Manga·Rapidos

Green Blood #3-5

Green blood #3-5:

Couverture de Green Blood -3- Tome 3

Étrange manga que ce Green Blood qui ambitionne de revisiter historiquement la conquête de l’ouest en seulement cinq volumes… Ce n’est pas réellement problématique mais l’on est tellement habitué dans le format Manga à des séries à rallonge que l’on est un peu surpris. L’intrigue très simple (une histoire de vengeance) permet de suivre cela sans difficulté même si l’on aurait aimé prendre plus de temps pour installer les atmosphères, les face à face, etc. L’histoire avance donc très vite et la situation de départ (le grand frère se faisant assassin pour protéger son frangin idéaliste) change donc avec l’introduction du véritable méchant en la personne du père de cette fratrie, véritable ordure brutale et machiavélique. Après la mise en scène de la fameuse bataille des Five points (représentée en introduction du film Gangs of New York de Scorsese) l’intrigue se déplace dans l’Ouest où les héros vont se retrouver entre la vengeance et la protection des faibles. Graphiquement c’est sombre, maîtrisé mais assez caricatural à mon goût. L’auteur utilise des effets de style en posant des rais sur certaines planches pour illustrer… je ne sais quoi… ce n’est pas le graphisme qui crée l’envie mais bien le contexte et le sujet.

Les frères Burns nous feront visiter l’ouest américain avec une thématique par album environ: d’abord les gangs de New York et le sort des immigrants, puis l’essor du rail et les luttes pour la propriété des terres, la condition des noirs et enfin la Frontière et d’extorsion des territoires aux indiens, pour se finir par l’affrontement contre le croque mitaine qu’est leur père. Green blood est une curiosité qui vaut le coup d’œil.

Publicités
BD·Nouveau !

Warship Jolly Roger #4

BD de Sylvain Runberg et Miki Montllo
Dargaud (2018), série finie en 4 tomes.

couv_325028Warship Jolly Roger fait partie de ces belles découvertes de librairie, dont vous n’aviez pas entendu parler mais dont quelque chose vous a fait comprendre qu’il s’agit d’une série majeure à venir. Scénariste du réputé Orbital (que je n’ai pas lu), Runberg emmène son comparse l’espagnol Montllo dans une odyssée SF d’un héros de guerre parti se venger du président corrompu de la confédération humaine qui en seulement quatre tomes s’impose comme l’une des séries Space-opéra majeure de la BD.

Le dernier acte approche. Réunis à bord du vaisseau de guerre Jolly Roger, les comparses de Munro ainsi que le couple de roboticiens enlevés précédemment préparent l’assaut final sur le président Vexon qui doit se marier avec une star de cinéma en pleine campagne présidentielle qui l’oppose à son ancien aide de camp…

Résultat de recherche d'images pour "warship jolly roger 4"La trame principale de Warship Jolly Roger (WJR) est simple: une histoire de vengeance, d’un militaire discipliné contre un politicien pourri prêt à tout pour se maintenir au pouvoir. Dès le premier tome il emmène avec lui un équipage d’anti-héros absolus: un psychopathe, la fille de la cheffe de la résistance militaire à la confédération, un adolescent mutique semblant communiquer avec les machines… On a vu cela mille fois. Mais ce qui fait (sur le plan du scénario) la grande force de WJR c’est le traitement, l’itinéraire surprenant que prennent les personnages mais aussi cette trame. Par une infinités de décrochements par rapport à ce qu’on pourrait attendre, Runberg maintient notre intérêt au sein d’une atmosphère calée sur la psychologie de ce formidable héros qu’est Munroe: décidé, sombre, revanchard, l’on sait dès les premières planches que cette victime des plus terribles machinations, rouage abandonné à la cause du grand méchant, ne capitulera pas, quel que soit le prix. La cohérence des personnages est leur force et leur donne de l’épaisseur et aucun des trois acolytes n’est un faire-valoir. Le scénario évite ainsi subtilement tout cliché alors que l’enrobage y tendrait. Comme souvent ce sont donc bien les personnages et leur « vraie vie » (aucun ne glisse sur l’histoire sans heurts) qui constituent la force de cette histoire: un méchant abominable qui semble contre toute attente se laisser griser à l’amour malgré les abominations qu’il a commises, un anti-héros que le scénariste n’a pas fini d’assassiner psychologiquement, une jeune fille subissant les affres physiques de la guerre et décidée à combattre sa mère qui l’a remplacée pour une cause politique, un mutant autour duquel l’intrigue tourne étrangement, comme hésitant à en faire le véritable héros,… La galerie est réussie par-ce qu’ils vont jusqu’au bout de leurs décisions et que les auteurs aiment à leur donner du corps. Les soubresauts que vivent chacun des personnages rompt l’inéluctabilité de l’intrigue principale en nous faisant craindre réellement que le méchant puisse gagner à la fin…

