***·BD·Nouveau !·Service Presse

Nourrir l’humanité

La BD!
BD de Sylvain Runberg et Miki Montllo
Delcourt (2022), 123p., one shot. Collection « Les futurs de Liu Cixin » #4.

couv_449931

bsic journalismMerci aux éditions Delcourt pour leur fidélité.

Hua Tang est un assassin. Le meilleur. Lorsque les plus riches magnats de la planète font appel à lui pour éliminer trois personnes il s’interroge. Pourquoi d’aussi puissants personnages veulent-ils effacer d’insignifiants inconnus? Alors qu’un Premier contact a lieu, entraînant des bouleversements de l’ordre social, Hua va devoir interroger son passé et sa morale pour déterminer ses prochains actes…

Nourrir l'humanité (par Sylvain Runberg, Miki Montlló et Liu Cixin)Runberg et Montllo nous avaient enchanté sur la superbe saga Warship Jolly Rogers, où l’espagnol proposait un étonnant travail numérique issu de l’Animation. Toujours dans la SF mais dans un style beaucoup plus classique, ils décrivent ici à la suite de Liu Cixin le dilemme d’un tueur élevé dans la crainte du parrain et la violence de sa condition dès l’enfance. Alors que très loin dans le cosmos une révolte survient au sein d’ouvriers opprimés, nous allons suivre l’itinéraire d’un enfant-tueur plongé dans le monde du crime, des trafics et des mendiants dès son plus jeune âge. Le schéma est connu et le cœur devra être bien accroché à suivre les méthodes barbares du mafieux Dent et sa scie qu’il ne quitte jamais.

LES FUTURS DE LIU CIXIN - NOURRIR L'HUMANITÉ (Sylvain Runberg / Miki  Montlló) - Delcourt - SanctuaryOn retrouve dans Nourrir l’humanité une problématique écologique et sociale (comment cohabiter à plusieurs milliards sur une même planète tout en résolvant les injustices les plus criantes) et la structure classique de l’écrivain en juxtaposant une trame space-opera avec un quotidien trivial de notre époque. Comme sur Les trois lois du monde, l’auteur nous fait suivre l’évasion d’un peuple parti loin dans l’espace à la recherche d’une solution à son problème en même temps que la dureté de la vie sur terre pour les gens de peu. On troque l’instituteur pour l’assassin mais les deux se retrouvent sur le refus des injustices et le sacrifice pour le bien commun.

LES FUTURS DE LIU CIXIN - NOURRIR L'HUMANITÉ (Sylvain Runberg / Miki  Montlló) - Delcourt - SanctuaryComme sur le précédent Cixin nous présente les problématiques de surpopulation, de sacrifice juste pour le grand nombre et de l’inéluctabilité du rôle social… sans que l’on entende une critique. Conscients ou non du problème Runberg et Montllo se contentent d’une illustration certes efficace dans son aspect action (on aime toujours les lone-soldiers stylés et leur vengeance légitime contre les pires ordures que peut porter la Terre!) mais qui aurait pu proposer une variation critique. On ne peut cependant complètement rejeter la thèse de l’écrivain qui apporte une véritable problématique que l’on pourra prendre comme cynique. Reste que le système n’est jamais combattu et les hommes restent soumis à l’ordre social légal sans jamais vraiment s’en extraire… Une lecture en forme de beau polar social mâtiné de SF et solidement réalisé. Pas révolutionnaire mais intéressant pour qui veut lire à la fois une création du pape de la SF et une vision non occidentale de problématiques universelles.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !·Service Presse

Les trois lois du monde

La BD!
BD de Xiaoyu Zhang
Delcourt (2022), 106p., one shot. Collection « Les futurs de Liu Cixin » #3.

couv_447502Montrant en parallèle une cataclysmique guerre galactique antédiluvienne et le rôle éducatif déterminant d’un enseignant de campagne dans une Chine minée par la pauvreté, Lui Cixin nous rappelle l’importance fondamentale de l’Education pour la construction d’une civilisation…

Trois Lois du monde (Les) (par Zhang Xiaoyu, Liu Cixin et PanL’heure est à l’incursion des auteurs majeurs de la SF mondiale en BD puisque avant le one-shot de N.K. Jemisin (vainqueur de trois prix Hugo consécutifs) sur les Green Lantern dans la fort qualitative collection Black Label de DC, c’est Delcourt qui lance sa collection d’adaptation de nouvelles de Liu Cixin, star littéraire chinois et lui aussi vainqueur du prestigieux prix Hugo.

