*****·Comics·East & West·Nouveau !

Spider-Man: Spider-Island

esat-west

Intégrale de 296 pages, comprenant les épisodes d’Amazing Spider-Man 665 à 673, Spider-Island: Deadly Foes, et Spider-Island: Spider-Woman, parus en 2011. Troisième réédition le 08/12/2021 dans la collection Deluxe, chez Panini Comics. Au scénario, Dan Slott, au dessin, Humberto Ramos, Stefano Caselli, et Giuseppe Camuncoli.

Spider-what ?

Coup de coeur! (1)

Retour en 2011 avec une saga discrète, qui avait à l’époque été quelque peu éclipsée par des events tels que Fear Itself. Circonscrite à la série Amazing-Spider-Man, qui à l’époque sortait tout juste de la période Brand New Day et de la reprise en main subséquente par Dan Slott, Spider-Island n’en conserve pas moins le caractère épique de certains de ses concurrents éditoriaux de la même année.

Le pitch est tellement simple qu’il en devient presque ridicule: tous les habitants de New York sont atteints d’un virus qui leur confère les pouvoirs de Spider-Man ! Mais contrairement à un certain adage, qui aurait ou n’aurait pas été prononcé par un certain tonton posthume, les pouvoirs et les responsabilités ne vont pas nécessairement de pair. C’est ainsi que la pagaille s’installe promptement au sein de la Grosse Pomme, qui se transforme en capharnaüm arachnéen sous le regard impuissant de notre héros favori.

Après une mise sous quarantaine de la ville (on peut s’étonner que personne n’aie pensé au confinement à cette époque), Spider-Man et ses alliés vont tenter d’endiguer le chaos tout en recherchant un remède à l’épidémie. Pendant ce temps, de vieux adversaires trament dans l’ombre leur grand retour.

Spider-Island, pourquoi c’est bien ?

Pour commencer, le pitch de départ, qui illustre de façon plutôt amusante la dichotomie toute marvelienne du pouvoir et des responsabilités. L’auteur s’intéresse, tout au long du récit, à ce qui distingue Peter Parker du commun des mortels. En effet, la substantifique moelle du personnage de Spider-man, c’est qu’il n’est au fond que Peter Parker, un gars du Queens comme les autres. Ici, Slott prend l’iconographie arachnéenne et en fait le négatif, pour voir ce qui se passerait si finalement, Spider-Man devenait lui aussi un gars « comme les autres ».

Cela a le mérite de répondre à la fameuse question: qu’est-ce qui rend une personne spéciale ? Sont-ce ses facultés, le rôle qu’il joue au sein de la société, où bien ses intentions, ses principes directeurs ? La réponse est bien entendu toute trouvée pour notre héros, qui prouve avec brio que ce ne sont pas ses pouvoirs qui le rendent spécial, mais bien la façon dont il a décidé d’en user.

Pour accompagner cette petite morale, nous avons bien entendu droit à une donne bien généreuse d’action façon blockbuster, avec de multiples guests qui confèrent à l’event sa dimension épique. Ceux qui connaissent bien les travaux de Dan Slott reconnaitront bien entendu son goût pour la continuité et sa connaissance encyclopédique des personnages Marvel, puisqu’il est capable d’implémenter des items narratifs vieux de plusieurs décennies, qui font sens pour la plupart.

En l’espèce, Slott nous ressort une antagoniste de derrière les fagots, en l’occurrence la Spider-Queen, qui jusque-là n’avait fait qu’une brève apparition dans Spectacular Spider-Man volume 2 en 2004. C’est à elle que l’on devait la fameuse toile organique, qui avait fait son apparition dans les films de Sam Raimi et avait été plus ou moins adroitement introduite dans les comics, pour être ensuite oubliée avec une aisance déconcertante en 2008 lors de Brand New Day post-Civil War. Ce personnage de Spider-Queen n’évoquera rien aux lecteurs récents ou occasionnels, mais ce genre de pirouette est un plus indéniable pour les fans les plus affranchis, car cela créée une connivence instantanée entre l’auteur et les lecteurs.

Ce recours à d’anciens éléments de continuité n’est pas le seul, mais c’est le plus notable car il concerne la big bad de cette saga. Les dessins, assurés en grande majorité par Humberto Ramos, font partie intégrante de l’esprit de la série, puisque mine de rien, Ramos dessine régulièrement l’Araignée depuis au moins 2004. Comme quoi, c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleurs comics !

****·BD·Nouveau !·Service Presse

Mezkal

La BD!
BD de Steve D et Jef
Soleil (2022), 184p., one shot

couv_438296

bsic journalismMerci aux éditions Soleil pour leur confiance.

Vananka a ce qu’on peut appeler une vie de merde… Sang mêlé d’une Amérique mal en point, son père l’ayant abandonné voilà que sa pauvre mère calanche en lui laissant une vie de dettes sur les épaules. Il part alors sur les routes poussiéreuses du Mexique, sans but autre que de survivre. Jusqu’à ce qu’il rencontre la magnifique Leila, avec qui la vie semble vouloir prendre une tournure magnifique! Enfin, c’est sans compter sur les cartels sanglants, les flics véreux et cette chienne de vie qui ne semble pas vouloir le laisser tranquille…

Mezkal - LeVif/L'Express sur PC - FocusVifJef a passé pas mal de temps sur les routes d’Amérique en compagnie du mythique Walter Hill et du scénariste chevronné Matz. C’est peu de dire que de la bouteille il en a, des cadrages ciné il en a fait son ADN et que le pays de l’Oncle Sam il l’a dans le sang. Quand l’an dernier Glénat nous offrait le complètement dingue diptyque Gun crazy (sorti coup sur coup grâce aux reports Covid, pour une fois qu’on peut remercier ce sale virus!) on n’attendait pas un retour si rapide au pays des guns et des timbrés. Enfin je parle des Etats-Unis, je devrais plutôt dire « désert centre-américain » puisque techniquement Mezkal passe le Rio Grande et place ce road movie initiatique dans cette vaste étendue sans frontière, sans loi et sans limites qui départage Mexique et sud des Etats-Unis.

L’esprit timbré de Gun Crazy reste présent chez le dessinateur mais accompagné d’un scénariste inconnu au bataillon Jef ambitionne quelque chose de plus poussé, plus réflexif, plus profond. Car si la précédente création était un délire sous acide en pure divertissement (et quelques très « subtiles » attaques contre l’Amérique de Trump…), ici on est plutôt dans le western moderne ou le très touchant Vananka ère entre les timbrés de la police, les timbrés des cartels et globalement une race humaine qui ne mérite pas grand chose. Mais lui est en quête d’identité et de but, bien plus que de bonheur. La fuite du père le laisse vide à l’intérieur et ce n’est pas le rêve d’amour qui comblera longtemps ce trou dans le cœur.

Chez Jef ça saigne et l’action est cash avec de fréquentes saillies délirantes qui déforment ses personnages en mode Toon. Ca fait bizarre la première fois mais on s’y fait! C’est surtout terriblement efficace pour exprimer rapidement et simplement un état d’esprit ou une émotion. Côté graphique c’est plus calme que précédemment même si les eyefish et perspectives perturbées viennent environner une galerie humaine vaguement monstrueuse qui semble piochée chez David Lynch autant que chez les frères Cohen. L’album est très généreux avec son format large, et l’auteur est à l’aise dans ce film sur papier qui sait utiliser l’espace pour évoquer une guitare de blues et un vent de sable.

Ce qui démarque cet album et lui donne une âme comparativement aux délires à la Ramirez ou Valhalla ce sont des personnages que l’on a envie de voir réussir, eux qui semblent soumis à l’acharnement du sort et des salauds de tout poil qui peuplent cette terre. La mise en place douce de l’itinéraire de ce jeune demi-sang est très réussie en dressant une certaine mélancolie qui parcourt tout l’album (entre deux pétarades de moteur et de mitrailleuse). L’aspect mystique n’est pas forcé, et amené par le vieillard et le jeune frère aveugle, indiens bien sur, qui reviennent épisodiquement aider ou sauver Vananka dans son road trip. Et si l’esthétique de ces visions est toujours très plaisante, comme souvent la conclusion laisse un peu interrogatif. Difficile de conclure hors happy end un objet qui vise autant l’introspection que le délire cinoche. Chacun se fera son idée mais jusqu’à ces dernières pages Mezkal nous emporte avec très grand plaisir dans le sillage de ce voyageur solitaire, ce demi-mariachi qui mérite tant de retrouver son âme. Un des premiers chocs de cette nouvelle année.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

****·BD·Nouveau !·Service Presse

Gun Crazy #2 – Elric #4

La BD!

Aujourd’hui deux sorties récentes de chez Glénat, deux séries qui se clôturent, rapidement pour la première, après neuf ans pour la seconde! Et comme vous le savez elles ne sont pas si nombreuses les séries qui parviennent à maintenir une cohérence et une qualité de bout en bout. C’est le cas pour Gun Crazy et Elric. Allez on part entre Vegas et Melniboné pour deux virée saglantes…

bsic journalismMerci aux éditions Glénat pour leur confiance.

  • Gun crazy #2 (Steve D-jef – Glénat) – 2021, 117p., diptyque achevé.

couv_422214Le premier volume sonnait comme une superbe déclaration d’amour aux VHS pirates des années 80. Si Ramirez est la version Tony Scott luxueuse du concept, Gun Crazy est plus proche de l’univers défoncé de Michael Sanlaville et son Lastman. Maintenant que tous nos protagonistes sont à Vegas, il n’y a plus qu’à… Et en bon scénario tarantinesque ça ne se passe pas totalement comme prévu avec d’improbables incidents qui perturbent les plans biens huilés de ces anti-héros, à commencer par ce chien (le chien indiens-phobe de Chuck Norris pour rappel) redoutable et imprévisible. Jef se fait toujours autant plaisir à travailler ses planches par des couleurs baveuses délavées et autres effets eyefish qui laissent intrigués sur les optiques utilisés pour la réalisation du bidule… Après une mise en place si bien construite les personnages secondaires se retrouvent un peu relégués face à l’affrontement attendu entre Superwhite-man et les deux lesbiennes. Dans la continuité du premier tome on a de nouveau droit à un intermède publicitaire toujours aussi délirant et le tout se termine bien entendu dans des morts bien gores. Le cahier des charges était posé et on en a pour son argent pour peu que l’on accroche à ce délire graphique totalement maîtrisé bien qu’esthétiquement douteux. Une fois qu’on sait à quoi s’attendre il n’y a plus qu’à savourer cette série Z avec une bonne bière en regrettant peut-être que le « montage » ait pris le pas sur un scénario qu’on aurait pu attendre plus surprenant. Mais ne boudons pas le plaisir devant un boulot si rondement mené, maintenant qu’il est compliqué de pouvoir lire ce qu’il reste de vos vieilles K7…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1


  • Elric #4: la cité qui rêve (Blondel – Cano – Telo/Glénat) – 2021, 55p., premier cycle de 4/4 achevé

Pour l’avis sur les trois premiers tomes c’est ici.

Après les révélations du tome précédent sur le passé des Melnibonéens, Elric, plus décidé que jamais à détruire la civilisation qui l’a faite empereur et à émanciper sa belle de l’idéologie du chaos monte une expédition pour aller aux sources de son peuple, là où tout commence, là où Arioch corrompit les hommes… Le premier cycle qui se termine ici a mis huit ans à se réaliser, faisant rouler les dessinateurs de Recht à Telo, en solo sur cet opus, tout en parvenant à maintenir une relative homogénéité graphique sur les quatre volumes. Car comme tout gros projet tenu par un maître d’œuvre (je pense aux 5 terres) le travail de storyboard et de préparation graphique crée un liant important. J’avais un peu décroché sur les deux précédents tomes et je dois dire que j’ai apprécié le retour à Melniboné dont la démesure est un élément indéniable dans l’intérêt de cette adaptation par rapport à la ribambelle de BD de fantasy. La relation entre Elric, son épée et le dieu Arioch est particulièrement retorse et pathétique (littéralement) et crée un vrai intérêt bien que l’on reste toujours un peu sceptique devant cet empereur déchu d’un peuple ultra-violent devenu presque pacifique dans son adversité envers les dieux. En seulement cinquante pages l’histoire avance vite dans une construction dotée d’un prologue enchevêtré très originalement mis en scène par Blondel et Cano, où les morts seront bien sur nombreux, avant d’aborder une énième confrontation (sanglante) entre le dieu et l’albinos. Le thème du temps est abordé ici (sujet toujours passionnant) avant une attaque de l’île aux dragons un peu rapide bien que graphiquement flamboyante… Bref, on pourra principalement reprocher à cet album de ne faire que la taille d’un album normal au vu de la quantité de lieux et d’actions à entreprendre. On imagine qu’une pagination doublée aurait encore prolongé la production qui reste d’une très grande tenue en parvenant à vulgariser une œuvre classique dotée de sa personnalité propre.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

****·BD·Nouveau !·Service Presse

Gun Crazy #1

La BD!
BD de Steve D et Jef
Glénat (2021), 117p., 1 tome sur 2paru.

bsic journalismMerci aux éditions Glénat pour leur confiance.

Comme pour son grand frère Il faut flinguer Ramirez, la maquette générale de Gun Crazy, conçue comme une véritable VHS pourrave, fait partie intégrante du projet et revêt une importance égale aux dessins! Pas de contenu additionnel à proprement parler mais tout l’habillage comportant fausses pub, effets visuels vidéo et design de logos qui nous plongent résolument dans cette atmosphère que les moins de quarante ans ne peuvent pas connaître…. A noter une étrangeté: un copyright indiqué sur la page de titre en chiffres romains en… 1997! Mystère et boule de gomme…

Il y a d’abord Lanoya et Dolly, belles comme le plomb, semant la mort dans les boui-boui crasseux de l’Amérique trumpiste. John Saint-Pierre verse lui dans la punition des méchants prêtres. Le truc de Superwhiteman c’est la purge des races inférieures.  Le Sheriff Nolti enfin, se débat avec la notion de justice… Tout ce beau monde se dirige vers Vegas, cité du péché, pour une réunion… explosive!

Gun Crazy T1, bd chez Glénat de Steve D, JefDécidément, Glénat se spécialise dans le Grindhouse! A côté de la très qualitative collection éponyme (qui tirerait plutôt sur le fantastique), l’éditeur collectionne ainsi les gros albums d’auteurs désireux de se défouler dans des projets complets travaillant autant le fond que la forme. Les réjouissances avaient été lancées en 2018 par le génial Il faut flinguer Ramirez (et sa suite). Cette année on passe la quatrième avec un album plus classique mais encore plus déjanté avec le Valhala Hotel de Perna et Bedouel chez Comixburo (distribué par Glénat) qui nous amène à ce Gun crazy. A noter que les deux derniers ont été conçus en one-shot et voient leurs deux volumes sortir à quelques mois d’écart. Et pour le coup on  ne reprochera pas un coup commercial à l’éditeur puisque le découpage correspond totalement au concept cinoche.

Si vous avez déjà lu l’un ou l’autre de ces albums (sinon il faut vous dépêcher sous peine d’être blacklisté de ce blog!) vous connaissez la formule: des filles (lesbiennes si possible), des flingues (des gros et en grand nombre), des chicanos/nazis/rednecks au choix, une grosse dose d’humour troisième degré matinée de gore et d’explosions thermonucléaires (dans ces univers issu du ciné B la moindre balle provoque une déflagration de 15 pétajoules minimum) et une grosse louche de mauvais goût tendant vers l’immoral… Ramirez est plutôt l’option luxueuse. Valhalla se rapproche de ce Gun Crazy en plus graphique (Bedouel est quad-même un sacré morceau niveau dessin!) dans un esprit débile/tordu. L’album qui nous intéresse va également chercher son inspiration dans le monument du Z: le mythique Shaolin Cowboy. Bon, maintenant que je vous ai assommé sous les références, est-ce que c’est bien?

