Comics·East & West·Manga·Nouveau !·Rapidos

Sushi et Baggles #5

esat-west

Lazarus #5:

Couverture de Lazarus -5- Génocide programméL’intervention de Forever dans la guerre a été décisive mais a entraîné son incapacité à être déployée sur d’autres opérations et surtout a provoqué une rupture psychologique suite à l’arrêt des prises des drogues qui la conditionnaient. Alors que Johanna dirige les opérations d’une main de fer, l’équilibre entre les familles est bouleversé par la destruction de certaines et l’utilisation des lazares des alliés de Carlyle dans la guerre.

On sent qu’un cycle s’achève et que la nouvelles situation mise en place au cours de ces cinq volumes permettra de développer la suite avec des personnages plus stables. Ce que je reprochais en début de série est donc partiellement résolu et ce monde en guerre est plus passionnant que jamais avec des interactions inter et intra familiales, le chaos psychologique du personnage principal et cette SF d’anticipation tout à fait géniale. Le parallèle avec Game of Thrones est plus pertinent que jamais, ces séries incarnant notre époque au pessimiste très ancré. La suite mettra-t’elle un peu de légèreté dans l’intrigue? Rien n’est moins sur vue la conclusion barbare de ce tome…

 

Ajin #12:

Ajin : Semi-Humain -12- Tome 12Ajin est définitivement l’héritier de la série mythique Akira (et publié chez le même éditeur au japon comme en France). Les influences sont nombreuses tant dans le dessin de Gamon Sakuraï, d’une précision et d’une nervosité directement issues du dessin d’Otomo que dans les thématiques et la vision très moderne d’un conflit géopolitique faisant du Japon le centre d’une crise majeure. Ce qui fait la puissance d’Ajin c’est sa radicalité, son ambition: Sakuraï dépeint rien de moins que la plus grosse attaque terroriste de l’histoire, une véritable guerre intérieure menée par l’un des méchants les plus réussis de l’histoire de la BD en la personne de Sato qui vise à bouleverser les relations entre humains et Ajin (thème des X-men…). Ce machiavélique bonhomme semble inarrêtable et l’auteur rivalise d’ingéniosité en exploitant la rupture scientifique apportée par l’apparition des Ajin pour livrer des séquences d’action et de suspens rarement vues en BD! Chaque tome s’enchaîne à une vitesse frustrante en étant autant un plaisir visuel que cérébral. Ce douzième volume (la publication française suit de très près la publication japonaise) poursuit la sidérante attaque de la base militaire par Sato et l’on jubile à chaque action de ce génie du crime. L’intrigue avance peu mais quel plaisir! Ajin est une série obligatoire pour tout amateur de Manga, tout simplement.

 

Eternity:

couv_eternity_rgb-1-600x923

La trilogie Divinity était un objet scénaristique fascinant, plaçant dans un cadre classique de superhéros et de création d’une mythologie des thématiques passionnantes que sont la création (du scénariste, du Divinity), le livre, le temps. Eternity, qui est la suite directe, propose une prolongation et une ouverture: aux confins de l’univers, l’Observateur gardien de l’équilibre du temps a été assassiné. L’univers court à sa perte. Dans le même temps l’enfant de Divinity et Myshka a été enlevé, obligeant le couple divin à se lancer à sa poursuite, découvrant des mondes colorés aux lois nouvelles, aux gardiens les questionnant sur leur rôle et leurs pouvoirs infinis. Si Divinity abordait la question du temps et des réalités, dans Eternity les auteurs se font plaisir à développer des mondes fantasmagoriques permettant une liberté créative totale (avec quelques idées un peu old school tout de même…), tout en restant au service d’une idée maîtresse exigeante. Il achève la réflexion lancée précédemment, sur la création (l’enfant, déjà), sur la liberté de l’individu dans un univers codifié et réglementé (l’observateur) et sur le rôle de la lecture dans l’imaginaire d’Abram, le héros divin, sage, que seul sa conscience et son imagination (son enfance passée dans les livres de science fiction comme écho au scénariste Matt Kindt) permettent d’orienter sur un chemin vertueux ou mortel.

Eternity est un magnifique album one-shot, introduit par un superbe prologue de Renato Guedes (vu sur X-O  Manowar #2) permettant de se dispenser de la lecture de Divinity, puis dessiné par l’excellent et très organique Trevor Hairsine. Un ouvrage à part, intelligent qui fait s’interroger sur l’idée de création artistique.

Publicités
BD

Brane Zéro

Mathieu Thonon
Akileos (2014-2015), 2 volumes (série finie).

67262

Présenté en deux volumes de 78 et 114 pages  (soit une histoire de 200 pages pour un premier album, excusez du peu!), Brane Zéro illustre la politique du jeune éditeur Akileos de donner leur chance à de jeunes auteurs pour partie autodidactes, dans des formats adaptés à leurs désirs créatifs (comme le format comics des ouvrages de Ronan Toulhoat). La maquette est remarquablement efficace avec l’utilisation du logo (essentiel dans l’histoire) qui nous fait immanquablement penser à la référence majeure de Thonon : Akira. Une couverture tout a fait réussie, élégante et une continuité graphique entre les deux volumes (si l’on excepte un léger décalage de taille de caractère du texte de la quatrième entre les deux tomes… mais l’on est là dans le chipotage).

Brane zéro est un récit de SF « quantique », c’est à dire assez pointu en ce qu’il traite à la fois du voyage dans le temps et du principe du Multivers. Pour résumer sans déflorer une intrigue très bien ficelée malgré sa complexité, deux espaces-temps rentrent en résonance, mettant en danger notre réalité. Des personnages vont être envoyés dans l’autre dimension afin de trouver la source du problème, dimension où d’étranges créatures, les Langoliers, absorbent la couleur…

86126Il est peu de dire que le premier tour de force de l’auteur (aux dessins et au scénario!) est d’avoir construit une histoire s’inscrivant dans les concepts de la théorie des cordes, sans perdre le lecteur et en parvenant à retomber sur ses pieds. Très clairement, si Denis Bajram fait figure depuis des années et la sortie de la première Universal War de père de la BD SF, l’ouvrage de Mathieu Thonon peut aisément être comparé à son aîné dans sa construction et son originalité. Il est d’ailleurs dommage qu’il ne bénéficie pas du même succès que Block 109 (même éditeur), qui revêtait à sa sortie les mêmes qualités et les mêmes attentes: un scénario presque parfait sur des dessins très prometteurs mais en devenir. Je dirais à titre personnel que la technique de Thonon surpasse même celle de Toulhoat lorsqu’il commençait. Les pages de ville en ruine et certains plans fulgurants sont véritablement saisissants. A la première lecture la comparaison avec l’œuvre majeure de Katsuhiro Otomo (Akira) fait ressortir les défauts (ou la progression) des dessins. Mais il est injuste de comparer le premier ouvrage d’un auteur autodidacte et un monument de la BD mondiale… Cela illustre seulement le fait que Mathieu Thonon devra à l’avenir s’émanciper de son illustre modèle pour faire fleurir son talent comme il le mérite. Au final l’on a un quasi sans faute et l’une des meilleures (et intelligente) BD SF de ces dernières années. Avec quelques années de maturité (et d’ambition) graphique de plus Brane Zéro serait entré dans le cercle des BD de référence. Rencontré à Angoulême, Thonon dit travailler sur un nouveau projet SF. Excellente nouvelle!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

 

 

 

 

 

Fiche BDphile