****·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Excellence #1

esat-west

Comic de Brandon Thomas, Khary Randolph et Emilio Lopez (coul.).
Delcourt (2021) 160p. 1/2 tomes parus, série en cours.

bsic journalismMerci aux éditions Delcourt pour leur fidélité.

couv_423118

L’Aegis est l’institution qui préside au fonctionnement et à l’utilisation de la magie au sein des dix lignées. Basée sur des règles strictes, l’Aegis va être menacée par les doutes de l’héritier de la famille Dale qui voit dans ces règles un conservatisme enfermant et autoritaire…

imageUn vent de fraicheur souffle sur cette série lancée par deux auteurs noirs assez récents dans l’industrie, dans la foulée d’un essor « ethnique » dans ce milieu autrefois très WASP. Si la dimension graphique des BD américaines s’hispanise depuis pas mal d’années, on voit depuis quelques années arriver sous les projecteurs des thèmes issus de la culture et de l’histoire noire de ce pays, qui a provoqué une explosion médiatique l’an dernier avec l’Eisner attribué à Bitter Root et avant cela la sortie du film Marvel Black Panther qui marquait une arrivée assumée de l’entertainment teinté de fierté noire. On est loin de ce discours politique ici puisque hormis le fait que ces lignées d’élus magiciens soient intégralement afro-américaines, l’histoire aurait tout à fait pu mettre en scène des magiciens blancs. Le propos de Thomas et Randolph est bien plus psychanalytique, interrogeant l’adolescence et la différence d’un jeune héritier dans une lignée dynastique où le libre-arbitre a bien peu de place.

Spencer Dale est donc le premier né de celui qu’on imagine le leader des dix familles et au grand désespoir de son père il ne voit se manifester ses pouvoirs que très tardivement. Son paternel jette alors son aura protectrice sur un autre jeune, provoquant rancœur et jalousie chez son fils. Empli de colère qui fait monter sa puissance, Spencer multiplie alors les marques de rejet, de violence et de contestation, allant jusqu’à rompre les règles absolues d’utilisation de la magie…

Indéniablement Khary Randolphe (qui a travaillé notamment avec Kirkman sur son TechJacket) est plein de talent et son alliance avec le coloriste Emilio Lopez fait des étincelles. Les traits sont assez classiques mais très expressifs et on sent l’inspiration d’acteurs américains dans ces visages, notamment l’acteur montant Michael B Jordan. Cela donne à la fois une familiarité qui aide à comprendre les personnages et une envie de cinéma… Utilisant ses planches pour manifester la distorsion de réalité le dessinateur propose des planches très élégantes bien que parfois difficiles à suivre. Cela car l’intrigue est assez tortueuse, suivant ce qu’on imagine un esprit torturé par le doute, la colère et l’envie de liberté d’un adolescent différent. Ses relations avec sa famille (son père au premier chef) et son « frère » et rival sont complexes et on fait des aller-retour entre les missions confiées par l’Aegis et ses propres ambitions contestataires.

Excellence (2019-): Chapter 1 - Page 24Si ce premier tome donne parfois l’impression de faire du surplace de par une difficulté à marquer des étapes claires dans la relation entre le père et le fils, le lien qui se tisse entre le héros et son ami est autrement plus intéressant. Les auteurs posent également un jeu de temporalité en nous insérant de brèves incursions d’un combat entre Spencer et le big boss de l’Aegis. On devine ainsi une révolte en préparation mais qui tarde à se manifester, comme si les auteurs en gardaient un peu trop sous le coude. Avec un schéma assez proche de Harry Potter (la société occulte codifiée et règlementée, l’héritier illégitime, …), cette série récente jouit d’un vrai attrait graphique, tant dans le design général fort élégant que par la dynamique des pages mais complexifie un peu trop une intrigue classique traitant du passage à l’age adulte et le souffle du changement sur les conservatismes. L’habillage général est très réussi, le développement plus capricieux, ce qui n’empêche pas de prendre un grand plaisir de lecture et de vouloir rentrer plus en détail dans une série avec un vrai potentiel, mais aussi avec un gros risque de déception vue la tournure de l’intrigue.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s