**·***·BD·Nouveau !·Rapidos

Hard rescue #2 – Tracnar et Faribol #2

La BD!

  • Hard Rescue #2 (Bozino-Melli/Humanos) – 2022, 54p., série finie en 2 tomes.

bsic journalismMerci aux Humanos pour leur confiance!

couv_438750Il y a presque un an sortait le premier tome de ce blockbuster scientifique musclé dont la réalisation paraissait solide bien que sans grande originalité. Malheureusement l’effet nouveauté passé, la lecture de ce second tome s’avère assez ennuyeuse en ce que l’aspect scientifique reste tout à fait décoratif et que les scènes d’action sont aussi marquantes qu’un action-movie direct-to-video. Les auteurs auraient été inspirés de retirer promptement ces affreuses combinaisons qui donnent un air de robot aux personnages sans capacités physiques intéressantes et de les plonger dans de la baston militaire bien plus classique comme sur l’intro du premier volume. On est en outre surpris par le déroulé qui fait qu’une fois leurs bastons écoulées les auteurs ne semble avoir pas grand chose à nous dire. Sans chercher une révolution les éléments étaient là, pour peu que l’ambition des auteurs ait recherché autre chose qu’une BD de consommation aussitôt lue aussitôt oubliée…

note-calvin1note-calvin1

  • Tracnar et Faribol #2: Stratus (Du Pelloux/Bamboo) – 2022, 56p., série en cours.

bsic journalismMerci aux éditions Bamboo pour leur confiance!

couv_442449

Le royaume de notre bon roi désormais débarrassé de la malfaisante sorcière qui l’avait ensorcelé, l’équilibre était revenu et les deux gredins pouvaient poursuivre leur vie de débauche rabelaisienne. Mais lorsque l’oiseau magique Stratus cessa de chanter le ciel s’assombrit pour déverser des torrents interminables sur la tête et la terre des pauvres habitants. Et revoilà le loup et le renard embarqués dans une nouvelle aventure pour sauver le royaume…

Fort enjoué par un premier récit me voilà de retour dans le conte, bien intrigué par ce que le bon Du Pelloux s’en va nous narrer. Si la jolie peinture de couverture nous place dans les meilleures dispositions, nous devons malheureusement subir la grisaille de planches qui certes reflètent l’ambiance, mais sont fort dommage quand à la belle qualité graphique de notre hôte. Les deux gredins sont fidèles à eux-mêmes et leurs aventures rocambolesques avancent vite et pleines de péripéties. Les ingrédients sont là, les trognes aussi… manque seulement cette épice qui faisait le succès du premier tome. Un petit quelque chose en moins, de l’humour peut-être, et une lisibilité moindre qui rendent cette seconde aventure… seulement sympathique. Mais c’est déjà pas mal!

A partir de 8 ans.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

*****·BD·Jeunesse

La Princesse Guerrière

La BD!

Histoire complète (plus ou moins) en 162 pages, écrite et dessinée par Alexander Utkin. Parution le 25/08/2021 aux éditions Gallimard Jeunesse.

Pendant ce temps dans les steppes

Coup de coeur! (1)

Dans le précédent article, nous faisions connaissance avec le Roi des Oiseaux, grâce à Gamaïoun, la femme oiseau qui sait tout et se fait un devoir de nous raconter les meilleures histoires qu’elle a en mémoire.

Cette fois, elle prolonge le récit aux multiples ramifications qu’elle avait entamé dans le précédent opus. On débute notre épopée aux côtés de Vassilissa, qui pour sauver son père des machinations de sa perfide marâtre, doit se rendre auprès de la redoutée Baba Yaga, au cœur de la forêt, et passer plusieurs épreuves mortelles. Pour cela, elle sera aidée par sa petite poupée, artefact magique hérité de sa mère, et qui pourrait bien la tirer d’un mauvais pas ou deux.

Les circonvolutions de la légende nous mèneront ensuite aux côtés de John, fils benjamin d’un roi insulaire du Sud, qui brave à son tour les dangers de la forêt et passe un accord avec Baba Yaga pour sauver son père malade. Après l’échec de ses frères aînés, John réussit à récolter les pommes d’or tant convoitées mais doit faire face à leur trahison. Et c’est là qu’intervient la fameuse Princesse Guerrière, qui a bien l’intention d’obtenir réparation suite au vol de ses pommes.

