****·BD·Nouveau !·Service Presse

Les veuves électriques #1: deuil atomique.

La BD!
BD de Relom, Geoffroy Damne et Degreff (coul.)
Delcourt (2021), 62p., série en cours.

couv_425104

bsic journalismMerci aux éditions Delcourt pour leur confiance.

A Chissouane la centrale nucléaire fait vivre toute la commune. Aussi quand un accident tue trois employés, pas grand monde ne vient mettre son nez dans les défaillances… sauf les trois veuves qui se retrouvent bien malgré elles transformées en dangereuses militantes radicalisées contre lesquelles la machine répressive mediatico-policière se met en marche…

Les veuves électriques - BD, informations, cotesSacrée surprise que cet album à cheval entre l’humour potache et la charge politique au vitriol tout droit sorti des Vieux Fourneaux. Encore qu’il serait injuste (malgré tout son talent!) de donner à Wilfried Lupano la paternité d’un genre que le magazine Fluide Glacial a érigé en art. Car dans ces Veuves électriques tout respire le Fluide glacial, du sujet au type d’humour appuyé en passant par les dessins… et les auteurs, tous deux habitués à la maison de Gotlieb et Maëster. On se demande juste ce qui a pu se passer pour que cette série atterrisse chez Delcourt. Passons…

les auteurs ne vont pas par quatre chemin puisque dès les toutes premières pages l’accident survient. Tragique certes mais sans oublier d’être drôle dans toutes les situations, l’album enlève toute tension et se donne des airs de Duhamel à cette charge énervée contre un pouvoir politique (et policier!). Les auteurs ne cachent rien puisque si aucun nom de ministre actuel n’est cité on reconnaît bien Macron jouant à cache-cache (ou plutôt touche-touche) avec son garde du corps (toute ressemblance…). Tous plus débiles les uns que les autres, les personnages vont foncer dans un engrenage où surnage juste un peu de compassion pour ces pauvres filles bien nunuches. Les journalistes proclament l’attentat après que le maire se soit malencontreusement pris une pancarte sur la tête, l’expert écolo est déclaré terroriste-misogyne après que ses propos aient été détournés, les ministres se déplacent en avion (fonctionnant au charbon à en croire le panache de fumée qui s’en dégage) et le jeune « Tanguy » va de lâcheté en lâcheté. Notre trio de pieds-nickelés bien que victimes de cet emballement multiplie les absurdités, et on rit franchement à cette succession de scènes que d’autres auraient monté en drame social.

Ce qui plait dans ce deuil atomique c’est la franchise des auteurs qui ne cherchent pas à cacher leur gauchisme derrière leur petit doigt, ce qui fonctionne bien mieux qu’un format thriller pas toujours équilibré. Car derrière la satire c’est bien le gouvernement Macron qui est dénoncé, cette irresponsabilité criminelle qui envoie les policiers bardés de flashball éborgner les militants de tous ordres comme les télé d’info et leur storytelling tout à fait orienté. C’est l’incurie d’une politique nucléaire qui à force de réductions de coûts mets tout le parc de réacteurs en danger (et nous avec!), c’est la faiblesse démocratique de la France d’en bas, soumise à son emploi et que seule une injustice crasse pousse à la révolte. Au vu de la quantité de sujets abordés j’ai même hésité à placer cet album en rubrique documentaire. La farce m’en a dissuadé mais ce premier tome montre que l’humour est souvent capable de dénoncer avec une très grande efficacité.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

*****·East & West·Manga·Nouveau !·Service Presse

Ajin, semi-humain #15-16

East and west

Manga de Gamon Sakurai
Glénat (2015-2021) – ed. japonaise Kodansha (2012). 228 p., 16 volumes parus (série finie en 17 vol.).

bsic journalism

 

Merci aux éditions Glénat pour leur confiance.

 

couv_414624La base d’Iruma dévastée, Sato dans son Jet, son bras a été récupéré et inséré dans le piège qui doit mettre un point final à l’odyssée de ce génie du crime… Mais alors que Kei Nagaï et son équipe ne voient toujours pas le retour de Sato, le doute étreint le jeune homme: est-il seulement possible de vaincre Sato? Son esprit n’est-il pas tout simplement supérieur au leur?

Attention Spoilers! Il vaut mieux être à jour avant de lire cette chronique…

Scan Ajin 78 VF scan • one piece scanEn miroir des héros d’Ajin, le lecteur qui entame les trois derniers volumes (de ce qui est pour moi la meilleure série manga depuis Akira!) doute en se demandant comment l’auteur va pouvoir boucler son intrigue avec un dix-septième tome paru au Japon… Quand on aime se faire manipuler par des scénarii minutieux on ne peut bouder son plaisir devant cette série qui a donné le jour à rien de moins que le plus charismatique méchant jamais vu en BD… Cela permet de maintenir le lecteur sur la brèche, ne sachant jamais où va tourner le vent.

