**·BD·Jeunesse·Nouveau !

Green Class #4: l’Eveil

Jérôme Hamon au scénario, David Tako au dessin, Jon Lankry aux couleurs, 54 pages, parution aux éditions du Lombard le 26 aout 2022.

Y-a-t-il un Lovecraft pour sauver l’album ?

 NaïaNoahLucasSatoBeth et Linda sont cinq adolescents marginaux canadiens emmenés aux states par leur éducateur pour une classe verte. Les choses dégénèrent assez rapidement lorsque survient une mystérieuse pandémie, qui transforme les gens en créatures monstrueuses.

Peu de temps après, alors que la quarantaine a empêché nos jeunes sauvageons de regagner leur pays, Noah est infecté par le virus et devient un monstre, d’un genre tout particulier car il a le don de commander aux autres infectés. Cette particularité attire l’attention de l’armée, qui semble impliquée dans cette catastrophe nationale.

Les malversations du gouvernement conduisent ensuite à la mort tragique de Noah, tué par ses congénères infectés. Toutefois, son esprit semble avoir survécu dans un autre plan d’existence, comme le découvre Naïa, qui depuis le début fait tout ce qu’elle peut pour sauver son frère. Le groupe découvre finalement, dans le tome 3, que tout ça est le fait de Lyauthey, un méchant tout de noir vêtu qui a pour projet d’invoquer les Grands Anciens, des divinités cosmiques susceptibles d’annihiler le genre humain. Les infectés, qui répondent en fait au nom de Shoggoths, sont des créations de ces êtres omnipotents, mais leur rôle reste encore nébuleux.

Si vous suivez Green Class, alors vous savez que l’avis de l’Etagère sur la série s’est gentiment dégradé à l’occasion du tome 3. En effet, l’introduction du lore lovecraftien ne s’était pas faite sans mal, en l’espèce au détriment du rythme et de la cohérence de l’ensemble.

Le survival post-apo cède donc le terrain à l’horreur cosmique, mais le souffle de la série semble avoir disparu. L’action s’enlise, entre captures maladroites, fuites désespérées et recaptures, le tout sur un rythme qui se veut urgent mais qui relève finalement davantage de l’hystérie.

L’auteur semble avoir oublié que pour faire avancer l’intrigue, il faut introduire une nouvelle information, qui pousse un ou plusieurs personnages à prendre des décisions et agir en cohérence avec un objectif clair, avant de confronter lesdits personnages aux conséquences de ce choix, ce qui mène à une nouvelle information… et ainsi de suite. Ce tome 4 se révèle donc très laborieux, et le manque de charisme de l’antagoniste n’aide évidemment pas, à tel point qu’il est délicat après lecture de déterminer quel événement majeur est intervenu.

On note aussi un peu de flou concernant le plan du méchant, dont on se doute, sur la base d’une réplique et d’un regard larmoyant posé sur une photo de famille, qu’il a des raisons valables d’agir de la sorte. Son plan général paraît certes compréhensible (invoquer les Grands Anciens), mais sa méthode reste nébuleuse, à moins que je n’ai raté quelque chose. Par quel biais invoquer le portail ? comment compte-t-il communiquer avec eux, quel rôle précis jouent les Shoggoths ?

Malheureusement, sur ce coup, l’abondance des interrogations a tendance à diluer l’intérêt du lecteur plutôt que d’éveiller sa curiosité.

Côté graphique en revanche, David Tako demeure irréprochable et constitue l’atout principal en cette période délicate pour la série. L’intervention de Jon Lankry sur les couleurs permet d’ajouter un tonalité crépusculaire qui sied bien au ton de l’album.

****·BD·Nouveau !

Green Class #2: L’Alpha

Deuxième tome de 56 planches, dessiné par David Tako, écrit par Jérôme Hamon, paru le 14/02/2020 aux éditions du Lombard.

The Walking Misfits

couv_383029Après la sortie fracassante de Pandémie, Jérôme Hamon et David Tako poursuivent leur série Post-Apo (ou oserais-je dire PostAdo) avec le tonitruant L’Alpha.

Lors d’une sortie éducative en Louisiane, un groupe de jeunes inadaptés canadiens se retrouve piégé dans une zone de quarantaine alors qu’éclate une épidémie mystérieuse. Les ados rebelles iront de charybde en scylla lorsque l’un d’entre eux s’avérera infecté par le virus, qui le métamorphosera inexorablement en une créature hybride, sorte de colosse mi-organique, mi-fongique.

Dans le premier tome, on découvrait avec horreur le danger viral ainsi que ses effets sur les personnes infectées, le tout rythmé par quelques ellipses menant à un final surprenant et bien amené, tandis que ce second tome profite de toutes les possibilités offertes par la conclusion du premier. L’auteur de l’excellente série Nils (Blondin avait émis un avis un peu plus mitigé...) s’engouffre dans la brèche qu’il a ouverte dans le mur de quarantaine, pour élargir son monde, ajoutant des factions antagonistes au milieu desquelles se retrouvent nos héros, qui ne devront leur survie qu’à leur détermination, leur ingéniosité, et, pour certains, à une chance insolente.

Night of the living Groot(s)

Loin du sentiment d’urgence qui régnait dans le premier épisode, l’auteur donne grâce à ce deuxième tome une ambiance de monde nouveau, crépusculaire, incertain et violent, dans lequel tous ceux qui ont survécu sont en sursis. Les infectés sont désormais arrivés à maturité pour la plupart, créant une nouvelle espèce qui entend bien se faire une place dans l’écosystème déjà précaire de la planète.

Alors que nos héros courent après leurs amis disparus, ils ne peuvent que supposer le sort du reste du monde, tandis que partout, s’affrontent ceux qui traquent les infectés et ceux qui leur portent un intérêt scientifique teinté de religieux. Noah, le benjamin du groupe d’adolescents désormais totalement transfiguré par le virus, va se retrouver au centre de toutes les attentions, attirant la convoitise des uns et la haine des autres. Nos djeuns survivants parviendront-ils à le sauver sans y laisser leur peau ?

On embarque aisément avec les héros Lucas, Naïa, Sato, et les autres, dans cette aventure effrénée dont les mystères s’épaississent au fur et à mesure de l’album. Un bémol se dégage cependant quant à certaines parties des dialogues, qui manquent parfois de punch tout en se voulant refléter le langage adolescent. Rien de rédhibitoire malgré tout, cela relève davantage des sensibilités personnelles.

Les dessins et le découpage dynamiques de David Tako rendent l’ensemble très attractif, car on sent que l’artiste a gagné en maîtrise depuis Pandémie. Les postures et mouvements des personnages m’ont paru plus ciselés, il y a même des scènes de poursuites franchement impressionnantes.

Green Class, l’Alpha confirme fermement la qualité de la série, à lire absolument !