Résultat de recherche d'images pour "warship jolly roger montllo dernières volontés"Mine de rien les thématiques de WJR sont nombreuses: avant tout la politique et sa corruption, mais aussi la colonisation, le rôle de l’armée entre garante de l’ordre et la responsabilité en cas de morts, les manipulations scientifiques, la pollution des planètes, la rébellion (thème déjà vue dans Shangri-la avec une même optique), le rôle des médias,… Les thèmes sont familiers aux lecteurs de SF et répartis de façon très équilibrée dans les quatre albums dont les scènes d’action ne sont pas forcément les moments les plus réussis (hormis les batailles spatiales), au contraire des dialogues percutants. La découverte de ce régime pourri et le côté vicieux avec lequel le scénariste malmène ses héros sont passionnants et donnent envie de s’y immerger.

Le graphisme de Montllo produit exactement le même effet: avec une technique issue de l’animation, avec des textures très plates, le dessin pourrait passer pour simpliste, mais par sa maîtrise du mouvement, des visages (très travaillés, notamment dans leurs expressions), Montllo fait de WJR une série graphiquement très réussie et qui peut faire penser à Gung Ho. Résultat de recherche d'images pour "warship jolly roger montllo dernières volontés"Petit bémol sur ce dernier album où l’auteur commence à utiliser une habitude des illustrateurs numériques: l’insertion d’images internet retouchées… dont la finesse laisse à désirer, ce qui est dommage. Mais ce sont des éléments mineurs dans ces planches aux cases larges, aux couleurs appuyées mais très réussies, toujours en clair-obscure (l’essentiel des scènes se passent dans l’espace, de nuit ou en intérieur). Si les décors et vaisseaux ont un effet « cartoon 2D », les gros plans de visages, les plans latéraux et même les anatomies (malgré le style simplifié) montrent la grande maîtrise technique de Miki Montllo, qui présente régulièrement sur les réseaux sociaux des vidéos de work in progres de ses planches.

Alors laissez-vous entraîner dans l’équipage de Jon T Munro et apprécier ces moments comme dans toute bonne série télé où l’intrigue devient secondaire face à l’atmosphère et la proximité que l’on acquiert envers des personnages attachants et un méchant à qui on a très très envie de botter les fesses. La fin de Warship Jolly Roger, très réussie, permet en outre d’envisager une suite, que je suivrais très volontiers!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Cet article fait partie de la sélection de22528386_10214366222135333_4986145698353215442_n, cette semaine hébergée chez Mille et une frasques.

Commandez le badge-cml

 

 

Comics·Nouveau !

Derrière le brouillard

East and west

Comic de Rick Remender et Greg Tocchini
Urban comics (2018)

low-tome-4

Un billet général sur la série a été publié à l’occasion de la sortie du tome 3 chez Urban.

Dans ce volume 3 nous quittons Stel et la surface pour retrouver Tajo à Salus, à la poursuite de la fille de Roln qui projette un attentat, alors que la cité arrive au bout de ses ressources…

LOW est une série exigeante. De part les dessins très particuliers de l’illustrateur, par les sauts incessants dans le temps ou dans l’espace entre les volumes, par les bulles de narration qu’aucune indication ne rattache à un personnage en particulier… Le scénariste nous malmène dans un monde désespéré, entre des personnages torturés par la vie (au propre comme au figuré), affrontant les pires créatures de ces bas fonds. Cela car la ligne de force de ce comic est l’espoir dans un contexte d’apocalypse. Le trait est appuyé afin d’illustrer qu’au défi de toute rationalité, seul l’esprit peut maintenir cet espoir (comme l’explique le gourou de Stel dans le premier volume).

Ce (déjà) quatrième volume est un peu moins intéressant (à la fois graphiquement et quand à l’intrigue): il se résume en une poursuite diluée artificiellement par un premier chapitre en flash-back permettant un Deus-ex machina un peu facile. Probablement que Remender est allé un peu loin dans la destruction de toute possibilité et doit s’en remettre à cette facilité scénaristique pour retomber sur ses pieds (pas aberrante mais un peu grossière). Image associéeSurtout, le fait de revenir à Salus enlève la richesse des découvertes d’univers que permettait la série à chaque volume. Du coup le tableau est celui d’une cité (déjà vue) en fin de décadence, avec une population s’adonnant au suicide dans le plaisir… Les teintes graphiques sont également un peu ternes et visuellement le chapitre 1 revenant dans l’arène de combat des pirates où Marik affrontait des Léviathan est le plus sympa. Il faut reconnaître que le fait de changer de personnage focus régulièrement dans la série ne facilite pas l’addiction du lecteur!

Pour ne pas noircir le tableau de ce qui reste un bon album, les points forts de la série demeurent: des séquences d’action vraiment talentueusement menées, des dialogues fins et qui apportent une vraie réflexion, enfin, last but not least, des fulgurances visuelles et conceptuelles sur des enchaînements découpés ou des pleines pages, qui nous font oublier les tics de Greg Tocchini avec ses déformations improbables.

Rick Remender fait généralement des séries courtes. L’histoire et le concept semblent arriver à leur terme et il est probable (souhaitable) que le prochain tome soit le dernier. Une série en 5 volume est un format raisonnable et la fin de ce volume laisse augurer un changement d’environnement qui devrait permettre un apothéose graphique à ce qui restera une très bonne série de SF.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Un autre avis sur le blog Chroniques comics.

 

Manga

Wallman

Manga de Boichi
Kazé (2016), 3 volumes parus, 225 p./album.

wallman1_3d_242x346

J’ai découvert le mangaka Boichi très récemment et notamment son œuvre phare (et la plus longue): Sun-ken Rock. C’est clairement en parcourant les recherches d’image Google que j’ai flashé sur ces cases dont certaines sont réellement sidérantes. Wallman étant en seulement trois volumes à ce jour (probablement un premier cycle) je me suis laissé tenter. Et donc qu’est-ce que ça vaut?

Et bien je dirais plutôt très bien et plutôt mieux que Sun-Ken Rock. D’abord, la série étant plus récente, son dessin est déjà à pleine maturité (les premiers tomes de Sun-Ken Rock étaient « à améliorer ») et son style également. Résultat de recherche d'images pour "wallman boichi"Les fondamentaux sont là: on est dans un manga d’action effrénée où l’humour vaguement scato ou sexuel et les (très) jolies filles (très) aérées ont une place sinon centrale, disons régulière. Boichi adore les plans osés sur les petites culottes. L’insistance est un peu lourdingue mais question virtuosité cela permet des plans assez incroyables dans les scènes d’action. De même, les filles ont une fâcheuse tendance à oublier de mettre des pantalons/des soutifs… bref. L’artiste un peu Otaku sur les bords se fait plaisir et finalement il n’est pas le seul dans l’univers de la BD à aimer dessiner les filles…

Résultat de recherche d'images pour "wallman boichi"Passons donc au cœur du manga: l’action. Là-dessus on entre directement dans le vif du sujet avec des acrobaties câblées de Maître Ku et sa charmante disciple (format oblige: on est sur trois volumes dans une histoire finie quand Sun-Ken Rock se clôt en 25 volumes avec quelques longueurs) dès les premières pages. Ça va même un peu vite pour du manga et on est un peu frustré de passer si rapidement sur ces affrontements qui virent dès le second volume en mode jeu vidéo (inspiration claire de Boichi) avec boss successifs avant d’atteindre la fin du « level ». L’originalité des combats câblés est réelle et permet à la fois une scénarisation des combats et des innovations graphiques franchement chouettes. Le design et concept des adversaires est également hissé vers le haut et l’on pense parfois aux inventions du jeu vidéo Metal Gear Solid avec ces boss aux qualités très spécifiques. Niveau dialogues ça ne vole pas haut mais on n’est pas là pour philosopher…

Image associéeCe qui fonctionne très bien dans ce manga c’est l’articulation du trio Maitre Ku (le héros +/- assexué)/Nami (la bombe anatomique qui voit en lui un père/amant)/Kubota (l’ami mangaka rigolo). Kubota apporte un vrai plus niveau humour, ce petit gros expert en grand écart sauté avec fusil à pompe est très drôle et tempère le caractère ténébreux du héros. Il permet également d’introduire le thème des armes à feu, comme sur le tome 3 où l’auteur nous explique les subtilités des calibres des fusils antichar des soviétiques et des finlandais… Le côté technique est très sympa dans cette série et me rappelle un peu Appleseed.

En trois tomes sur les chapeaux de roue on n’a pas vraiment le temps d’installer une histoire, mais le troisième volume (clairement le mieux) commence à détailler l’univers des agences d’espionnage et des organisations occultes qui embauchent les Wallmen. Ça semble bien plus touffu et avec un plus gros potentiel que Sun-Ken Rock… auquel Wallman est lié puisque Nami apparaît dans la grande série de Boichi et que Wallman nous parle du Gang que Ken (qu’on voit apparaître à la fin) a décimé.