Pour le troisième volume de la collection, c’est le chinois Zhang Xiaoyu qui s’y colle. Dessinateur très doué, il se spécialise très tôt dans la SF en livrant chez Mosquito ou les Humanos des albums solides, notamment sur une autre adaptation d’un classique de la SF, l’Autoroute sauvage qui m’avait plutôt impressionné. Auteur complet, il s’occupe ici du scénario et des dessins sur une nouvelle probablement assez courte puisque l’intrigue, si elle fait la part belle à de monumentaux plans spatiaux en double voir triple page (oui-oui!) garde un récit assez simple voir simpliste. Pour résumer (sans spoiler), l’Education est la mère des valeurs et permet tout, y compris de sauver une civilisation…

Les œuvres chinoises sont toujours un peu dérangeantes à prendre en main tant la société communiste s’est bâtie sur un formatage des esprits par une éducation très rigide qui influe forcément même les artistes les plus indépendants. J’avais ressenti cela lors de ma lecture du monument Le Problème à trois corps qui proposait déjà une double temporalité dans la ruralité « mythique » de la Chine communiste et dans un futur lointain. Sans juger Les Futurs de Liu Cixin (tome 3) - (Xiaoyu Zhang) - Science-fiction  [BDNET.COM]une société différente, on ne peut s’empêcher de voir transparaître une vision simpliste du monde qui promeut un imaginaire national de l’essor du citoyen prolétaire par l’Ecole et au service de la Nation. Ainsi les aliens qui se retrouvent à devoir choisir quelle civilisation ils vont protéger peuvent symboliser un État tout puissant qui a le pouvoir de vie et de mort sur ses compatriotes pour le bien du collectif. Est-ce que Cixin envisage une critique a demi-mots de son Régime ou est-il inféodé à l’idéal du Parti? En tout cas il est certain que le projet d’un Fred Duval sur Renaissance (qui revêt un peu la même idée d’une civilisation extra-terrestre qui vient en aide aux terriens) semble plus complexe et plus riche.

Restent de superbes planches dans une technique traditionnelle qui devient rare de nos jours et donne une texture fort agréable à ces dessins. Si l’éditeur Mosquito (qui choisis de grands dessinateurs mondiaux pour son catalogue) a déjà publié plusieurs albums de Xiaoyu ce n’est pas pour rien! Les trois lois du monde est donc un one-shot à la lecture assez rapide, fort agréable aux yeux et qui ne révolutionne pas la SF mais est une excellente introduction au style de Liu Cixin ainsi qu’à des créations chinoises, encore assez inhabituelles dans nos contrées. Cela exige du reste le même recul que sur nos lectures comics, qui semblent plus familières mais finalement pas moins exotiques sur une société américaine aussi nationaliste que celle de Liu Cixin.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

L’oiseau rare #2: La grande Sarah

La BD!

BD de Cedric Simon, Eric Stalner et Florence Fantini.
Grand Angle (2021), 53 p., série en 2 volumes.

bsic journalismMerci aux éditions Grand Angle pour leur confiance.

Ce second tome comprend un résumé de l’épisode précédent et un cahier graphique de cinq pages.

BD L'OISEAU RARE

Tibor emprisonné et les économies de la bande passées dans la paye de l’avocat, c’est tout le rêve d’Eugénie qui s’est envolé. Alors qu’arrive le défi lancé par la Grande Sarah, la jeune fille n’a pas dit son dernier mot…

Second volume très différent d’un premier qui réussissait plutôt bien sa description historique en parvenant avec difficulté à s’envoler. Ici on change de registre en délaissant la chronique sociale pour un scénario d’arnaque. Eugénie avait dit à la fin du tome un qu’elle allait « faire raquer » la grande Sarah et sa supériorité pédante, voici donc son plan assez subtilement présenté par le scénariste, suffisamment pour qu’on n’y voit que du feu. Par l’enchevêtrement de séquences qu’il ne lie pas, Cédric Simon parvient progressivement à mener son histoire comme un agencement de saynètes que la conclusion fera se rejoindre. Le risque de ces schémas est celui du Deus ex Machina, de la conclusion un peu facile, un peu fabriquée. Cependant les personnages sont suffisamment installés (tant dans l’écriture que graphiquement) pour nous détourner l’attention comme les pickpockets qu’ils sont, le temps que la magie fasse son effet.

L'Oiseau rare T2 : La grande Sarah (0), bd chez Bamboo de Simon, Stalner,  FantiniTout part donc de ce défi lancé par Sarah Bernhardt à Eugénie, qu’elle va relever haut la main. La déception va pourtant être de mise lorsqu’elle réalise que c’est comme boniche du théâtre de l’actrice que la truande est embauchée. Alors qu’elle cherche des informations sur l’incendie de l’Oiseau rare, Constantin s’éloigne de l’équipe pour mener ses petites magouilles. L’histoire va donc alterner entre l’itinéraire de ce dernier et celui d’Eugénie.

Sans grande tension, l’intrigue se suit néanmoins avec plaisir, progressivement, à l’image du dessin d’Eric Stalner, fidèle à lui-même, croquant de superbes gueules pas toujours très différenciées mais magnifiquement encrées et réhaussées par une très jolie colorisation de Florence Fantini. La rupture entre les deux tomes et la grande différence de style ne permet pas de créer une continuité qui puisse tirer parti de la place laissée par le format en diptyque. Du coup on a le sentiment de lire deux épisodes séparés d’une même série avec un petit manque de souffle. Mais globalement il n’y a pas grand chose à redire sur les qualités intrinsèques de cet album bien dessiné, bien construit et aux dialogues plutôt efficaces. L’Oiseau rare se conclut comme une petite histoire très bien réalisée qui comblera les amateurs de Stalner et des chroniques historiques à la mode Glénat.

