****·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Rorschach

Histoire complète en 320 pages, écrite par Tom King et dessinée par Jorge Fornès. Parution en France chez Urban Comics, collection DC Black Label, le 03/06/22.

bsic journalism

Merci aux éditions Urban pour leur fidélité.

Armageddon et compromis

Trente-cinq ans après la conclusion de la saga Watchmen, qui voyait le plan minutieux d’Ozymandias se réaliser, le monde a poursuivi sa route, évitant, de peu, l’apocalypse nucléaire que promettaient les projections les plus pessimistes de la Guerre Froide.

Pour cela, Ozymandias, l’homme le plus intelligent du monde, avait du commettre un acte ignoble, à savoir lâcher secrètement une créature artificielle sur la ville de New York, qui tua des millions d’américains. Face à cette tragédie causée par un ennemi commun, supposément extraterrestre, les nations les plus puissantes du monde, qui jusque-là étaient prêtes à s’envoyer des pluies d’ogives nucléaires sur le coin de la tête, ont mis de côté leurs différends pour créer enfin un monde meilleur, comme le prévoyait Ozymandias. Et trente-cinq ans après ce compromis, que reste-t-il de ces velléités utopistes ? Pas grand-chose, c’est ce que nous allons voir.

En 2020, le monde n’a certes pas été englouti dans les cendres d’une guerre nucléaire, mais l’ambiance et les esprits sont plus désespérés que jamais. Depuis seize ans maintenant, le président Redford mène le pays dans une certaine hégémonie, soutenu par le 51e état qu’est devenu le Vietnam, après la victoire obtenue grâce aux pouvoirs du Dr Manhattan. En cette période d’élection, les regards se tournent vers l’adversaire le plus sérieux de Redford, le Gouverneur Gavin Turley, qui mène une campagne au vitriol contre le Président Redford.

Lors d’un meeting de campagne, l’impensable survient. Deux individus sont abattus, alors qu’ils s’apprêtaient à assassiner le gouverneur Turley. Compte tenu des profils atypiques des deux terroristes, à savoir un vieux dessinateur de 80 ans déguisé en Rorschach et une jeune cowgirl de 20 ans, un détective, dont nous n’apprendrons jamais le nom, est dépêché pour mener une enquête parallèle à celle du FBI.

Qui étaient Wil Myerson et Laura Cummings, et qu’est-ce qui a pu les pousser à planifier ce crime ? Cette question lancinante va mener le détective au cœur d’une enquête troublante où les lignes qui séparent le bien et le mal vont se brouiller irrémédiablement.

Une enquête qui tache(s)

On ne présente plus le chef d’œuvre d’Alan Moore qu’est Watchmen, le roman graphique qui a révolutionné le genre en cassant les codes super-héroïques. Doté de plusieurs niveaux de lecture, Watchmen offrait alors au public de multiples interrogations politiques et philosophiques, sur le mythe du surhomme et sur ce qu’impliquerait leur présence dans un monde traité de façon réaliste.

L’un des personnages emblématiques de Watchmen est bien évidemment Rorschach, le justicier au masque taché rappelant le fameux test du même nom. Ce personnage ambigu, violent et psychotique, est inspiré à la fois de Mr A et de Question deux créations de Steve Ditko, génie des comics plus connu pour avoir cocrée Spider-Man et Doctor Strange.

Au moment de la création de Mr A et Question, Steve Ditko était un partisan de la doctrine objectiviste, un mouvement de pensée philosophique qu’Alan Moore avait en horreur. L’auteur anglais a donc amalgamé ces personnages qu’il abhorrait pour en faire Rorschach, un fanatique violent dont la philosophie est une version caricaturale de l’objectivisme.

A son tour, Tom King s’empare du mythe Rorschach pour dresser un portrait de son époque, et traite le personnage davantage comme un concept qu’un être pensant. Dans le scénario, le Rorschach original est mort depuis longtemps, mais son héritage demeure, un héritage sanglant qui réfute toujours toute compromission. King nous plonge, au cours des 300 pages qui composent son enquête, dans la psyché torturée de personnages désespérés, qui n’ont rien à perdre. La folie qui grignote les fondations du monde de Watchmen semble tout droit sortie de notre monde à nous, où la vérité à perdu son V majuscule pour se subdiviser en considérations, en opinions travesties en faits (soit tout le contraire de l’objectivisme).

Il est plaisant également de constater que l’auteur a su conserver la veine uchronique, en extrapolant les éléments qui découlaient de la première mouture. Ici, la victoire au Vietnam permise par l’intervention du Dr Manhattan a engendré la création d’un 51e état, sur lequel s’appuie le Président Redford pour ses multiples réélections. Nous avons aussi quelques pivots majeurs de l’Histoire contemporaine, tel que le 11 septembre, qui sont affectés par cette version alternative. L’auteur nous permet aussi de constater la vacuité relative du sacrifice consenti par les héros, notamment Ozymandias, Manhattan et Rorschach, en faveur de la paix.

En effet, le mensonge originel, concocté par Ozymandias, soutenu par Manhattan mais conspué par Rorschach, qui consistait à simuler une attaque extraterrestre dans les plus grandes villes du monde afin d’unifier les nations qui s’apprêtaient à se faire la guerre, n’aura eu qu’un succès relatif, puisqu’il aura engendré paranoïa et désespoir, au point que des décennies plus tard, les citoyens les plus radicaux croient encore qu’une attaque est imminente et que les « calmars » continuent de s’insinuer dans les cerveaux humains.

Gageons que « l’homme le plus intelligent du monde » n’avait pas anticipé cette issue, ni les complications qu’elle engendrerait. Pourtant, Ozymandias n’était pas ce que l’on pourrait qualifier de naïf, bien au contraire, mais sa foi en l’Humanité était sans doute déjà trop grande, ou ses standards trop élevés pour le commun des mortels, tandis que des personnages comme le Comédien ou Rorschach avait percé le voile de la prétendue civilisation pour scruter la véritable nature humaine, celle que l’on tente vainement de dissimuler derrière un vernis normatif.

Pour en revenir au sujet, King écrit une enquête au long cours qui détonne par rapport à ses travaux habituels. On n’y retrouve ni ses formats de planche favoris, ni le style particulier de ses dialogues. Le protagoniste en lui-même est un canevas vierge, comme si, à la façon de Rorschach dont le masque change constamment, c’était au lecteur d’y projeter sa conscience et ses a priori politiques et philosophiques.

Graphiquement, le style de Fornès est tout à fait en phase avec le ton de l’œuvre, et rappelle le travail de Michael Lark sur Gotham Central.

RORSCHACH est donc, vous l’aurez compris, une œuvre pertinente écrite par un auteur concerné, à lire absolument si vous vous êtes intéressé à Watchmen.

****·BD·Nouveau !·Service Presse

Rage #1: le rideau de Titane

La BD!
couv_396280
BD de Tome et Dan
Kennes (2020), 78p., série en cours.

Le Rideau de Titane est une barrière infranchissable qui sépare les terres désolées de la mythique An-Ahm. Dans ce monde mort les réfugiés tentent le tout pour le tout dans le but de reprendre une vie meilleure dans la cité que l’on dit paradisiaque. Mais avant cela il y a le Mur. Les laser. Les drones. La mort. Jin crains la mort, comme tout le monde. Mais il n’a plus le choix car son aimée Saakhi est passée de l’autre côté. Il doit braver le danger et tenter le tout pour le tout…

Rages - BD, informations, cotesLe monde de l’édition est rempli de petites maisons qui tentent de trouver la perle rare qui comme Lanfeust en son temps lui permettra de trouver une place sur les présentoirs de des librairies. Assez mineures en BD puisque hormis les deux succès critiques Putain de chat et Ninn peu de leurs séries sont connues, les éditions belges Kennes ont réussi à attirer un vétéran, le mythique Tome, scénariste de Soda et surtout de la meilleure période de Spirou avec son compère Janry avant de lancer Ralph Meyer (actuel cador du dessin sur Undertaker) sur l’excellent polar Berceuse assassine. Pour rester en famille, le dessinateur de ce Rages n’est autre que l’assistant de Janry sur les petit Spirou. Tout ça pour dire que vous trouverez dans cette ouverture d’une série conçue sur plusieurs volumes énormément de l’esprit des Spirou version Tome&Janry dans son aspect le plus sombre et adulte. Cela avant la disparition soudaine du scénariste à soixante-deux ans seulement en 2019…

Dans cette introduction à un monde post-apo animalier dépressif les planches claquent au visage avec la fraîcheur des premiers albums. Un souvenir du Block 109 de Toulhoat ou du Brane zéro de Mathieu Thonon où malgré quelques lacunes techniques on sentait une passion pour la mise en scène et une entièreté créative qui ne calcule pas. L’alchimie de cet album repose ainsi sur la science du découpage hautement cinématographique Rages - BD, avis, informations, images, albums - BDTheque.comde Tome et sur la passion de Dan qui propose une étonnante variation de techniques dans ce survival. Car si le début nous narre une expédition pour franchir le mur infranchissable on arrive très rapidement dans le cœur de cet album plus d’ambiance qu’explicatif: l’arène des gladiateurs. On retrouve ainsi le désespoir et la rage d’une autre série dépressive: Solo. On connaît les ressorts: une aimée perdue, un eldorado qui n’est qu’un mirage, une dictature qui s’appuie sur des jeux du cirque pour apaiser sa population, un héro qui sait montrer la vertu de la collaboration dans un monde d’égoïsme et de violence.

