**·BD·Nouveau !·Numérique·Rapidos

Hope one #2

La BD!
BD de ‘Fane et Grelin
Comix Buro/Glénat (2020), 68p. couleur, 2/2 volumes parus.

couv_401606

badge numeriqueLe premier tome de  Hope One avait été une réussite dans le genre efficace du huis-clos spatial qui s’achevait par un twist en apnée. Le second a pris beaucoup de retard puisqu’il était annoncé la même année que le premier et on le retrouve donc après un délai plus classique… avec la surprise de voir un nouveau dessinateur prendre en charge les planches. Et la surprise ne s’arrête pas là puisque l’on change totalement de registre avec une très classique enquête policière dans l’Amérique profonde (et neigeuse) des années soixante-dix! Je ne sais si ‘Fane a très bien caché son jeu mais de mémoire de bdvore je n’ai jamais assisté à un tel retournement de style dans une même série. Pour gonflé c’est gonflé et passée la surprise on se laisse porter https://www.ligneclaire.info/wp-content/uploads/2020/08/Hope-One-2-1-800x1098.jpg.webppar cette recherche de disparus en suivant un agent du FBI alcoolique et tout à fait antipathique accompagné par une policière de bourgade plus habituée à régler les querelles de voisinage que de retrouver des morts. Surtout quand l’un des disparus est son cher papa… le sheriff du bled! On connait le talent de ‘Fane pour les dialogues et les personnages couillus depuis son excellent Streamliner. On retrouve cette patte ici et le changement de dessinateur perturbe un peu en matière de style (on n’est pas du tout dans le même registre que le tome 1) mais sans perte de qualité. La principale qualité de l’album est donc cette ambiance proche des frères Cohen et la dynamique verbale entre les personnages, franchement réussie. On en oublierait presque que les deux tomes sont liés. Malheureusement la jointure est parfaitement téléphonée (il aurait été compliqué de faire autrement au vu du Grand Canyon qui sépare les deux intrigues) et on repose l’ouvrage un peu nostalgique des promesses (déçues) du début de diptyque et sans bien comprendre ce qu’a voulu faire l’auteur. Une fausse bonne idée probablement…

note-calvin11note-calvin11

***·BD·Nouveau !·Service Presse

Sweet Home

On continue de découvrir l’excellente collection Grindhouse de Glénat. Vous trouverez sur le blog les critiques de la plupart des albums précédents (rechercher « grindhouse »).

bsic journalism

Histoire complète en 128 pages, écrite par Sébastien Viozat et dessinée par Kieran, parue le 24/06/20 dans la collection Grindhouse des éditions Glénat.

Merci aux éditions Glénat pour leur confiance.

Alone with the Psycho

Il arrive parfois que les apparences soient trompeuses, si bien que l’arroseur se révèle être l’arrosé, le dominant s’avère finalement être dominé, et que le chasseur se transforme subitement en proie.

Sur les routes de Californie, un trio infernal écume les routes, une horde de policiers à ses trousses. Zack, Sally et Ethan viennent de commettre un braquage aussi fructueux qu’audacieux, mais qui les as laissés en mauvaise posture: Ethan a reçu une balle, et saigne abondamment sur la banquette arrière, promettant à leur équipée sauvage une fin prématurée.

C’est bien connu, la loyauté chez les bandits n’entrave que ceux qui daignent s’en embarrasser. Devant cet écueil, Zack décide de se délester du couple et laisse ainsi Ethan et Sally au bord de la route sans autre forme de procès. Il revient maintenant aux amants criminels de se trouver une issue rapidement avant que la cavalerie ne débarque. Demandez, et vous recevrez, voilà qu’une luxueuse voiture croise leur route. Sally et Ethan vont prendre le quadragénaire débonnaire en otage et investir sa demeure pour se cacher quelques temps. Mais ont-ils fait le bon choix ?

Beware the nice ones

Très vite, les amants terribles vont s’introduire chez Gareth Campbell, son épouse Judith et sa fille mutique Britney, et imposer leur loi, tandis que le Shérif Wendell et son adjoint Chet vont remonter leur piste, une idée de vengeance derrière la tête. Que feront nos braqueurs amateurs lorsqu’ils s’apercevront que les Campbell n’ont de mondain que l’apparence ?

Pour nous livrer ce Sweet Home, Sébastien Viozat puise dans sa passion pour le cinéma de genre, notamment tarantinien, et met ainsi en scène une délicieuse histoire de gangsters et de psychopathes, les deux étant ici distincts, ce qui n’est évidemment pas toujours le cas chez l’ami Quentin.

L’alternance entre le huis clos périlleux et la chasse à l’homme revancharde du shérif donne au récit un rythme appréciable, dans lequel la mort peut surgir à n’importe quel coin de table. Le suspense inhérent à la prémisse est très bien exploité par l’auteur, qui se paye bien sur le luxe de glisser ça et là quelques petites références à la filmographie de son réalisateur fétiche.

Le thème de l’album permet d’explorer l’hypocrisie des sociétés modernes, dont le séduisant verni cache bien souvent l’ignominie sous bien des formes.

Le scénariste joue dans Sweet Home la carte de l’anti-héroïne au travers de Sally, jeune braqueuse roublarde et sans scrupule qui est sensée trouver grâce aux yeux du lecteur. Le seul bémol, à mon sens, est qu’elle n’y parvient que tardivement , et par contraste avec les Campbell. Cela relève sans doute de la volonté de l’auteur, qui souhaite bousculer les attentes du lecteur, néanmoins, j’ai mis un certain temps à m’investir émotionnellement dans le personnage de Sally, pressé que j’étais de voir les choses dégénérer.

Le dessin de Kieran démarre l’album sur les chapeaux de roues et colle parfaitement à l’ambiance Grindhouse. Sweet Home nous fait donc la sanglante démonstration qu’il faut compter avec cette collection !

***·Manga·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Dr. Stone #11

Salut les mangavores! On commence un week-end spécial Boichi avec d’abord la critique du dernier Dr. Stone, le Shonen qui cartonne, et demain ma poursuite de la magistrale série SF robotique Origin. Let’s go!

esat-west

Manga de Riichiro Inagaki et Boichi
Glénat (2020), 11/16 tomes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Glénat pour leur confiance.

Remarque amusante: l’éditeur commun à Dr. Stone et Dragon Ball Super a croisé les couvertures des deux volumes 11 de ces séries avec un thème commun: le pain. Aucun autre rapport que cet amusement des auteurs à partager une thématique graphique…

couv_397972

Alors que la construction du navire devant les emmener à l’autre bout du monde se poursuit, Senku continue comme à son habitude à développer de nouvelles inventions. L’une d’elle va entraîner un bouleversement majeur dans sa connaissance de la pétrification…https://i.pinimg.com/564x/e5/ad/54/e5ad54e0539a2a9973e7a10f9b31a103.jpg

On retrouve dans ce onzième volume du Shonen best-seller ce qui a fait son succès: les découvertes et l’humour visuel des situations! Afin de nourrir l’équipage du navire un nouveau personnage est réveillé et commence à préparer de succulents petits plats au royaume des sciences… histoire de permettre à Boichi de faire parler son amour de la gastronomie! L’invention de la Montgolfière ne servait pas qu’à dessiner de beaux paysages mais à inventer la photographie aérienne permettant de repérer le champ pétrolifère nécessaire à lancer le bateau… Pendant ce temps l’agriculture est inventée ainsi que le sonar. Mais c’est bien en utilisant la radio que se produit l’événement majeur depuis le début de la série: on commence enfin à se rapprocher de l’origine de l’événement lorsqu’une voix apparaît dans l’enceinte… et la tension monte d’un coup en nous donnant très envie de tourner les pages et de passer au volume suivant! Les auteurs sont sans doute capables de beaucoup de circonvolutions encore avant le bouquet final mais le fait d’avoir désormais un horizon fait que l’on lit le manga de façon très impliquée. Si le premier arc posait comme seul objectif la victoire contre le royaume de Tsukasa, le nouveau nous donne une idée beaucoup plus claire de l’itinéraire des inventions et c’est tant mieux! Allez, on continue en se demandant quelles découvertes va nous expliquer Senku la prochaine fois… et on remercie Glénat d’avancer aussi vite dans le rattrapage de la série japonaise puisque l’on tient un rythme de quasiment un album tous les deux mois, ce qui devrait permettre de rattraper la publication originale à l’été prochain!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·Manga·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Dragon ball super #10-11

esat-westManga de Akira Toriyama et Toyotaro
Glénat (2017-2020) – Ed. Japonaise Shueisha (2015), 11 vol parus en France (12 au Japon).

bsic journalismMerci aux éditions Glénat pour leur confiance.

couv_384811couv_397973

Les fins de volumes de cette série comprenaient jusqu’ici essentiellement des back-office de la réalisation des pages avec les dessins de Toyotaro corrigés par Toriyama. A partir du nouvel arc de la Patrouille galactique ce sont des histoires bonus très intéressantes en ce qu’elles tissent des liens avec la très volumineuse production animée de l’univers Dragon Ball (un peu comme l’Univers étendu de Star Wars). On a par exemple des éléments sur le personnage de Broly que les lecteurs du seul manga n’ont jamais vu même si ils ont pu en entendre parler. Sinon comme depuis le début un sommaire, résumé des épisodes précédents et des personnages principaux aident la mémoire. Et je viens de réaliser (vieux motard que jamais…) que la quatrième de couverture (sous la jaquette) comprenait depuis le début de la série une variation sur l’image de couverture!

L’affrontement contre Moro est finalement bien plus compliqué que prévu pour les deux Sayan Goku et Vegeta qui doivent empêcher que le sorcier ne réunisse les Dragon Ball sur la planète Namek. Pendant que le mystérieux chef de la Patrouille, Mérus, peaufine sa stratégie, un ancien adversaire bien connu est convoqué pour éliminer Moro…

Dragon Ball Super 044 - Page 46 - Manga Stream | Dragon ball super ...Le nouvel arc de la Patrouille galactique a débuté dans le précédent tome alors que Goku et Vegeta sont enrôlés pour arrêter le redoutable sorcier Moro. Un peu hautains quand au rapport de force après avoir participé au plus grand tournoi de l’histoire, ils vont déchanter devant les capacités magiques de Moro… qui ne sont pas sans rappeler les pouvoirs si particuliers de leurs anciens adversaires de la Terre. Si le précédent arc était sympa question combats et créatures, il commençait à devenir redondant et c’est un très grand plaisir que l’on a de retrouver les aventures spatiales des héros, de découvrir de nouvelles planètes, pouvoirs magiques et un humour mis un peu sous le couvert précédemment. La capacité de Toriyama à développer son univers est tout bonnement prodigieuse et si l’on trouve forcément un peu de familiarités voir de redites (les entraînements entre deux combats), la richesse des personnages et des intrigues ne cesse de me fasciner. On est sans cesse ballotté (assez rapidement d’ailleurs!) entre facilité et désespoir total  et ça fonctionne pour nous tenir en haleine. Si l’auteur a beaucoup joué sur les niveaux et couleurs de cheveux des personnages, il revient ici à un esprit plus proche des débuts de Dragon ball Z pour mon grand plaisir. J’espère sincèrement que les aventures de patrouilleurs se poursuivront sur de nombreux tomes tant les possibilités sont grandes et les univers planétaires infinis. Ajoutons à cela un Jaco toujours aussi drôle (lisez vite son aventure solo si ce n’est déjà fait, c’est tordant!) et du des coups de théâtre efficaces et vous obtenez une série qui est presque aussi fraîche qu’à ses premières années!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Manga·Rapidos

Bolchoi arena #2: la somnambule

esat-west

BD de Boulet et Aseyn,
Delcourt (2020), 164 p., 2 volumes parus.

L’étonnante maquette au format comics voit (comme pour les manga) les informations auteurs, éditeur, titre notés sur une jaquette plastique, la couverture proprement dite proposant une illustration. Une courte bio des auteurs est inclue sur un rabat et une page de résumé du tome précédent ouvre l’album.

couv_381491

Marje a disparu dans le Bolchoï… Après l’accident majeur qui a coupé le réseau, son esprit se retrouve enfermée et semble se dissocier de plus en plus de son corps physique, entraînant un risque de mort. Pendant que les médecins et ses amis s’affairent sur son cas, elle décide d’explorer le Bolchoi plus avant et prendre tous les risques, quoi qu’il en coûte…

Preview BD Bolchoi arena T2 : La Somnambule - DelcourtmediathequeJ’avais été agréablement surpris par ma lecture du premier tome qui apportait quelque chose de frais et rétro dans l’univers de la BD. Ce vrai-faux manga développe plein de thématiques intéressantes… mais si le tome précédent fascinait par son exploration en compagnie de Marje de cet univers virtuel fantastique (et infini!), celui-ci se centre principalement sur le destin tragique de l’étudiante. L’idée d’une implication physiologique des addictions aux univers virtuels a déjà été traitée, souvent sous la forme de la consommation de drogues compensant le décalage de perception entre les deux univers. Ici les auteurs vont plus loin et c’est assez glaçant d’imaginer ce cerveau perdant tellement pied qu’il en oublie de gérer ses fonctions corporelles… à l’intérieur du Bolchoï c’est surtout la guerre entre consortiums qui est abordée avec un rôle d’électron libre semant la pagaille assumé par Marje qui décide, étant donnée son espérance de vie, de bouleverser la connaissance du monde virtuel. Et lorsque une découverte scientifique sème le doute sur le le fait que le Bolchoï soit un monde réellement fictif on rejoint une des idées fascinantes du best seller chinois Le problème à trois corps (pour ceux qui connaissent).BOLCHOI ARENA T02 par LABANDEDU9 - La bande du 9 : la communauté ...

J’ai été moins impliqué dans ce volume du fait de la thématique confirmée de l’album de Le Boucher Ces jours qui disparaissent, qui ne m’avait pas plus de par une atmosphère très dépressive que l’on retrouve un peu ici. L’absence d’évolution dans les dessins me dérange aussi car si sur un premier album on peut comprendre l’économie, ici le graphisme pose tout de même problème pour suivre les personnages. Les quelques séquences d’action sont aussi un peu brouillonnes visuellement et l’on attend un recentrage plus simple, plus lisible sur le troisième volume.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

**·BD·Nouveau !

Hit the Road

La BD!

Histoire complète en 48 pages, écrite par Dobbs et dessinée par Afif Khaled, parue le 01/07/2020 aux éditions Glénat/Comix Buro.

Hit the road, Clyde

La fin des sixties représente le crépuscule d’un âge d’or. Celui de bandits old school, des gangsters post-WW II venant d’une époque révolue où le manichéisme était encore de rigueur. Après ça, le Watergate, le Viet-Nam et la crise pétrolière se seront chargés de saper les fondations du vieux monde pour le faire entrer dans une ère pas nécessairement plus sombre, mais résolument plus grise.

Clyde n’en est pas conscient, mais il vit malgré lui la transition entre ces deux mondes. Bandit de grands chemins comme on en fait plus, bad boy nimbé de principes qui lui ont valu quelques années de placard, il ressort, libre, et prêt à régler quelques comptes avec Granny pour mieux repartir de zéro.

Non loin, la jeune Vicky gère la pression que lui met sa mère pour la faire participer aux affaires criminelles de sa famille dirigée par Granny, tout en cherchant le moyen d’avorter le plus discrètement possible. C’est alors qu’elle va faire la rencontre de Clyde, qui compte bien se servir d’elle pour atteindre la vieille cheffe de clan.

Arnaques, crimes et tatouages

Les histoires de gangsters sont devenues l’apanage de certains auteurs reconnus. On pense notamment à Quentin Tarantino ou Guy Ritchie, qui se sont fait une spécialité des populaces interlopes en créant des histoires à tiroirs, parfois sordides, souvent violentes, mais avec toujours ce ton mordant qui a fait leur renommée.

Force est de constater que leur travail a phagocyté le genre, tant et si bien que l’on parle de dialogues tarantiniens et de mise en scène « à la Ritchie« . Devenir ainsi le maître-étalon de tout un genre de fiction n’est pas chose aisée, mais peut avoir pour inconvénient de formater non seulement le genre en lui-même, mais également nos attentes de lecteurs.

C’est un peu ce qui se passe avec ce Hit the Road, dont l’intrigue, tout en restant cohérente dans son ensemble, ne s’aventure pas au-delà du premier degré, et se refuse le côté outrancier des œuvres tarantinienes. On trouve toutefois un peu d’ironie ainsi qu’un sens de la répartie dans les premières pages, mais qui s’efface bien vite au profit d’un scénario quelque peu convenu.

Reconnaissons néanmoins qu’il est délicat en 48 planches, de développer une histoire qui soit à la fois dense et dynamique. La révélation sur les motivations réelles de Clyde, bien pensée, est amenée assez maladroitement, trop pour élever le scénario dans son ensemble. A coté de ça, certaines thématiques, comme celle de l’avortement, auraient mérité un traitement plus dense mais paraissent saupoudrées ou survolées.

Le point fort de Hit the Road reste le graphisme excellent de Afif Khaled, qui livre de très belles planches grâce à un trait précis et dynamique.

En bref, malgré une partie graphique attractive et soignée, Hit the Road ne fait que passer, et c’est bien dommage !

***·Manga·Numérique·Rapidos

Glaucos #2-4

esat-west
Manga de Akio Tanaka
Glénat (2006-2007) – Kodansha (2004), 220p./volumes, série finie en 4 tomes.

glaucos02glaucos03glaucos4_30042007

  • Tome 2

badge numeriqueCissé est parti à la conquête du titre de meilleur apnéiste, mais confronté à la société occidentale et aux exigences que le corps médical lui impose son tempérament fougueux éclate. L’immersion est trop brutale pour quelqu’un qui n’était jamais sorti de son îlot… Alors que Haruka a identifié un phénomène d’hyper oxygénation du sang de Cissé lié à sa rate très particulière, le trio part bientôt pour le championnat du Japon où sa première confrontation en compétition va lui être offerte…

Sur une série très courte la progression dramatique est logiquement rapide et ce second tome se concentre sur les analyses médicales et sur la compétition où l’on retrouve la force des images du film Le Grand bleu. Le personnage de Cissé est un peu agaçant mais on se passionne pour ce milieu très particulier et les explications de l’auteur sur le fonctionnement biologique et psychologique de ce sport. On n’oublie pas un peu d’humour pour faire respirer les images avec quelques personnages dédiés au rôle comique.

  • Tome 3

Liste des critiques concernant Glaucosbadge numeriqueL’avant-dernier tome marque une rupture puisque apparaît enfin le « méchant », le champion du monde Petit qui a autrefois trahi son maître Claude. Après une initiation à la méditation Zen dans un monastère le héros va donc découvrir que la philosophie d’harmonie véhiculée par son mentor n’est pas partagée par tous et que Cissé a trouvé dans ce sport un moyen d’ascension sociale en gagnant beaucoup d’argent grâce aux sponsors. Dès 2004 l’auteur abordait donc la question aujourd’hui omniprésente du poids de l’argent dans le fonctionnement des sports… C’est donc un combat d’idées et d’approche de ce sport qui va clôturer le manga alors que Cissé organise une compétition privée destinée à montrer au monde qu’il est le roi… En maintenant une absence depuis le premier volume l’auteur a réussi à créer un personnage d’antagoniste très charismatique qui réussit parfaitement son entrée et titille notre curiosité pour savoir dans l’ultime tome si Cissé parviendra sans accident à vaincre et si les bribes d’idées fantastiques se matérialiseront ou resteront une mythologie en arrière-plan.

  • Tome 4

Glaucos Chapter 41 page 2badge numeriqueDernier tome surprenant et sous le tome d’un suspens auquel le mangaka ne nous avait pas habitué! Le volume commence par l’affrontement sous-marin avec Cissé parfaitement mené. On est … en apnée tout au long de cette descente quasi muette avec la crainte des deux amis de Cissé sur les risques physiologiques de cette course. Suite à cette plongée rien ne sera plus comme avant et la société Erebos va jeter son dévolu sur le prodige et en faire son cheval de course médiatique en le retirant de la protection de Claude et Haruka. On subit ainsi des sauts émotionnels et temporels assez brutaux mais maîtrisés dans cette critique sèche de la société du spectacle sportif où la santé des athlètes est bien peu de choses face à la communication et aux performances toujours plus loin… Cette très belle série s’achève dans une certaine mélancolie assez pessimiste après une dernière plongée où l’onirisme métaphysique rejoint le mythe saupoudré tout le long du manga en n’oubliant pas de rappeler les conséquences des essais nucléaires français dans le Pacifique. Une très jolie conclusion pour un beau manga.

Comics·Nouveau !·Numérique

Lazarus #7

esat-west

Comic de Greg Rucka et Michael Lark
Glénat (2020) – Image (2019), 132 p., série en cours.

badge numeriqueLe précédent volume commence à remonter puisque ma critique date d’un an et demi… Je n’ai pas lu le tome noté « 6 » chez Glénat, qui reprenait des épisodes spin-off apparemment peu intéressants. L’intrigue reprend donc bien au tome « 7 ». A noter que le nouveau cycle est sous-titré « Risen » chez l’éditeur original Image, Glénat ayant choisi de maintenir une continuité de tomaison. Espérons que cela n’oblige pas dans quelques volumes à une révision de la maquette sur les réeditions…

couv_386544

Alors que la guerre des familles s’intensifie Forever noue un pacte avec sa sœur pour enfin rencontrer son clone. La défaite contre le Dragon a marqué les esprits et les alliances se font et se défont dans un monde sur le point de basculer…

Est-ce le fait d’avoir attendu un temps inhabituel entre le précédent opus et celui-ci? Le fait est que cette reprise, si elle est plus que jamais marquée du sceau de l’action (entre intervention commando hyper-technologique et affrontement primaire entre lazares), semble patiner un peu dans la résolution de l’affrontement géopolitique. Le nouveau contexte marqué par un réequilibrage interne à la famille est désormais connu mais les aller-retours géographiques avec des informations temporelles assez absentes pour le lecteur ne facilitent pas la compréhension. Une carte des noms des clans en début d’album aiderait grandement à contextualiser de qui on parle car dans ces discussions stratégiques on est un peu perdu. De même, le changement de coiffure de Forever rend parfois compliquée la lecture des actions entre des soldats tous harnachés de combinaisons de storm-troopers. Le style de Michael Lark peut diviser, personnellement j’ai du mal depuis le début de la série, ce qui ne m’empêche pas de’apprécier l’excellent scénario, très sombre, froid et psychologique de Greg Rucka. Hormis cela on assiste à des assassinats violents, à l’apparition de la matriarche Carlyle, au retour du Dragon et aux incidences de la guerre sur les populations civiles.

On attend toujours la série Amazon qui devrait propulser encore plus haut cette série dans la popularité geek et il faut reconnaître une solidité indéniable dans la progression dramatique (un peu lente….?) et des personnages forts. L’univers de Lazarus est noir, très très noir. Gageons que cette « résurrection » soit un chemin vers la lumière.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Manga·Numérique·Rapidos

Glaucos #1

esat-west

Manga de Akio Tanaka

Glénat (2006-2007) – Kodansha (2004), 220p./volumes, série finie en 4 tomes.

glaucos01

Cissé est né dans la mer, mystérieusement, et sauvé par des dauphins. Ayant grandi auprès d’un pécheur sur un îlot du Pacifique, il est un jour repéré par l’ancien champion du monde de plongée en apnée qui voit en lui le successeur destiné à récupérer le record de profondeur…Killy on Twitter: "À noter qu'Ascension est une adaptation du ...

L’ouvrage commence comme un mythe, surprenant, un peu brutal: l’image d’une femme accouchant au milieu de l’océan, sur des planches en couleur de toute beauté et très poétiques. Puis on bascule dix-sept ans plus tard: Cissé, jeune homme longiligne et sec, aux yeux et lèvres le rapprochant des poissons, danse au fond de l’eau. Le rythme de ce premier tome avance vite puisque en deux-cent pages on assiste à la naissance de Cissé, son départ pour le Japon, lui qui n’a jamais reçu la moindre éducation scolaire et n’est jamais parti de son îlot, ses analyses médicales surprenantes et le début de sa formation pour reconquérir le titre de champion détenu par un certain Petit dont l’image commence déjà à hanter le jeune homme. Les interactions entre les personnages sont assez intéressantes, avec ce champion déchu et revanchard dont on soupçonne la manipulation, la chercheuse qui voit en Cissé l’archétype de l’évolution du genre humain et ce héros tout à fait immature qui va devoir apprendre que les capacités innées, aussi incroyables soient-elles, ne suffisent pas sans entraînement et travail. Le travail graphique est plutôt réussi avec de très beaux paysages et des visages de type franco-belge malgré quelques faiblesses anatomiques assez surprenantes. J’ai retrouvé dans ce bel album l’énergie sport-nature d’Ascension de Shin’ichi Sakamoto (sorti après Glaucos), avec des images de nature aquatique, l’aspect technique du sport extrême et la figure classique du jeune homme rebelle mais à la volonté d’airain.  Une belle découverte!

***·Manga·Nouveau !·Service Presse

Dr. Stone #10

esat-west

Manga de Riichiro Inagaki et Boichi
Glénat (2020), 10/15 tomes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Glénat pour leur confiance.

couv_394743

La guerre est terminée et le royaume des sciences l’a emporté! Il est désormais temps de concentrer les forces physiques, techniques et intellectuelles sur un nouvel objectif: la découverte de la source du rayonnement qui a pétrifié l’humanité il y a des milliers d’année! Pour cela ils devront se rendre de l’autre côté du Globe… C’est l’ère des grandes explorations!

A l’occasion de la sortie du dixième tome (la productivité de Boichi est tout bonnement sidérante!) qui marque une grosse étape dans la série avec la fin effective de la première partie autour de l’affrontement entre le royaume de sciences de Senku et celui de la force de Tsukasa il est temps de faire un petit bilan d’étape.

Dr. Stone -10- Les Ailes de l'humanitéDr. Stone est la première incursion de l’auteur sud-coréen dans le Shonen, associé au scénariste Inagaki. Il peut ainsi mettre à profit son incroyable technique (je trouve notamment ses textures et ses encrages virant au pinceau magnifiques) sous contrôle en ne se vautrant pas dans le terrible fan-service qui rend sa série phare Sun-ken rock si inégale. Dans ma lecture des premiers tomes j’avais un peu oublié l’aspect Shonen et si j’avais beaucoup aimé l’aspect scientifique (assez unique il me semble dans la BD grand public…) j’avais trouvé l’intrigue et les dialogues un peu légers. J’insiste donc sur le fait que ce manga se destine à un public de jeunes… ce qui n’interdit en rien de l’apprécier lorsqu’on est adulte et lecteur coutumier de manga. Elle peut même être une porte d’entrée si vous voulez découvrir le manga et ses codes si particuliers. C’est un dessin agréable, facile qui vous permettra de vous familiariser avec cet univers culturel et si le pitch de départ est un peu WTF, l’approche des découvertes en mode jeu-vidéo est vraiment la qualité première de ce manga.

Dans ce dixième volume on passe donc véritablement un cap puisque les différentes intrigues annexes convergent maintenant que Tsukasa a été vaincu. Nous avions appris Scan Dr. Stone 85 VFvia les passages dans le passé avec le père de Senku que le rayonnement pétrificateur se situait en Amérique du Sud, aussi notre héro qui ne capitule jamais devant l’adversité entreprend un voyage en bateau de l’autre côté de la planète! Comme chaque fois on tique en se disant que cette fois ils va un peu vite en besogne mais entre l’annonce et la réalisation surviennent plein d’étapes permettant de découvrir de nouvelles étapes de la civilisation… matérialiste.

Si ce volume a les mêmes qualités que tous les autres je reconnais que pour la première fois j’ai tiqué sur l’apparition de l’argent et la présentation du pétrole comme formidable, sans que quiconque ne trouve à redire. Quand on met en parallèle la vision antagoniste très intéressante de Tsukasa qui estimait que la pétrification avait permis de purger le monde de ses perversions les plus graves (et notamment écologiques) on ne peut qu’espérer que les auteurs utilisent simplement cette découverte pour créer un nouveau méchant. A voir sur la suite mais le risque est très grand de transformer une série jeunesse très vertueuse en un plaidoyer pour la découverte technologie sans morale.

Je vous passe les différentes découvertes de ce tome et vous invite si ce n’est fait à découvrir cette série dont le succès est amplement justifié tant elle semble faite pour incarner l’essence du shonen.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1