***·East & West·Manga·Nouveau !·Service Presse

Shangri-la Frontier #4-5

image-39
Manga de Katarina et Ryosuke Fuji
Glénat (2022), série en cours, 5/9 tomes parus.

shangrila-frontier-5-glenat

bsic journalismMerci aux éditions Glénat pour leur fidélité.

Bien décidés à être les premiers joueurs à éliminer un des Sept Suprêmes, Sunraku et ses amis optimisent leurs compétences et objets magiques en vue d’un combat théoriquement ingagnable…

Shangri-la Frontier est le type même de manga que j’aurais dû tester pour la nouveauté et la curiosité et abandonner au bout de deux ou trois tomes. D’une ambition a priori très modeste, fortement ciblé sur un type de public quasi-captif, très générationnel, bref. Les dessins fort dynamiques et élégants ont été le premier point qui m’ont donné envie de continuer à ma grande surprise et je suis obligé de reconnaître que sans trop de poser de question la recette fonctionne parfaitement même pour un vieux briscard comme moi.

Read Shangri-La Frontier ~ Kusoge Hunter, Kamige ni Idoman to su~ Manga  English [New Chapters] Online Free - MangaClashA l’entame du quatrième volume on craint un peu la rupture avec une séquence du héros réintégrant le monde réel puis se connectant à une « bouse » de baston. Les deux séquences nous sortent de la magie de Shanfro… avant d’y revenir très vite. Volontaire ou non, cela a pour effet de nous frustrer devant un passage franchement mineur et de nous ravir en revenant dans le jeu, comme un gamer addict qui aurait du mal à se passer de ce monde virtuel fascinant.

Les deux tomes forment alors un mini-arc consacré au combat contre le boss majeur, avec l’apport de la cohérence (et toujours cette grande lisibilité scénaristique) et le fait d’assumer de donner une large part au combat proprement dit dans les quatre-cent pages concernées. Et là surprise, les auteurs ne se contentent pas d’un seul joli design de monstre mais travaillent l’historique et la finalité de l’IA de ce monstre (sans trop en rajouter pour éviter les digressions) avec un développement graphique vraiment alléchant.

La grande force de cette série c’est de ne pas chercher à intellectualiser, à dénicher des thèmes profonds pour assumer du début à la fin la seule cohérence nécessaire: celle du jeu proprement dit. On pourra éventuellement constater une dramaturgie assez faible mais la puissance des combats, des découvertes de techniques ou d’objets, voir par moment des bribes de manigances stratégiques suffisent amplement à nous maintenir en haleine. On dira qu’on peut durer longtemps comme cela mais ce n’est finalement pas plus gênant qu’avec un Dr. Stone et tant que la qualité technique et le plaisir brut de lecture sont là on se dit qu’on n’a aucune raison de bouder son plaisir. Bien à sa place comme shonen d’appoint pas très loin de la qualité des grands classiques, Shangri-la frontier reste un plaisir simple qui se suffit à lui-même.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Manga·Rapidos

Manga en vrac #29: FMA 10 – Shagahime 2&3 – Appare Ranman 2

  • Fullmetal Alchemist (Perfect edition) #10 (Arakawa/Kurokawa) – 2022, 248 p./volume. 10/17 volumes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Kurokawa pour leur confiance.

fullmetal_alchemist_10_perfect_edition_kurokawa

Étonnante et perturbante entrée en matière pour ce dixième tome (on se rapproche de la fin!) puisqu’on se trouve dans un flashback lors de la « rencontre » entre Lin et Greed qui ont fusionné à la fin du précédent volume. Après un intermède assez creux qui retombe dans les quelques séquences longuettes du début on part pour la guerre d’Ishval où on se rappelle que tant sur les thèmes abordés que sur le traitement assez cru des évènements FMA n’est pas vraiment un Shonen… Cette seconde moitié est donc passionnante avec beaucoup de commentaires sur la guerre et la communication nationaliste. L’intrigue elle-même progresse également puisque nous allons brutalement découvrir l’origine des liens entre le colonel Mustang, Maes Hughes et Hawkeye mais également l’Alchimie très particulière des orientaux de Xing. Petit coup de mou qui manque un peu d’action donc mais qui rebondit pourtant bien vite et maintient la tension très haut sans jamais savoir où tout cela va nous mener.

  • Shigahime #2 et 3 (Hirohisa/Mangetsu) – 2022, 208p./volume, 3/5 volumes parus (série achevée en 5 volumes).

bsic journalismMerci aux éditions Mangetsu pour leur confiance.

shigahime_3_mangetsuAprès une amorce redoutable de violence et de crudité, on continue avec deux nouveaux tomes de cette courte série vampirique centrée sur les familiers des immortels. Atmosphère toujours aussi vénéneuse qui suit donc ce « héros » incapable d’utiliser ses nouveaux pouvoirs de chasseur et se refusant à perdre totalement son humanité pour servir sa patronne, une « originelle ». Les liens entre cette Miwako (plus sage que dans le premier volume) et son protégé sont très ambigus, abordent les thèmes classiques de la sexualité des jeunes dans les manga avec cette femme présentée comme une prédatrice sexuelle corrompant la pureté juvénile de deux lycéens. Si les thématiques sociales sont importantes dans Shigahime, on regrettera un peu des combats assez mineurs par rapport à ce qui nous était promis. La tension dramatique n’en est pas moins très bonne et l’univers graphique et thématique de ces créatures de la nuit suffisamment original pour nous maintenir en éveil pour la suite.

  • Appare Ranman #2/3 (Ahndongshik-Apperacing/Doki-Doki) – (2020) 2022, 208p., série finie en 3 tomes.

bsic journalismMerci aux éditions Bamboo pour leur confiance.

appare_ranman_2_dokiLe premier tome de cette courte série m’avait bien séduit et après une rapide introduction des personnages et la préparation de la course nous voilà parti sur les chapeaux de roue pour cette transaméricaine sauvage. Avec des dessins toujours aussi réussis dans un esprit Lupin III, ce qui surprend dans ce second opus c’est la part relativement réduite des séquences automobiles! Avec une importante galerie de personnages les auteurs préfèrent en effet se concentrer sur les interactions et manigances pour modifier l’ordre de la course. C’est un peu dommage même si l’optimisation de l’étonnant véhicule à vapeur d’Appare reste un fil rouge et que les séquences secondaires enchaînent très vite. Bref, on ne s’ennuie pas une seconde dans cette adaptation d’un anime de 2020 qui malgré une ambition modeste (seulement trois tomes) profite de sa brièveté pour ne pas perdre de temps en intermèdes et nous propose tout ce qui est attendu: des trognes bigger than life, des gunfight, des rebondissements en veux tu en voilà,… La conclusion arrive très vite chez nous puisqu’on connaîtra le dénouement début juillet chez Doki-Doki.

***·****·Manga·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Manga en vrac #26: Dai Dark #1 – Appare Ranman #1 – Ranking of kings #1

esat-west

Salut les mangavores! Je vous propose aujourd’hui une salve de premiers volumes de nouveautés assez fraiches et qui toutes perturbent les schémas du manga!

  • Dai Dark #1 (Q Hayashida/Soleil) – (2019) 022, 208p., 1/4 volumes parus.

bsic journalism

Merci aux éditions Soleil pour leur confiance!

couv_444963

Après 23 volumes d’une série (Dorohedoro) fort réputée et adaptée en animé (visible sur Netflix) l’autrice Q Hayashida revient pour une nouvelle série qui sous ses aspects trash au possible recouvre bien l’approche shonen: un jeune garçon ère dans l’espace doté d’un pack magique nommé Sakadoh et de capacités en faisant une sorte de robot. Egalement équipé d’une « peau d’ombre » il apparaît tout puissant pour éliminer ses adversaires, comme les terribles pilleurs d’épave. Si le trait paraît souvent brouillon, l’ambiance à la Fluide glacial donne un ton bon enfant même si les démembrements, éviscérations et explosions en règle réserve ce manga aux jeunes peu sensibles. Une entrée en matière qui a le mérite de l’originalité en proposant une sorte de Berserk pour jeunes, entre la Légende de Ran et le fort sympathique Volcano Trash. Avec un design glauquissime fait d’os et lorgnant du côté de HR Giger, ce titre commence de façon intrigante, pour peu que l’autrice nous propose une véritable intrigue, pour l’heure pas du tout démarrée.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

  • Appare Ranman #1 (Ahndongshik-Apperacing/Doki-Doki) – (2020) 2022, 208p., série finie en 3 tomes.

bsic journalism

Merci aux éditions Bamboo pour leur confiance!

appare_ranman_1_doki

Je suis toujours très friand de Steampunk et quand j’ai vu passer cette courte série du dessinateur de Renjoh Desperado (déjà un steampunk western découvert grâce aux opé Covid des éditeurs) ma curiosité s’est trouvée titillée. Ne perdant pas de temps en mise en place, ce premier tome nous envoie suivre deux japonais projetés en plein far-west alors qu’une coure de voitures « sauvage » s’apprête à partir traverser le continent. Si l’aspect samouraï reste pour le moment soft, l’apparition progressive des concurrents, tous fortement caractérisés (un milliardaire héritier industriel, redoutables bandits et noir expert en gunfight…) nous allèche avec l’impatience de voir l’action endiablée commencer dans la filiation d’un Streamliner. Avec un jeune héros aussi doué en bricole que Senku, ce qui surprend le plus c’est l’insertion d’un propos politique assez surprenant pour un shonen: entre la tradition d’obéissance japonaise pour lui, le jeune amérindien dont la famille a été massacrée, la jeune femme interdite d’être pilote en raison de sons sexe ou l’esclave affranchi, c’est une drôle de brochette de minorité opprimée qui se retrouve dans cette histoire! Fort bien dessiné et doté d’une progression lisible et dynamique, ce premier tome rappelle l’enthousiasme d’une autre trilogie Doki-doki: Tetsu et Doberman.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

  • Ranking of kings #1 (Toka/Ki-oon) – (2017) 2022, 208p., 1/10 volumes parus.

bsic journalism

Merci aux éditions Ki-oon pour cette découverte.

ranking-of-kings-1-kioonSorti dans la collection « transversale » Kizuna, Ranking of kings est d’abord un projet auto-publié sur le net avant de devenir un manga et un animé. Sous un aspect très enfantin qui peut rebuter de prime abord, on est d’abord surpris par ce personnage de prince-héritier d’une dynastie de roi-géant… qui s’avère être muet et très chétif! Alors que la seule valeur royale reconnue est la force brute, ce jeune Boji va s’avérer être un enfant touchant, sensible qui au travers de sa rencontre avec une « ombre » d’un clan d’assassins va révéler de surprenants talents. Si les planches sont donc assez basiques (mais rendront le manga aux allures de conte très adapté aux plus jeunes, une fois n’est pas coutume), c’est dans le traitement tout sauf manichéen des personnages que l’on est surpris. Contrairement aux habitudes des contes fantasy il est bien difficile de déterminer qui est gentil, qui est méchant et les motivations de chacun dans ce volume, dans un univers surprenant avec cet allié qui a la forme d’une ombre plate parlante. Une bonne surprise à découvrir!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·East & West·Manga·Nouveau !·Service Presse

Frieren #1-2

esat-west

Manga de Kanehito Yamada et Tsukasa Abe
Ki-oon (2022) – Shogakukan (2020), 208p., série en cours, 2/6 volumes parus

frieren_1_ki-oon

bsic journalismMerci aux éditions Ki-oon pour leur confiance.

Après une quête qui dura des années, l’elfe Frieren et ses compagnons d’arme rentrent victorieux: le roi des démons a été vaincus. Une nouvelle ère de paix s’ouvre sur le Royaume. Pourtant la condition de quasi-immortelle de Frieren la rend hermétique aux évènements de ce monde, sa relation au temps et aux autres est différente. Bientôt elle voit partir ses amis rattrapés par le temps des mortels. Que va t’elle faire du reste de sa vie?

Frieren (tome 1) - (Tsukasa Abe / Kanehito Yamada) - Shonen [LA PARENTHÈSE,  une librairie du réseau Canal BD]Pour la sortie de cette série qui propose une approche novatrice de la fantasy, l’éditeur Ki-oon a mis le paquet. Outre l’assez habituelle sortie simultanée des deux premiers volumes, certains ont pu voir passer sur les réseaux sociaux un impressionnant kit presse dont vous pouvez avoir un aperçu sur des vidéos unboxing. Outre ce que vous y voyez, s’ajoute carrément un médaillon métal et un petit art-book très joli. Je ne reviendrais pas sur le très intéressant débat sur le rôle des « influenceurs » et des kit presse que l’Apprenti Otaku a lancé (vous pouvez lire ça sur son blog et je vous invite à y participer). A titre personnel je m’interroge toujours sur l’intérêt de ces kits certes très créatifs mais qui, en série très limitée et non vendus, ne touchent qu’une très faible minorité de lecteurs et laissent la place à une indécente spéculation lors d’inévitables reventes jouant sur la frustration. Comme sur la BD il est toujours préférable de sortir en simultané plusieurs versions d’un album, y compris des tirages très limités luxueux qui trouveront toujours des fana très heureux de débourser de grosses sommes. Par exemple l’édition Tirage de tête très luxueuse de la très alléchante République du Crâne est à 179€. C’est fréquent en BD et les éditeurs manga pourraient sans risque proposer de tels kits (probablement pour des sommes inférieures).

Frieren est un shonen s’approchant du seinen de part son approche féminine et relationnelle du personnage principal, en visant le lectorat cible du shonen soit environ 10-12 ans. Graphiquement le trait des personnages est assez élégant et certaines cases laissent entrevoir un dessin encré très précis qui frustre un peu au regard de l’ensemble des deux premiers volumes. Ces derniers subissent ce que l’on voit fréquemment en manga, une impression qui semble trop légère, laissant des traits presque estompés, comme usée, affaiblissent le dessin. Les arrière-plans sont eux assez basiques, très rectilignes et industriels, utilisant des textures certes de qualité mais qui là encore n’aident pas à habiller les pages. Il ressort de ces pages une impression un peu vaporeuse, peut-être recherchée car elle correspond tout à fait à l’atmosphère générale de la série.

Frieren -1- Volume 1Sur la première page on nous explique ainsi que la Quête est achevée et l’objet de la série sera de suivre cette elfe millénaire qui voit passer les siècles lentement, comme un spectateur extérieur alors que les humains qui l’entourent vieillissent, aiment, souffrent,… Rapidement séparée de ses compagnons d’armes, elle va se retrouver malgré elle associée à des apprentis qui la forceront à s’impliquer dans leur formation et dans une nouvelle quête vers le royaume des Démons. L’aspect émotionnelle est le plus intéressant dans Frieren, en imaginant ce qu’un tel être pouvait ressentir alors que les risques de la vie ne sont pas les mêmes que ceux d’un humain.

Au croisement du Dernier des Dieux (pour la déconstruction), de la Quête de l’Oiseau du Temps (pour l’apprentissage) et de Carbone & Silicium ou Origin (pour le témoin immortel), ce manga revêt un aspect philosophique au travers d’une narration très lente, contemplative, jouant sur le stoïcisme de son personnage. Si l’ensemble est assez froid le manga réussit parfaitement à nous faire ressentir la distance de l’elfe vis à vis du monde et cette envie de comprendre ce qui fait les humains. Un peu d’action point en fin de second volume et permet de dynamiser un peu le tout qui sinon nous implique peu. L’équilibre est ténu pour les auteurs mais l’on saisit bien ce qu’ils visent et pour peu qu’ils rythment un peu plus leur récit Frieren revêt un intérêt certain et sort indéniablement des pelletées d’histoires de fantasy.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Manga·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

DR. Stone #18-19

esat-west

Manga de Riichiro Inagaki et Boichi

Glénat (2022), 192p./volume, 19/24 volumes parus.

bsic journalism

Merci aux éditions Glénat pour leur confiance!

On avait laissé Senku et ses amis débarqués en Amérique découvrir qu’ils n’étaient pas les seuls à avoir créé un royaume de la science, avec un écart technologique important. Il est désormais temps de découvrir qui est ce génie scientifique avec lequel Senku va devoir batailler ferme. Parti pour une série au très long court, Boichi et son camarade n’hésitent pas à laisser honteusement des éléments de côté (l’artefact medusa est soudainement devenu inactif, tiens donc!) pour repartir sur un nouvel arc où ils manipulent les enjeux très librement. La facilité Scan Dr. Stone Chapitre 161 : Craft Wars - Page 10 sur ScanVF.Netscénaristique est de mise mais ce n’est pas grave tant le rythme et la qualité des planches suffisent à nous maintenir en éveil. Dans ces deux tomes on va donc découvrir toute l’équipe du docteur Xéno dont le redoutable guerrier Stanley Snyder et l’affrontement entre les guerriers ultimes du royaume des sciences utilisant les armes blanches et ceux du royaume américain utilisant des armes à feu. Après un détour par un dogfight aérien, la transformation du navire en porte-avions et l’envoi d’un assassin pour tuer Senku, les deux royaumes se retrouvent face à face, alors que les deux savants sont bien plus proches que l’on aurait pu imaginer.

On monte un cran dans le WTF technologique avec un esprit steampunk qui va crescendo et s’éloigne de la vraisemblance scientifique. On a désormais compris que les auteurs allaient partir très loin dans les découvertes technologiques puisque dès l’apparition du medusa on a basculé dans de la pure SF. Cette série est un rendez-vous toujours aussi agréable, le blockbuster du shonen et le seul regret est de voir le grandiose Boichi accaparé par cette activité qui l’empêche de travailler un projet plus adulte…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Manga·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Manga en vrac #20: Carol & Tuesday #1-2 – The cave king #1 – Alma #2-3

esat-west

  • Carole & Tuesday (Yamataka/Nobi-Nobi) – 2019-2021, série terminée en 3 tomes.

mediathequeCarole & Tuesday est à l’origine une série d’animation  en une saison, du studio d’animation Bones (qui produit My Hero Academia et autrefois Fullmetal Alchemist), visible en France sur Netflix. Simultanément une version manga est lancée, faisant de la licence un crossmedia.

Série très courte, C&S m’a attiré par son graphisme et l’univers de la musique. Et j’ai été très surpris en déroulant les premières pages (le manga se lit très vite) de voir un contexte SF puisque l’environnement est une planète Mars colonisée et où l’intégralité des industries culturelles sont le fait d’IA. Avant d’entamer les aventures très Shojo des deux filles issues de milieux radicalement opposés (l’une est une émigrée, l’autre une fille de la haute bourgeoisie), on saisie directement la critique très intéressante des industries musicales actuelles qui imposent à une jeunesse formatée des tubes formatés à coups d’Autotune. Si le titre reste bien gentil et très prévisible, le graphisme est plutôt élégant et l’idée de suivre deux jeunes passionnées confrontant leur passion et leur sincérité à une industrie déshumanisée m’a bien plu. Au final C&S est un titre sans prétention mais qui plaira à son public cible (une histoire de copines…) avec quelques perches pour les faire réfléchir un peu à ce qu’elles consomment.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

  • The cave king (Demise-Naehara/Doki Doki) – 2021, série en cours, 2/2 volumes parus.

bsic journalism

Merci aux éditions Doki-Doki pour leur confiance!

thecaveking-1-dokiAprès le sympathique Shangri-la Frontier chez Glénat je tente un autre shonen formaté pour les gamers avec ce Cave King qui ambitionne de proposer une histoire manga reprenant les codes des Mining-games comme Minecraft. Et je dois dire que sur ce premier volume le concept prend plutôt bien en évitant les longueurs dans une mise en place extrêmement simple (aussi basique qu’un scénario de jeu vidéo) mais très fun. En sautant carrément l’étape d’introduction on comprend que les auteurs ne vont pas traîner en route et enchaînent les découvertes de pouvoirs qui permettent au héros de se comporter comme un joueur de Minecraft et de miner et façonner son île (on devrait plutôt dire « rocher »). Le dessin n’a rien de transcendant mais reste lisible, dans le style type de la fantasy avec quelques bébêtes et une bande de gobelins qui fait office de compagnons pour le personnage. Du coup même s’il manque une intrigue on ne s’ennuie pas, ça rebondit sur une bonne dizaine d’étapes sur le modèle de DR. Stone et la lecture avance sans forcer, à fortiori pour un public Shonen et encore plus pour de jeunes gamers. Très sincèrement, si l’on enlève la comparaison graphique, ce titre n’a pour le moment pas grand chose à envier à la série post-apo de Boichi. A suivre…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

  • Alma #2-3 (Mito-Panini) – 2019-2021, série terminée en 4 tomes.

couv_431117Toujours partant pour une nouvelle aventure SF post-apo avec des machines, j’avais plutôt accroché avec le premier Alma, série courte qui se termine en novembre avec le quatrième tome. Bon format pour une histoire simple je dirais. Je dois dire que si l’introduction, assez linéaire, était fort alléchante, le second tome se complexifie en développant l’univers post-apo fait d’une post-Union européenne dominée par la Russie, la Turquie et l’Allemagne, dans une dernière cité humaine protégeant les quelques centaines de milliers de survivants aux grandes guerres du passé contre les Gajin, ces androïdes dont le système de sécurité a sauté jadis, ce qui a provoqué le génocide… On pardonnera à l’auteur dont c’est le premier manga les quelques difficultés du dessin, notamment anatomiques pour se concentrer sur une volonté de décrire de très beaux designs de vaisseaux et bâtiments et de densifier le background. Côté construction en revanche, comme souvent en SF, la structure faite de visions déstructurées et de bulles à l’auteur pas toujours clair complique la lecture pour pas grand chose mais en créant un ralentissement inutile. Quelques scènes d’actions (pas toujours justifiées) viennent pourtant mettre du rythme jusqu’à l’assaut final du tome trois qui nous rappelle la rage désespérée du final de Matrix. L’épilogue attendu viendra apporter des réponses finales attendues après un cliffhanger assez sympa et des révélations pas révolutionnaires mais cohérentes. Oeuvre perfectible, Alma manque quelque peu de questionnements philosophiques pour hisser son propos, mais arrive à sortir du tout venant par quelques qualités réelles qui plairont aux amateurs de SF. Les autres pourront plutôt se reporter sur des oeuvres plus matures comme Heart gear ou Origin.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·Manga·Service Presse

Toilet-bound Hanako-Kun #1-2

esat-west

Manga de AidaIro
Pika (2015) 2019, 192p./volume, série en cours, 2/15 vol. parus.

toilet-bound_hanako-kun-1-pika

Parmi les 7 mystères de l’école Kamome, une rumeur court qu’un esprit habitant dans les toilettes pour filles du troisième étage exaucerait n’importe quel vœu… La jeune Nene Yashiro, peu sure d’elle, souhaite plus que tout se faire aimer d’un garçon de l’école. Mais lorsqu’elle rencontre l’esprit Hanako elle réalise que tout n’est pas si simple et que toute décision entraîne des conséquences. La voilà rapidement liée à ce fantôme qui garde bien des mystères sur le monde paranormal qui régit cette école et ses rumeurs…

Toilet-bound Hanako-kun tome 1 et 2 : La valse des esprits farceurs -  Esprit OtakuLorsque mon partenaire Pika m’a proposé de découvrir sa nouvelle licence je n’étais pas certain d’être le bon public pour ce type de manga, commençant à avoir l’habitude des brouettes d’œuvres sur mesure à l’humour un peu facile. Première surprise en entamant ces deux premiers tomes, la simplicité avec laquelle on pénètre ce monde et ses personnages, la fluidité avec laquelle tout est introduit sans avoir le sentiment que la culture japonaise est décidément si lointaine. Les auteurs derrière le studio AidaIro maîtrisent très bien les techniques de narration et lancent leur histoire sur le rythme d’une histoire courte… alors qu’elle comporte déjà quinze tomes au Japon! Avant dix pages on sait déjà qui sont les deux protagonistes principaux qui vont servir de cadre à la série (avant l’arrivée d’un troisième larron en la personne d’un apprenti exorciste pas encore bien à l’aise avec sa mission familiale): devenue très vite assistante de l’esprit farceur Hanako, ils entament tous deux la résolution d’enquêtes mystiques pour résoudre des mystères. Le schéma est classique: un esprit renferme un drame passé et se venge sur les vivants, il faut donc découvrir la source du mal, en lien avec les amis de Nene.

➤ [ Toilet-Bound Hanako-kun: Pilot, Ch.2 ] | Hanako kun, Toilet bound hanako  kun, HanakoL’autre bonne surprise repose sur un humour très frais, accessible et basé sur un second degré et une répartie très percutante. On sourit très souvent et volontiers à la lecture de ces histoires courtes. Les auteurs prolongent graphiquement, comme ces navets qu’on voit apparaître de ci de là après que Nene ait été éconduite par un garçon qui lui trouve des jambes de… navet! Étrange amalgame qui ne viendrait pas à tout le monde et qui permet, sans appuyer, de légers running-gags. Le fait que Nene passe son temps à récurer les toilettes où habite l’esprit est en soi décalé, sans besoin que les AidaIro n’ait besoin d’appuyer. L’esprit facétieux de Hanako permet par ailleurs de créer une atmosphère bon-enfant et des situations amusantes.

Graphiquement les planches semblent assez basiques, simples, avant de réaliser la qualité des encrages et une profondeur de décors et de détails que l’on ne perçois qu’une fois bien dans l’histoire. On reste dans un style pas hyper original très shonen mais techniquement remarquable.Avis manga : Toilet-Bound Hanako-kun - Tome 1 - A la une

Au final je ressors tout à fait enthousiaste après cette lecture qui plaira à tout public, avec la réserve que l’humour n’est pas le même selon les ages et que les plus jeunes resteront peut-être plutôt sur l’aspect chasse aux fantômes avec quelques moments qui peuvent impressionner avec une certaine noirceur (sans jamais tomber dans le sordide). L’équilibre entre mystère, relations collégiennes et humour est parfaitement équilibré. A voir si cet équilibre et l’intérêt se maintiennent sur plus de dix tomes une fois les sept mystères résolus.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

**·***·Manga·Nouveau !·Rapidos·Rétro·Service Presse

Manga en vrac #14: L’atelier des sorciers #8 – survivor’s club #1- Outsiders #2

esat-west

  • L’atelier des sorciers (Shrahama – Pika) – (2020) 2021, série en cours, 8/8 volumes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Pika pour leur confiance.

atelier-sorciers-8-pika

Après un billet découverte enjoué et un gros billet de rattrapage, on prend une vitesse de croisière sur cette sublime série qui emprunte à l’ambiance graphique des dessinateurs italiens classiques. Avec une réalisation loin de la frénésie d’un Boichi sur Dr. Stone (qui ponds tout de même cinq volumes par an!!!) l’édition française apprend la patience puisque nous suivons de près la parution japonaise (qui sort tout de même deux volumes par an).

Ce volume marque une pause assez conséquente dans l’intrigue puisque de retour dans l’atelier, Coco se retrouve à travailler avec Tarta, le jeune artisan qui a enfin décidé de devenir sorcier. Les deux apprentis vont ainsi travailler à aider le jeune garçon dont les jambes avaient été écrasées lors de l’incident de la rivière du tome deux, en attendant de se rendre à la Fête de la Nuit d’argent. Dans cet intermède Kieffray et les amies de coco disparaissent pratiquement de l’intrigue pour laisser la place à un pure shonen où les enfants vont disserter du rôle de la magie, de l’amitié, des rêves de progrès etc.

Ca reste très beau à regarder, avec tout de même le développement de quelques personnages nouveaux (et fort mystérieux…) et l’on sent le doigt de l’autrice qui nous rappelle les risques pour les jeunes sorciers de vouloir se soustraire des règles d’utilisation de la magie (pour rappel il est interdit de ressusciter et même soigner par la magie). Cet épisode n’est donc pas inutile et a son rôle dans la progression psychologique de Coco… mais ne vous attendez pas à de grands moments d’action ni de paysages fantasmagoriques. C’est donc très sage, avant sans doute un rebonds dès le prochain volume prévu pour la fin d’année.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

  • Survivor’s club #1 (Aosei/Anajiro – Delcourt) – (2017) 2020 série en cours, 1/3 volumes parus.

Une vague de human-bomb survient dans les lycées japonais… L’une des victimes trois ans auparavant, réunit d’autres victimes pour leur dévoiler ses découvertes sur un lien entre tous ces élèves harcelés désespérés au point de vouloir emporter leurs camarades dans la mort…

La jeune équipe de cette trilogie (le dessinateur a une autre série en cours éditée chez nous par Ki-oon et le scénariste en est à sa première réalisation) nous convie dans la problématique du harcèlement scolaire colorée de la violence sociétale japonaise et de la difficile sexualité des lycéens.  Contrairement à ce que le titre pourrait laisser entendre il ne s’agit ni réellement d’un survival ni d’un battle royal, mais bien d’un thriller psychologique où un jeu malsain s’installe entre une preneuse d’otage et des élèves sommés de se dénoncer les uns les autres dans des détails bien sordides. On aborde les pulsions sexuelles cachées et la vie en société plus que le harcèlement proprement dit (qui est ici évoqué à des niveaux assez graves!). Le scénario malin met en parallèle la discussion d’une victime-enquêteur qui tente de confondre d’éventuels complices de celui qui a emporté son bras dans son acte kamikaz, et l’action en directe de la prise d’otage. On est assez mal à l’aise devant toute cette malveillance mais sur le point de l’intrigue on peut dire que c’est efficace et qu’on a bien envie de savoir comme cette affaire va tourner, d’autant que le format court implique une avancée rapide et une intrigue relativement simple.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

  • Outsiders #2 (Kanou – Ki-oon) – 2021 série en cours.

bsic journalismMerci aux éditions Ki-oon pour leur confiance.

outsiders-2-ki-oonJ’avais bien accroché sur le premier tome de cette série originale de chez Ki-oon (dont le premier volume est sorti début 2021), notamment sur un humour bourrin qui donnait une saveur sympa au duo vampire/garou et le développement d’un background qui évitait la fréquente temporisation inhérente au format long des manga. La chute laissait entrevoir des enquêtes fantastiques faisant qu’on avait hâte de lire la suite. Malheureusement ce second tome s’avère assez décevant en bifurquant vers du Shojo pure jus où l’héroïne Ema passe son temps à s’intéresser aux problèmes des copines et sa sœur aux relations, qu’elle croit homosexuelles, des deux êtres fantastiques. D’ailleurs la relation homosexuelle est traitée de façon étonnamment normale dans un manga qui n’est pas spécifiquement Yaoi, avec par exemple deux filles dont on nous parle du mariage sans commentaire particulier. L’histoire laisse un peu de côté l’agence de détectives (alors qu’on venait d’apprendre la vrais nature de l’alliance entre le vampire et le garou) pour nous parler des thématiques classiques de lycées: harcèlement, mal être, jeunes abandonnés par leurs parents, performance sportive,… Ce qui m’avait accroché dans le premier volume, les dessins chargés et l’humour lié aux deux personnages masculins est totalement mis de côté et on avance assez laborieusement vers un démarrage d’enquête autour de deux cadavres retrouvés et qui obligent Ema la curieuse à se lancer dans des recherches. Je n’ai pas compris pourquoi il fallait un tome entier pour commencer une enquête, qui est tout de même l’intérêt premier de cette série… ou pas? Il faudra donc attendre le prochain volume pour voir vers quel genre s’oriente Outsiders car entre les relations adolescentes et les enquêtes paranormales on n’est pas tout à fait sur le même public…

note-calvin1note-calvin1

***·Manga·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Dr. Stone #12-14

esat-west

Manga de Riichiro Inagaki et Boichi
Glénat (2020), 14/19 tomes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Glénat pour leur confiance.

couv_401458Couverture de Dr. Stone -13- Science Warscouv_414036

Le royaume de la Science a pris la mer en direction du signal et découvre une ile occupée par un peuple impliqué dans la pétrification… 

Attention, Spoilers!

Scan Dr. Stone 102 VF scan • one piece scanNous retrouvons Senku et le royaume de la science dans le douzième tome, partis pour bâtir un gigantesque voilier à moteur destiné à les emmener vers la source de la pétrification. Cela prendra un an, ce qui nécessite plusieurs pages d’ellipses en forme de reportage journalistique permettant de jolis montages graphiques. S’ensuit une grosse révélation sur la pétrification, que l’on n’attendait pas de sitôt, avec un cliffhanger de la mort qui tue! Cela ne veut pas dire pour autant que l’histoire s’accélère car comme à leur habitude les auteurs s’arrêtent à chaque teasing pour un retour en arrière ou un détour dans une nouvelle séquence. Chaque prétexte est bon pour une invention! En introduction Boichi nous rappelle sa passion et sa précision pour tout ce qui est technique, en écho à sa série parallèle, Origin. En fin d’ouvrage, outre les habituels courriers des lecteurs, Glénat nous propose un mot croisé.

Le treizième tome se concentre sur la préparation cosmétique de Kohaku qui doit infiltrer les nouveaux adversaires qui ont à nouveau pétrifié leurs compagnons. Si cela permet de développer des infos sur la chimie naturelle des crèmes, rouges à lèvres et sur la biologie des cheveux ce n’est pas la séquence la plus passionnante même si l’humour (graphique notamment avec une Kohaku décidément craquante!)  est toujours là. Ce volume comprend donc quelques longueurs  même si le rythme reste très rapide et le découpage haché comme depuis le début de la série. Maintenant que les mécanismes sont entendus, les ados adorent cet univers qui correspond parfaitement à leur univers à la fois moderne, décalé et en interrogation. Les ventes affolantes de cette série ne sont donc absolument pas surprenantes pour un Shonen qui rassemble tout ce qui peut plaire à son public cible.

Le quatorzième volume des aventures de Senku et ses amis voit un nouveau drame alors que l’élixir de dé-pétrification a enfin été créé… Car outre l’infiltration du sérail par Kohaku il va être nécessaire de récupérer tous les morceaux des statues de leurs amis, brisées et jetées à l’eau par le royaume pétrificateur! Une bonne occasion d’inventer la bouteille à oxygène avant de pouvoir s’atteler à la création d’un drone capable de récupérer l’artefact Medusa, procurant le pouvoir de changement des corps en pierre. Outre la surprise de ce qu’est Medusa on va apprendre également les véritables équilibres entre les dirigeants du royaume pétrificateur et l’intervention toujours aussi fun de Gen le mentaliste… Si les auteurs étirent toujours leur propos entre séquences grotesques, bavardages pédagogiques et courtes séquences d’action, ils avancent résolument dans notre compréhension de la cause de tout, avec de nouvelles révélations très surprenantes! Comme toute bonne série, le lecteur est complètement accaparé par un verbiage et un montage particulièrement touffus qui ne laissent pas une seconde pour se demander où l’on va. Les problématiques naissent et disparaissent très rapidement et le nombre de séquences d’un seul volume reste assez impressionnant.

On sort de ces trois volumes avec l’impression d’en avoir beaucoup appris tout en n’étant encore que peu avancé dans l’intrigue. Paradoxe d’une série qui semble avancer au plaisir immédiat des auteurs (et des lecteurs) et qui semble toujours en avoir beaucoup sous le coude malgré les réticences à en révéler trop et trop vite.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Jeunesse·Manga·Rapidos

Fullmetal alchemist (perfect edition) #3-4

Manga de Hiromu Arakawa
Kurokawa (2020) – Square Enix (2002), env. 260 p./volumes. Série finie en 18 volumes.

bsic journalismMerci aux éditions Kurokawa pour leur confiance.

Voir le descriptif sur la critiques des deux premiers tomes.

couv_395604couv_401203

Le récent combat qu’ont mené les frères Elric entraîne des questionnements existentiels sur leurs objectifs et leur être même. Alors que leur amie d’enfance Winry se mobilise pour redonner à Edward l’usage de son automail, leurs deux frangins partent en quête de leur maître et de l’origine de leurs problèmes et de leurs pouvoirs…

Fullmetal alchemist perfect #4 • Hiromu ArakawaAprès deux premiers tomes plutôt engageants ma découverte a été freinée par un tome trois que j’ai trouvé assez faible en se cantonnant à de l’humour très nippon et en laissant complètement de côté tout antagonisme liés à l’assassin Ishval ou à la mystérieuse méchante alchimiste déjà entrevue plusieurs fois subrepticement. Hormis une séquence en mode thriller avec l’un des officiers de l’armée, on a un rythme assez lent très axé sur les relations entre personnages, les bons sentiments un peu mièvres, avec toujours ces arrière-plans très dépouillés… avant le départ des frères Elric vers leur maître.

Alors que je m’interrogeais sérieusement sur ma volonté de continuer une aventure plutôt axée humour et vers de jeunes lecteurs, le quatrième volume m’a complètement remis le pied à l’étrier en donnant le sentiment d’un véritable départ pour cette série. A la fois graphiquement et scénaristiquement, ce long flash-back narrant les événements qui ont conduit les frères à devenir de puissants alchimistes crée un sacré saut qualitatif et fait dérouler la lecture jusqu’à cette séquence très puissante de la tentative dramatique pour retrouver leur mère. Si l’humour reste Full Metal Alchemist Perfect T.4 "Manga BD" - Les Chroniques de Madokatrès efficace (on rit sans forcer), la tension dramatique est sans commune mesure avec les précédents chapitres et l’on se dit qu’avec cette galerie de personnages maintenant posée et intéressante, ce background de guerre civile encore assez mystérieux et l’origin story des frères Elric résolue on va pouvoir passer aux choses sérieuses et affronter ces méchants dont on ne sait encore rien. Surtout, on comprend mieux le cheminement narratif précédent visant à aborder discrètement les questions de la Vie et de l’humain dans une quête alchimique qui était jusque là totalement assimilée à de la magie mais qui soudain se raccroche à la mythologie historique autour de ce concept et de la symbolique de l’ésotérisme en général.

Ce démarrage inégal confirme la dimension shonen jeunesse d’un manga avec une absence de linéarité narrative qui peut ennuyer sur certains chapitres. On saisis pourtant le potentiel de cet univers et pour peu que Hiromu Arakawa passe résolument la seconde on risque de partir pour une excellente aventure dans une édition de grande qualité matérielle.