Proposant quelques superbes visions dystopiques, Rages est une enthousiasmante entrée en matière qui propose ce qu’on aime dans la BD SF: des références en veux-tu en voilà au cinoche des années quatre-vingt, de la radicalité dépressive, des combats d’arène rageurs, violents, désespérés. La conclusion aussi logique qu’engageante pour la suite nous laisse dans l’attente d’un développement de l’univers vers ce qu’on imagine comme une révolte populaire à l’issue des exploits de notre panda-guerrier. Toutes les bases sont posées, teasées, pour une grande série post-apo. Pour peu que la disparition du scénariste et les ventes incitent l’éditeur à poursuivre l’aventure.Certaines séries ont particulièrement besoin des lecteurs pour se poursuivre. Rages en fait partie et je vous invite vivement à tenter le combat.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

BD·Nouveau !·***

Les chroniques d’Atlantide #1: Eoden, le guerrier

Premier tome de la série écrite et dessinée par Stefano Martino. Parution chez Glénat le 30/03/22.

Si l’Atlantide m’était contée

L’Atlantide est un royaume prospère, ce qui ne signifie pas nécessairement qu’il est tranquille. En effet, comme toute civilisation qui l’aura suivie au fil des siècles, elle ne peut avoir bâtie son opulence et sa magnificence que sur les cendres de la guerre, notamment celle qui a couté son bras à Eoden.

Le guerrier mutilé, dont le corps sculpté sur les champs de bataille et encore aussi robuste que son esprit, s’est exilé sur une île lointaine au Sud, pour échapper au tumulte des cités et gérer son traumatisme. Eoden a laissé derrière lui la gloire des combats mais aussi son frère Leoden, qui fut couronné roi, aux côtés de Leyon, la femme dont Eoden est amoureux depuis toujours.

Alors qu’il profite de sa retraite, Eoden voit un jour débarquer un ancien compagnon d’armes, qui lui révèle de que Leoden est depuis longtemps sous la coupe de Hak-Na, un sorcier fourbe qui prêche une obscure religion, et dont les manigances, saupoudrées d’épices psychoactives, embrument l’esprit du jeune roi et menacent l’intégrité de l’Atlantide.

Toutefois, rien n’a moins d’intérêt aux yeux d’Eoden que le sort de l’Atlantide. En effet, lui qui a tout donné pour sa patrie n’a aujourd’hui pour elle qu’un regard amer, mais lorsque son ami mentionne le nom de Leyon, et le danger qui la guette aux mains de Hak-Na, le sang du guerrier ne fait qu’un tour. Il décide alors de se mettre en selle pour parler à son frère et tenter de le ramener à la raison. Les obstacles seront nombreux, à commencer par les hommes d’Hak-Na qui sont partout, prêts à se débarrasser de tout ce qui gênerait leur maître. Sans oublier Leoden, qui, poussé au bord de la folie par le vil prêtre, voit des ennemis partout et pourrait bien se retourner contre son frère.

Conan l’amoureux

Déjà connu pour des séries telles que La Geste des Chevaliers Dragons, Les Forêts d’Opale, ou encore Ghost War, Stefano Martino prend pour la première fois les rênes intégrale d’un projet, en tant que scénariste et dessinateur.

A première vue, l’auteur s’appuie, pour son premier galop d’essai, sur des références solides qu’il manie avec une certaine habileté. Nous avons un univers anachronique basé sur différents mythes, notamment celui de l’Atlantide, ce qui engendre un cadre fantasy mâtiné de péplum.

Eoden, le protagoniste de ce tome, est un personnage qui évite l’écueil de l’unidimensionnalité. Blessé physiquement, il porte aussi des stigmates psychologiques qui en font un personnage attachant, assez loin des stéréotypes invinciblement badass que le genre a pu produire. Son retour après des années d’exil permet au lecteur d’adopter son point de vue avec facilité, et rend l’exposition plus fluide, car nous découvrons en même temps que lui les changements qui se sont produits durant son absence.

L’immersion dans ce premier tome est donc très effective, de même que la dynamique entre les différents personnages. Le triangle amoureux, bien qu’encore balbutiant, est écrit avec tact et ajoute un souffle romantique à l’ensemble. Pour le reste de l’intrigue, on n’évite pas un certain classicisme, avec présentation du méchant sorcier et de la galerie d’antagonistes, mais l’ensemble est suffisamment bien orchestré pour conserver son intérêt.

Comics·Nouveau !·East & West·**

3Keys #1

Premier tome de 144 pages, écrit et dessiné par David Messina. Parution en France aux éditions Shockdom le 14/01/2022.

Les Grands Anciens, c’est plus ce que c’était

Randolph Carter, le voyageur du Multivers, est parvenu, au cours de ses aventures, à entrer en possession des trois Clés d’Argent, trois armes capables de vaincre les Grands Anciens et leurs innommables rejetons. Après s’être volatilisé, ces armes semblaient perdues, mais elles ont été retrouvées par les trois derniers guerriers d’Ulthar. Ces armes ne pouvant être utilisées que par la lignée des Carter, les trois guerriers se sont séparés, pour retrouver les trois dernières descendantes de Randolph, et ainsi les seconder dans la tâche ardue qu’est la défense du Multivers.

