**·Comics·East & West·Nouveau !

3Keys #1

Premier tome de 144 pages, écrit et dessiné par David Messina. Parution en France aux éditions Shockdom le 14/01/2022.

Les Grands Anciens, c’est plus ce que c’était

Randolph Carter, le voyageur du Multivers, est parvenu, au cours de ses aventures, à entrer en possession des trois Clés d’Argent, trois armes capables de vaincre les Grands Anciens et leurs innommables rejetons. Après s’être volatilisé, ces armes semblaient perdues, mais elles ont été retrouvées par les trois derniers guerriers d’Ulthar. Ces armes ne pouvant être utilisées que par la lignée des Carter, les trois guerriers se sont séparés, pour retrouver les trois dernières descendantes de Randolph, et ainsi les seconder dans la tâche ardue qu’est la défense du Multivers.

Sacrés arguments de vente

En effet, les Grands Anciens sont de retour, et la Contrée du Rêve, dont sont issus les trois guerriers, a été ravagée. Peu à peu, les monstres s’insinuent dans notre réalité, en passant pas les rêves et les cauchemars des humains, qui sombrent peu à peu dans la folie. Il est donc urgent pour les cousines Carter d’intervenir ! Mais Noah, accompagnée de son mentor Theon, n’a pas toujours la tête à combattre des monstres…

Le dessinateur italien David Messina s’est fait connaître dans l’industrie du comics, chez Marvel, DC, IDW Publishing, avant de se lancer en tant qu’auteur complet avec 3Keys. En guise de worldbuilding, il reprend le mythe de Cthullu, en y ajoutant des guerrières sexy et des hommes-tigres, pour créer un univers décalé.

Néanmoins, si l’aspect graphique est indéniablement sublime, avec une maitrise évidente du trait et des postures, des créatures bien travaillées et des scènes d’action, il paraît clair que l’écriture ne suit pas. La mise en scène, passable par moments, ne sert en rien l’intrigue ni l’évolution des personnages, qui est ici quasi inexistante. Ce point ne serait pourtant pas rédhibitoire si le second degré et l’aspect cartoon étaient plus assumés, voire outranciers. Ici, on se retrouve avec un duo certes improbable, mais dont la dynamique tombe un peu à plat. L’héroïne badass et (trop) sûre d’elle peut être un atout, voire une base solide pour un arc narratif intéressant, mais ici, l’auteur ne semble pas saisir la pleine mesure des enjeux de son récit et passe vite d’une scène à l’autre, éparpillant d’autant plus l’intérêt du lecteur.

Cela donne donc des scènes d’action parfois brouillon, quelques tentatives d’humour qui ne font pas toujours mouche, et bien entendu, des retournements de situation pour lesquels on peine à trouver du sens.

Il n’y a pas grand chose d’autre à dire sur ce 3Keys, si ce n’est qu’il contenait tous les éléments d’une recette efficace, mais que l’auteur n’a pas eu les moyens entiers de sa politique. On peut donc proposer l’octroi de deux Calvin, éventuellement un troisième pour les fans de Lovecraft et pour la qualité des dessins.

***·East & West·Manga·Nouveau !·Numérique·Rapidos·Service Presse

Sweet Home #1

Webtoon de Kim Carny et Hwang Youngchang
Ki-oon (2022), webtoon (2020), série en cours, 1/12 volumes parus.

sweet_home_1_ki-oon

bsic journalismMerci aux éditions Ki-oon pour leur fidélité.

Adolescent renfermé sur ses jeux vidéo, Hyeon-Su se retrouve soudain seul au monde lorsque sa famille disparaît dans un accident de voiture. Propulsé dans une gestion d’adulte il emménage dans une résidence qui doit lui permettre de subvenir à ses besoins. Lorsqu’une catastrophe inexplicable survient à l’extérieur il se retrouve confronté aux voisins et à une menace invisible et terrifiante…

Sweet Home (Kim) -1- Tome 1Les toujours excellentes éditions Ki-oon poursuivent dans dynamique des webtoon puisque après le best-viewer Bâtard ils nous proposent la nouvelle série du dessinateur Hwang Youngchang. De quoi continuer la semaine dans le numérique puisque dimanche Dahaka vous parlait d’une adaptation américaine cette fois d’un webcomic.

