****·BD·Comics·East & West

Black Hammer

esat-west

Black Hammer est une série écrite par Jeff Lemire et dessinée par Dean Ormston, parue aux US dès 2017 chez Dark Horse. La publication française est assurée par Urban Comics, avec un premier tome paru le 28/10/2017, un second tome paru le 13/04/2018, et un troisième tome paru le 05/07/2019.

Champions Oubliés

Notre histoire débute dans une ferme typique américaine, habitée par une famille quelque peu dysfonctionnelle mais que l’on sent unie par des liens profonds, plus profonds sans doute que les liens de sang.

Abe, le patriarche de ce singulier aréopage, s’échine à faire tourner son exploitation tout en portant à bout de bras sa tribu de marginaux excentriques. Toutefois dire que les apparences sont trompeuses serait ici un monumental euphémisme. En effet, Abe, Gail, Mark et les autres ne sont pas de simples citoyens, mais des êtres surhumains, des super-héros, qui, en pensant se sacrifier pour sauver la Terre du sinistre Anti-Dieu, ont finalement échoué dans cette banale bourgade américaine. Tout irait donc pour le mieux s’ils n’étaient pas prisonniers de cette petite ville, incapables d’en quitter le périmètre sous peine de disparaitre, à l’instar de leur leader Black Hammer , qui tenta dès le premier jour de rentrer chez lui et en fit les frais, laissant son éponyme marteau derrière lui.

Les héros désemparés ont donc passé 10 ans dans cet univers, cachant leurs véritables identités au reste des habitants, gérant ou fuyant leurs problèmes, selon leur caractère. Mais, alors que certains d’entre eux, tel Abe, voient dans cet exil forcé une chance de vivre une vie normale, d’autres, comme Gail, piégée dans le corps enfantin de son alter-égo, ne rêvent que de s’échapper pour retrouver le sel de leur ancienne existence.

Héros déconstruits

Dès les premières pages de Black Hammer, le lecteur accoutumé aux comics percevra les références assumées par l’auteur Jeff Lemire. Abe, le vieux combattant, est un hommage à Captain America et aux héros du Golden Age des comics. Barbalien est sans aucun doute un ersatz du Martian Manhunter de DC Comics, tandis que Golden Gail nous rappelle Shazam. Le Colonel Weird serait alors un Adam Strange sous acide. Black Hammer, quant à lui, serait un amalgame en Thor et Superman, sans oublier des références aux New Gods de DC.

Le reste de l’histoire se construira autour d’un enjeu principal: celui pour les héros de rentrer chez eux, dans leur monde d’origine. Alors que ces derniers luttent face à la normalité et à leurs propres démons, sur Terre, Lucy, la fille de Black Hammer, mène sa propre enquête pour ramener son père, et se faisant, se rapproche de la vérité.

Au fil des tomes, on se prend d’amitié pour ces héros désabusés, ces êtres extraordinaires contraints de revêtir un masque par-dessus le masque, exilés après un brave sacrifice. Plus que l’enquête de Lucy et les mystères de Mme Dragonfly, ce sont les liens et les tourments des personnages principaux qui font l’intérêt de cette série.

Le tome 3 est certes un peu plus orienté vers l’action et tend vers la résolution de l’intrigue grâce à quelques révélations, mais le tout reste cohérent et centré sur les personnages.

S’agissant de la partie graphique, Dean Ormston paraît être l’architecte idéal pour cette univers à la fois étrange et familier, livrant un dessin qui sort des carcans du comics pour embrasser des univers et des références plus variés.

Black Hammer a reçu un Eisner Award de la meilleure nouvelle série en 2017, et cette récompense n’est absolument pas usurpée !

****·Comics·East & West·Guide de lecture·Nouveau !

RUMBLE

esat-west

Rumble est une série écrite par John Arcudi et dessinée par James Harren, éditée aux US chez Image Comics. La série est publiée en France par Glénat, avec un premier tome paru le 13/04/2016, un deuxième tome paru le 28/09/2016, et un troisième tome paru le 29/05/2019.

Urban Fantasy déjantée

Bobby LaRosa est un jeune adulte embourbé dans sa médiocrité. Derrière son bar miteux, il se lamente sur la vacuité de son existence morose auprès de son habitué Cogan, jusqu’à ce qu’un épouvantail vivant débarque armé d’une épée géante pour mutiler le vieil homme, qui s’enfuit, laissant derrière lui une mare de sang et un grand nombre de questions…

Ainsi débute la série Rumble, lancée en 2014 par le prolifique John Arcudi et le talentueux James Harren, reconnus tous deux pour leur passage sur la série B.P.R.D., le premier en étant l’un des architectes.

