*****·Actualité·Cinéma·Comics·East & West·Rétro

Jupiter’s legacy: l’adaptation Netflix

Jupiter's Legacy - Série TV 2021 - AlloCiné

Ça a mis le temps mais on y est: le chef d’oeuvre de Mark Millar et Frank Quitely, le diptyque qui a révolutionné la BD de super-héros est visible depuis aujourd’hui sur Netflix pour une série live. En attendant de voir ce que donne cette première concrétisation du rachat des œuvres de l’écossais (à l’origine de Superman Red Son, Old man logan, Civil War, Kick ass, The magic order ou encore Kingsman…!!!) par la plateforme (Magic Order, Sharkey et Space bandits sont également en travaux) je vous rappelle les billets chroniquant le comic que vous devez impérativement lire si ce n’est déjà fait!

250px-jupiterschildren2c1byfrankquitely  Couv_328568

**·Comics·East & West·Nouveau !

The Resistance

esat-west

Album de 141 pages comprenant les six épisodes de la série écrite par J. Michael Straczinsky et dessinée par Mike Deodato Jr. Parution le 17/03/2021 aux éditions Panini Comics

Pandémie, Pan ! T’es mort !

Depuis l’an dernier l’éditeur Panini, connu pour distribuer les comics Marvel, s’est donné pour mission d’élargir son panel en dénichant des comics indépendants issus d’éditeurs américains moins connus du grand public français. En ce début d’année, le thème des Indy est clairement d’actualité, puisqu’après Year Zéro, qui nous rejouait l’apocalypse zombie, on trouve The Resistance, qui traite une nouvelle fois d’une pandémie mondiale touchant l’Humanité. 

L’histoire débute lors de l’apparition du virus XV1N1, un pathogène mortel à plus de 95% dont l’apparition et la propagation demeurent un mystère. En quelques mois, le virus qui a pris tous les gouvernements au dépourvu (tiens, tiens) a fait 400 millions de victimes, et laissé le monde dans un état plus précaire encore qu’avant la pandémie. Le plus préoccupant, c’est que personne ne parvient à comprendre pourquoi ni comment la pandémie a pris fin. Du jour au lendemain, les personnes infectées, qui jusque là mourraient en quelques heures, se relèvent, exemptes de symptômes. 

Cerise dramatique sur le gâteau médico-scientifique, il s’avère qu’une certaine frange de la population ayant survécu au virus a développé des capacités surhumaines. L’Humanité se réveille donc de cette tragédie avec 400 millions d’âmes en moins, mais avec 10 millions de mutants dotés de super pouvoirs. Quels sont les rouages de cette évolution ? Quels phénomènes sinistres cache-t-elle ? Comment l’ordre mondial va-t-il se réorganiser après tout ça ? Les masques seront-ils toujours obligatoires ? 

Un remède à la vie ?

JM Straczinsky est un auteur reconnu pour ses travaux sur Amazing Spider-Man, Supreme Power ou encore Rising Stars. Malheureusement, ce qui fait un bon auteur peut aussi le défaire, puisque dans le cas présent, The Resistance souffre de la comparaison avec chacun de ses précédents travaux. Un événement singulier qui donne des pouvoirs en masse (Rising Stars et son météore, Supreme Power et le nanovirus apporté par Hyperion, l’auteur se permet même d’opérer un mix des deux!), des héros nouveaux qui doivent trouver leur place face à des gouvernements suspicieux voire carrément fascistes (idem, Rising Stars et SP sont en plein dedans), et ainsi s’organiser, l’héroïne rédemptrice qui se sacrifie pour le bien commun…  

Le pitch reste intéressant notamment par sa résonance avec l’actualité et le traitement pseudo-réaliste qu’il fait de la place du super-héros dans le monde et du danger qu’il représente en vérité. D’autres œuvres s’y sont déjà essayées: Watchmen et Miracleman d’Alan Moore, Injustice, Supreme Power encore, The Authority, Planetary, No Hero, Black Summer, de Warren Ellis, Irrécupérable de Mark Waid, The Boys de Garth Ennis, la liste est longue et montre bien que le genre super-héroïque n’a pas attendu The Resistance pour s’autodigérer et opérer une remise en question. 

De surcroît, le débat philosophique est d’ailleurs relativement fade puisque l’on s’éparpille dans plusieurs thématiques sans que se dégage un protagoniste fort ni un discours cohérent. On passe par la peur des gouvernements (Watchmen, Authority), à la volonté de contrôler les êtres dotés de pouvoirs (Supreme Power) puis à la coercition, avec un bref passage par l’instrumentalisation et l’entertainement (The Boys). Tout cela sent donc le réchauffé, même si un début de réflexion lancé par l’auteur sur le fait que les pouvoirs ne sont finalement qu’un amplificateur de la nature profonde de celui qui les possède, n’est pas réellement exploité, à tort. 