Ce qui surprend au premier abord c’est très logiquement la mise en page et le découpage puisqu’il sont pensés pour un défilement sur écran et non sur un enchaînement de pages. Cela a certainement une incidence sur le rythme de lecture mais cela ne se ressent pas négativement. Avec un dessin assez simple et une colorisation minimaliste, c’est donc bien le scénario qui importe dans cette entame qui flatte les maîtres du suspens à commencer par Hitchcock ou Carpenter. En effet, la tension est maintenue très longtemps puisque après une mise en place de contexte qui aide à entrer tranquillement dans le bain, on se retrouve dans un huis-clos glacial à la première personne où les interactions étranges avec les voisins feront avancer le récit, dans une montée de la tension sur une menace impalpable. Le cadre est connu: un immeuble très impersonnel en forme de labyrinthe de béton , une poignée de survivants enfermés en lutte pour leur survie, une menace terrifiante et indicible, tout est bon pour une tension sur les onze prochaine tomes de la série.Sweet Home (Webtoon de Youngchan HWANG, CARNBY Kim) - Sanctuary

Si l’aspect graphique n’est pas à proprement parler joli, il fait le job en permettant de se concentrer sur l’enchaînement des séquences, jouant sur les silences et la confrontation des tempéraments des survivants. Et sur le plan de l’intrigue les auteurs connaissent leurs gammes puisqu’on est happé de la première à la dernière page avec juste ce qu’il faut d’informations pour ne pas s’ennuyer au long de cette avancée lente vers l’horreur. n’en gardant pas trop sous le coude, on achève donc cette entame bien accroché, avec le déclencheur horrifique qui ne se sera pas trop fait attendre, des personnages installés et une chasse qui peut commencer. Y’a plus qu’à enchaîner pour cette très bonne surprise qui confirme que les jeunes auteurs ont souvent la fraicheur qui manque aux grosses cylindrées!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Comics·East & West·Nouveau !

Redfork

Histoire complète en 160 pages, écrite par Alex Paknadel et dessinée par Nil Vendrell. Parution aux US chez TKO Studios, publication en France chez Panini Comics le 23/03/2022.

Boule(s) de suif meurtrière(s)

Après une longue peine de prison, Noah revient dans sa ville natale de Redfork, retrouver ses proches et tenter de s’amender pour ses erreurs passées. Ce que peu savent, c’est que Noah est tombé à la place de son frère Cody, qu’il a couvert pour le meurtre accidentel d’un docteur durant un cambriolage.

Noah et Cody à l’époque, cherchaient chez le bon docteur quelque chose de suffisamment fort pour se défoncer, comme une majorité de jeunes à Redfork. Huit ans plus tard, la situation n’a pas véritablement changé, les aiguilles passant de bras en bras pour distribuer du bonheur artificielle, directement dans la veine.

Désormais clean, Noah espère renouer avec sa famille, notamment son ex Unity et leur fille Harper, dont Cody a pris soin du mieux qu’il pouvait en allant travailler dans les mines de charbon exploitées par Amcore. Alors qu’il vient juste de revenir, Noah assiste à un accident dans la mine, un coup de grisou qui provoque l’effondrement de plusieurs galeries et la mort de tous les mineurs, à l’exception de Cody, qui est remonté avec l’aide d’un mystérieux inconnu. Alors que Redfork est déjà ravagée par les luttes de classes et le fléau de la drogue, un mal qui aurait du rester enfoui va resurgir et transformer la ville à jamais…

Ville tentaculaire (littéralement)

Une bourgade isolée, une jeunesse désabusée, un secret industriel et des monstres enfouis, vous connaissez la chanson. La partition était exactement la même sur Immonde ! le mois dernier, pour un résultat plaisant mais qui aurait pu aller plus loin dans son bestiaire et dans ses effets horrifiques.

Ici, l’angle abordé concerne également des problématiques sociétales et humaines, en l’occurrence la lutte ouvrière et l’addiction. Cela permet à l’auteur de creuser son propos et ses personnages, en faisant de l’élément surnaturel un catalyseur de leurs problématiques internes.

Sur la forme, on retrouve une structure similaire à celle des Sermons de Minuit (Midnight Mass), en cela qu’un personnage de prêcheur va « convertir » les habitants d’une ville à sa foi monstrueuse dans une créature d’outre-monde, avec une première phase de miracles, puis une seconde phase de body horror.

D’ailleurs, les amateurs de gore seront servis, avec ce qu’il faut de barbaque humaine malmenée dans ses fondements. Les effets gores sont tout à fait palpables, grâce au style réaliste de Nil Vendrell et aux couleurs bien choisies de Giulia Brusco. Sorti de façon presque confidentielle chez Panini, qui avait pourtant mis le paquet pour la promotion des autres titres de TKO Studios, Redfork est un récit horrifique de bonne facture, qui aurait sans doute mérité un fin un peu plus vicieuse, mais qui opte pour une conclusion douce-amère.

***·BD·Nouveau !

Immonde !

Histoire complète en 233 pages, écrite et dessinée par Elizabeth Holleville. Parution chez Glénat le 12/01/2022. Lecture conseillée à partir de 16 ans.

Horrifique nostalgie

Morterre est une petite bourgade comme en voit très souvent dans les récits de genre: isolée, et pourvue d’un nom qui devrait faire fuir toute personne censée. Pour Jonas et Camille, Morterre représente toutefois la seule perspective d’avenir. Pour tuer le temps en dehors du lycée, les deux ados regardent des films d’horreur et tournent des canulars vidéos qu’ils diffusent sur internet. Leurs parents, comme l’essentiel de la population d’ailleurs, travaille au sein de la grande usine d’Algemma, à côté du site d’extraction du tomium, un minerai radioactif servant désormais à alimenter les centrales nucléaires.

En résumé, Algemma fait vivre Morterre, dans un équilibre nécessaire auquel tout le monde semble contribuer. De son côté, Nour, qui ne se remet pas du décès de sa mère, emménage avec son frère, et son père et va se lier d’amitié avec le duo marginal. Mais tout n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît à Morterre, car l’Agemma semble cacher bien des choses à ses employés, à commencer par les effets du tomium sur la population…

Teenage wasteland

La nostalgie est ce qui transparait en premier à la lecture d’Immonde ! d’Elizabeth Holleville. D’emblée, la comparaison avec des classiques comme les Goonies ou d’autres œuvres traitant du désarroi adolescent, saute aux yeux du lecteur, comme avec des séries comme Stranger Things. Le scénario emprunte donc çà et là l’essentiel de ses éléments pour construire un tout fleurant résolument le déjà-vu.

Comme on vient de le dire, la petite bourgade dont un groupe d’adolescents se sent prisonnier et dont il s’évade grâce à la pop-culture, est un élément maintes fois traité, mais qui constitue encore aujourd’hui une base solide pour construire un récit d’ambiance. On peut aussi voir du côté des références la conspiration militaro-industrielle, dont l’inconséquence et la cupidité provoquent l’éruption de l’innommable, qui déferle dans les rues de la ville comme un tsunami.

Heureusement que le fond de l’album ne se résume pas à ces éléments de forme, car l’horreur et l’épouvante ne semblent être qu’un habillage pour l’auteure, qui s’en saisit pour mieux traiter en toile de fond des problématiques sociétales et environnementales. En premier lieu, les troubles adolescents et la découverte de soi, mais également l’identité et le genre, ou encore des sujets économiques comme le chantage à l’emploi, font partie des thèmes phares de l’album.

La première moitié s’avère très efficace pour instiller une ambiance pesante et accroître progressivement la tension, avant le réel basculement dans l’horreur pour la seconde moitié.

Néanmoins, on ressort tout de même de cette lecture avec un petit sentiment d’inachevé, car si les thématiques sont visibles et traitées tout au long de l’album, d’autres éléments, mentionnés de façon ostentatoire et donc forcément perçus comme importants par le lecteur, ne sont ensuite pas exploités comme il se doit par l’auteure.

Je prends pour exemple principal les capacités extrasensorielles de Nour, qui sont évoquées mais ne servent en rien le récit, puisqu’elles ne jouent aucun rôle dans la résolution de l’intrigue, qui se serait donc déroulé de la même manière sans cet élément. Il y avait pourtant matière à quelque chose de plus dynamique (cet élément est sûrement inspiré de Eleven dans Stranger Things), mais cela donne finalement l’impression que la scénariste ne savait plus quoi faire de cet élément une fois lancée dans la production du récit.

Il me semble aussi avoir vu des approximations quant au sujet en lui-même (Morterre est un lieu d’extraction de minerai, mais on parle ensuite de traitement des déchets radioactifs, qui sont deux activités différentes et séparées dans le temps, voir cet article qui détaille le tout), qui aurait mérité une meilleurs documentation ainsi qu’une exposition plus détaillée. En effet, si l’un des objectifs est de dénoncer la pollution nucléaire, mieux vaut savoir de quoi on parle. Les autres points qui auraient mérité un traitement plus approfondi, ce sont les différentes mutations provoquées par la radioactivité au sein de la population, qui sont sans lien apparent avec les créatures qui arpentent les galeries de la mine souterraine et qui apparemment résistent aux radiations.

Immonde ! peut donc être rangée dans la catégorie des œuvres citant des œuvres qui sont elles-mêmes des références, ce qui peut provoquer des déperditions en terme de message et de puissance narrative, malgré des thématiques vitales et bienvenues.

****·East & West·Manga·Nouveau !·Service Presse

Shigahime #1

esat-west

Manga de Sato Hirohisa
Mangetsu (2022) – Tokuma Shoten (2016), 208 p., série en cours, 1/5 volumes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Mangetsu pour leur confiance.

shigahime_1_mangetsu

Lorsqu’un jeune lycéen suit un camarade de classe à la sortie des cours sa vie bascule: il devient le familier d’une vampire aussi envoûtante que redoutable. Transformé en créature de la nuit, il devra faire le deuil de son amour naissant pour une camarade…

shiga hime - photo #12652604 - MangagoMangetsu est le nouveau label manga des éditions Bragelonne, grosse maison littéraire spécialisée en fantasy dont l’incursion dans le comics nous a proposé depuis quelques années de sacrées pépites indé comme le primé Bitter Root (dont le dernier tome est chroniqué demain), le vampirique indien These savage shores, le féministe Coyotes et bien sur la très populaire série au long court des Tortues ninja. Derrière cette belle sélection c’est l’éditeur Sullivan Rouaud, dont j’étais bien intrigué de voir ce qu’il allait pouvoir dénicher dans un secteur déjà saturé.

