BD·Nouveau !·****

Leonard 2 Vinci

BD de Stéphane Levallois
Futuropolis (2019), 84 p. nb+couleur, one-shot

couv_371481mediathequeAttention, avec cet album expérimental vous allez découvrir une pointure! Un auteur que je ne connaissais pas et qui, doté d’une technique sans faille propose un projet très ambitieux dans le seul genre qui peut permettre ce type d’hypothèse: la Science-fiction… Je suis venu à lire cet ouvrage dans un second temps, freiné par l’aspect « catalogue d’exposition » de la couverture et le logo du Louvre, craignant d’avoir affaire à un ouvrage un peu « culturel » sur Léonard. Soyons donc clair: il s’agit bel et bien d’un vrai bon gros morceau de Science-fiction à tendance intellectuelle… L’ouvrage est  en grand format, papier épais rendant très bien les dessins à la technique traditionnelle et les pleines pages. Un cahier graphique est proposé en fin d’ouvrage avec quelques explications sur le projet et le travail de recherche de l’auteur dans la section des manuscrits du Louvre sur les œuvres de Léonard.

Quatorzième millénaire de notre ère. La terre n’existe plus que par des fragments flottant dans le vide spatial. Une ombre gigantesque s’approche: il s’agit du vaisseau spatial rassemblant ce qu’il reste de l’humanité. Pourchassés par un peuple extra-terrestre redoutable les sages n’ont plus qu’un espoir: cloner le plus grand génie de tous les temps, Léonard de Vinci. Car seule la vision d’avant-garde du génie peut trouver la solution avant l’extinction…

Image associéeLa science-fiction est un genre particulier, à la fois le seul permettant des innovations visuelles associées à des réflexions intellectuelles poussées, mais très difficile quand à l’imagination de ce qui pourrait être dans très longtemps. le défaut est souvent de ne pas parvenir à s’extraire de nos concepts et formes contemporaines. Ainsi il y a la hard-science et l’anticipation, sur laquelle excelle un Fred Duval. Parfois certains tentent des innovations, comme Christophe Bec sur son récent assez réussi Crusaders. D’autres partent en space-opera (le plus facile) ou en expérimental au risque de perdre les marqueurs de la BD. Avec cet ouvrage Stephane Levallois, fort de son expérience en design et de son parti-pris d’extrapoler les improvisations du génie de la Renaissance parvient à nous proposer de la SF particulièrement crédible car novatrice dans ses formes (qui échappent à nos concepts immédiats) en associant le mythologique, la nature (le travail sur les rose de Jéricho) et l’architecture. En situant son histoire très loin dans le temps il s’exonère de tout réalisme technologique en assumant (comme cet hommage à Ridley Scott en préambule) des vaisseaux de taille phénoménale et pose par-ci par-là des formes connues (la pyramide du Louvre conservée sur un bout d’astéroïde, reste de l’ancienne Terre) sans tenir compte du temps et de l’espace.

Résultat de recherche d'images pour "levallois leonard 2 vinci"Pour garder son lecteur en main et construire une véritable intrigue il pose le postulat d’un clonage du génie (Léonard2) par l’aréopage qui préside au destin des derniers humains réfugiés dans le vaisseau. A partir de là la réalité de la menace, du temps, importent peu et nous sommes projetés dans les expérimentations techniques du clone qui explore le passé et les inventions de son original pour y trouver l’idée salutaire. Levallois propose alors différentes techniques selon les séquences, le noir de charbon et les traits d’architecture pour le futur, la sanguine à la manière de Léonard de Vinci pour les séquences sur sa vie. Si certaines pages ne sont pas toujours très lisibles, la lecture dans son ensemble est fascinante par la proximité des planches avec les pages des carnets originaux de l’artiste (que l’on peut comparer dans le cahier final). Par moments une peinture en couleur éclaire l’album, sans que l’on sache s’il s’agit d’une photographie ou d’une copie de l’auteur de l’album.