Après une nouvelle bataille épique dans une base exsangue l’intervention de l’équipe anti-Ajin semble boucler le plan infaillible de Kei Nagaï. Personne ne voit comment Sato peut s’en sortir… et pourtant! Avec toujours un coup d’avance ce dernier décide de quitter le Japon pour poursuivre son oeuvre révolutionnaire aux Etats-Unis… Le fil est tout trouvé pour réintroduire le professeur Ogura, le très désinvolte spécialiste des Ajin qui révéler des sa vision de l’origine des Ajin. A ce moment, surpris de ces révélations tardives alors même que l’intrigue semble loin d’être finie, on assiste à l’apparition d’un Flood, cette génération spontanée évoquée plus tôt dans la série par le professeur et qui crée une situation proche d’un apocalypse zombie…

AJIN: Demi-Human No.74.5 - Comics de comiXology: WebA ce stade, toujours sidéré par la précision des dessins et une action effrénée dans la maîtrise des corps et du mouvement on imagine que la conclusion de la série ne peut être que le commencement d’un autre cycle, plus vaste? J’ai eu le sentiment que les dessins des derniers volumes avaient évolué, notamment le visage de Nagaï, adolescent au début du manga et qui semble avoir acquis une physionomie adulte arrivé au seizième tome. Est-ce juste une progression technique de l’auteur ou une volonté d’exprimer dans les corps les effets de toutes ces morts et mutilations? Toujours est-il que rien à ce stade ne laisse penser dans le déroulement des opérations comme dans la structure du récit (qui propose un nouveau flash-back et des concepts sur les Ajin) que l’on arrive à la fin. Du coup la tension est à un niveau insoutenable avant d’entamer un dernier tome que l’on imagine probablement très frustrant… conclusion dans quelques mois!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Documentaire·Nouveau !·Service Presse

Croke park -Dimanche sanglant à Dublin

Le Docu du Week-End

BD Sylvain Gâche et Richard Guérineau
Delcourt (2020), 136p., one-shot. Collection Coup de tête.

bsic journalismMerci aux éditions Delcourt pour leur confiance.

Cet album est le premier de la nouvelle collection « Coup de tête » de Delcourt. Impulsée par Kris, fana de sport et déjà scénariste de l’excellent Un maillot pour l’Algérie (un des tous premiers billets de ce blog!) chez Dupuis et de la très estimée série Violette Morris chez Futuropolis, il devient donc éditeur dans le genre où il a déjà officié avec talent: le croisement du sport et de l’Histoire. Avec un planning de parution déjà bien fourni et courant jusqu’en 2022 avec trois à quatre albums par an, cette collection proposera sur une pagination conséquente et un dossier documentaire de douze pages en fin d’ouvrage.

Lire le dossier de presse.

3042_couv

Le 21 novembre 1920, en pleine guerre d’indépendance de l’île irlandaise, l’armée de Sa Majesté tire sur la foule lors d’un match de football gaélique à Croke Park, Dublin. En 2007 lors du tournoi des 6 Nations de Rugby, l’équipe d’Irlande reçoit le 15 de la rose dans la même enceinte, pour un match à la portée hautement symbolique…

C’est un rêve éveillé que vit l’historien Sylvain Gâche en publiant son premier album avec rien de moins que Richard Guérineau en ouverture d’une nouvelle collection! Il faut dire que le dessinateur du Chant des Stryges s’est résolument orienté depuis la fin de sa saga fantastique vers des projets beaucoup plus réalistes, entre littérature et histoire. Pour le coup le sport n’était pas forcément un sujet familier mais on sent l’envie d’illustrer une époque popularisée par la série Peaky Blinders. La reconstitution graphique du Dublin des années 1920 est ainsi très convaincante malgré un trait et une colorisation qui se sont simplifiés depuis quelques temps. Le talent du dessinateur pour la mise en mouvement et les postures est toujours aussi élégant.

Le choix de construire cette histoire en intervalle avec le déroulé du match de Rugby parait pourtant un peu artificiel tant il y a finalement peu de lien entre les deux séquences dans la narration. L’intérêt de l’album réside bien dans la progression froide, lente, de cette journée un peu confuse qui voit une action d’envergure des indépendantistes de Michael Collins assassiner une dizaine d’officiers du renseignement britannique avant que les représailles n’aboutissent au massacre du titre. A ce titre les références de l’album portent bien plus sur les films traitant de l’indépendance irlandaise (Michael Colins, le Vent se lève ou Le général) que sur le récit sportif. On est d’ailleurs un peu frustrés de ne pas voir les exactions nombreuses des forces occupantes qui expliquent beaucoup ce qui passe dans l’album pour une démarche criminelle presque gratuite des irlandais. La mise en regard de l’altercation presque bon enfant du train avec l’exécution froide  des officiers pourrait induire chez le lecteur une mauvaise compréhension de la situation à l’époque… En tant que BD l’ouvrager a donc une portée assez limitée (notamment par un démarrage qui n’aide pas beaucoup le lecteur), mais c’est en parcourant l’excellent et très joli dossier documentaire (qui comporte d’abondants documents d’époques, photos et illustrations de Guérineau) que l’intérêt de l’album monte d’un cran. On saisit ainsi la portée politique de jouer en 2007 au Rugby, sport anglais, dans l’enceinte historique du sport culturel gaélique par excellence. On oublie combien a été dure la colonisation de l’île au trèfle par les anglais et que l’Irlande est une République d’un petit siècle d’existence seulement. Le processus non achevé du Brexit se rappelle d’ailleurs à notre bon souvenir quand à la « question territoriale irlandaise » loin d’être résolue…

Ce premier ouvrage de « coup de tête » est donc un très bon étalon pour une collection ambitieuse qui semble se donner les moyens artistiques de voir grand. Le sujet choisi est au final un peu bancal avec une intrigue surtout historique certes dramatique, mais qui aurait peut-être pu prendre le temps des pages de sport (très bien dessinées, reconnaissons le) pour détailler un peu l’origine du conflit et de la situation à l’ouverture de cette journée sanglante. Mais dans le genre documentaire, pas si fourni et souvent assez maigre graphiquement, on est avec ce Croke Park tout de même dans un ouvrage luxueux.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD

Nada

La BD!

BD de Doug Headline et Max Cabanes
Dupuis-Air Libre  (2018), 88., One-shot.
D’après Jean-Patrick Manchette.

C’est avec grand plaisir que je me suis remis dans les adaptations en BD des ouvrages de Jean-Patrick Manchette par Max Cabanes et le fils de l’écrivain, Doug Headline. J’avais découvert tout ce beau monde via un cadeau, la Princesse de sang (première des trois adaptations sorties) qui m’avait beaucoup plu et intrigué. Comme je le dis régulièrement concernant des adaptations de livres en BD ou sur des documentaires, la présence de bonus faisant le lien avec le matériau d’origine me semble une évidence. C’était le cas sur la Princesse qui jouissait d’une documentation très fournie et agrémentée d’illustrations magnifiques de ce très bon artiste. Sur Fatale comme sur Nada il n’en est rien et l’on nous balance une fin abrupte. Franchement désolant et incompréhensible, d’autant qu’avec l’héritier de l’écrivain dans l’équipe il ne devait pas être très compliqué de trouver des manuscrits, photos et autres explications… Nada est le quatrième roman de Manchette, paru en 1972, soit contemporain des événements racontés, et la seconde adaptation BD (après la Princesse de sang et Fatale donc). Il a été adapté au cinéma par Claude Chabrole en 1974.

couv_344610Au début des années 70 un groupe d’anarchistes au parcours divers et aux convergences politiques variables décide de passer à l’action en enlevant l’ambassadeur des Etats-Unis. Entre professionnalisme terroriste et insouciance violente, ils organisent leur enlèvement avant d’être pris en chasse par le redoutable commissaire Goémond, chien enragé d’un pouvoir politique qui n’entend pas l’extrême-gauche mener à terme son coup d’éclat…

Nada + ex-libris offert de Max Cabanes, Doug Headline, Jean ...Étrange ouvrage que ce Nada dont la très jolie couverture suggère une intrigue autour d’une femme… cette Véronique Cash, superbe femme libre qui participera à l’odyssée sanglante du groupe Nada. Or il n’en est rien puisque ce personnage, très charismatique, n’arrive que tardivement dans l’histoire après une bonne soixantaine de pages de mise en place un peu laborieuse. Le roman n’est pourtant pas très volumineux et si l’on regarde l’album en entier on ressent un manque de concision, sans doute cinquante pages de trop. Si je prends le temps de parler du format c’est parce que les faiblesses de cet album sont pour beaucoup liés à la pagination et l’économie de moyens qu’elle implique. J’y reviens.

L’ouvrage prend le format et le rythme des longues chroniques criminelles des films des années soixante-dix, suivant lentement l’ennui de personnages médiocres, désœuvrés, pour lâcher par moment des orages de violence soudaine et définitive. Cette efficacité est à double tranchant car elle renforce l’action mais rallonge la narration. Celle-ci, adoptée par le duo dès la Princesse de sang, utilise des encarts supposés découpés du texte original, apportant une authenticité en même temps qu’un style de roman policier très à propos. C’est important car l’on profite du style de Manchette  (que l’on soit féru de l’écrivain ou simplement de BD) et que cela compense certaines cases parfois très frustes du fait du style de Max Cabanes.

Cabanes & Headline: Manchette dans le sang | BoDoï, explorateur de ...La première qualité de l’album est sa reconstitution de l’époque, très impressionnante de vérité, faite de mille et un détails insignifiants, qu’ils soient verbaux, référence géographique ou style des personnages (en mode pattes d’eph et coiffures à la con). Je ne suis pas franchement fana de la décennie soixante-dix et je me suis pourtant plongé avec délice dans cette vision d’une époque qui nous apparaît tellement vraie. La portée politique, elle, tarde un peu. On nous présente bien sur par moment quelques altercations idéologico-révolutionnaires de ces bandits anarco-alcooliques avec de vives piques de Manchette sur le n’importe quoi de ces logorrhées des personnages. Mais il faut attendre la dernière séquence pour comprendre le message, l’emballage général du projet. Car l’auteur original tape autant sur ses « héros » que sur les autorités. Si la bande est composée d’un révolutionnaire international romantique, d’un alcolo nihiliste, d’un philosophe fils à papa violent ou d’un vieux-beau de l’ancien temps, le pouvoir alterne entre ce commissaire adepte de la torture et des exécutions sommaires et un cabinet ministériel bien éloigné du respect de Splitter Verlag - Comics und Graphic Novels - Nadala loi… En militant d’extrême-gauche, Manchette dénonce ainsi la version terroriste (active à l’époque) de son courant politique autant qu’une France bourgeoise, vaguement raciste et tout à fait disposée à se laisser trousser par un Etat aux méthodes pas si éloignées du régime de Vichy.

Dès la seconde moitié de l’album le rythme change totalement, s’accélère pour entrer dans une longue odyssée vers une mort qu’on sent assez vite inéluctable sans encore savoir ni qui ni comment. Le réequilibrage avec l’apparition du grand méchant (le commissaire Goémond) se fait sentir en donnant plus de consistance à l’action, plus de simplicité aussi. Il faut dire que le lettrage des bulles n’aide pas, bien élégantes mais assez peu lisibles et que le choix de découpage laisse parfois dubitatif dans les enchaînements. Malgré un retard à l’allumage on se retrouve happé sur le reste de l’album.

Entretien avec Max Cabanes à Quai des Bulles 2018 - Comixtrip -Le dessin de Max Cabane est toujours aussi surprenant, capable de sublimes visions, souvent en portraits, comme de vagues croquis assez laids. Il est difficile de comprendre comment des cases aussi disparates peuvent se juxtaposer dans un même album. La technique de l’auteur est évidente et parfois donc magnifiques. Mais le style ne suffit pas à justifier des rough qui n’apportent rien. J’avais déjà fait le constat sur la Princesse de sang et le confirme sur Fatale. On peut bien entendu accepter des choix graphiques d’un auteur mais lorsqu’il montre ce dont il est capable, lorsqu’on voit la grosse pagination de l’album, on ne peut s’empêcher de penser qu’il s’agit là d’une gestion du temps qui aboutit à un ouvrage graphiquement à demi fini. Vraiment dommage.

Il ressort de cette lecture une impression mitigée d’un projet pas bien ficelé. Les adaptations ne sont jamais faciles de par le carcan qu’elles imposent. Le dessinateur a fréquemment indiqué le grand plaisir qu’il prenait à travailler sur ces ouvrages de Manchette (un quatrième est en préparation). Pour peu qu’il peaufine un peu plus la totalité des planches sur des formats plus classiques il a le matériau et le talent pour proposer des albums majeurs à l’avenir. Nada n’est pas le meilleur album de la collection. Trop gros, trop lent à démarrer, il garde néanmoins des atouts lorsqu’il se simplifie à l’extrême dès la séquence de la fermette où point l’ombre de Sam Peckinpah ou de Verneuil.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

**·BD·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Notre part de ténèbres

BD de Gerard Mordillat et Eric Liberg,
Les Arènes (2019), One-shot

bsic journalismMerci aux éditions Les Arènes pour leur fidélité.

couv_373914Ayant un a-priori assez positif sur les deux auteurs, au travers du travail de création très original bien qu’austère de Monsieur Mardi-gras Descendres et l’engagement de toujours de Mordillat sur les questions d’actualité et du parler vrai, je me suis précipité sur cette hypothèse d’une prise d’otage d’ouvriers licenciés sur le bateau de nouvel-an affrété par les traders qui les ont mis à la porte. Immédiatement on pense aux 1%, Occupy wall-street et au diptyque musclé Renato Jones. L’éditeur en rajoute une couche avec un sticker rouge sur la « BD de la révolte sociale »… Cela aurait pu et l’espace des premières pages, bien trash, nous présentant les mœurs délurées des ultra-riches à la mode « loup de wall-street« , on pense qu’on va lire un album jusqu’au-boutiste et rock’n’roll. Malheureusement bien vite Mordillat se croit obligé d’installer un scénario de thriller avec ses échanges entre preneurs d’otage et cabinet de crise de l’Etat et ses flash-back expliquant les coulisses du rachat de l’entreprise. Au travers des dialogues et des explications du chef des rebelles le scénariste nous place quelques dénonciations du fonctionnement bien connu de ce monde sans loi Résultat de recherche d'images pour "notre part de tenebres liberge"et sans morale où seul l’appât du gain compte. Malheureusement sur un sujet abordé de nombreuses fois il aurait fallu donc cet esprit radical pour emmener le lecteur dans la vengeance folle que peut-être des Stan&Vince ou la bande de Groland aurait pu assumer. Mais Mordillat est bien bien trop sage pour faire décoller la machine, malgré des dessins plutôt efficaces de son comparse Liberge qui arrive à rendre dynamiques les quelques séquences d’action. Voulant jouer le grand spectacle sur un sujet bien sombre, Gerard Mordillat se trompe de ton et de sujet au risque de banaliser ce qu’il souhaitait révéler. Si bien que l’on ne sait jamais quel personnage il suit, ce que la gentille journaliste venait faire avec ces requins ou même si les auteurs revendiquent la radicalité de cette lutte à mort ou s’ils la dénoncent. Si l’album se laisse lire sans déplaisir, il rate donc son objectif là où Renato Jones, avec tous ses défauts, assumait son statut de bouffeur de riches de façon très jouissive. Dommage.

note-calvin1note-calvin1

****·BD·Mercredi BD·Nouveau !

Travis #14: Europe

BD de Fred Duval et Christophe Quet
Delcourt (2019), Travis tome 14, série en cours, arc 5.

couv_373555

Cet album entame un cinquième cycle des aventures du camionneur de l’espace, une longévité remarquable même si tous les cycles ne se valent pas. Comme pour les derniers volumes la couverture est réalisée à quatre mains avec Nicolas Siner et est plutôt réussie. A noter que cet album a la particularité de tisser de très nombreux liens avec la série parallèle de Fred Duval, Carmen Mac Callum, ce qui est nouveau et ouvre des pistes originales pour cette série de hard-anticipation.

Lorsque la villa de Dario Fulci, le tout puissant patron de la multi-continentale Transgenic est occupée par un commando d’EGM (humains génétiquement modifiés), c’est le sort des ouvriers de la ceinture d’astéroïdes qui se retrouve sur le devant de la scène. Dans le même temps sur la Lune Travis apprend que la mission scientifique de retour de la lune Europe a été victime d’une mutinerie…

Résultat de recherche d'images pour "travis europe quet""On constate en compulsant les premiers albums que Christophe Quet a perdu en qualité et en minutie sur ses planches, ce qui est surprenant et peut laisser penser à une lassitude après vingt ans passés sur cette série. L’arrivée de Siner en aide sur les couvertures serait-elle un signe de passation prochaine du crayon au dessinateur du très bon Horacio D’alba? Si le design général reste de grand qualité on perd ainsi en précision des arrières-plans et de l’environnement général comme sur les personnages dans un album de lancement d’un arc que l’on peut imaginer long et qui nous emmène des capitales européennes à la Lune en passant par le vaisseau de la mission Europe. Après un arc mexicain très terrestre on va passer un bon moment en apesanteur.

Passée cette relative déception, j’ai retrouvé dans un scénario complexe la richesse du cycle des Cyberneurs avec le retour en grande forme des pourritures préférées de Fred Duval à commencer par le milliardaire Fulci, véritable Machiavel moderne dont le vol des données secrètes va mettre au jour les pratiques probablement illégales de Transgenics dans l’emploi des mineurs clonés. Déjà on retrouve cette alliance de juridique, de technologique et d’éthique qui font le sel de la série. Je disais complexe d’abord par-ce que pour qui n’aurait pas suivi les aventures de Carmen Mac Callum (dont je fais partie, hormis les deux premières aventures il y a fort fort longtemps…) l’arrivée d’humains génériquement modifiés aux bras multiples et aux corps semi-animaux risque de brouiller les repères. Je ne suis pas certain du reste que cette perméabilité entre les deux univers (Travis est habituellement plus terre à terre que son alter-égo irlandais) soit une bonne idée tant on brise ici les barrières du scientifiquement crédible. Laissons à Duval le loisir de développer ses idées scientifiques mais on est sur un fil qui pourrait faire basculer l’intérêt. Comme souvent on est sur le premier tome en déséquilibre entre les personnages de Travis et de Vlad, ce dernier n’intervenant qu’en toute fin d’album où l’on devine une structure binaire avec Travis dans l’espace et son comparse sur Terre pour les aventures qui s’ouvrent.

Chaque arc de la série a ses spécificités et une thématique politique mise en avant (les réseaux, l’aménagement rapace des promoteurs, la gestion de l’eau, le Chiapas et les narco-etats, le droit du travail). L’effort pour coller à l’actualité mondiale récente est constant dans cette série et un grand plaisir tant la Science-fiction se doit d’être toujours rattachée à une part de réalité. Je trouve que ce nouveau cycle commence sur d’excellentes bases, mieux que les précédents, même si cet album manque un peu d’action. J’ai en revanche une petite inquiétude sur les constantes réalistes bousculées en plusieurs endroits et qui risquent de faire perdre la spécificité hard-anticipation à la série pour de la SF plus classique. A moins que maître Fred Duval ne nous prépare quelque coups de théâtres…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Mercredi BD·Nouveau !·Service Presse

Bring the kids home

BD du mercredi
Freak’s Squeele : Funerailles #5
BD de Florent Maudoux
Ankama (2018), 78p. 5 volumes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Ankama pour leur confiance.

couv_348710

Rien de particulier niveau édition pour ce tome qui ne comporte aucun bonus contrairement à ses prédécesseurs. A mesure que l’histoire se recentre sur Mammouth les couvertures lui font la part belle, en gardant toujours la structure ternaire des trois personnages.

La XIII° Légion renégate de la République de Rem a survécu et se repose dans la cité d’Urkesh dont l’Archonte lui a offert la protection en échange de la sécurité. Jusqu’à ce qu’apparaissent les chevaliers d’Isis, une déesse ancienne aux pouvoirs incommensurables. Plongés dans le chaos les nouveaux Méta-guerriers vont tenter d’éliminer la menace…

La structure de cet album est étonnamment simple: après le repos, le combat, auquel Bring the kids home fait la part belle entre deux blagues de bidasse dont Mammouth a le secret et la finesse… La transition entre le T4 et le T5 est un peu étrange en ce que le précédent se conclut sur la vision de la procession d’Isis et que le suivant reprends semble-t’il plusieurs semaines plus tard avec des personnages qui semblent découvrir cette menace. Résultat de recherche d'images pour "maudoux funerailles bring the kids"Passons. Ce volume permet à Florent Maudoux de se régaler dans des dessins architecturaux de type fantasy que l’on avait déjà vus sur la série mère mais peu sur Funerailles. Le plan de la cité est suivi très précisément, ce qui est rare en BD et l’on surprend des scènes situées dans un même plan à différents moments de l’album. J’aime beaucoup cette idée. Les cités grandioses, leur vie et leurs habitants insufflent toujours une grande force d’imaginaire dans ce genre de récits.

Le thème de l’album porte sur l’oisiveté, nocive pour des soldats habitués à l’action mais surtout permet à l’auteur de se livrer à une grosse bataille à la Chevaliers du Zodiaque (son grand dada sur cette série, vous l’aurez compris) avec des méchants plutôt réussis et une radicalité bien pensée dans le déroulé de l’affrontement et les choix des protagonistes. Je l’ai déjà dit, Maudoux est un auteur qui se fait plaisir, assume l’insertion de thèmes pas forcément grand public et de références visuelles non digérées. C’est ce qui rend intéressante cette série de par l’impression d’entrer directement, sans filtre, dans l’imaginaire de quelqu’un de grand talent.

Résultat de recherche d'images pour "maudoux funerailles bring the kids"Visuellement les scènes de combat en armure, en noir et blanc tramé comme on en a désormais l’habitude, ne sont pas forcément toujours très clairs de par l’utilisation peut-être un peu abusive des reflets qui rendent les armures/personnages pas toujours compréhensibles. De ce fait les séquences en couleur sont beaucoup plus lisible. Personnellement j’adore les dessins très encrés et si visuellement cela reste magnifique et assez virtuose, la lisibilité en pâtit un peu.

Ce tome est dans la continuité des autres niveau qualité (très bon), mais ne parvient pas vraiment à nous surprendre (on est déjà au cinquième épisode de la série, le renouvellement commence à être compliqué), notamment avec une mise de côté des tenants diplomatico-militaires (l’esprit police-politique du début du volume est rapidement et étrangement délaissé alors qu’il introduisait une complexité morale). On ressent d’autant plus l’intelligence de la respiration du tome précédent malgré une évolution des personnages (inversion des rôles entre Mammouth et Scipio et… toujours Funerailles en retrait). Le lecteur passera néanmoins un excellent moment, plus grand public, en croisant les doigts que le prochain volume ne marque pas un essoufflement de la série.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

***·Comics·Graphismes·Guide de lecture·La trouvaille du vendredi·Rétro

Le temps des sauvages

La trouvaille+joaquim

 

BD de Sébastien Goethals
Futuropolis (2016), 264 p., n&b.

Couverture de Le temps des sauvages - Le Temps des sauvagesLes éditions Futuropolis proposent toujours de très jolis livres, bien fabriqués et généralement dotés de couvertures percutantes. C’est le cas ici et le seul regret (pour une adaptation de roman) est qu’il n’y ait pas plus d’explication sur le travail d’adaptation et sur l’univers dans lequel se place cette BD, nécessairement plus concentrée qu’un roman.

Dans un futur indéterminé les multinationales ont pris le relais des structures étatiques et déterminent la vie des individus, de la conception à la mort: le vivant a été breveté, permettant tous les contrôles des puissances économiques. Quand un concours de circonstance aboutit à la mort d’une employée de grande surface, Jean, salarié aliéné dévoré par sa compagne, va se retrouver au cœur d’une chasse qui va remettre toute son existence en question.

Le temps des sauvages est une BD perturbante. Tout d’abord car Sebastien Goethals (qui sort justement cette semaine un nouvel album) ne nous donne que très peu d’informations (souvent délivrées de façon cryptique) sur cette société dystopique où tout est marchandisé et les seules valeurs sont celles de la concurrente et du succès. L’aboutissement absolu de l’idéal néo-libéral. Et pour cela déjà la BD vaut le coup d’être lue car c’est un gros coup de poing, de gueule ou de tout ce qu’on veut, un peu dans la même optique mais dans un autre genre que le Renato Jones de Kyle Andrews.

On peine à rentrer dans cette histoire à la construction un peu compliquée, passant sans que l’on sache si c’est une volonté ou non d’une séquence à l’autre, souvent aux tons très différents. La temporalité est parfois dure à suivre, comme ces quelques pages qui nous relatent de façon quasi muette la vie du personnage principal. Les images doivent nous donner les clés mais restent parfois obscures. De même, les personnages sont assez nombreux, présentés de façon très progressive au fil de la lecture (l’album est assez épais) si bien que l’on tarde à comprendre qui est au cœur de l’action. Sans doute l’auteur a souhaité exprimer une société déstructurée, mais cela ne facilite pas forcément la lecture. L’album commence par une remarquable séquence d’action, proche d’une mise en scène manga, avec ces personnages de loups humanoïdes donnant l’assaut à un fourgon bancaire. Puis le rythme se rompt pour entrer dans des séquences d’illustration de ce futur affreux. Si l’évolution sociétale est comprise rapidement, le thème de la manipulation générique permettant des croisements entre humains et animaux n’est abordé que factuellement, à mesure de l’exposition des scènes qui nous font comprendre cette réalité pourtant fondamentale. Cela explique des séquences sinon improbable dans un monde cartésien et seulement humain.Résultat de recherche d'images pour "goethals le temps des sauvages"

Je ne veux pas dresser un tableau trop négatif de cet album qui est doté de beaucoup de qualités, notamment graphiques, mais dont la structure est souvent bancale. Les thématiques sont riches, assumées et souvent originales. Ainsi le thème de l’addiction aux jeux vidéo, aux mondes virtuels, qui se transforme à mesure que l’on comprend mieux l’intrigue en un choix de vie contestataire, de reprise en main paradoxale de sa vie dans un univers où vous ne vous appartenez plus. Bien sur également la critique d’une société ultra-libérale extrapolée plus loin encore que ce que Fred Duval, le grand scénariste de l’anticipation à la sauce Delcourt produit formidablement depuis des années. La thématique de la famille est pour moi l’élément le plus faible car à la fois central et trop peu exploré. La meute des hommes loups est au cœur du récit face à un Jean insipide, creux, faible et auquel on se demande bien ce que les femmes peuvent trouver. Le décalage est cruel entre ces deux antagonistes (les loups veulent se venger en tuant Jean) et l’auteur laisse le lecteur seul pour juger de quel côté il veut se placer. Les femmes sont finalement les seules à même de garder le contrôle et de prendre des décisions dans cette histoire, comme la mère des loups assumant sa liaison, la compagne de Jean, otage volontaire de la meute ou Blanche de Castille (sic) à la fois instrument du système et totalement indépendante.

L’impression finale est celle d’un univers très riche, débordant d’idées, de sujets, lancés de façon un peu chaotique sans clé de lecture, sans fil de fer. Selon le lecteur, cela pourra déranger ou plaire comme une liberté de participer à la construction mentale de cette dystopie. Personnellement j’ai trouvé cela frustrant tout en me donnant bien envie de lire le roman à l’origine de l’ouvrage, qui permet probablement de structurer ce projet aussi rageur et sauvage que les hommes-loups qui en sont le cœur.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

badge-cml

Le toujours bien fourni blog Branchés culture propose également une critique (différente de la mienne) qui pourra vous éclairer sur les liens entre le roman et la BD.

*****·BD·Cinéma

Série: Occupied

Série d’Erik Skjoldbjærg et Karianne Lund,
(2015-2018) 2 saisons de 8 épisodes (44 minutes/épisode). Une troisième saison est commandée.

Résultat de recherche d'images pour "occupied saison 2"On savait que les scandinaves étaient bons dans le genre policier et que leurs séries télé étaient de qualité, notamment grâce à un gros travail de défrichement d’Arte. La série politique danoise Borgen (3 saisons) sortie il y a quelques années s’est hissée parmi les plus importantes fictions politiques tout pays confondu (que je mets personnellement sur le même pied que West Wing ou plus récemment Baron Noir). L’esthétique particulière de ces fictions et la qualité des acteurs (la plupart des acteurs de Borgen ont depuis fait carrière au cinéma) sont pour beaucoup dans le succès de ces créations, mais il faut reconnaître également une vraie maîtrise des techniques scénaristiques et une audace qui sont pour moi le signe d’une assimilation de l’efficacité américaines avec une liberté européenne dans le traitement. La série Occupied, dont on parle peu et à l’audience étonnamment modeste, avait été une bonne surprise sur sa première saison sortie en 2016. La seconde saison diffusée en début d’année et que je viens de terminer montre une très grande maturité et pousse encore plus loin la maîtrise sur tous les plans du drama, si bien qu’elle est désormais l’une des meilleures fiction politique jamais créée et probablement l’œuvre inspirée de l’univers de Tom Clancy la plus réussie.

Résultat de recherche d'images pour "occupied saison 2"Dans un futur proche, alors que le premier ministre écologiste norvégien annonce l’arrêt de l’exploitation du pétrole et le lancement par son pays d’une nouvelle technologie de production énergétique, la Russie fait un coup de force avec l’appui de l’Union Européenne, dépendante du pétrole et du gaz norvégiens. Cette occupation froide, faite de pressions et de coups clandestins divise les norvégiens sur l’attitude à tenir, entre collaboration avec le puissant voisin et résistance…

La première qualité d’une bonne série est de ne pas traîner en longueur. Même les plus adeptes de ce format finissent par se lasser des vraies-fausses pistes et des intrigues qui s’étalent sur des saisons entières. Le principe du feuilleton est le cliffhanger et la progression qui donne envie d’enchaîner les épisodes. Les scénaristes d’Occupied ne recherchent pas nécessairement le gros suspens de fin d’épisode, en revanche ils excellent dans la progression dramatique, remarquablement déroulée sur l’ensemble des huit épisodes (le format idéal a mon avis). Si la première saison comportait quelques longueurs autour de certains personnages (la restauratrice russophile) dont l’on attendait de comprendre l’intérêt, cette seconde n’en a absolument pas, toute accaparée sur la complexe nuance entre le droit et le terrorisme, entre la loi et la vengeance, entre intérêt personnel et intérêt de l’Etat. A ce titre, elle est une série résolument engagée puisque outre aborder sans détour une Union européenne semi-dictatoriale (on est dans une anticipation… mais ô combien réaliste!) elle traite des motivations des responsables politiques  (pour eux ou pour le pays?) mais également de hauts fonctionnaires. Du juge au responsable des services de renseignement, chacun y va de son ambiguïté.

Résultat de recherche d'images pour "occupied saison 2"Il en est de même pour les russes. Bien entendu, du fait du sujet, la série peut être vue comme russophobe. Pourtant beaucoup de choses sont crédibles dans les relations entre les deux pays et les personnages russes sont beaucoup plus subtiles que les apparences pourraient montrer. Le terrorisme est réel et l’ambition pour une grande puissance militaire de protéger ses intérêts dans une région que beaucoup peuvent percevoir comme faisant partie de sa sphère d’influence justifie certaines attitudes. Surtout, la série montre bien la bascule subtile entre la collaboration constructive et la trahison nationale. Ainsi il n’y a (presque) pas de méchant dans la série tant tout le monde pourrait développer un argumentaire pertinent sur ses choix.

Résultat de recherche d'images pour "occupied saison 2"Enfin, la radicalité géopolitique qui fait des liens avec beaucoup de situations que nous voyons dans les journaux est très forte. Jesper Berg passe ainsi du statut de premier ministre à celui de chef de gouvernement en exile, terroriste en fuite et activiste réfugié… La Catalogne, Julian Assange, bien des exemples montrent que ces revirement peuvent survenir très vite. La série pourrait être résumée par cette assertion d’un personnage qui explique que De Gaulle et Mandela ont été des terroristes avant d’être de grands chefs d’Etat… tout dépend  qui détient le pouvoir et détermine ce qui est juste. La légitimité est toute subjective et ce rappel est salutaire de nos jours où le mythe libéral d’un Droit d’essence quasi divine qui s’imposerait naturellement à tout un chacun.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

En bonus un entretien avec Hubert Védrine, ministre des affaires étrangères de Lionel Jospin.

***·Cinéma

Visionnage: Ghost in the shell (2017)

Film de Rupert Sanders
(2017), 1h47
Résultat de recherche d'images pour

En 1989 le mangaka Masamune Shirow publie Ghost in the Shell (suivi de deux albums quelques temps plus tard), ouvrage qui va révolutionner les concepts cyberpunk et déboucher sur ce que certains considèrent un dépassement absolu du manga: l’adaptation en film d’animation par Mamoru Oshii ( qui a notamment traumatisé les Wachowski et leur a directement inspiré Matrix…). Après de très longues années (l’adaptation live remonte à l’achat des droits pas Spielberg en 2008) et plusieurs actrices et réalisateurs, le film hollywoodien voit enfin le jour, accompagné d’une bande-annonce qui fascine les journaux mais fait craindre un copier-coller de la version de Oshii

Je n’ai vu que les deux films d’Oshii et lu le manga (GITS compte deux séries animées et d’autres films d’animation ayant développé l’univers avec l’implication plus ou moins directe de Shirow) et craignais l’adaptation comme toutes les adaptations de Manga, rarement réussies et chaque fois américanisées. Le premier mérite que l’on peut rendre à Rupert Sander et à son film c’est son respect de l’univers d’origine et notamment la localisation asiatique. C’était loin d’être évident et dans un monde cyberpunk où un visage ne signifie rien la présence d’acteurs américains ne pose pas problème outre mesure. Mais le premier défaut du film est… son respect de l’univers d’origine et surtout du film d’Oshii. Très clairement, ce que laissait envisager la bande-annonce se produit: la version 2017 est une adaptation très fidèle du film d’animation et non du manga. Ce respect va jusqu’à la reprise de la musique de Kenji Kawaï (notamment sur la séquence d’introduction et le générique de fin) et de séquences entières. C’est troublant car on ne saisit pas trop l’intérêt hormis de représenter un sas pour le grand public américain qui n’a jamais vu un film d’animation japonais…

Résultat de recherche d'images pour "ghost in the shell 2017"Le film a certaines vertus, comme d’expliquer certains certains éléments du manga (les yeux de Batou) et du film d’animation. Mais globalement c’est un étrange objet qui ne vise qu’à rendre hommage, sans apporter grand chose de neuf, sans vision d’auteur. Peut-être est-ce le problème des remake hollywoodiens, quand un Ridley Scott parvient à se réadapter lui-même, la plupart des remake ne sont vus que comme des machines à cash remettant à neuf des films SF un peu défraîchis à cause des effets spéciaux ou pour profiter de l’aura de jeunes acteurs bankables.

Résultat de recherche d'images pour "ghost in the shell 2017"Du reste, pris seul, ce n’est pas un mauvais film, le travail esthétique, tant sonore que de design général est intéressant même si les séquences en images de synthèse sont étonnamment laides pour un film si récent (et pour Weta, société fondée par Peter Jackson pour le Seigneur des Anneaux et qui a remplacé ILM comme référence). Cela pose surtout problème quand on adapte un film d’animation particulièrement réussi esthétiquement et que l’on va jusqu’à en reprendre des plans entiers. Du coup, lorsque l’image capte des décors et des acteurs réels c’est intéressant, dès que l’on bascule dans l’image numérique on perd toute originalité pour dégrader des images déjà vues chez Mamoru Oshii en mieux. De même, énormément de l’ambiance graphique est une redite plus colorée  de Blade Runner. On peut difficilement reprocher au réalisateur de si bonnes références, mais encore une fois, citer Ghost in the shell et Blade Runner fait-il un film? Même Blade Runner 2049 (situé dans le même univers donc) était parvenu à dépasser sa source à la fois thématiquement et graphiquement. Mais tout le monde n’est pas un auteur…

Résultat de recherche d'images pour "ghost in the shell 2017"

La dernière partie du film assume une certaine divergence avec le métrage original et le manga en simplifiant une trame particulièrement philosophique au départ par l’évacuation de la question de l’Intelligence Artificielle (pour rappel le manga tourne autour de la chasse d’une IA ayant acquis son autonomie et débouche sur la question de ce qu’est le plus humain entre une nouvelle forme de vie numérique ou un cyborg). Cela permet de faciliter la compréhension et d’élargir le public, mais y gagne t’on sur le plan filmique et artistique? Pas sur.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Une petite vidéo illustrant les reprises littérales…