et Vincent Mallié
Dupuis (Air- Libre) (2022), 69p., 2/2 volumes parus.

couv_452096

Isla est apparue sous sa forme monstrueuse à Arzhur et au monde. Obligés de fuir, les deux parias se retrouvent seuls dans une nature hostile. Que vont-ils faire, eux qui ne se connaissent même pas? Retourner sur les terres de la famille du chevalier? Peut-être. Au risque de devoir affronter un passé qu’il souhaiterait oublier, alors qu’une attirance impossible naît entre eux…

Comme je le disais sur la chronique du premier tome, quel dommage que d’avoir vu publiée cette fort belle (et sombre) histoire en deux parties alors que la pagination aurait permis un unique volume. Gageons que Air Libre ressorte rapidement une intégrale et en attendant maintenant que l’histoire est complète les lecteurs pourront la découvrir comme il faut.

Ténébreuse (tome 2) - (Vincent Mallié / Hubert) - Heroic Fantasy-Magie  [CANAL-BD]Car si le faux-rythme reste la marque de fabrique de Hubert, la dureté du propos, le pessimiste des destins de ces deux êtres seuls contre tout tiennent en haleine dans cette fuite en avant où les soupçons de bonheur naissants semblent rapidement voués au néant dans une forme de tragédie d’un amour impossible par nature. Les héritages familiaux semble inéluctablement condamner les deux amants. La belle est en réalité une bête, finissant par douter de l’impossibilité de toute relation humaine grâce à Arzhur, le passé du héros va finir de rompre ce qui est possible. Pour toujours? Il faudra lire l’album pour le savoir… 

Ce qui fonctionne mieux que sur la première partie c’est la complexité des itinéraires et des psychologies. Ainsi pris de pitié pour cette fille de démon on bascule ensuite dans une compassion pour ce pauvre guerrier pas si coupable au regard des mœurs médiévales et des comportements des autres protagonistes. Laissant la révélation (déjà vue) sur le tard, les auteurs parviennent à l’enrober d’un habillage qui fait oublier le classicisme. On peut dire merci à Mallié dont les dessins puissants et la mise en scène soignée donnent à cette histoire le cachet de l’élite.

Cette seconde partie ne change donc pas une intrigue peu originale mais en lui apportant le tragique qui manquait et appuyée sur des dessins de haute volée elle en fait une très bonne BD que les fans de Hubert hisseront au firmament et que les autres classeront dans les bonnes fantasy agréables à l’œil.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

*****·Comics·East & West·Nouveau !

Saison de sang

Titre original: Step by bloody step, écrit par Simon Spurrier et Matias Bergara, avec Mat Lopes aux couleurs. Parution aux US chez Image Comics, en France chez Dupuis le 17 juin 2022.

A chaque enfant son géant

Par un hiver glacial dans un monde inconnu, une enfant s’éveille. Elle est entre les mains d’un géant en armure, qui avance inexorablement en détruisant tous les obstacles qui se dressent sur leur route. Peu à peu, l’enfant grandit, et finit par quitter le cocon rassurant formé par les mains du géant pour marcher par elle-même, toujours dans le sillage de son protecteur.

Cependant, portée par la curiosité, l’enfant se laisse distraire et quitte le chemin. C’est alors que l’air s’anime autour d’elle pour former des créatures qui l’empêchent de quitter la route, des phénomènes contre lesquels même le puissant guerrier en armure ne peut rien. L’enfant doit donc avancer quoi qu’il arrive, et découvrira sur le chemin sa véritable destinée.

Aux US, Step by bloody step a fait une sortie remarquée chez Image Comics, et a atteint sa conclusion quelques semaines seulement avant sa publication française chez Dupuis. La particularité de ce roman graphique divisé en quatre chapitres est de ne contenir aucun dialogue.

En effet, on ne trouve en terme de texte, que de brèves introduction poétiques entre chaque partie, mais le corps de la BD en lui-même ne contient rien d’autre que les images, les quelques phylactères présents ne contenant de des glyphes inintelligibles. Le scénariste anglais Simon Spurrier, et le dessinateur uruguayen Matias Bergara , qui nous avait déjà bluffés avec Coda (voir aussi le nouveau Sandman pour Spurrier) font donc un pari osé, et relèvent ce défi narratif haut la main. L’auteur parvient en effet à immerger le lecteur sans user d’artifices littéraires, rien que par la force des images et des plans concoctés par l’artiste.

Les enjeux initiaux sont simples, puis gagnent progressivement en ampleur grâce à une caractérisation subtile des personnages principaux. Si vous consultez régulièrement le blog, alors vous aurez déjà entendu parler de la récurrence du duo enfant/badass en fiction, qui donne souvent la part belle aux histoires d’amitié, d’amour filial et de rédemption pour l’un ou l’autre membre du duo. Ici, avec le procédé choisi par l’auteur, le lecteur est tenu de se concentrer non plus sur les échanges verbaux mais sur les éléments de mise en scène, les regards et les actes des personnages, pour saisir la nature de leurs relations ainsi que leur évolution.

Si la partie narrative est impressionnante de maîtrise, la partie graphique est elle aussi à louer pour sa qualité. Matias Bergara fait preuve d’un talent incontestable de créateur d’univers. Les paysages sont tout simplement magnifiques et saisissants de beauté, la flore et la faune inventives, et les architectures, qui oscillent entre magie et technologie, rappellent Coda tout en se détachant néanmoins par un aspect plus brut.

La conclusion de l’album m’a rappelé celle du film mother! de Darren Aronofsky, en moins cruelle et plus poétique, évidemment, mais le parallèle allégorique et la thématique écologique et cyclique sont bel et bien communs.

Il résulte donc de la combinaison des savoir-faire de ces deux artisans de la narration un œuvre excellente, qui provoque des émotions authentiques par des procédés antédiluviens qui nous rappellent que la fiction et la narration sont au cœur de notre ADN humain. Et ça vaut bien 5 Calvin pour un candidat à l’album de l’année !

****·Jeunesse·Nouveau !

Perdus dans le futur #2: piégés

Deuxième tome sur quatre de la série écrite par Damian et dessinée par Alex Fuentes. Parution chez Dupuis en mars 2022.

De mal en pis

Dans le tome 1, nous faisions la rencontre de Sara, Mei, Driss, et Arnold, quatre camarades de classe aux personnalités variées, mais soudés par une forte amitié. Harcelés par Piero, la brute locale, ils sont pris au piège d’un château en ruines et finissent projetés dans un futur hostile dans lequel se sont réfugiés des Templiers du Moyen-Âge.

Les cinq collégiens, aidés par un Templier, sont parvenus à emprunter de nouveau le tunnel temporel, espérant rentrer enfin chez eux. Mais ils ne sont pas encore tirés d’affaire ! Loin d’être revenus à leur époque, ils sont encore dans le futur, cette fois juste après l’effondrement de la civilisation.

Dans ce nouveau monde, presque tous les adultes ont disparu, pour la plupart en se laissant mourir, car ils étaient perdus dans l’univers virtuel qu’ils utilisaient pour fuir la réalité. Parmi les enfants survivants, beaucoup sont devenus féroces et sauvages, privés des normes sociétales et d’empathie. Notre groupe de voyageurs temporels va devoir accomplir des exploits pour se tirer de ce pétrin ! D’autant que le parchemin sur lequel figure la formule du voyage dans la temps leur a échappé, et que leurs différends, notamment ceux avec Piero, ne sont pas tout à fait réglés.

Après un premier tome dynamique et inventif, Damian et Alex Fuentes remettent le couvert pour nos cinq collégiens et leurs imposent de nouveaux déboires temporels. L’intrigue demeure simple, le scénariste ne jouant pas (encore?) la carte du paradoxe temporel et autres schémas temporels alambiqués.

On note également une évolution dans le propos: si le premier tome utilisait le voyage pour sensibiliser le lecteur quant aux harcèlement scolaire, ou encore sur la préservation de la nature, ce second tome tente une mise en abîme et une réflexion sur la technologie et l’omniprésence des écrans et de ses effets préoccupants.

Cependant, Perdus dans le futur est moins une BD à message qu’une BD avec un message. Le ton reste léger et divertissant, et les auteurs ont l’élégance de ne pas verser dans la leçon de morale, laissant à chaque lecteur le soin de se faire sa propre opinion. Les relations entre personnages sont également bien exploités, même si leur nombre relativement important pourrait créer un déséquilibre, l’auteur parvient néanmoins à les faire exister de manière plutôt égale au long de l’album.

Les dessins d’Alex Fuentès sont toujours aussi attractifs, l’empreinte très design de ses personnages et de ses décors fait mouche à chaque planche. Attendue au tournant après le premier tome, la série Perdus dans le Futur ne déçoit pas sur ce second tome !

***·BD·Jeunesse

Le roi louve #1: la rébellion de Petigré

couv_440718
BD de Denis Lapierre, Emilie Alibert et Adrian.
Dupuis (2022), 54p., série en cours.

Le Loi dynastique est claire: l’héritier du royaume doit être mâle pour pouvoir régner. Pourtant, comme tous les Loups, Petigré change de sexe à chaque lune et se sent fondamentalement femme… D’un tempérament rebelle, elle décide de fuir avec son amoureux le brave Rum en attendant que son genre se fixe pour toujours!

Le Roi Louve : nouvel épisode ! | spirou.comCela faisait longtemps qu’un univers fantasy ne m’avait pas autant intrigué après un tome d’ouverture. Sur un sujet classique de l’héritier(e) rejetant la tradition et partant pour acquérir sa liberté, les auteurs utilisent le vernis magique pour aborder le thème très d’actualité mais pas si simple à traiter en BD de l’identité sexuelle. A une époque où nombre de jeunes s’interrogent sur ce qu’ils sont et où la barrière classique garçon/fille est plus mouvante que jamais (Maudoux en avait parlé dans son très bon Vestigiales et des œuvres sur l’Intelligence artificielle abordent également régulièrement la question) au grand dam de la galaxie réac qui alimente l’actu, il est intéressant d’apporter cette nouveauté sous le prisme simplifié d’une race hominidé dont le genre ne se stabilise qu’à la puberté. A lire la quatrième de couverture on sent d’ailleurs la volonté des auteurs de créer un monde fort complexe qui rebat la plupart des constantes de notre monde: les humains sont ovipares, les insectes ont muté et le climat semble bien perturbé. Si on n’évoque qu’une partie de ces questions dans ce premier tome cela suffit à déstabiliser nos habitudes de lecteur en se demandant quelles conséquences ces facteurs pourront bien avoir sur l’intrigue qui débute. Comme tome d’ouverture l’histoire se focalise en effet principalement sur la découverte des personnages et l’équipée héroïque qui doit se constituer pour démarrer la grande Quête. Avec un général félon qui rentre tout à fait dans le rôle du grand méchant, des conflits dynastiques et une guerre larvée, le contexte est suffisamment explosif pour nous emporter dans ce monde lointain. Le Roi Louve [Émilie Alibert / Denis Lapière / Adrián Fernández Delgado]

Avec une intrigue encore bien brumeuse ce sont donc les personnages, les dialogue et l’humour qui font le boulot pour nous accrocher très efficacement. Le style graphique de l’école hispanique rappelle Munuera,  ou Ruiz dans un aspect hyper-dynamique au trait léger mais à la mise en case fort inspirée. Certains pourront trouver le dessin trop fruste mais il est indéniable que la maîtrise technique permet d’évoquer en quelques traits et une colorisation là aussi simple mais diablement efficace. On ressort de cette introduction neigeuse assez envoûté, encore bien incertain quand à ce qu’on va découvrir mais très motivé pour accompagner le duo Louve-Humain dans des aventures épiques.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Jeunesse·Rapidos

Harmony #7: In fine

La BD!
couv_431434
BD de Mathieu Reynès
Dupuis (2021), 58p., premier cycle achevé en 7 tomes.

Alors, alors, alors… Que dire de cette conclusion (officiellement) qui fait indéniablement le job tout en nous laissant un peu sur notre faim. On peut mettre le verre à moitié plein en se disant que meilleure est la série plus triste est la fin, ou à moitié vide en estimant que Reynès n’a pas complètement transformé son bel essai. Sur le plan graphique on est dans la continuité de toute la série, avec des planches qui claquent et des affrontement explosifs qui lorgnent vers le manga. Avec une structure étrange, entre une ouverture faisant Harmony tome 7 - BDfugue.compenser à une évolution X-men avec le méchant qui « capte » des êtres partout dans le monde et une conclusion ouverte sur un probable nouvelle « saison », on a du 100% action-aventure. L’album est entièrement tourné sur la baston finale, plutôt réussie avec ses effets pyrotechniques et son kung-fu nimbé de contre-pouvoirs. On regrettera juste une monotonie des décors qui minore un peu la portée via un cadrage hyper-serré des combats.