Image associéeAu final d’un projet très casse-gueule Stephane Levallois s’en tire remarquablement bien (évitant l’intellectualisme dont un Monsieur Mardi-gras pouvait souffrir) en proposant une intrigue simple, fantasme de tout amateur de science-fiction, sans se perdre en errements ésotériques. En collant à l’oeuvre formelle de Léonard il se sauve en justifiant toutes ses créatures et objets, comme ce démon disséqué qui incarne à la fois le divin, le diable et l’adversaire extra-terrestre. Il manie des concepts classiques et passionnants de la SF comme le clonage, l’intelligence artificielle, la création, en l’habillant de l’univers visuel de Vinci considéré alors comme le premier auteur de SF (ce qu’il est pour un certain nombre de penseurs de la SF). Tout ceci donne un ouvrage qui évite l’élitisme et pourra plaire à la fois aux amateurs d’art et des dessins de Léonard de Vinci comme aux lecteurs de BD de SF et de cinéma. Un remarquable album qui allie intérêt intellectuel et visuel. Il n’y en a pas tant que cela.

Résultat de recherche d'images pour "bd levallois leonard 2 vinci"

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Comics·East & West·Nouveau !·Numérique·Rapidos·Service Presse

X-O Manowar #3: Héros

esat-west
Comic de Matt Kindt, Trevor Hairsin, Juan Jose Ryp, Thomas Giorelo
Bliss (2019) – Valiant 2018, Tome 3/3 (épisodes 15-26), 320p.

couv_xo3_rgb-1-600x923

L’ouvrage s’ouvre comme d’habitude sur un court résumé des épisodes précédents, une table des matière détaillée, puis chacune des quatre parties propose les couvertures originales. En fin d’album des couvertures alternatives

Aric est de retour sur Terre. Mais celle-ci a changé, son peuple a changé, son amour a changé pendant son absence et l’obligent à recherches un but à sa vie. Entre passé, présent et futur, il va devoir affronter ses divers ennemis et trouver sa place. Mercenaire, Wisigoth? qu’est-il?

Disons-le tout de suite, ce troisième et dernier volume est le moins solide de la saga de Matt Kindt, du fait d’un statut bancal peut-être créé par l’intervention de l’éditeur. Car si le nouveau XO plaisait par sa radicalité et ses questionnements sur le pouvoir et l’identité, ce volume découpé en trois sections très inégales et peu reliées entre elles, perd de la cohérence pour apparaître comme une sorte de spin-off à la manière d’un Divinity III.

Image associéeAinsi le premier récit dessiné par un Trevor Hairsine assez moyen nous transpose en 393 de notre ère, date répétée de très nombreuses fois, jusqu’à la limite du ridicule, sans que l’on comprenne bien cette insistance sur la quête du jeune Aric pour récupérer le frère de son meilleur ami enlevé par les romains. Le seul intérêt de cette séquence repose sur le personnage de Sabbas, qui semble devoir jouer un rôle important dans la suite de l’univers Valiant. Le second récit (plutôt bien dessiné par l’inégal Ryp) est la suite directe du one-shot Eternity (qui était la suite de Divinity) et il sera préférable d’avoir lu celui-ci (excellent) pour bien saisir. L’histoire du reste met Aric dans la peau d’un mercenaire du GATE, rôle qu’il a déjà endossé par le passé, par exemple sur Harbringer Wars II. Ça bastonne avec des êtres d’une autre dimension, on noue des relations pour la suite, mais on ne voit pas trop le rapport ni avec les autres volumes ni avec le premier récit. Le troisième enfin rappelle les mercenaires du précédent tome sous le crayon du talentueux Thomas Giorello. Là encore ceux qui n’auront pas lu l’attaque extra-terrestre narrée dans Unity découvriront Résultat de recherche d'images pour "xo manowar agent ryp"surpris des robots géants faisant office de vaisseaux spatiaux et utilisés par les mercenaires comme par la chérie Gorinienne d’Aric revenue le sauver. Ça continue de bastonner, les problématiques associées à l’armure sont un peu oubliées et si l’épisode se laisse lire il ressemble plus à un passage obligé vers une clôture qu’à un magistral épilogue que la série méritait.

