***·Comics·East & West·Nouveau !·Numérique·Rapidos·Service Presse

X-O Manowar #3: Héros

esat-west
Comic de Matt Kindt, Trevor Hairsin, Juan Jose Ryp, Thomas Giorelo
Bliss (2019) – Valiant 2018, Tome 3/3 (épisodes 15-26), 320p.

couv_xo3_rgb-1-600x923

Aric est de retour sur Terre. Mais celle-ci a changé, son peuple a changé, son amour a changé pendant son absence et l’obligent à recherches un but à sa vie. Entre passé, présent et futur, il va devoir affronter ses divers ennemis et trouver sa place. Mercenaire, Wisigoth? qu’est-il?

Disons-le tout de suite, ce troisième et dernier volume est le moins solide de la saga de Matt Kindt, du fait d’un statut bancal peut-être créé par l’intervention de l’éditeur. Car si le nouveau XO plaisait par sa radicalité et ses questionnements sur le pouvoir et l’identité, ce volume découpé en trois sections très inégales et peu reliées entre elles, perd de la cohérence pour apparaître comme une sorte de spin-off à la manière d’un Divinity III.

Image associéeAinsi le premier récit dessiné par un Trevor Hairsine assez moyen nous transpose en 393 de notre ère, date répétée de très nombreuses fois, jusqu’à la limite du ridicule, sans que l’on comprenne bien cette insistance sur la quête du jeune Aric pour récupérer le frère de son meilleur ami enlevé par les romains. Le seul intérêt de cette séquence repose sur le personnage de Sabbas, qui semble devoir jouer un rôle important dans la suite de l’univers Valiant. Le second récit (plutôt bien dessiné par l’inégal Ryp) est la suite directe du one-shot Eternity (qui était la suite de Divinity) et il sera préférable d’avoir lu celui-ci (excellent) pour bien saisir. L’histoire du reste met Aric dans la peau d’un mercenaire du GATE, rôle qu’il a déjà endossé par le passé, par exemple sur Harbringer Wars II. Ça bastonne avec des êtres d’une autre dimension, on noue des relations pour la suite, mais on ne voit pas trop le rapport ni avec les autres volumes ni avec le premier récit. Le troisième enfin rappelle les mercenaires du précédent tome sous le crayon du talentueux Thomas Giorello. Là encore ceux qui n’auront pas lu l’attaque extra-terrestre narrée dans Unity découvriront Résultat de recherche d'images pour "xo manowar agent ryp"surpris des robots géants faisant office de vaisseaux spatiaux et utilisés par les mercenaires comme par la chérie Gorinienne d’Aric revenue le sauver. Ça continue de bastonner, les problématiques associées à l’armure sont un peu oubliées et si l’épisode se laisse lire il ressemble plus à un passage obligé vers une clôture qu’à un magistral épilogue que la série méritait.

Au final ce troisième volume n’est pas déplaisant et chaque séquence est à la fois jolie et sympathique dans ses combats et les liens qu’elles tissent avec d’autres albums Valiant. Comme conclusion on ne pourra néanmoins s’empêcher de penser que Kindt aurait mieux fait de laisser Aric à la fin du second volume qui aurait été bien préférable comme conclusion.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Mercredi BD·Nouveau !·Numérique

Les sans-visages

BD du mercredi

BD de Dubois et Kas
Le Lombard-Signé (2019), one-shot de 96 p.

couv_372530

badge numeriqueL’album étant lu en numérique  je ne parlerais pas de l’édition. Je préciserais seulement deux choses: d’une part si certains albums se lisent très bien en numérique, du fait des dessins très fouillés, colorés je pense que celui-ci gagne particulièrement à être lu en album papier. Par ailleurs, je le précise presque à chacune de mes lectures Signé, je déplore vraiment que cette collection prestigieuse destinée à l’origine à publier des One-Shot exceptionnels comme le Western de Rosinski-Van Hamme, soit devenue une simple collection où des auteurs ont leurs habitudes, tels le très bon Pierre Dubois, mais également des Hermann ou Warnauts et Raives. Cela ne veut pas dire que tous ces albums sont mauvais, mais que le prestige initial de la collection fausse un peu l’a-priori du lecteur en diluant l’aspect exceptionnel.

La guerre de trente-ans fut l’une des plus sanglantes de l’histoire moderne. Sur des terres germaniques ravagées par cette guerre entre catholiques et protestants, une horde de mercenaires va se retrouver piégée dans une vallée qui ressemble à un paradis hors du temps. Là ils se retrouveront confrontés à des choix entre l’accès à l’humanité ou le maintien des pulsions sauvages qui les ont menées pendant des années…

Résultat de recherche d'images pour "kas sans-visages"

Je découvre avec cet album un auteur, Kas, dont le style me rappelle rapidement un certain Rosinski. Ce n’est pas un hasard puisque, polonais comme le maître, il a pris sa suite sur la série Hans. L’on sent bien la filiation mais surtout une esthétique faite de grande maîtrise visuelle qui s’échappe de l’académisme du dessin de BD avec un rendu crayonné qui crée une ambiance dynamique et vivante. On pourra juger le traitement des filles un peu manichéen avec ces amazones aux lèvres sur-pulpeuses et aux yeux proches du manga, mais le tout à une grande élégance, notamment dans une mise en couleur très détaillée. Je ne suis d’ailleurs pas du tout certain que les planches aient la même force en noir et blanc du fait d’un encrage très léger et le rôle de la couleur d’habiller une multitudes de traits qui donnent une texture aux formes. Le dessinateur nous propose ainsi un vrai régale pour les yeux tout au long de ces quatre-vingt pages très bien tenues.

Clipboard03.jpg

Après une introduction puissante reprenant l’iconographie de la peinture du Moyen-Age avec ces scènes de vie rurale foisonnante ainsi que ces danses macabres qu’utilise avec tant de talent un Olivier Ledroit, j’ai été surpris de tomber dans une sorte de BD glorifiant un paganisme gaulois avec ses paysans joyeux dont la vie est rythmée par les saisons. C’est un peu kitsch, probablement assumé pour créer le décalage avec la brutalité sombre des Sans-visages. Ce ne sont pas les meilleurs passages de l’album mais l’on comprend le sens du message et vers où l’on va. Ainsi l’ambiance Horde sauvage avec cette bande de Ronins européens ne dure guère, ce qui peut troubler au regarde, notamment de la très belle couverture qui s’incarne dans les premières pages rageuses. Personnellement je m’attendais plus à une ambiance sombre à la Après l’enfer. Le travail de design vraiment réussi sur les personnages de la troupe (on en voit les recherches détaillées dans le cahier graphique final) est finalement très peu utilisé puisque dès le premier quart de l’album on se retrouve avec des guerriers à la moustache mousquetaire et à l’habit huguenot, assez classiques dans la BD d’époque, mais surtout les masques si marquants sur les premières ages disparaissent.

Clipboard01

Le thème de l’album devient alors la rencontre de ce capitaine avec un pays de cocagne alors que la guerre fait rage au-delà des montagnes. L’attrait du scénariste Pierre Dubois pour la culture du petit-peuple et de l’harmonie avec la nature se ressent. La tension est alors légère mais constante sur cette communauté où l’on sent que ces Sans-visages peuvent à chaque instant faire basculer l’harmonie. Étonnamment la population locale est très peu vue hormis deux jeunes femmes très belles. L’une propose au capitaine de renoncer à sa vie militaire pour fonder un foyer. Il est âgé, elle dans la fleur de l’age. On se demande alors comment un officier aussi sage a pu diriger une telle bande de gredins… Si le lecteur profite de ces agréables paysages au travers de pages un peu répétitives sur le passage des saisons, il ne peut s’empêcher de se demander comment ces hommes n’ont pas plus de traumatismes.

