****·Comics·Nouveau !·Service Presse

The scumbag #1

image-39
Comic de Rick Remender, Lewis Larosa, Eric Powell et collectif.
Urban (2022), Image (2021), série en cours.

the-scumbag-tome-1

bsic journalismMerci aux éditions Urban pour leur fidélité.

Ernie Ray Clementine est un sac à merde… une authentique raclure de bidet, une loque droguée jusqu’au bout des ongles dont la seule philosophie (ou « pensée ») est « éclate toi ». Une facétie du destin a pourtant voulu qu’il entre en possession d’un sérum de surhomme, conçu par l’agence gouvernementale chargée de lutter contre l’organisation nazi Scorpionus. Les gardiens de la paix mondiale n’ont plus le choix: ils doivent convaincre le pire « humain » sur Terre de sauver le monde…

The Scumbag (2020-) Chapter 1 - Page 18On connaît le concept. Prenez le pire anti-héros imaginable face à une menace fasciste caricaturale, plongez cela dans beaucoup de mauvais goût, une dose de sexe, une crudité graphique et un dixième degré empli d’humour noir et vous avez une chance d’embarquer un lectorat ennuyé par le formalisme bien-pensant. Ça vous donne du Renato Jones (versant politique), du Mezkal (version cartels mexicains) ou plus loin de nous Anibal 5 par Bess et Jodo. Le problème de la recette c’est l’équilibre entre radicalité (en la matière un peut faire confiance à Rick Remender qui a construit son œuvre sur les moutons noirs de la BD, avec au choix du Seven to Eternity, du Tokyo Ghost ou du Black science…) et scénario, avec le risque majeur de voir notre connard préféré devenir un véritable héros avec happy end. Le paradoxe entre le besoin de simplicité du genre et le jusqu’au boutisme de la dirsuption.

Sur ce plan on peut être inquiet sur le déroulé du scénario qui pour faire progresser son intrigue fait progressivement pousser une conscience pour ne pas dire quelques neurones à Scumbag (je ne vais pas dire « sac à merde » à chaque paragraphe non plus!). Je vais pourtant être bon prince et reprendre l’album par le début, une ouverture magistrale, tonitruante de provocation jusqu’au-boutiste qui nous rappelle pourquoi on aime Remender: cet homme va droit au but et ne s’encombre jamais de bonne morale. Aidé par les incroyables planches de Lewis Larosa (qui a travaillé chez Valiant sur le superbe Bloodshot) dont on ne sait pas si c’est le découpage dingue ou la technique graphique qui impressionne le plus, l’auteur nous balance un gros pavé dans la gueule et l’on termine le premier chapitre avec le même sourire d’extase qu’Ernie Ray Clementine… Bien vite allié à une super-espionne fort sexy et confronté à des nazi américains qui nous rappellent le mauvais coton que filent nous cousins d’outre-atlantique depuis quelques temps, Scumbag va se normaliser lorsqu’on apprend que pour activer ses pouvoirs il doit avoir des pensées positives. Mauvaise idée et mauvais point pour Remender qui introduit ainsi une bonne morale dans son histoire de sale gosse en orientant le sens de l’histoire vers une rédemption dont on ne veut surtout pas après tout cela!The Scumbag”, l'archétype du sale type face à l'apocalypse

De façon assez injuste cette bascule arrive sur le chapitre dessiné par Eric Powell, excellent dessinateur qui semble pourtant bien peu à l’aise sur sa section. Si l’action reste omniprésente et assez fun, le dessinateur ne parvient pas à illustrer la folie du projet qui devait faire tout le piment de cette lecture. Si la suite remonte le niveau trash avec une maous orgie , on réalise progressivement que l’ensemble dépend beaucoup de l’inspiration du dessinateur. Si la qualité graphique générale est de très bonne facture, on sent une certaine timidité à assumer l’idée originale, ce que Jeff parvenait parfaitement à rendre sur ses Mezkal et Gun Crazy.

Au final un a une lecture en yo-yo qui va de l’excellent au banal. Même si l’ensemble se savoure avec plaisir, on aimerait que le second tome assure un destroy intégral plus cohérent. La brochette d’artistes annoncée sur les tomes deux et trois (avec du Bengal, Dinisio et Mobili) laisse augurer en tout cas de sacrées planches.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Nouveau !·Service Presse

Trenchfoot

Troisième numéro de 80 pages de la collection Doggybags One Shot, des éditions Ankama. Mud au scénario, Nicolas Ghisalberti au dessin, parution le 15/01/2021.

bsic journalism

Merci aux éditions Ankama pour leur confiance.

A pieds joints dans la gadoue

Habitué aux histoires délicieusement sordides, la Label 619 d’Ankama nous attend une nouvelle fois au tournant avec sa nouvelle sortie, Trenchfoot.

Trenchfoot, c’est le nom d’une sinistre bourgade Louisiane, baptisée ainsi en référence à un mal qui touchait les soldats de la Grande Guerre, dont les pieds pourrissaient littéralement à force de patauger dans les tranchées nauséabondes. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que cette contrée délaissée du bayou soit emplie d’êtres malhonnêtes, désœuvrés, et généralement vicieux.

Le vice, Sid Widow connaît. Individu peu recommandable à la trajectoire brisée, il vivote dans son patelin natal, pathétique, et coutumier de la moiteur inique dans laquelle baignent tous ses pairs. Un soir de futile privation et d’errement, Sid trouve un chien, qu’il nommera Veinard. Ce n’est bien évidemment pas la compassion qui pousse le jeune péquenaud à recueillir l’animal, mais bien l’argent qu’il pourrait se faire grâce aux combats de chiens clandestins.

Comme dans toutes les bonnes histoires de ce genre, ce choix va inexorablement entraîner une cascade d’embrouilles et de règlements de compte, dont Sid va devoir se sortir. Sa chance va néanmoins culminer lorsqu’il mettra la main sur un ticket gagnant du Méga Million, appartenant à un individu peu fréquentable.

This is a Mud’s World

Malgré la pléthore d’anti-héros qu’a offert la BD jusque là, rares sont ceux dont l’ignominie égale celle de Sid Widow. Cynique et dépourvu de qualité rédemptrice, il est de ceux qui se laissent porter par la vie tout en lui portant un regard acerbe et ingrat. Conscient de sa médiocrité, Sid navigue entre un boulot sordide et une vie vide de sens, dans un environnement crasseux qui ne fait que traduire, à la manière du Roi Pêcheur, la corruption interne de ses habitants. A moins que ce ne soit l’inverse, et que Sid ne soit en définitive que le produit de son environnement.

Pour vérifier cette assertion, il n’y a qu’à voir le désœuvrement qu’il exprime après l’acquisition de son magot: lui qui n’avait jusqu’ici aucune ambition ni aucun désir particulier, il se trouve bien incapable de savoir quoi en faire !

L’amoralité du récit, dans lequel la rétribution se fait toujours attendre, a quelque chose de jouissif et de révoltant à la fois, car les auteurs ne se posent pas en compas moral, loin de là. Au contraire, ils laissent vivre leurs personnages, poussant l’histoire jusqu’à sa suite logique en offrant un final glaçant de cynisme.

Mud et Nicolas Ghisalberti atteignent donc des sommets en mettant les deux pieds dans la fange.

***·BD·La trouvaille du vendredi·Rétro

Neuf tigres

La trouvaille+joaquim

BD Vatine et Jian Yi
Delcourt – Série B (2009), série inachevée en 1 volume.

couv_82678Sortie en 2009 dans la mythique collection Série B Delcourt lancée par Vatine et son pote Fred Blanchard, 9 tigres est dessinée par un jeune prodige d’alors, le chinois Jian Yi qui a réalisé un autre album de série inachevée (Sekushi Memory chez Paquet) et une série sur le dieu singe avec JD Morvan, le grand manitou des liaisons BD avec l’Asie. Pour les dix ans d’une série qui s’annonçait comme un carton d’action, je vous propose cette Trouvaille qui malheureusement a peu de chance de voir un prolongement. Renseignement pris auprès d’Olivier Vatine, le dessinateur ne fait plus de BD et est installé aux Etats-Unis. Le scénariste n’a pas encore récupéré les droits mais il est certain qu’étant donnée la grande proximité de style entre les deux ce dernier pourrait tout à fait reprendre le dessin de sa série…

Xiao Mei est le meilleur assassin des 9 tigres, la redoutable mafia chinoise. Au cours d’une mission elle élimine une vieille dame, sa cible… qui lui fait des révélations qui vont bouleverser son existence et l’envoyer comme l’ange vengeur qui éliminera l’organisation criminelle…

Image associéeJ’adore le label Série B! D’abord par-ce qu’il est sorti quand j’ai commencé à lire beaucoup de BD et que mes premières grosses séries suivies étaient signées Vatine, Duval, Quet, Pecqueur, Pécau, etc. Série B c’est de la SF, du Steampunk et du pop-corn avec, dans les premières années du moins, une vraie qualité graphique, un peu numérique niveau couleur, mais qui peps’! Toute une génération de scénaristes et dessinateurs ont été lancées sur ce label que j’ai depuis un peu lâché du fait de séries infinies comme les uchronies Jour J ou l’Histoire secrète. Surtout je trouve que la ligne s’est distendue avec trop de distances prises avec ce qui fait la force de ce 9 Tigres: l’action débridée, le dessin efficace en diable et une ambiance technologique.

La ressemblance entre le dessin de Jian Yi et celui de Vatine (inimitable) est frappante. Entrant de plein cœur dans l’action en une séquence d’intro reprise des pop-corn movies où ça défouraille sec, l’album nous propose une intrigue simple avec une héroïne indestructible qui va se retourner contre son employeur et devoir se sevrer des drogues de combat habituelles. L’arrivée de cette rupture est presque trop rapide, tant Vatine cherche à avancer sans temps morts.Image associée Il pose pourtant des séquences explicatives qui construisent l’intrigue mais tout ça va du reste aussi vite qu’un film de Hong-Kong, genre auquel 9 Tigres se réfère sans ciller. Si l’auteur d’Aquablue a beaucoup de bouteille en matière de mise en scène et a certainement chapeauté son disciple, c’est bien le dessin, très élégant, qui fait la force de cet album. On ne va pas se le cacher, Olivier Vatine devenant assez rare aux crayons, la série montre ce qu’il pourrait proposer à ses fans s’il sortait de sa semi-retraite.

Il y avait du potentiel dans cette BD d’action débridée avec un grand méchant esquissé et un soupçon de fantastique que l’on peut deviner. Vatine est un auteur frustrant car rare et ayant une relation compliquée avec l’édition (une génération entière reste traumatisé par son abandon d’Aquablue après un Corail Noir qui reste sans doute l’une des plus fortes BD SF de l’histoire du franco-belge). Chacun de ses travaux dispose pourtant d’une force impressionnante et l’on aimerait plus de régularité. En attendant je vous invite à profiter de cette BD folle, comme un one-shot. Plaisir des yeux, plaisir coupable.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv