BD·Edition·Rapidos

Emma G. Wildford

BD de Zidrou et Edith
Soleil-Noctambule (2018), 100 p.
d8916d2bc5c06f443b4ea150d0e949d4

Le coup éditorial était bien vu en proposant un très bel objet assez unique dans le genre: un album au format court proposé dans une couverture à rabats aimantés et de faux documents d’époques insérés dans les pages de l’album. La fabrication est remarquable et vous plonge dans l’univers romantique de l’Angleterre victorienne, de la société royale de géographie des jeunes héritiers explorateurs. La couverture est très élégante, … bref niveau éditorial c’est du tout bon.

Emma attend dans la chaleur de la campagne anglaise des nouvelles de son amant, explorateurs parti découvrir le sanctuaire d’un dieu norvégien. Dans cette société machiste, paternaliste, de l’Empire britannique triomphant, Emma apparaît comme une féministe, séchant son beau frère comme les vieux mandarins de la Royal geographical society lorsqu’elle décide de partir elle-même à la recherche de son fiancé, elle la poétesse méprisant les conventions mais jamais sortie des jardins britanniques. Est-elle une enfant trop gâtée ou une intelligence émancipée?

Je parlais donc de coup éditorial… et c’est ce qui m’a finalement un peu agacé au final dans cet album pas extraordinairement original mais bien construit et aux personnages sympathiques (comme souvent chez Zidrou). La facture très spéciale de l’objet n’a finalement aucune justification scénaristique et apparaît comme un pure gadget qui aurait pu être adapté à n’importe quel album (pour un surcoût pas totalement bénin tout de même). Cela n’enlève rien à sa qualité ni au côté agréable mais c’est frustrant car avec un tout petit travail d’insertion des objets dans le scénario cela aurait permit de proposer de vraie interaction avec le lecteur, dans l’esprit de ce que certains ont essayé en format numérique.

Si l’on revient à la seule BD nous avons donc une histoire sympathique, moyennement dessinée mais aux jolies couleurs qui prennent leur intérêt dans la seconde partie située en Norvège. La principale qualité de l’album réside donc dans la personnalité très moderne d’Emma, dotée du soupçon nécessaire de complexité et créant quelques scènes amusantes aux dialogues vifs. Dans le genre classique du portrait féminin romantique on est plutôt dans le haut du panier mais sans révolutionner non plus le genre, ni graphiquement ni thématiquement.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Publicités
BD·Rapidos·Rétro

Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait ses chaussettes ?

BD de Zidrou et Roger
Dargaud (2013) 54 p.

pendant-que-le-roi-de-prusse-faisait-la-guerre-qui-donc-lui-reprisait-ses-chaussettes-tome-1-pendant-que-le-roi-de-prusse-faisait-la-guerre-qui-donc-lui-reprisait-ses-chaussettes-one-shotA sa sortie cet album m’avait intrigué par sa couverture rigolote. Les illustrations regardant le lecteur dans les yeux (ça me fait penser à La folle du sacré-cœur de Jodo et Moebius) c’est toujours efficace/dérangeant. Mais pour la même raison que je n’avais pas tenté Jazz Maynard (couleurs ternes de Roger peu attirantes), j’avais continué mon chemin. Ayant vu cet album dans plusieurs des sélections de la BD de la semaine et ayant depuis totalement flashé sur le dessin de l’espagnol Roger, j’ai sauté à pieds joints sur cette BD… pour une excellente surprise!

Tout d’abord précisons une chose: ce long titre est une fausse bonne idée. D’abord par-ce que cet album n’est pas franchement ironique comme cela pourrait le suggérer et par-ce que niveau com’ c’est quand-même long à retenir. Un peu comme pour « il faut sauver le soldat Ryan« , parfois les auteurs devraient consulter avant de choisir un mauvais titre… Ce roi de Prusse c’est Michel, esprit d’enfant dans un corps de géant et dont la vieille mère s’occupe quotidiennement. C’est elle qui « reprise les chaussettes ». Sauf qu’ici il n’est aucunement histoire de Geste héroïque ni de guerre mais bien du combat d’une mère fatiguée mais éternelle optimiste pour gérer les sautes d’humeur et les paniques subites de son fils handicapé mental.