Le dessin de Deodato Jr, s’il comporte un gimmick distrayant, celui de doter ses personnages des traits de certaines célébrités (j’ai repéré Ed Harris en POTUS, notamment), comporte depuis quelques temps déjà des incongruités anatomiques qui vont à rebours de l’immersion ciné génique qu’induit son style réaliste. 

En conclusion, JMS nous sert une version COVID de ses précédents travaux, un argument de vente osé de la part de Panini qui jusque là avait sur dégoter des petites pépites indé. 

*·Nouveau !

Spider-Man: De père en fils

esat-west

Intégrale reprenant les cinq numéros de la mini-série Spider-Man: Bloodline, écrite par JJ et Henry Abrams, dessinée par Sara Pichelli. Parution en France chez Panini Comics, le 17 février 2021.

Appren-Tissage adolescent

Il y a douze ans, l’impensable s’est produit pour Spider-Man: vaincu et mutilé par Cadavérique, un nouvel adversaire qui lui en voulait personnellement, le héros a vu l’amour de sa vie, Mary Jane, périr des mains du monstre. Mortifié par le deuil, Peter s’est éloigné de son fils Ben, qui ignore tout du passé de son père et de la cause du décès de sa mère. 

Ne voyant qu’un père lâche et absent, Ben rumine son mal-être adolescent en rejetant l’image paternelle. Un jour, Ben se découvre de stupéfiantes facultés, similaires à celle du héros arachnéen d’autrefois. Ce sera l’occasion pour l’adolescent d’explorer ses origines et de faire face à son deuil, tout en apprenant le poids des responsabilités. Malheureusement, cette quête initiatique ne fera pas dans la quiétude, car Cadavérique est de retour, plus déterminé que jamais à obtenir ce qu’il désire. 

On ne présente plus JJ Abrams, devenu en quelques années une figure inévitable de la pop culture. Star Trek, Star Wars, Mission Impossible, mais également Cloverfield, le producteur/réalisateur/scénariste a étendu son répertoire jusqu’aux confins de la galaxie Pop, avec plus ou moins de succès. Titillé depuis quelques années par l’envie d’écrire pour la BD, Abrams donne suite à un appel du pied de plusieurs années d’un « senior editor » de chez Marvel pour entamer un récit hors-continuité sur Spider-Man, secondé par son fils Henry. 

Venant d’un auteur prolifique et fin connaisseur du genre, ce récit avait de quoi susciter les attentes les plus élevés en terme de qualité, d’autant plus que l’homme écrit avec son fils un récit évoquant les générations, ce qui promettait une alléchante mise en abyme pleine d’émotion. 

La scène d’ouverture du récit donne le ton en nous faisant assister à une cuisante défaite pour Spider-Man, aux prises avec un colossal homme-cyborg-zombie, qui l’attaque pour des raisons que nous ne connaissons pas encore. Mary Jane est prise entre deux feux, et meurt empalée par le monstre, sans raison apparente. Les funérailles qui suivent sont déchirantes, et permettent d’échanger le point de vue, en passant à celui de Ben, le fils de Peter et MJ. 

Douze ans plus tard, on découvre que Ben a grandi seul avec Tante May, Peter ayant décidé de partir travailler à l’étranger pour le Daily Bugle. Il hait son père pour l’avoir abandonné, et entre dans une phase de rébellion qui le mène à rencontrer Faye Ito. Viendront ensuite les pouvoirs et la découverte qu’en fera Ben avec les aléas prévisibles dans ces situations. 

Le reste du récit sombre ensuite dans la confusion, se concentrant sur une intrigue aux circonvolutions à la fois attendues et déconcertantes. Il y a dans ce De père en Fils un sentiment de dispersion et de futilité qui fait perdre le fil dès le second chapitre. Il est en effet assez difficile, à mon sens, d’écrire des personnages adolescents intéressants tout en évitant l’écueil de les aliéner au lecteur. 

C’est toutefois ce qui se produit ici, car Ben, bien que l’on puisse s’identifier à ses tourments au premier abord, perd vite de sa substance et ne donne alors plus qu’à voir angoisse existentielle et passivité mal employée. Rien n’est juste dans les deuxième et troisième actes, si ce n’est la quête de Ben pour secourir son père, mais même celle-ci est entrecoupée de dialogues maladroits, décousus, et de tartines d’exposition pivotale censées nous éclairer sur les motivations du méchant. 

Le méchant, justement, entre dans la catégorie des « monstres tragiques »  mais ne parvient à aucun moment à émouvoir ni à effrayer, ce qui le rend totalement oubliable. Pire encore, le mystère qu’apportaient les zones d’ombres sur ses motivations, laisse place à la confusion une fois révélées, ce qui tire encore davantage la mini-série vers le bas. Ne parlons même pas de la véritable antagoniste, sorte de boss de fin WTF, qui n’apporte pas grand-chose non plus.

La relation entre Ben et Peter a quelque chose de touchant, en revanche là encore, elle est parasitée par l’intrigue qui peine à tenir debout et un rythme décousu qui ne permet pas de s’attarder réellement dessus.