Face à ce déchainement soudain de violence, Bobby va devoir compter sur l’aide impromptue de son ami Del, et découvrir l’identité et les motivations de cet épouvantail: autrefois un grand guerrier immortel nommé Rathraq, il combattit des millénaires durant contre les Esus, une race de monstres malfaisants vouée à subjuguer les humains primitifs peuplant la Pangée. Après la trêve conclue entre les deux camps, le féroce et dévoué Rathraq avait perdu sa raison d’être, et fut banni, son âme immortelle dépouillée de son cadre charnel. Ce n’est que des millénaires plus tard qu’il s’est échappé de sa prison, déterminé à obtenir sa vengeance.

C’était (pas) sa guerre

Dans Rumble, Bobby, et dans une moindre mesure, le truculent Del, représentent notre ancrage, et se substituent en quelque sorte au lecteur, qui se plonge à travers eux dans cet univers dangereusement fantastique peuplé de monstres bigarrés. Le thème du monde caché, de la mascarade, est encore une fois exploité de telle sorte que nous suivons avec délectation les tourments de nos deux loosers aventureux, alors qu’une guerre antédiluvienne entre monstres et demi-dieux fait irruption dans la ville.

Toutefois, Bobby et Del ne sont pas les seuls à provoquer l’empathie. Le grand Rathraq, qui continue se se battre alors qu’il n’est plus qu’un écho pathétique de l’invincible guerrier qu’il fut, a de quoi nous émouvoir également, sûrement du fait du paradoxe entre sa fragilité physique et la force de son esprit.

James Harren fait ici un travail formidable en incarnant des personnages expressifs au look unique et marquant, des monstres difformes mais possédant chacun leur identité. Les scènes de combat sont dynamique et n’oublient jamais d’être gores à souhait, ce qui colle parfaitement au style du dessinateur, qui avait déjà fait des merveilles sur B.P.R.D. Ses planches décompressées plongent le lecteur dans une ambiance singulièrement glauque tout en maintenant un niveau de qualité constant sur toute la série.

Rumble est un comic indy qui donne à lire une histoire unique sortant des terrains battus du mainstream, à lire bien évidemment !

***·BD·Comics·East & West

Ether

esat-west

Deux premiers tomes de 114 pages, d’une série écrite par Matt Kindt et David Rubin. Parution dès 2017 aux US chez Dark Horse, parution en France le 21/09/2018 et le 30/08/2019 aux éditions Urban Comics, dans la collection Urban Indies.

Blondin avait publié un avis à la sortie du premier tome.

Enquêtes mortelles au pays des rêves

Boone Dias est un aventurier d’un genre bien particulier: après avoir découvert une nouvelle dimension, nommée l’Éther, ce scientifique rigoureux bien que controversé s’est lancé à corps perdu dans son exploration, devenant au fil des années une sorte d’enquêteur attitré pour cet univers régi par des règles étranges.

Si Boone Dias a pu résoudre des affaires toutes plus inextricables les unes que les autres dans l’Ether, c’est grâce à son esprit affuté et son absolu pragmatisme, qui sont à contre-emploi dans un monde dont le substrat semble défier toute logique. Le scientifique-explorateur met en pratique la fameuse Troisième Loi de Clarke, qui veut que toute science suffisamment avancée soit indiscernable de la magie, si bien qu’il perce aisément tous les mystères qui se présentent à lui en se raccrochant à ses connaissances.

Mais si l’Ether représente le rêve de tout aventurier, sa découverte et son exploration ont eu un coût exorbitant pour Dias: le temps passant différemment dans chaque monde, le scientifique a du laisser derrière lui sa vie terrienne, sacrifiée sur l’Autel de la Science…

Le Sherlock Holmes transdimentionnel

Lors d’une de ses excursions dans l’Ether, Boone va se voir confier une enquête bien particulière: élucider le meurtre de la Flamme d’Or, la gardienne réputée invincible du royaume. Ses investigations périlleuses vont le mener dans les recoins sombres et inexplorés d’Agartha, la capitale, et le confronter à son insidieux adversaire, Lord Ubel, gardien du savoir de l’Ether, maître de la duplicité et fourbe ourdisseur de complots les plus retords.

Dès les premiers chapitres d’Ether, on est frappé par la dynamique très holmesque de l’univers mis en place par Matt Kindt. Comme l’incontournable détective de Baker Street, Boone est un homme gouverné par la raison, doté d’un esprit si cartésien et détaché qu’il en devient presque antipathique, car sa manie de décortiquer les évènements magiques de l’Ether l’empêche d’en saisir toute la beauté (il faut savoir également qu’Arthur Conan Doyle n’aimait pas Sherlock, ou en tout cas, il souhaitait dénoncer à travers ce personnage le détachement scientifique).

Boone Dias se paie même le luxe d’avoir à ses côtés un Watson, en la personne de Glum, une Irène Adler en la personne de Violette, sans oublier son Moriarty, se cachant sous les traits de Lord Ubel.

Malgré ses manies, Boone reste un personnage attachant, notamment du fait des sacrifices auxquels il a consentis pour pouvoir explorer l’Ether. Chacun de ses retours dans le monde réel, chacun de ses départs pour le monde magique est déchirant, ce qui confère une dimension humaine à cet aventurier hors du commun.

Le dessin de David Rubin donne une forme spectaculaire à l’Ether, le dessinateur espagnol sait parfaitement rendre tangible l’architecture étrange et les personnages bigarrés qu’on y croise. Grâce à son trait, on saisit bien aussi la différence entre les deux mondes, par les jeux de couleurs notamment.

Les deux tomes d’Ether parus chez Urban comics sont une belle découverte, idéal pour combler votre confinement !

***·Comics·East & West

October Faction #1

Comic de Steve Niles et Damien Worm
Delcourt (2019) – IDW (2014-…), épisodes 1-6, série en cours, 18 issues parues aux USA et deux séries dérivées.

Portrait de famille

couv_378763Bien souvent, les relations que l’individu entretient au sein de sa famille constituent plus tard le ciment de sa personnalité, et peuvent, également, conditionner certains de ses choix. Les familles fictionnelles ne font bien évidemment pas exception, y compris les familles badass qui chassent des monstres.

Autrefois, Fredrick Allan était un redoutable chasseur de monstres. Rompu à la traque des créatures surnaturelles et exceptionnellement érudit en sciences occultes, il a finalement décidé de se ranger pour mener une vie plus ou moins normale, au grand désarroi de son épouse Deloris, à qui le frisson de la chasse manque terriblement, et de ses enfants Geoff et Vivian, qui ne rêvent que de reprendre l’activité familiale. Fredrick va bien entendu être ramené dans le feu de l’action par des affaires qu’il pensait (littéralement) enterrées.

Les monstres sont parmi nous

Steve Niles, l’auteur de l’incontournable 30 jours de nuit, s’amuse dans October Faction à faire état des liens dysfonctionnels qui unissent les membres d’une famille hors du commun, comme on peut aussi s’en délecter dans Les Indestructibles ou La Famille Adams.

Pas de doute, le scénariste maîtrise bien les codes du genre, et n’hésite pas à employer vampires et loups-garous lors des flash-backs nous donnant un aperçu du glorieux passé du couple Allan. Côté horrifique, je trouve cependant dommage que l’on reste cantonnés à ces créatures, déjà croisées à l’envie dans ce type d’histoire, plutôt que d’explorer des folklores un peu moins exploités, comme dans les univers de Mignola, par exemple.

L’intrigue reste toutefois prenante, car il est difficile de ne pas s’attacher aux membres de cette famille étrange malgré leurs activités morbides. Les liens se renouent au cœur du danger, l’amour refleurit par-dessus les tâches de sang, c’est tout ce que l’on s’attend à lire en voyant la couverture d’October Faction, qui emprunte autant à la Famille Adams qu’aux Winchester de la série Supernatural.

Côté graphique, le travail de l’espagnol Damien Worm fait penser à la fois aux ambiances de Ben Templesmith, qui officiait déjà avec Niles sur 30 jours de nuit, mais aussi à Clayton Crain, qui s’est déjà surpassé sur des ambiances glauques et horrifiques auparavant.

Amateurs de monstres, de frissons, d’épouvante et de cohésion familiale retrouvée, il ne vous reste plus qu’à vous plonger dans cette BD sombre avant d’éprouver vos nerfs sur l’adaptation qu’en a fait Netflix© !

***·Comics·East & West·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Omni

Recueil de 96 pages réunissant les épisodes 1 à 5 de la série Omni, écrite par Devin Grayson, dessinée par Alitha E. Martinez. Parution le 12/02/2020 aux Humanoïdes Associés.

couv_385571Le nouveau label H1 Comics, dont la diffusion en France est assurée par les Humanoïdes Associés, nous propose un univers partagé dans lequel évoluent des super-héros d’un nouveau genre. Les premières publications de cette écurie naissante, Ignited, Meyer, Strangelands et Big Country, ont posé les premiers jalons, et sont suivies par Omni. Blondin vous proposera samedi son avis sur Nicnevin.

Éveil Cognitif et ubiquité mentale

Cecelia Cobbina est une brillante chirurgienne qui n’a pas peur de se mettre en danger pour honorer son serment d’Hippocrate. Alors qu’elle opère en zone de guerre, en Afrique, son don s’active sous l’effet du stress. Dès lors, Cecelia sera capable de penser à une vitesse époustouflante, mobilisant neuf types d’intelligences qui lui permettront d’optimiser le traitement des informations par son cerveau.

Transformée en génie par cette expérience, Cecelia va, dans un premier temps, chercher à retrouver et aider des individus qui ont eux-aussi été « activés » de par le monde afin de lever le voile sur le mystère de leurs origines, avant d’envisager de mettre ses capacités au service de tous.

3, 2, 1, 0… Ignited !

Omni réussit le pari de traiter un personnage exceptionnellement intelligent de façon crédible, ce qui n’est jamais chose aisée. En effet, j’ai toujours trouvé périlleux de vouloir retranscrire plausiblement le fil d’une pensée surdouée lorsque l’on n’est soi-même pas un génie (ou en tous cas pas dans les proportions décrites dans l’œuvre), et ce, sans dissimuler ses inévitables lacunes dans un blala technique artificiel et souvent inadéquat.

C’est ce qui arrive malheureusement assez souvent, notamment dans les œuvres utilisant la science: l’auteur ne sait pas vraiment comment fonctionne tel ou tel concept, finit par en livrer une version fantasmée en croisant les doigts pour que le lecteur/spectateur ne relève pas davantage.

Ici, le personnage de Cecelia n’affiche pas une science décalée, noyée dans un propos volontairement obscur ou faussement complexifié. Ses déductions restent logiques et bien argumentées, basées de façon adéquate sur les différentes ressources intellectuelles qu’elle mobilise. Sur le plan de la narration, il faut souligner la trouvaille assez ingénieuse des auteurs, qui ont justement adopté un code couleur pour chaque type d’intelligence afin que le lecteur puisse s’y retrouver.

Parmi ces éléments de mise en scène, Omni évoque habilement des thématiques d’actualité, comme les enjeux écologiques, la place de la femme dans la société et le traitement des minorités.

S’agissant de l’univers partagé en lui-même, il demeure attractif pour le moment, même si le nombre de titres et leur publication très récente ne permet pas encore de juger sur le long terme.

Ce n’est pas un défaut en soi, mais on ne peut que relever des similitudes avec certaines autres œuvres , notamment celles qui utilisent le concept d’un évènement global qui provoque une génération spontanée de super-pouvoirs: le célèbre Rising Stars de J. Michael Straczynski, The New Universe avec son « Instant Blanc« , The End League de Rick Remender, sans oublier l’incontournable Earth X chez Marvel.

Omni offre des personnages attachants, évoluant dans un univers neuf et en pleine expansion. Espérons que la suite de la série saura transformer l’essai !

note-calvin11-32note-calvin11-32note-calvin11-32

**·Comics·Nouveau !·Numérique·Rapidos·Service Presse

La Reine Oubliée

Récit complet en 106 pages de la mini-série Valiant intitulée « The Forgotten Queen« , avec Tini howard au scénario, Amilcar Pinna au dessin, et Ulises Arreola aux couleurs. Parution le 14/02/2020 aux éditions Bliss.

On poursuit notre parcours parmi les publications des éditions Bliss, avec La Reine Oubliée, récit qui traite de la genèse et du retour en force de la Belliciste, une antagoniste qu’ont déjà affronté les héros de l’univers Valiant.

Vexana n’est pas une femme comme les autres. En effet, elle parcourt les siècles, et voit défiler les millénaires sans être affectée par les ravages du Temps: c’est une immortelle, aux origines obscures mais dont l’empreinte s’est faite sentir aux quatre coins du globe, au sein des empires les plus puissants que compte l’Histoire.

Car si Vexana s’est faite connaître sous de nombreux noms, c’est celui de la Belliciste qui l’a rendue notoire dans l’univers Valiant. En effet, elle a le pouvoir de littéralement provoquer la guerre, en éveillant chez les hommes autour d’elle une inextinguible soif de violence et de sang. Par ce biais, elle a généré d’innombrables conflits, aidant des empires comme celui de Genghis Khan à s’étendre.

Cependant, même une immortelle ne peut se soustraire longtemps aux affres de l’ennui, et Vexana ne fera pas exception. Se lassant des hommes faibles et pathétiques qui n’arpentent son chemin que pour succomber à son pouvoir, elle octroie ses « services » à des rois ambitieux sans en retirer de satisfaction particulière, jusqu’à tomber sur celle qui fera chavirer son cœur…

La Reine Oubliable

L’univers Valiant contient de nombreuses séries innovantes et intéressantes, comme Faith, Divinity, Harbinger, ou encore Bloodshot. Malheureusement, cette introduction au personnage de la Belliciste ne s’avère pas aussi convaincante. Les quatre numéros de la mini-série ne permettent pas au personnage de briller réellement, ni par sa psychologie, ni par sa prestance.