Au final ce troisième volume n’est pas déplaisant et chaque séquence est à la fois jolie et sympathique dans ses combats et les liens qu’elles tissent avec d’autres albums Valiant. Comme conclusion on ne pourra néanmoins s’empêcher de penser que Kindt aurait mieux fait de laisser Aric à la fin du second volume qui aurait été bien préférable comme conclusion.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·East & West·Manga·Nouveau !·Service Presse

Dans l’abîme du temps

esat-west

Manga de Gou Tanabe
Ki-oon (2019), one-shot, n&b.

bsic journalismMerci aux éditions Ki-oon pour cette découverte.

couv_374328Les éditions Ki-oon continuent leur adaptation des manga de Gou Tanabe sur Lovecraft avec une qualité éditoriale toujours aux petits oignons: couverture simili-cuir (… que j’aurais préféré couleur cuir comme pour les Montagnes Hallucinées), cahier couleur en début d’ouvrage, titres de chapitres en anglais et français. Une courte bio de l’auteur et de Lovecraft est proposée en fin d’ouvrage. Seule remarque, qui était difficilement corrigeable par l’éditeur français (comme pour le précédent ouvrage) les bulles n’ont pas de queue, aussi il est parfois malaisé de savoir qui parle lorsque plusieurs personnages se côtoient dans une case.

Alors qu’il donne un cours d’économie à l’université, le professeur Peaslee est victime d’un malaise. Il reprends connaissance… cinq ans plus tard et découvre qu’il a été victime d’une amnésie aussi longue, pendant laquelle son esprit a eu accès à des visions monstrueuses. A l’orée de la folie, soutenu par son seul fils aîné, il entreprend de comprendre ce qui lui est arrivé et d’où lui viennent ces visions dantesques…

Résultat de recherche d'images pour "dans l'abime du temps tanabe"Étonnante série que ces adaptations de Lovecraft par un mangaka que je n’aurais sans doute pas lu sur un autre sujet… Au premier abord j’avais tiqué sur les visages lors de ma lecture de la précédente adaptation. C’est le style du dessinateur et il ne changera probablement pas, aussi soit on s’y fait soit il s’avérera compliqué de continuer. Assez statiques hormis lors des séquences de sidérations (fréquentes dans le fantastique), ces personnages étaient difficiles à identifier dans le décors antarctique. Ici c’est moins problématique car nous sommes pour l’essentiel dans des décors de la Nouvelle Angleterre, des maisons et de l’université. Surtout les personnages sont réduits à Peaslee, son fils Wingate, quelques médecins et, surprise, le professeur Dyer. Cette présence (je ne sais pas s’il est cité dans la nouvelle originale) indique donc très rapidement que nous nous situons dans la suite chronologique et le même espace-temps que les Montagnes hallucinées. C’est une très bonne idée puisque cela permet de structurer les ouvrages de Tanabe comme une série à suivre, avec la révélation progressive du Mythe de Ctulhu.

Résultat de recherche d'images pour "the shadow of time tanabe"Construit en incessants aller-retour entre le voyage psychique de Peaslee dans un futur indicible (le fameux Abîme du temps) et le présent, à mesure qu’il se remémore des passages de son amnésie, l’album alterne pages classiques de l’homme ravagé par le doute, la recherche de ce qui lui est arrivé et de longues itinérances sur fonds noir dans le monde de la Grande race de Yith, laissant libre cours à la force du dessin de l’auteur sur les décors et architectures. Sur ce plan Tanabe a une vraie qualité appuyée sur la bizarrerie des formes pas toujours compréhensibles, ce qui correspond totalement à l’idée des mondes de Lovecraft où la conscience humaine ne peut interpréter ce qu’elle voit. Notamment du fait de trames dont la finesse et la précision sont pour moi du jamais vu. Cette « colorisation » par dégradés tout à fait spécifique au genre du manga Résultat de recherche d'images pour "gou tanabe shadow of time"reste particulière mais dans le domaine on atteint du très haut niveau et cela joue grandement de l’étrange en créant des reflets, des arrondis qui perturbent le regard.