Clipboard02.jpg

Cet album a un cheminement étonnant, dont l’introduction joue sans doute un mauvais tour à un projet qui n’était en rien une Historic-fantasy. On aurait aimé voir quelque chose proche de la Complainte des landes perdues à la Renaissance, rageur et réaliste comme ce qu’a pu produire le scénariste avec Sykes, et l’on a finalement un récit sur un amour impossible et sur la vie simple des paysans. Il manque probablement une tension dans cet album où les auteurs semblent plus intéressés par l’illustration de la Nature, des nymphes et de la vie paysanne. Peut-être plusieurs projets en un, qui manquent de définition. Du coup on a une bonne histoire assez classique, très joliment et subtilement mise en image par Kas, avec quelques morceaux de bravoures et une bataille finale très réussie. Pas suffisant pour nous étourdir et ces premières pages flamboyantes resteront lettre morte, mais Les sans-visages reste un bon album comme l’expérimenté Pierre Dubois sait parfaitement les mener. Un peu plus d’originalité la prochaine fois et ce sera sans nulle doute un carton.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le cheznjziphxv

***·BD·Mercredi BD·Nouveau !

Conan le Cimmérien #7: les clous rouges

BD du mercredi
BD de Vatine, Hautière et Cassegrain
Glénat (2019), 56 p. one shot.

couv_373253Comme tous les albums de la collection Conan le cimmerien l’ouvrage comporte en intérieurs de couverture une carte de l’Age Hyboréen ainsi qu’un cahier graphique de treize pages incluant une contextualisation de la rédaction des Clous rouges par Robert E. Howard et quelques illustrations hommages de différents illustrateurs… l’occasion de voir Olivier Vatine aux crayons avec toujours autant de classe! Je vais profiter de cet habituel paragraphe « éditions » pour aborder la question de la couverture: celle-ci est très jolie et totalement dans le thème frazzetien… si ce n’était l’étonnante pudeur qui a fait jouer au caleçonneur en ajoutant de petites culottes à l’illustration originale de Didier Cassegrain (en pied de cet article) exposée à la galerie Maghen. Je n’ai pas pu savoir si cela avait été imposé par Glénat ou proposé par l’auteur mais c’est assez incompréhensible quand on voit le reste de l’illustration avec les demoiselles très aérées, le côté sanglant de l’album et la relative sagesse de ces pages intérieures côté nudité. Ce n’est pas une affaire d’État mais pose question sur l’éventuelle influence de l’éditeur sur le contenu de l’album…

Lorsque Conan et Valéria, deux mercenaires aussi proches que sans scrupules, se réfugient dans une gigantesque cité pour échapper à des dragons ils pénètrent dans une sorte de tombeau sans ouverture où une lutte sans merci se déroule depuis une génération entre deux clans. Bientôt on leur demande d’intervenir pour faire pencher la balance…

Résultat de recherche d'images pour "conan clous rouges cassegrain"Quand on sait que la collection Conan le cimmérien est issue de nouvelles courtes et que l’univers du plus célèbre des barbare est marqué par l’esthétique plus que par la complexité des intrigues, on n’est pas très difficile quand au scénario, qui ici s’avère aussi basique et attendu que celui de la Fille du géant de gel. Pas vraiment de surprises mais plutôt de l’intérêt dans les relations du barbare avec les filles, à commencer par la très réussie Valéria, farouche combattante qui rappelle Tao Bang, la première héroïne croquée par le dessinateur des Nymphéas noirs il y a une éternité (… et dont je vous propose une critique rétro dès ce vendredi pour profiter de ma semaine Cassegrain!). Commençons par les points négatifs: après une course forestière aux prises avec une sorte de dragon archaïque où les couleurs, l’espace et l’action épique nous font rentrer de façon tonitruante dans l’ambiance Conan, les deux comparses arrivent dans le huis-clos de la cité de Xuchotl. A partir de là les planches deviennent quasi monochromes et malgré  le côté cyclopéen des immenses salles de pierre, le manque de lumière écrase un peu les dessins de Didier Cassegrain dont la mise en couleur est une des grandes qualités (pour preuves opposées les Nymphéas d’un côté, la version n&b des Clous rouges de l’autre dont on peut vraiment se demander, au vu de la technique du dessinateur, si elle était pertinente…). On peut également se demander (mais c’est toujours un peu le cas chez cet auteur) si le calibrage de l’impression est bon tant l’effet surexposé créé en partie par les très faibles encrages est présent.

