***·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Bitter root #1: affaire familiale

esat-west

Comic de David Walker, Chuck Brown, Sanford Green et Rico Renzi
Hi comics (2020) – Image (2018), 160 p. contient les épisodes 1-5.

Lauréa du Eisner award 2020 pour la meilleure série.

bsic journalismMerci aux éditions Hi comics pour cette découverte.

bitter-root-tome-1

Les « racines amères » font à la fois référence aux racines utilisées comme décontaminateur par cette famille de chasseurs de monstres et aux racines de la famille (… et aux racines raciales des noirs américains). La très jolie couverture en mode photo de famille ancienne est attirante. L’album comprend beaucoup de bonus finaux avec une dizaine de texte d’auteurs et universitaires parlant de l’album, de la place des noirs dans la BD, du rôle politique des œuvres imaginaires dans la lutte pour les droit des noirs américains et la symbolique du monstre. Assez pointu et pas les plus sexy, mais intéressants pour élargir l’horizon, ces textes sont une excellente initiative de l’éditeur qui permettent de comprendre la portée historico-culturelle de l’ouvrage. Le tout est bien entendu agrémenté de couvertures alternatives.

Les monstres sont parmi nous! Incarnation des haines des hommes blancs, ils sont pourchassés depuis des générations par la famille Sangerye. Des noirs. Comme tous les afro-américains ils sont immunisés contre le mal… jusqu’à ce jour où une nouvelle forme apparaît, plus grande, plus forte et contre laquelle ils ne sont plus protégés. Lorsque le combat commence les tensions familiales refont surface et le sombre passé qui a vu certains des leurs périr…

Résultat de recherche d'images pour "bitter root sanford green"Après le très bon Coyotes les éditions Hi comics nous proposent une nouvelle illustration de BD ethnique (ou « Steamfunk » pour Bitterroot) que propose le pays du comic depuis quelques temps, en reflet d’une société plus multiculturelle que jamais et où l’archétype du super-héro blanc est définitivement passé de mode. Le changement c’est que l’industrie ne se contente plus de mettre des minorités dans des collants, elle permet à des team d’auteurs noirs de proposer des ouvrages proches de la blaxploitation (des ouvrages faits par des noirs à destination d’un public noir) et assumant la fierté noire. Sous la forme d’une longue baston digne des plus classiques Marvel/DC comics, l’allégorie d’un racisme transformant des blancs en monstres pourra en faire tiquer certains. Comme celle des hommes transformés en loup dans Coyotes, il faut comprendre le coup de gueule d’auteurs qui ne dénoncent bien entendu pas tous les hommes, tous les blancs mais ont choisi d’assumer une conflictualité que la lutte pour les droits civiques a permis de révéler au grand jour. C’est en disant tout haut ce que vivent une majorité de noirs que l’on cesse de minorer l’indicible. En système de miroir, l’équipe de Bitter Root montre visuellement la monstruosité que les racistes voient dans les noirs. Du reste l’équipe créative place son action dans les années 1920 et partiellement dans le sud profond avec une séquence de lynchage du Ku Kux Klan. Conscients du risque de mauvaise presse, ils montrent une rédemption de petit redneck après quelques mandales bien placées…Résultat de recherche d'images pour "bitter root sanford green"

Graphiquement c’est très bon, avec toute l’attention portée sur les membres de la famille Sangerye, révélés progressivement en jouant beaucoup sur le pagination et l’effet pageturner. Le design est redoutable, avec un léger steampunk dans l’équipement de certains, une virilité revendiquée et un soupçon de magie vaudou. Le méchant est également un noir, on ne comprend pas bien pour le moment l’antagonisme avec la famille hormis qu’ils n’ont pas la même vision de la monstruosité et de pouvoirs que peut apporter l’autre monde, accessible par un portail. La malédiction de la contamination est assumée par Résultat de recherche d'images pour "bitter root sanford green"certains, les Sangerye luttent grâce à leurs racines magiques. On devine une influence Shadowman par moments avec ce monde des monstres qui commence à se déverser sur le notre et une narration qui, une fois la présentation des personnages faite, vire vers une sorte d’invasion zombie de Harlem.

La grande lisibilité des cases est agréable et permet de dérouler une action punchy, badass et omniprésente. Comme avec les super-héros, les Sangerye sont submergés par les monstres mais jamais au tapis. Le background technologique n’est pas très développé malheureusement alors que le style des équipements est terrible, ainsi que l’intrigant personnage casqué de la couverture dont on ne nous révèle rien sur ce premier volume. Je regrette simplement le style de colorisation flashy qui atténue les dessins. C’est un style à part entière, on aime ou pas.

Bitter Root est une excellente surprise grand public qui jouit de dessins dans le haut du panier et a l’immense mérite d’apporter une fraîcheur politique absolument assumée qui sans changer les codes du Ghostbuster donne très envie de poursuivre cette chasse aux monstres vaguement lovecraftienne.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s