Gun Crazy (tome 1) - (Jef / Steve D) - Policier-Thriller [LEGEND BD, une  librairie du réseau Canal BD]Oui et sacrément! Si le scénariste est inconnu, le dessinateur Jef, autodidacte, est de l’école artisanale lorgnant vers les années quatre-vingt. Il a faut ses classes en compagnie de Matz sur des adaptations de polars de Walter Hill (déjà du cinéma…). S’il ne coure pas dans la même catégorie que ses comparses Pétrimaux, Darrow et Bedouel, il s’en sort sacrément bien notamment en matière de mise en scène sur une colo tradi un peu old school. Pas forcément ma tasse de thé au départ mais l’ambiance générale colle parfaitement avec le style recherché, vieillot, usé comme une vieille VHS pleine de grain. Si Petrimaux usait déjà allègrement de fausses pub et background divers pour renforcer l’immersion, Jef va plus loin en « montant » son album avec intermède débilissimes de speakerine alanguie et générique où l’on entend presque le vieux rock redneck. L’histoire? Pas franchement importante puisqu’elle est plutôt un prétexte pour faire se rencontrer une galerie de personnages qui font tout le sel de l’album. Si on reste un poil sur notre faim en matière de pétarades, les protagonistes sont eux diablement foutraques avec une pointe d’actualité puisque si les auteurs clament en introduction leur amour pour le Nouvel Hollywood, ils parlent aussi de l’Amérique trumpiste (là on tire vers le Shaolin Cowboy) avec sa bigoterie, sa sous-culture sudiste et ce superwhiteman et au chapeau de KKK et sa moustache adolfienne… terrible!

Bien sur c’est un genre vaguement déviant qu’on a le droit de ne pas aimer. Mais l’emballage général respire tellement l’amour du projet qu’on savoure tout le long ce triple-album cinémascope qui n’a jamais été si proche du vrai cinéma. Ce n’est pas (plus) original, mais il n’y a pas tromperie sur la marchandise et perso, moi j’adore!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

****·BD·Nouveau !

Il faut flinguer Ramirez, Acte II

La BD!
BD de Nicolas Petrimeaux
Glénat (2020), 144 p.

Bon, si vous avez lu le premier Acte vous savez qu’il n’est pas besoin de détailler l’édition, c’est gavé de trucs et de machins, Petrimaux utilise jusqu’au dernier millimètre disponible de page (sans parler des fausses pub et publications) et est allé jusqu’à créer une bande originale (chanson country très sympa!) accessible comme le résumé et I et la bande annonce du II sur le site web bien fourni. Dans le genre généreux difficile de faire mieux. A noter une superbe édition Canal BD dont il ne doit plus rester d’exemplaires à l’heure qu’il est…

[Attention spoilers du Tome 1]

couv_405500

Ramon est énervé. Très énervé. Ramirez lui a filé sous le nez en faisant exploser la moitié de Falcon city. Alors que le vendeur d’aspirateur se demande encore dans quelle galère il est embarqué, les deux plus sexy braqueuses d’Arizona reprennent la route avec leur butin, le Vacumizer2000 et son protecteur avec dans son sillage un assassin bien résolu à laisser une trace de sang jusqu’au Mexique…

Il faut flinguer Ramirez, acte II, c'est de la dynamique ! - Le blog de  Bulles de MantesJ’ai déjà parlé du syndrome des tomes deux. Ils n’ont plus l’effet de surprise pour eux et la qualité de leur prédécesseurs les oblige à aller plus loin, plus fort. Après Luminary et Curse of the White knight, suites de deux des meilleurs albums de l’an dernier, arrive enfin le chouchou des lecteurs, la suite de l’album qui a dynamité les ventes BD 2018…

La première réussite de Petrimaux est d’avoir réussi à maintenir un suspens malgré la révélation  de la chute précédente. L’ouvrage s’ouvre sur un prologue qui confirme ce que l’on avait cru comprendre il y a deux ans avec le père de Jacques, ce fameux Sicario que tous les cartels craignent. Le truc éventé on risquait de revenir à une classique chasse à l’homme. Or l’auteur, grâce au mutisme de son héros notamment, maintient un certain mystère autour du fameux aspirateur (on est en plein dans « l’effet mallette » de Pulp Fiction) mais surtout relance le juke-box avec une nouvelle intrigue très bien sentie et levée par l’enquête policière autour de l’explosion du siège de Robotop. Dans toute intrigue c’est le mystère qui tient en haleine et Nicolas Petrimaux joue les équilibristes en faisant (beaucoup) parler la poudre au risque de banaliser son intrigue. Sur ce point il s’en sort pas trop mal. Jamais on ne s’ennuie au long des cent-quarante pages, hormis peut-être sur quelques rédactionnels où il s’éclate mais qui sont un peu appuyés maintenant qu’on a l’habitude. Les fausses pub sont bien plus efficaces pour insérer des éléments du background et à moins que comme l’auteur vous soyez des maniaques du détail il n’est pas forcément utile de lire tous ces à-côtés.Il Faut Flinguer Ramirez (Édition Collector CANAL BD) - (Nicolas Petrimaux)  - Policier-Thriller [CANAL-BD]

Cet Acte II est beaucoup plus tonique, action, explosif que le précédent, au risque de masquer un petit sur-place de l’intrigue. Il vaut sans doute mieux freiner un peu pour arriver à la bonne vitesse à l’Acte III (surtout que Petrimaux indique dans les interviews être arrivé carbonisé au bouclage de ce gros volume). Du coup ce sont la mise en scène, toujours impériale, et les relations entre les personnages qui compensent (sans difficulté). Le rythme des dialogues est toujours aussi jouissif et les scènes d’action (qui finissent à peu près toutes dans une explosion de napalm…) nous transportent dans un Hong-Kong movie sans compromis. L’habillage reste génial comme attendu et participe grandement à la qualité générale du projet. Je dirais que les dialogues à la con marquent un peu le pas en s’éloignant du Tarantino pour aller flirter avec du Robert Rodriguez.  Si tout cela reste proche du n’importe quoi qu’on aime tant l’auteur oublie un peu l’humour qui se concentre sur les pub parfois assez lourdingues et revient au sérieux de l’action débridée…

Comme dit en préambule, le tome deux est le plus dur et on est plus durs avec le tome deux… Mais l’essentiel est là: on s’éclate comme des petits fous devant ce blockbuster et la passion de Nicolas Petrimaux reste absolument communicative! Les goodies compensent avantageusement cette normalisation et comme le lecteur normal se pose rarement la question tordue des chroniqueurs BD de savoir si ce tome-ci est mieux ou moins bien que celui-là, on attend toujours impatiemment la conclusion (forcément explosive) de cette trilogie comme nulle autre pareille qui aura réussi le pari de réhabiliter les moustaches et de montrer qu’un muet peut être le héros d’un polar bavard. Sur ce, moi je vais aller me jeter un p’tit M.B.U 860…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Comics·Nouveau !·Service Presse

Kong Crew #2 (comic)

esat-west
Comic de Eric Herenguel
Caurette Editions (2019), 56 p., anglais.

bsic journalismMerci aux éditions Caurette pour cette découverte.

eric-herenguel-the-kong-crew-ep-2

J’ai publié en fin d’année dernière une chronique du projet et du premier volume pour mon partenariat avec le site de comics Superpouvoirs. Ce deuxième épisode complète ce qui sera le premier volume au format BD classique et qui sortira en couleurs et en français en fin d’année chez Ankama. La série est prévue en six parties, soit trois volumes franco-belges. Caurette est un éditeur français spécialisé dans l’édition d’ouvrages du prodige Kim-jung Gi et de art-book vers le monde anglophone, ce qui explique cette édition étrange au format comics et an anglais d’une BD française. Dans l’esprit on reste bien dans du comic pulp, Eric Herenguel partageant avec Nicolas Petrimaux l’envie de développer un objet et un univers global. L’épisode comprend une préface de l’auteur, la BD (qui reprend la pagination à la suite du précédent), une pub de l’éditeur pour les  bouquins sur Kim-jung Gi et l’annonce de l’édition luxe n&b à sortir chez Caurette en fin d’année.

Manhattan est un no-man’s land, une terre rendue à une nature inextricable que seule peut survoler l’escadrille de pilotes Kong Crew. Kong? Oui, car après l’évasion du singe géant Kong et son combat sur l’Empire State building la population de la presqu’île a dû être évacuée. Depuis on ne sait presque rien. Pourtant, deux explorateurs ont décidé de pénétrer la zone interdite alors qu’un des pilotes de la Kong Crew s’écrase au milieu des immeubles et va découvrir un univers au-delà de l’entendement…

L’image contient peut-être : 1 personneThe Kong Crew c’est une grosse envie de Pulp d’Eric Herenguel, un hommage aux BD d’aventure des années 50, remplies de dinosaures, d’aventuriers et de beaux engins chromés. Sur ce plan c’est une vraie réussite, l’auteur se régalant à nous proposer une galerie de personnages tous archétypaux et de scènes épiques. Le premier volume présentait les protagonistes et le contexte avant de lancer directement l’action. Le second pourra sembler piétiner un peu du fait de ce découpage artificiel et cet effet sera sans doute atténué à la lecture de l’album complet. Étrangement le personnage principal est relativement absent, l’épisode faisant la part belle aux deux explorateurs bavards qui vont visiter les tunnels de New-York et découvrir la présence de redoutables dinosaures. Ce sont eux qui apportent le plus d’aventure et de mystère à cette histoire, avec cette flore qui se développe à une vitesse prodigieuse et leur confrontation avec ces étranges soldats équipés de lance-flamme…

De Kong on parle finalement peu également après l’attaque très brutale du premier épisode qui a fait s’écraser le héros. En revanche Herenguel nous propose ici de vraies visions fantastiques, en seulement quelques cases il parvient à instaurer une atmosphère totalement fantasmée, des images délurées sorties de l’imaginaire d’un dessinateur qui se fait plaisir. Le risque est toujours grand qu’une vision ne suffise pas à produire une histoire. La structure d’une BD en deux tomes est d’en garder trop sous le coude. C’est un peu le cas ici et hormis quelques révélations courtes et quelques planches à la très forte évocation visuelle (dont l’incroyable page 50!) on garde une envie d’action grand format, de Kong, de mitraille et d’avions hurlant. Eric Herenguel applique le principe « Alien » (montrer le moins pour monter en tension) comme celui de Hitchcock (meilleur est le méchant meilleur est l’histoire). Cela doit produire son effet sur l’ensemble de l’histoire.

La lecture reste fluide et a ses moments de bravoure, ainsi que la révélation d’une méchante très réussie. La seconde partie d’une histoire en quatre est toujours compliquée en ce qu’elle nous fait attendre la suite. On peut dire que la frustration est atteinte et que l’on a encore plus envie d’en savoir sur ces mystères qui ne sont qu’effleurés en 54 planches. Et de gager qu’il y aura sans doute de quoi développer une série au-delà des deux albums prévus si le succès est au rendez-vous.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

 

****·Cinéma·Comics·Nouveau !

Visionnage: Les indestructibles 2

Film de Brad Bird
(2018) 1h58.

Résultat de recherche d'images pour "les indestructibles 2"Les Indestructibles premier du nom est encore très présent dans ma mémoire (et pas que la mienne visiblement), comme l’un des tous meilleurs films de super-héros de l’histoire avec Incassable et Watchmen. L’esthétique rétro, l’humour Pixar toujours aussi efficace, le scénario à la James Bond,… étaient un concentré de bonnes références re-digérées idéalement en un film joli, marrant et plein d’action. Et l’intrigue classique des films de super-héros (la loi interdisant leur activité, sujet vu dans Watchmen ou X-men) le rattachait pleinement à la lignée des comic-books.

On savait qu’un second épisode était prévu et malgré l’impatience, la durée de l’attente était un gage que ce numéro 2 ne sortirait pas pour des raisons commerciales mais par envie réelle du réalisateur Brad Bird, l’un des plus talentueux artistes de Pixar (déjà à l’origine d’une revisitation du mythe de King-Kong avec son Géant de Fer, considéré comme l’un des meilleurs dessins-animés jamais produits). Le rachat de la boite par Disney entre temps pouvait faire craindre une contamination de bien-pensance. Qu’en est-il?

Alors que la famille Parr voit la disparition du programme de réinsertion des super-héros, un étrange mécène propose de les embauches pour réhabiliter le rôle des héros dans la société. Ce sera Elastigirl qui fera le test en se lançant à la poursuite de l’Hypnotiseur…

Résultat de recherche d'images pour "les indestructibles 2"Et bien personnellement j’ai passé un excellent moment avec la famille indestructible! Le principal manque est celui de la nouveauté. C’était inévitable mais du coup on est forcément en terrain connu, surtout pour ceux qui ont vu le court-métrage sur Jack-Jack et ses pouvoirs, qui coupe un peu le principal apport de ce film. Le bébé apparaît en effet un peu comme le Scrat de l’Age de glace, focalisant les meilleurs séquences sur ses capacités. Mais contrairement au film givré tout le métrage ne repose pas que sur ces moments et c’est tant mieux.

Le film débute immédiatement après la fin du premier, c’est du coup un peu perturbant de se remettre dans le bain après quatorze ans d’attente et je conseille vivement de se revoir le premier épisode avant (bien que ce ne soit pas indispensable, mais ça aide à se rappeler le contexte). Le film voit le retour de Frozone, Edna et des voix françaises particulièrement réussies. Les séquences d’action sont nombreuses mais ce sont bien les problèmes de famille qui restent dans les mémoires en tirant sur les zygomatiques. Les affres de la garde d’un super-bébé, le combat contre le raton-laveur, les conséquences de l’effacement de mémoire sur la vie sentimentale de Violette sont autant de moments qui nous rappellent la force de cette franchise et de tout bon film de super-héros: les éléments de la vie quotidienne pour des personnes anormales…

Résultat de recherche d'images pour "les indestructibles 2"La brochette de nouveaux héros est dotée de pouvoirs très originaux et l’équipe du film s’éclate à créer des situations tordantes à partir de ces pouvoirs. Visuellement j’ai été un peu déçu par rapport au premier. Le design général est très proche mais le cadre plutôt nocturne et urbain ne permet pas le dynamisme que comportait ne premier film avec la maison d’Edna, l’ile secrète ou le look rétro de la maison Parr.

Malgré ces très petits bémols, Les indestructibles 2 est largement à la hauteur du premier et on hésite à vouloir une nouvelle suite tant il sera difficile de proposer un scénario qui bouleverse réellement l’intrigue et le risque de tomber dans la redondance.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Comics·East & West·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Nick Fury

East and westComic de James Robinson et ACO
Panini (2017)/Marvel (2017), one shot 121p.
couv_329233

Le site Comics blog est un peu l’entonnoir de l’univers du comics, tout y passe et cela permet de dénicher des pépites dont personne ne parle. Ainsi je suis tombé sur cet objet improbable, sorte de croisement entre James-Bond époque Casino Royal, Avengers (non, l’autre, celui avec un chapeau melon et des bottes de cuir…), et le Batman avec Adam West…

Nick Fury jr. est le meilleur agent du SHIELD. Au cours de 6 missions il va œuvrer, toujours avec classe,  à faire échouer les plans machiavélique de Hydra…

Attention, cet album titille la rétine et si vous êtes gothique dans l’âme, foncez lire (l’excellent) Black Monday Murders à la place… Cette petite récréation n’a d’autre ambition que de nous plonger dans un univers cool, manichéen, flashy et pop, un retour dans les histoires d’espionnage très Pop des années soixante sur fond de vert pomme et de rose fuchsia. Résultat de recherche d'images pour "nick fury aco"Nick Fury est un super espion imbattable, jamais surpris, qui a toujours un coup d’avance sur les terroristes d’Hydra et ses assassins mortels. Les histoires n’ont aucune espèce d’importance et tiennent sur un timbre poste avec une linéarité qui laisse un sourire aux lèvres devant tant d’improbable. Dans cet univers là on va en mission scaphandre combattre des exosquelettes sur la Lune ou on utilise une technologie du SHIELD pour respirer dans les abysses d’Atlantide… Fury a des gadgets super cool, un costume trois pièces d’une élégance folle et prends le temps de flirter en buvant un martini dans un train rempli d’assassins.

Vous l’aurez compris, l’histoire et les scènes donnent un côté très sympathique au projet… mais c’est bien le graphisme et la mise en scène qui dépotent et sont d’une originalité folle. Résultat de recherche d'images pour "nick fury aco"Contre toute attente l’amoncellement de couleurs criardes est terriblement classe et l’artiste ACO joue sans aucune retenue à découper ses cases en jouant sur des formes psychédéliques. L’essentiel de l’album se présente en successions de doubles pages, qui permettent un grand format et des insertions de cases en forme de rond, d’étoiles ou que sais-je. Il y en a de partout, ça fait « sheba, paw, plop, wizzz » et tout cela est fort agréable, comme un générique de James Bond en grand format. Alors bien sur certaines missions sont un peu trop artificielles et on aurait pu attendre un semblant d’ambition scénaristique en introduisant une continuité sur le personnage, mais finalement ne préfère t’on pas toujours une série B assumée à quelque chose qui tente de paraître crédible?

Résultat de recherche d'images pour "nick fury aco"

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

*****·BD·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Il faut flinguer Ramirez

BD de Nicolas Petrimeaux
Glénat (2018), 144 p.

9782344011881-l

Après Zombies nechrologies (que j’ai du coup très très envie de lire), l’artiste lyonnais Nicolas Petrimaux qui a bossé notamment sur le jeu vidéo Dishonored mets tout son talent pour un ride échevelé dans les films policiers des années 80′, une lecture béate, sourire aux lèvres où vous passerez dix minutes sur chaque planches à admirer les couleurs flamboyantes, la minutie des arrières-plans et la précision des cadrages. Il faut flinguer Ramirez est une très grosse claque BD. Ce n’est que l’Acte I. Et c’est le premier album solo du bonhomme…

Arizona, années 1980, la société Robotop s’apprête à lancer en grandes pompes le dernier né de ses aspirateurs. Jacques Ramirez est la star du SAV de Robotop et surtout un adorable bonhomme muet au regard de cocker, adoré de tous. Mais lorsque deux truands croient reconnaître en Ramirez l’assassin d’élite utilisé par les cartels mexicains, un engrenage se mets en place. La paisible cité va passer des heures explosives…

Résultat de recherche d'images pour

Il faut flinguer Ramirez est un album-concept. Un projet intégral où l’auteur s’est impliqué de la typo du titre au texte final en passant par l’habillage (des fausses pub et des transitions de chapitres en mode « XL »). Seule manque une bande originale Funk-jazzy pour que l’on se retrouve dans un film. Car dès le début Petrimaux annonce la couleur: « dessiné en mis en scène par…« . Oui, il s’agit de mise en scène et non d’un simple scénario, c’est dit, assumé et totalement confirmé au long de ces 144 pages qui passent bien trop vite. J’avais eu un peu la même impression avec le Shangri-la de Bablet sur lequel on sentait l’investissement total d’un auteur. Ici aussi, dès la couverture on sent que l’on va avoir quelque chose de spécial. On est clairement dans l’affiche de cinoche B des années 70-80. Petrimaux se réclame de Tarantino et d’Edgard Wright et cela se sent (en un peu moins déglingue que chez Tarantino); tout respire le cinéma, est inspiré par le cinéma.

Le travail de colorisation en premier lieu est ce qui marque le plus. Il ne s’agit pas seulement de couleurs vives, l’auteur utilise des filtres pour salir ses images, donner une ambiance de vieille pellicule. Les planches m’ont beaucoup rappelé le formidable Tokyo Ghost de Sean Murphy, tant dans la colorisation très spéciale que dans le trait à la fois fruste et extrêmement précis. Petrimaux marque même un point sur son confrère américain par un encrage fort qui permet de contraster entre premiers plans très noirs et arrières-plans fins et extrêmement précis. Rares sont les auteurs à ne délaisser ainsi aucun plans de leurs images (Petrimaux annonce avoir passé 1 an à préparer et un an à monter l’album), ce qui montre l’investissement et la conviction mise dans le projet.

Résultat de recherche d'images pour

Ensuite la mise en scène donc… Le travail de découpage et le choix des plans est sidérante de réflexion et de pertinence. C’est la première fois que je passe autant de temps à zieuter une page montrant des employés en cravate dans une usine d’aspirateurs… La dynamique des cases (comme ce panache de fumée qui s’envole et nous hypnotise) montre un réel talent, jouant comme rarement sur les différents plans, enchaînements de cases et fil de textes. Pas un plan n’est standard, tout est pensé et sert la mise en scène donc. Totalement bluffant.Résultat de recherche d'images pour

Niveau ambiance, on est dans le rétro à fond, à base de lesbiennes braqueuses de banque, de gangsters mexicains semi-débiles et d’une Amérique reaganienne triomphante que l’auteur se fait un plaisir de dynamiter en remplissant son histoire et ses dialogues d’un venin savoureux (amoureux de Lupano vous allez être servis!). L’immersion est totale et même si l’on n’aime pas l’esthétique années 80 (c’est mon cas) la qualité du boulot est telle que cela ne pose aucun problème.Résultat de recherche d'images pour

Étonnamment il n’y a pas tant d’action que cela dans « Ramirez » car Petrimaux sait jouer sur les rythmes, donner envie, faire monter la tension et l’attente en nous en donnant juste ce qu’il faut pour repartir sans tout balancer. Le plus gros risque avec un album de ce type c’est que l’attente et l’envie sont tels qu’il ne faudra pas se louper sur la suite (série prévue en 3 Actes)…

A mesure que je m’enflamme je m’aperçois que ma chronique est finalement assez dérisoire: à un moment il ne reste plus qu’à plonger dans les aventures de Jacques Ramirez et à savourer (avec une musique Funk genre Isaac Hays et une bière!). Vivez ce chef d’œuvre de la BD, un incontournable pour tout amateur de BD et de cinéma. Cela fait très longtemps que je n’ai pas ainsi « vécu » une BD. Merci l’artiste!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

***·BD·Nouveau !·Service Presse

Klon

BD de Corrado Mastantuono
Mosquito (2018), 126p.

bsic journalismMerci aux éditions Mosquito pour cette découverte.

couv_319963Le sympa envoi de l’éditeur Mosquito, grand défricheur des talents graphiques italiens et d’ailleurs, me permet de découvrir l’artiste Corrado Mastantuono, dont la couverture de l’album Klon est particulièrement réussie: énigmatique, dynamique et colorée. Il a publié récemment en France la série fantasy Elias le Maudit qui a plutôt de bonnes critiques et préalablement des albums de genre proches de la BD américaine des années 50.

Son style est assez classique et j’avoue que si les couleurs de l’album sont très sympa, les images que l’on peut voir de ses autres séries, notamment western et polar montrent que c’est probablement en noir et blanc qu’il faut apprécier son talent. Le design général de l’album (qui est de la SF dystopique) est plutôt rétro, rappelant les BD SF des années 70-80, avec un petit côté Gillon/Moebius/Manara: une simplicité du trait, une certaine statique des mouvements en même temps qu’une grande précision anatomique et d’occupation de l’espace. Mastantuono a commencé dans l’animation et a travaillé chez Disney, et cela se voit dans cette maîtrise générale des cases.

Résultat de recherche d'images pour "mastantuono klon"Dans un futur proche, les multinationales imposent leurs vues de gré ou de force aux gouvernements. Le ministre de la santé italien est pourtant un incorruptible. Chargé d’installer un nouveau système de sécurité imparable au ministère, l’anarchiste punk Rocco Basile assiste à une tentative d’assassinat et devient la cible d’une officine qui le pourchasse sans relâche. Mais pour ce nihiliste passablement shooté, la réalité n’est pas ce qu’elle semble être…

L’intrigue de Klon est un peu perturbante par sa linéarité et par les effets de brouille que provoquent les sauts de réalité: le lecteur, comme le personnage, ne sait pas tout au long de l’album à quel saint se vouer, ce qui est réel et ce qui est rêvé, le pourquoi de cette fuite sans fin… L’histoire est très directement issue de l’univers de Philip K. Dick, teintée du pessimisme politique italien d’une société gangrenée par la corruption, l’affairisme et les mafia. C’est donc bien une BD d’une grande originalité que nous propose Mosquito, à la fois par ses thèmes et par son dessinateur, à peu près inconnu de ce côté ci des Alpes. Image associéeIl plane une drôle d’atmosphère dans cet album qui débute par un long monologue du personnage principal commentant la société et ses contemporains tel un sage que les drogues auraient rendu extralucide. L’auteur affuble son héros d’une coiffure digne de Ziggy Stardust, d’un cache poussière sorti d’un Sergio Leone et de cernes qui ne le rendent pas franchement sympathique… Surtout, sa passivité chronique en font plus un témoin d’une machination infernale qu’un crack de l’informatique qu’il est censé être. Comme souvent dans les histoires conspirationnistes le scénario malmène ses marionnettes et son lecteur avec. C’est un peu frustrant car si des coups de théâtre surviennent dans cette course effrénée de 130 pages, ils ne reposent jamais sur des décisions du héros. Finalement cela correspond bien à la psychologie du personnage, extérieur à son environnement et à son existence, c’est cohérent avec l’intrigue, mais je trouve qu’il manque une petite étincelle pour véritablement immerger le lecteur.  La chute de l’histoire est néanmoins bien menée et terriblement cynique.

Graphiquement Mastantuono maîtrise sa partition et le style du dessin respire une certaine classe. J’ai eu un peu de mal néanmoins avec le design général de ce futur qui fait un peu daté. C’est une histoire de goût, là encore on sort des styles hyper-technologiques courants dans la BD de SF pour une apparence Old-school vue chez Moebius par exemple (j’ai retrouvé quelques ambiances de la regrettée série L’histoire de Siloé de Servain et Letendre).

Résultat de recherche d'images pour "mastantuono klon"Au final nous avons une bonne histoire de SF paranoïaque assez classique qui permet de découvrir le travail d’un auteur au grand potentiel. Ce n’est pas la BD de la décennie mais un travail honnête pour des lecteurs curieux de découvrir la BD italienne.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1