Résultat de recherche d'images pour "conan clous rouges cassegrain"Les auteurs ne sont bien entendu pas vraiment responsables de cela puisque le texte imposait un cadre. Si l’histoire de ces deux clans ennemis à mort ne nous intéresse guère, le dessinateur aidé par le talent désormais légendaire de la mise en scène d’Olivier Vatine nous propose un design inspiré par les civilisations précolombiennes qui mélangé au thème du harem asiatique crée un univers très attrayant qu’on aurait aimé voir dépasser les costumes. Car ce qui marque dans cet album ce sont bien les plans rapprochés, les séquences d’action particulièrement réussies (comme tous les illustrateurs passés par l’animation, Cassegrain a le sens du mouvement!), aussi drôles que gores, notamment grâce à une Valéria pleine de grâce, d’énergie aérienne et de répartie. Si les filles ont toujours un rôle important dans les histoires de Howard, cette version des clous rouges est sans doute celle où l’héroïne prends le plus l’ascendant sur le colosse cimmérien. Le couple fait l’album et lorsqu’il est séparé pour des récits obscures le rythme se perd.

Résultat de recherche d'images pour "conan cassegrain"L’attente plus ou moins grande marque sans doute la réception des albums de la série et on peut dire sans hésiter que celui-ci était l’un des plus attendus, notamment depuis le carton du polar adapté de Michel Busi en début d’année. Et je confesse que contrairement à un Virginie Augustin qui était remarquable d’équilibre cet album m’a paru un peu timide, malgré donc les quelques planches barbares et sexy qui ne masquent pas cette dernière illustration hommage à Frazzeta: elle semble faire dire à Didier Cassegrain qu’il aurait souhaité donner cela à ses lecteurs, une ode sauvage débridée… Pour boucler la boucle est-ce que le cahier des charges de Glénat ne serait pas un peu trop grand public? Étrange série en tout cas où les thèmes finissent pas revenir, où le caractère décousu des nouvelles (verra-t’on enfin cette histoire de Conan pirate dont on nous parle depuis plusieurs albums?) peut lasser mais où de grande dessinateurs nous procurent tout de même des plaisirs certains. Entre des pages ou cases magnifiques du dessinateurs, un album bancal dont la fin abrupte confirme l’ambition relative d’une collection dont les auteurs ont du mal à dépasser le carcan.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

Résultat de recherche d'images pour "cassegrain les clous rouges"

****·Comics·East & West·Nouveau !·Numérique·Service Presse

X-O Manowar #2: D’empereur à Wisigoth

esat-westComic de Matt Kindt, Clayton Crain, Renato Guedes, Ryan Bodenheim, Ariel Olivetti
Bliss (2018) – Valiant 2017, Tome 2 (épisodes 7-14), 224 p.

xo-2018-2-couv-2-600x924

Le volume comprend un résumé des épisodes précédents, un sommaire (que j’apprécie beaucoup car il indique très clairement quels auteurs officient sur quelles sections), les couvertures de chaque fascicule original et en fin de tome des croquis et explications d’intentions passionnantes. Tout cela est habituel chez Bliss mais pas toujours aussi intéressant.

Après avoir gravis les échelons de l’armée Azur au cour d’une guerre permanente semée de trahisons, le voilà empereur de la planète Gorin. Mais lorsqu’un adversaire d’outre-espace survient, la difficulté de maintenir une cohésion entre tous ces peuples antagonistes se fait jour. Aric de la Térre est-il capable d’autre chose que de faire la guerre? Se coupant de tous ses proches, trahis, pourchassé par une bande de mercenaires, loin de la Terre, qu’espère t’il encore de la vie?

Résultat de recherche d'images pour "renato guedes emperor"Lorsque j’avais ouvert le très joli premier tome du reboot de X-O Manowar, j’avais cru avoir loupé un épisode expliquant ce que le héros faisait sur la planète Gorin. Il n’en est rien et dans les bonus de ce second tome les auteurs expliquent justement que l’objectif était de sortir Aric de son confort et le lecteur avec, de le placer dans un environnement totalement nouveau (mais guerrier…) afin d’explorer la psychologie du personnage. Sur ce plan la série est une vraie réussite et après les relations avec l’armure dont il est dépendant mais qu’il ne souhaite pas utiliser, sorte de voix intérieur de sa conscience, il doit affronter ses choix et le vide de sa vie. Rarement un héros aura été aussi malmené émotionnellement, jusqu’au bout du volume. Si je maintiens mes quelques regrets sur une série qui reste essentiellement axée sur la guerre rageuse (ce qui finit par devenir un peu redondant), le travail sur le personnage et la réflexion politique sur l’impossibilité d’imposer la paix par la guerre (ce qu’ont argumenté nombre de conquérants à travers l’Histoire) sont vraiment intéressants.

Ce second volume démarre sur le même mode que le précédent, jusqu’à l’irruption des mercenaires, qui provoquent une vraie bouffée d’air. A la fois graphiquement par une bonne grosse claque de Renato Guedes, mais surtout car la section permet l’arrivée de personnages tout neufs, d’un univers très excitant loin de Gorin et de mettre enfin le héros en danger. L’intérêt est pleinement relancé et se poursuit jusqu’à la prise de conscience d’Aric que son destin n’est plus ici. On quitte donc l’action ininterrompue pour du fonds et un chemin qui nous donne soudait très envie de savoir comment va rebondir cette gueule cassée  au bord de la dépression (on retrouve l’intérêt pour Bloodshot sur ce plan), avec notamment une conclusion très réussie et forme d’ouverture qui boucle cependant le cycle de Gorin. L’éditeur précise dans une fiche de lecture dont il est coutumier que la suite sera à lire dans le crossover Harbringer Wars 2 à paraître bientôt, avant un troisième volume de X-O Manowar. J’étais resté un peu sur ma faim dans le premier volume y compris sur un personnage que je trouvais un peu monolithique. Ce second tome relance vraiment la machine.Résultat de recherche d'images pour "manowar clayton crain"

Le petit bémol que je mettrais est dans le graphisme. Paradoxalement, Clayton Crain, qui est capable du superbe sur Harbringer Wars, Dininity et sur pas mal de couvertures Valiant, peine ici clairement dans les scènes de bataille, fouillis et assez sombres, où sa technique numérique peine un peu en précision. A côté, Renato Guedes, dans une technique de peinture à l’eau peu évidente (proche du travail de Dustin Nguyen sur Descender) produit des planches magnifiques. Est-ce un manque d’intérêt ou une vraie limite de la technique de Crain, toujours est-il que ses planches sont les moins intéressantes. Contrairement au premier tome découpé entre deux illustrateurs au style très proche (et créant une vraie harmonie graphique), ici c’est plus divers, mais cela ne m’a pas dérangé. Tous sont très bons et si Guedes m’a énormément plu, Ariel Olivetti qui conclut l’histoire est une nouvelle énorme claque, une vraie révélation que je vais m’empresser de suivre! Résultat de recherche d'images pour "xo-manowar renato guedes"Dans un style alliant dessin très précis et textures numériques discrètes proches du boulot de Reno sur Aquablue, l’argentin (tiens, est-ce que le secret de Valiant ne serait pas de faire appel à des dessinateurs non états-uniens?) fait exploser les rétines avec des séquences spatiales qui laissent pantois. J’espère vivement qu’il continuera son travail sur Manowar car sur ces planches on atteint clairement le top de ce qu’a produit Valiant jusqu’ici. Et comme je constate une montée graphique à chaque volume depuis l’an dernier, jusqu’où irons nous? J’ai beaucoup hésité à ajouter un quatrième Calvin à ma note en raison des planches de début d’album et d’un démarrage poussif, mais la clôture et la double révélation graphique justifient un 4 qui confirme que ce second album Manowar est meilleur que le premier.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Commandez le badge-cml