****·Jeunesse·Nouveau !·Service Presse

L’enfant océan

Jeunesse

BD de Max l’Hermenier et Stedho
Jungle (2020), 53p., one-shot.

Adapté du roman de JC. Mourlevat.

bsic journalismMerci aux éditions Jungle pour leur confiance.

Le titre est doré, l’intérieur de couverture est illustré et l’ouvrage comporte un signet-ruban. Un cahier pédagogique de 9 pages conclut l’album en forme de guide de lecture.

couv_404305

Yann est le dernier d’une fratrie de sept frères. Les parents Doutreleau ne sont ni très aimants ni très malins et les destin des enfants ne semble pas bien lumineux… Un soir Yann convainc ses frangins de fuir cette maison du malheur…

Jean-Claude Mourlevat est une des pointures de la littérature jeunesse, avec une trentaine d’ouvrages parus dont deux adaptés en BD (l’enfant océan et La Rivière à l’envers (même scénariste et éditeur) et une  BD jeunesse qu’il a lui-même écrite. Il s’agit du troisième album de Stedho, très bon dessinateur dont les planches participent grandement à la qualité de cette version moderne du Petit Poucet.

Ce qui marque dès les premières planches c’est l’immersion dans un quart-monde qui donne aux orphelinats et autres marâtres des contes de fée une réalité dérangeante. Dans un esprit proche de ce qu’ont proposé Zidrou et Frank Pé sur leur Marsupilami l’an dernier nous voyons cette famille à l’univers que l’on devine violent, visités par enseignants, police et assistantes sociales et vivant dans un monde où semblent exclus l’amour, la culture et la beauté. C’est dans cet contexte que vient Yann, le petit poucet de Mourlevat, minuscule bonhomme mutique tout au long de l’album et que ses jumeaux de frangins protégeront à chaque instant. A l’absence d’amour parental la fratrie répond par une complicité de tous les instants, dans l’adversité comme dans les facéties. Yann est le cerveau de la bande comme on dit (bien que la dite bande ne parte pas de très haut…) et il faudra toute son ingéniosité pour déjouer les périples qui se dresseront sur leur itinéraire vers son rêve: voir l’Océan!

Comme souvent en littérature jeunesse la poésie répond à la dureté des conditions d’origine. La force de ce genre est de parler simplement, à des enfants, de choses complexes, parfois dures, en s’adressant à l’empathie naturelle des jeunes. Les gueules de travers des grands-frères les rendent sympathiques et leur cerveaux un peu vides font d’eux des amis bienveillants, sortes de bons géants pour le petit Yann qui se balade de sacs en dos. Il y a bien sur de la méchanceté dans cet univers d’enfants, une méchanceté adulte… qui n’est pas exclusive (et pas manichéenne). Si les parents et le gros bourgeois incarnent la malveillance, la bande du poucet rencontrera aussi beaucoup de complicité dans leur voyage vers la liberté.

Le dessin et la colorisation très maîtrisés de Stedho donnent une dynamique très réussie aux planches, créant des gags visuels et certains plans assez inspirés. Les visages sont assez simples mais font leur office et rendent le petit fort sympathique avec sa bouille toute ronde. Le découpage surtout est très varié, jouant d’une multitude de cadrages pour créer un mouvement permanent rendant la lecture particulièrement fluide et agréable.

On ressort de ce périple ravi d’avoir découvert un duo d’auteurs dans cette tendre épopée qui parle plus qu’il n’y paraît de notre époque et son traitement des déclassés. Et pourquoi pas l’envie de prolonger la lecture sur le roman.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Publicité

Un commentaire sur “L’enfant océan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s