Ba-ba-ba, Baba Yaga

Alexander Utkin nous régale encore une fois en puisant dans le folklore slave ! Ce second opus s’articule lui aussi autour d’un récit choral et interconnecté, ce qui nécessite, non pas pour une bonne compréhension mais plutôt pour un plaisir optimal de lecture, d’avoir lu attentivement le Roi des Oiseaux, afin de saisir toutes les connexions qui unissent ces histoires extraordinaires.

Le ton est toujours naïf, certes, manichéen diront certains, mais après tout, ce sont des contes, des morceaux de sagesse populaire pleins de magie et de créatures en tous genres, censés nous communiquer une morale. Les personnages sont toujours attachants, de John le prince sous-estimé à la Poupée en passant par la Baba Yaga (que je ne connaissais qu’à travers la série Hellboy, et donc pas forcément sous un jour très favorable), et participent à donner à cet ensemble un caractère intemporel.

Côté graphique, Utkin fait encore des merveilles, à travers un trait gras aussi épais que naïf. Son bestiaire notamment, est fascinant, empli de créatures chimériques qu’un Guillermo Del Toro lui envierait certainement.

La Princesse Guerrière confirme le talent de son auteur, un coup de cœur assurément !

****·BD·Jeunesse

Le Roi des Oiseaux

Album de 176 pages écrit et dessiné par Alexander Utkin. Parution aux éditions Gallimard Jeunesse le 26/08/2020.

La guerre de Troie aura bien lieu.

Les pommes, c’est bon. Mais mythologiquement parlant, ce fruit mi-juteux mi-farineux a une tendance assez marquée à provoquer des catastrophes. Demandez à Adam et Eve, demandez aux grecs et au troyens, aux Hespérides, ou encore, aux rois des animaux qui règnent sur les steppes.

Le Roi des Oiseaux, personnage éponyme, est pris malgré lui dans une guerre contre les mammifères, à la suite d’une dispute entre une souris et un moineau au sujet d’un pomme d’immortalité en or. Affaibli par cette escarmouche, le Roi des Oiseaux se crashe dans la forêt, pour ensuite se trouver à la merci d’un Marchand, qui décide contre toute attente de lui offrir son hospitalité, considérant qu’il a obtenu d’un serpent le don de parler aux animaux.

Trois années passent, avant que le Roi des Oiseaux ne recouvre ses forces. Reconnaissant envers le Marchand, il va l’emmener avec lui visiter ses trois sœurs, dont l’une va le récompenser d’un coffre magique que l’honnête homme va fièrement ramener chez lui, sans se douter du nombre de péripéties que ce cadeau va engendrer….tout ça à cause d’une pomme.

Si Slave, c’est qui s’nettoie, si ce n’est toi, c’est donc ton frère.

Alexander Utkin utilise le folklore slave pour construire ce conte habile et enchanteur, parcouru de quêtes imbriquées les unes dans les autres. L’imaginaire russe n’est d’ailleurs pas le seul convoqué par l’auteur, qui va saupoudrer le tout d’imagerie sud-américaine ou encore nordique.

Le ton, comme le graphisme, sont légers, presque naïfs, et vont entraîner le lecteur dans une odyssée marquée de joie et d’émotions. Les thèmes convoqués, que ce soit l’honnêteté, la famille, l’amitié, l’amour ou la persévérance, conviennent donc bien à cet album familial, dont les pages au grain grossier viennent sublimer le trait gras et les couleurs pastel.

****·BD·Jeunesse·Nouveau !·Service Presse

Hammerdam #1

BD de Enrique Fernandez
Ankama (2021), 40 p. série en cours.

bsic journalismMerci aux éditions Ankama pour leur confiance.

Lorsque le marteau magique vint se planter dans la bourgade d’Hammerdam tout le monde convergea pour tenter sa chance, en vain… Jusqu’au jour où une fillette ressentit l’appel et souleva la masse. La légende veut que le porteur du marteau voit sa vie changée. Bientôt rejointe par une troupe d’être aussi farfelus que puissants, elle partit à l’appel de l’aventure…

Peut être un dessin animéPeu connu du grand public, Enrique Fernandez est pourtant une pointure dans le dessin espagnol, doté d’un univers graphique très particulier prenant à la fois de l’Animation jeunesse et aux manga en mode Super-Deformed. Très impressionné par les aperçus de ses BD publiées depuis une quinzaine d’années j’ai participé au Crowdfunding de sa série solo Brigada et ait été un peu échaudé par une narration très complexe. L’arrivée d’une nouvelle série originale chez Ankama était l’occasion de voir si la double casquette posait un vrai problème à l’auteur ou si la simplification du registre jeunesse lui correspondait plus.

Et bien rassurez-vous car ce premier tome d’une nouvelle série s’inscrit tout à fait dans le cadre du conte en jouissant de la folie de l’univers unique de Fernandez. Si l’ouverture reprend l’habitude cryptique de l’auteur avec bien peu d’explications et des cases sans bulles, rapidement on comprend que les différents personnages et histoires autour de ce marteau vont converger pour constituer une troupe bigarrée totalement destinée à satisfaire le public jeune auquel l’album se destine. Car outre les dessins crayonnés qui rappellent le talent visuel indéniable de l’auteur, c’est l’imaginaire foutraque qui transpire de ce monde qui éblouit: ici un loup au pouvoir multiplicateur incontrôlé, là une héroïne indomptable, une fée prisonnière et une troupe d’archers-clones … tout ce petit monde va aider la jeune Melina dans sa quête alors que se lancent déjà contre eux des adversaires puissants et des effets magiques aux conséquences imprévisibles!

La richesse et la liberté graphique d’Enrique Fernandez plairont absolument aux enfants même si elles peuvent dérouter. Maniant différentes techniques, colorisations, cadrage et découpage, il nous immerge dans un monde foisonnant dont le seul risque est qu’une imagination folle ne noie le récit. Ce n’est pas le cas dans cette ouverture qui fonctionne parfaitement et donne bigrement envie de découvrir comment les amis de Melina vont pouvoir l’aider et où va la mener sa quête.

A partir de 8 ans.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD

Castelmaure

La BD!

Récit complet en 152 pages, écrit par Lewis Trondheim et dessiné par Alfred. Parution le 14/10/2020 aux éditions Delcourt

Histoires à dormir debout

Zéphyrin est un mythographe, dont la mission est de parcourir le royaume de Castelmaure, en quête d’histoires orales à retranscrire pour la postérité. Ainsi, il s’entretient avec qui y consent, pour écouter les récits des anciens et forger l’Histoire du royaume. 

Il y a quelques années, Zéphyrin s’était donné une mission bien particulière: celle de retrouver le Roi Eric, monarque adoré par son peuple, disparu dans de mystérieuses circonstances. Après avoir fait chou blanc durant dix ans, le mythographe s’est résolu à reprendre ses activités normales, mais les histoires qu’il entend ça et là ne font qu’épaissir le mystère autour de Castelmaure…

En effet, depuis que le Roi s’est évanoui dans la nature, laissant sa sœur Éléanore régner en intérim avec son époux Marcus, une incessante tempête s’est installée autour du château, qui fut dès lors déserté. Zéphyrin entend également parler du Chasseur Errant, que de nombreux sujets auraient aperçus dans les forêts, avec un sorcière acariâtre. L’historien entend également l’anecdote disant que toutes les femmes du royaume tombèrent enceintes le même jour, ce qui conduisit à de nombreuses tragédies et des enfants mort-nés…pour la plupart. 

Peu à peu, ces histoires singulières vont s’entrecroiser et se télescoper, pour former ultimement la légende de Castelmaure. 

Les parts de vérité dans le gâteau du mythe

On ne présente plus Lewis Trondheim, dont la bibliographie est jalonnée de succès critiques et éditoriaux. L’auteur nous plonge ici dans un récit choral au croisement du conte médiéval fantastique et du thriller, dans lequel chaque détail à son importance. A la manière d’un détective, Zéphyrin va faire office de fil rouge dans cette intrigue, dont les circonvolutions bien emmenées conduisent le lecteur vers un final satisfaisant où tout finit par prendre sens. 

Le scénariste convoque des thèmes connus, comme celui de la différence, d’autres un peu plus touchy comme ceux de la maladie mentale et du remord, le tout en cohérence avec le récit. L’album en lui-même y gagne donc en authenticité, grâce aux personnages bien campés et à l’alternance des situations, tantôts drôles, tantôt grandiloquentes et dramatiques. 

Certains arcs narratifs, notamment ceux de Théodore et Nathanaelle, trouvent une résolution un tant soit peu abrupte dans le feu de l’action, mais cela ne nuit pas à la cohérence du tout, qui conserve une allure de fresque maîtrisée de bout en bout. 

Le dessin d’Alfred réussit à lui seul à établir l’univers de Castelmaure, grâce à un trait épuré et à des décors qui laissent la plupart du temps admiratif. 

Sorti l’an dernier après avoir été repoussé, Castelmaure offre un plaisir de lecture conséquent pour qui aime les intrigues chorales et le ton décalé de Lewis Trondheim. 

****·Jeunesse·Nouveau !·Service Presse

L’enfant océan

Jeunesse

BD de Max l’Hermenier et Stedho
Jungle (2020), 53p., one-shot.

Adapté du roman de JC. Mourlevat.

bsic journalismMerci aux éditions Jungle pour leur confiance.

Le titre est doré, l’intérieur de couverture est illustré et l’ouvrage comporte un signet-ruban. Un cahier pédagogique de 9 pages conclut l’album en forme de guide de lecture.

couv_404305

Yann est le dernier d’une fratrie de sept frères. Les parents Doutreleau ne sont ni très aimants ni très malins et les destin des enfants ne semble pas bien lumineux… Un soir Yann convainc ses frangins de fuir cette maison du malheur…

Jean-Claude Mourlevat est une des pointures de la littérature jeunesse, avec une trentaine d’ouvrages parus dont deux adaptés en BD (l’enfant océan et La Rivière à l’envers (même scénariste et éditeur) et une  BD jeunesse qu’il a lui-même écrite. Il s’agit du troisième album de Stedho, très bon dessinateur dont les planches participent grandement à la qualité de cette version moderne du Petit Poucet.

Ce qui marque dès les premières planches c’est l’immersion dans un quart-monde qui donne aux orphelinats et autres marâtres des contes de fée une réalité dérangeante. Dans un esprit proche de ce qu’ont proposé Zidrou et Frank Pé sur leur Marsupilami l’an dernier nous voyons cette famille à l’univers que l’on devine violent, visités par enseignants, police et assistantes sociales et vivant dans un monde où semblent exclus l’amour, la culture et la beauté. C’est dans cet contexte que vient Yann, le petit poucet de Mourlevat, minuscule bonhomme mutique tout au long de l’album et que ses jumeaux de frangins protégeront à chaque instant. A l’absence d’amour parental la fratrie répond par une complicité de tous les instants, dans l’adversité comme dans les facéties. Yann est le cerveau de la bande comme on dit (bien que la dite bande ne parte pas de très haut…) et il faudra toute son ingéniosité pour déjouer les périples qui se dresseront sur leur itinéraire vers son rêve: voir l’Océan!

Comme souvent en littérature jeunesse la poésie répond à la dureté des conditions d’origine. La force de ce genre est de parler simplement, à des enfants, de choses complexes, parfois dures, en s’adressant à l’empathie naturelle des jeunes. Les gueules de travers des grands-frères les rendent sympathiques et leur cerveaux un peu vides font d’eux des amis bienveillants, sortes de bons géants pour le petit Yann qui se balade de sacs en dos. Il y a bien sur de la méchanceté dans cet univers d’enfants, une méchanceté adulte… qui n’est pas exclusive (et pas manichéenne). Si les parents et le gros bourgeois incarnent la malveillance, la bande du poucet rencontrera aussi beaucoup de complicité dans leur voyage vers la liberté.

Le dessin et la colorisation très maîtrisés de Stedho donnent une dynamique très réussie aux planches, créant des gags visuels et certains plans assez inspirés. Les visages sont assez simples mais font leur office et rendent le petit fort sympathique avec sa bouille toute ronde. Le découpage surtout est très varié, jouant d’une multitude de cadrages pour créer un mouvement permanent rendant la lecture particulièrement fluide et agréable.

On ressort de ce périple ravi d’avoir découvert un duo d’auteurs dans cette tendre épopée qui parle plus qu’il n’y paraît de notre époque et son traitement des déclassés. Et pourquoi pas l’envie de prolonger la lecture sur le roman.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Jeunesse·Manga·Nouveau !·Service Presse

Le Renard et le petit Tanuki

Jeunesse
Manga de Mi Tagawa
Ki-oon (2020), n&b, 159 p., 1/3 volumes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Ki-oon pour leur confiance.

Comme sur la récente série Alpi ce volume semble confirmer la démarche sans plastique de Ki-oon pour la jaquette. Le format de la couverture est original puisque incliné en paysage. Sous la jaquette on trouve des bonus en première et quatrième de couverture. Chacun des six chapitres de l’album est coupé par une page présentant un des animaux métamorphes de ce monde. L’album est inscrit dans la collection Kizuna où l’on retrouve également la Reine d’Egypte et Magus of the Librarian pour les plus connus. le_renard_et_le_petit_tanuki_1_ki-oon Les métamorphes sont des animaux dotés de pouvoirs et capables de se transformer en humains. Il y a fort longtemps Senzo le renard noir sema tant de trouble que la déesse du soleil l’enferma pendant trois-cent ans. Lorsqu’il fut libéré elle lui confia comme rédemption la tâche d’élever un jeune Tanuki, métamorphe innocent mais doté de grands pouvoirs… The Fox & the Little Tanuki, Vol. 1: Amazon.fr: Tagawa, Mi, Tagawa, Mi:  Livres anglais et étrangersDifficile de ne pas craquer devant ces dessins animaliers et cette trombine trop choupette du petit Tanuki! Conçu totalement dans un esprit Kawaii, ce manga n’est pourtant pas forcément ciblé sur un jeune public malgré l’aspect conte de son intrigue. En effet il emprunte aux légendes traditionnelles japonaises parlant d’esprits primordiaux et d’esprits de la Nature qui cohabitent plus ou moins bien avec les humains, dans un univers assez complexe pour des occidentaux. Après une entrée en matière très didactique nous présentant le contexte on entame différentes séquences permettant de comprendre l’esprit de rebellions du renard noir, personnage principal de ce premier volume et le ressort principal de la série: entre ce bad-guy soumis de force au pouvoir de la déesse et l’innocence incarnée du Tanuki qui ne cherche qu’à jouer et découvrir le monde la relation va être compliquée… Équipé d’un collier de perles blanches qui le fait se tordre de douleur dès qu’il contrevient aux commandements de la déesse, le renard va vite comprendre que son intelligence machiavélique va devoir s’accommoder du jeune métamorphe. Après avoir du intervenir pour libérer un esprit domestique chafouin qui hantait une maison, le duo improbable apprend le fonctionnement de ce monde entre magie et tradition. Mais il n’y a pas que le Renard qui est poussé par des motivations maléfiques. Ses anciens associés voient son retour comme une chance et vont tenter de profiter de l’innocence du Tanuki, pas si faible qu’il n’y paraît. Et l’on pressent déjà que le méchant va devoir contrer sa nature pour devenir le protecteur de l’enfant…Le Renard et le petit Tanuki s'installent chez Ki-oon, 26 Juin 2020 - Manga  news Belle entrée en matière pour ce conte simple très joliment mis en images même si les décors sont particulièrement vides… Mais on est surtout là pour les animaux et en la matière on est servi! Doté d’un humour sympathique et d’une mise en avant de la question culinaire (comme beaucoup de manga), Le renard et le petit Tanuki se laisse découvrir sans forcer même si pour l’heure on n’a pas encore beaucoup de matière pour se prononcer sur ses qualités intrinsèques. Les plus jeunes pourront s’attarder sur les mimiques des métamorphes en laissant sans doute de côté la complexe mythologie tout en s’ouvrant à cette autre culture. Les adultes profiteront des beaux dessins et de l’aspect sombre autour de l’histoire pas si rose du Tanuki. A suivre donc pour voir dans quelle direction l’autrice va nous emmener en mars prochain dans le second volume. note-calvin1note-calvin1note-calvin1
*****·BD

Peau de Mille Bêtes

Histoire complète en 120 pages, écrite et dessinée par Stéphane Fert. Parution aux éditions Delcourt le 27/03/2019. 

TRENTE MILLIONS D’AMIS

Quelques part dans une immense forêt, un jeune homme erre, hagard. Cette frêle silhouette qui déambule entre les arbres et celle du Prince, qui cherche désespérément sa princesse perdue dans la brume sylvestre. Après une périlleuse rencontre avec des monstres, le Prince fait l’hasardeuse rencontre d’une sor-euh, d’une fée, qui lui propose assez malicieusement de l’aider à retrouver l’élue de son cœur. Pour cela, le Prince devra remonter aux origines d’un conte oublié de tous, et traverser des épreuves dont il ne sera pas toujours le protagoniste. 

Des années auparavant, Belle fuit son village, lassée des pressions constantes des hommes voulant la posséder grâce aux épousailles. En chemin, Belle rencontra le Roi Lucane, créature magique régnant seul sur la forêt et sa faune. Belle devint ainsi reine de la forêt, et de cette union naquit Ronces, un impétueuse petite princesse que son père au caractère ombrageux exila parmi les animaux sous prétexte de contribuer à son éducation. 

ŒDIPE DANS TOUS SES ÉTATS

Malheureusement, si le temps n’a pas de prise sur le Roi Lucane, il en a sur Belle, qui finit par souffrir des outrages du temps avant de disparaître. Avant, elle fit promettre à son époux éploré de veiller sur leur fille, mais le monarque rendu fou par la douleur eut une façon bien à lui d’interpréter ces dernières volontés. Rendu fou par la douleur et le chagrin, Lucane finit par se persuader qu’il était dans son devoir d’épouser Ronces, seule femme à être à la hauteur de la beauté de sa défunte reine. 

Toutefois, la princesse Ronces, qui était devenue une femme indépendante depuis le temps, avait ses propres ambitions, et avait fait la rencontre d’un petit prince chétif qui venait de lui faire découvrir un étrange sentiment: l’Amour…

Ulcéré par cette trahison, Lucane usa alors de sa magie pour maudire sa fille et l’emprisonner dans une gangue faite des peaux de tous les animaux qui avaient veillé sur elle étant petite. Désormais recouverte d’une peau de mille bêtes, Ronces serait amenée à dévorer tout homme tentant de s’approcher d’elle. Le Prince, peu taillé pour les exploits mais mu par une témérité forgée par l’amour, va devoir ruser pour approcher sa belle princesse et la délivrer enfin de sa triste condition. 

Vous concèderez que l’on fait tous des erreurs. La mienne fut de passer à côté de cet ouvrage, paru il y a déjà un an et demi. Stéphane Fert nous offre un album magnifique, dans la veine de son précédent Morgane, où il officiait en tant que dessinateur. Ici auteur complet, Fert s’inspire librement d’un conte des frères Grimm en y ajoutant sa patte personnelle, et accouche d’une histoire tantôt cruelle, tantôt délicate, à la beauté indéniable, et dont les personnages, qui se conçoivent à rebours des archétypes habituels du genre, sont très réussis. En effet, il fut extrêmement plaisant de voir évoluer la princesse Ronces, femme statuesque et forte, loin des frêles ossatures des princesses-objets, au côté d’un prince pas vaillant mais astucieux. 

L’antagoniste, le Roi Lucane, commençait lui aussi fort bien, grâce au tragique de sa situation, mais l’on peut déplorer son glissement progressif vers un rôle plus archétypal de méchant. 

Cela n’enlève cependant rien au plaisir de lire ce Peau de Mille Bêtes, une vraie réussite d’un auteur en pleine ascension !

****·BD·Nouveau !·Service Presse

Le baron

La BD!
BD de Jean-Luc masbou
Delcourt (2020), 72p., one-shot.

bsic journalismMerci aux éditions Delcourt pour leur confiance.

Magnifique édition luxueuse avec tranche toilée, titre gaufré et doré et terminé par un cahier de recherches graphiques crayonnées et un fil de fer de toutes les planches crayonnées de l’album. On pourrait croire à une édition collector… Bravo à Delcourt pour une fabrication de cette qualité au tarif habituel des BD.

couv_403185

Lorsqu’un colporteur débarque dans le village de Bodenwerder quelle n’est pas la surprise des habitants que d’entendre la lecture des récits du Baron de Münchhausen… car loin d’être un personnage de fiction, le baron n’est autre que le sympathique seigneur du coin, qui aime raconter les rocambolesques aventures de sa vie militaire… pour qui veut bien le croire…

Après vingt ans passés en compagnie du loup, du renard et du lapin les plus bavards de la BD, Alain Ayroles et Jean-Luc Masbou se sont quittés, pour nous proposer à une année d’intervalle deux magnifiques ouvrages comme les joyaux majeurs de leur carrière: Les Indes fourbes pour Ayroles (avec Guarnido) et donc, ce Baron (de Münchhausen!) pour Masbou. Et l’on peut dire qu’à la lecture des deux ouvrages, au thème très proche, l’on n’est pas surpris que les deux compères se soient si bien entendus sur la saga De capes et de crocs!

Le Baron de Jean-Luc Masbou - Album - Livre - DecitreComme sur l’album d’Ayroles, le Baron traite de la création, de l’imaginaire et des raconteurs d’histoires. Moins sophistiqué que le premier, l’ouvrage de Masbou profite cependant du trait si particulier et de cette colorisation que l’on a tant aimé sur De capes… En pleine possession de ses talents, doté d’une pagination et d’un format royaux, l’auteur utilise les multiples récits fantasmagoriques du Baron pour nous gratifier d’une variété impressionnante de style, chaque séquence adoptant tantôt l’apparence des gravures du XVIII° siècle, tantôt les albums graphiques russes, la sanguine ou l’image d’Epinal. Comme album de dessinateur ce Baron est donc un véritable régal pour peu que les faciès outranciers de carnaval de Masbou vous siéent. Ce sera là, comme souvent lorsque l’auteur assume les deux rôles, la limite de l’ouvrage qui, s’il est touchant et sympathique, ressemble plus à un exercice de style qu’à un scénario machiavélique comme a su le faire son comparse.

Car Jean-Luc Masbou reste en terrain connu, cet univers des carton-pâte, des décors de théâtre et la bonhommie d’une époque idéalisée, celle des vaillants soldats de bottes et d’épée, des perruques et des tavernes emplies de bocks à bière et de plantureux saucissons. Cet album généreux sonne comme la conclusion logique d’une carrière qui a emprunté, caressé, cajolé l’univers du Baron et toute la galaxie d’artistes qui ont enrichi ces contes, de Terry Gilliam à Gustave Doré et Georges Meliès. En cela le Baron est un superbe hommage qui vient enrichir une bibliographie impressionnante d’adaptations, citations et autres suites des aventures de ce Karl Friedrich Hieronymus, Baron de Munchhausen, ayant réellement existé et dont les aventures ont été relatées de son vivant. Cet aspect historique est partiellement présent dans l’album qui nous présente la rencontre de l’œuvre et du personnage… qui ici découvre qu’on l’a mis en livre alors que le véritable Hieronymus a démarché un écrivain.

L’album comme son personnage sont immensément sympathiques dans leur entièreté. Car si la question du mensonge, de l’affabulation, est abordée, bien vite le Baron nous fait comprendre qu’il n’est pas plus dupe que ses auditoires de la distinction entre la réalité et l’imaginaire. Ses récits sont une ode à l’imagination débridée libérée des carcans sociaux, de la bienséance et du cartésianisme d’une époque bien codifiée. Par l’imaginaire Hieronymus se libère du poids matrimonial, social et de ce qui est attendu. Par la libération de toute vraisemblance il démontre une liberté de vie absolue, que son épouse tente de restreindre. Il est toujours plaisant de voir s’exprimer ainsi des artistes, auteurs de BD, ces adultes suspects de manque de sérieux à passer leur vie à dessiner des contes, des histoires alors que le monde est si dur… Jean-Luc Masbou revient ainsi avec cet album à l’origine du conteur, celui qui fait voyager l’imaginaire, qui émerveille les enfants et les adultes du siècle de Louis XV. Il propose une ode à la liberté créative, à l’absence de sérieux et au plaisir de raconter des histoires, quelques invraisemblables qu’elles soient. En cela il a sa place dans la bibliothèques de tous les amoureux des belles histoires!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

*****·BD·Jeunesse·Nouveau !·Service Presse

Tracnar & Faribol #1

Jeunesse

BD de Benoit du Peloux
Bamboo (2020), 86 p., one-shot.

bsic journalismMerci aux éditions Bamboo pour leur confiance.

Une bien belle édition avec ce large format qui propose une impression de grand qualité avec un dessin crayonnés-aquarelle pas simple à rendre. Très joli logo-titre  avec un en-tête qui promet une série. Un très joli cahier graphique de 8 pages termine l’album. Un habillage général qui mets en appétit et mérite un Calvin.

couv_389539

Il était une fois au royaume d’Arican, un roi tombé veuf sous les charmes de la belle Perfidy. Celle-ci captura l’âme de la jeune princesse Felicity à qui était promise la couronne. Voilà que tout était bien… jusqu’à ce qu’elle croise sur son chemin deux coquins, voleurs et bandits, le loup Tracnar et le renard Faribol, bien loin de se douter qu’ils allaient rien de moins que sauver le royaume…

Tracnar & Faribol (Vagabondage en contrées légendaires #1) • Benoît Du  PelouxLe ton est donné est connu: le campagnard Benoit de Peloux avait très envie de conter une aventure entre Perrault et Rabelais, au pays des rois et des reines mais aussi des brigands et des parleurs, des cuisiniers et des lingères. Mais ce n’est pas parce que tout ceci est familier qu’il est facile de le raconter à nouveau. Surtout, intéresser petits et grands comme l’ambitionne Peloux n’a rien d’évident. Et pourtant ce premier album d’une série qui va sans aucun doute se poursuivre au vu de sa qualité plaira au lecteur adulte comme aux jeunes.

Pour cela il y a d’abord les dessins, aquarelles sur crayonnés, superbes et précis tant dans les couleurs chatoyantes du château que dans la forêt enneigée et les terriers enracinés. L’auteur, habitué au dessin animalier sur les séries Zoé et Pataclop ou Triple Galop dans l’écurie Bamboo est parfaitement à l’aise avec les trombines caricaturales et grimaçantes de ses animaux anthropomorphes. La recette de Disney marche autant dans Blacksad qu’ici et la caractérisation animalière des tempéraments fait rire les adultes et comprendre rapidement aux enfants à qui ils ont affaire. Les aventures de Tracnar et Faribol donnent lieu bien entendu à moultes cabrioles, cascades et combats à coups de cruchons et de broche à cochons… Rabelais (ou Kaamelot!) n’est donc jamais loin tant les deux énergumènes recherchent plus la bonne pitance qu’un hypothétique trésor. Car les gens du peuple se contentent de peu et connaissent la valeur du concret…

30 Millions d'amis...la Bd Animalière / Tracnar et Faribol Vs. Richard au  pays des livres magiques - Conseils d'écoutes musicales pour Bandes  DessinéesLa bonne idée de Peloux repose sur cette fusion entre la princesse, jeune fille mal élevée et agaçante et Faribol, le renard peureux et malin. Par des péripéties que vous découvrirez la princesse se retrouve à parler par la voix du renard ce qui donne lieu à moultes quiproquos et situations décalées bien drôles. La progression dramatique est remarquable et la lecture se passe à une vitesse folle tant les séquences s’enchainent logiquement et avec fluidité, sans aucune faute de gout. Car outre la qualité technique et la bonne idée de faire se dérouler l’aventure en hiver (permettant ainsi une économie non négligeable de moyens pour créer des décors pourtant fort jolis), l’auteur propose un design remarquable tant dans les costules que dans le style des personnages. Encore une fois ce n’est pas parce que l’on croque un récit moyenâgeux que l’aspect général coule de source. Ici tout semble à la fois connu et original. Le trait léger y est sans doute pour beaucoup mais l’on a vu beaucoup d’autres histoires si proches de Walt Disney ou hésitant sur le réalisme. Le dessinateur est clairement à l’aise avec l’univers qu’il a créé et son envie transparaît dans le carnet graphique où il raconte les étapes de création, ses hésitations et ce qu’il faut s’attendre à trouver dans de prochains albums.

On sort de ce conte totalement enchanté, le sourire aux lèvres, les yeux caressés par ces si jolies planches et l’on n’a qu’une envie, de retourner dans le terrier de Faribol déguster un fumeux gigot…