****·Comics·East & West·Nouveau !·Rétro

Savage Dragon #1: Nouveau Départ

Premier tome (enfin, pas tout à fait) de la série écrite et dessinée par Erik Larsen chez Image Comics. Parution en France le 15/01/2022 aux éditions Black & White.

Horde sauvage

Avec Savage Dragon, on va chercher dans une frange assez spécifique des comics américains, pour plusieurs raisons. Créé officiellement en 1992, Savage Dragon est le fruit de l’imagination d’Erik Larsen, un auteur qui a fait ses premières armes chez Marvel à la fin des années 80. Mû par une saine émulation avec les autres auteurs du moment, Larsen a accompagné ses compères, Todd McFarlane, Jim Lee, Whilce Portacio en tête, qui ont tous quitté Marvel avec grand fracas pour créer Image Comics, un label indépendant qui donne la part belle aux droits des auteurs, et qui compte encore beaucoup aujourd’hui dans l’industrie du comics américaine.

Depuis lors, Erik Larsen mène seul sa barque depuis plus de 30 ans, en tant que scénariste et dessinateur d’une des séries les plus longues du même auteur. Savage Dragon se démarque par un ton décalé et résolument adulte, mais également par un graphisme très marqué qui emprunte sans complexe au « sense of wonder » propre à Jack « The King » Kirby. Malgré cela, la série n’aura qu’un impact assez réduit en France au fil des ans, avec seulement quelques tentatives d’incursion sur le marché dont la dernière doit remonter à 2007.

Mais, Savage Dragon, de quoi ça parle ?

Un beau jour en 1992, Frank Darling, un officier de police de Chicago, trouve dans un champs brulé un humanoïde à la peau verte et doté d’un aileron sur le sommet du crâne. Cet être à la force herculéenne n’a pas le moindre souvenir de son identité, mais a la singulière capacité de parler un nombre impressionnant de langues, et d’être relativement calé sur l’histoire récente du monde. Voyant là une opportunité sans précédent, Darling fait des pieds et des mains pour que cet être, qu’il surnomme Dragon (ce qui deviendra plus tard son nom légal), intègre les rangs de la police pour maintenir l’ordre à Chicago.

En effet, depuis quelques temps, un aréopage surnommé le Cercle Vicieux, constitué de ce que l’on nomme des freaks (des streumons selon la VF proposée par Black & White) se fait connaître de la pire des façons, si bien que la police n’est plus de taille à faire face. Pour lutter contre des monstres, la police se dote donc de son propre monstre, et ainsi débutent les rocambolesques aventures de Savage Dragon !

Il serait bien évidemment fastidieux de résumer 25 ans de continuité, ce que l’éditeur français Black & White semble avoir bien compris. Néanmoins, pour apprécier cette nouvelle incursion de la série en France, il convient d’être au clair avec certains éléments. Durant ces années (la particularité de Savage Dragon est que le temps passe aussi vite dans la série que dans notre monde), Savage Dragon a lutté contre le Cercle Vicieux, plusieurs fois, il est tombé amoureux, plusieurs fois aussi, et il a eu un fils, Malcolm Dragon, dont la mère est décédée, et également une fille adoptive (plus ou moins), Angel Summers Dragon. Il s’est retrouvé pris au piège d’autres dimensions, a rencontré des versions alternatives de lui-même et à même parlé à Dieu.

Après des années de mystère autour de ses origines, le voile est enfin levé au milieu des années 2000 dans un numéro spécial. Dragon se nomme en réalité Kurr, empereur de la race nomade des Krylliens, qui parcourent les étoiles dans un vaisseau-monde en quête d’une planète habitable. Arrivé aux abords de la Terre, Kurr décide que la quête de son peuple est terminée et que l’Humanité doit céder sa place. Sadique et cruel, Kurr s’apprête à commettre un génocide lorsque deux Krylliens prennent la décision de l’évincer en le privant de sa mémoire avant de le téléporter sur Terre, où il sera retrouvé par Frank Darling. Après un rebondissement, la personnalité de Kurr ressurgit et ce dernier manque de peu d’atteindre son objectif.

Revenu à la normale, Dragon doit affronter les conséquences de ses actes passés et il est emprisonné puis privé de ses pouvoirs d’élu Kryllien, ce qui active ceux de Malcolm, qui se retrouve propulsé sur le devant de la scène. C’est à ce nouveau départ que les éditions Black & White nous proposent d’assister.

Héritage familial

Ainsi, Malcolm, tout juste entré au lycée, doit-il faire face, comme son père avant lui, aux responsabilités d’un héros, et concilier comme il le peut ces deux aspects de sa vie, à la façon d’un Peter Parker, dont les aventures en tant que Spider Man ont un impact sur sa vie de lycéen. Ce changement de paradigme donne un sentiment de complétude, car le passage de flambeau semble tout à fait logique sur toute l’étendue du récit. Il se passe d’ailleurs peu ou prou la même chose dans Walking Dead (le comics) lorsque Rick Grimes est mis en retrait au profit de son fils Carl.

A ce stade, Erik Larsen repose donc les bases de sa série, en mettant l’accent sur un aspect soap opéra qui fait la part belle à la vie sentimentale de Malcolm. Donc pour le moment, pas de grande bataille ni de voyage temporel, juste de la baston bien bourrine comme on n’en trouve que dans Savage Dragon.

Malgré ce changement de focus sur le protagoniste et l’évolution en temps réel, l’univers de SD conserve un doux parfum de nineties, avec ce qu’il faut de héros bodybuildés et de costumes bariolés improbables. Ce parti pris, qui était très premier degré lors de la création d’Image Comics, peut sembler aujourd’hui désuet mais il faut reconnaître à l’auteur un talent particulier pour le sous-texte et l’autodérision.

En dépit d’un gros pincement au cœur de ne plus voir notre cher Dragon au centre de l’action, pouvoir lire du Savage Dragon en VF est un réel plus, et une initiative salutaire de la part des éditions Black & White !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s