****·BD·Jeunesse·Nouveau !·Numérique

Le Roi Singe 2: Le voyage en Occident

La BD!

Deuxième tome de 82 pages d’une série écrite et dessinée par Chaiko, parution le 17/06/2020 aux éditions Paquet.

Une grimace connue pour un vieux singe

badge numeriqueLa légende de Sun Wukong, le Roi des Singes, s’est répandue à travers tous les royaumes,favorisant son ascension au Royaume Céleste, où le simiesque guerrier-monarque a attiré sur lui le courroux de nombreux dieux. Ces facéties l’ont mené à un duel avec Bouddha, à l’issue duquel il paya son arrogance en restant captif de la Montagne aux Cinq Doigts.

Ce châtiment ne prit fin que cinq cent ans plus tard, lorsque le jeune moine Sanzang Tripitaka le libéra. Sun Wukong, désormais disciple du Moine, s’embarque avec ce dernier dans un voyage périlleux, dont le but est d’atteindre l’illumination. Le vieux singe, malgré son âge et les expériences passées, n’en a semble-t-il pas tiré toutes les leçons…

Odyssée simiesque

Sun Wukong n’a donc pas fini d’apprendre, que ce soit sur le monde qui l’entoure ni sur lui-même. Son impétuosité et son arrogance sont ses pires ennemies, et ce n’est que grâce à l’intervention du Moine et de la Bodhisattva qu’il évoluera afin de devenir meilleur.

Après un fracassant premier tome, l’univers crée par Chaiko reste fascinant, grâce à ses magnifiques dessins, dont l’influence manga est ici sensiblement plus perceptible. L’histoire en elle-même reste fidèle au folklore chinois, ceux étant déjà familiers de la légende du Roi Singe n’y trouveront peut-être pas de réelle surprise.

La lecture de ce second tome demeure néanmoins tout à fait prenante, grâce à un découpage dynamique au service d’un travail graphique de grande qualité. Le tome 3 est disponible bientôt !

***·Comics·Jeunesse·Nouveau !·Service Presse

Ronin Island #2

esat-west

Deuxième tome de 112 pages d’une série écrite par Greg Pak et dessinée par Giannis Milonogiannis. Parution en France le 19/06/2020 aux éditions Kinaye.

Blanche-Neige et les 47 Ronins

badge numeriqueLe premier tome de Ronin Island n’avait pas convaincu le père Blondin, de par une intrigue convenue et des graphismes sans touche particulière. Qu’en est-il de ce second tome ?

Hana et Kenichi ont grandi sur la même île, mais ils ne sont pas du même monde. Dans l’ère féodale du Japon, chacun ne survit que s’il sait rester à sa place, et le système de castes s’assure du respect de ce statu quo. Kenichi, fils d’un samouraï déchu, porte sur ses épaules le poids des traditions et de la gloire perdue de son clan. Hana, quant à elle, rêve d’un avenir meilleur que ce à quoi sa basse extraction semble la promettre.

Toutefois, sur l’île des Ronins, chacun peut faire la démonstration de sa valeur, et c’est ainsi que les deux jeunes gens ont pu suivre l’entraînement du même maître, Ito, qui a fait d’eux des combattants dévoués à la cause commune. L’isolement insulaire de cette petite communauté va cependant être rompu par l’incursion des soldats du Shogun, seigneur local qui envoie ses hommes réquisitionner tout ce qui peut l’être, pour l’aider dans la grande lutte contre les Byonins, démons invincibles qui ont dévasté le pays.

Kenichi, Hana et Ito vont donc être embarqués de force à la rescousse du Shogun, qui va s’avérer n’être qu’un lâche machiavélique et cruel. Nos héros vont donc devoir conspirer, à la manière des 47 Ronins de la légende, dans le but de se débarrasser de l’indigne seigneur et ainsi préserver leur île.

Roninera bien qui Roninera le dernier

Le problème, c’est qu’Hana et Kenichi ont chacun leur idée sur la meilleure façon de protéger les intérêts de l’Île. Parviendront-ils à repousser les Byonins tout en évitant le pire à leur communauté ?

Comme le soulignait Blondin, l’intrigue de Ronin Island promettait quelque chose d’intéressant, pour peu que l’on soit intéressé par les univers nippons et la culture des samouraïs. L’utilisation des créatures-qui-ne-sont-pas-techniquement-des-zombies nous ramène nécessairement aux poncifs liés à ce genre de récits, et à la lecture, on sent bien que Greg Pak, scénariste pourtant confirmé, a du mal à s’en départir.

L’intrigue tient néanmoins debout, même si quelques retournements de situations peuvent donner un sentiment d’inconstance chez les héros. Mais même cet aspect-là peut s’entendre, les héros étant jeunes et dans une situation qui les force à s’adapter sans cesse. A ce stade de l’intrigue, on distingue d’ailleurs assez bien les différences de point de vue entre les deux guerriers, et les causes qui expliquent ces façons de penser différentes.

Les créatures quant à elles, sont un exact miroir de celles que l’on peut trouver dans Green Class, la cause de la transformation étant ici clairement attribuée à un champignon. Les dessins de Giannis Milonogiannis lorgnent résolument, et de façon assez logique, du côté du manga, sans nécessairement taper dans l’appropriation culturelle.

Forte de ses deux tomes, la série Ronin Island reste une lecture agréable, prenante et engageante, dont on a hâte de découvrir la suite notamment grâce à des personnages attachants et en pleine construction.

****·BD·Jeunesse

Harald et le Trésor d’Ignir #2

La BD!

Second et dernier tome de la série écrite par Matthieu Brivet et dessinée par Antoine Brivet. 46 planches, parution le 08/01/2020 chez Bamboo Éditions.

La 13e guerrière

La vie n’est pas simple chez les Vikings. Entre les raids et les festins, ils doivent fréquemment repousser les cavaliers Magyars et se soustraire à toutes sortes de créatures magiques, en espérant conserver la faveur des dieux.

Harald en a fait la regrettable expérience, après avoir dérobé le joyau du trésor d’Ignir, redoutable dragon des mers dont le courroux n’a pas tardé à s’abattre sur son village. Pour récupérer son bien, Ignir a lancé sur le roi Dagmar, le père d’Harald, une sournoise malédiction qui le tue à petit feu.

Afin de le sauver et apaiser la colère du monstre, le jeune Viking va se lancer à la poursuite du joyau, dérobé par les brigands hongrois qui sillonnent les terres du Nord. Alors qu’Harald fait feu de tous bois en s’alliant avec une habile guerrière orientale pour retrouver le trésor perdu, la reine Silke, éplorée par la malédiction de son époux Dagmar, doit néanmoins protéger le trône de certaines convoitises.

Epic System

Matthieu Brivet utilise à bon escient le folklore et la mythologie nordiques pour créer un univers à la fois engageant, cohérent et varié. En effet, il joue la carte de la diversité en ajoutant à l’univers froid et rude des Vikings une touche subtile de différence et d’acceptation, sous la forme de l’envoûtante guerrière Sayaline, qui vient de la chaude cité Bagdad pour récupérer le joyau.

Ainsi dans ce second tome, alors que l’on pourrait s’attendre à un choc des civilisations, l’auteur nous surprend avec des regards bienveillants et curieux portés par chacun des protagonistes sur une culture qui leur est étrangère. Loin d’affliger l’œuvre d’une vision naïve, ce procédé nous rappelle que l’Humanité n’a finalement jamais prospéré que dans les échanges et la collaboration.

L’intrigue du diptyque reste donc bien ficelée, et sert très justement le dessin d’Antoine Brivet, qui donne corps à cet univers grâce à un trait assuré et lisible et des couleurs maîtrisées.

Une belle collaboration fraternelle que ce Harald et le Trésor d’Ignir, à lire sans hésitation !

Actualité·BD·Comics·Jeunesse

Les promo de l’été des éditeurs

L’image contient peut-être : 13 personnes, texte qui dit ’FREE COMIC BOOK DAY FRANCE LE 4 JUILLET VOTRE LIBRAIRE VOUS OFFRE DES COMICS’

Concours de circonstance lié au confinement qui a décalé un certain nombre d’événements, ce début juillet voit se cumuler en librairies un nombre inhabituel d’opérations commerciales ou éditoriales, dont j’ai pu (partiellement) profiter. Vous pouvez trouver sur certains albums un lien vers la critique de l’Etagère (ou vers un autre album de l’auteur).

Free Comic Book Day 2020 : La liste des titres du FCBD France

Le Free comic book dayest un événement international permettant de découvrir chaque année les premières pages de comics à sortir chez les différents éditeurs et disponibles dans un réseau de librairies indépendantes. En nombre limité, ces fascicules sont l’objet d’une certaine collectionnite et se retrouvent assez rapidement à des prix spéculatifs sur le net. On n’évitera jamais ce genre de comportements… Si vous arrivez à mettre la main sur des fascicules (… et pensez à en laisser aux autres…) ça vaut le coup pour découvrir des productions inconnues. Il y a de tout, du blockbuster comme des trucs assez confidentiels, comme la participation de l’éditeur jeunesse Kinaye (partenaire de ce blog) cette année.


 

Urban comics, l’éditeur de DC en France, a sorti en même temps une excellente initiative (qui est partie comme des petits pains. En format réduit, broché, à ce prix là vous pourrez emmener à la plage le top de l’éditeur et je confirme que c’est un vrai must-have qui est proposé! Malheureusement… je n’ai pas réussi à mettre la main dessus après passage dans trois librairies… Est-ce que l’éditeur a vu trop court ou les librairies ont-ils été frileux à faire du stocke avant l’été après un Covid qui a dilué leur trésorerie? Étant donné le prix et la qualité impériale de ces albums il était très prévisible que cette opération soit un carton…

batman-la-cour-des-hiboux batman-silenceinjustice

batman-white-knight

 

 

48H BD

Les 48h BD c’est une sélection d’albums très bien vendus par certains éditeurs et que vous pourrez découvrir pour 2€. L’opération est passée mais généralement il reste un stock d’albums pendant plusieurs semaines. Les éditeurs sélectionnent logiquement des débuts de série pour vous donner envie de continuer. Pour ceux que j’ai lu, Gung-ho, Radiant et Ira dei sont d’excellentes séries que vous pouvez tester sans risque d’être déçus.

Les 48hBD auront bien lieu... en juillet ! - ActuaBD

couv_380255 Couverture de Radiant -1- Tome 1 couv-ira-dei-hd

****·Comics·Jeunesse·Nouveau !·Service Presse

Le garçon-sorcière #2: la sorcière secrète

Rufus Stewart

Cette  rubrique vise à présenter un album jeunesse en regard croisé parent/enfants. Mes deux zozo parlent donc d’un album en mode question-réponse, puis vous trouverez en fin d’article mon avis dans un format plus classique. En espérant que ça vous plaise. N’hésitez pas à me donner votre avis et idées sur la formule en commentaires!

  • Ma fille c’est « Talia » (c’est un pseudo): à douze ans elle aime beaucoup Buddy Longway, La Rose écarlate, les Mythics, Harmony, les carnets de Cerise, Dragon Ball ou Flying Witch…

le garçon sorcière T2 - C1
Comic de Molly Knox Ostertag
Kinaye (2020), 210 p. premier volume de la trilogie.

bsic journalismMerci aux éditions Kinaye pour leur confiance.

L’édition suit l’originale chez Scholastic (à noter que Kinaye indique systématiquement les éditeurs originaux en quatrième de couverture, ce que je trouve intéressant…). Édition toujours aussi propre (et reconnue comme telle par les lecteurs apparemment!), avec vernis sélectif, couverture à rabats et présentation du troisième et dernier album de la série à paraître en 2021. Une carte des lieux visités est présentée en ouverture de l’album.

Après la défaite du grand-père Mikasi, Aster suit enfin l’enseignement des sorcières comme il n’a toujours voulu… mais ce n’est pas si simple et le travail est autre chose que jouer avec ses pouvoirs! Pendant ce temps une nouvelle venue arrive au collège de Charlie et ne semble pas du tout à l’aise avec ses camarades…

Salut Talia. On retrouve déjà Aster qui avait vaincu son grand-père. Peux-tu nous dire en deux mots de quoi parle ce second tome de la série?

Ça parle plutôt d’amitiés des fois remises en cause. C’est compliqué pour certains de se faire des amis et ils ont peur d’être trahis.

On parle moins de la famille dans ce volume et plus des copains-copines. Qu’est-ce que tu as retenu des problèmes que rencontrent Ariel et Sedge?

Sedge a peur de se re-transformer par-ce qu’il a utilisé de la magie noir. Ariel ne maîtrise pas ses pouvoirs, elle ne comprend pas les conséquences de les laisser se développer. Ils n’ont pas trop d’amis. Ils échangent leur place en quelque sorte, Sedge ne veut plus faire partie d’une famille de sorciers et Ariel est adoptée, du coup elle ne se sent pas à sa place.

On découvre dans ce volume la famille de Charlie… qui est assez particulière!

Oui! Elle a deux papa… Ils ont l’air tous les deux très gentils et laissent Charlie faire beaucoup de choses. L’un des deux est le principal du Collège.

Comment est présentée la famille dans cet album? Est-ce que les enfants sont libres de leurs choix?

Chez Charlie oui. Chez Ariel ils la menacent si ça se passe encore mal au collège (elle en change souvent) alors qu’elle ne fait que se défendre. Chez Aster au début on lui interdisait la sorcellerie. Dans ce tome il a le droit de suivre les cours mais sa tante a du mal a admettre qu’il soit sorcière. Sa grand-mère accepte de lui donner des cours particuliers en cachette. Aster aide finalement Mikasi qui n’avait jamais été accepté comme sorcière autrefois, ce qui l’avait rendu méchant. Du coup c’est assez partagé mais au départ les familles ont du mal à accepter les choix des enfants.

Charlie et Ariel sont très différentes et finalement très copines. Comment peux-tu les décrire?

Ariel est plutôt fermée sur elle-même mais grâce à Charlie on a l’impression qu’elle se détend. Charlie lui propose d’elle-même son amitié ce qui surprend Ariel, elle n’a pas l’habitude. Du coup elle se dit que ça va peut-être enfin bien se passer dans ce nouveau Collège. Charlie est tout le temps positive! Elle aime aider les gens en difficulté.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Merci Talia! On a résolu l’énigme de la Sorcière secrète, il n’y a plus qu’à se préparer à découvrir la Sorcière du solstice…


Voilà pour le retour des enfants… et le vieux qu’est-ce qu’il en dit?

L’autrice Molly Knox Ostertag, malgré une carrière relativement courte a une remarquable maturité pour proposer des thèmes complexe de façon très accessible aux jeunes lecteurs sans tomber dans la mièvrerie. Elle aborde dans sa trilogie des sujets complexes comme le carcan de la famille, l’homosexualité et les familles recomposées, le mal-être adolescent… avec une grande fluidité qui articule chronique sociale et fantastique. Les droits de l’œuvre ont été achetés pour un projet d’animation.

Ce second volume évite la redondance en décentrant la focale de la famille d’Aster pour découvrir ce qu’il se passe dans la ville et l’envie de normalité du cousin Sedge qui souhaite poursuivre une scolarité classique. Le thème des communautés est assez étranger pour des lecteurs occidentaux et pourra intriguer de jeunes lecteurs chez nous. On aborde également les difficiles relations entre adolescents, le personnage de Charlie marquant en roc de joie de vivre et d’empathie spontanée. On découvre par son biais un discours humaniste sur le libre arbitre par rapport à la norme familiale et sociale, les relations garçons/filles, parents-enfants, avec un fil conducteur depuis le tome précédent sur la colère poussant à la corruption de l’âme et empêchant les relations humaines.

Depuis le premier tome je suis impressionné par un projet qui propose une formidable ouverture à la différence (raciale, sexuelle, identitaire,…) avec une très grande humanité et simplicité. Ce n’est vraiment pas courant en littérature jeunesse et on ne saura trop remercier l’éditeur Kinaye pour la qualité de son travail de prospection de projets tous très différents dans son catalogue. Ostertag crée une vraie appétence pour ces personnages et on lit très facilement ces gros volumes avec hâte d’en connaître la conclusion l’année prochaine!

A partir de 9 ans.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Jeunesse·Nouveau !

Voro #4: l’Armée de la Pierre de Feu

La BD!

Premier tome du second cycle de la série écrite et dessinée par Janne Kukkonen. 101 pages couleurs, parution le 29/01/2020 aux éditions Casterman.

Qui vole un œuf… vole le secret des trois rois.

Lilya n’est pas une jeune fille ordinaire. Orpheline, elle arpente les rues du royaume en usant de ses dons pour dépouiller les passants et ainsi faire son beurre. Lilya espère un jour intégrer la Guilde des Voleurs en accomplissant des missions de plus en plus périlleuses, mais les traditions de cet aréopage de vauriens lui mènent la vie dure.

En effet, difficile pour les voleurs aguerris de prendre au sérieux cette petite canaille au caractère revêche. Seul Seamus, son mentor, croit en elle et en son potentiel de voleuse. Un jour, lasse de ne se voir confier que des tâches subalternes, Lilya décide de prendre les choses en main, et dérobe un parchemin de mission au maître de guilde, persuadée que ses exploits, en plus de lui obtenir l’absolution pour sa transgression, lui vaudront l’admiration de ses pairs.

La jeune voleuse s’en va donc perpétrer un vol dans une riche demeure, et violera au passage l’une des règles fondamentales de la Guilde: ne jamais dépouiller les morts. Cette faute va la mettre en porte-à-faux avec les voleurs, et permettra au Jarl Enard, le gouverneur de la région, de jeter sur elle son dévolu.

Piégée par le seigneur, qui tient Seamus en otage, Lilya va devoir mener trois missions périlleuses afin de retrouver trois mystérieuses clefs, sensées ouvrir la porte d’un immense coffre enfoui sous le château du Jarl. Ce qu’elle ignore, c’est que la Tribu du Feu, peuplade païenne crainte de tous les seigneurs, convoite aussi ce trésor, mais pour des raisons bien plus obscures…

 

Un nouveau départ

Durant le premier cycle, Lilya parviendra à trouver les clefs au cours de nombreuses péripéties mais n’échappera pas au courroux de la Tribu du Feu. La Guilde des Voleurs qu’elle aspirait si ardemment à intégrer sera détruite, forçant l’héroïne et son père putatif à prendre la clef des champs afin de se refaire une vie dans la capitale du royaume, au sein d’une nouvelle guilde.

Alors qu’elle prépare sa nouvelle carrière, Lilya ne se doute pas qu’elle a aidé la Tribu à atteindre son objectif, celui de ressusciter leur divinité, Ithiel. De nouveau vénéré par ses adorateurs, Ithiel prépare son grand retour, tandis que Lilya se voit confier une nouvelle mission durant laquelle elle entend bien démontrer tous ses talents.

Après un premier cycle rafraîchissant, dans lequel la Fantasy pure et dure ne faisait son entrée que tardivement, ce nouveau tome de Voro nous décrit le nouveau statu quo dans lequel Lilya va pouvoir, une fois de plus, semer une belle pagaille.

Encore une fois, on retrouve le caractère roublard et attachant de l’héroïne, que le désir d’approbation force à se mettre dans des situations impossibles. L’auteur creuse encore davantage le background de l’univers qu’il a mis en place, notamment avec les coutumes de la Guilde des Voleurs et leurs anciennes croyances, dont on se doute qu’elles auront un rôle à jouer dans la suite de l’intrigue.

Non content de fournir une histoire et un univers attrayants, Janne Kukonnen bichonne toujours autant son graphisme à l’esprit jeunesse, qui contrairement aux a priori ne dessert pas le ton du scénario. Le tome 5 est prévu pour le 19/08/2020, ce qui laisse le temps aux amateurs d’aventure et de Fantasy de se plonger dans le premier cycle de cette surprenante série !

****·Jeunesse·Littérature·Nouveau !·Service Presse

Pandora

screen2bshot2b2016-11-172bat2b9.55.312bam

Album jeunesse de Victoria Turnbull
Les Arènes (2020) – Lincoln Children’s books

bsic journalismMerci aux éditions Les Arènes pour leur fidélité

L’ouvrage au format carré comprend trente-deux pages d’illustrations. La couverture est en tissu brillant très agréable. Pandora est le troisième ouvrage de Victoria Turnbull, illustratrice britannique multiprimée.

Pandora est un petit renard qui vit seule sur une terre dévastée et polluée par les détritus. Très habile de ses pattes, elle récupère tout ce qu’elle trouve pour fabriquer des objets et réparer. Très seule, elle ne peut malheureusement pas partager ses trouvailles avec un ami. Jusqu’au jour où un oiseau bleu tombe du ciel. Cassé. Victoria ne sait pas comment réparer un être vivant. Pourtant grâce à son amour et sa patience l’oiseau se remit et prit son envol. Pandora se retrouve de nouveau seule… Mais l’oiseau revient un jour avec une étonnante plante… qui va pousser jusqu’à recouvrir la maison puis la terre entière d’un magnifique manteau de verdure…Victoria Turnbull and her book Pandora - Кристина Радкевич

Je chronique peu d’ouvrages d’illustrations et encore moins d’ouvrages de littérature jeunesse. Le graphisme et la poésie de Pandora m’ont pourtant attiré et la lecture de ce livre est un enchantement! J’ai beaucoup parcouru les ouvrages pour enfants quand mes pitchou étaient à l’école primaire et j’ai retrouvé avec grand plaisir la magie de ces univers d’histoires courtes où l’illustration a un rôle si important pour transmettre des sentiments, des idées, des sensations que la Bande-dessinée, plus technique, oublie souvent de passer.Pandora – Victoria Turnbull – Crescere Leggendo

La sensibilité artistique de l’autrice est palpable avec une étonnante technique qui donne un aspect vaguement flouté aux images. Alternant pleines pages, doubles pages et séquences, Turnbull nous raconte une histoire très moderne, parlant de nature dégradée, de réparation et de solitude. Autant de thèmes hyper-contemporains dont elle parle avec tendresse aux enfants. Fourmillant de détails, ses décors peuvent faire penser par moments au travail de Claude Ponti.

Pandora by Victoria Turnbull | 9781847807502 | Booktopia

Je suis toujours fasciné par la quantité d’informations que peuvent véhiculer ces ouvrages pour la jeunesse avec poésie. Avec cette courte histoire à la beauté onirique Victoria Turnbull nous propose un classique immédiat pour parler avec ses enfants d’écologie et d’amitié.

 

***·BD·Jeunesse·Nouveau !·Numérique·Rapidos

Malcolm Max #1: les pilleurs de sépulture

La BD!

BD Peter Mennigen et Ingo Römling

Delcourt (2020), 72p., un volume paru sur quatre.

badge numeriqueLa série Malcolm Max est parue en Allemagne chez Splitter-Verlag avec quatre tomes et un spin-off

 

MALCOLM MAX 01 C1C4.indd

Étonnante série que ce Malcolm Max, premier tome d’une série allemande qui en compte  déjà  quatre et propose un personnage à la Sherlock holmes dans une atmosphère très victorienne teintée de mystères. Ce début d’enquête autour de meurtres atroces perpétrés sur des femmes dans des conditions rationnellement impossibles fait fortement penser à la série récente Les métamorphoses 1858.  L’album, très didactique sur l’époque, s’ouvre sur un rappel du contexte et une présentation du duo improbable formé par ce dandy brillant et une demi-vampire… dont on ne saisit pas bien l’utilité fantastique au terme de cette première partie. Les auteurs jouent beaucoup sur le comique des échanges entre ces Malcolm Max -1- Les pilleurs de sépulturesdeux êtres vifs à la répartie percutante et prennent le temps de bien expliquer le cheminement de l’enquête, au risque d’un petit rythme. Je disais étonnante car de par les dessins proches du cartoon (entre Bones et Clevinger) et des dialogues à la simplicité déconcertante on envisage une lecture destinée à la jeunesse… Malcolm Max peut ainsi être une bonne introduction à cette ambiance d’enquête brumeuse même si certaines idées peuvent apparaître déplacés  (le « ver libidineux » ou le récit des crimes) pour un tel public. Doté de dessins très sympathiques d’un Igo Römling passé sur l’adaptation comic de la série d’animation Star wars Rebels, l’album pèche un peu au niveau des textes un peu appuyés comme son scénario pourtant assez accrocheur faute d’une folle originalité. Au final on a un bon démarrage pour débuter dans la BD fantastique avec des personnages assez cool… ce qui ne suffira pas à accrocher des lecteurs chevronnés faute d’une idée vraiment novatrice. A noter que l’album comprend un volumineux cahier final rempli d’explications sur la réalisation de l’album.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·****·East & West·Jeunesse·Manga·Nouveau !

Dr. Stone #6-9

esat-westBillet spécial Dr. Stone, la série phénomène en cours de publication (quinze volumes parus au Japon et un rattrapage par Glénat probablement d’ici deux ans). J’avais stoppé ma lecture au cinquième tome et ai entrepris un rattrapage costaud pour rejoindre le dixième volume qui est juste sorti.

  • Dr. Stone #6 (Boichi, Inagaki – Glénat)  – 2019

couv_365865Après une grosse pause depuis le tome cinq d’une série qui commençait à me lasser, ma fille qui est accro m’a incité à m’y remettre. Du coup cette pause a été bénéfique puisque j’ai bien accroché à ce sixième volume qui marque la fin du « Livre 1 » que l’on comprend comme l’introduction à cet univers après la pétrification et les explications de ce qu’il s’est passé juste après avec l’intervention du père de Senku, seul rescapé avec son équipage de la station spatiale internationale. Le lien entre avant et maintenant est désormais fait et le manga peut lancer la bataille entre le royaume de science de Senku et celui de la force de Tsukasa (arc de la « guerre de la pierre »). Les inventions reprennent de plus belle et l’arrivée de nouveaux personnages fait du bien ainsi que le personnage du mentaliste qui anime beaucoup les manigances des deux groupes. La construction est toujours un peu erratique et demande un peu de concentration avec beaucoup de sauts géographiques ou temporels un peu abruptes, comme dans tous les manga de Boichi du reste. Le niveau graphique reste phénoménal et le statut de best seller de ce manga est tout à fait compréhensible vue sa qualité générale, notamment dans le public Shonen.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1


  • Dr. Stone #7 (Boichi, Inagaki – Glénat)  – 2019

couv_369340Senku et sa bande ont entrepris de construire un « smartphone »!!! Bien entendu comme depuis le début de la série il y a un gros écart entre ce qui est annoncé avec des dessins anachroniques et la réalisation assez fruste, mais l’idée y est et hormis les délais de réalisation tout cela reste assez crédible à compter du moment où les matériaux et la connaissance sont présents. Sur le plan technique et scientifique on continue à apprendre énormément de choses et il est intellectuellement fascinant d’imaginer comment reconstituer notre société technologique en très peu de temps. Le scénariste Riichiro Inagaki fait toujours de gros efforts pour nous prendre à contre-pied avec un héros qui place systématiquement la finesse et l’intelligence devant la force brute. Ainsi, alors que le Royaume de Tsukasa imagine avec crainte Senku réaliser des armes à feu pour gagner cette guerre, ce dernier proclame comme arme ultime… la communication par ondes radio! Je ne sais pas si le système scolaire a déjà identifié ce manga comme support pédagogique mais ce ne serait pas une mauvaise idée tant la qualité visuelle et la multitude d’informations scientifiques débordent de chaque chapitre. Multipliant les personnages, Dr. Stone avance à « deux-millions à l’heure » vers l’affrontement final en proposant dans ce volume pour la première fois la question de l’état du reste du monde après la pétrification et le lien au travers des âges via la découverte d’un enregistrement…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

  • Dr. Stone #8 (Boichi, Inagaki – Glénat)  – 2019

couv_374734Comme depuis le début de la série le volume propose plusieurs intrigues assez linéaires et séparées facilitant la lecture du public cible: les jeunes. On  a donc la conclusion de la guerre de communication avec l’affrontement pour capturer Homura, l’espionne de Tsukasa puis des tentatives de récupération de membres de part et d’autre des deux royaumes et pour finir, la fameuse voiture vue sur la couverture. C’est d’ailleurs un des éléments que j’apprécie dans cette série, les couvertures sont extrêmement fidèles à l’intrigue et ne se contentent pas de jolies visions graphiques comme dans trop de manga.

Ce tome propose beaucoup plus d’action que les autres et c’est tant mieux! Si Senku n’est jamais avare d’idées mystérieuses dont on ne voit pas tout de suite l’utilité, l’avancée vers l’affrontement simplifie le récit et chaque découverte a une utilité immédiate qui nous parle (il faut dire on est plus dans la mécanique que dans la chimie ou la physique élémentaire). Au niveau des enjeux en revanche, ça se complexifie avec pour la première fois depuis les tous premiers chapitres, des doutes sur la conduite à tenir (peut-on éliminer des statues qui seront de futurs adversaires? Le risque de voir le royaume des sciences de Senku mener à la même catastrophe environnementale que le monde d’avant n’est-il pas trop grand?). Ça densifie fortement l’ambition du manga et le fait monter d’un cran avec quatre Calvin!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

  • Dr. Stone #9 (Boichi, Inagaki – Glénat)  – 2019

couv_381482L’offensive finale a commencé pour ce tome qui marque la fin du premier arc de Dr. Stone. Chrome est prisonnier et le plan de Senku va rapidement être mis à mal par la redoutable équipe de Tsukasa. Le cœur de cette guerre est la caverne miraculeuse, située au cœur du Royaume de la force et détenant le précieux élixir de dé-pétrification. Assez vite les inventions de Senku vont se heurter à la stratégie de Tsukasa, ce qui provoque de nombreux renversements de situation… Comme dans le précédent volume l’action est bien plus soutenue et les dessins deviennent par conséquent encore plus impressionnants en laissant de la place à Boichi pour montrer la qualité de sa technique.Beaucoup de personnages s’avèrent jouer un double jeu, à l’avantage ou au désavantage de Senku et ce jusqu’à la conclusion en gros cliffhanger! J’ai l’impression que les auteurs ont trouvé enfin un bon équilibre entre l’humour, la vulgarisation et world-building et l’action-suspens. Et quand on sait que le dixième volume démarre l’arc des Grandes découvertes, on imagine que la série peut durer encore pas mal de temps avec probablement l’ambition (tant que le succès est au rendez-vous) de nous narrer l’histoire de l’humanité jusqu’à nos jours…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·Comics·East & West·Jeunesse·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Wild’s End #1: Premières Lueurs

esat-west

Wild’s End est une série écrite par Dan Abnett et dessinée par I.N.J. Culbard, parue aux US chez Boom! Studios à compter de 2015. L’édition française est assurée par les éditions Kinaye, à travers ce premier volume de 160 pages couleur.

Parution repoussée à 2021 en raison du changement de planning lié au COVID.

bsic journalismbadge numeriqueMerci aux éditions Kinaye pour cette découverte.

Si Jeff Lemire le dit, c’est que c’est vrai !

La guerre des (autres) mondes

Clive Slipaway, un vétéran de la Marine Britannique, vient s’installer dans la bourgade tranquille de Lower Crowchurch afin d’y couler des jours paisibles. Accueilli chaleureusement par les notables du village, il est rapidement remarqué pour son caractère taciturne et son attitude placide, voire taiseuse.

Ce qui contraste nettement avec les frasques alcoolisées de Fawkes, petit braconnier méprisé par le reste des habitants. Lorsque celui-ci revient un soir, affolé, annonçant l’arrivée d’une catastrophe, c’est presque naturellement que les habitants de Lower Crowchurch balayent ses avertissements en le traitant de fou et d’ivrogne.

Et si, à l’instar du personnage de Russel dans Independance Day, ou de Cassandre dans la mythologie grecque, celui que l’on prend pour un fou avait raison depuis le début ?

Le début de la Fin

C’est ainsi que Clive, que l’on soupçonne traumatisé par les horreurs de la guerre, va devoir s’embarquer à nouveau dans une bataille, qui aura cette fois pour enjeu la survie de l’Humanité… ou du moins d’une version anthropomorphique. Car la particularité de cette aventure que l’on pourrait penser sortie de l’imagination de H.G. Wells, est qu’elle met en scène des personnages humains aux traits animaux, comme une façon de refléter la nature humaine grâce à nos 30 millions d’amis, ce qui est d’autant plus à-propos thématiquement que les antagonistes n’ont absolument rien d’humain, ni de terrien.

On peut tout de suite souligner que l’anthropomorphisme est ici utilisé à bon escient par Dan Abnett, qui en fait une sorte de totem à l’effigie de ses protagonistes, ce qui a pour effet de refléter leurs caractères. Par exemple, le vétéran placide et taiseux est un dogue allemand, tandis que l’écrivaine revêche est un chat siamois, et que le roublard craint de tous est un renard.

La succession des péripéties se fait de façon fluide et permet à chaque personnage de briller, par des dialogues savoureux et des situations toujours plus dangereuses. L’auteur garde le mystère quant à ses envahisseurs venus des étoiles, mais on comprend bien vite que ce cauchemar n’est que le début…le début de la fin.

Wild’s End est une excellente lecture, qui reprend les codes du récit d’invasion tels que définis par La Guerre des Mondes de H.G. Wells. On attend le second tome avec impatience !