***·BD·Littérature·Nouveau !·Service Presse

Le dossier Thanatos

Histoire complète en 64 pages, écrite par Roger Seiter et dessinée par Jean-Louis Thouard. Parution aux éditions RobinSon le 31/08/22.

bsic journalism

Merci aux éditions Robinson pour leur fidélité.

La mort leur va si bien

En 1877, la ville d’Édimbourg s’émeut lorsque le corps d’un notable est retrouvé fortuitement dans une sinistre masure abandonnée. Alors que le vieil homme semble avoir trouvé une mort naturelle, certains éléments interpellent l’inspecteur McRae, de la police municipale. Tandis que l’opiniâtre inspecteur va mener son enquête, ailleurs dans les rues d’Édimbourg, un certain Arthur Conan Doyle, étudiant à la faculté de médecine, va lui aussi découvrir, au travers des cercles spirites qui font fureur parmi les bourgeois, qu’une conspiration se trame, une affaire qui va remettre en question son pragmatisme et son sang-froid.

Dans le même temps, Betsy, jeune mère célibataire, subit l’injustice du système alors qu’elle tente de survivre avec sa fille Maggie, et va se retrouver sous la protection du foyer Sainte Madeleine, réputé pour offrir un havre de paix aux femmes victimes de violences. Quel est le lien entre ces deux situations ? McRae et Conan Doyle ne tarderont pas à le découvrir.

Laissez tomber le Londres de l’époque victorienne, optez plutôt pour Édimbourg ! Ses crimes y sont moins sanglants mais plus morbides, ses enquêteurs moins charismatiques mais plus accessibles ! Avec le dossier Thanatos, nous avons droit à une enquête méticuleuse et sans accroc, mettant en scène le créateur du célèbre Sherlock Holmes, alors jeune étudiant en médecine. Il est d’ailleurs de notoriété publique que le détective de Baker Street tenait son esprit affuté et cartésien de son créateur, nous en avons ici un rapide aperçu au travers de ce récit tortueux et glauque.

L’ambiance gothique est au service d’une cause plus noble, une thématique sociétale, à l’instar d’Automne en Baie de Somme. En effet, la place des femmes dans une société patriarcale et conservatrice est là aussi en question, la critique étant enrobée dans une capsule de mysticisme. Le déroulé de l’intrigue en lui-même est prenant, et profite de l’ambiance sombre pour nous pousser toujours un peu plus loin dans l’enquête.

Cependant, il faut avouer que le charisme du protagoniste n’est pas l’atout majeur de l’album. Sans pour autant comparer avec le fameux Holmes, on peut regretter son manque de profondeur durant l’enquête, même si ses choix lors de la conclusion tendent à le rendre sympathique. Il est aussi parfois délicat de faire le distinguo entre tous les personnages, non pas du fait de la caractérisation cette fois, mais du graphisme, qui rend l’identification moins aisée.

En conclusion: les amateurs d’enquêtes à la Sherlock Holmes trouveront leur compte, les férus d’ambiances gothiques aussi, idem pour les amoureux de justice sociale. Le graphisme et maitrisé et participe grandement à l’ambiance, mais peut rendre difficile la distinction entre les personnages.

***·BD·Jeunesse·Littérature·Nouveau !·Service Presse

Arsène Lupin contre Sherlock Holmes #1/2

Premier album du diptyque écrit par Jérôme Félix et dessiné par Alain Janolle, parution le 29/06/2022 aux éditions Grand Angle.

Merci aux éditions Grand Angle pour leur confiance.

Le (presque) gendarme et le (pas trop) voleur

On ne présente plus Arsène Lupin, création de Maurice Leblanc, monument national de littérature, ayant à son actif moult adaptations dans divers médias. Ce gentleman, redresseur de tort, est également connu pour ses talents de cambrioleur, lui qui aime s’introduire dans les demeures les plus luxueuses pour y dérober les biens les plus précieux des nantis de France et de Navarre.

Si vous connaissez le plus célèbre des voleurs français, alors vous devez également connaître le plus célèbre des détectives anglais, Sherlock Holmes de Baker Street, l’un des esprits les plus brillants de son époque, qui fit le succès de Sir Arthur Conan Doyle. figurez-vous que ces deux-là ce sont déjà croisés auparavant, mais il était grand temps de remettre des deux géants de la littérature face à face. De l’audace française ou du flegme britannique, qui l’emportera ?

