*·***·BD·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Hard rescue #1/ Amen #1

La BD!

bsic journalismMerci aux Humanos et à Glénat pour leur confiance.

BD de Harry Bozino et Roberto Melli
Humanoïdes associés (2021), 56., 1 tome sur 2 paru. Adapté du roman d’Antoine Tracqui.

9782731644357_1_75

Les Humanos se sont associés aux éditions Critic pour adapter des romans de SF de l’éditeur littéraire. Après les livres de Julia Verlanger, l’éditeur BD confirme son souhait de s’appuyer sur des créateurs et des matériaux solides plutôt que sur des créations originales. Je ne connais pas le livre Point zero à l’origine de cette BD mais sous la forme d’un blockbuster scientifique musclé aux dessins assez efficaces (et très bien colorisés) on suit une équipe de barbouzes embauchés pour une expédition en Antarctique visant à mettre la main sur une expérience enfouie sous la glace. Les canons sont respectés avec une gallérie de fortes têtes qui se jaugent à coups de clés de bras et de big-boss résolus aux motivations secrètes. La surprise n’est pas vraiment ce pour quoi on vient et comme dans tout gros film d’action hollywoodien on apprécie une réalisation carrée qui alterne fusillades et révélations choc. Graphiquement c’est donc solide avec de jolis encrages et peu de défauts techniques. On tiquera un peu sur les designs des armures SF aux justifications pas évidentes hormis pour faire plaisir aux auteurs et sur un héros un peu passif (passage obligé pour maintenir le suspens). On dira donc que ce premier tome fait le job sans ennui et on attendra la conclusion pour se prononcer sur la qualité intrinsèque d’un scénario pour l’instant pas vraiment révolutionnaire.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1


BD de Georges Bess
Glénat-Comix Buro (2021), 62p., 1 tome sur 2 paru. Adapté du roman Au cœur des ténèbres de Joseph Conrad.

Tout amateur de BD sait que Georges Bess, compagnon de route de Jodorowsky et amoureux de la culture indienne est un auteur important. Capable de tout dessiner, héritier de la génération Métal Hurlant, il nous avait offert un petit chef d’œuvre graphique et narratif avec son adaptation du Darcula de Bram Stoker. Aussi c’est très alléché que me survient ce diptyque adaptant le célébrissime et multi-adapté Heart of Darkness, roman de la toute fin du XIX° siècle qui a donné les mythiques Apocalypse Now et Aguire la colère de Dieu au cinéma. Qu’allait nous apporter cette variation SF? Tout d’abord Bess est déjà venu à la SF avec le délirant et très réussi Anibal Cinq aussi il n’est pas un débutant dans le genre. Pourtant, hormis quelques beaux design de vaisseaux ou de bâtiments, il se contente tout au long de ce long périple de très grossiers fusils et tronches de barbouzes, caricaturant la violence des mercenaires mais bien peu subtile dans ce qui n’est pas tout à fait une farce…

Ce voyage qui propose de suivre un jeune indien à la tête d’une troupe de l’Inquisition appuyée par des mercenaires issus des pires geôles de la galaxie regroupe les visions les plus éculées du fanatisme religieux, de la sf décadente et de la violence militaire. Très surprenant de la part d’un auteur aussi chevronné qui est tout à fait capable de créer ses propres scénarii malgré l’ombre du maître chilien sur sa carrière, cet album ne brille ni par un dessin un peu rapide (malgré des couleurs et un trait reconnaissable et toujours aussi agréable), ni par une intrigue franchement longuette et totalement linéaire faisant le choix étrange d’un flash-forward en introduction qui ne semble justifié par rien de ce que nous allons découvrir. Les dialogues voulus comme caricaturaux sont très lourdement appuyés et on a compris après une page la folie des soldats comme des religieux, qui nous font sourire quelques pages de plus avant de nous lasser franchement. Guère de surprises dans l’histoire lourdement soulignée et qui ne fait pas vraiment appel à l’intelligence des lecteurs… Laissons le bénéfice du doute à un second tome conclusif qui arrive pour cet été et qui, espérons-le redressera la barre mais pour ce volume introductif, l’auteur passe complètement à côté et finit presque par nous ennuyer sans les belles visions SF qui auraient pu faire patienter. A moins que vous ne soyez des fana de Bess il vaut sans doute mieux passer votre chemin…

note-calvin1

**·BD·Nouveau !·Service Presse

Terence Trolley #1

La BD!

BD de Serge Le Tendre, Patrick Boutin-Gagné et Aurélie Frémineur (coul.)

Drakoo (2020), 48p., un volume paru sur deux.

bsic journalism Merci aux éditions Drakoo pour cette découverte.

L’ouvrage comporte une illustration d’intérieure de couverture et un « avertissement »… qui introduit en fait l’univers en expliquant le contexte. Étrange formule, qui aurait pu être poussée avec de faux journaux comme sur Les Dominants ou On mars. La série est prévue en deux volumes (format court comme toutes les séries Drakoo, ce qui est une excellente politique!).

couv_390477Terence Trolley est un recouvreur, travaillant pour de grandes sociétés pour récupérer leur bien auprès d’associés ou de clients indélicats. Actuellement il œuvre pour la Panaklay, multinationale spécialisée dans les biotechnologies. Lorsque son oncle fait appel à lui pour protéger des enfants il se retrouve confronte à son employeur dans un combat qui le dépasse…

https://www.ligneclaire.info/wp-content/uploads/2020/05/Terence-Trolley-1.jpgAnnoncé en grande pompe, la venue du vétéran Serge Le Tendre (La Quête de l’Oiseau du Temps) est (avec Arleston lui-même) une exception dans la politique éditoriale de l’éditeur Drakoo, qui vise plutôt à faire travailler des auteurs de littérature et globalement des équipes de « jeunes » auteurs. Cela a plutôt bien fonctionné jusqu’ici avec des ouvrages qui parviennent à proposer de l’originalité dans des cadres très balisés (la SF, la fantasy).

Cet album est plutôt bien conçu, avec un scénariste et un dessinateur qui maîtrisent une certaine efficacité du découpage et de l’action. Les personnages sont sympathiques avec ces ancien militaire badass circulant dans un camping-car avec deux demoiselles mal assorties, déterminé et torturé par un traumatisme. Ajoutez à cela une méchante multinationale, un professeur en fuite et des enfants aux capacités inexplicables et vous avez de quoi proposer une bonne série d’anticipation comme les sérieB Delcourt et Fred Duval en proposent des pelletées. Et c’est là que le bas blesse…

Au premier titre j’ai été très surpris que Serge Le Tendre réutilise exactement le même concept qu’une de ses grandes séries, récemment achevée, L’histoire de Siloé. Je vous renvoie à ma critique qui explique l’ambition originale de cette série et les difficultés à la terminer. Les histoires d’enfants aux pouvoirs incroyables pourchassés par une multinationale sont légions au moins depuis LA référence, Akira et personnellement j’aime beaucoup ces schémas. Mais qu’un scénariste se copie lui-même à ce niveau (on a vraiment beaucoup de points communs entre les deux séries) et que l’éditeur trouve cela original je surprend beaucoup.

Graphiquement le québecois Patrick Boutin-Gagne fait un boulot très correcte et venant plutôt de la BD historique il parvient à se glisser sans difficulté dans le genre SF avec des design plutôt réussis. Son style très particulier qui donne un peu des têtes de robots à ses personnages ne plaira pas à tout le monde. Personnellement je m’y suis fait et ai apprécié l’aspect général des planches, notamment du fait d’un encrage assez réussi. Ce qui pose problème en revanche c’est une colorisation vraiment difficile qui rappelle les mauvaises heures des colorisation numériques des années quatre-vingt-dix lorsque Schell et Rosa expérimentaient les dégradés pas très subtiles des logiciels dédiés. C’est peut-être un aspect recherché mais j’ai franchement bloqué en ayant l’impression de dénicher une vieille BD dans un bac Gibert… C’est d’autant plus problématique que le dessin plutôt léger sur les arrières plans exigeait une colorisation poussée avec ajout de détails, ce que ne fait pas Aurélie Frémineur, laissant des arrières-plans terriblement vides. Elle utilise en outre une trame assez grossière et mal adaptée pour ses ciels en donnant l’impression que l’action se situe sur une base lunaire ou un vaisseau avec ciel artificiel, ce qui impacte la lecture du scénario. Cela me désole de critiquer ainsi le travaille d’une jeune coloriste mais cet apport impacte suffisamment la lecture pour justifier ces commentaires. En espérant que les lecteurs passeront outre et seront moins tatillons que moi…

Il ressort de cette lecture une petite colère contre un éditeur qui faisait jusqu’ici du très bon travail et qui publie avec Terrence Trolley une fausse bonne idée. On peut donner sa chance à des jeunes et passer outre des lacunes graphiques. Mais oublier de façon aussi patente qu’avec autant de BD publiées l’originalité est tout de même la base  pour trouver un public a de quoi surprendre. Terence Trolley reste un album plutôt efficace  (qui peut corriger ses failles sur le second opus) et pourra convenir à des lecteurs occasionnels, à des débutants dans le genre SF ou a de jeunes lecteurs. Des BDvores exigeants  risquent fort de bailler devant une histoire vue et lue mille fois.

note-calvin1note-calvin1

****·East & West·Guide de lecture·Nouveau !

Bloodshot – intégrale

esat-west
Comic collectif,
Bliss (2018) / Valiant, 904 pages.
couverture-bloodshot-integrale_aja-1-600x922

