****·BD·Jeunesse·Nouveau !

La Brigade des Cauchemars #6: Ariane

Sixième tome de la série écrite par Franck Thilliez et dessinée par Yomgui Dumont, avec Drac aux couleurs. Parution le 15/09/2022 aux éditions Jungle, collection Frissons.

Circulez, Ariane à voir

Après les évènements du tome 5, la Clinique du sommeil du Professeur Albert Angus a fermé ses portes. La technologie expérimentale créée par les époux Angus a été pillée par l’armée, mais pas avant que le professeur, aidé de son fils Tristan, de son ami Esteban ainsi que de Sarah, la première patiente qui a rejoint l’équipe, ne l’aident à libérer son épouse Alice, qui était piégée depuis des années dans l’esprit torturé d’un ancien patient nommé Léonard.

Contraints de faire table rase du passé, Alice et Albert en profitent pour se lancer dans de nouvelles recherches. Mettant leurs génies en commun, ils créent une fois encore une technologie révolutionnaire, sensiblement différente de la précédente. Plutôt que d’explorer physiquement les rêves de leurs patients endormis, les membres de la Brigade vont cette fois plonger littéralement dans les souvenirs de jeunes gens tourmentés, afin de les aider à surmonter leurs traumatismes.

Cependant, cette nouvelle machine, si elle offre des possibilités médicales sans précédent, reste encore expérimentale, et ses règles, encore floues. Tristan, Sarah et Esteban devront faire preuve de la plus grande circonspection lorsqu’ils entreront dans l’esprit d’Ariane, meilleure amie et crush de Tristan, pour la guérir d’un traumatisme qui lui gâche la vie depuis deux ans.

Pour cette première mission d’un genre nouveau, les dissenssions entre les époux Angus risquent de causer des difficultés supplémentaires, chacun ayant des convictions différentes quant à l’utilisation de la machine et la façon d’en protéger le secret.

Après un premier arc narratif pour le moins haletant, la Brigade revient avec une mission similaire, mais des méthodes différentes. L’auteur a donc changé de direction et centre son récit sur un autre concept phare, celui d’explorer les souvenirs. Là où la Brigade donnait la part belle à l’onirisme des espaces explorés, l’accent sera mis ici sur l’opacité des souvenirs, particulièrement sur leur caractère fallacieux et intrinsèquement subjectif.

Le thème du traumatisme et de sa capacité à passer de génération en génération dans une famille, de façon inconsciente, est une idée forte qui donne tout son intérêt à cette résurgence de la Brigade des Cauchemars, qui cette fois, mériterait plus le titre de Brigade des Traumas (en effet, la Brigade des Souvenirs existe déjà, sur un thème tout aussi fort en émotion mais plus terre à terre). Ce point rappelle une franchise comme Assassin’s Creed, qui utilise peu ou prou la même idée, celle d’explorer des souvenirs hérités d’ancêtres. Assez étrangement, on se rapproche encore plus ici de la prémisse d’Inception, ou en tous cas de certains de ses rouages scénaristiques, dans le sens où l’auteur met bien en place le fait qu’intéragir avec les souvenirs peut radicalement les modifier et ainsi altérer la perception du patient de certains événements de sa vie.

Au regard de la mise en scène, Yomgui Dumont fait encore des merveilles, et retranscrit avec beaucoup de pertinence le dédale de l’inconscient, auquel la fameuse machine confère une tangibilité. On ne peut s’empêcher de noter, à ce titre, l’ironie d’explorer l’esprit d’Ariane, qui prend la forme d’un Labyrinthe dans lequel il est aisé de s’égarer.

S’il fallait chercher des points de frictions dans ce sixième tome, on pourrait relever l’imprécision des nouvelles règles relatives à l’exploration des souvenirs, et de ce que cela induit chez notre couple de savants fous. En effet, on peut imaginer qu’après avoir traversé tous les évènements des cinq précédents tomes, le Professeur Angus se montrerait plus prudent ou en tous cas plus réticent à plonger son fils et deux autres ados dans une machine dont il semble ignorer le fonctionnement exact.

On sait bien que la sérendipité a souvent fait avancer la science, toutefois, tant de témérité de la part des deux savants peut laisser perplexe un lecteur trop incrédule. Un autre point susceptible de chiffoner les lecteurs pointilleux, est le traitement superficiel de certains personnages principaux. J’en reviens ici à une critique que j’avais faite sur le précédent tome, concernant Esteban, dont tout le monde semble avoir oublié, ou passé sous silence, le fait qu’il est un être artificiel issu de la machine, son « modèle » réel étant décédé dans le vrai monde. Ce vertige existentiel ne semble plus le perturber outre-mesure, en tous cas il n’est plus mentionné nulle part. On aurait aimé en savoir davantage sur sa nature véritable, sa composition moléculaire, ou encore, les intéractions imprévues qui pourraient résulter d’un contact entre un rêve matérialisé et la psyché d’Ariane.

Vous l’aurez compris, pour trouver des défauts à la Brigade des Cauchemars, il faut se creuser la tête, et pas qu’un peu !

****·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Sandman: The Dreaming #1

Premier recueil de 263 pages de la série écrite par Neil Gaiman et Simon Spurrier. Au dessin, Bilquis Evely, Tom Fowler, Max et Sebastian Fiumara, Dominike Stanton et Abigail Larson. Parution en France le 11/02/22 aux éditions Urban Comics, collection DC Black Label.

bsic journalism

Merci aux éditions Urban pour leur confiance!

I had a Dream

Le comics désormais culte The Sandman, qui a été débuté il y a pas moins de trente ans, est devenu un parangon du 9e art, parvenant même à toucher un public habituellement réticent à lire des comics. L’univers onirique mis en place par Neil Gaiman a permis de transcender les frontières hermétiques entre roman et BD, ouvrant ainsi la voie alors balbutiante des romans graphiques.

Sandman, ou le Marchand de Sables, ou Morphée, est la personnification anthropomorphique du Rêve, une entité immortelle qui règne sur le Songe, un royaume onirique nourri et visité par tous les rêveurs, à savoir tous les humains durant un tiers de leur vie. Bien que Sandman soit omnipotent en son royaume, il doit cohabiter avec ses six autres frères et sœurs, les Infinis, qui représentent chacun et chacune un aspect primordial de la vie humaine: la Mort, le Désir, le Destin, la Destruction, le Désespoir et le Délire.

Au début de sa série, c’est un Morphée affaibli que l’on rencontre: privé de ses pouvoirs après avoir été enfermé soixante-dix années durant par un occultiste fou, le maître du Songe n’est plus vraiment celui qu’il était depuis le début de la création. Transformé par cette expérience traumatique, il fera durant près de 2000 pages une quête initiatique qui se terminera par son oblitération au cours d’un combat dantesque. Cependant, le Songe doit toujours avoir un régent, et les Infinis ne peuvent pas réellement être détruits: ils se réinventent, renaissent sous une autre forme, afin que leur principe se perpétue.

Ainsi naquit Daniel, nouvelle itération du Songe, qui a repris son trône de Rêve, puissant mais vierge de quasiment toute expérience. Heureusement, il a pu compter sur ses fidèles compagnons, des Rêves personnifiés qui l’ont guidé dans sa régence: Matthew le Corbeau, Lucien le Bibliothécaire, qui conserve tous les livres qui n’ont encore jamais été écrits, Mervyn Potiron, le concierge et homme à tout faire bougon mais loyal, Abel et Caïn, Eve, et bien d’autres.

Tout se passait plus ou moins normalement, jusqu’à ce qu’une faille lézarde le ciel du Songe, et que s’en déversent des millions de silhouettes hagardes, faites de tissu onirique pur et dépourvue d’âmes. Plus étrange encore, une forme géométrique protéiforme émerge à son tour, provoquant l’inquiétude de tous les habitants du Songe. En de pareils temps, tous les regards se tournent naturellement vers le leader, avec l’espoir que ce dernier saura tout arranger. Mais ce qu’ils ignorent tous, c’est que Morphée a déserté, et ce chaos est certainement causé par son absence. Seul Lucien est au courant et fait de son mieux pour cacher l’absence du maître.

De son côté, Dora, habitante inhabituelle du Songe, se demande quel rôle elle joue dans tout cela. Amnésique, ignorant tout de ses origines, elle profite de son don de passe-muraille pour visiter les rêves des gens, vivant au jour le jour. Mais elle se sent redevable de Morphée, qui l’a recueillie lorsqu’elle a échoué dans le Songe, pour des raisons connues de lui seul.

Rêves et réalités

Faut-il avoir lu l’œuvre originale pour apprécier ce revival ? J’aurais tendance à dire que oui, car de nombreux personnages font leur retour, même si la continuité n’a pas énormément d’impact sur l’intrigue.

En effet, Simon Spurrier utilise tous ces personnages connus, comme Lucien, Matthew, Mervyn ou encore Rose Walker, dans un contexte nouveau en s’attachant non pas aux évènements qu’auraient vécu ces personnages, mais plutôt à leur fonction initiale. Il est donc possible de comprendre l’intrigue et de déduire le rôle de chacun sans être nécessairement féru de l’univers de Sandman.

Second question qui mérite d’être posée: retrouve-t-on l’esprit original de l’œuvre ? Là encore, c’est un entre-deux, car si le Sandman de Gaiman était plus philosophique et contemplatif, le nouveau scénariste n’hésite pas à pousser le curseur onirique vers le coté délirant et anarchique propre aux rêves.

Il ne faut pas non plus oublier que The Sandman ne parle pas que de rêves, c’est aussi une œuvre métafictionnelle, une histoire à propos des histoires. Le Songe est le lieu où tous les archétypes narratifs se manifestent, où tous les procédés narratifs ont cours. Cette nouvelle série ne fait pas exception, puisqu’elle reprend ce concept avec aisance pour l’appliquer à une mise en scène et une narration plus modernes.

Si le Songe n’est pas LA réalité, on voit toutefois qu’il en est un reflet, une émanation biaisée par l’esprit humain. Il est d’ailleurs intéressant de se demander si les humains rêvent parce que le Songe existe, ou si à l’inverse le Songe n’existe que par la capacité des humains à rêver ? Pour illustrer ce propos, on peut prendre pour exemple le Juge Ezekiel Potence, qui personnifie la peur primale du châtiment, le repli sur soi et par extension, la xénophobie. Est-il étonnant qu’en temps de crise, alors que les bases sont fragilisées et que l’avenir est incertain, les habitants d’un pays se tourne vers un personnage qui impose l’ordre, traque des boucs émissaires pour les punir en place publique et, après avoir accepté à contrecœur d’assurer l’intérim du pouvoir, cherche avant toute chose à s’y maintenir ?

Comme vous le voyez, les niveaux de lecture sont multiples dans Sandman. La lecture est exigeante et ne se limite pas à une lecture popcorn ou un simple divertissement. On peut déplorer que la dynamique narrative ne se mette véritablement en branle qu’au bout de trois chapitres entiers, mais il semble difficile de faire mieux avec de telles exigences en terme de worldbuilding.

En résumé, The Dreaming reprend le matériau de base de ce comics culte des années 80/90 pour l’extrapoler et livrer une œuvre spéciale, qui sous ses aspects de délirium tremens, livre un propos plus profond qu’il n’y paraît.

*****·BD·Jeunesse·Nouveau !

La Brigade des cauchemars #5 : Léonard

Cinquième tome de 62 pages de la série écrite par Franck Thilliez, dessinée par Yomgui Dumont et mise en couleurs par Drac. Parution le 16/09/2021 aux éditions Jungle, collection Jungle Frissons.

Dans le terrier noir du Lapin Blanc

Coup de coeur! (1)

Les rêves sont une part importante de notre vie, de par le temps que notre cerveau y consacre et de par l’impact qu’ils peuvent avoir sur nous lorsque nous sommes éveillés. Le Professeur Angus le sait bien, car il dirige une clinique du sommeil tout à fait particulière. En effet, ce scientifique, qui vit isolé dans la campagne, dirige la Brigade des Cauchemars, un groupe dont la spécialité est de s’infiltrer dans les cauchemars récurrents de jeunes patients afin de régler le problème à la source.

Pour ce faire, la Brigade exploite une technologie révolutionnaire, qui permet de donner une dimension physique aux rêves, permettant ainsi l’exploration. Attention toutefois: il faut être sorti du rêve avant le réveil du patient, sous peine de se voir littéralement coincé dans sa tête. Autre phénomène qui a son importance, tout ce qui fait partie du rêve se matérialise, si bien que le monde onirique d’une personne peut, si on le laisse sortir, se manifester réellement…

La Brigade des Cauchemars est composé de Tristan, le fils du Professeur, d’Esteban, puis de Sarah, une ancienne patiente. Tristan, paraplégique depuis un tragique accident, voit dans l’exploration des rêves une forme d’affranchissement de ses contraintes physiques, tandis qu’Esteban y a trouvé des réponses troublantes sur ses origines (voir tome 3). L’ultime mission du trio est d’explorer les rêves de Léonard, un ancien patient du Professeur qui retient son épouse Alice, la mère de Tristan, en otage dans sa tête. Quels pièges mortels attendent nos héros dans la psyché torturée du jeune cobaye ?

Dans les bras de Mort-Fée

Voici la conclusion des aventures de la Brigade des Cauchemars, après plusieurs rebondissements et révélations au cours des quatre précédents tomes. L’écriture au cordeau de Franck Thilliez permet d’établir une intrigue solide et captivante, même si l’on peut reprocher une conclusion, comme souvent dans ces cas-là, trop hâtive. Le cœur de l’album génère toutefois suffisamment de tensions quant au sort de nos héros et à l’accomplissement de leur mission de sauvetage.

L’ambiance de ce tome est cohérente avec l’ensemble de la série, et ajoute un soupçon de thriller politico-militaire, avec les sempiternels méchants qui veulent exploiter la technologie des rêves à des fins belliqueuses. L’intervention de ses lascars en treillis ne gâche cependant pas l’intrigue, même si l’on se doit de souligner leur caractère franchement caricatural.

Côté caractérisation, j’ai noté un effacement assez net du personnage d’Esteban depuis les révélations à son sujet, ce qui à mon sens est largement préjudiciable, comme si l’auteur n’avait pas souhaité, par peur de manquer de temps ou de matière, se pencher sur le vertige existentiel qui devrait le traverser depuis qu’il a découvert la vérité (je n’en dis pas davantage afin d’éviter le spoil, mais il y a, je pense, pas mal à discuter sur ce point).

Dans son ensemble, la Brigade des Cauchemars est une excellente série jeunesse, qui saura captiver les jeunes lecteurs, les emportant manu militari dans les méandres désespérés des mauvais rêves.

*****·BD·Nouveau !·Service Presse

Peer Gynt, acte I

La BD!
BD de Antoine Carrion
Soleil (2021), diptyque en cours, 92p./album., n&b.

bsic journalismMerci aux éditions Soleil pour leur confiance.

Maquette à tomber, autant que la couverture, et qui frise la perfection. Aucun bonus particulier hormis un avant-propos de l’auteur détaillant sa démarche d’adaptation théâtrale et romantique de l’œuvre originale. La couverture et Quatrième sont équipées d’un très discret film argenté surlignant l’habillage et les trois Actes proposent de somptueux panorama en double page. La page de titre reprend la thématique des livrets de théâtre pour se fondre dans l’ambiance…

couv_414622Dans les landes norvégiennes, le jeune Peer est un rêveur vantard qui sait s’attirer les foudres de ses contemporains et porte misère à sa pauvre mère. Porté sur la boisson et les femmes, il se retrouve contraint de fuir à force de promesses non tenues et de dilettantisme libertaire… jusque de l’autre côté du monde, dans les fosses troll où sa légèreté le mettra devant ses responsabilités…

D’Antoine Carrion on se souvient de ses deux dernières séries, l’ésotérique et Jodorowskyen Temujin et la trilogie Nils, qui nous avaient tous deux subjugués par une liberté, une technique et une esthétique graphique hors norme. Pour sa première production en solitaire (effet de l’expérience sur le très bancal Nils?) l’auteur qui aime décidément les landes désolées du Nord et les héros tourmentés choisit la difficulté en adaptant une pièce de théâtre du norvégien Henrik Ibsen dans un diptyque grand format monochrome. Austère à première vue direz-vous. Comme toute la production de Carrion, et pourtant… je serais bref: ce premier volume de Peer Gynt est un choc graphique comme je n’en ai pas eu depuis longtemps et un très sérieux canddiat au titre de plus bel album de l’année! Nils était déjà d’un très haut niveau, sa nouvelle œuvre surpasse de loin tout ce qu’il a pu faire, du fait peut-être de ces niveaux de gris qui permettent tantôt de friser le photoréalisme dans une technique numérique proche de celle d’Adrian Smith sur ses Chroniques de la Haine, tantôt proposent une poésie proche de ce qu’à pu faire un Alex Alice sur Siegfried. L’univers est le même: ces landes nordiques où la frontière entre monde des hommes et monde des légendes est ténu et où la bascule peut se faire sans coup férir au détour d’un bosquet, d’un rocher.

UMAC - Comics & Pop Culture: 2021Peer Gynt nous narre l’itinéraire tragi-comique et romantique en diable d’un jeune homme élevé par son père dans une ambition inatteignable ; beau parleur et libre penseur dont les errements et provocations sur ses contemporains auront des conséquences. Comme pièce de théâtre, vous aurez droit à beaucoup de dialogues, monologues surtout, dont le cadre serré, sombre (parfois noir) nous rappelle l’atmosphère lente et lyrique de l’art dramatique. On retrouve le type de découpage utilisé par Serge Scotto et Eric Stoffel sur Marius, très orthogonal et essentiellement centré sur les personnages en gros plan ou en pied. Par moments l’auteur reprend semble t’il les textes originaux, proposant une prose très poétique et parfois des rimes.

La grande technique de Carrion donne une expressivité surprenante à ces personnages à la physionomie pourtant simple, issue de l’animation. La grande lisibilité des mouvements rappelle le travail de Pedrosa qui parvenait dans un style naïf à créer une action percutante dans son Age d’or. Si on retrouve l’envie d’aérer les séquences dialoguées par des arrière-plans et panorama grandioses, Carrion nous happe littéralement dans ses dessins qui en plus d’être sublimes jouent un véritable rôle narratif en évitant la lassitude d’un texte résolument porté sur le verbiage du héros et la difficulté de mettre en image du théâtre. Le récit se découpe ici en trois actes (les deux dernier composeront le volume deux) à la trame simple: dans le premier Peer « pirate » un mariage, dans le second il noce la fille du roi des trolls, dans le troisième il accepte l’amour d’une jeune fille avant de devoir y renoncer. Le marqueur de cet itinéraire c’est l’incapacité à la constance et la place des femmes qui, de sa vieille mère laissée à l’abandon à ces amantes trompées, sont systématiquement victime du caractère volage de Peer. Pourtant on peine à détester ce personnage que l’imaginaire forcené et le refus des réalités sociales rend libre et sans mauvaise pensée.

Ode à la liberté autant que critique de l’inconstance, Peer Gynt est un sublime drame romantique, un opéra mis en scène par un artiste au sommet de son expression. Il est surprenant qu’un Tirage de Tête très grand format ne soit pas prévu pour profiter de ces planches qui vous hypnotisent dans leurs noirs et leurs lumières. Projet ambitieux et exigeant, Antoine Carrion en fait un objet pour tous par la précision et la finesse de son travail. Un coup de cœur évident et un candidat sérieux à la BD de l’année.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Jeunesse·Nouveau !

La Brigade des Cauchemars #4: Melissandre

La BD!

Quatrième tome de la série écrite par Franck Thilliez et dessinée par Yomgui Dumont. Parution le 17/09/2020 aux éditions Jungle, collection Frissons.

Pieds nickelés aux pays des rêves

Il est assez surprenant d’apprendre que l’on passe un tiers de notre vie à dormir. Paradoxalement, la plus grosse partie de notre vie onirique, intérieure, se dérobe à nous dès l’aurore venue, bien qu’il en subsiste parfois les pans les plus marquants. En effet, s’il est difficile parfois de se souvenir de ses rêves, les cauchemars, quant à eux, peuvent faire de notre vie un calvaire, surtout s’ils sont récurrents.

Le professeur Albert Angus détient la solution à ce problème. Au sein de sa singulière clinique du sommeil, il accueille les jeunes gens tourmentés par leurs cauchemars afin de les en libérer, par un moyen assez peu orthodoxe.

Le Professeur Angus est un pionnier dans son domaine. Dans son établissement, les rêves prennent forme, littéralement, grâce une complexe machinerie régie par quelques règles strictes. Une fois le patient endormi, il est possible, en poussant une porte, de pénétrer dans le rêve angoissant et de l’explorer afin d’en déterminer la cause et débarrasser enfin le rêveur de ses angoisses.

C’est pour cette cause qu’a été créée la Brigade des Cauchemars, composée de Tristan, le fils du Professeur, et d’Esteban, jeune garçon amnésique adopté par le scientifique. Les deux collégiens sont des explorateurs de rêves aguerris: ils connaissent par cœur la distorsion temporelle entre rêve et réalité, et ont toujours à l’esprit les principales règles à respecter: il faut absolument quitter le rêve avant le réveil du patient sous peine d’y rester prisonnier, et ne rien laisser sortir du rêve, car tout ce qui est rêvé devient matériel, ce qui en cas de fuite pourrait créer des aberrations confondantes…

Teen-ception

Au fil des tomes, les secrets enfouis dans les couloirs de la cliniques refont surface et mettent danger non seulement nos deux héros, mais également les patients. D’où vient Esteban ? Que lui cache le professeur à propos de son passé ? Le jeune garçon taciturne mais altruiste découvrira, dans le tome 3, sa véritable nature: il est lui-même un personnage issu du monde des rêves, qui a traversé la porte pour rejoindre le monde matériel ! Quant à la mère de Tristan, la femme du Professeur, elle a disparu, piégée dans le cauchemar d’un ancien patient devenu fou. Toutes ces révélations mènent à ce quatrième tome, censé dévoiler la destinée d’Esteban et son devenir dans le monde matériel.

Franck Thilliez, auteur de romans policiers, fait ici sa première incursion dans la bande dessinée dans un registre résolument fantastique. Malgré un pitch osé et fantaisiste, le romancier pose dès le premier tome les bases d’un univers cohérent, dans lequel les règles sont martelées pour mieux être exploitées ou contournées en aval du récit.

L’intrigue est haletante, comporte parfois des ficelles visibles mais dont la mise en scène parvient tout de même à surprendre, ce qui est là la marque du talent de l’auteur. Bien sûr, on ne peut s’empêcher d’y trouver ça et là les influences probables et inévitables, parmi lesquelles Inception, où d’autres histoires tournant autour du voyage intérieur. Mais l’originalité demeure, et le tout donne une série jeunesse de grande qualité.

Les dessins de Yomgui Dumont correspondent parfaitement à l’univers crée par Franck Thilliez. Basculant avec aisance entre onirisme et réalité brute, le dessinateur donne à voir des pages sombres, parfois effrayantes, pour notre plus grande satisfaction !

BD·Nouveau !·Rapidos·Rétro

BD en vrac

Soucoupes

Joli objet aux couleurs douces et au regard tendre des auteurs sur un personnage, français moyen qui réagit le plus simplement du monde à l’arrivée des extra-terrestres. Il y a un peu du Tim Burton de Mars Attacks dans cette vision d’E.T. faits de scaphandres métalliques directement issus des visions kitsch de la SF des années 50. Sauf qu’ici les psychopathes criard laissent la place à de gentils observateurs ethnologues qui renvoient à ceux de Duval dans son Renaissance. Disquaire dépressif, le personnage principal est d’abord soupçonneux de ces gens étrangers puis entreprends de montrer la vie moyenne d’un humain moyen: les crises de couple, le sexe, la musique, l’art… On sent un esprit de court métrage animé dans ce petit album très vite lu et qui manque sans doute un peu de substance. Mais la lecture reste agréable, on sourit et profite de la jolie palette d’Obion qui maîtrise ses planches malgré un style désuet qui fait par moment penser à Colas Gutman, l’auteur de Chien pourri.

 

XIII , l’enquête : 2° partie

Cela fait 20 ans que la première partie de l’album spécial sous forme d’enquête journalistique autour des aventures de XIII est sorti. Vingt ans que les auteurs ont échoué à clôturer magistralement en 13 tomes une des saga les plus mythiques de la BD franco-belge. Je ne reviens pas sur les raisons commerciales qui ont poussé trop loin Jean Van Hamme. Pour beaucoup les aventures de XIII se sont arrêtées avec Rouge total, voir une poignée d’albums plus loin. Après un double album en forme de chant du cygne pour le prolifique scénariste belge (avec Jean Giraud en guest) l’Enquête restait en suspens. Entre temps un nouveau cycle avec nouveau scénariste et nouveau dessinateur a été adopté par une nouvelle génération de lecteurs. La question de la parution de cette seconde partie se pose donc. D’autant plus lorsque l’on lit ce qui ressemble plus à un recueil de notes perso du scénariste originel sur ses personnages pour ne pas s’y perdre. Les quelques planches de BD semblent hors sol, sans but. Les rappels biographiques des personnages de la série sont relativement mal écrits et inintéressants. Soit on a lu la saga et c’est inutile, soit on ne l’a pas lue et on  peut éventuellement avoir envie de la lire après cet album. On a ainsi la furieuse impression d’avoir droit à un dossier de presse payant, avec bien peu de matériau original, très peu d’illustrations nouvelles (surtout des vignettes prises dans les albums de la série) et aucun travail de mise en cohérence. Ce qui aurait pu être pensé comme un ultime cadeau un peu luxueux et nostalgique de maître Van Hamme à ses lecteurs échoue un peu piteusement, en ne parvenant même pas à lancer une éventuelle intrigue autour du journaliste. Au final je déconseille cet album à la plupart des lecteurs, hormis peut-être les fans hard-core qui voudront absolument rassembler les deux parties de l’Enquête…

 

Ceux qui restent

Couverture de Ceux qui restentCeux qui restent part du principe du « et si… », ce que les américains appellent l’elseworld ou encore l’envers du décors (que l’on trouvait dans le plutôt réussi Fairy Quest d’Umberto Ramos): que se passe-t’il pendant que les enfants aventuriers partent en volant, la nuit, vers les pays imaginaires, emportés par des créatures magiques? Pendant qu’ils vivent des aventures qui leur font oublier leurs parents, leur quotidien? Je dois dire que l’idée est assez géniale en ce qu’elle retourne totalement le concept de Peter Pan (et son interprétation psychanalytique) et s’intéressant aux parents et en faisant des enfants à la fois des monstres d’égoïsme et des victimes de leur crédulité. Car pendant leur absence les parents se morfondent, la police enquête sur la disparition et le temps s’écoule. La vie est infernale, l’attente d’autant plus dure que le regard des autres empli est de suspicion pour expliquer l’inexplicable. Et le retour, ponctuel mais régulier, de l’enfant en joie de raconter ses passionnantes aventures contraste avec la déprime qui gagne ceux qui restent…

Cet album est techniquement très réussi, son propos essentiellement en narration fait ressentir durement l’absence et l’épreuve de l’inconnu pour les parents. Le dessin à la fois simpliste et très maîtrisé, notamment dans les cadrages en plans larges et le découpage très aéré et horizontal, fait ressentir le temps qui passe, la pesanteur. C’est pourtant toute cette pesanteur qui m’a fait décrocher. Cet album est une dépression de 120 pages, pourtant joliment coloré mais vraiment pesant et sans espoir. Il semble que les auteurs ont voulu prendre le revers des contes, atteindre une noirceur à l’échelle du merveilleux des pays des rêves. Et franchement on ne comprend pas pourquoi proposer une histoire si nihiliste. C’est la même raison qui m’a dépité sur le pourtant acclamé Ces jours qui disparaissent. J’aime les ambiances sombres, les histoires barbares, éventuellement les bad-ending. Mais une intrigue totalement tournée vers le noir, je passe mon chemin.

***·BD·Mercredi BD·Nouveau !

Essence

BD du mercredi
BD de Fred Bernard et Benjamin Flao
Futuropolis (2018), 179 p. one-shot.

Très bel ouvrage au format atypique (carré) doté d’une illustration de couverture intrigante mais assez esthétique en peinture.

Achille cherche de l’essence. De l’essence pour faire fonctionner la voiture. Il doit rouler pour retrouver la mémoire, assisté de son ange gardien. Achille est au Purgatoire et tout en découvrant les possibilités infinies que la pensée permet sur ce monde sans structure, il va devoir entamer une introspection pour quitter ce lieu et trouver la paix…

Ma première lecture d’un album de Benjamin Flao m’a plutôt conquis. Résultat de recherche d'images pour "flao essence"J’aime pourtant les histoires qui ont un sens et les fantasmagories sans structure ont tendance à me perdre, même lorsqu’elles sont appuyées sur de belles visions graphiques. Ce n’était donc pas gagné tant nous entrons ici autant dans l’esprit d’Achille, pilote-mécanicien alcoolique à la vie cabossée, que dans celle des deux auteurs Bernard et Flao. Le projet est hautement graphique, vaguement expérimental, en tout cas très personnel pour Flao. Du format au découpage alternant pleines pages et découpage BD voir doubles pages fusionnant les cases en une seule comme sur cette délirante course aux 1001 modèles, l’illustrateur est ici en roue libre et se fait plaisir! L’univers imaginaire permet toutes les formes, toutes les narrations, toutes les temporalités et le duo parvient à partir dans tous les sens sans nous perdre et en nous intéressant à ce personnage moins sombre qu’il n’y paraît.

Résultat de recherche d'images pour "flao essence"La forme est celle d’un road-movie avec ce duo du personnage principal et son ange gardien, vaguement sexy, très mystérieuse et qui le pousse sans cesse à se concentrer sur ses souvenirs, seule façon de quitter le purgatoire en purgeant le passif de sa mort que l’on devine lourde. A chaque arrêt Achille déambule dans des décors très post-modernes, aux vitraux colorés style années 60-70. L’univers visuels architectural est vraiment réussi et particulièrement original en parvenant à créer une ambiance que l’on imagine issue de la mémoire du mort. Dans un genre proche, le monsieur Mardi-gras de Liberg s’en tirait plus laborieusement, sans doute par une certaine monotonie graphique et un manque d’humour.

Résultat de recherche d'images pour "flao essence"Si la linéarité des aventures d’Achille peut finir par lasser (le volume fait presque 200 pages), la variété visuelle accroche l’œil en nous montrant la palette des talents de Benjamin Flao qui se rapproche par moment d’un certain Jean Giraud dans une volonté d’épure. Et lorsque l’histoire s’accélère en revenant au réel, aux dernières heures d’Achille, nous révélant qui furent vraiment le pote et la fille dont on nous parle depuis le début, on passe directement la quatrième vitesse, en adoptant un style visuel du genre des Innomables, rapide, sombre, très efficace en matière de dynamisme, mais qui tranche violemment avec ce qui nous était offert jusqu’ici. La rupture était peut-être nécessaire à l’histoire, mais j’ai personnellement trouvé que c’était trop sec, trop différent…

Il reste que les deux auteurs nous proposent avec Essence une magnifique virée dans l’imaginaire artistique de Benjamin Flao, un exercice de style, une sorte de carnet de croquis scénarisé qui, si vous aimez les expérimentations et la patte de Flao, devrait vous combler. Un objet assez unique qui devrait être une pièce de choix dans votre bibliothèque.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-lebadge-cml

***·BD·Rapidos

Poet anderson

esat-west

Comic de Tom De Longe, Ben Kull et Djet
Glénat (2018)  – Lion forge comics (2015), 96 p. format souple.

601 POET ANDERSON[BD].inddLe format comics léger et peu cher est inséré dans une jaquette couleur. La couverture est très attirante avec un dessin type manga. Une interview assez vide conclut le volume, où le principal intérêt (pour qui n’est pas un fanatique de l’auteur Tom De Longe) réside dans les illu de concept très sympa, De Longe ne disant que des platitudes qui ne nous apprennent rien sur la BD et sa réalisation. Étonnant…

Le monde des rêves existe! Deux frères sont des Poets, dotés de la capacité de circuler entre les deux mondes et de « rêver éveillés ». Ils vont se retrouver au cœur d’une terrible machination du maître des cauchemars qui aspire rien de moins que semer le chaos sur le monde réel…

Poet Anderson – the dream walker est un coup marketing réussi comme les américains en ont la science. L’interview de Tom De Longe reflète un projet multi-médias qui semble avoir été montée pour développer et vendre une création pensée comme un clip et non comme une BD. Attention, je ne dis pas qu’il s’agit d’une mauvaise BD, loin de là! Simplement la communication faite autour d’un objet très graphique est à l’échelle d’un gros projet ambitieux… ce que n’est résolument pas Poet Anderson, que je vois plus comme un sympathique one-shot. Image associéeC’est dommage car le travail sur l’univers visuel est vraiment sympa, les design très réussis et l’idée d’un passage entre le monde réel et celui des rêves, si elle n’est pas franchement révolutionnaire, reste toujours sympathique avec beaucoup de possibilités (on se souvient de Matrix pour ne citer qu’un exemple). Le délai entre la première publication du tome 1 et un second volume qui ne pointe toujours pas le bout de son nez me laisse très pessimiste sur une suite à cette histoire. Personnellement je n’aime pas les histoires qui n’ont pas de fin et les auteurs (surtout réputés) qui ne respectent pas leurs lecteurs. Du coup je reconnais que j’ai un sentiment ambigu après la lecture de cet album…

Mais concrètement qu’avons-nous? Comme dit en résumé, Anderson est le sauveur attendu pour équilibrer les deux mondes face à la menace apocalyptique d’une perversion du monde réel par l’entité maléfique issue des cauchemars. Les concepts et personnages lancés par ce tome sont nombreux et relativement riches, les thèmes archétypaux et mythologiques (le Mal, la fée,…) sont également toujours de bons points pour une histoire fantastique. Le drama est à la hauteur (bien que l’histoire avance très vite) avec dès la fin de ce premier volume, un danger bien palpable qui donne du corps à cet univers. Il y a bien quelques facilités de construction avec ces aller-retour des deux frères entre les deux mondes et la temporisation dans l’apparition des pouvoirs du héros, mais globalement on a un comic-manga très sympathique et visuellement assez réussi (très coloré).

Je suis assez gêné car peut-être que dans cinq ans après la clôture de l’histoire en 3-4 volumes je serais dithyrambique sur un monde fantastique puissant et onirique, mais le risque d’un album mort-né me laisse sur mes gardes… L’impression que la BD n’est qu’un gadget autour d’un court ou long métrage d’animation fait craindre le simple objet promotionnel pour le groupe de rock de De Longe… Je vous laisse juges…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1