Depuis des années, Sherlock Holmes traque l’insaisissable Arsène Lupin, sous ses différentes identités. En effet, alors que le gentleman cambrioleur nargue les forces de police et leur échappe grâce à son incroyable talent pour le déguisement, Holmes, lui, ne se laisse pas berner, grâce à son don pour la déduction et son esprit acéré. Sentant le sol se dérober sous ses pieds, et poussé par son amour pour Raymonde, Arsène prend la décision de raccrocher, et s’apprête à prendre sa retraite, échappant ainsi à ses poursuivants.

Mais Sherlock ne l’entend pas de cette oreille. Incapable d’envisager la défaite face à Arsène, le détective lâche la rampe et prend sa mère adoptive en otage. Il en résulte une confrontation violente durant laquelle Holmes laisse exploser sa rage, et tue accidentellement Raymonde alors que c’est le cambrioleur qu’il visait. Des années plus tard, alors que plus personne n’entend parler de Sherlock Holmes, Arsène Lupin, lui, continue de faire des étincelles. N’ayant plus aucune raison de sortir du crime, Arsène s’est replongé dans ses mesquineries, commettant des vols toujours plus audacieux, sans personne pour l’arrêter. Alors qu’il se rend à Rouen, Arsène découvre qu’un vieil alchimiste aurait, juste avant sa mort, percé à jour le secret de la transmutation du plomb en or. Il n’en faut pas davantage à notre cambrioleur pour faire ressortir son côté gentleman et à se mettre en chasse. Mais Sherlock risque bien de ressortir du bois, pour finir ce qu’il avait commencé, à savoir mettre un terme définitif à la carrière de Lupin.

En entamant la lecture de cet album, alléché par la perspective d’un duel au sommet entre deux personnages connus pour leur roublardise et leur esprit vif, j’ai été quelque peu étonné par le parti-pris affiché, de faire de Sherlock Holmes l’antagoniste revanchard. Cette image est en effet à contre-courant du rôle habituellement attribué à Holmes, dont l’intelligence et la froide analyse engendrent souvent un détachement émotionnel.

Le voir donc aux abois, prenant en otage une vieille dame innocente pour atteindre son adversaire en vociférant, a quelque chose de déroutant. Une fois passé cet élément de caractérisation surprenant, on est pas au bout de nos surprises, puisqu’après la fameuse ellipse de quatre ans, on a de nouveau droit à des choix hasardeux de caractérisation. Je m’explique.

Page 11, Arsène s’introduit dans une demeure, expliquant qu’il est venu chercher un bien spécifique, en l’espèce un tableau de Velasquez, et assène à son fidèle acolyte « c’est mon métier de savoir ». Cette phrase, prononcée sur un ton péremptoire, est supposée nous indiquer qu’Arsène est un professionnel du cambriolage, qu’il est bien informé et qu’il ne laisse vraisemblablement rien au hasard.

Puis, sur la même page, Arsène semble surpris de constater que le tableau est un faux. Cette révélation vient annihiler l’image du cambrioleur virtuose qui maîtrise tout, puisque si c’est « son métier de savoir », comment pouvait-il ignorer qu’il lorgnait sur un tableau contrefait ?

L’exemple ne s’arrête pas là, puisqu’à la page suivante, la page 12, Arsène poursuit son exploration de la maison et décide, qu’en lot de consolation, il volera l’argenterie et les bijoux…avant de se raviser après être tombé sur une médaille militaire qui prouve que le propriétaire des lieux est un héros de guerre, ce qui lui fait changer d’avis. Là encore, le voleur qui est supposé détenir toutes les informations nécessaires à la bonne exécution de son forfait ignorait paradoxalement le statut de sa cible, et repart bredouille !

Ce genre d’éléments peut paraître anecdotique au premier abord, mais il relève malheureusement d’une erreur d’écriture qui peut, si elle se répète, nuire à la qualité de l’ensemble. Je sais toutefois que l’auteur souhaitait avant tout montrer que Lupin vole selon un code moral strict auquel il ne déroge pas, ce qui le met en opposition directe avec Holmes, qui, bien qu’il soit situé du bon côté de la loi, n’hésite pas à commettre des actes répréhensibles pour atteindre son objectif. Mais cette dichotomie pouvait être montrée autrement, sans prendre le risque de se contredire sur la caractérisation et la cohérence des personnages.

Le reste de l’album se déroule néanmoins sans encombres, et se concentre sur la dynamique familiale autour du fameux alchimiste, ainsi que sur la mascarade employée par Lupin pour parvenir à ses fins. On s’amuse d’ailleurs en même temps que lui de la crédulité du « meilleur limier de France », et l’on attend avec impatience le retour de Sherlock, qui ne semble pas avoir complètement lâché la rampe.

*****·BD·Rapidos·Service Presse

Dans la tête de Sherlock Holmes 2/2

La BD!
BD de Cyril Liéron et Benoit Dahan
Ankama (2021), 47 p., 2/2 volumes parus.

couv_432029

bsic journalism Merci aux éditions Ankama pour leur confiance.

L’affaire du ticket a mis en lumière l’enlèvement de représentants de toutes les classes sociales de la société britannique impériale. Poursuivant leur enquête, Holmes et Watson dénichent enfin un indice crucial…

Coup de coeur! (1)Il y a deux ans Liéron et Dahan marquaient un grand coup dans le paysage éditorial avec la sortie du premier tome de Dans la tête de Sherlock Holmes. Véritable album-concept, à cheval entre le livre-jeu et la BD, l’ouvrage alliait la forme (avec cette fameuse couverture trouvée reproduite dans ce second volume) et le fonds, à savoir une véritable enquête tortueuse du plus grand détective. En utilisant le visuel pour nous guider au cours de l’enquête, les auteurs produisaient un redoutable effet d’immersion du lecteur et un plaisir de lecture total!

Affaire du ticket scandaleux (L') (par Benoît Dahan et Cyril Lieron) Tome 2Reprenant immédiatement à la fin du premier volume, ce tome conclusif reprend bien évidemment la recette avec fort logiquement un peu plus d’action à l’approche de la fin et de la confrontation finale avec le gang à l’origine de l’affaire. La générosité des auteurs est tout bonnement prodigieuse et on comprend qu’il ait fallu deux ans pour réaliser cette orfèvrerie sur papier. Chaque page regorge de détails, qu’ils soient de décors ou d’éléments utiles à l’enquête. On se plait ainsi à passer du temps à savourer chaque détail, l’hypermnésie sensorielle de Sherlock le poussant à analyser et relever chaque détail de son environnement, et nous avec! Et le miracle c’est que cette foule de détails s’agencent logiquement à l’aide du dessin. Si le style un peu brute du dessin m’avait laissé un peu sur ma faim au premier volume, on apprend à apprécier le travail ciselé, la précision des détails et la charge des pages, pas un centimètre-carré étant exempt de hachures. Cela donne une atmosphère tamisée, feutrée, qui nous envoie dans le cabinet mental de Holmes et l’ambiance cosy de la Londres victorienne.

Passons sur le concept dont j’avais déj parlé pour revenir à l’intrigue qui se dévoile enfin ici. Sans spoiler, il est intéressant que les auteurs profitent de ce projet ludique pour interroger les incidences impérialistes des britanniques et le comportement brutal déjà largement décrit dans la saga Shi par exemple. Ainsi on surprend une complexité dans le propos en se demandant si tout à ses préoccupations de résoudre ses enquêtes, une morale viendrait in fine à Holmes ou si tout cela restera un simple exercice. Il est en effet plus simple d’affronter un Moriarty que des problématiques issues des injustices du Régime et la conclusion, à la forme là encore surprenante, laisse penser que les auteurs ne se contentent pas de l’exercice de style et de leur marionnette. De là à penser que le succès (inévitable!) de ce diptyque les poussera à prolonger l’exercice il n’y a qu’un pas que je franchis avec envie…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD

M.O.R.I.A.R.T.Y. #3: Le Voleur aux cent visages 1/2

La BD!

Premier tome du second cycle de la série coécrite par Jean-Pierre Pécaud et Fred Duval, avec cette fois Gess au dessin. 46 planches, parution le 24/06/20 aux éditions Delcourt. Les deux précédents tomes, intitulés Empire Mécanique relataient la précédente enquête de Sherlock Holmes, aux prises avec son ennemi juré.

Paris, ville du crime

Aux pieds de la Dame de Fer, c’est l’effervescence. En cette année 1900 se tient l’Exposition Universelle, durant laquelle les inventeurs et scientifiques de tous acabits pourront présenter leurs découvertes. Cette exposition augure un nouvel âge, celui du progrès et sa marche inexorable. Pour fêter l’occasion, plusieurs grandes nations s’affrontent lors d’une course en ballon dirigeable autour du monde, dont Paris sera l’une des étapes.

Comme à son habitude, Sherlock Holmes fait fi du tumulte, car il a ses propres plans. Embarqué incognito avec son acolyte Watson à bord du ballon britannique, il est à la poursuite d’un insaisissable voleur, qui sévit à chaque étape de la course en dérobant de précieux biens.

Mais Sherlock Holmes est sûr de lui: Paris sera le terminus pour le voleur. Certain de l’avoir identifié, le célèbre Détective de Baker Street lui tend un piège, dans lequel l’intrépide criminel finit par tomber. Cependant, le voleur est-il bien celui que l’on croit ?

J’peux pas, j’ai Freud

La véritable surprise surviendra lors de l’interrogatoire du malheureux. En effet, celui-ci semble tiraillé entre plusieurs personnalités contradictoires et indépendantes, rendant la séance d’interrogation déconcertante, et son sort, hasardeux. Cet homme pourra-t-il être jugé ou pas ? Pour éclaircir cette situation, la police française fait appel à des experts, des hommes ne craignant pas de s’aventurer dans les méandres torturés de l’esprit humain: le Professeur Charcot, et un jeune neurologue, un certain Sigmund Freud

Le jeune théoricien de l’esprit humain est formel: plusieurs entités se partagent le cerveau de cet homme. A cette heure, impossible de déterminer quelles personnalités sont responsables des vols perpétrés. Et si cet homme n’était qu’un instrument, la clef de voûte d’un projet plus grandiloquent ?

Une fois encore, Fred Duval et Jean-Pierre Pécaud nous entraînent dans une aventure bigarrée du plus célèbre Détective qui soit. Usant des éléments incontournables de l’œuvre originelle, ils ont eu la sagacité d’y mêler d’autres éléments de la littérature victorienne (Dr Jekyll dans les deux premiers volumes), ainsi qu’un environnement steampunk donnant à la série des airs de Ligue des Gentlemen Extraordinaires.

L’ajout des références se poursuit ici avec cette fois l’intervention de personnages historiques comme Sigmund Freud, le père de la psychanalyse. Son regard, controversé, sur la psyché humaine et les relations interpersonnelles, permet quelques moments savoureux, presque méta, durant lesquels il s’ingénie à analyser les rapports entre le détective et son partenaire.

Bien entendu, l’antagoniste principal reste le fil rouge de l’intrigue, et on sent bien que Holmes n’en a pas fini avec son ennemi juré, qui œuvre toujours en coulisse.

Les dessins de Gess tranchent de façon assez franche avec ceux de Stevan Subic. Là où Subic instaurait une ambiance sombre et glauque, grâce à un ancrage si lourd qu’il en altérait parfois la lisibilité, l’auteur nantais mise sur la clarté de ses planches pour symboliser une époque parisienne naïve et enjouée.

M.O.R.I.A.R.T.Y. n’a pas encore livré tous ses secrets, rendez-vous en 2021 pour en apprendre davantage !

***·BD·Jeunesse·Nouveau !·Numérique·Rapidos

Malcolm Max #1: les pilleurs de sépulture

Jeunesse

BD Peter Mennigen et Ingo Römling

Delcourt (2020), 72p., un volume paru sur quatre.

badge numeriqueLa série Malcolm Max est parue en Allemagne chez Splitter-Verlag avec quatre tomes et un spin-off

 