Sacrés arguments de vente

En effet, les Grands Anciens sont de retour, et la Contrée du Rêve, dont sont issus les trois guerriers, a été ravagée. Peu à peu, les monstres s’insinuent dans notre réalité, en passant pas les rêves et les cauchemars des humains, qui sombrent peu à peu dans la folie. Il est donc urgent pour les cousines Carter d’intervenir ! Mais Noah, accompagnée de son mentor Theon, n’a pas toujours la tête à combattre des monstres…

Le dessinateur italien David Messina s’est fait connaître dans l’industrie du comics, chez Marvel, DC, IDW Publishing, avant de se lancer en tant qu’auteur complet avec 3Keys. En guise de worldbuilding, il reprend le mythe de Cthullu, en y ajoutant des guerrières sexy et des hommes-tigres, pour créer un univers décalé.

Néanmoins, si l’aspect graphique est indéniablement sublime, avec une maitrise évidente du trait et des postures, des créatures bien travaillées et des scènes d’action, il paraît clair que l’écriture ne suit pas. La mise en scène, passable par moments, ne sert en rien l’intrigue ni l’évolution des personnages, qui est ici quasi inexistante. Ce point ne serait pourtant pas rédhibitoire si le second degré et l’aspect cartoon étaient plus assumés, voire outranciers. Ici, on se retrouve avec un duo certes improbable, mais dont la dynamique tombe un peu à plat. L’héroïne badass et (trop) sûre d’elle peut être un atout, voire une base solide pour un arc narratif intéressant, mais ici, l’auteur ne semble pas saisir la pleine mesure des enjeux de son récit et passe vite d’une scène à l’autre, éparpillant d’autant plus l’intérêt du lecteur.

Cela donne donc des scènes d’action parfois brouillon, quelques tentatives d’humour qui ne font pas toujours mouche, et bien entendu, des retournements de situation pour lesquels on peine à trouver du sens.

Il n’y a pas grand chose d’autre à dire sur ce 3Keys, si ce n’est qu’il contenait tous les éléments d’une recette efficace, mais que l’auteur n’a pas eu les moyens entiers de sa politique. On peut donc proposer l’octroi de deux Calvin, éventuellement un troisième pour les fans de Lovecraft et pour la qualité des dessins.

****·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Crossover #1: Kids love chains

Premier tome de 184 pages comprenant les six premiers chapitres de la série écrite par Donny Cates et dessinée par Geoff Shaw. Parution le 15/04/22 chez Urban Comics.

Une lecture qui pique les yeux.
bsic journalism

Merci aux éditions Urban pour leur confiance!

La réalité écrase la fiction

Vous ne le savez surement pas, mais l’univers coloré et spectaculaire des comic books a fait irruption chez nous, dans ce bon vieux monde réel que nous autres lecteurs cherchons justement à fuir lorsque nous ouvrons un album. Cette anomalie s’est produite à Denver, Colorado, et a provoqué rien de moins que la destruction de la ville, ainsi qu’un nombre incalculable de morts.

Aujourd’hui, tous ces personnages fictifs qui ont pris vie sont circonscrits derrière un dôme d’énergie, épargnant au reste du monde leurs incessants et destructeurs combats. Mais la vie quotidienne n’a pas repris son cours pour autant. Ce cataclysme, connu sous le nom de Crossover, a marqué les esprits et jeté l’opprobre sur les comics et leurs aficionados. Des mouvements réactionnaires ont gagné en popularité, et le gouvernement s’est mis à étudier le phénomène dans l’espoir d’éviter un nouveau crossover.

Ellie, de son vrai nom Ellipse, est une jeune cosplayeuse qui travaille en périphérie du dôme, dans la boutique de bandes dessinées d’Otto. Assumant son statut de paria, elle est néanmoins incapable de faire le deuil de ses parents, dont elle a été séparée lors des évènements de Denver. Un jour, alors que des fanatiques attaquent la boutique pour y mettre le feu, Ellie rencontre Ava, une jeune fille issue du crossover, séparée comme elle de ses parents fictionnels. La jeune femme va donc s’embarquer dans une quête effrénée pour ramener Ava chez ses parents, mais il faudra pour cela traverser le dôme réputé impénétrable…

Après nous avoir quelque peu désarçonnés il y a peu avec King In Black, l’auteur prolifique Donny Cates nous avait redonné le sourire avec The Paybacks, sa série indé parue chez Urban Comics an même temps que ce Crossover.

Si Paybacks était déjà déjanté, on peut dire que Crossover est un projet pharaoniquement méta ! Imaginez un peu, tous les personnages de fiction que l’on adore, faisant irruption dans notre monde, sans les barrières éditoriales qui les empêchent généralement de se rencontrer. Cette prémisse est quasiment identique à celle de la mini-série 1985, écrite par Mark Millar, mais Cates n’est ici aucunement limité au marvelverse, puisque c’est avec des personnages de tous les horizons éditoriaux (Image, Dark Horse, IDW, etc) que l’auteur a le droit de jouer. L’intrigue en soi reste plutôt simple dans ce premier tome, et permet de poser les bases délirantes pour une suite que l’on espère encore plus barrée et spectaculaire.