Le casting semble acceptable à première vue, mais les personnages sont sous-utilisés (Riri Williams) ou employés de façon si maladroite (Tony Stark, Peter Parker) que cela en devient gênant pour la lecture. La palme revient malheureusement à Faye, acolyte/love interest de Ben, qui a tout de la fameuse « Manic Pixie Dream Girl « déjà décrite dans des précédentes chroniques. Certes, elle décrit un intérêt pour les causes sociales qu’elle défend et offre un point de vue intéressant sur le célèbre leitmotiv de Spidey, mais son intérêt semble s’arrêter là, ce qui la réduit à un stéréotype, comme souvent dans des histoires pour les garçons écrites par des garçons, ou encore dans les fan fictions, ce dont relève finalement ce scénario. 

Ce qui ressort de ce fiasco est le terrible gâchis qui est fait des talents de Sara Pichelli, qui fait ici ce qu’elle peut pour rehausser le tout malgré le sabotage en règle des Abrams père et fils. Ce qui est d’autant plus irritant au vu du potentiel que pouvait avoir un comic book écrit par un scénariste et producteur de cinéma.

Spider-Man: De père en fils nous aide au moins à réaliser que talent et succès ne sont apparemment pas liés, en tout cas pas outre-Atlantique. 

****·Comics·East & West

Amazing Spider-Man (Marvel Legacy) #2: Fin de Ligne

esat-west

Second tome comprenant les épisodes 797 à 801 de la série Marvel Amazing Spider-Man, avec Dan Slott au scénario, Stuart Immonen, Humbertos Ramos, Giuseppe Camuncoli, Marcos Martin au dessin. Parution en octobre 2019 chez Panini Comics.

Les Toiles Montantes

Dans le précédent volume, nous étions témoins du creux de vague vécu par Spider-Man suite au désastre de la Conspiration des Clones. Plus de multinationale, plus de succès, Peter Parker était redevenu le loser arachnéen lambda luttant contre le crime les poches vides. 

Cependant, le propre d’un héros de la trempe de Spidey est de toujours se relever, même après avoir touché le fond. Et il ferait mieux, car ses ennemis de toujours n’attendent pas pour se remettre en scelle. En effet, alors que l’Araignée était occupé à déblayer les décombres de sa vie tout en continuant de veiller sur New York, Norman Osborn, dont la personnalité si exquise du Bouffon Vert avait été neutralisée, à continué à comploter pour prendre sa revanche sur son ennemi héréditaire. 

Ce bon vieux Norman est un personnage à l’historique complexe. Méchant emblématique de l’Araignée, l’un des seuls à connaître son secret, Osborn a toujours su frapper Peter là où ça fait le plus mal. En effet, son tableau de chasse n’est pas des moindres, puisque c’est lui qui jeta Gwen Stacy du haut d’un pont, affermissant sa réputation de psychopathe avec cet acte qui marqua tant Peter que le monde des comics dans son ensemble. Il y a quelques années, sous la houlette de Brian Michael Bendis, Norman Osborn avait su regagner sa popularité et était devenu « le premier flic d’Amérique« , régissant l’Initiative des super-héros et dirigeant même sa propre équipe d’Avengers

Après sa chute provoquée par sa tentative avortée d’envahir Asgard (Siège), Osborn avait été emprisonné quelques temps avant de revenir plus dangereux que jamais, cette fois à la tête d’un conglomérat de sociétés secrètes, l’Hydra, l’AIM et la Main. Nouvel échec pour l’ancien Bouffon, qui avait ensuite renoué avec son ancienne gloire faite de Planeurs et de Bombes Citrouilles. L’ami Normy a un nouveau plan pour se débarrasser de notre araignée favorite: le dangereux symbiote Carnage, qui a causé bien du soucis à bien des gens ces dernières années (se référer à Maximum Carnage, Carnage USA, la mini série Carnage de 2016 et plus récemment Absolute Carnage, qui se situe après les événements de ce tome). 

La fusion inédite de ces deux entités donne le Bouffon Rouge, plus meurtrier et plus instable que jamais. Le Bouffon Rouge va désormais y mettre du sien pour faire souffrir Peter, et va, on ne se refait pas, viser les êtres chers du héros. 

Araignée au pied du mur

Spider-Man en tant que personnage, noue très souvent des liens intimes avec les scénaristes de sa série, comme en témoigne le run de Bendis sur Ultimate Spider-Man, qui est ici au coude à coude avec Dan Slott en terme de longévité. Slott n’a jamais caché son amour inconditionnel du personnage, ce qui transparaît durant une quasi décennie marquée par les histoires les plus ambitieuses proposées au personnage depuis longtemps. 

Le numéro 800, qui compose le cœur de cet album, fait penser à plusieurs égards au numéro 700, déjà signé Slott, par le caractère survitaminé de l’action et la sensation d’urgence vécue par le Tisseur. Le scénariste convoque tous les items narratifs qu’il avait mis en place depuis son arrivée pour une impression de boucle bouclée des plus satisfaisantes. En effet, tout y passe pour les lecteurs de longue date, qui retrouveront une mention de nombreux événements liés au run de l’auteur. Le casting est donc assez large, mais chacun y a son utilité, ce qui rend l’affrontement final d’autant plus savoureux et la conclusion émouvante. 

Cerise sur le gâteau, ou devrais-je dire, Petite mouche juteuse au centre de la Toile, les artistes emblématiques ayant collaboré avec Slott depuis 2010 (voire avant pour certains), sont de retour, faisant de ce numéro 800 une sorte de madeleine arachnéenne pleine de nostalgie. 

Cette fin de ligne est le chant du signe d’un auteur méticuleux et amoureux de son personnage, dans laquelle on retrouve la quintessence de l’Araignée, à ne pas rater si vous aimez l’Araignée.

***·Comics·East & West

Amazing Spider-Man (Marvel Legacy) #1: La chute de Parker

esat-west

Salut amis tisseurs! On entame avec cette critique une série Spider-man qui prendra tout le reste de la semaine jusqu’à dimanche. Et on démarre avec Monsieur Immonen…

Premier tome du relaunch Marvel Legacy de Amazing Spider-Man. Comprend les épisodes 789 à 796 de la série. Parution en août 2019 aux éditions Panini.

L’Araignée de Wall Street

Peter Parker en a connu de dures durant ses années de justicier. Le plus récent de ses déboires était sa mort (!) des mains de son ennemi juré Dr Otto Octavius, génie du crime qui était parvenu à s’emparer du corps de l’homme araignée afin de vivre une seconde vie. Marqué par les souvenirs de Peter, Otto avait perçu son sens des responsabilités et s’était donné pour mission d’être un Spider-Man Supérieur, plus à même de protéger le monde. Entre hommage et égo trip, Octavius a été durant quelques années le nouveau Spider-Man, à sa façon, ce qui n’a pas été sans conséquences dans la vie de Peter, dont les proches ont parfois eu du mal à saisir la nouvelle personnalité.

Otto a donc passé avec aisance le doctorat en sciences qui manquait à Peter (ironie du sort, il sera plus tard accusé d’avoir plagié un certain…Otto Octavius!) et ne tarda pas à fonder Parker Industries, multinationale au succès fulgurant. Otto a en parallèle rendu une justice beaucoup plus expéditive, toutefois une série d’événements a finalement ramené Peter Parker dans son corps légitime.

Voici donc l’Araignee 100% pur jus qui reprend le cours de sa vie, une vie sensiblement différente de celle qu’il connaissait. Vient ensuite la Conspiration des Clones, à l’issue de laquelle Parker doit prendre une décision qui met à mal Parker Industries. De fauché à milliardaire, il n’y avait qu’un pas, ce qui est aussi vrai à l’inverse.

Notre gentil voisin l’araignée repart donc de zéro, enfin pas tout à fait, puisqu’il doit assumer les conséquences de ses actes, responsabilités obligent.

Nouveau-nouveau départ

Les comics sont par définition attachés au statu quo, ce qui leur est souvent reproché, surtout par les fans de longue date qui se lassent de voir revenir inévitablement  les mêmes trames et les mêmes items autour du même héros. Spider-Man notamment, a souffert plusieurs fois de ces remaniements, qui annihilent de façon aussi péremptoire que cynique toute évolution que les auteurs se sont échinés à mettre en place.

A titre d’exemple, on peut (et l’on doit) citer le tristement célèbre One More Day/Brand New Day, qui avait typiquement ramené Spider-Man des années en arrière en effaçant sans vergogne tout un pan de la vie adulte de Peter. Effacé, littéralement.

Dan Slott, fan inconditionnel de l’Araignée, écrit la série depuis lors, et a mis dans son écriture tout son amour du personnage, n’hésitant pas à bouleverser en profondeur le statu quo du héros à plusieurs reprises (Spider man supérieur, et tout ce qui s’en suit).

Ici, l’on pourrait croire que Slott cède aux sirènes du remaniement mais ici, point de retcon ou de magie mais un revers de médaille. Certes, Parker redevient l’adulescent fauché et poissard qu’il fut des années durant, il n’en conserve pas moins son expérience et les amères leçons de ses récentes mésaventures.

Le relaunch est censé représenter un point d’entrée idoine pour les nouveaux lecteurs, qui doivent pouvoir raccrocher facilement les wagons et suivre la série sur le long court. Dans ce tome cependant, se trouvent beaucoup de références aux événements passés (ça remonte même à One More Day!) un novice devra donc faire quelques recherches sur le Marvel Wiki pour se mettre à jour. Rien de grave, la série à ce stade demeure abordable pour les novices. Les sous-intrigues soap propres au Tisseur sont toujours présentes, l’action est très bien servie par un Stuart Immonen en pleine forme.

Lecteurs novices ou expérimentés, ce tome tient ses promesses pour les fans du personnage.

**·Comics·East & West·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Dceased: hope at world’s end

esat-west

Comic de Tom Taylor, Renato Guedes, Dustin Nguyen et collectif.
Urban (2021) 176p.

bsic journalismMerci aux éditions Urban pour cette découverte.

L’ouvrage présente les évènements précédents en ouverture, les personnages intervenant et une double page de planches encrées. Tout à fait minimaliste d’autant que la thématique Dceased a fortement inspiré les très talentueux artistes DC…

L’équation d’anti-vie est en train de se répandre à grande vitesse sur Terre et les héros de la Justice League sont démunis. En différents endroits les derniers survivants de l’Apocalypse utilisent leurs pouvoirs pour sauver ce qui peut l’être…

Avec le Harleen de Sejic, Dceased avait été la grosse claque comics de l’an dernier, montrant que malgré les nombreuses abominations que la Distinguée concurrence produit un petit pas de côté permet toujours des miracles. Las, afin de laisser le temps à l’équipe Taylor/Hairsine de réaliser la suite (annoncée pour septembre chez Urban) l’éditeur a lancé deux spin-off: l’un centré sur les méchants (Unkillable) et l’autre que voici, centré sur la JL ou plutôt la Young JL et autres personnages très secondaires du catalogue DC. Avec trois très bons dessinateurs en les personnes de Dustin Nguyen, Renato Guedes et Carmine Di Giandomenico (entre autres) on savait déjà que ce qui s’avère un bouche-trou tout à fait commercial serait graphiquement qualitatif (ce qui permet de maintenir deux Calvin sur cette chronique). Si Guedes propose des personnages un peu figés et perd le côté novateur qu’il avait dernièrement chez Valiant, les autres artistes font un bon job qui permet de ne pas s’ennuyer sur l’aspect purement récréatif.DCeased Hope At World's End #5, cover

Car en matière de surprise et d’intérêt, hormis comme introduction à l’univers des Young Justice que la marque aux deux lettres tente de lancer avec un joli matraquage on peux passer son chemin. Le principal intérêt de ces quelques séquences relativement dissociées est de découvrir des personnages peu connus et notamment les ouvertures politiquement correcte de DC vers la « diversité » avec des couples de héros homo. Pas sur que ce soit un argument de vente suffisant… En outre, comme toujours avec l’alternance des dessinateurs on perd la puissance graphique que la présence de Trevor Hairsine seul permettait sur Dceased. Aucune tension dramatique ici avec un ton volontairement « teen » adopté par Taylor qui assume le public cible. Etrange quand on regarde la couverture, dans la ligne des précédentes très belles réalisations de Francesco Mattina et qui tranche résolument avec les aventures de teen Batman, teen superman, teen WonderWoman, la famille Flash et Krypto le chien Kryptonien… Désolé d’enfoncer le clou, certains accrochent peut-être mais j’avoue qu’après Starro l’étoile de mer sur Batman Metal je coince un peu sur les délires les plus absurdes de DC. En matière de renouvellement on préfèrera le travail de Sean MurphyDCeased – Hope At World's End 002 (2020) | Read All Comics Online For Free

Au final ce qui devait être une rustine dans le calendrier DC reste une rustine et même si je n’ai pas lu Unkillable je gage qu’il vaut mieux choisir soit de lire tout le pack par soucis d’exhaustivité soit de faire l’impasse sur les deux spin-off et profiter de la réedition en intégrale d’Injustice pour profiter d’un vrai bon travail de Tom Taylor.

note-calvin1note-calvin1

****·Comics·Nouveau !·Numérique·Rétro

Injustice – les dieux sont parmi nous, année 3

Comic de Tom Taylor et collectif.
Urban (2014-2021), édition intégrale par année, 3/5 vol. parus., 320p./volume.

Chaque volume d’intégrale par année rassemble deux volumes de la série publiée de 2014 à 2018 plus les épisodes « annual » intercalés et permettant de développer les interstices de cette bataille des Dieux… A savoir que DC a sorti récemment un Omnibus rassemblant l’intégralité de la série en deux volumes, mais qui ne semblent pas prévus pour le moment chez Urban

Attention spoilers!

injustice-integrale-annee-trois

badge numeriqueAprès deux années dont une seconde qui introduisait le Green Lantern Corp dans une surenchère jouissive on comprend désormais la structure de la série dans une ambition sidérale qui vise à balayer l’intégralité du corpus DC en parvenant à rendre presque crédibles les agencement théoriquement totalement WTF de personnages. Ainsi cette troisième année laisse un GL corp dévasté, un superman équipé de l’anneau jaune du corps de Sinestro et se concentre sur l’univers magique de DC (esquissé au travers de Zatana) avec un personnage central: le magnifique anti-héro John Constantine!

Injustice - Year 3 #02 | John constantine, Injustice, Comics onlineJe le répète souvent, je ne suis pas un fana de l’univers DC que j’ai toujours trouvé soit kitsch soit trop complexe et foutraque, tout cela trouvant son acmé dans l’archi-bancale Batman Metal. Certains aiment cela mais le principal problème est de ne jamais ouvrir la porte à des lecteurs occasionnels… Et justement, sous un aspect fun en mode What if? Tom Taylor est parvenu avec cet Injustice à l’improbable de rassembler tout le canon DC en le rendant absolument accessible, ce que je ne pensais tout simplement pas impossible jusqu’ici! De la même manière que le très qualitatif Black label en proposant des one-shot déconnectés ouvre une porte vers les lecteurs de franco-belge, cet Injustice a les mêmes vertus que les dynamitages Millardiens de Marvel (je pense à Red son ou Old man Logan) en évacuant le certificat de dcologie du lecteur avant de pouvoir lire l’album. C’est d’autant plus remarquable que le nombre de personnages du DCverse convoqué est très important. Mais leur intégration et surtout la fluidité du récit font que ce qui était bloquant sur Batman Metal passe Nikol crême ici.

Cette année est moins engageante que la précédente en laissant un peu de côté le côté gigantesque du combat entre Superman et les Green Lantern mais n’en oublie pas le canon de Georges RR Martin que Taylor a fait sien: exécuter sommairement les personnages à rythme régulier. C’est désormais une technique classique pour maintenir le lecteur en état de sidération permanent et c’est redoutablement efficace! Un poil plus complexe donc avec l’apparition de mondes parallèles, d’enfer, de mondes entre les mondes et autres états non mort/non vivant… tout ceci est lié par le personnage absolument craquant de Constantine qui joue le rôle d’un Deadpool de chez Marvel à force de vannes et de remarques en décalage (j’aime beaucoup le lattage de burnes de batman…). Le comic code authority est fort loin et nous assistons sans censure à des éviscérations, morts diverses (généralement bien brutales et inattendues), langage fleuri, j’en passe et des meilleures. L’humour très présent et très efficace participe également à ce déminage des aspects les plus grossiers de l’opération.

Mister Mxyzptlk And Trigon's Effect On Reality – ComicnewbiesDerrière toute cette action (magique donc) on devine une éventuelle explication à cet énorme craquage de l’homme d’acier qui une fois le Rubicon du meurtre du joker franchi ne semble plus avoir aucune limite morale hormis quand les personnes de Wonder Woman (la femme) et de Shazam (l’enfant) se rappellent à lui. Si la déconstruction des codes DC est jouissive on tique par moment sur ce qu’est devenu le l’éducation de papa et maman Kent malgré le traumatisme vécu par Kal-el et on espère que l’auteur a prévu sa chute. Comme toujours, plus on aime moins on tolère un atterrissage raté. Pour le moment, à mi-série, on reste dans un bon gros kiff que vous invite sincèrement à rejoindre à l’occasion de la ressortie de ces intégrales.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

House of X/ Powers of X

East and west

Comic de Jonathan Hickman, Pepe Larraz et RB Silva.
Panini (2020). 228 p., série finie en quatre volumes, environ 80p./volume

La double série croisée House of X (dessinée par Larraz) et Powers of X (dessinée par Silva) est publiée en croisant les volumes dans un ordre irrégulier, agrémenté de nombreux graphiques et documents de background, assez indispensables pour raccrocher les wagons d’une narration chronologiquement volontairement chaotique.

couv_395737Après des décennies à combattre ses semblables en tentant de faire cohabiter l’homo sapiens et les mutants, le professeur Xavier a eu un rêve. Abandonnant sa naïveté sans pour autant admettre la violence de son amis Magneto, il rassemble le peuple mutant en une Nation reconnue par les gouvernements humains, située sur l’Ile de Krakoa. Ceci n’est que l’aboutissement d’une odyssée dans le temps et l’espace. Ceci n’est que le commencement…

MYSTERY COMICS: HOUSE OF X #3, de Jonathan Hickman et Pepe LarrazParmi la foultitude de groupes de héros Marvel les X-men ont toujours eu mes faveurs ce qui a peut-être facilité mon entrée dans les différents events des mutants. Ma lecture assez enthousiaste des All-new Xmen il y a quelques temps m’avait redonné envie de me tenter occasionnellement une série et ce relaunch annoncé comme historique et fort bien critiqué par les chroniqueurs m’a convaincu de tenter le coup, sur une série sommes toutes assez courte et jouissant d’une homogénéité graphique très proche du style Immonen.

Si je reconnais la qualité du travail du scénariste sur cette série je commencerais par dire que la pub faite par Marvel/Panini et reprise en chœur par mes confrères est clairement forcée et s’adresse avant tout aux habitués, à jour dans les séries X-men et sa complexissime chronologie. Hickman leur propose d’ailleurs une construction narrative fort ardue qui demande une grosse concentration. Si l’artifice peut avoir son attrait, il s’apparente au final à un gadget qui permet d’ailleurs assez facilement de relire la série à l’envers. Si l’idée (notamment au travers de l’histoire d’amour entre Xavier et Moira Mac Taggert) est très proche de Malgré tout, elle apparaît beaucoup plus artificielle et dispensable. L’auteur a d’ailleurs intégré de nombreux diagrammes et textes fort bien insérés au milieu des séquences graphiques. Cela réduit d’autant la pagination de BD à proprement parler et on peut s’interroger sur la nécessité d’expliquer dans des textes quelque chose qu’un scénario aurait été à même de développer. Pour autant la structure visant à sidérer le lecteur par des planches balancées sans contexte pour juste derrière préciser ce contexte est maline et donne le sentiment d’une BD sophistiquée.

House of X and Powers of X and Hickman - Imaginary WarsSi l’on regarde au global le récit est en fait très simple et linéaire, trop sans doute pour le laisser sous cette forme (d’où le croisement des trames proposé par Hickman). Ce qui est donc annoncé comme un event majeur est en fait une commande de relaunch qui refuse de lâcher la bride car il n’est là que pour lancer Dawn of X et X of Sword, les crossovers qui en découlent. Les spécialistes des X-men apprécieront peut-être mieux que moi la portée de HoX/PoX, pour les lecteurs occasionnels on a le sentiment, une fois finie la lecture, de juste débuter l’histoire. Frustrant.

HoX/PoX n’est pas pour autant mauvais, ne serait-ce que par des planches vraiment superbes et d’une harmonie impressionnante qui fait douter de changer de dessinateur entre les deux séries. House of X est de loin la plus intéressante car elle reste centrée sur des personnages que l’on a envie de suivre en se centrant sur la création de cette Nation mutante. Outre la très perturbante structure sur quatre temporalité dans Powers of X (de maintenant à +1000 ans), le saut permanent de période et de personnages qui n’ont pas toujours les mêmes noms/apparence empêche le lecteur de s’impliquer émotionnellement et MYSTERY COMICS: POWERS OF X #1, de Jonathan Hickman et R.B. Silvaaccentue l’hermétisme de l’univers. On a tout de même plusieurs très fortes séquences, notamment le second volume de HoX et les révélations vertigineuses sur Moira, ou les percées SF très profondes de PoX sur le post-humanisme et des hypothèses astrophysiques là aussi très puissantes. En extrapolant des réflexions sur l’avenir de machines biologiques, d’une utilisation génétique proche du processus informatique  et du classique thème des IA, la série ouvre il est vrai des portes assez fascinantes…

Très bien dessiné, d’une sophistication qui en laissera plus d’un sur le carreau, House of X/Powers of X est un projet de commande aussi ambitieux qu’industriel. En apportant des concepts motivants, il propose un roller-coaster temporel qui peut plaire mais s’adressera avant tout aux habitués de l’univers mutant et ceux qui envisagent sérieusement de continuer l’aventure sur les publications suivantes.  Pour les autres il vaudra mieux se reporter sur des publications plus anciennes et plus accessibles.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·Comics·East & West

Black Hammer #4: Le meilleur des mondes

esat-west

Intégrale de 232 pages de la série Black Hammer, créée par Jeff Lemire et Dean Ormston. Contient Black Hammer: Age of Doom (2018) #6-12, Black Hammer: Giant-Sized Annual (2017), Black Hammer: Cthu-Louise (2018) et un récit de 12 planches paru initialement dans Free Comic Book Day 2019 (Dark Horse): General, puis The World of Black Hammer Encyclopedia (36 pages). En fin de recueil deux carnets de croquis (13 pages) et une galerie de couvertures (13 pages). Parution le 03/07/2020 aux édition Urban Comics.

Les aventuriers de la ferme perdue

Jeff Lemire et Dean Ormston concluent leur épopée super-héroïque avec ce quatrième volume de la série principale Black Hammer. Comme vu dans les trois premiers volumes, la série raconte les mésaventures d’un groupe de justiciers présentant tous des similitudes avec des héros bien connus de la Maison des Idées et de la Distinguée Concurrence.

Ainsi, Abraham Slam (sorte de Captain America vieillissant), Golden Gail (Une Shazam inversée), Barbalien (le Martian Manhunter local), le Colonel Weird (Adam Strange sous acides), Madame Dragonfly et l’éponyme Black Hammer (fusion de Thor et de Superman avec une bonne dose de New Gods), se sont-ils tous retrouvés piégés dans une bourgade américaine typique après avoir sauvé le monde d’un tyran cosmique nommé Anti-Dieu.

Après la mort soudaine de Black Hammer dès leur arrivée, les héros survivants ont du se rendre à l’évidence: ils n’étaient plus chez eux, et ne pouvaient en aucun cas s’éloigner du périmètre de la petite ville sous peine de finir comme leur leader. Certains héros, comme Abraham, y ont vu une chance de raccrocher et de profiter d’une retraite bien méritée. Mais d’autres, comme Gail, étaient déterminés à s’échapper par tout moyen.