****·Jeunesse·Nouveau !·Service Presse

L’enfant océan

Jeunesse

BD de Max l’Hermenier et Stedho
Jungle (2020), 53p., one-shot.

Adapté du roman de JC. Mourlevat.

bsic journalismMerci aux éditions Jungle pour leur confiance.

Le titre est doré, l’intérieur de couverture est illustré et l’ouvrage comporte un signet-ruban. Un cahier pédagogique de 9 pages conclut l’album en forme de guide de lecture.

couv_404305

Yann est le dernier d’une fratrie de sept frères. Les parents Doutreleau ne sont ni très aimants ni très malins et les destin des enfants ne semble pas bien lumineux… Un soir Yann convainc ses frangins de fuir cette maison du malheur…

Jean-Claude Mourlevat est une des pointures de la littérature jeunesse, avec une trentaine d’ouvrages parus dont deux adaptés en BD (l’enfant océan et La Rivière à l’envers (même scénariste et éditeur) et une  BD jeunesse qu’il a lui-même écrite. Il s’agit du troisième album de Stedho, très bon dessinateur dont les planches participent grandement à la qualité de cette version moderne du Petit Poucet.

Ce qui marque dès les premières planches c’est l’immersion dans un quart-monde qui donne aux orphelinats et autres marâtres des contes de fée une réalité dérangeante. Dans un esprit proche de ce qu’ont proposé Zidrou et Frank Pé sur leur Marsupilami l’an dernier nous voyons cette famille à l’univers que l’on devine violent, visités par enseignants, police et assistantes sociales et vivant dans un monde où semblent exclus l’amour, la culture et la beauté. C’est dans cet contexte que vient Yann, le petit poucet de Mourlevat, minuscule bonhomme mutique tout au long de l’album et que ses jumeaux de frangins protégeront à chaque instant. A l’absence d’amour parental la fratrie répond par une complicité de tous les instants, dans l’adversité comme dans les facéties. Yann est le cerveau de la bande comme on dit (bien que la dite bande ne parte pas de très haut…) et il faudra toute son ingéniosité pour déjouer les périples qui se dresseront sur leur itinéraire vers son rêve: voir l’Océan!

Comme souvent en littérature jeunesse la poésie répond à la dureté des conditions d’origine. La force de ce genre est de parler simplement, à des enfants, de choses complexes, parfois dures, en s’adressant à l’empathie naturelle des jeunes. Les gueules de travers des grands-frères les rendent sympathiques et leur cerveaux un peu vides font d’eux des amis bienveillants, sortes de bons géants pour le petit Yann qui se balade de sacs en dos. Il y a bien sur de la méchanceté dans cet univers d’enfants, une méchanceté adulte… qui n’est pas exclusive (et pas manichéenne). Si les parents et le gros bourgeois incarnent la malveillance, la bande du poucet rencontrera aussi beaucoup de complicité dans leur voyage vers la liberté.

Le dessin et la colorisation très maîtrisés de Stedho donnent une dynamique très réussie aux planches, créant des gags visuels et certains plans assez inspirés. Les visages sont assez simples mais font leur office et rendent le petit fort sympathique avec sa bouille toute ronde. Le découpage surtout est très varié, jouant d’une multitude de cadrages pour créer un mouvement permanent rendant la lecture particulièrement fluide et agréable.

On ressort de ce périple ravi d’avoir découvert un duo d’auteurs dans cette tendre épopée qui parle plus qu’il n’y paraît de notre époque et son traitement des déclassés. Et pourquoi pas l’envie de prolonger la lecture sur le roman.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·Documentaire·Manga·Nouveau !·Service Presse

Essai sur le principe de population

Le Docu du Week-End

Manga de Team Banmikas
Delcourt (2020), 191p. one-shot, collection Kurosavoir.

L’ouvrage a une couverture avec rabat mais sans jaquette. Il comprend une court biographie de Malthus en retour de couverture, une double page comprenant une bibliographie (… essentiellement japonaise) et une présentation des personnages et du concept de l’auteur, enfin un sommaire des quatre parties et une page finale expliquant la démarche de la collection Kurosavoir. On aurait aimé quelques documents de prolongation supplémentaires.

essai-principe-population-kurokawa

Dans la seconde moitié du XIX° siècle l’Angleterre est résolument entrée dans la révolution industrielle, accompagnant son lot d’ouvriers pauvres et une explosion des inégalités avec une bourgeoisie capitaliste qui, engoncée entre sa domination absolue sur la société et sa morale chrétienne, ne sait que faire des ces hordes de miséreux. L’influence de l’universitaire Thomas Malthus et sa théorie sur le principe de population aboutira à la suppression en 1934 des lois sur les indigents installées depuis le XVI° siècle pour aider les miséreux.