Sur une série courte en cinq volumes, Hirohisa Sato ne perd pas de temps puisqu’il justifie l’avertissement « public averti » du manga dès les toutes premières pages où l’arrivée de la vampire, érotique à souhait va donner le LA du manga: radical, trash, gorissime et sans chichi côté sexe (en évitant néanmoins les plans fanservice à la Boichi). Vous êtes prévenu, ce n’est pas pour les fillettes! Pourtant comme toute bonne histoire d’horreur, l’aspect cru et parfois cliché ne cache pas une sincérité dans l’histoire d’un pauvre type tombé dans un enfer dont on ne peut qu’espérer qu’il tire une solution pour rejoindre sa belle. Malgré une très rapide ouverture où la brutalité des évènements nous laisse coi, on prend fait et cause pour ce jeune garçon qui ne mérite pas ce qui lui arrive. La toute puissance de la méchante vampire, l’inéluctabilité de sa condition nous placent ainsi à la fin du premier volume dans une sidération tout à fait efficace: que peut-il lui arriver de pire et comment poursuivre cette histoire si mal embarquée? C’est toute la réussite de ce manga que de se dispenser tout à la fois de temporisation et de vernis, tout en se permettant une parabole sur la sexualité des jeunes gens au Japon.

All photos about Shiga Hime page 5 - MangagoSi vous suivez le blog vous savez que j’apprécie les propositions radicales, que ce soit dans le propos ou dans le graphisme. Ici les dessins classiques mais plutôt réalistes sont remarquables de technique (vues les déformations faciales et anatomiques il vaut mieux). Avec un découpage haché très efficace et 100% manga on a une mécanique graphique qui s’équilibre entre les moments de paix normale, le sexe cru de la vampire et l’explosion sanglante des corps qui lorgne parfois vers une fascination cronenbergienne. Une alchimie qui fonctionne parfaitement en nous hérissant, en nous attirant et en nous faisant souhaiter le bien pour le héros et son amoureuse innocente.

Alors que l’on pénètre à peine cet univers de la Nuit où l’on devine un Grand Jeu caché entre puissances démoniaques, on n’a qu’une envie, prolonger rapidement l’aventure pour découvrir comment Hirota va pouvoir utiliser ses nouveaux talents pour se défaire de la mainmise maléfique de sa maîtresse et recouvrer son identité humaine. Et ça tombe bien puisque l’éditeur prévoit une parution tous les deux mois, et donc une série complète dans l’année. Un excellent démarrage en tout cas pour cette série et pour Mangetsu.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !·Service Presse

Lowreader #1

Anthologie de 120 pages, avec Run, Mud, Maudoux au scénario, et Singelin, Ghisalberti et Maudoux au dessin. Parution aux éditions Rue de Sevres chez le Label 619, le 26/01/2022.

Back for the dead

Après moult péripéties éditoriales et créatives, le Doggybags a fini par tirer sa révérence, et a rendu l’âme après 17 numéros sanglants et emplis d’effroi. Mais encore une fois, le magasine renaît de ses cendres, non pas sous la forme du phénix mais plutôt celle du Corbeau.

Sous l’égide de cet oiseau à la fois fascinant et inquiétant, que l’on pouvait déjà apercevoir dans le Doggybags, le Label 619 maintient sa vocation, celle de proposer des histoires courtes sur les thèmes de l’horreur, du surnaturel, du polar, bref, tout un pan de la pop-culture que l’on qualifie souvent de Grindhouse.

Le chapitre qui a la lourde charge d’ouvrir cette nouvelle anthologie s’intitule Devil’s Key. Un groupe de rock, les Headbangers, qui s’est compromis en acceptant de jouer dans une pub pour une chaine de fast food, doit subitement en payer les conséquences. En effet, on ne vend pas son âme au diable sans en payer le prix…

Dans une mégapole japonaise toujours plus déshumanisée, Mr Sato, un homme au caractère effacé, physiquement faible, subit chaque jour les brimades de ses collègues qui le considèrent comme un freak, et fait face à la violence de deux jeunes délinquants qui le rackettent. Lentement mais sûrement, Sato-san bascule dans une radicalité moderne, peinant à contenir la rage et la soif de vengeance qui couvent en lui. Mais que souhaite-t-il au fond ? Se venger, ou tout simplement exister, ne plus être transparent ? Pour le savoir, Mr Sato va devoir contourner la législation très sévère du Japon en matière de port d’armes, tout en tentant de s’affranchir des injonctions sociétales qui lui pèsent, comme par exemple le tri de ses déchets.

La troisième histoire, quant à elle, se déroule au cours d’une seule nuit. Masiko, personnage apparu dès le premier numéro de Doggybags back in the day, arpente les rues d’une petite ville avec sa fille sur le dos. Dès les premières cases, le sentiment d’urgence de la jeune mère est palpable. Sa fille a été mordue par une créature, mais personne n’est en mesure de lui venir en aide. En effet, depuis que le gang de bikers/loups-garous (également transfuge de Doggy) a pris le contrôle de la ville, les habitants vivent cloîtrés chez eux, paralysés par la peur. Masiko n’a donc personne sur qui compter. Si elle veut éviter à sa fille de se transformer en bête sauvage, elle va devoir affronter le Hellking et sa meute de loups à moto.

Le plaisir de retrouver le format DB, sous une autre forme, est indéniable. L’enchaînement des histoires courtes ne nuit pas à l’immersion et donne même l’impression, grâce à l’intervention du Corbeau en guise de narrateur, de regarder un épisode des Contes de la Crypte ou d’Au-delà du réel. Dans le trio, il faut admettre que Devil’s Key fait office de parent pauvre, notamment à cause d’une fin pas si percutante et de quelques aléas graphiques (Nicolas Ghisalberti faisait pourtant du bon travail sur Trenchfoot l’an dernier). En comparaison, Mr Sato offre une ambiance graphique maîtrisée (expérience oblige, Singelin) et une narration au diapason, oppressante et pleine de désespoir.

L’album se termine en apothéose avec She-Wolf and Cub, nous soumettant à un rythme effréné et sanguinolent. Le seul bémol qui ressort donc de ce Lowreader, c’est la sensation de redite qui s’en dégage, notamment par le format anthologique et les thématiques abordées. La présence de personnages issus de la précédente collection finit d’ailleurs d’enfoncer le clou. Ce n’est pas un mal en soi, mais le message offert semble clair: les directeurs de collection n’ont pas l’intention de se réinventer, et préfèrent plutôt s’appuyer sur une recette qui a déjà fait ses preuves. Le Label 619, qui faisait initialement figure de renouveau sans compromis de la BD franco-belge, semble donc désormais soumis aux mêmes dilemmes et contraintes que les éditeurs mainstream, et donne l’air, comme beaucoup d’entre eux, de s’ankyloser par peur du renouveau.

***·Comics·East & West·Nouveau !

Absolute Carnage

esat-west

Recueil des 5 chapitres de la mini-série Marvel Absolute Carnage, précédés du Free Comic Book Day 2019: Spider-Man/Venom. Donny Cates au scénario, Ryan Stegman au dessin. Parution chez Panini Comics le 25/08/2021.

Symbiote un jour, symbiote toujours

De tous les porteurs de symbiotes, Cletus Kasady est sans aucun doute le pire. Après avoir rencontré Eddie Brock, alias Venom, durant son incarcération, ce psychopathe, condamné à mort pour de nombreux meurtres, est passé au stade supérieur de la folie en fusionnant avec le rejeton symbiotique de Venom. Cette union catastrophique a engendré Carnage, l’un des ennemis les plus dangereux de Spider-Man.

Pour le vaincre, Spider-Man a été contraint de s’allier avec Venom, les deux hommes n’ayant alors pas d’autre choix que de mettre leurs différends de côté pour mettre cet inopposable fléau hors d’état de nuire. Au cours des années, Carnage a régulièrement fait parler de lui, laissant dans son sillage d’innombrables victimes. Dans Maximum Carnage (mon tout premier comics ! Ça ne nous rajeunit pas…), Cletus s’échappait de l’asile et, flanqué d’une bande de monstres aussi frappés que lui, semait la terreur à New York avant d’être neutralisé in extremis par notre héros arachnéen.

Plus tard, dans New Avengers, il était apparemment tué par Sentry et laissé pour mort dans la stratosphère terrestre. Mais dans Carnage USA, le tueur revenait en force (mais sans ses jambes) et reprenait son œuvre meurtrière en jetant son dévolu sur une petite ville américaine. Stoppé une nouvelle fois, Carnage s’échappe de nouveau et se met en tête de provoquer l’apocalypse en invoquant le dieu lovecraftien Chton (une version Marvel de Cthullu).

Cette fois, Kasady, revenu d’entre les morts, a découvert les origines secrètes des Klyntars (le vrai nom des symbiotes) et de leur dieu Knull, si malfaisant que les symbiotes eux-mêmes se sont sacrifiés en masse pour le maintenir enfermé dans une prison cosmique. Là encore, Cletus montre qu’il est le roi des bonnes décisions et entreprend de le réveiller. Pour ce faire, il doit collecter toutes les parcelles du Codex.

Le Codex, c’est la parcelle de lui-même que laisse un symbiote dans son hôte, et qui fait partie intégrante de leur esprit de ruche. Si Carnage parvient à retrouver tous les anciens porteurs de symbiotes, il sera en mesure d’exécuter son plan. Eddie Brock, privé depuis un certain temps de son partenaire Venom, qui lui a fait une infidélité de quelques années avec Flash Thompson, n’a pas d’autre choix que de se lancer à la poursuite de son vieil ennemi. Une fois de plus, il lui faudra chercher de l’aide auprès de Spidey. Cependant, Carnage n’est-il pas déjà trop puissant pour être vaincu ?

