***·Comics·East & West·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Moonshine

East and west

Comic de Brian Azzarello et Eduardo Risso
Urban – Indies (2017), US Image (2016). Volume 1 (comprend les épisodes 1-6).
https://www.babelio.com/couv/CVT_Moonshine-Tome-1_2169.jpg

1929, la Prohibition. Un parrain de New-York envoie son homme de main Lou dans les Appalaches afin de convaincre Hiram Holt de lui vendre son exceptionnel alcool. Mais lorsque les jolis cœurs de la pègre newyorkaise débarquent avec voitures et mitraillette Thompson dans ce coin reculé et sauvage, les règles ne sont plus les mêmes et les cadavres atrocement mutilés qui apparaissent laissent penser que quelque-chose d’anormal se cache dans ces bois…

Urban continue son formidable travail pour dénicher le meilleur du comics américain dans son label Indies. Scénarisé par le vétéran Azzarello qui retrouve son comparse de 100 bullets (prix Eisner) l’argentin Eduardo Risso, Moonshine propose une histoire de loup-garou dans un contexte de Prohibition avec touts sa coloration habituelle des borsalino, berlines et mitraillettes à camembert.

Résultat de recherche d'images pour "moonshine risso"Je découvre donc les deux auteurs (connaissant leur réputation) et cet album confirme leur maîtrise chevronnée. Découpages variés, jouant sur les plans et les noirs, scènes muettes très chouettes. Techniquement tout est en place, efficace. L’intrigue narrée à la première personne est là-aussi classique des histoires de gangsters 1920: désabusée, enchaînant les séquences en va et viens sans que l’on ne sache qui veut quoi hormis la bête que l’on découvre dès les premières planches. L’articulation entre fantastique et mafia tarde à venir. Ce n’est pas bien grave car on est bien pris dans l’ambiance, mais on sent un certain train-train dans le couple artistique qui a dû produire cette série assez rapidement, sans grande prise de risque.

Résultat de recherche d'images pour "moonshine risso"Comme d’habitude dans le monde du comics la couverture est fort réussie… mais l’intérieur bien moins. L’illustrateur (que je ne connaissais pas) Risso n’est pas manchot, mais sa technique tout ordinateur avec des couleurs pas terribles produit un dessin pas mauvais mais franchement banal. On est à la croisée de Frank Miller (lorgnant parfois vers Sin city, parfois vers le Dark Knight), de Tim Sale et de Frank Quitely (pour le style de visages et la technique informatique). Plutôt de bonnes références mais je Résultat de recherche d'images pour "moonshine risso"trouve que l’artiste aurait dû assumer un graphisme vraiment noire en jouant sur les ombres en noir et blanc. Du reste les ambiances sont là: la magie est présente, les créatures de la nuit, les trognes des malfrats en tailleur rayé: la Prohibition est une période aussi graphique que le Far-west et c’est toujours très sympa d’y lire des histoires. Quelques passages oniriques en peinture directe cette fois-ci montrent la qualité de l’illustrateur et un album entièrement dessiné de cette façon aurait grandement gagné graphiquement. Les rythmes (mensuels) imposés dans la BD américaine incitent souvent de très bons artistes à produire certaines planches à la va vite. C’est probablement le cas ici.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Publicités
Comics·Guide de lecture·Rétro

Comment débuter avec Batman?

Question que je me suis posé il y a une poignée d’années avec l’envie d’entrer dans cet univers BD très particulier (circulaire?), fait de dizaines d’albums allant du chef d’œuvre au très anecdotique. Personnage mythique s’il en est, Batman a la particularité de revenir avec les mêmes antagonistes, lieux, thèmes, en une multitude de variantes, le poids du temps ayant fait de certains albums des cathédrales qu’il est peut-être temps de réévaluer. Surtout et enfin, la propension des éditeurs de comics à lancer de nouvelles formules, sortes de plans pluriannuels justifiant la vente de moultes fascicules presse, pousse à lire les versions reliées publiées aujourd’hui par la filiale de Dargaud, Urban Comics, toujours à la tête d’un très bon travail éditorial.

– Les albums mythiques:

killing-joke-joker-alan-moore-l-w00vyvLorsque l’on parcourt le Web comme moi à la recherche de conseils, différents classements de lecteurs arrivent tous à la même short-list incluant Killing Joke (Alan Moore et Brian Bolland, 1988), Dark Knight (Frank Miller, 1986) et Year One (Miller et Mazzucchelli, 1987). L’objet de ce billet étant une mise à jour avec un avis personnel, je vais m’autoriser une profanation tout en confessant n’avoir pas lu la totalité des Batman cités…

Beaucoup du mythe porté sur ces ouvrages des années 80 repose sur le fondement et le changement de ton qu’ils apportent sur le personnage et son univers. En cela, il est certain que sans Moore et Miller le Batman 2017 n’existerait pas. Cependant il faut reconnaître que tant graphiquement que thématiquement, ces albums ont vieilli (voilà, c’est fait…) et ont depuis largement été recyclés, réappropriés et revisités par des illustrateurs et des scénaristes de grand talent. Les albums que je vais citer ci-dessous doivent beaucoup aux pré-cités qu’ils remplacent pour beaucoup. Petite précision: les ouvrages que je considère comme majeur ont comme point commun d’être chaque fois l’œuvre de deux auteurs (scénariste/illustrateur) et non d’une écurie de tacherons comme les américains en ont malheureusement l’habitude…

– Le triptyque de Tim Sale et Jeph Loeb:

the-long-halloween-still1

En 1996 sortait un monument du polar ramenant le chevalier noir à ce qu’il était à l’origine, un détective (l’éditeur DC signifie « Detective Comics« ). Un long halloween plonge Batman et le commissaire Gordon dans une enquête sur un tueur en série qui n’officie que pendant les fêtes américaines. Nous voilà plongé dans la noirceur de Gotham et de sa mafia, avec un traitement tout en ombres et en aplats de couleurs par le grand Tim sale. L’album introduit Harvey Dent et d’autres personnages iconiques de l’univers de la chauve-souris dans une ambiance visuelle classique de Gotham, celle des années 40. Suivra Amère tumblr_lhpz8l0iyn1qfejy5o1_500victoire, du même duo, suite directe qui revêt les mêmes qualités et qui est pour moi indissociable de Halloween. Enfin, souvent oublié et tout aussi indispensable, l’intermède de Catwoman à Rome (situé pendant Amère victoire) nous propose de suivre la féline accompagnée d’Edward Nygma partie chercher des réponses auprès de la Mafia italienne, sur l’enquête du Batman, mais pas que… Cet intermède, s’il ne porte pas directement sur Batman, est pour moi le meilleur album du tandem créatif Sale/Loeb. Ce triptyque est indispensable pour faire connaissance en douceur avec Batman.

Batman: un long Halloween, 416 p, relié, Urban comics. Une version N/B existe chez le même éditeur.
Batman: Amère victoire, 392 p, relié, Urban comics. Une version N/B existe chez le même éditeur.
Catwoman: à Rome, 132 p, broché, Panini comics. L’album n’est plus édité mais trouvable à un prix raisonnable en occasion.

Silence devant le crayon de maître Lee:

news_illustre_1369480692_460Jim Lee est un monstre sacré pour tout lecteur de comics. Sorte d’exception de qualité dans un océan éditorial s’accommodant souvent du médiocre, il est un modèle pour toute une génération d’illustrateurs. Associé (encore) à Jeph Loeb, il livre avec Silence, une pépite graphique bien plus insérée dans la mythologie de Gotham (le lecteur novice pourra par moment être perdu entre les personnages) que les ouvrages de Tim Sale mais qui donne le plaisir de voir apparaître la totalité du « bestiaire », incluant Superman. Comme souvent dans les comics on se fait balader, manipuler avec plaisir, tout hypnotisés par le trait de Jim Lee, au sommet de son art. Et la version Noir et blanc est encore plus belle

Batman: Silence, 320p, relié, Urban comics. Une version N/B existe chez le même éditeur.

– La saga de Snyder et Capullo:

76520377.jpgAvec La Cour des Hiboux (publié en deux tomes avec « La Nuit des Hiboux« , Snyder et Greg Capullo ont marqué une pierre blanche en créant ex-nihilo une organisation occulte et adversaire de Batman à Gotham. Le tour de force est d’avoir réussi cela en l’insérant chirurgicalement dans l’ensemble de la mythologie existante sans rien briser. Hormis l’absence du Joker (qui reviendra dans le volume 3 de la saga), tout est cohérent, si bien que l’on irait presque vérifier dans les vieux albums si des références aux hiboux n’apparaîtraient pas. Capullo, connu surtout pour Spawn et Sam&Twitch, devient un auteur majeur du comics par son trait extrêmement précis et élégant qui n’a par moment rien à envier à Jim Lee. L’investissement des deux auteurs et la précision des dessins malgré des plans et des visions fantasmagoriques parfois dantesques force l’admiration. Cette histoire est passionnante et le Batman n’a jamais été aussi charismatique. Il est étonnant qu’aucun projet de film inspiré de cette histoire originale n’ait vu le jour.

news_illustre_1360746947La saga est publiée en albums reliés par Urban, en 10 volumes faisant des aller-retour dans l’histoire du chevalier noir (avec une reprise de Year One de Frank Miller). Les deux volumes de la Cour des Hiboux et le 3° « Le deuil de la famille » (référence directe à l’album culte « Un deuil dans la famille » illustrant la mort de Robin) sont de loin les meilleurs. Ce troisième volume, voyant le retour du Joker après que son visage lui ait été retiré (littéralement) est absolument terrifiant et pour moi peut-être le meilleur album de Batman existant.

Ces trois créations illustrent par ailleurs une évolution du romantisme graphique à un certain réalisme dur, comme une évolution de la société et de l’édition de comics. Maintenant il ne reste plus qu’à vous y mettre!

 

Un autre avis chez Lire en bulles et My Gook actu.