L’apparition de Lucy, la fille de Black Hammer, dans leur ferme isolée en ébranla plus d’un, sans pour autant apporter de réel éclairage quant à la nature véritable de leur prison rurale. Lucy ayant hérité de la ténacité de son père, elle finit par découvrir la vérité: les héros de Spiral City étaient prisonniers, depuis le départ, d’une illusion fomentée par Dragonfly et Weird, afin de les maintenir à l’écart du monde et empêcher le retour d’Anti-Dieu ! Après avoir mis fin à l’illusion, voici les héros de retour dans le monde. Mais bien évidemment, rien ne se passe jamais comme prévu…

Suite et fin douce-amère (SPOILER)

Au vu de la conclusion du troisième tome, ce dernier volume de la série principale promettait une fin épique aux héros transformés en famille dysfonctionnelle. Le voile était levé sur leur sort, ce qui les amenait inéluctablement à une nouvelle confrontation avec Anti-Dieu.

Jeff Lemire, qui jusque là avait su faire monter les enchères tout en construisant une caractérisation solide de ses personnages principaux, s’offre un petit détour meta en début d’album, comme s’il souhaitait conserver encore ses jouets et faire durer le plaisir.

L’auteur nous offre encore quelques méandres de péripéties, durant lesquelles les héros dispersés et de nouveau amnésiques vont devoir se rassembler une nouvelle fois. Personnellement, si j’ai adoré voir encore les personnages auxquels il fut aisé de s’attacher à l’occasion des trois précédents tomes, je n’ai pas vu l’intérêt thématique de cet arc. Au contraire, il a eu tendance à faire retomber la tension dramatique accumulée dans le tome 3, qui culminait par la révélation des supercheries nécessaires de Weird et Dragonfly. Ceci a eu pour effet de me laisser tout le temps nécessaire pour repenser et anticiper la conclusion, qui, lorsqu’elle arriva, avait donc un air de déjà-vu et manquait quelque peu de surprise.

En effet, le caractère récursif du sacrifice des héros semblait, avec du recul, inévitable, aussi aurait-il surement été plus efficace de l’amener peu de temps après la révélation du tome 3. En revanche, le final demeure poignant et garde une saveur particulière due au sacrifice des héros, cette fois en connaissance de cause.

Notez que Black Hammer a engendré un univers étendu, qui a déjà commencé à être traduit en France, et même un crossover avec la JLA.

***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Omni #2: Éveillée

esat-west

Second tome de la série Omni, avec Devin Grayson et Melody Cooper au scénario, Giovanni Valeta, Enid Balam, et Alitha Martinez au dessin. Parution le 03/02/2021 aux éditions des Humanoïdes Associés.

bsic journalism

Merci aux Humanos pour leur confiance.

Omni-potence

Dans le premier tome, nous faisions la connaissance de Cecelia Cobbina, jeune médecin se découvrant des capacités intellectuelles soudainement décuplées. Ce phénomène, nommé « l’ignition« , a touché plusieurs personnes de par le monde, leur octroyant diverses capacités surnaturelles, que l’on découvre dans la série Ignited, se déroulant dans le même univers.

Après avoir appris à maîtriser ses nouvelles facultés, Cecelia a pris la tête d’Omni, une organisation dédiée au recrutement des Ignited, ces êtres extraordinaires, recherchés par certains, craints et détestés par d’autres. Malgré la vitesse fulgurante de sa pensée, Cecelia aura tout de même du mal à mener à bien sa mission, contrariée par les plans antagonistes d’organisations concurrentes et motivations bien sinistres.

A chaque Yin son Yang

Cecelia, aidée de son amie Mae, partant donc en road trip afin de localiser et encadrer les Ignited dont les pouvoirs se révèlent de par le monde. Cependant, leur quête va les mettre en opposition avec Gary Herrick, agent du gouvernement, mais aussi avec le Front Patriotique Européen, dont les idéaux racistes se répandent chaque jour un peu plus. Si l’on ajoute à ça les attaques dirigées contre les Ignited, vous comprendrez que notre jeune prodige à fort à faire.

Comme nous l’évoquions dans la chronique du premier tome, il n’est pas aisé d’écrire un personnage doué d’un intellect hors-nome de façon crédible. Jusque-là, Cecelia remplissait le cahier des charges, faisant preuve de déductions logiques cohérentes représentant adéquatement ses capacités.

Cet aspect est malheureusement atténué dans ce second tome. Les déductions à la Sherlock ont laissé la place à une démonstration plus basique de son intelligence, sans pour autant tomber dans le cliché ni le techno-blabla. Toutefois, comme pour les autres séries de l’univers H1 Comics, Omni ne centre pas son propos sur les seules capacités de sa protagoniste, fussent-elles prodigieuses. La série oriente donc ses thématiques autour de problématiques sociales et environnementales, dont l’urgence se fait ici sentir avec toujours plus d’acuité.

Le scénario, guise de fil-rouge, continue d’explorer le background lié aux Ignited, et met sur la route de Cecelia quelqu’un qui pourrait bien être son égal. Attention, nous ne sommes pas ici sur un affrontement Holmes/Moriarty, mais l’on sent bien que la complémentarité Cece/Herrick sera de mise lorsque le scénario l’exigera.

Ce second tome d’Omni voit donc le concept de base s’affaiblir quelque peu, en faveur d’un discours engagé autour de thématiques fortes.