Essai sur le principe de population simple (Kurokawa)La collection Kurosavoir a été lancée en 2019. Elle comporte actuellement huit volumes traitant autant d’ouvrages majeurs des sciences sociales que de classiques de la littérature. Elle fait suite à une collection analogue chez Soleil manga (« classiques ») lancée en 2011 et qui comporte vingt et un ouvrages, le dernier sorti en 2013. Ces collections qui proposent de véritables manga abordant des ouvrages ou des théories classiques se distinguent de la collection La petite Bdthèque des savoirs du Lombard qui propose plus des sortes de Que-sais-je que des albums de BD.

Pour ma découverte de cette collection je suis plutôt agréablement surpris. Malgré une forme éditoriale un peu austère, j’ai été surpris de trouver un véritable manga avec un scénario reliant les personnages de trois courtes histoires qui illustrent différentes implication de la pauvreté en Angleterre victorienne et les limites des thèses de Malthus. On suit ainsi Malthus dans un premier chapitre où des bourgeois viennent le consulter sur ce qu’il convient de faire pour réduire la pauvreté, ce qui permet de nous expliquer le Principe de population. Ensuite vient l’histoire d’Oliver (… Twist), un orphelin qui subit la dure vie des hospices, illustrant le sort des pauvres et les limites des poor laws. Ensuite l’histoire d’Alexis Soyer, cuisinier français ayant fui la Révolution de 1830 pour devenir le meilleur cuisinier français de Londres et qui partit aider lors de la Grande famine irlandaise puis lors de la guerre de Crimée en inventant notamment la cuisinière portative de campagne. L’ouvrage se termine par l’histoire de Florence Nightingale, infirmière en chef lors de la guerre de Crimée et qui introduit la statistique dans la santé et la gestion des hospices.

La grande force de ce manga de vulgarisation est de ne pas essayer de rentrer dans des explications complexes mais bien d’illustrer à la fois la théorie de Malthus mais surtout le contexte de l’époque au travers de personnages historiques qui nous permettent à la fois de nous identifier et de comprendre les problématiques. Le découpage en quatre histoires permet en outre une aération du récit pourtant bien relié autour de cette problématique commune de pauvreté. Les auteurs abordent ainsi un très grand nombre de sujets passionnants qui donneraient presque envie de poursuivre ces histoires sur quelques tomes. Avec l’avertissement en préambule, ces histoires sont construites de manière à nous mettre en situation critique par rapport à l’établissement de la réflexion de cet économiste et pasteur (ce n’est pas un détail) qui publia sa première version au XVIII° siècle et qui comme beaucoup de théories classiques a beaucoup de limites mais Serie Essai sur le Principe de Population [BDNET.COM]permit d’influencer beaucoup d’intellectuels plus modernes tels que Darwin. On saisit ainsi subrepticement le paradoxes d’une théorie « pure et parfaite » conçue non pour s’appliquer au monde réel mais plutôt comme une idée mathématique comme le furent les idées des économistes classiques qui ne tenaient guère compte du facteur humain. Dans le manga nous voyons que ce sont bien les bourgeois dérangés par la question pauvre qui demandent de l’aide à Malthus et sont gênés aux entournures lorsqu’il leur explique qu’il ne faut pas aider les pauvres pour permettre une régulation naturelle de la population. Les chapitres suivants nous montreront concrètement les implications de cette théorie.

D’un dessin simple mais très efficace utilisant des personnages de souris anthropomorphes, l’Essai sur le principe de population est un remarquable manga de vulgarisation qui permet à un relativement jeune lectorat de s’initier à des problématiques socio-économiques du XIX° siècle fondatrices pour nos sociétés. Il a notamment toute sa place dans tout CDI de collège pour profiter de la popularité du manga (l’éditeur rappelle en post-face qu’un ouvrage illustré sur trois publié en France est un manga!) et apprendre de façon agréable.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !·Service Presse

L’oiseau rare #1: Eugénie

La BD!

BD de Cedric Simon et Eric Stalner
Grand Angle (2020), 53 p., 1/2 volumes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Grand Angle pour leur confiance.

Très belle édition avec une couverture alléchante, à la fois mystérieuse et révélatrice de l’atmosphère historique. L’album s’ouvre sur une introduction et se clôture par un cahier documentaire de sept pages comprenant des photographies historiques et revenant sur la Zone (les bidonvilles entourant Paris et terrain du récit), l’actrice Sarah Bernhardt qui apparaît dans l’ouvrage et le photographe Emile Atget à l’origine de l’album.

couv_395727

Autour de Paris, de 1844 à 1930 s’étend une zone interdite à la construction, devant permettre de voir venir d’éventuelles attaques allemandes. S’y installent très vite des populations pauvres, parfois chassées par la spéculation immobilière des travaux haussmanniens, en un amoncellement de bidonvilles formant une société populaire inédite. Dans la Zone vivent Eugénie et ses acolytes, formant une improbable famille de truands. Le rêve d’Eugénie est de rebâtir le mythique théâtre l’Oiseau rare…

Dès les premières pages et le préambule on comprend que le cœur de ce projet est de faire revivre une certaine époque, ce fascinant XIX° siècle finissant, plein de sang et de larmes mais aussi d’espoir, époque que nous voyons aujourd’hui dans le reflet des pays du tiers-monde, du Brésil à une certaine Europe où immenses richesses côtoient la plus basse misère avec la juxtaposition de plusieurs sociétés que seule la Nation relie. En écho aux Yslaire, Tardi et Bourgeon , L’oiseau rare s’attache à un travail documentaire, faisant la part belle aux trognes qu’un Eric Stalner à la productivité débordante (plus d’un album par an depuis pfiouuuu…), issu de la tradition de BD historique Glénat, sait remarquablement croquer. La reconstitution nous emmène ainsi des bidonvilles de la Zone, sous-société tolérée par l’Etat en ce qu’elle se situe hors du champ de vision de la bourgeoisie, aux rapines dans les rues parisiennes. Ce sont ces séquences fort sympathiques, celles des petits œuvrant de malice pour détrousser le bourgeois ou le gros commerçant, qui attirent le plus l’attention du lecteur. Dans l’esprit rebelle d’un Robin des bois ou de Jay et Kita, on aime cette liberté, cette vie qui dénote avec une société parisienne corsetée (… que l’on ne voit guère dans l’album).

https://www.ligneclaire.info/wp-content/uploads/2020/08/LOiseau-rare-1-800x1083.jpg.webpC’est sur l’intrigue en revanche que la réussite fléchit. Comme une fausse bonne idée, le scénariste dit partir d’un cliché, il est vrai fascinant, pour décrire l’itinéraire d’une jeune fillette idéaliste et emplie de joie. Il n’y a pas de pathos dans cet album qui laisse l’inquiétude de côté hormis concernant le grand-père qui cache un secret révélé en fin de tome. Mais un portrait ne suffit pas et en refermant l’album on a l’étrange impression d’avoir fait du sur-place après un voyage de carte postale documentaire dans l’arrière-cour de la République. On apprend à découvrir les personnages, la pègre, avec quelques séquences mystérieuses bien amenées. Techniquement c’est solide. Mais l’histoire semble finalement moins importer aux auteurs que le cliché, comme cette irruption de Sarah Bernhardt finalement assez brève et périphérique qui semble se justifier par le seul caractère historique du personnage. L’histoire est prévue en deux volumes et il ne faut pas condamner une intrigue peut-être prévue en progression.

Ce diptyque commence donc agréablement pour peu que l’on se passionne pour cette époque et pour les récits des gens de peu. L’ouvrage profite de dessins très réussis d’un Stalner inspiré et l’on espère quel’intrigue saura dépasser la seule intrigue familiale en proposant dans le second volume une tension un peu légère jusqu’ici.

*****·BD·Documentaire·Nouveau !

Break, une histoire du Hip-Hop

Le Docu du Week-End
BD de Florian Ledoux et Cedric Liano
Steinkis (2019), 126 p., volume 1/2 paru.

bsic journalismMerci aux éditions Steinkis pour cette découverte.

couv_369031Steinkis fait partie des éditeurs qui publient peu mais bien, avec un vrai boulot sur l’objet livre. Mes critiques des albums de cet éditeurs sont généralement en rubrique BD Docu, ce qui explique le contenu additionnel qui permet de prolonger le thème traité par la BD. On en apprend beaucoup sur un sujet finalement peu connu hormis la musique Hip-Hop en elle-même. L’ouvrage contient en fin d’album un épais lexique détaillé sur des personnes, évènements ou termes « techniques » de la culture Hip-Hop ainsi qu’une biblio-musicographie. Comme d’habitude chez l’éditeur, ce travail très complet fait beaucoup pour la qualité globale de l’album. La couverture est, enfin, très réussie, à la fois attirante visuellement, fidèle à l’esprit de l’album et imaginative avec ce disque Vinyle évoqué. L’album a été réalisé à quatre mains scénario/dessins.

A la fin des années soixante, le Bronx est un ghetto de noirs pauvres au nord de Manhattan. On sait que c’est dans cette ville new-yorkaise que naissent le Rap et le Hip-Hop. Au travers de la jeunesse de deux jeunes frères, Marcus et Aaron qui se créent une identité et une appartenance l’un avec le Break-dance l’autre avec le Graf, c’est la genèse d’un des mouvements culturels les plus puissants du XX° siècle qui nous est proposé de découvrir.

Résultat de recherche d'images pour "break histoire hip-hop liano"Toutes les époques de l’histoire américaine ne sont pas également intéressantes. A l’heure d’un revival 80’s on constate le plus souvent que cette décennie est l’aboutissement des dix années précédentes où ce pays, des campus élitistes universitaires aux ghettos noirs, sort de ses fondements violents et racistes pour voir naître de véritables cultures modernes, urbaines. Si les noirs du sud avaient le blues qui leur permettait de vivre leur identité de peuple au travers bien souvent de la religion, les jeunes désœuvrés des villes étaient loin de ces anciens et la plupart du temps vivaient dans un monde de violence, de crimes, de délinquance. C’est le cas des deux héros de ce superbe album très inspiré de Florian Ledoux et Cedric Liano pour l’une de leurs premières publications BD, d’une maturité graphique et thématique remarquables.

extrait 1.jpgFlorian Ledoux est graffeur et spécialiste de la culture Hip-Hop. Sa très bonne connaissance de ce mouvement lui permet de dresser une description progressive, historique, de la naissance de ce que l’on connaît par des artistes mais sans avoir conscience du puzzle général. L’itinéraire à la première personne de ses deux frères va nous immerger au cœur de ce bouillonnement très localisé où l’on comprend qu’un contexte général (le racisme, l’incurie des autorités municipales et policières) voit naître quelque chose de gigantesque qui au départ n’était que la volonté de jeunes noirs de s’en sortir hors du crime en revendiquant une fierté raciale et communautaire. C’est cela la culture, une appartenance. On retrouve un peu des éléments qui faisaient la réussite du précédent ouvrage de l’éditeur, Redbone. Ainsi l’aîné va commencer comme membre d’un des gang noir qui faisaient la loi et la structuration (par l’entraide autant que le trafic) du Bronx dans les années soixante-dix en remplaçant une municipalité totalement absente. On effleure le mouvement musical des clubs disco qui touche toutes les villes et où les noirs avec leur technique de Break-dance éprouvée dans les soirées DJ sauvages des rues vont être utilisés comme danseurs et comprendre qu’ils peuvent gagner de l’argent hors des gangs. Cette évolution est passionnante car l’on suit parfaitement cet itinéraire d’un jeune homme fier hors d’un mouvement ce revendication raciale mais qui en est conscient. Comme souvent dans les Ghettos c’est l’obligation de se construire sa propre organisation, sa propre culture qui va créer quelque chose.

Break-plancheLa présence du lexique conséquent en fin d’album permet d’éviter un scénario trop explicatif et les auteurs peuvent ainsi utiliser ce background pour réaliser une bonne histoire de famille. Car les deux personnages et leur mère (jeune femme qui galère dans des petits boulots en essayant de protéger ses fils de la misère et du crime) sont attachants. Notamment la relation des deux frères, l’aîné protégeant le petit tout en Résultat de recherche d'images pour "cedric liano break steinkis"l’introduisant dans ce bouillonnement de fêtes en bordure de la légalité. Aaron deviendra graffeur, activité identitaire par excellence, avec ses règles, sa fierté affichée: lorsqu’il explique la portée d’un Whole train (le fait de graffer toute une rame de métro) qui va voir son nom de graffeur parcourir tout New-York jusqu’à Wall Street et les quartiers blancs riches on comprend l’importance du Hip-Hop comme marqueur d’existence d’une minorité ignorée. On évoque également James Brown par son apport de fierté majeur, la tentative de la Nation of Islam d’utiliser le mouvement mais aussi le rôle des premiers DJ jamaïcains pour lancer ces Sound-systems de rue…

La partie graphique de Break est surprenante de maturité, notamment dans la colorisation et le découpage. Les deux auteurs utilisent un concept très efficace: l’album est en monochrome gris (très élégant) et voit apparaître des éléments de couleur chaque fois que le Hip-Hop apparaît. Ce peut être un danseur, un DJ, de la musique, un graff. C’est d’abord très beau visuellement et permet d’ajouter un sous-texte aux planches. De même les quelques scènes de danse (que les auteurs ont l’intelligence de ne pas surmultiplier) prennent l’aspect de combats à la mode manga, avec des déformations qui permettent de comprendre le mouvement, la vitesse. extrait 3.jpgEnfin le découpage varié et dynamique rend la lecture extrêmement agréable, esthétique, visuelle. D’excellents dessinateurs que je ne connaissais pas et qu’il faudra suivre assurément, notamment via la participation de Cedric Liano à la revue XXI.

Il ressort de ce gros volume qui se lit d’une traite un sentiment de plénitude que l’on ne trouve pas si souvent dans une BD à l’aspect documentaire, le fait de parvenir tout à la fois à un bel album BD en tant que tel tout en apprenant énormément sur cette culture et l’envie de prolonger notre documentation. Pour ceux qui ont aimé le film Spiderman into the spiderverse avec son influence Hip-Hop je conseille vivement cet album qui permet à un public pas nécessairement fana de musique de découvrir un univers et de comprendre un peu mieux des éléments majeurs du cinéma et de la culture américaine.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

****·BD·La trouvaille du vendredi·Rétro

Le pouvoir des innocents, cycle 1

La trouvaille+joaquim
BD Luc Brunschwig et Laurent Hirn
Delcourt (2011-2011992-2002), intégrale, 294 p.

couv_259185

badge numerique

L’édition intégrale n’apporte rien de plus que les cinq albums qui la composent. Les parties sont séparées par une page de titre.

Cette série est une référence, d’abord de par son âge, Luc Brunschwig ayant été un des scénaristes phares des débuts de l’éditeur Delcourt dans les années quatre-vingt-dix, à l’époque des premiers albums d’un certain Lauffray ou autre Vatine par exemple… Datée graphiquement, de par des couleurs que l’on faisait à l’époque et un dessinateur à ses débuts (qui progresse à chaque tome), le volume critiqué ici est le premier des trois cycles qui viennent de se terminer et reste totalement novateur dans son sujet comme son traitement.

Dans une ville de New York en proie aux violences et en pleine campagne pour la mairie, une série de personnages très différents, de toutes les strates de la société, vont s’entrecroiser autour d’une machination pour le pouvoir. Entre mafia, politiciens véreux, journalistes et citoyens marqués par une vie difficile, Jessica Rupert, une visionnaire idéaliste, est convaincue que l’intelligence peut conquérir la mairie de New York et rendre aux innocents leur place dans cette société inégalitaire…

Il est toujours compliqué de lire une grande saga avec un dessinateur débutant. Le niveau d’exigence graphique atteint par les jeunes dessinateurs aujourd’hui est sans commune mesure avec une époque où la pression était moins forte, les éditeurs faisaient leur boulot de lancer des jeunes, leur laisser leur chance. Je ne vais pas ici parler du débat actuel autour de la surproduction et du statut des auteurs (pauvres) mais le contexte actuel de la BD fait étrangement échos au sujet comme à la période de publication du Pouvoir des Innocents. Comme dit plus haut, l’aspect graphique ne doit pas vous dissuader de vous lancer dans cette aventure toujours pertinente et ô combien ambitieuse. Laurent Hirn propose dès les premières planches une partition, si ce n’est très technique, très respectable et il atteindra progressivement, avec une amélioration des couleurs dès le premier cycle, un niveau très agréable dans les cycles suivants.

Résultat de recherche d'images pour "le pouvoir des innocents hirn"En outre l’exigence du scénario de Luc Brunschwig, très cinématographique et original dans ses cadrages et surtout ses enchaînements, ne le rend pas facile à transposer visuellement. Car outre des effets atypiques que l’on trouve parfois au cinéma (des eyefish ou des perspectives faussées), la particularité du scénario est d’enchevêtrer les récits de manière perturbante au début mais ô combien efficace et intellectuellement motivante. Que ce soient les principaux protagonistes (le sergent Logan, sa femme, Providence le boxeur,…) ou des personnages secondaires, une narration continue l’autre, que ce soit dans le texte ou visuellement. En somme l’auteur utilise (là encore) le décalage entre image et son utilisé au cinéma qui permet d’emmener le spectateur sur des interprétations faussées de ce qu’il voit ou à l’inverse induire des similitudes. Vous l’aurez compris, Le Pouvoir des innocents est un véritable film en BD et pourrait sans aucun doute être transposé à l’écran pratiquement sans retouche.

Résultat de recherche d'images pour "le pouvoir des innocents hirn"Les thématiques abordées sont multiples même si elles correspondent à des sujets que l’on traitait fin 80 en BD comme à l’écran. La guerre du Vietnam, le traumatisme incurable, les riches et les pauvres en Amérique, la communication médiatique manipulatoire, tels sont les focus de la BD. Mais dans son aspect multiple le scénario ne s’accroche jamais sur un élément, entrecroisant l’ensemble en une toile cohérente, selon le personnage au manettes du récit à tel moment. Ainsi, l’histoire de Logan prends des aspects de film militaire alors que celle de Providence a l’image d’un film carcéral. Et ainsi de suite. En solo ces intrigues auraient été juste intéressantes, mélangées elles créent une dynamique qui immerge le lecteur dans sa complexité. On pourra néanmoins regretter un côté mièvre un peu insistant dès qu’il s’agit de Jessica Rupert. Un univers de bons sentiments un peu appuyés, qui restent cohérents par contraste avec la dureté des vies de ces « innocents » mais agace un peu la lecture par son côté premier degré.

Au final, avec ses défauts graphiques comme scénaristiques, Le Pouvoir des innocents reste une BD touchante par l’implication de ses auteurs, par le travail visible de Laurent Hirn, par son engagement politique réel. Comme toute l’industrie culturelle la BD a tendance à freiner ce qui peut sortir du consensus du loisir. Des BD comme celles de Luc Brunschwig ou Wilfried Lupano nous rappellent que l’imaginaire, le thriller, ne sont jamais aussi intéressants que lorsqu’ils se rattachent au réel et abordent des thématiques d’actualité et investissent le champ politique. Cette BD est un hymne à l’utopie politique, à changer le monde, à renverser la table des injustices d’un capitalisme triomphant. Merci aux deux auteurs de nous proposer cette bouffée d’espoir.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