Le regret porte sur l’aspect conspirationniste qui a totalement disparu des derniers albums pour être remplacé par la dimension mystique. C’était attendu mais on en perd une partie du sel du début. Reste une réalisation sans faille depuis le premier tome et on ne va pas faire la fine bouche! Mathieu Reynès a annoncé une pause avant de revenir, on l’espère, dans une version plus adulte des aventures d’Harmony. Entre temps vous pouvez découvrir son nouveau projet numérique qui lorgne vers le manga et Lastman. Le tarif pratique me paraît un peu élevé pour du numérique et rappelle les débats sur le juste prix et la juste rémunération des auteurs. Le crowdfunding est quoi qu’il en soit toujours une bonne chose.. attendons de voir.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

*****·BD·Nouveau !

Largo Winch #23: La frontière de la nuit

La BD!
BD d’Eric Giacometti et Philippe Franck
Dupuis (2021), 46p., série en cours.

couv_433684

 Le groupe W est un vieux paquebot du XX° siècle qui se retrouve confronté aux enjeux climatiques ainsi qu’au dynamisme multiple des start-up d’une jeune génération techno aux dents longues. Alors qu’il s’évertue à apurer la passif immoral et polluant de ses entreprises, Largo doit entamer des discussion avec Jarod et Demetria Manskind qui sont bien décidés à lancer une course à l’Espace…

Après des hauts et des bas mais presque vingt ans d’un règle du pape des scénarios, le diptyque de reprise de Largo Winch m’avait laissé sur ma faim, montrant de façon criante le miracle réalisé par Jean Van Hamme. Suffisamment pour me décider à arrêter ma collection et rejoindre les potes Thorgal et XIII au rayon des ancêtres à la retraite. Et bien ce nouvel album m’a détrompé puisqu’il renoue avec les tous meilleurs cycles de la série, tout simplement, confirmant que le rodage a permis une maturation dans la simplification des aventures à la James Bond.

Largo Winch T23 : La frontière de la nuit (0), bd chez Dupuis de  Giacometti, Francq, DenouletLe premier élément que l’on retrouve avec un immense plaisir c’est le personnage du clown trash: Simon Ovronaz, vrai héros de la série qui apporte une touche semi-dérisoire mais si sympathique d’humour, de sexe et de décalage. Comme d’habitude il reste sur l’essentiel en embuscade pendant que Largo prend la lumière. Assumant son rôle de chevalier blanc il va lui-même faire le ménage auprès des contremaîtres véreux au fin-fond de la jungle indonésienne avant de traumatiser son Conseil de direction par des initiatives osées, enclenchant une fois n’est pas coutume un vrai clash avec l’inénarrable Cochrane. L’ambiance aérospatialt et les meurtres bien cracra confirment le retour du Blockbuster cinoche au plus près de l’actualité des Elon Musk et autres empereurs du futur.

En retrouvant les fondamentaux (les assassins occultes, la menace de mort imminente sur laquelle s’ouvre l’album, les golden-boys fricotant avec le monde du crime et les faux-semblants,…) l’album retrouve son aspect de James Bond de l’économie pour notre plus grand plaisir. Porté par des planches plus lumineuses et précises que jamais (la technicité des décors et engins est sidérante de détails), cette Frontière de la nuit se dévore comme aux grande heures de Makiling et va rendre l’attente bien longue!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Tenebreuse #1

La BD!
BD de Hubert et Vincent Mallié
Dupuis (Air- Libre) (2021), 69p., 1/2 volumes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Dupuis pour leur confiance.

couv_431672

Autrefois fier chevalier, Arzhur n’est aujourd’hui plus qu’un mercenaire acceptant toute tache à même d’utiliser son talent martial. Accompagné de son écuyer il tombe un jour sur trois vieilles femmes qui lui offrent une quête à même de redorer son blason terni: libérer une princesse enfermée au Château noir et la rendre à son roi de père… 

Ténébreuse, tome 1 de Hubert et Vincent Mallié | Ju lit les motsC’est sur ce schéma de conte de fée archi-classique que s’ouvre cette nouvelle œuvre posthume de l’auteur de Peau d’Homme, des Ogres dieux ou du récent Joe la pirate. Et je dois dire que la linéarité de l’intrigue et l’absence relative de surprise une fois passée la rencontre entre le chevalier et la Ténébreuse laisse interrogatif, avec le même sentiment que sur la césure du récent Cauchemar d’Innsmouth qui laissait pour la seconde partie tout ce qui fait une bonne histoire: la rupture. Cette rupture apparaît donc logiquement en toute fin d’album sur un cliffhanger qui inscrit la création de Hubert dans la lignée de la série qui a véritablement révélé Mallié: le Grand Mort. Comme une variation fantasy du cauchemar initié par Loisel et Djian il y a quinze ans, tout l’intérêt de cette proposition vient de l’âme noire de la princesse, qui mets en porte-à-faux le preux chevalier quand à l’équilibre entre le bien et le mal. Qu’il s’agisse du roi ou de la marâtre, tous agissent fidèlement à leur archétype bien connu des contes de fée. Le décalage initié d’abord par les trois vieilles (servantes ou sorcières?) puis par Ia mère d’Islen permet de titiller le lecteur blasé et de semer le doute quand à ce qui est bon ou mauvais dans cette histoire. Si la relative passivité du chevalier est un peu dommage, en renforçant cette linéarité qui maintient un peu distants (le lecteur étant le miroir du héros), on n’en a pas moins envie de connaître le fin mot de cette histoire… classique. Tout à fait conscient du rôle majeur des méchants et de l’intérêt de cette dichotomie Ténébreuse : une sublime geste féministe d'Hubert et Mallié - Comixtripbien/mal dans une histoire, tout à fait spécialiste des torsions des contes et légendes comme l’a montré toute son œuvre, Hubert conserve ici ce que je lui reproche souvent, cet espèce de faux-rythme qui interdit tout épique, mais également ses qualités littéraires et ce décalage, ces anti-héros qui permettent de regarder autrement les schémas classiques.

Sur le plan graphique aucune surprise, Vincent Mallié est un magnifique dessinateur (et coloriste!!) qui nous fait parcourir villes et campagnes avec grand plaisir. Comme dit précédemment, on attend qu’il s’émancipe un jour de la lourde tutelle graphique de Régis Loisel, mais le plaisir qu’il a à dessiner et les quelques fulgurances dynamiques lorsque la noirceur s’exprime suffisent à faire de cet album un digne membre de la prestigieuse collection Air Libre. Souffrant principalement du fait de ne pas avoir été publiée en un unique volume (alors que les publications de cette collection proposent généralement d’assez copieux albums), cette histoire attendra donc sa conclusion pour pouvoir être évaluée dignement et se reposera, en attendant, sur la partition graphique tout à fait élégante.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Jeunesse·Nouveau !

Supergroom #2: La Guerre Olympique

Second tome de 82 pages de la série écrite par Fabien Vehlmann et dessinée par Yohann. Parution le 10/09/2021 aux éditions Dupuis, bien sûr.

Panthéon moderne

Après des débuts fracassants, Supergroom le justicier belge, s’est retiré momentanément du game super héroïque, pour plusieurs raisons. Premièrement, sa première aventure, initiée comme une farce, ou du moins une satire du monde moderne, a provoqué des émules involontaires qui ont coûté la vie à Lubna, une jeune idéaliste qui a vu dans le nouveau justicier. Ensuite, il se trouve que le masque du groom cache en réalité notre bon vieux Spirou, qui n’a tout de même pas que ça à faire.

Occupé qu’il est à réduire son empreinte écologique, Spirou sera bien malgré lui happé dans une nouvelle aventure, avec des enjeux toujours aussi élevés: la vie ou la mort !

Incarnant de nouveau Supergroom, Spirou sera catapulté en plein milieu d’une compétition opposant toutes sortes de super-héros, du plus déterminé au plus ubuesque, où tous les coups sont permis. Tout ça serait banal si Supergroom était un..vrai super-héros. Seulement, voilà, en dépit de toute sa bonne volonté, Spirou ne peut pas s’improviser justicier, et fera office, au mieux d’outsider ou de gentil faire-valoir, au pire, de chair à canon…

Alors que les épreuves s’enchaînent, Spirou doit lutter pour sa survie tout en cherchant à percer à jour les commanditaires de la Worldwide Olympic War pour le compte de la B.A.D.A.S.S.

Après un premier tome sympathique qui transposait l’iconographie superhéroïque sur notre bon vieux continent, le groom masqué reprend du service dans un second tome que, en toute franchise, nous n’attendions pas en cette rentrée chargée de parutions en tous genres.

Il faut bien avouer que la greffe a pris pour cette suite, résolument tournée vers le fun et l’action. L’auteur exploite encore davantage les thèmes comics, avec cette fois pléthore de justiciers costumés, dont la plupart tire ses pouvoirs de prouesses technologiques, afin de conserver un aspect vraisemblable, en tous cas au moins autant que le spirouverse classique.

Malgré tout ça, Spirou n’en oublie pas pour autant sa veine écologique, ce qui donne lieu à quelques commentaires bien sentis sur nos modes de vie consuméristes.

La thématique de la battle royale sur une île, quant à elle, fleure le déjà-vu, et le contenu des épreuves peut paraître répétitif dans sa forme, mais rappelle bien, par son nom (Olympic War) l’aspect mythologique des super-héros.

Malgré tout ça, voir Spirou ballotté comme un fétu de paille, regardé avec dédain par ses comparses justiciers, renforçant ainsi son syndrome de l’imposteur, ajoute une touche de dérision à l’ensemble et rend notre célèbre aventurier encore plus attachant.

Ce tome 2 poursuit l’aventure avec dynamisme et humour, deux prérequis pour une bonne série jeunesse.

*****·BD·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Le Dernier Atlas #3

La BD!

Dernier tome de 254 pages de la série écrite par Fabien Vehlmann, Gwen De Bonneval et dessinée/designée par Hervé Tanquerelle, Fred Blanchard, et Laurence Croix. Parution le 03/09/21 aux éditions Dupuis.

Le poids du monde sur les épaules

Coup de coeur! (1)
badge numerique

Ismaël Tayeb, truand nantais dont l’ingéniosité et le charisme lui avaient permis de grimper les échelons du banditisme, a eu une révélation lors d’une mission en apparence peu commune. Chargé par le dangereux Legoff de récupérer la pile nucléaire contenue dans la carcasse du Georges Sand, le dernier des robots Atlas aujourd’hui tombés en désuétude, il a entrevu une catastrophe à même d’entraîner la chute de l’Humanité.

Cette catastrophe prit la forme d’un être étrange et d’origine inconnue, ayant la faculté d’altérer son environnement , de causer des tremblements de terre, des ondes électromagnétiques ainsi que des retombées radioactives, sans parler des altérations génétiques chez des nouveau-nés.

Pour Ismaël, la vision qu’il a eue, alors qu’il se tenait au bord du gouffre qui vit émerger la créature, était on ne peut plus claire. Le destin du dernier Atlas n’était pas de satisfaire les lubies d’un baron du crime, mais de servir une dernière fois pour stopper cette menace, surnommée l’UMO. Tayeb s’est donc entouré d’une équipe, constituée d’anciens pilotes d’Atlas et d’ingénieures indiennes, afin de remettre le mécha sur pied pour la grande bataille, toujours surveillé par Legoff.

Pendant ce temps, Françoise Halfort, reporter d’investigations, assiste aux perturbations provoquées par l’UMO, et en fait même personnellement les frais. Malgré une ménopause intervenue des années auparavant, Françoise tombe enceinte, d’une enfant qui se révélera très particulière. Alors qu’elle fuit le gouvernement français qui souhaite mettre la main sur sa fille Françoise va croiser la route de David et Hamid, alliés d’Ismaël, qui cherchent à échapper à Legoff et à ses hommes.

Après moult péripéties, le Georges Sand et son équipage feront face à l’UMO en Algérie. La créature, profondément inhumaine et insondable, ne montrera pas de réel signe d’hostilité lors de cette première confrontation et finira même par disparaître assez rapidement, au grand désarroi de l’équipage, qui entre temps s’est déchiré, littéralement, sur la meilleure stratégie à adopter.

Heal the world

Alors que le monde sombre peu à peu dans le chaos, l’UMO surprend tout le monde en réapparaissant, en France cette fois. Mue par une force invisible, la créature/structure mobile se déplace, attirée semble-t-il par la fille de Françoise Halfort, laissant dans son sillage radiations et perturbation telluriques en tous genres. Le dernier Atlas doit donc se préparer pour un second round. Mais Tayeb, lui, doit manœuvrer pour se soustraire au courroux de Legoff, qui n’en a pas fini avec celui qu’il considérait déjà comme son protégé, sinon son successeur.

En effet, vexé d’avoir été doublé par Tayeb, Legoff retient en otage son père ainsi que son épouse, contraignant le gangster algéro-nantais à jouer à un jeu de dupes.

Après quinze longs mois d’attente, voici la conclusion du récit-fleuve mêlant habilement polar, SF et intrigues politiques. Sur fond d’uchronie, les auteurs nous plongent dans un récit haletant et addictif, dont les enjeux augmentent progressivement au fil des chapitres qui le ponctuent. Cet aspect feuilletonesque permet un développement sans faute des nombreux personnages, dont les destins se croisent de sorte à former une toile cohérente et dense.

La conclusion du récit, vient apporter des éléments de réponse obtenus assez logiquement dans sa diégèse sans alourdir le propos. On regrette simplement que Tayeb, désigné assez naturellement comme le protagoniste, ne soit toutefois pas celui qui mette un terme au règne de Legoff. La dernière séquence, cependant, rattrape cette impression en nous offrant un final digne du Parrain, rien que ça.

Ce dernier volume reste donc dans la lignée des deux précédents, et son contenu a de quoi le faire entrer dans le panthéon de la franco-belge de ces dernières années.

****·BD·Jeunesse·Nouveau !

Perdus dans le futur #1: La Tempête

Premier tome d’une série en 4 parties, écrit par Damian et dessiné par Alex Fuentes. Parution le 04/06/2021 aux éditions Dupuis.

Le Breakfast Club voyage dans le temps

Pour Sara, Mei, Driss et Arnold, ce qui devait être une sortie de classe tranquille se transforme bien vite en aventure cauchemardesque, à cause de l’intervention de Piero, la terreur de la classe dont le passe-temps principal consiste à rendre la vie impossible à nos quatre amis.

Il faut bien l’avouer, ces pas-si-joyeux drilles ont tout de cibles faciles si l’on se fie aux critères du Harcèlement scolaire pour les nuls: Sara est victime d’un handicap qui l’oblige à se déplacer en béquilles, Arnold est en surpoids, Mei est une HPI affublée de doubles-foyers et Driss, un peu trop basané au goût de certains. Ils sont donc malheureusement des cibles toutes indiquées pour l’aimable Piero.

En voulant leur faire peur une nouvelle fois, la brute provoque une chute qui les entraine tous les cinq au fonds d’un puits, qui se remplit dangereusement durant la tempête qui frappe les ruines du château que la classe visite. En ressortant, les miraculés s’aperçoivent à leur grand désarroi qu’ils ne sont plus chez eux. Toujours sur Terre, semble-t-il, mais dans un futur hostile où rôdent de dangereuses bêtes ! Nos quatre victimes et leur bourreau sauront-ils mettre leurs différends de côté pour sortir de ce mauvais pas ?

Péril jeune face à vieux templiers

En explorant plus avant ce nouveau territoire, nos naufragés du temps vont s’apercevoir que des humains parviennent contre toute attente à subsister dans cet environnement hostile. En effet, le château était autrefois le dernier bastion des Templiers, qui, traqués et persécutés, ont choisi d’utiliser leurs savoirs pour ouvrir un tunnel temporel qui les emmènerait loin de leurs bourreaux. Le problème, c’est que le tunnel est une voie à sens unique, et que les habitants du village de Templiers ne voient pas leur arrivée d’un très bon œil.

En effet, les conditions de vie difficiles ont contraint les templiers à adopter une philosophie malthusienne, voulant que chaque arrivée dans la communauté soit synonyme d’un départ.

Ce premier tome de Perdus dans le Futur nous plonge prestement dans l’action sans ménagement, pour nous faire ensuite découvrir son groupe de personnages attachants. Bien évidemment, les aventures temporelles rocambolesques ne sont finalement que l’écrin dans lequel ces protagonistes vont pouvoir se développer et renforcer leur liens, et l’on assiste au fil de l’album à la rédemption d’une brute antipathique, laissant entrevoir de belles évolutions sur le reste de la série. On apprécie également les thématiques écologiques en sous-texte, bienvenues dans le cadre d’un récit jeunesse.

Le graphisme est lui aussi résolument orienté jeunesse, et fait des étincelles, notamment grâce aux couleurs. En bref, ce premier tome a pour lui une narration fluide et des graphismes agréables, sous tendues par un réseau de personnages attachants et dotés d’une certaine profondeur. A lire !