Le ton demeure malgré tout grave, ou en tous cas moins léger que sur The Paybacks, dont les héros font d’ailleurs une apparition remarquée. L’auteur sait poser ses enjeux rapidement et développer ses personnages, ce qui permet une immersion rapide dans le récit et un gain de temps pour sa dynamique.

Avec cette nomenclature méta, Donny Cates saisit l’occasion de traiter de la place des comics dans la culture populaire américaine, que ce soit l’opprobre et la censure qu’ils ont subis à leur hégémonie actuelle, ainsi que la façon dont la société absorbe et digère ses traumas les plus meurtriers. Ainsi, il ne se prive pas d’évoquer les dérives extrémistes, voire sectaires, vers lesquelles le collectif blessé se tourne en guise de refuge, à défaut de résilience. On peut même deviner, dans le ressort narratif du passeur qui aide des personnes dans le besoin à passer des « frontières », que le scénariste en a profité pour filer sa métaphore sur la politique américaine.

S’agissant de la mise en scène, les lecteurs assidus de comics retrouveront de sacrées doses d’easter eggs et autres références plus ou moins cachées, mais il faut savoir que les caméos en bonne et due forme sont issus pour l’essentiel des catalogues Image Comics et Dark Horse. Les personnages des grandes écuries sont quant à eux simplement évoqués ou pastichés.

Ce premier tome de Crossover est donc un démarrage réussi, ambitieux dans sa forme autant que dans ses thématiques.

****·BD·Nouveau !·Service Presse

Bagnard de guerre

Second volume de la série écrite par Philippe Pelaez et dessinée par Francis Porcel. Parution chez Grand Angle le 30/03/2022.

Merci aux éditions Grand Angle pour leur confiance.

Des tranchées au coupe-gorge

Ce début d’année marque le passage en force de Philippe Pelaez, car après Pinard de guerre et plus récemment Le Bossu de Montfaucon, nous le retrouvons aux commandes de Bagnard de guerre, où il préside à la destinée de Ferdinand Tirancourt, le protagoniste de Pinard.

Après avoir fait profit en temps de guerre en vendant du vin au poilus prisonniers des tranchées, Ferdinand finit par payer son arrogance et se retrouve, par une série de péripéties, obligé de subir lui aussi le feu allemand, les pieds embourbés dans la gadoue. C’est pourtant un acte altruiste qui le conduit à être exilé au bagne en Guyane, un enfer tropical dont peu reviennent. Encerclé par des bagnards que la rudesse des conditions de vie aura transformés en tueurs, Ferdinand devra également frayer avec les surveillants, dont certains rêvent déjà de le suriner…

Le scénariste renoue avec la veine historique qui faisait l’intérêt du premier volume, en explorant cette fois l’enfer du bagne guyanais, selon les codes du récit d’évasion. On pense d’emblée au film Papillon, inspiré du célèbre prisonnier (ou son remake de 2018), ou encore à l’Évadé d’Alcatraz, ou la Grande Évasion, qui contiennent eux aussi leur lot de tortionnaires et de prisonniers que le désespoir rend violents.

Cette échappée exotique donne un nouveau souffle à la série et évite les redites, puisque le champ des possibles s’ouvre à nouveau et permet de poursuivre l’arc narratif de rédemption de Ferdinand Tirancourt. En effet, on tient là un véritable anti-héros, que l’on adore détester dès les premières pages de Pinard, et que l’on se surprend à soutenir à la fin de l’album. Ce passage-là ne fait pas exception, sans pour autant que le protagoniste soit devenu un ange entre-temps.

D’ailleurs, il est aisé de tracer un parallèle entre les soldats du front que côtoyait le héros, et les bagnards: les deux sont des participants involontaires, envoyés contre leur gré dans un environnement hostile par une administration indifférente, voire nocive. Il y a même une sorte de continuité entre les deux volumes, au travers des personnages de Sacha (Pinard) et de David (Bagnard), qui sont deux éléments incongrus qui n’ont rien à faire sur le front ou au bagne et qui y auront pourtant une influence positive sur le héros, constituant ainsi pour lui une sorte de boussole morale.

Comme vous le voyez, l’écriture de Philippe Pelaez conserve sa grande qualité, et Francis Porcel ne démérite pas sur le plan graphique, grâce à des décors immersifs et des personnages charismatiques.

***·BD·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

The Paybacks

Histoire complète en 216 pages, écrite par Donny Cates et dessinée par Geoff Shaw. Parution le 15 avril aux éditions Urban Comics.

Merci aux éditions Urban pour leur confiance.

Les bons comptes font les bons zarbis

Comme bon nombre de lecteurs l’a découvert en dévorant des pages de comics, les super-héros, sous leurs airs graves et leurs statures de parangons de vertu, portent tous un message, caché plus ou moins subtilement entre les cases. Et pour une partie d’entre eux, ce message va en faveur d’une société libérale, libre de toute contrainte si ce n’est un sens aigu de la justice et de la morale, versions américaines bien entendu, et donc, d’une société capitaliste.

Batman, par exemple, nous montre bien que pour combattre le crime efficacement, il ne faut pas simplement un lourd passé traumatique, il faut beaucoup de détermination, et aussi, et surtout, une fortune colossale, ayant vocation à acheter tous les biens matériels et les compétences utiles au justicier. Imaginez un monde rempli de batmen en puissance, tous désireux de brandir le poing incorruptible de la justice dans les rues malfamées d’une mégapole occidentale anonyme. Tout le monde n’étant pas Bruce Wayne ni Tony Stark, comment feraient ces âmes volontaires pour se lancer dans une carrière de justicier ? Ils se tourneraient sans conteste vers le système bancaire, afin de faire financer leur matériel ou autre amélioration génétique.

S’il y a bien une chose à retenir au cœur du système capitaliste, c’est que l’argent n’est rien d’autre que le mètre-étalon de la valeur travail. Si quelqu’un parvient à obtenir de l’argent sans travail, c’est que quelque part à l’autre bout de la chaine économique, il y a eu du travail sans argent. C’est ainsi que la finance prospère et que les usuriers s’engraissent toujours plus.

Pour nos pauvres super-héros endettés, il est donc difficile de joindre les deux bouts, puisqu’ils empruntent des sommes pharaoniques pour financer des activités qui par définition ne leur rapportent pas d’argent, tandis que les intérêts s’accumulent. Argent sans travail, travail sans argent. CQFD.

Parmi tous les usuriers, le pire est sans doute Pierce, un mystérieux mécène pour super-héros dont la générosité n’a d’égale que la perfidie. A sa botte, une équipe surnommé les Impayés, constituée d’anciens s

uper-héros en banqueroute, qui tentent vainement de rembourser leurs dettes à Pierce en capturant pour lui d’autres super-héros débiteurs. Une fois leur cible désignée, les Impayés surgissent et saisissent tous les biens du héros appauvri, et l’intègrent manu militari à leurs rangs, avec une bombe au poignet façon Suicide Squad.

Ainsi, on fait la connaissance d’Emory Rains, Bloodpouch, le Nunchuck Russe, Skisquatch, Le Chauffeur, Miss Aventure et Doctor Blaqk dans leur routine d’agents de recouvrement à la fois blasés et impitoyables. Leur quotidien sera bouleversé lorsque leurs cibles seront systématiquement éliminées avant même de pouvoir procéder à la saisie, ce qui est en mesure de déstabiliser Pierce et le pousser dans ses retranchements.

Argent, trop cher

Nous avions croisé Donny Cates en début d’année à l’occasion de King In Black, qui était une franche déception. Pourtant, avant ce petit crash éditorial, l’auteur s’était fait un nom hors des comics mainstream, avec de très bonnes séries comme Buzzkill (publié en France chez Delcourt) ou God Country (publié chez Urban), qui montraient un réel talent du scénariste à amplifier les émotions grâce à des personnages complexes et attachants ou encore sur l’étonnant Silver surfer black.

Donny Cates revient à ce qu’il sait faire avec The Paybacks, mais délaisse le ton grave de God Country pour plonger dans un humour grinçant qui n’oublie pas une violence débridée. La critique du capitalisme est ici évidente, comme dans Space Bastards, mais le ton est moins irrévérencieux (et moins gaulois) et plus axé autour de l’amour des comics de Cates et Shaw. En effet, l’ensemble du récit est hyper référencé, que ce soit dans les dialogues, l’apparence des personnages ou des caméos inattendus. D’ailleurs, le fait le plus notable est que The Paybacks se déroule dans le même univers que Buzzkill, ce qui promet de nouvelles aventures potentielles.

Un récit d’action satyrique comme on les aime !

*****·BD

Gung Ho #5: Mort Blanche

BD de Benjamin Von Eckartsberg et Thomas Von Kummant. Ce tome 5 comporte 100 pages, parution chez Paquet le 09/06/2021.

Péril jeune

Dans les précédents tomes de la série, on découvrait un monde ravagé par les hordes inextinguibles de rippers, des créatures mi-simiesques, mi-plantigrades qui traquent le peu de survivants qui arpentent encore la Terre.

Pour se protéger, des colonies ont été fondées, afin de regrouper les vivres et les survivants derrière des fortifications à même de repousser les créatures. Dès leur plus jeune âge, les habitants des colonies sont formés au maniement des armes et à la chasse, afin de perpétuer la communauté et augmenter ses chances de survie.

Zack et Archer sont deux orphelins que l’on transfère à Fort Apache, une colonie reculée mais encore préservée, qui n’est pas forcément prête à accueillir les deux rebelles. En effet, si Zack est plus prompt à faire des concessions pour s’intégrer, Archer est une forte tête allergique à toute forme d’autorité, ce qui lui vaut bien vite l’inimitié de Bagster, l’un des gérants de Fort Apache.