Résultat de recherche d'images pour "pendant que le roi de prusse roger"Zidrou nous offre une très belle histoire. Belle par-ce que franche mais sans pathos. Le sujet n’est pas le handicape mais bien l’amour maternel et la difficulté à gérer ce qui n’est pas gérable, dans une inversion des rôles néanmoins tragique. Le trait en encrages puissants de Roger participe beaucoup de cette tendresse, dans des regards et des visages par moment pas loin du cartoon. L’album se découpe en plusieurs séquences vaguement thématiques qui voient progresser notre compréhension de la situation de cette famille brisée par la mort du père puis par l’accident du fils Michel. Le lieu n’est pas connu (c’est dommage, l’atmosphère nocturne de Barcelone était très forte dans Jazz Maynard) et l’on plonge surtout dans l’univers étroit de ce colosse enfantin fait de caprices, d’activités cycliques et de la tendresse de son entourage. L’album est dédié à cette héroïne moderne, minuscule bonne femme capable de déplacer des montagnes et que rien ne fait capituler. Concernant le dessin, donc, Roger est pour moi l’un des tout meilleurs dessinateurs actuels (j’en ai parlé ici), mais sa colorisation très monochrome me fait me demander s’il ne ferait pas bien de prendre un coloriste… Son style s’accommoderait parfaitement du noir et blanc et ses couleurs n’apportent pas grand chose à ses planches. Pas sur que des couleurs vives n’écrasent pas ses encrages mais pour une BD de la sorte je pense que ça collerait plus avec l’atmosphère recherchée.

Il n’en demeure pas moins que ce « Roi de Prusse… » est un très beau petit album. Pas de ceux qui vous transportent ailleurs mais un moment de calme à partager avec cette belle personne à admirer les coups de pinceaux d’un grand artiste.

Un autre avis: Au fil des plumes.

 

BD·Rapidos·Rétro

La mondaine

BD de Zidrou et Jordi Lafebre
Dargaud (2014), 2 volumes parus, 2X62p et une intégrale.

couv_264327

Le nom de Zidrou est un peu partout en ce moment et ses BD jouissent de très bonnes critiques (ou mode…?). Par ailleurs je reconnais que les dessinateurs avec lesquels il travaille sont plutôt bons, notamment une sorte d’armada espagnole que Zidrou côtoie. J’avais feuilleté les albums de Jordi Lafebre et si le style proche du cartoon m’attirait moyennement, je lui reconnais une maîtrise technique vraiment intéressante. Du coup le diptyque La mondaine était dispo en bibliothèque et j’ai tenté le coup.

L’album suit un nouvel inspecteur à la bridage mondaine, chargée avant la seconde guerre mondiale de gérer la prostitution, autant les prostituées que les clients. Ils font office de bureau de renseignement, de cabinet noir du gouvernement, capable de donner des informations compromettantes sur des hommes de pouvoir fréquentant les charmes des demoiselles.

La série est inégale. Autant le premier volume est très bien mené, alliant exotisme du sujet et humour des situations, servi par le trait acéré (proche de la caricature, mais toujours précis) de Lafebre, autant le second volume m’a un peu perdu. En effet, l’histoire débute sur des thèmes fort intéressants: la brigade suit la vie souterraine d’une France encore sous le carcan de l’Église et d’une certaine pudibonderie que la réalité du sexe fait voler en éclat. Ces policiers voient la réalité de cette société, avec une certaine légèreté. Plein de détails mi amusants mi terrifiants (les méthodes connues de la police, le tabassage à l’annuaire ou les agents qui profitent des services des prostituées, y compris très jeunes) jalonnent l’album mais toujours avec un regard coquin des auteurs. Dans le second volume deux éléments font irruption, qui déstabilisent le récit, lui faisant prendre une tournure sombre que l’on attend pas et qui à mon sens fragilisent les thèmes proposés: la rafle du Vel d’Hiv et la folie du père d’Aimé. Le ton devient très sombre même s’il est enchâssé eu milieu de scènes burlesques. Idem pour l’histoire de la taïtienne qui paraît un peu en trop.