Bien plus que dans les Montagnes Hallucinées racontées sur une ligne très cartésienne, nous sommes conviés à partager l’esprit d’un homme au bord de la folie, ne sachant jamais où ni quand il se situe. Le concept de créatures voyageant psychiquement sur l’espace-temps est assez fascinant et me rappelle l’un des meilleurs films de SF de ces dernières années, le Premier Contact de Denis Villeneuve qui proposait l’idée que le langage pouvait modifier la perception du temps et donc provoquer de fait une sorte de voyage temporel en distordant la réalité par la seule perception. Dès lors Gou Tanabe nous raconte l’histoire de cette race sur le même mode que le précédent ouvrage nous relatait l’histoire de la planète et des Anciens. Il n’est pratiquement pas fait référence aux divinités maudites du Mythe ici. On a une petite impression de redite par rapport à l’histoire précédente mais ce n’est pas très gênant tant l’univers est riche et le récit fluide. Résultat de recherche d'images pour "dans l'abime du temps tanabe"Rassemblée en un seul volume j’ai trouvé cette histoire plus concentrée et de ce fait à la fois plus facile à lire, sans temps morts et dont plutôt meilleure. Les visions ne rivalisent pas avec les incroyables cités noires de l’Antarctique mais les personnages et le récit, moins linéaire, plus intellectuel, sont supérieurs. Juste de quoi nous donner envie de replonger dans le monde de Lovecraft en espérant visiter bientôt la cité de R’lyeh…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·Comics·East & West·Rétro

All-New X-men #1-3

esat-west

Comic de Brian Bendis et Stuart Immonen, David Marquez et David Lafuente
Panini (2014-2015)/ Marvel (2013), Série de 8 volumes, terminée.

Couverture de All-New X-Men (Marvel Now! - 2014) -1- X-Men d'hierCouverture de All-New X-Men (Marvel Now! - 2014) -2- Choisis ton campCouverture de All-New X-Men (Marvel Now! - 2014) -3- X-Men vs X-Men

Cet article porte sur les trois premiers tomes de All-New X-men, le « relaunch » de sa série par Marvel en 2013, qui s’est accordé pour l’occasion une énorme brochette de talents: Stuart Immonen puis Mahmud Asrar, Frank Cho, Esad Ribic, Sara Pichelli,… excusez du peu! Accompagnés par des encreurs monstrueux, cette série me fait découvrir Stuart Immonen dont je n’avais rien lu et qui devient instantanément mon nouveau chouchou comics depuis Esad Ribic.

Résultat de recherche d'images pour "all new x men immonen"Le monde des mutants a changé. Rendu fou par la Force Phénix , Cyclope a tué le professeur Xavier et entamé une nouvelle carrière de « méchant » en s’alliant avec Magnéto afin de rendre leur dignité aux mutants. Terrassé par ce nouveau contexte, Hank MacCoy, « la bête » retourne dans le passé pour demander de l’aide aux jeunes X-men. Le fait d’accepter sa proposition va envoyer Cyclope, Jean Grey et leurs amis dans un maelstrom de questionnements identitaires sur leurs pouvoirs, le bien, le mal et comment choisir ce qui est le mieux pour tous…

Avant de commencer, très distant des chronologies Marvel et DC, je n’ai absolument aucune idée du lien temporel entre cette série sortie en 2013 et celle dessinée par Humberto Ramos (et chroniquée ici) et dont certains personnages qui semblaient nouveaux apparaissent bien chez Stuart Immonen et Brian Bendis… Ceci étant dit, je suis tombé fou dingue du trait du canadien Stuart Immonen dont le style m’indique ce que produirait Olivier Vatine s’il exerçait dans une industrie aussi exigeante que les comics. Il y a une réelle proximité entre les deux dessinateurs dont les encrages et la gestion des ombres sont à tomber. C’est bien simple, sur les trois volumes parcourus c’est un sans faute et chaque case inspire une telle maîtrise et expression que l’on en oublierait presque de se concentrer sur les dialogues et le scénario… très verbeux!