La très grosse intégrale (50€ les 900 pages, on peut dire que c’est rentable!) de Bliss comics comprend les séries Bloodshot, Harbringer wars, Bloodshot & H.A.R.D corps et un épisode d’Archer et Armstrong. L’agencement des séries permet de suivre au mieux l’intrigue croisée entre différentes publications. Personnellement je ne suis pas fan de celle choisie quand on connaît la qualité de ce qu’ont produit des illustrateurs de renom (genre Esad Ribic…), mais bon, c’est une histoire de goûts. Très chouette travail d’éditeur qui fait oublier les quelques coquilles de relecture. A noter que l’album contient le crossover Harbringer wars que j’avais critiqué ici, mais la version de cette intégrale est plus complète. Enfin, pas moins de 70 pages de planches n&b, de couvertures alternatives, croquis etc et comme d’habitude en fin d’ouvrage un guide de lecture ordonné pour progresser dans les publi Valiant. Du tout bon.

Résultat de recherche d'images pour "bloodshot bliss intégrale"Cette intégrale est sans doute ce que j’attendais, ce qui me manquait depuis ma première lecture d’un album Valiant. Ce qu’il y a de frustrant dans les comics c’est l’impression d’avoir toujours loupé un épisode tant les fils sont éparpillés en une multitude de publication. C’est le cas chez Valiant donc, mais avec le gros avantage d’un univers plus restreint, d’un nombre de héros moindre et par conséquent d’une possibilité de proposer un fil conducteur. Et bien ce fil conducteur c’est cette intégrale, qui réussit le pari de nous faire rencontrer progressivement, étape par étape les différents protagonistes de l’univers Valiant: le Projet Rising Spirit (une black op américaine qui a mis en place notamment le supersoldat Bloodshot), la fondation Harbringer du psiotique (mutant) Toyo Harada, le H.A.R.D. corp (des soldats modifiés pour recevoir des capacités spéciales et envoyés contrer les mutants de Harbringer). Ne sachant pas jusqu’ici par où commencer mes lectures Valiant, je peux vous l’annoncer: c’est par Bloodshot qu’il faut démarrer.

Résultat de recherche d'images pour "bloodshot"Outre cette démarche pédagogique appréciable, le personnage de Bloodshot est vraiment chouette à suivre. Sorte de mélange de Wolverine (pour le côté bourrin increvable) et XIII (pour l’amnésie et la manipulation de l’armée), on apprend finalement assez vite que sa véritable identité n’est pas le sujet de la série: le projet PRS et le supersoldat Bloodshot sont anciens ; la problématique est finalement plus celle de la part d’humanité restant (on se rapproche de Ghost in the shell) et de la capacité vengeresse de ce monstre envers ceux qui l’ont exploité. On a bien sur le côté fun et assez crado du bonhomme qui se fait démanteler et prends des balles en pleine poire sans jamais mourir. Mais ce sont les motivations et la psychologie relationnelle de Bloodshot qui le rendent original et intéressant à suivre, dans une intrigue somme toutes assez bourrin et simple (une chasse à l’homme et assaut des forteresses des grands antagonistes de Valiant). Le personnage est devenu un électron libre, un tueur au passé sans âme découvrant l’humanité dans un monde où il n’y a ni cause juste ni héros. Du tout puissant Harada au PRS en passant par le H.A.R.D corps (équipe d’humains optimisés grâce à des capacités empruntées aux psiotiques, centrale dans l’intrigue de Bloodshot), tout le monde justifie ses exactions et ses morts et personne n’est sympathique.

Résultat de recherche d'images pour "harbinger wars"L’intrigue suit des sauts temporels (en avant/en arrière) mais retombe toujours sur ses pattes et l’on sent juste un besoin de se plonger dans la foulée dans l’intégrale Harbringer pour combler la seule petite lacune de l’intrigue.

Graphiquement comme d’habitude chez Valiant une ligne cohérente est tenue avec maximum trois styles graphiques et aucun mauvais dessinateur dans le tas. C’est plutôt joli, toujours précis avec quelques planches vraiment fortes visuellement. Les encrages sont très réussis notamment et les (nombreuses) séquences d’action sont très efficaces. Étant donné le sujet, les scènes sanglantes voir gore sont assez fréquentes, âmes sensibles s’abstenir.Présenter un Bloodshot en lambeaux n’est pourtant pas l’objectif des scénaristes qui visent plutôt à développer ses relations tantôt avec des psiotiques (Harbringer wars), tantôt avec des humains (HARD corps).

Résultat de recherche d'images pour "bloodshot HARD corp"A la fin de la lecture on pourra avoir un petit sentiment d’inachevé (un peu comme pour la série XIII) car peu de révélations sur le passé de Bloodshot sont venues. C’est me semble-t’il plu l’objet de la suite Bloodshot Reborn et Bloodshot Salvation, dessinée par l’excellent illustrateur de X-O Manowar , que Bliss vient de sortir.

Si vous voulez tous les détails de l’univers Valiant je vous invite à aller jeter un œil à l’antre des psiotiques, blog dédié à ces comics.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml