****·BD·Rétro

Quatre jours de descente

La BD!

BD de Grégoire Bonne
Mosquito (2017), 78p., one-shot.

couv_310902-1Après l’espagnol Francesc Grimalt les éditions Mosquito nous faisaient découvrir en 2017 un cauchemar judiciaire magnifiquement mis en scène par un autodidacte issu de la sphère associative, Grégoire Bonne et qui lorgnait vers le surréalisme avec toujours la référence des douze hommes en colère de Lumet qui plane sur l’album. Une belle découverte d’auteurs que permet  l’éditeur grenoblois… souvent frustrant par l’absence de suite donnée par ces auteurs très inspirés!

Quatre jours de descente, bd chez Mosquito de BonneJuré d’assise dans un procès annoncé comme bouclé d’avance, Charles Mirmetz a pourtant décidé de jouer son rôle jusqu’au bout, avec le plus grand sérieux, pour l’honneur de la Justice. Présentant que le coupable idéal ne l’était peut-être pas, il commence à faire des rêves… qui progressivement se mêlent à la réalité…

Comme dans toute histoire de ce genre l’album commence dans l’absolue normalité d’un homme, maniaque, qui s’est donné pour mission d’assumer son rôle avec sérieux. Contrastant avec la légèreté des autres jurés et des magistrats, il ressent au quotidien, dans sa famille, à la maison, le stress de cette tension qu’il est seul à ressentir. Il voit les accusés sur leur banc comme des créatures muettes, aux yeux vides et impénétrables que l’encre des cases de Bonne rend inquiétantes comme la nuit. Il se mets à ressentir physiquement le procès, victime de malaise lors de l’audience puis subissant des visions. Progressivement la réalité devient floue. Le jour de mue en nuit, les lumières des lampadaires en ombres et reflets. Le monde devient une tache qui comme la flaque de la couverture comporte deux faces dans lesquelles on peut se noyer…

Blog du vieux GrigouJouant de techniques expressionnistes, parfois en pleines pages pour illustres ces visions emplies de rouages et engrenages qui montrent sa mécanique intellectuelle grippée par la tension psychologique que le personnage subit, l’auteur maîtrise parfaitement sa mise en scène qui nous emporte dans ce délire qui n’oublie pas de soigner sa chute. Usant de diverses techniques permettant de jouer sur les textures (notamment de très beaux lavis), Grégoire Bonne  propose un one-shot d’une noirceur élégante dont la forme épouse le fonds. Il est toujours risqué de quitter la rationalité visuelle et séquentielle sans perdre le lecteur. Quatre jours de descente arrive pourtant parfaitement à nous emmener dans une spirale psychologique manipulatrice en diable en offrant à la fois un scénario simple mais très abouti et de vraies visions d’artiste. Une franche réussite dans le genre polar noir et psychologique et un auteur à suivre.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Quatre jours de descente - cartonné - Grégorie BONNE - Achat Livre ...Blog du vieux Grigou

4 commentaires sur “Quatre jours de descente

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s