Je pense que le scénariste a trop voulu en mettre en seulement deux volumes. Ce qui était intéressant c’était bien le début de l’album, le paris souterrain, la dérision, le regard puceau d’Aimé et finalement, ce rôle politique de la Mondaine qui ne sera finalement presque pas exploité (… et que l’on retrouvera dans Shi du même scénariste). Le ton et le style de dessins ne collent pas vraiment avec les sujets sombres traités dans le second volume. Du coup on n’est pas vraiment dedans et l’on est frustrés avec une impression de « à quoi bon? ». Le sujet des relations entre la police et la collaboration aurait mérité une série entière. L’excellent « Il était une fois en France » faisait bien ce travail. L’histoire familiale du héros pouvait à la rigueur s’insérer mais pas de manière aussi centrale. C’est vraiment dommage car j’ai par ailleurs vraiment apprécié l’ambiance générale, l’humour et le dessin, mais le sentiment que les auteurs n’ont pas bien défini leur sujet gâche un peu le plaisir. La Mondaine reste cependant une bonne série qu’on peut lire avec plaisir.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

BD·Graphismes·Mercredi BD

Natures Mortes

BD de Zidrou et Oriol
Dargaud (2017), 62 p.

couv_297432Album au format large et à la pagination relativement importante, doté d’une postface de Roser Domenech, professeur d’histoire de l’art en catalogne et spécialiste du peintre Vidal Balaguer. L’éditeur a doté l’album d’une couverture toilée sur l’édition grand public. Très belle édition assez classieuse et qui renforce l’album.

Barcelone, 1930, atelier du peintre Joaquim Mir. Le vieil homme raconte à son jeune modèle l’étrange histoire de son ami, le peintre maudit Vidal Balaguer, l’un des plus talentueux membres de la Colla del Safra, un groupe d’artistes catalans. Une histoire liée à une toile et à sa muse disparue de façon mystérieuse…

Pour leur troisième collaboration Zidrou et Oriol (illustrateur espagnol dont le vrai nom est Hernández Sánchez) nous font entrer dans le monde de la peinture espagnole, au travers d’une histoire sur un mode policier teinté de fantastique. L’envie des auteurs était de rendre hommage à ce peintre inconnu à qui le postfacier tente de redonner ses lettre de noblesse en organisant des expositions. Le texte de cet historien de l’art est très intéressant et l’on y apprend qu’un certain  Pablo Picasso avait déjà repéré Balaguer… Résultat de recherche d'images pour "natures mortes oriol"Zidrou (dont je découvre progressivement la bdgraphie) construit le récit en une court enquête sur la disparition de la muse que l’on peut voir en couverture: Balaguer l’aurait-il tué, comme il aurait fait disparaître d’autres personnes apparaissant sur ses peintures? Sous ce prétexte l’album nous introduit dans le milieu artistique de Barcelone à la fin du XIX° siècle. L’on a maintenant l’habitude de parcourir Montmartre dans des BD françaises, parfois aussi le milieu artistique américain, plus rarement l’espagnol. C’est chose faite et si ce n’est pas véritablement révolutionnaire, l’immersion picturale (grâce au trait et aux couleurs incroyables d’Oriol qui fait un travail impressionnant pour coller au style impressionniste) de l’album est fascinante. L’on a réellement le sentiment de pénétrer des peintures de l’époque et l’illustrateur espagnol intègre des productions originales du peintre afin de pousser encore plus loin l’entrelacement.

Résultat de recherche d'images pour "natures mortes oriol"Intéressé par cette histoire de peintre méconnu j’ai cherché quelques informations, d’abord sur les sites de BD, puis plus largement. L’absence de références au peintre m’a intrigué, alors j’ai poussé un peu… jusqu’à découvrir le fin mot de l’histoire. Non ce n’est pas un spoil (la BD reste vraiment excellente et se savoure pour elle-même), mais Victor Balaguer n’a jamais existé et ses peintures sont d’Oriol lui-même! L’espagnol souhaitait faire une BD rendant hommage au (vrai) peintre Joaquim Mir, peu connu en France et a proposé cette mystification à Zidrou. Les deux compères se sont alors associé à un vrai galeriste et un vrai chercheur espagnols pour pousser le projet. Ainsi une vraie exposition a vu le jour avec de vraies-fausses toiles de Balaguer, crées par Oriol. C’est un site espagnol qui vend la mèche et j’avoue que cette histoire m’a totalement bluffé. C’est la première fois que je vois un tel montage en BD et l’album mérite d’être lu rien que pour cela mais absolument pas que!

Résultat de recherche d'images pour "natures mortes oriol"Natures Mortes est une grande réussite, d’abord graphique, qui nous régale et m’a fait découvrir (encore… 🙂 un grand dessinateur espagnol dont l’album Les trois fruits m’intéresse beaucoup et que je vais lire dès que possible. L’album est également très poétique, avec ce personnage qui doute de sa réalité et qui nous fait voir encore une fois que le talent va souvent avec une inadaptation. La création est personnelle mais doit être vendue pour vivre, dilemme que connaissent tout les peintres. Balaguer refuse cela et se retrouver alors enfermé dans sa peinture au propre comme au figuré. Enfin, l’idée de l’enquête ajoute un piment qui fait dévorer les 60 pages bien trop vite. Et nous fait regretter que la base de l’histoire soit finalement fictive car l’on aurait aimé en apprendre plus sur ce peintre…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Cet article fait partie de la sélection de22528386_10214366222135333_4986145698353215442_n, cette semaine hébergée chez Moka.