Bagster est un homme vil, qui profite de son statut, qui lui octroie la mainmise sur les denrées, pour extorquer des faveurs sexuelles à des jeunes femmes en détresse. Parmi ses victimes, Pauline, toxicomane, qu’il malmène comme bon lui semble dans la plus totale impunité. Pauline se lie d’amitié avec Archer, qui constate bien vite la perfidie de Bagster. Pour se débarrasser de lui, le vieux pervers s’arrange pour faire accuser Archer, ce qui conduit à son bannissement de la colonie. Zack, livré à lui-même, ne croit pas une seconde à la culpabilité de son frère, mais n’ayant pas d’autre choix, il reste à Fort Apache et se lie d’amitié avec d’autres adolescents de la colonie. Pendant ce temps, les hordes de rippers rôdent toujours à la recherche de chair fraîche, et les bannis des différentes colonies préparent un assaut de grande ampleur.

Sa majesté des louches

Si la série Gung Ho s’est démarquée, ce n’est pas par sa prémisse, ni par sa thématique accrocheuse. En effet, vous ne devez pas ignorer la pléthore d’histoires prenant place dans un monde post-apocalyptique, qui sont si nombreuses qu’elles ont fini par former un genre en soi. Certaines, comme The Walking Dead, ont eu un succès tel qu’elles ont laissé une empreinte durable sur le genre. L’aspect feuilletonnant, les dynamiques interpersonnelles et la grande morale voulant que l’Homme sera toujours ce qu’il y a de plus dangereux pour l’Homme, sont donc autant d’ingrédients incontournables que l’on retrouve encore aujourd’hui dans toutes les tentatives qui ont succédé.

Gung Ho peut également subir la comparaison avec d’autres œuvres centrées autour de jeunes personnages dans un cadre apocalyptique: Green Class, Seuls, Créatures, Kidz, les Sauroctones… les exemples ne manquent pas, et pourtant, on ne peut pas nier que Gung Ho sort du lot. Série débutée en 2013 avec un album tous les deux ans depuis, elle a su mettre en scène des personnages attachants et très identifiables, dotés de psychologies complexes toutes en nuances de gris.

Les auteurs, en évitant le manichéisme (sauf peut-être Bagster, qui ne possède bien évidemment aucune qualité rédemptrice. Vous noterez en aparté, chers lecteurs, qu’en fiction, le viol est toujours considéré comme un crime impardonnable et particulièrement monstrueux, les personnages qui s’y adonnent sont par conséquent toujours dépeints comme tels et sans arc narratif de rédemption), rendent leur univers tridimensionnel et donc plus palpable. Certains reprocheront sans doute l’aspect teen drama parfois outrancier, mais il participe selon moi à la thématique principale de l’œuvre, à savoir l’affranchissement de l’autorité par des jeunes en décalage avec leurs aînés.

Ce tome final conserve un plus-value émotionnelle tout en dégageant suffisamment d’espace pour l’action, trouvant ainsi un équilibre qui manque parfois à d’autres séries. Pour poursuivre sur cette fin de série, j’entends assez souvent les lecteurs reprocher l’absence d’explication quant aux causes de l’apocalypse dans ces séries (Walking Dead, Y The Last Man, etc). Si je partage en partie cette frustration, je dois dire qu’elle ne gâche pas nécessairement la cohérence de la série, elle peut même être considérée comme superflue dans certains cas. En effet, tout ce que l’on a besoin de savoir, c’est que le monde est parti en vrille, savoir pourquoi n’arrangera pas le calvaire des protagonistes.

Concernant la partie graphique, le père Blondin vous en a déjà vanté les mérites lorsqu’il a chroniqué les trois premiers albums. Rien de changé par rapport aux précédents albums, la patte graphique est toujours aussi singulière et qualitative, un raison supplémentaire de vous pencher sur cette série !

***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Joker Infinite #1: la chasse au clown

Premier volume de 160 pages de la série écrite par James Tynion IV et dessinée par Guillem March. Parution en France chez Urban Comics le 25/02/22.

Vous aussi, utilisez Biactol ©
bsic journalism

Merci aux éditions Urban pour leur confiance!

Lorsqu’on a que la mort

On ne présente plus le Joker. Depuis 80 ans maintenant, il terrorise Gotham City et met Batman face à un insoluble dilemme: le tuer et ainsi transgresser sa règle d’or, ou continuer d’endosser le poids sans cesse croissant de ses victimes.

Dans la continuité de Joker War, on retrouve le Clown Prince du Crime au centre d’une série qui lui est consacrée. A la suite d’une énième exaction au sein de l’asile d’Arkham, le Joker est traqué par plusieurs factions criminelles, qui veulent chacune venger une victime. Gotham redevient une poudrière, mais cette fois, James Gordon n’est plus concerné. Depuis qu’il a pris sa retraite, Gordon est pourtant hanté par les traumatismes subis aux mains du Joker. Tout d’abord, sa fille, abattue par balle (lors du célèbre Killing Joke d’Alan Moore), puis son fils. Gordon doit donc beaucoup de souffrance au Joker, aussi, lorsqu’il se voit proposer une mission qui lui permettrait de se venger enfin, l’ancien partenaire de Batman n’hésite pas longtemps à lancer à ses trousses. Et contrairement au chevalier noir, Gordon n’a pas fait serment de ne pas tuer.

