BD·Cinéma

Et alors Valérian?

Rapidos mon retour sur le Valérian de Luc Besson qui comme à l’accoutumée chez ce réalisateur va du chaud au froid entre immenses attentes et bashing violent.

valerian-02Clairement, l’adaptation est réussie, tout en restant dans l’univers de Luc Besson, très très compatible avec celui de Mezière (c’est quand même ce dernier qui a quasi créé l’univers du 5° élément). Les deux acteurs sont physiquement irréprochable (par rapport aux personnages de la BD) et notamment Dane DeHaan excellent… en revanche Cara Delevingne est une terriblement mauvaise actrice, non aidée par un doublage catastrophique en français! Mais bon, ici on parle d’univers graphique et chacun devra reconnaître que sur ce plan, c’est virtuose, empli de bon gout et d’idées fabuleuses comme ce Big Market qui emprunte un peu à celui de Hellboy II en développant bien plus avant l’idée du monde parallèle.  En clair on n’a pas été autant rafraîchi visuellement depuis le Jupiter des Wachowski et… le Matrix des mêmes. Luc Besson est un créateur visionnaire et plein d’humour, Valérian le confirme.V2

Le bémol scénaristique (gros coup de mou sur la deuxième partie après un festival graphique d’une heure) confirme que Besson devrait vraiment prendre des scénaristes chevronnés pour l’aider. Il commet la même erreur que Georges Lucas sur Star Wars épisode 1. N’est pas scénariste qui veut…

Même erreur également sur l’utilisation des CGI totalement dispensables concernant le peuple des Pearl qui auraient grandement gagné à n’être que maquillés et non entièrement créés en performance capture.

pilote-hors-sc3a9rie-spc3a9cial-valc3a9rian-preview-shingouzlooz-inc-wilfrid-lupano-mathieu-lauffray-p-3.jpg

Tout ceci n’est que détails et Valérian et la cité des mille planètes reste l’un des meilleurs films SF de l’année et un très bon cru dans la filmo malmenée de Besson ces dernières années. Gageons que comme Le 5° élément le film gagnera des fans au fil des ans et deviendra une référence du genre. Rappelons également qu’adapter une BD au cinéma est généralement signe de catastrophe et rien que pour cela, Valérian mérite les louanges (on est bien au-dessus d’Adèle Blanc-sec qui s’éloignait trop de l’univers de la BD).

Cette année Valérian est de grande qualité, il faut en profiter avec un très bon numéro spécial de Pilote déjà sorti en librairie et la version BD de Mathieu Lauffray pour très bientôt.

Le blog Fifty Shades of books en parle aussi.

Publicités
C'est lundi...

C’est lundi, que lisez-vous? #2

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

couv_56319couv_81914199822_c

couv_291415couv_32249couv_227927

Révisions sur la grandissime série Servitude (critique ici) avant la parution à l’automne du tome 5, derniers mètres en apnée sur la magnifique série d’alpinisme Ascension et rattrapage de retard sur le très dispensable troisième cycle de Lanfeust. Également relecture du très bon Comte Skarbek de Rosinski pour une critique Iznéo et découverte (mieux vaut tard que jamais) d’Un océan d’amour qui confirme que Lupano est vraiment le grand scénariste du moment.

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

couv_142820couv_215918couv_289032

On continue servitude (avant de se lancer sur la saison 7 de GOT!!!!) et on reprend  Descender (le T1 est chroniqué ici).

3. Que vais-je lire ensuite ?

couv_164372175615_cloki_19032005

Ca fait longtemps que je veux lire Herakles (trouvé en braderie de médiathèque avec l’actu en patates). Je fais ma culture sur l’illustrateur Esad Ribic dont je suis tombé amoureux depuis Thor… Et puis bon bein c’est bientôt la rentrée les amis, une très très grosse rentrée niveau qualité (si vous voyez un lien avec l’absence des traditionnelles parutions Van Hamme and co depuis quelques temps vous me prévenez hein?). Billet à suivre très vite pour vous dire ce que Me Myself and I on attend.

Comics

Descender 1 – Etoiles de Métal

Jeff Lemire, Dustin Nguyen
Urban comics 2016
(première publication US Image comics 2014)

87455

Carnet de 14 pages en fin de volume, reprenant des couvertures alternatives, les biographies des deux auteurs, des croquis préparatoires et une sélection de comics indépendants publiés par Urban. Le contenu canonique (de très bonne qualité) chez Urban Indies. L’ouvrage est fabriqué en Roumanie.

Descender relate l’immersion de Tim 21, robot-enfant dont la fonction principale est l’empathie pour les humains, dans un monde au bord de la destruction, depuis que les Moissonneurs, robots planétaires ont fait une irruption destructrice dans le Conglomérat Unifié Galactique…

L’on est face à un vrai grand Space-opera comme je les aime et ce tome de mise en place entre dans le vif du sujet sans longues introductions, amenant déjà des thèmes classiques de la SF (quelques éléments de la suite de Dune par Brian Herbert, la société ancienne, l’origine des robots,…). Les personnages sont bien caractérisés, graphiquement attrayants, l’antagonisme intéressant et le mystère intriguant. Tout est en place pour nous donner envie de connaître rapidement la suite des aventures de Tim-21. Niveau dessin en revanche, si c’est très maîtrisé et apporte une originalité certaine, la technique de Nguyen donne souvent un aspect brouillon, non achevé, à la va-vite. L’aquarelle sur crayonné crée cela bien entendu, mais tout de même… planchea_305195L’on connaît les rythmes imposés aux auteurs américains et cette tendance (déjà vue sur Low de Remender, paru chez Urban) aux dessins « légers » ne me convainc pas du tout. Ce qui est dommage car cette technique étant assumée, l’on n’est pas en présence d’un auteur en progression, la suite sera du même tenant et personnellement je me contenterais de lire cette série (qui reste de très bonne qualité) en bibliothèque.

MAJ tome 2 aout 2017: La lecture du tome 2 confirme les premières impressions. Le dessin est vraiment léger alors que l’intrigue, le design et le découpage sont vraiment chouettes. Les sujets SF sont du reste assez classiques mais on se laisse prendre par cette histoire avec dans cette suite la question familiale de Tim-21 qui se renforce.

note calvin

note calvin

note calvin

 

 

 

Fiche BDphile