Résultat de recherche d'images pour "boichi wallman"Le mangaka est pour l’instant parti sur une nouvelle série (Origin, à paraître en France en juin chez Pika), ce qui reporte la suite des aventures de maitre Ku, mais il est certain que l’assassin câblé va voir de nombreux tomes dans le futur, pour notre plus grand plaisir!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

… et si vous souhaitez en savoir plus sur les séries de Boichi, le site anglosaxon Mangakalot propose la totalité de son œuvre en version numérisée, histoire de jeter un œil avant d’acheter.

Achetez-le chez njziphxv

 

 

 

 

Graphismes·La trouvaille du vendredi

La trouvaille du vendredi #6

La trouvaille+joaquim

La Trouvaille c’est un trésor que vous avez gardé dans votre mémoire, une pépite de votre bibliothèque et qui mérite d’être offerte à l’appétit de vos lecteurs. Une pause de fin de semaine hors du brouhaha des publications récentes…


Rio grande

BD d’Eugenio Sicomoro
Dargaud (1989), NB, 68p.

sicomoro_riogrande_01Album grand format, couverture classique tout a fait dans l’ambiance western. Édition des années 80, sans qualité ni défaut particulier.

On m’avait offert cet album il y a fort longtemps et il a toujours été pour moi une étrangeté: depuis que je m’intéresse à la BD je n’ai jamais entendu parler de Sicomoro alors qu’à l’époque et encore aujourd’hui le graphisme de ces quatre histoires est totalement unique! Un peu comme les films maudits et uniques de leur auteurs qui sont entrés au panthéon comme des singularités.

Sicomoro (il s’agit d’un pseudo) est de l’école italienne et a participé à la formation de beaucoup d’auteurs de la péninsule. Très vite on reconnaît le trait comparable à celui de Manara, Serpieri, Liberatore,… Giraud avait également ce style sur certains Blueberry. C’est un style des années 70-80 qui sied parfaitement au noir et blanc. Un style entre l’hyperréalisme d’un Résultat de recherche d'images pour "sicomoro rio grande"Alex Ross et les contrastes d’un Hugo Pratt. D’ailleurs, récemment, seuls certains illustrateurs américains se rapprochent ce ce type de dessin. Un style totalement western, faisant ressentir l’épaisseur du cuir des vêtements, la texture de la poussière, la densité des chevelures en bataille et des moustaches touffues. Ça me rappelle les magnifiques illustrations de l’édition Folio junior du Seigneur des Anneaux des années 80 par Philippe Munch (pour ceux qui sont passé par là…).

Cet album totalement unique, comme si Sergio Leone avait été adapté en BD par Sicomoro, propose quatre histoires de l’Ouest:

  • Celle d’un vieux trappeur retiré des hommes et qui tombe sur une petite frappe qui l’obligera à renouer avec la morale, pour le pire…
  • Celle d’un tireur professionnel s’entraînant en prévision d’un duel qu’il attend de longue date pour venger son honneur,
  • Celle d’un desperados décidé à quitter sa vie de pillages et qui tombe sur une caravane de Mormons, pas si pacifiques lorsque surviennent les indiens…
  • Celle de la guerre d’indépendance américaine, histoire un peu particulière par sa construction et par le fait qu’elle ne se situe pas dans le thème du western.

20180118_1944351.jpgToutes ces histoires sont marquées par un pessimisme féroce, cette destinée noire qui ramène toute volonté humaine à la réalité de la violence de ses contemporains. Il n’y a pas d’espoir véritable dans l’Ouest. Seulement des personnages qui croient qu’ils vont surmonter leur destin. Sicomoro fait corps avec ces thématiques classiques du western. Les regards sont puissants dans ses dessins, ceux de la femme, de l’enfant, du père. Ces regards presque angéliques tombent sur une crasse, des peaux burinées par le soleil. Rarement un dessin aura autant incarné un style, une époque. Le Western est un thème on ne peut plus graphique. Ici, entre des séquences de vie quotidienne, de chevauchée et de quelques paysages, quelques fulgurances percutent le lecteur comme cette page de fusillade au dynamisme incroyable. Ce dessin est étonnant tant en quelques coups de hachures il donne à la fois un réalisme et un dessin totalement BD à la fois. La maîtrise de l’italien est impressionnante. Que ce soient les décors, les vêtements, les expressions, les séquences dynamiques, les cadrages, tout est maîtrisé à la perfection chez Sicomoro, ce qui fait revenir la question: comment un tel dessinateur peut-il être si peu connu dans notre pays alors que ceux cités plus haut sont reconnus comme des maîtres? Sans doute par l’absence de BD populaire dans sa biblio et par une atténuation de son style lorsqu’il est colorisé. Sicomoro n’aurait dû faire que du noir et blanc (comme un certain Alberto Varanda). En attendant cet album est un must-have à découvrir de toute urgence si vous aimez le western.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1