Résultat de recherche d'images pour "all new x men immonen"Il va sans dire que dans un scénario de BD de super-héros (qui plus est dans un relaunch, impliquant une dimension créative assez limitée) le dessin facilite grandement la perméabilité du lecteur aux thèmes du scénariste. Brian Bendis en scénariste chevronné maîtrise son sujet en alternant le récit autour de trois groupes: les X-men adultes, les jeunes X-men en tenue originale jaune et une bande de renégats autour de Mystic. La série porte sur les effets psychologiques (et dans le contrôle de leurs pouvoirs) sur les jeunes X-Men confrontés à la perte du Père, le professeur Xavier. Le plus intéressant est le traitement donné à Cyclope qui n’est pas présenté comme un méchant mais plutôt comme un héros mature et dérangé par son acte  mais qui semble souhaiter réellement le bien de tous. Au passage la réinvention graphique de Cyclope est absolument magique, les deux auteurs se faisant plaisir en lui procurant des costumes tous plus inventifs les uns que les autres.Résultat de recherche d'images pour "all new xmen immonen tome 2"

Ce run a le gros avantage de ne pas trop perdre le lecteur « débutant » en se concentrant sur les premiers X-men… que l’on trouve également dans les films (première série et deuxième série) ce qui permet de toucher un relativement grand public. Bien sur les références aux différents événements passés (la mort de Xavier, la Force Phénix, le génocide mutant) complexifient un peu la trame mais c’est présenté de manière didactique comme un simple « hors champ » qui densifie l’univers sans donner l’impression d’avoir raté un épisode. L’irruption des Uncanny Avengers donne très envie de voir ce crossover des deux franchises au cinéma et la qualité du dessin permet de profiter pleinement de la BD sans en faire un simple argument commercial pour donner des billets au Marvel Studio.

Ce run sublimement dessiné (je vais de suite me lire le reste de la biblio de Stuart Immonen!) profite d’une mise en scène (découpage, utilisation des voix entendues par Jean Grey) et de dialogues drôles autour d’une trame simple qui permet de se focaliser sur ce qui fait la force des séries X-men: les relations entre personnages. Assez peu d’action finalement et plus de réflexions intimistes sur l’identité de mutant et les incidences du voyage temporel sur la suite des événements. Comme sur la version d’Humberto Ramos, les perso et leurs pouvoirs tiennent le tout, et franchement ca donne envie de continuer la série…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-lebadge-cml

 

 

***·BD·Guide de lecture·Numérique

Méta-Baron, cycle 3

La trouvaille+joaquim

BD de Jerry Frissen et Valentin Sécher
Humanos (2016-2017), série terminée en 3 cycles.

Couverture de Méta-Baron -5- Rina la Méta-GardienneLe troisième cycle est la suite directe du second… avec un retour de Valentin Sécher au dessin… et l’annonce d’un quatrième cycle. Ce que je craignais dans ma chronique du cycle 2 est donc arrivé, avec une série qui risque de se prolonger plus que de raison… Non qu’il s’agisse d’une mauvaise BD, bien au contraire, les auteurs sont parvenue à transformer un projet assez bancal en un récit plutôt courageux qui parvient à respecter le matériau en le transmutant.

Le Méta-Baron a percé à jour le mystère de l’Epiphyte et s’est translaté sur un autre univers où la Méta-gardienne, son alter-égo, veille sur l’équilibre du Cosmos et de la substance primordiale, incarnée en une planète. Sur ce monde paradisiaque il croit un moment avoir trouvé le repos… jusqu’à ce que la menace Techno-Techno ne réapparaisse…

Ce qui m’a surpris sur ce diptyque c’est le décalage entre les sublimes et très inspirées couvertures du dessinateur et l’intérieur qui semble révéler ses quelques limites (il en faut bien) à transposer certains univers. Est-ce le scénario ou le dessin qui est en cause,? …toujours est-il que la description de cette planète-Nature où les peuples sont en osmose avec leur environnement (antithèse évidente avec le thème de l’empire technologique) paraît un peu brouillonne, étonnamment sombre et confinée, alors que c’étaient les larges espaces et trajectoires spatiales qui nous avaient singulièrement ravi dans le premier cycle. Valentin Sécher semble avoir un peu changé de technique, peut-être moins numérique, plus organique… cela convient effectivement au thème mais je trouve personnellement cela moins beau. De même lorsque survient l’infâme armada Techno l’ampleur du combat semble bien timide au regard de l’échelle cosmique des affrontements de la saga des Méta-Barons. Il en résulte un enthousiasme graphique moindre à la lecture de ces pages, dans une BD où la force principale reposait sur le talent du dessinateur d’origine. La folie de Jodo manquerait-elle pour un tel projet?

Résultat de recherche d'images pour "meta-baron rina"La thématique de l’amour se prolonge dans ce cycle avec un Méta-Baron qui a pris le dessus sur ses penchants nihilistes, en quittant un univers détestable pour un paradis où la Méta-Gardienne semble d’une naïveté touchante. On passera sur le fait qu’elle tombe en pâmoison aussi facilement et sur sa faiblesse guerrière… L’idée de confronter le Méta-Baron à son alter-Ego après l’avoir fait affronter son clone raté était bonne et aurait pu donner lieu à un affrontement dantesque. Méta-Baron est une BD de garçon, c’est ainsi! On constate ici un petit manque d’ambition graphique comme thématique, Jerry Frissen revenant en fin de compte à un méchant tout à fait abominable qui questionne sur l’avenir de l’humanité en tant que corps physique. Les ficelles sont malheureusement un peu grosses et l’on tombe dans le syndrome « méchant invincible/méchant vaincu » un peu trop rapidement. Comme si le rythme était difficilement géré. L’on a assez vite l’impression de voir une transposition d’Avatar avec ses gentils indigènes bleus confrontés à une Image associéeinvasion technologique. Le principe des cowboys et des indiens, très archétypal mais pas assez original ici pour booster l’intérêt. L’auteur oublie ainsi l’un des personnages principaux du cycle précédent (pourtant très intéressant) sans que son absence vienne alimenter l’intrigue.

Au final si le double album reste très lisible et propose quelques pages très chouettes (notamment le passage à l’action du Méta-Baron), on sent un certain flottement tout au long de ce qui aurait dû clôturer cette saga. Un manque d’inspiration probablement dû à la difficulté de gérer un autre univers avec d’autres lois… Cela ressemble fortement à une fausse bonne idée qui fait de ce cycle le plus faible des trois. Le potentiel était pourtant là et la réduction de la perversité des personnages pouvait rendre cette saga grand public. On attendra la conclusion sur ce que j’espère (encore) comme le dernier cycle (j’ai souvent parlé du format idéal de 6 tomes).

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-lebadge-cml

***·BD·Guide de lecture·La trouvaille du vendredi·Numérique

Méta-Baron, cycle 2

La trouvaille+joaquim

BD de Jerry Frissen et Valentin Sécher
Humanos (2016-2017), série terminée en 3 cycles.

Couverture de Méta-Baron -3- Orne-8 le Techno-CardinalDu premier cycle de cette nouvelle saga ressortait l’incroyable dessin de Valentin Sécher et une intrigue sympa qui laissait le grand héros galactique un peu de côté. Je craignais beaucoup le changement de dessinateur, l’écart entre Henrichon et Sécher étant assez rude.

L’univers est en fin de course, les galaxies entrent en collision, montrant à l’humanité son destin. Le nouvel empire Techno-Techno refuse de voir arriver la fin, aveuglé par sa quête de l’Epiphyte, substance primordiale qui daterait d’avant la Création… Alors que le Méta-Baron accepte avec son nihilisme habituel le sort de l’univers, un étrange néo-cardinal est envoyé en mission secrète pour éliminer l’adversaire du Techno-Pape. Mais la rencontre entre les deux personnages ne va pas se dérouler comme prévu…