MALCOLM MAX 01 C1C4.indd

Étonnante série que ce Malcolm Max, premier tome d’une série allemande qui en compte  déjà  quatre et propose un personnage à la Sherlock holmes dans une atmosphère très victorienne teintée de mystères. Ce début d’enquête autour de meurtres atroces perpétrés sur des femmes dans des conditions rationnellement impossibles fait fortement penser à la série récente Les métamorphoses 1858.  L’album, très didactique sur l’époque, s’ouvre sur un rappel du contexte et une présentation du duo improbable formé par ce dandy brillant et une demi-vampire… dont on ne saisit pas bien l’utilité fantastique au terme de cette première partie. Les auteurs jouent beaucoup sur le comique des échanges entre ces Malcolm Max -1- Les pilleurs de sépulturesdeux êtres vifs à la répartie percutante et prennent le temps de bien expliquer le cheminement de l’enquête, au risque d’un petit rythme. Je disais étonnante car de par les dessins proches du cartoon (entre Bones et Clevinger) et des dialogues à la simplicité déconcertante on envisage une lecture destinée à la jeunesse… Malcolm Max peut ainsi être une bonne introduction à cette ambiance d’enquête brumeuse même si certaines idées peuvent apparaître déplacés  (le « ver libidineux » ou le récit des crimes) pour un tel public. Doté de dessins très sympathiques d’un Igo Römling passé sur l’adaptation comic de la série d’animation Star wars Rebels, l’album pèche un peu au niveau des textes un peu appuyés comme son scénario pourtant assez accrocheur faute d’une folle originalité. Au final on a un bon démarrage pour débuter dans la BD fantastique avec des personnages assez cool… ce qui ne suffira pas à accrocher des lecteurs chevronnés faute d’une idée vraiment novatrice. A noter que l’album comprend un volumineux cahier final rempli d’explications sur la réalisation de l’album.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Manga·Numérique·Rapidos

Lecture COVID: Moriarty #1

esat-west

Les sources de lectures Covid que j’ai identifié sont les suivantes (vérifier sur les sites la durée de disponibilité variable). Si vous avez un compte Iznéo, les promo sont basculées mais en vrac entre les promo payantes et les véritables gratuits). N’hésitez pas à signaler en commentaire de ce billet des liens intéressants vers d’autres éditeurs!


couv_336913

Manga de Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi
Kana (2018-), série en cours, 6 vol./11 parus en France.

badge numeriqueLes personnages et l’univers de Sherlock Holmes font parti des plus attrayants, surtout pour toutes les variations autour du canon qui fleurissent dans les imaginations des auteurs. Moriarty est l’un des plus charismatiques et mystérieux méchants de l’imaginaire collectif… il n’en fallait pas plus pour me donner envie de tester cette série qui propose d’aborder l’enfance et l’ascension de l’ennemi du locataire du 221b Baker Street… au travers du prisme des classes sociales dans l’Angleterre victorienne. Sujet ô combien omniprésent dans la culture manga, comme un rappel à l’histoire et la société si particulières de l’archipel, j’ai parfois l’impression que tous les mangas que je lis abordent cette question de façon assez frontale (par exemple Innocent, Les héros de la galaxie, Green blood,…)!

Moriarty T1 - Par Ryosuke Takeuchi et Hikaru Miyoshi - (...) - ActuaBDCe premier tome aux dessins très soignés et agréables (même si on peut les trouver un peu formatés « Anime ») décrit ainsi comment une fratrie d’orphelins se retrouve à la tête d’une famille noble, l’un d’eux utilisant sa grande intelligence et son absence de tabou pour se dresser en justicier d’une société pétrie d’injustice et de conservatismes quasi féodaux. Je reconnais que j’ai eu un peu de mal à distinguer certains personnages au début mais progressivement, à mesure que l’histoire se structure on trouve nos repères et suivons avec grand plaisir ces prémisses d’une vie de crime. Outre le fait d’aborder ainsi de front un sujet très sérieux et historique, le manga postule dès la première page (qui nous montre Moriarty et Sherlock aux chutes de Reichenbach, là ou le détective est supposé avoir trouvé la mort) une inversion des rôles, Moriarty ayant été le véritable justicier contre un enquêteur qui n’aurait fait que défendre l’ordre établi… Idée passionnante. Je ne sais à ce stade si le projet des auteurs est de confronter leur héros à Sherlock Holmes mais pour un démarrage l’album fait du très bon travail et donne envie de continuer la découverte.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

****·BD·Mercredi BD·Nouveau !

Dans la tête de Sherlock Holmes #1

BD du mercredi
BD de Cyril Liéron et Benoit Dahan
Ankama (2019), 47 p., 1 vol/2 paru.

couv_364654

mediathequeJ’adore les expérimentations formelles en BD (comme Wika ou Saccages dernièrement) et avec cet album j’ai été servi! Dès la couverture (qui est l’une des plus réussies de l’année) on a une invitation à ouvrir l’album qui est construit à la manière des livres jeunesse mêlant histoire et jeu. La tête du détective que vous voyez sur l’illustration est découpée en laissant voir l’intérieur de couverture illustré présentant la bibliothèque intérieure du héros! Le design général est un dessin à lui tout seul  et l’album se termine par un petit résumé graphique des indices glanés avant de pouvoir lire la conclusion de l’enquête dans le tome deux. Chapeau bas aux auteurs et à l’éditeur pour un objet aussi sympa qui nous mets dans des conditions idéales pour entrer dans la tête de Sherlock Holmes!

Un professeur de médecine errant en chemise de nuit dans une Londres endormie… il n’en faut pas plus pour attirer l’attention du célèbre Sherlock Holmes qui va se mettre en chasse et en réflexion pour résoudre cette nouvelle affaire qui semble impliquer une compagnie de théâtre asiatique…

Résultat de recherche d'images pour "dahan dans la tête de sherlock holmes"Je l’avais vu passer à sa sortie, entendu beaucoup de bien… mais bon. L’album est peut-être sorti sur une mauvaise période et le premier regard aux dessins ne m’avait pas attiré. Et quelle erreur, tant Dans la tête de Sherlock Holmes procure un plaisir de lecture jubilatoire en poussant le jeu du découpage très loin. Le principe avait été exploré précédemment par les auteurs mais semble ici idéalement adapté à cette enquête classique de l’habitant du 221 b Baker Street, qui se place juste après la nouvelle La ligue des rouquins. Dans des tons marron-orangé inspirant le bois et les cartes jaunies des vieux ouvrages, l’album fourmille de détails, que ce soit dans un style graphique fait de mille traits ou dans les décors proprement dits conçus pour permettre ce jeu de piste qui Résultat de recherche d'images pour "dahan dans la tête de sherlock holmes"fait de cet album un mélange entre BD et livre-jeu. Afin de permettre une grande fluidité dans la lecture et la compréhension d’une intrigue forcément complexe les auteurs ont créé littéralement un fil rouge que nous suivons et nous indique quelle zone suit quelle zone. Car avec de fréquentes doubles pages à lire dans leur ensemble, Dans la tête de Sherlock Holmes  brise totalement les cases classiques de la BD!

Le concept étant bien de suivre la mécanique du cerveau du génie, l’histoire est sommes toute linéaire puisque Sherlock parcourt étape par étape, méthodiquement rendant tout cela « élémentaire ». Dans une BD classique on se serait dit que tout est bien trop facile mais pas ici! Nous voyons donc régulièrement des indices formalisés comme document administratif que l’enquêteur monte ranger dans un tiroir de son cerveau-masure où tout est soigneusement trié, catalogué et classé. Il n’a donc plus qu’à récupérer l’information précédemment repérée pour déboucher sur la solution au problème. De la même manière, dans le champ du réel les pages sont habillées de différentes formes générales et les cases proprement dites ajoutées de zoom sur des éléments notables, comme le texte où sont soulignés en rouge les indices correspondant à l’objet visuel… On lit donc la page comme un jeu de piste, s’amusant à voir Sherlock Résultat de recherche d'images pour "dahan dans la tête de sherlock holmes"traduire avec son système mental les diarrhées verbales d’informations qui lui arrivent des témoins, où il filtre le stricte nécessaire…

Les dessins de Benoit Dahan ne sont pas les plus techniques qui soient mais montrent une passion, un plaisir à la réalisation minutieuse qui ne peut qu’être contagieux. Tout est réussi dans cet album, jusqu’au choix de l’intrigue en diptyque qui permet un cliffhanger tout à fait feuilletonesque de bon ton. Et quand on voit que la tomaison laisse envisager d’autres enquêtes sur le même modèle on ne peut que se réjouir. Dans la tête de Sherlock Holmes est l’excellente surprise de l’année, une jolie lecture rafraîchissante qui peut en outre (grâce à son système visuel) être lue assez jeune.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1