**·****·*****·BD·Graphismes·Nouveau !·Rapidos·Rétro·Service Presse

BD en vrac #8

  • Les métamorphoses 1858 #2

Ouvrage lu en numérique sur Résultat de recherche d'images pour "iznéo"

couv_361238Ce second tome arrive seulement quelques mois après le premier volume de cette aventure steampunk sous la forme d’une enquête dans l’imaginaire fantastique du XIX° siècle, où l’on passe de l’Ile du Docteur Moreau à Jack l’éventreur en passant bien sur par Jules Verne… On a laissé les deux frères embarqués dans une société secrète d’érudits, sur un aéronef en route vers le Portugal. Dès l’ouverture du second album on est replongé dans ce qui marque cette série: son découpage très innovant qui participe à un habillage général et donne du corps à l’histoire. L’histoire familiale des deux héros se détaille avec des flash-back où l’on apprend les relations orageuses avec le paternel, alors que les objectifs des différents membres de la société secrète s’avèrent troubles. Lorsque nos héros se retrouvent agressés par des créatures encore plus étranges que les « cyborgs » rencontrés à Paris la réalité bascule  et l’on ne sait plus trop bien ce qui est explicable et ce qui frôle le démoniaque… Les auteurs Alexie Durant et Sylvain Ferret connaissent leurs gammes en matière de fantastique et d’effets horrifiques (… bien gores!). « Tournée » comme un film, cette BD apporte un dynamisme certain en jouant sur nos références imaginaires en sachant titiller nos envies d’aventure steampunk et de fantastique sans tomber dans le plagiat de ce qui a déjà été fait. La fabrication sent la passion, du titre en latin jusqu’aux annexes qui prolongent l’intrigue. Quand originalité rime avec efficacité, il ne faut pas bouder son plaisir!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv


  • Saccage (Peeters/Atrabile) 2019

couv_361269Saccage est un rêve… ou un cauchemar? Dans sa préface Frederik Peeters explique le pourquoi de cet album et quelques grilles de lecture (malgré son caractère très personnel, ce texte vous aidera un peu à saisir ce que vous vous apprêtez à découvrir). Cette lecture, toute fascinante qu’elle soit n’en reste pas moins totalement hermétique malgré les quelques lignes de suivi qui nous sont données, principalement cet homme jaune et l’enfant qui l’accompagne. L’album, qui est pour moi plus un art-book qu’une BD, a cela de fascinant qu’il semble donner une matière aux visions intérieures d’un artiste, avec toutes ses références plus ou moins évidentes (un inca de Tintin par ci, Bruegel par là en passant par les animaux-insectes de Dali…). Il est d’ailleurs intéressant de prolonger la lecture jusqu’à la page de remerciements où l’auteur s’essaye à une liste non exhaustive de ses inspirations, beaucoup dans l’art classique, un peu dans la BD. Résultat de recherche d'images pour "saccage peeters"C’est cet aspect conscient qui est le plus intéressant dans l’expérience de lecture de ce pandémonium graphiquement sublime. Je n’avais rien lu de Frederik Peeters et je découvre l’un des dessinateurs les plus talentueux du moment. Utilisant le stylo-bille comme un retour confortable à une technique qui semble le satisfaire (pour le travail des textures), Peeters nous propose une immersion visuelle où l’étrange se mélange au sublime dans un itinéraire fatigant tant le nombre d’éléments par page nous donne parfois l’impression de parcourir un album Où est Charlie?… Une expérience visuelle vraiment superbe que je conseille à tout amoureux du dessin.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv


  • La saga de Grimr (Moreau/Delcourt) 2017

couv_308484Gros carton critique de l’année 2017 (Fauve du meilleur album à Angoulême 2018), cet album en solo de l’auteur du très réussi Singe de Hartlepoole nous présente la misère de l’Islande, terre désolée victime de la fureur de la Terre, ses volcans et ses geysers, ses tremblements de terre, la rigueur de son climat… Cette histoire assez sombre d’un orphelin doté d’une force colossale, volcan humain décidé à être quelqu’un, repose beaucoup sur le dessin, très particulier, des paysages d’Islande, ses coulées de lave, ses névés, ses landes caillouteuses. Sur Le Singe le style de Jérémie Moreau passait par-ce que c’était une farce. Ici on est dans la Saga, le récit mythique des héros islandais, ce qui peut justifier ce trait grossier. Mais j’ai eu néanmoins beaucoup de mal avec ces planches épaisses, ces personnages bovins et ces couleurs très ternes. Je reconnais la technique (issue de l’animation) de Moreau sur les plans et mouvements des personnages. Mais cela reste trop fruste pour moi. L’album a de toute évidence nécessité un gros boulot et une implication de son auteur (comme tous les albums de la collection Mirages de Delcourt), l’idée d’une Saga en cours de construction, avec ce poète qui reconnaît la destinée de Grimr malgré les heurts d’une époque et société très violentes, injuste, superstitieuse, tout cela est plutôt intéressant mais la partie graphique entache trop le projet pour en faire véritablement un bon album…

note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv