****·BD·La trouvaille du vendredi·Rétro

Fatale

La trouvaille+joaquim

BD de Doug Headline et Max Cabanes
Dupuis-Air Libre  (2014), 136p., One-shot.
D’après Jean-Patrick Manchette.

Après le polar italien des années de plomb par De Metter, le cauchemar expressionniste de Bonne et la dernière sortie des adaptations de Manchette par Cabanes, je vais vous parler de mon préféré, une trouvaille « Fatale« …

couv_219557

Elle s’appelle Mélanie Horst, ou Aimée Joubert, ou… Elle est belle et inaccessible, mystérieuse. Lorsqu’elle débarque à Bléville son arrivée ne passe pas inaperçue dans la bourgeoisie locale. Que veut cette femme indépendante qui s’introduit rapidement au sein des notables de Bléville? Les petits secrets inavouables de ce milieu clos et satisfait n’auront bientôt plus de secrets pour elle…

Rarement une BD n’avait décrit aussi précisément un portrait de femme. Tant graphiquement que dans son caractère, la constance impressionne tant qu’on croit voir un film. Si les dessins de Nada (et dans une moindre mesure La princesse de sang) étaient frustrant, jouant le très bon et le très passable, cet album est un régal visuel où le dessinateur alterne les plans, les textures, les lumières, parfois jusqu’à l’expérimental comme cette dernière séquence dans une lumière bleue crue, gonflée. La maîtrise est certaine. Chaque case présentant l’héroïne, quel que soit le plan, est incroyablement vrai, dès cette couverture étonnante, hypnotisante, ce regard qui nous happe… Max Cabanes est très fort pour croquer des visages. On aimerait connaître le modèle de son Aimée…

Tout le long les auteurs nous laissent en suspens, imaginant le but mystérieux de cette femme prête au meurtre dès les toutes premières pages. Finalement assez peu de dialogues dans ce récit d’une femme délicatement manipulatrice, magnifiquement supérieure. Pourtant seul le lecteur semble sous le charme, le microcosme provincial de Bléville semblant trop occupé dans son fonctionnement nombriliste pour se questionner sur les motivations de cette indépendante surgie de nulle part. Alors on pronostique, on spécule. Est-elle une veuve noire visant le mariage de ce notaire veuf? Est-elle une vengeresse ayant des choses à cacher? On ne le saura qu’à la toute fin, le temps d’une Cabanes / Manchette - LM magazinedescription minutieuse de cette bourgeoisie consanguine et corrompue que l’écrivain d’extrême-gauche se plait autant à décortiquer que ses barbouses de la Princesse ou ses anarchistes de Nada.

Le rythme est calme dans Fatale, il coule comme les jours de cette femme n’ayant pas de besoins financiers, vivant à l’hôtel, passant ses journées à s’entretenir, lire le journal et entretenant ses fréquentations mondaines. Mais jamais l’on ne s’ennuie tant le découpage est fluide, soutenu par des descriptions narratives qui nous rapprochent du texte original, comme sur les autres albums.

De loin le plus abouti des trois adaptations de Manchette par Max Cabanes et Doug Headline, cet album est un parfait spécimen de la brillante collection Air Libre, one shot au format idéal où un récit surprenant, intelligent, allie texte littéraire et élégance graphique en donnant envie de découvrir le texte original. Et malgré une chute un poil décevante, on aimerait revoir vite cette Aimée Joubert…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s