Fleuve noir et rivières de sang

Alors que le personnage est adapté au cinéma actuellement, pour un résultat plus que mitigé, Marvel poursuit la croisade sanglante de son psychopathe symbiotique. Malgré un aspect unidimensionnel et on-ne-peut-plus manichéen, Cletus Kasady a favorablement traversé les décennies, pour gagner ses galons de méchant de premier ordre dans la spider-galaxie. On ne peut s’empêcher de déceler chez lui un petit goût de Joker (pas le jus de fruit), à savoir une force chaotique que rien n’arrête, sorte de pêché originel du héros (Batman se sent impliqué dans la création du Joker, tandis que Spider-Man se sent coupable d’avoir ramené sur Terre Venom, qui a ensuite engendré Carnage), qui profite d’une immunité découlant du code moral du dit héros, qui se refuse à le supprimer définitivement lorsqu’il en a l’occasion.

Avec Absolute Carnage, le tueur revient sur le devant de la scène avec cette fois en toile de fond la mythologie propre aux symbiotes, dont les ramifications s’étendent à d’autres séries, comme Thor, par exemple. Donny Cates parachève donc son travail sur les symbiotes en mêlant adroitement action et horreur.

En effet, Cates a rebondi sur le run du Massacreur de Dieux écrit par Jason Aaron sur la série Thor: God of Thunder, dans lequel l’adversaire éponyme arborait une arme spéciale, la (All-Black the Necrosword en VO), qui sous la plume de Cates s’est avérée être le tout-premier symbiote, crée par Knull. C’est dans l’arc Venom Rex que Brock apprend l’existence du dieu maléfique des symbiotes, dans un récit court mais intense durant lequel il affronte le symbiote Grendel (celui du mythe de Beowulf, oui oui) et fait équipe avec Miles Morales.

Le duo Spidey/Venom fonctionne très bien sous la plume de l’auteur, qui parvient à retranscrire les années de passif entre les deux personnages, et la relation complexe qui en a découlé. Autrefois anti-héros plutôt caricatural, Eddie Brock a donc mué en une entité plus convaincante et mieux caractérisée, en tous cas au-delà de la simple rancune envers l’Araignée.

Sur la forme, Cates reproduit la formule assez classique du combat désespéré contre Carnage, en utilisant des décors (l’asile par exemple) tout à fait appropriés mais offre un final brutal, convaincant et satisfaisant pour notre protagoniste. On regrette tout de même qu’Absolute Carnage ne soit finalement, une fois la dernière page tournée, qu’un prélude à King in Black, le crossover qui relate l’arrivée tant redoutée de Knull sur Terre.

La prédominance du rouge et du noir, les décors claustrophobes et l’ambiance oppressante sont magnifiés par les dessins de Stegman, qui rappellent un Mike Deodato Jr de la grande époque des ’90. Expressions, postures, découpage, l’artiste rend tout à fait justice au scénario mi-super mi-horrifique de Cates.

L’apparition de certains personnages reste à la fois attendue et anecdotiques, mais il faut bien ça pour mériter l’étiquette d’event ou de crossover. Le tout se lit avec facilité, à lire si vous êtes intéressé par la mythologie symbiotique.

Actualité·BD·Nouveau !

Sélection Halloween 2021

Actu

Salut les gorets! La course du blog ne nous permet pas suffisamment de rebondir sur les actu du calendrier alors on profite d’Halloween pour vous proposer une affreuse sélections de bonnes BD 2021 qui font frissonner… Trêve de blabla, c’est par ici (cloquez sur l’image pour accéder au billet):

On commence par une sortie toute récente qui introduit (comme Bitter Root) la question du racisme dans le genre horreur.

 

couv_417591

Nouvelle adaptation par Gou Tanabe des ouvrages du maître de Providence et créateur du mythe de Cthulhu, Celui qui hantait les ténèbres est un des plus réussis et a toute sa place dans cette sélection effrayante. Mais attention, vous ne pourrez ensuite pas résister à aller découvrir les autres albums de la collection!

plunge

Appuyés sur les planches à tomber du trop rare Stuart Immonen, Joe Hill (fils de Stephen King et auteur d’horreur déjà chevronné) propose un hommage au cinéma d’horreur des années 80 à commencer par John Carpenter. Des séquences absolument glaçantes pour un final lovecraftien…

 

Autre album du fils King qui nous propose une nuit de massacres irrévérencieux. Facile mais très efficace!

 

couv_418078

Là on lorgne plutôt vers Edgar Wright avec une immersion tout à fait gore et effrayante dans une mythologie arthurienne et anglo-saxonne pervertie, avec l’ancêtre la plus bad-ass depuis le curé de Braindead!

3019

Premier tome paru en 2020 mais sacrée découverte que ce manga qui voit un policier de province enquêter sur un clan aux mœurs tout à fait déviantes… La gestion de la tension psychologique, du hors-champ et des non-dits est remarquable!

 

9782818968567

Incursion plus graphique que cette conclusion du très bon dytique de Meddour qui nous envoie dans le Bayou et les affreux vaudous qui rôdent….

 

couv_415011

On termine en costumes dans l’univers tout à fait pulp et assez cracra d’Adventureman, dont les encrages de Dodson sont sublimes. Pas le plus effrayant mais une bonne atmosphère Halloween un peu foutraque.

***·Comics·East & West·Nouveau !·Numérique

Infidel

esat-west

Histoire complète en 154 pages, écrite par Pornsak Pichetshote et dessinée par Aaron Campbell. Parution en France chez Urban Comics le 08/10/2021 dans la collection Indies.

Le bombe samaritain

badge numerique

La seule chose de radicale chez Aisha, c’est le changement de vie qu’elle a opéré il y a peu. Quittant le domicile d’une mère intransigeante, elle a laissé le New Jersey pour s’installer avec son compagnon Tom à News York. Tom vit avec sa mère, Leslie, ainsi qu’avec sa fille Kris, qui a retrouvé en Aisha la figure maternelle qu’elle a perdue plus jeune.

La cohabitation n’a pas été aisée entre Aisha et Leslie, mais il semblerait que les deux femmes soient parvenues à se parler, ce qui a permis à la belle-mère de ne pas camper sur ses aprioris culturels et ses biais racistes. Cependant, tout n’est pas rose pour Aisha, qui est hantée par des cauchemars oppressants, sans savoir à qui en parler. Craignant de passer pour une folle aux yeux de la femme qu’elle s’évertue à convaincre, le jeune musulmane garde pour elle son malaise, tandis que les visions et apparitions se font de plus en plus proches, de plus en plus tangibles, de plus en plus poisseuses.

Il faut dire aussi que le passé récent de l’immeuble donne du grain à moudre à tous ceux qui voient les hijabs et les tapis de prières comme d’inquiétants signes d’altérité invasive. En effet, il y a quelques mois seulement, une bombe y a explosé, concoctée par un homme musulman qui s’était radicalisé de manière isolée.

Sept morts représentent bien évidemment autant de raisons d’haïr l’auteur du crime, seulement, voilà, la haine a pour elle une certaine voracité, et ne s’arrête jamais à sa première victime. Les habitants de l’immeuble, chacun retranché chez lui, scrutent Aisha et tous les autres habitants non-blancs avec un mélange de crainte et de mépris, alors que la jeune femme sent l’influence morbide prendre son assise. Jusqu’au drame inévitable.

Les hijabs de la nuit

Récits de genre et critique sociale ne sont pas nécessairement antinomique, loin de là. Et pourtant, aux yeux du grand public, il aura fallu un certain temps pour associer les deux, et admettre qu’une histoire peut incorporer des éléments de genre, en l’occurrence l’horreur, tout en explorant des facettes de notre société qui donnent à réfléchir.

Il y a quelques années de ça, le film Get Out, de Jordan Peele, faisait sensation par son traitement d’un symptôme américain, le racisme, par le prisme de l’horreur. Comble du comble, l’auteur mettait en lumière un héros afro-américain, pris au piège d’une méchante famille WASP qui en avait après ce qu’il était, ce qui le définissait aux yeux de cette société biaisée par des considérations génétiques. Le ton était résolument satirique, la mise en scène choc, pour un résultat subversif qui en a fait un classique instantané. Cette production avait aussi pour intérêt non négligeable, outre sa critique d’une société américaine marquée par le racisme, de mettre au ban les poncifs de l’horreur, voulant que le personnage noir dans un groupe donné (ou par extension, tout autre communauté non blanche) soit souvent le premier à mourir.

Gageons que Jordan Peele aura fait des émules, puisque Infidel puise directement dans cette même veine, afin de renverser les poncifs, dans le but de traiter de la problématique du racisme en Amérique. Fait significatif, les deutéragonistes, Aisha et Médina, sont musulmanes, ce qui est assez rare pour être souligné (le seule autre occurrence qui me vient à l’esprit est Khamala Khan, alias Miss Marvel). Confrontées au jugement, à la bigoterie et à la xénophobie de leurs concitoyens, elles ont du chacune forger leur caractère, pour pouvoir y faire face, de la manière qui leur est propre. L’auteur profite donc de la situation pour glisser, de façon parfois assez évidente, il faut l’avouer, des réflexions pertinentes sur le racisme, et la façon dont il peut s’insinuer dans les valeurs, les discours, et les actes de tout un chacun.

Car ces biais racistes peuvent aller jusqu’à être inconscients, ce qui les rend d’autant plus difficiles à combattre et à éradiquer. Dans Infidel, le racisme devient une allégorie, manifestée sous la forme de spectres vengeurs et monstrueux, prêts à mutiler tous ceux qui se mettent en travers de leur route. Le fond de l’intrigue, m’a rappelé le dogme gnostique comme on pouvait le voir traité dans Wounds , évitant, de peu, les poncifs sataniques du genre.

Malgré les écueils potentiels, la caractérisation fonctionne, de même que les dialogues, fluides et naturels. En cherchant bien, cependant, on peut reprocher le petit déséquilibre qui existe au niveau du focus, accordé initialement à Aisha, mais recentré au forceps sur Médina, raison pour laquelle j’évoquais plus haut des deutéragonistes, et non une seule protagoniste.

Côté graphique, les superbes et dérangeants dessins d’Aaron Campbell rendent parfaitement l’ambiance glauque et poisseuse qui sied à ce type de récit. On regrette cependant un découpage assez peu engageant, et une mise en scène plutôt figée.

Infidel reste malgré tout un récit d’horreur efficace, traitant habilement du racisme sans compromettre l’une ni l’autre.

****·Comics·East & West·Nouveau !

Basketful of heads

esat-west

Histoire complète en sept chapitres, écrits par Joe Hill et dessinés par Léomacs. Parution chez DC Comics au sein du Black Label, publication en France chez Urban Comics depuis le 02/04/2021.

Une histoire à en perdre la tête

L’été 1983 commençait très bien sur Brody Island, dans le Maine. June Branch, jeune étudiante en psychologie, sort depuis quelques temps avec Liam Ellsworth, qui a passé son été en tant qu’adjoint au sheriff Clausen. Le jeune homme en a vu de dures, mais son service est enfin fini et il va pouvoir roucouler avec l’élue de son cœur. Cependant, la loi de Murphy s’en mêle et va peut-être même donner à cette idylle estivale une tournure bien plus dramatique…

En effet, alors qu’une tempête frappe l’île comme jamais auparavant, quatre détenus s’évadent après avoir faussé compagnie à leur convoi pénitentiaire. Animé par de mauvaises intentions, le quatuor criminel va débarquer sans crier gare et enlever Liam avant que l’un d’entre eux ne s’en prenne à June. Littéralement au pied du mur, June choisit comme arme pour se défendre, une hache viking trônant dans la collection du sheriff. Sans le savoir, June vient de s’armer d’un objet maudit, qui maintient en vie les têtes coupées de ses victimes. Autant dire que ce soir, à Brody Island, des têtes vont tomber !

Le reste de cette nuit tempétueuse va voir June aux prises avec la vermine qui arpente l’île, et qui n’est pas forcément celle que l’on attendait. La jeune survivante fera néanmoins tout pour secourir son boyfriend en détresse, quitte à faire tomber, littéralement, quelques têtes parlantes au passage.

La tête sans les épaules

Joe Hill n’a désormais rien à prouver quant à la qualité de son travail d’auteur. Le rejeton de Stephen King a su se démarquer de la notoriété paternelle tout en assumant son héritage, et s’est fait un nom dans l’industrie du comics, en commençant pas l’incontournable Locke & Key. Hill s’est ensuite vu confier par DC la création de son propre label, Hill House au sein duquel l’auteur dispose d’une liberté totale quant à ses créations. Durant l’été, nous avions chroniqué Plunge, sorti concomitamment à cet album. Hill y montrait déjà la maîtrise de son écriture ainsi que des codes du genre, par le biais de références bien senties et pertinentes à des œuvres incontournables.

Joli swing !

King junior procède ici de la même façon, en nous plongeant immédiatement dans un récit fleurant bon le slasher cher aux années 80. L’auteur ne se repose pas pour autant sur l’aspect fantastique, qui ne sert pas de colonne vertébrale à l’intrigue, cette dernière demeurant centrée autour de personnages intéressants car dotés de profondeur. La hache maudite et les têtes qui parlent ne sont finalement qu’un accessoire, un assaisonnement qui achève la qualité de l’ensemble.

Le ton semble parfaitement équilibré grâce à certaines touches d’humour. Il ne faut cependant pas avoir peur du grotesque dans certaines situations, car il faut bien avouer que l’auteur s’en donne à cœur joie, que ce soit au travers des dialogues ou des péripéties proprement dites. Le tout parvient donc à maintenir un rythme soutenu, haletant, grâce à de judicieux cliffhangers, tout en conservant un esprit irrévérencieux (mais pas outrancier).

L’émancipation de June, accélérée par la cruauté de l’intrigue, reste engageante pour le lecteur, même si, à titre personnel, j’ai moins adhéré à une certaine décision finale de la protagoniste, qui m’a parue un brin disproportionnée.

Basketful of head reste un grand plaisir de lecture, à réserver aux lecteurs avertis, bien sûr, à moins de vouloir…perdre la tête.