Couverture de Méta-Baron -4- Simak le TranshumainJe dois dire qu’encore une fois je suis agréablement surpris par le traitement du scénariste Jerry Frissen qui parvient à développer l’intrigue générale en se raccrochant à la genèse de la Caste des Méta-Barons (jusqu’à reprendre des scènes entières redessinées par Henrichon) pour développer l’intrigue dans un univers connu mais vers un horizon à la fois logique et intéressant. Il est toujours risqué de faire évoluer un personnage aussi iconique et monolithique que le Méta-Baron et je dois dire que Frissen a le grand mérite de ne pas ressentir l’ombre du créateur et d’agir avec une grande liberté en même temps qu’une bonne connaissance de ce monde. Si le scénario se trouve débarrassé des tics de Jodorowsky (cela apporte un soupçon de subtilité), il reste très cohérent avec les personnages de cet univers immonde. Ainsi lorsque le Méta-Baron décide de renoncer à sa semi-immortalité et succombe aux plaisirs de la chaire le fait est accepté simplement par le lecteur comme une thématique crédible. La violence du premier cycle s’estompe pour plus de sensualité, bien que les dessins d’Henrichon ne s’y prêtent guère.

Résultat de recherche d'images pour "meta-baron henrichon"Le dessinateur canadien (qui avait produit l’excellent Pride of Bagdad) rends une partition très correcte, plutôt réussie pour ce qui concerne les décors, vaisseaux et environnements spatiaux (qui sont une part importante de cet univers visuel), moins pour les personnages. Là où Sécher excellait justement dans ces visages très expressifs où chaque personnage était très caractérisé, son successeur est moins à l’aise et doit « habiller » ces derniers pour les distinguer. Il n’y a pas grand chose à reprocher au dessinateur qui rends deux albums très sérieux… simplement son style est relativement banal et ne permet pas de hisser ce Space-Opera là où il pourrait être.

Ce que j’ai apprécié dans ce cycle c’est une réelle ouverture par rapport à un premier diptyque qui se contentait de proposer simplement un nouvel adversaire au Méta-guerrier. Le thème de l’amour parcourt tout le cycle de la Caste et nécessitait de revenir habiter l’univers du Méta-Baron. Résultat de recherche d'images pour "meta-baron henrichon orne 8"Le thème de l’Epiphyte également est développé, renforçant le lien déjà très fort entre le monde du Méta-Baron et Dune (et son Epice). Si le premier tome est un peu poussif, le second est très réussi en révélant de nouveaux personnages et en rendant intelligemment le héros de nouveau vulnérable, permettant de développer un « drama ». Un changement dans la linéarité, un adversaire efficace, un héros vulnérable, une perspective énorme à l’échelle galactique, tout est réuni pour relancer la machine du Méta-Baron. Le format en trois cycles de deux tomes est parfait pour conclure cet univers, en espérant que l’éditeur sache refermer définitivement la saga du personnage en résistant aux sirènes des lecteurs et de l’argent.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-lebadge-cml

***·Comics·East & West·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Inhuman #1: inhumanity

East and west

Comic de Charles Soul, Matt Fraction, Olivier Coipel, Nick Bradshaw, Joe Madureira et Ryan Stegman.
Panini – Marvel NOW (2017)/ Marvel (2014). Contient les épisodes « Inhumanity » 1-2 et « Inhumans  » 1-6.

FMANW03517_cover.indd

Cette histoire se place dans la continuité de l’arc « Infinity » scénarisé par Jonathan Hickman et qui voit l’arrivée de Thanos sur Terre à la recherche de son fils. Un résumé introductif explique ces événements et leur conclusion: suite au duel de Thanos contre Flèche Noire (le roi des Inhumains) la cité d’Attilan, siège millénaire de la civilisation inhumaine, est détruite et révélée aux humains. Un nuage Teratogène se répand sur la Terre, révélant la nature génétique jusqu’ici cachée de milliers d’inhumains. Alors que les Avengers entrent en contact avec la reine Medusa et tentent de comprendre ce qu’il se passe, une ancienne faction inhumaine résidant en la cité d’Orollan cherche à rassembler les nouveaux inhumains qui découvrent soudainement leur nouvelle apparence et leurs pouvoirs…

Une galerie de couvertures originales des fascicules est présente entre les parties et à la fin (notamment une – assez moyenne – de Manara).

Je suis relativement novice en matière de chronologie de Super-héros et ai découvert assez tardivement le groupe des Inhumains (qui ne me semblent guère autre chose que de nouveaux Mutants à l’instar des X-men…). J’ai donc lu cet album avec un regard de novice, public cible de la collection Marvel NOW (destinée à proposer des reboot pour différents super-héros, ne nécessitant pas une connaissance approfondie de tous les arcs précédents). Tant mieux car les rares chroniques que j’ai trouvé concernant cet album critiquent justement le côté pédagogique et sur-place de l’intrigue. Personnellement je trouve que c’est pour une fois totalement adapté à un lectorat novice qui est souvent perdu dans la multitude de références aux événements précédents présentes dans les comics.

L’opération éditoriale semble donc plutôt réussie pour Marvel qui rassemble une équipe artistique relativement homogène graphiquement et un scénario très progressif et pédagogique expliquant de manière répétée qui sont les inhumains et quels sont les enjeux de l’explosion d’Attilan: cohabitation entre humains et mutantRésultat de recherche d'images pour "inhuman madureira coipel"s, administration d’une nouvelle Cité aux yeux de tous alors que les Inhumains ont toujours agi dans l’ombre, acquisition de nouvelles identités pour les Novhumains (nouveaux inhumains révélés par le nuage Teratogène), apparition de factions dans le monde Inhumain… On comprend que les fans hardcore de ces personnages soient peu intéressés par cette série mais elle est une véritable porte d’entrée dans l’univers des super-héros et des Inhumains, ce qui n’est pas si courant. Je suis cependant surpris que les Avengers (qui sont très présents dans la première section dessinée par l’excellent Olivier Coipel et qui permettent au lecteur familier des films de rentrer progressivement dans ce nouvel univers Marvel) disparaissent ensuite presque totalement.

Ce scénario ni révolutionnaire ni indigne pour un comics de super-héros est rehaussé par des illustrateurs qui proposent un niveau plus que correcte. Résultat de recherche d'images pour "inhuman ryan stegman"L’industrie du comics nous a habitué à supporter des planches atroces à côté des illustrations des maîtres du dessin US alors pour une fois on ne va pas bouder son plaisir. Dans le comics je lis essentiellement des one-shot ou des arcs créés par des duos d’auteurs alors je dirais qu’ici c’est une agréable surprise.

Personnellement un nom m’a donné envie de lire ce récit: le trop rare Joe Madureira, auteur du mythique Battle Chasers et parti depuis de longues années dans le monde du jeu vidéo. Il est la star du récit, illustrant trois parties que j’ai savouré longuement. Que ce soit dans le pur graphisme (les ombres chinoises jouant sur la chevelure de Medusa) ou dans les scènes d’action (la bataille avec Cap’ est courte mais vraiment excellente), Madureira est vraiment un des tous meilleurs illustrateurs actuels de comics (… et ce depuis longtemps!). Ceux qui le découvriront à l’occasion de cette BD pourront lire le fameux Battle Chasers et les déjà-fans seront ravis d’apprendre qu’il a annoncé (… depuis quelques temps maintenant…) travailler enfin à une suite après la sortie de son dernier jeu vidéo issu de l’univers de BC. Olivier Coipel n’illustre que la première section, pas très bien colorisée mais vraiment agréable au niveau du dessin. Enfin Ryan Stegman m’est totalement inconnu mais arrive à maintenir la barre derrière ces deux monstres. Une rapide recherche d’image sur internet montre un travail vraiment intéressant de cet artiste. J’aime bien découvrir de nouveaux auteurs, notamment via les comics et je crois que dorénavant je regarderais d’un peu plus près ses productions.

Au final on a une BD qui commence un cycle et a les défauts du système de l’édition BD US (multiplicité d’auteurs-tacherons, histoire à rallonge, schémas très manichéens) mais a le grand mérite d’être accessible aux lecteurs novices en matière de comics. Surtout, elle permet de savourer des planches magnifiques de Joe Madureira et d’Olivier Coipel. Plaisir des yeux comme on dit!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1