A la lecture, on a quelques difficultés à voir où Tini Howard veut en venir en racontant le parcours de cette maîtresse de la guerre. Certes, il est intéressant de constater le poids qu’aurait l’immortalité sur l’âme humaine, mais c’est un sujet déjà maintes fois traité. On notera que l’histoire d’amour entre Vexana et Khutulun aide à ajouter une dimension salvatrice au personnage, qui par ailleurs, ne brille pas par son charisme.

Les dessins d’Almicar Pinna rappellent le trait d’un Salvador Larroca, en plus précis cependant. L’artiste maîtrise bien les sauts dans le temps entre présent et passé, et ses personnages sont correctement caractérisés.

La Reine Oubliée n’est a priori pas le point d’orgue de l’univers Valiant, diffusé en France avec le concours de Bliss Éditions, bien qu’il détaille les origines d’un personnage récurrent. Ce récit complet sera donc destiné avant tout aux amateurs des séries concernées qui souhaiteraient approfondir leurs précédentes lectures.

note-calvin11-32note-calvin11-32

 

***·Comics·East & West·Nouveau !·Numérique

Incursion

Recueil de 112 pages comprenant les quatre numéros de la mini-série Incursion édité aux USA chez Valiant. Parution le 24/01/2020 aux éditions Bliss, scénario d’Andy Diggle et Alex Paknadel, dessin de Doug Braithwaite.

Conan the Bodyguard

badge numeriqueTransformé par les pouvoirs du Don, Gilad est devenu le Guerrier Éternel, un homme élevé au-dessus du commun des mortels et qui, depuis des temps immémoriaux, n’a qu’un sacerdoce: protéger les Géomanciens, une lignée continue d’avatars de la planète Terre. Pour lui, la mission est simple: protéger le Géomancien, c’est protéger la Terre, quoi qu’il en coûte. Gilad l’ignore encore, mais une menace cosmique est en chemin: l’Impératrix Virago, conquérante stellaire et antithèse des Géomanciens, en ce qu’elle manipule non pas la vie florissante d’une planète, mais les énergies nécromantiques issues de la Mort. L’Impératrix, comme tout bon tyran nécromantique, ne dépend que des planètes qu’elle conquiert, et dont elle draine les énergies vitales afin d’assurer sa subsistance. Et bien évidemment, la Terre se trouve être la prochaine étape sur le banquet de jouvence de cette mortelle conquérante. Gilad va donc faire ce qu’il a toujours fait, protéger le Géomancien, ou plutôt, la Géomancienne, Tama, jeune enfant qu’il a pris sous son aile.

Voyage au bout du Monde des Morts

Gilad va être confronté à un compte à rebours pour sauver Tama, infectée par un mal mystérieux qui, de par son lien symbiotique avec la planète, se répand à travers le monde, préparant ainsi le festin dont se repaîtra Virago lors de son arrivée. Le héros immortel voyagera donc à travers le Monde des Morts, sortes de limbes infernales, pour trouver un remède, ou tuer l’Impératrix, si toutefois il en a la force.

Andy Diggle est un auteur britannique issu de la scène Indy, connu notamment pour avoir officié chez 2000AD, ainsi que pour ses runs des Thunderbolts et de Daredevil chez Marvel. Il s’associe au moins expérimenté Alex Paknadel pour nous servir une histoire menée tambours battants, et dont le rythme haletant ne permet pas forcément d’approfondir les relations entre Gilad, héros taiseux et badass, et sa petite protégée surpuissante mais malade. Le tout reste fluide, compréhensible et rythmé, toutefois, on aurait sans doute aimé voir quelques scènes supplémentaires pour illustrer davantage l’attachement du Guerrier Éternel à la jeune Géomancienne.

Cela dit, sa dévotion se traduira principalement par des actes, Gilad ne reculant devant aucun sacrifice pour assurer la protection du monde, et par extension, de celle qui pourrait être considérée comme sa fille adoptive. Les dessins de l’immense Doug Braithwaite apportent le souffle nécessaire à l’histoire, bien que l’affrontement final, amené dans les dernières pages, puisse laisser le lecteur sur sa faim. Incursion reste un album efficace, au prix abordable, et qui ravira les amateurs d’action et les lecteurs assidus de Valiant !