En pleine frénésie batmanienne, Urban nous offre une nouvelle série centrée sur sa Nemesis. Cependant, élément relativement remarquable, le point de vue n’est pas celui du psychopathe éponyme mais celui de son poursuivant, offrant ainsi une plongée dans les pensées souvent négligées d’un personnage secondaire qui a souvent fait les frais de sa folie.

James Tynion IV, que l’on suit actuellement sur la série Wynd, parvient bien à retranscrire les effets de tels traumatismes sur la personnalité d’une victime du Joker. On sympathise donc automatiquement avec la cause de Gordon, et l’on souhaite presque le voir réussir, car, si Batman possède les skills nécessaires pour neutraliser Joker, seul le commissaire a la possibilité de franchir le cap en pressant la détente. Ce décloisonnement de la relation Batman/Joker est donc salutaire, et contient des rebondissements, qui, s’ils ne sont pas nécessairement inattendus, emmènent tout de même l’histoire dans une direction intéressante.

***·Comics·La trouvaille du vendredi·Rapidos·Rétro

Solo #2-3

La trouvaille+joaquim

Comic d’Oscar Martin
Delcourt (2016-2017),
Série en cours, 5 tomes parus +1 HS et 1 série dérivée: « chemins tracés ».

Les volumes comprennent des fiches techniques sur les « races » peuplant ce monde désolé. La chronique du premier volume est visible ici. le premier cycle de trois tomes est conclu, le second est en cours avec 2/3 tomes parus.

Solo s’est trouvé une famille, un clan qui a envie de protéger. Mais le monde est impitoyable et la vie n’a pas lieu dans cet apocalypse. Ce rêve d’amour et de relations est-il réellement impossible? Les êtres vivants ne sont-ils que proie et prédateur?

Attention spoilers!

mediathequeEn refermant le premier tome j’avais espéré qu’un scénario parvienne à emballer ce morceau de nerf, ce monde violent et dépressif qu’a construit Oscar Martin. Malheureusement, si l’atmosphère désespérée, la tension permanente et bien sur les combats sanglants sont toujours de grande qualité, on finit par se lasser de ce Solo tome 2 - BDfugue.comdésespoir et de cette fuite du rat musculeux dans les wastlands agrémentées de ses réflexions pseudo-philosophiques. L’artiste a un réel talent pour poser une ambiance mais une fois le principe posé il n’ose pas bâtir une intrigue qui finit par tourner en rond comme s’il ne savait pas comment sortir de sa spirale de désespoir. Etant donnée la pagination des albums il devient lassant de voir le héros se battre, se faire allumer, au bord de la mort avant que moultes Deus Ex machina ne viennent le sauver. Ses images du bonheur qu’il a pu effleurer sont touchantes mais là aussi redondantes.

Symbole de cette incapacité, aussitôt l’émotion des retrouvailles avec ses proches retombées, Solo repart dans une quête sans espoir. Aussitôt confronté à ces méchants humains dont la menace nous est montrée progressivement qu’il fuit à nouveau, nous laissant plein de frustration. Le problème de cette série c’est qu’elle ne semble pas parvenir à résoudre ce qu’elle met en place, se contentant d’un porte-monstre-trésor (sans trésor) qui paraît faire surtout plaisir à l’envie du dessinateur de croquer des éventrements de créatures hideuses par son rat-conan. Il est possible que cela fasse partie d’un grand plan de l’auteur visant à maintenir un désespoir qui sera résolu avec l’arrivée de la seconde génération (dont j’ai chroniqué l’intermède qui vient de sortir). En attendant on ronge un peu son frein. Si le premier tome avait été une découverte, le second maintient une sorte Solo T3 : Le monde cannibale (0), comics chez Delcourt de Martinde frustration tout en développant une intrigue… que le troisième maintient en sur-place. Entendons-nous bien: la progression familiale impossible avance (même lentement) dans la série et la destinée de Solo trouve une conclusion, sans doute inéluctable. Mais l’omniprésence d’adversaires interchangeables, finalement pas si forts que ça crée un paradoxe: malgré la dangerosité de ce monde on ne ressent pas la tension, la craint nécessaire à construire tout drama. Hormis quelques rares séquences brutales la routine de la survie et du malheur du héros finit par nous laisser un peu trop extérieurs, trop peu impliqués.

Comme malheureusement nombre de projets de dessinateurs Solo manque de structure, de projet et se repose par trop sur ses dessins et son worldbuilding. C’est très lisible mais pas suffisant pour en faire le monument que certains veulent bien clamer. En espérant que le second cycle me détrompera…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1