 

BD·Nouveau !·Rapidos

Le roi démon

BD de Zidrou et Homs
Dargaud (2017), 56 p., 2 volumes parus.

91jjyid4talLe premier volume nous avait laissé sous le choc: un énorme tatouage, les deux héroïnes soumises à une domination masculine atroce… Le second commence dans la même veine noire, mais contre toute attente les jeunes femmes ont pris les rennes de leur situation (qui n’en est pas rose pour autant). L’irruption de l’impératrice Victoria dans cet album fait entrer la politique et quelques fils liant les deux époques  dans la narration. On est dans la directe continuité du fabuleux premier volume: aucune résolution mais des précisions sur les nombreux (et mystérieux) éléments qui nous ont été donnés jusqu’ici. Surtout, un grand méchant (juste entrevu en prologue du tome 1) apparaît et remplit parfaitement son rôle. Les personnages importants se précisent mais l’on se demande comment les auteurs vont pouvoir boucler en quelques volumes (il me semble que la série est prévue en 5) une intrigue qui ne fait que débuter. Enfin, le surnaturel que l’on subodorait intervient enfin…

Résultat de recherche d'images pour "homs roi demon"

Shi a véritablement pris de court toute la sphère BD: si Zidrou avait une solide réputation mais Homs était relativement méconnu et pourtant avec une histoire obscure, divisée en deux époques, touchant au marché de l’armement, d’un ton presque nihiliste… ils ont réussi avec deux albums la même année à hisser la série à un seuil que seul Blacksad ou plus récemment Undertaker sont parvenu à atteindre: le classique instantané. Les graphismes sont toujours aussi somptueux, le découpage hargneux et inventif, les personnages très bien caractérisés… Les mêmes qualités que le premier volume se retrouvent dans le second. Un immense plaisir de lecture avec la satisfaction de savoir que l’histoire est ficelée par les auteurs dès l’origine. On applaudit des deux mains et on se dit qu’avec le plaisir que prends Homs à croquer les aventures de Jennifer et Kita avec un peu de chances on aura droit à un troisième tome avant l’été(???).

Résultat de recherche d'images pour "homs roi demon"

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

BD·C'est lundi...·Comics·Manga

C’est lundi, que lisez-vous? #5

Bon ben c’est pas par-ce qu’il neige qu’on s’arrête de lire des BD, donc…

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

couv_95312couv_197119couv_234580

couv_3060469782203147164batman-par-enrico-marini-tome-1-vf

51cj62bgxujl-_sx380_bo1204203200_

Fournée de bibliothèque oblige je replonge chez Léna, découvre l’excellente série Gung-Ho, le tout aussi impressionnant Vivès et deux rattrapages de la rentrée avec le Largo Winch (plutot pas mal) et le Batman (assez mitigé).

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

sunkenrock2_06092008_130314sunkenrock3_06122008_233626justice-league-crise-d-rsquo-identite

couv_261754nils-tome-2-vfCouverture de Yin et le dragon -1- Créatures célestes

J’ai pas mal accroché Sun-ken Rock alors j’enchaîne (… avant Wallman). JL Identity crisis fait partie des comics les plus réputés de ces dernières années, j’en parle très bientôt sur le blog. Et puis le tome 2 de Nils m’attend impatiemment sur ma PAL mais je crois qu’il vaut mieux relire le 1 pour en profiter pleinement. Enfin, une BD qui vient de la bibliothèque à lire avec les choupinous .

3. Que vais-je lire ensuite ?

Couverture de Les tuniques Bleues -61- L'étrange soldat FranklinLe Joueur d'échecs

Le dernier tunique bleues et un comic jouissant de très bonnes critiques, pour Iznéo (deux nouveautés). Deux BD (la première du fabuleux illustrateur jeunesse Davis Sala et un scénar de Zidrou) sorties cet automne, qui me faisaient bien envie et que j’ai eu la chance d’avoir rapidement par la bibliothèque.

 

Et vous? Vous avez pris de l’avance avant Noël?

Donnez vos lectures du moment en commentaires, ça m’intéresse!