BD·Comics·East & West·Nouveau !

Batman: The dark prince charming #2

East and west

Comic de Marini
Dargaud/DC (2018),  66 p.; vol 2/2

couv_333529Sur le premier volume sorti paru il y a peu j’avais été quelque peu mitigé, un peu agacé par la com’ gargantuesque de Dargaud sur l’événement et par le caractère introductif du volume. Après la lecture de ce second tome qui clôt très joliment l’histoire, des confirmations et une information. Niveau fabrication, hormis une chouette couverture et une élégante maquette, on a le minimum syndical; un carnet comme sur le tome 1 n’aurait pas été un luxe.

La petite Alina  a été enlevée par le Joker, qui l’utilise pour faire chanter Bruce Wayne. Le « prince charmant fou » souhaite offrir à sa dulcinée Harley Quinn le plus gros diamant du monde. Mais pendant que le Joker se débat avec ses contradictions, le Chevalier noir mène l’enquête…

Je reconnais que je me suis trompé! L’impression mitigée sur le premier volume était bien due au découpage et confirme que l’éditeur aurait été inspiré de ne publier le volume qu’une fois clôture (surtout que la parution des deux tomes est très rapprochée). L’affaire est donc réglée puisque plus personne n’aura a attendre entre deux albums et je gage que Dargaud sortira à noël une intégrale joliment augmentée.

Cet album est, me semble-t’il, encore plus axé sur le Joker que le premier et donne lieu à un humour noir très réussi, notamment dans la relation entre le clown, la gamine et Harley. C’est bien là l’innovation de ce titre qui introduit une lignée à un Bruce Wayne habituellement considéré comme incapable d’enfanter et d’avoir une vie relationnelle. Même si c’est par accident, on nous montre néanmoins le passé du jeune Bruce (ainsi que celui du Joker… ce qui est assez rare dans l’ensemble de l’édition Batman…) et ce qui aurait pu lui désigner une autre vie. Les scènes intimistes sont nombreuses et permettent de développer une psychologie complexe à un joker finalement pas si monstrueux que cela. Si la violence et le caractère adulte de « Dark prince charming » sont présents, Marini ne suit cependant pas les traces du tandem Snyder/Capullo (l’une des plus impressionnante variation mais aussi très noire). Comme je l’avais noté sur le premier volume, la filiation visuelle avec la trilogie de Christopher Nolan est cependant dommage (outre que je n’ai pas accroché avec cette esthétique réaliste) car elle perd l’originalité que l’on aurait attendu de l’artiste italien, qui semble néanmoins avoir pris un énorme pied à s’immiscer dans le monde du Detective. Néanmoins quel plaisir de voir un Gotham redevenu gothique et l’ombre de la chauve souris fondre sur les truands!

image Ce second tome donne lieu à quelques séquences remarquables, comme ce récital au piano du Joker dans une usine désaffectée montrant la bêtise de sa jolie copine, une citation de « singing in the rain » ou ce tordant face à face entre un Joker grimé en drag-queen et un Bruce Wayne bourru au possible. Comme souvent dans les histoires de Batman c’est donc encore une fois le Joker le clou du spectacle. L’auteur jour d’ailleurs très subtilement sur un quiproquo attendu concernant le titre: le Sombre prince charmant n’est pas forcément celui que l’on crois, notamment via une ultime pirouette vraiment réussie.

Niveau action, Marini sort la grosse artillerie et maîtrise toujours aussi superbement son cadrage, son découpage, son rythme. Il parvient ainsi sur son double album à rendre aussi intéressantes les scènes de dialogues entre personnages, les panoramas nocturnes, les clowneries du Joker et les séquences testosteronées. DPC2.jpgJe pointerais juste une petite déception sur Catwoman, toujours aussi garce mais un peu délaissée. Il est vrai que sur une telle pagination il est compliqué de donner toute leur place à tous les personnage du panthéon batmanien et Marini semble avoir jeté son dévolu plutôt sur Harley Quinn (… logique vu que le focus va plus sur le Joker que sur le héros!).

Cette aventure à Gotham d’Enrico Marini lui aura permis de se faire plaisir autant qu’à nous et de proposer aux novices en matière de super-héros une introduction franco-belge qui pourrait être le sas idéal pour pénétrer le monde des comics. Parvenant à respecter les codes de l’univers Batman sans trahir sa technique, Marini réussit haut la main la transposition. A se demander s’il est capable de rater quelque chose…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le badge-cml

Résultat de recherche d'images pour "enrico marini dark"

Et une intéressante interview de Marini chez Branchés culture

 

Publicités
BD·Mercredi BD

Les aigles de Rome

BD d’Enrico Marini
Dargaud (2007-2016), 5 tomes parus.

couv_68233Pour sa première série solo (dont le premier tome remonte à dix ans maintenant!), le grand Enrico Marini, toujours féru d’histoire, à mis la barre haut, voir très haut. Si l’on connaît son talent graphique depuis longtemps, l’aventure scénaristique était risquée: nombre de dessinateurs s’y sont cassé les dents, le travail de documentation historique est considérable tant visuellement que scénaristiquement ; enfin et surtout, la série a vu le jour alors que la grande série sur l’antiquité romaine, Murena avait déjà achevé son premier cycle et jouissait d’une renommée très grande notamment pour son sérieux historique. J’avais commencé la série et abandonné dès le premier tome, peu accroché par ce qui me semblait une intrigue cliché entre deux vrais-faux frères, dans un contexte historique déjà vu. Mal m’en a pris, Les Aigles de Rome tient très fièrement la comparaison avec Murena en assumant son identité propre.

Sur le plan matériel nous avons une pagination classique mais une intrigue très dense pourrait faire croire à des albums de 80 pages… Un court résumé des précédents tomes est inséré en début d’album et un glossaire des termes latins à la fin. L’intérieur de couverture comporte une très belle et très utile carte de l’Empire indiquant notamment les noms et localisations des nombreux peuples germains qui sont au cœur de l’intrigue. Tout bon donc côté fabrication éditoriale, si ce n’étaient les couvertures qui sont comme souvent chez Marini très peu inspirées et peu alléchantes. Vraiment dommage lorsque l’on compare à la qualité des dessins intérieurs qui sont d’un niveau rarement atteint par l’illustrateur italien.

Alors que la République touche à sa fin, un général romain se retrouve chargé d’élever son fils et le fils d’un chef germain emmené en « otage » comme signe de soumission à Rome. Alors que les deux fiers adolescents grandissent dans la culture romaine, ils vont se retrouver confrontés à leurs ambitions respectives mais surtout à leur identité de romains mais aussi des peuples conquis. Au travers de cette querelle de  deux frères ce sont les prémices de la bataille de Teutobourg qui nous sont relatés, qui vit la plus grande défaite des légions romaines et l’arrêt quasi définitif de l’expansion de l’Empire en Europe.

Marini - Les Aigles de Rome - Tomes 1 à 3Les Aigles de Rome a été une vraie surprise pour moi. J’aime l’Histoire, je lis Marini depuis le premier Gipsy (et j’ai d’ailleurs fait une rétro sur la série), j’ai adoré la série TV Rome qui a permis ce genre de traitement réaliste dans les fictions… et pourtant quelque chose ne collait pas. Je me suis donc trompé et je considère désormais cette série comme l’une des meilleures productions du dessinateur, d’une maturité qu’aucune de ses autres séries (à part peut-être L’étoile du désert) ne possède!

D’abord le sérieux de la reconstruction donc, et sur ce point la comparaison est tout à fait pertinente avec Murena: dans les deux cas, un personnage historique (Arminius chez Marini, Néron chez Dufaux/Delaby) et son alter-ego fictif se croisent en amitié/concurrence. Murena prend la grande Histoire, Les aigles de Rome a l’intelligence de recentrer sur un événement précis et une série courte, ce qui évite de diluer l’intrigue sur de très nombreux volumes (Murena en est à 10 et ça commence à faire beaucoup…). Choix pertinent tant la quantité d’informations (termes latins, détails de la hiérarchie romaine ou des coutumes sociales, etc) est important, de même que les personnages dont nombreux sont dotés d’un vrai travail de caractérisation.

Résultat de recherche d'images pour "marini aigles de rome"Ces personnages que je craignais très archétypaux lors de ma première tentative s’avèrent assez complexes et dotés de motivations cohérentes ; hormis Varus aucun n’est un gros méchant né pour être méchant, à l’inverse, le héros Marcus nous change du héros parfait à la Scorpion: ténébreux, impulsif mais aimant, il accumule les boulettes tout en étant d’un courage et d’une force exemplaires. Un héros faillible, contrairement à son frère Arminius, que rien ne semble pouvoir faire échouer alors qu’il se transforme progressivement en vrai antagoniste de Marcus. Tout au long de l’histoire on ne sait qui est réellement le héros de Marini, celui de la petite histoire familiale ou celui qui marquera l’Histoire de son nom…

Sur le plan graphique, si l’on a l’habitude de l’excellence, on atteint ici des sommets de reconstitution, que ce soit sur les costumes ou de multiples détails de décors militaires ou des intérieurs. Sachant tout dessiner, Marini est en outre un coloriste hors paire créant des atmosphères variées et évocatrice. Des visages des personnages aux paysage, tout est fin, subtile, précis et beau. Grande maîtrise des cadrages avec des plans dynamiques alors qu’il n’utilise pourtant aucune ligne de mouvement. Les séquences de bataille sont elles aussi impressionnantes de lisibilité et de style. Il est vraiment très fort! Alors il y a bien sur quelques tics graphiques comme les méchants qui sont souvent chauves, pâles et édentés ou la Germanie toujours couverte de brume et constellée d’arbres morts… Mais cela permet aussi une proximité avec le lecteur, une lisibilité qui n’est pas grossière non plus. Sur le plan documentaire comme sur le plan graphique, Les aigles de Rome peut assumer son statut de grande BD d’aventure historique, que personnellement je préfère donc à Murena.

Résultat de recherche d'images pour "marini aigles de rome"Les BD de Marini se bonifient avec l’âge et le bonhomme prends des risques en changeant d’univers: après le volume 2 de son Batman il enchaîne avec un nouvel épisode du Scorpion (la série s’approche de la fin) et travaille actuellement sur un one-shot en mode roman noir. De quoi saliver…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Cet article fait partie de la sélection de22528386_10214366222135333_4986145698353215442_n, cette semaine hébergée chez Moka.

 

BD·Guide de lecture·La trouvaille du vendredi

La trouvaille du vendredi #5

La trouvaille+joaquim

La Trouvaille c’est un trésor que vous avez gardé dans votre mémoire, une pépite de votre bibliothèque et qui mérite d’être offerte à l’appétit de vos lecteurs. Une pause de fin de semaine hors du brouhaha des publications récentes…


Le Gipsy

BD de Smolderen et Marini,
Dargaud (1993-2002). série en 6 volumes parus.

couv_66228La série du Gipsy a été publiée à l’origine par Alpen publishers puis très rapidement reprise par les Humanoïdes associés. A partir du tome 4 c’est Dargaud qui reprend directement la publication. Les trois premiers volumes forment un cycle, puis la série paraît en one-shot. Deux intégrales sont sorties.

Le Gypsy c’est Marini à l’état brut. C’est le Scorpion en plus bourrin, plus sexuel, plus macho, plus lourdingue. C’est la géopolitique d’anticipation à la Smolderen (comme sur le formidable Ghost Money), en phase avec notre époque mais avec le plaisir de l’action king size façon blockbuster! Série qui a fait connaître l’artiste italien, avant l’Etoile du désert (excellent western dont la suite est sortie l’an dernier par un autre dessinateur), Gypsy a un peu perdu de sa notoriété derrière la grande série historique Le Scorpion et les ouvrages plus récents de Marini (dont le Batman chroniqué sur l’Etagère). A la fois pour son scénario et pour ses dessins, la série mérite pourtant d’être lue et redécouverte, en espérant que les auteurs gardent des projets one-shot pour Tsagoï…

Le premier cycle de trois albums présente l’univers: dans un futur proche, alors qu’un nouvel âge glaciaire fige l’hémisphère Nord, le consortium C3C dirigé d’une main de fer par Burma Selmer gère la plus grande autoroute du monde, reliant tous les continents et parcourue par de gigantesques camions. Tsagoï, un musculeux gitan freelance gagne sa vie au volant de son engin, l’Étoile du gitan. Mais des tensions géopolitique ainsi que des bouleversements dans la gouvernance de la compagnie vont le projeter au sein d’une guerre entre factions…

Résultat de recherche d'images pour "gipsy marini"Dans ces trois volumes tous les protagonistes entrent en scène: le Gypsy, son camion, sa sœur qui sera la plupart du temps à l’origine de ses mésaventures, les multinationales, l’Aile blanche et sa Sorcière, confrérie d’assassins aux motivations troubles. Gypsy est fondatrice de toute la production ultérieure de Marini, ne serait-ce que parce que l’illustrateur a toujours repris les mêmes archétypes: La Sorcière se transforme en Mejaï dans le Scorpion, le Gypsy s’affinera pour devenir à la fois le Scorpion et le Hussard,… les filles très sexy et le héros porté sur la chose, les dialogues grivois et paillards, le mélange de politique et d’action débridée. Les bases sont là.

Résultat de recherche d'images pour "gipsy marini"L’exotisme également, avec un voyage en terres sibériennes barbares où des hordes mongoles menacent des forteresses occidentales. On est dans une sorte de Eastern SF rassemblant le film Jack Burton de John Carpenter avec un bon Scharzy et du Segio Leone pour les dialogues et les scènes improbables. C’est série B, rutilant, pas très fin mais quel plaisir visuel et ludique! Bien sur les premiers albums sont légèrement moins fouillés (on constate d’ailleurs que son style de personnages était assez proche d’Otomo aux débuts) mais la technique de Marini s’installe très rapidement et franchement dès le tome 3 on est sur le même niveau que ses albums récents. Les auteurs s’en sont donné à cœur joie avec un cocktail « grosses pétoires, gros camion, gros muscles, gros nichons »… C’est de la BD de garçon probablement, comme un peu toutes les séries de Marini du reste, mais personnellement j’adore la BD populaire assumée. C’est pas moins subtile que Dragon ball ou un Batman et la BD est aussi un art populaire.

Marini pl 30 du Gipsy tome 5 L'aile Blanche par Enrico Marini - Planche originaleA partir du tome 4 on passe en format one-shot, avec d’abord une escapade à Berlin pendant la coupe du monde de football (« Les yeux noirs« , le moins bon de la série pour moi), puis « L’aile blanche » qui voit revenir la Sorcière (méchante récurrente et incorruptible) et sa confrérie dans un petit pays arabique et enfin « Le Rire aztèque » où au Mexique un étrange virus décime les camionneurs en les transformant en sortes de zombies à la mode Joker (une première idée de son futur Batman?). Smolderen aime les scénarios d’anticipation alliant les thèmes habituels, de l’hypertechnologie au pouvoir des multinationales en passant par les questions ethniques et environnementales. On est proche des albums de Fred Duval (les séries B Delcourt comme Travis, Carmen MacCallum, etc) mais traité à la mode blockbuster. Le scénariste fait plaisir à son dessinateur en lui proposant des paysages grandioses, plein de filles dénudées et de bastons défiant les lois de la gravité. Le format du one-shot assume d’ailleurs cette ambition ludique et il est dommage que les séries à rallonge (par ailleurs globalement très bonnes) de Marini ne lui aient pas permis de faire une pause de temps en temps pour nous proposer un nouvel épisode du Gypsy. La série n’étant à ma connaissance pas officiellement clôturée et les auteurs ayant pris grand plaisir sur tous les albums, il n’y a plus qu’à attendre à pour ceux qui ne connaissent pas encore à se dévorer les 6 volumes existant.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

 

BD·C'est lundi...·Comics·Manga

C’est lundi, que lisez-vous? #5

Bon ben c’est pas par-ce qu’il neige qu’on s’arrête de lire des BD, donc…

1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?

couv_95312couv_197119couv_234580

couv_3060469782203147164batman-par-enrico-marini-tome-1-vf

51cj62bgxujl-_sx380_bo1204203200_

Fournée de bibliothèque oblige je replonge chez Léna, découvre l’excellente série Gung-Ho, le tout aussi impressionnant Vivès et deux rattrapages de la rentrée avec le Largo Winch (plutot pas mal) et le Batman (assez mitigé).

2. Que suis-je en train de lire en ce moment?

sunkenrock2_06092008_130314sunkenrock3_06122008_233626justice-league-crise-d-rsquo-identite

couv_261754nils-tome-2-vfCouverture de Yin et le dragon -1- Créatures célestes

J’ai pas mal accroché Sun-ken Rock alors j’enchaîne (… avant Wallman). JL Identity crisis fait partie des comics les plus réputés de ces dernières années, j’en parle très bientôt sur le blog. Et puis le tome 2 de Nils m’attend impatiemment sur ma PAL mais je crois qu’il vaut mieux relire le 1 pour en profiter pleinement. Enfin, une BD qui vient de la bibliothèque à lire avec les choupinous .

3. Que vais-je lire ensuite ?

Couverture de Les tuniques Bleues -61- L'étrange soldat FranklinLe Joueur d'échecs

Le dernier tunique bleues et un comic jouissant de très bonnes critiques, pour Iznéo (deux nouveautés). Deux BD (la première du fabuleux illustrateur jeunesse Davis Sala et un scénar de Zidrou) sorties cet automne, qui me faisaient bien envie et que j’ai eu la chance d’avoir rapidement par la bibliothèque.

 

Et vous? Vous avez pris de l’avance avant Noël?

Donnez vos lectures du moment en commentaires, ça m’intéresse!

BD·Comics·East & West·Nouveau !

Batman: The dark prince charming

East and west

Comic de Marini
Dargaud/DC (2017), Vol 1/2

batman-par-enrico-marini-tome-1-vfL’annonce de la parution en co-édition Dargaud/DC d’un Batman par le grand Enrico Marini a créé un bouillonnement rare dans le milieu BD cet automne. Accompagné par une campagne promo (que l’on qualifiera d' »américaine »…) de Dargaud et de Marini lui-même, cet évènement a occulté pas mal d’autres très grosses sorties, à commencer par exemple par le premier Largo Winch post-Van Hamme…

J’avoue que j’étais assez méfiant, agacé par cette campagne rarement vue dans la BD franco-belge, trouvant les premières images un peu trop « claires » pour une BD du Dark Knight et la couverture pas plus excitante que ça (bon, les couvertures de Marini en général ne sont pas ce qu’il fait de mieux). En outre le format BD paraît étrange et je me demande s’il n’aurait pas fallu préférer un format comics éventuellement agrandi. Le Marini que j’ai adoré, celui du Gypsy, de Rapaces et du Scorpion m’a un peu laissé sur ma fin ces dernières années avec une série Les aigles de Rome qui ne m’a pas accroché…

23078Ce premier volume d’une histoire en deux parties présente une intrigue sommes toutes classique de Batman: le Joker a enlevé une petite fille qui pourrait être la fille de Bruce Wayne… Il s’agit d’une mise en place, avec les personnages principaux de la galaxie Batman: Harley Quinn, le commissaire Gordon, Killer Croc, Catwoman, Alfred et bien sur le Joker… qui est peut-être le personnage le plus réussi de l’album. L’histoire ne fait que commencer et devra être résolue en un seule volume, ce qui peut être court… Très clairement si certains plans sont particulièrement réussi (avec plusieurs doubles-pages du Batman en mode « sentinelle »), ce n’est pas la mise en scène qui marque dans cet album peut-être un peu trop sage et respectueux, mais bien les personnages. Étonnamment le Batman comme Bruce Wayne sont quasiment absents de cet album, pour laisser la part belle au Joker et sa dulcinée. Marini s’est visiblement fait plaisir sur la Némésis de la chauve-souris ainsi que sur sa réappropriation graphique, plus inspirée des films de Christopher Nolan que de ceux de Tim Burton. Ainsi la batmobile et la batcave sont très réussies (mais peu vues). Les plans larges de Gotham sont beaux mais pas très travaillés. Les costumes de Batman et de Catwoman en revanche ne m’ont pas paru très originaux. Il me semble que l’auteur a peut-être été impressionné par le personnage (il révèle dans une préface assez sympa qu’il réalise un rêve de gosse) et n’a pas osé surprendre, hormis avec une relation déjà un-joker-menac3a7antassumée entre Wayne et Selina Kyle mais qui n’est pas réellement utilisée dans l’album. Encore une fois, l’intrigue n’est pas inintéressante mais n’est qu’ébauchée et aurait sans doute gagné à être publiée en un seul volume (d’autant que Marini est un dessinateur rapide). Je me demande au final si Marini n’a pas réalisé son album un peu vite…

Marini est un grand dessinateur populaire qui maîtrise son art (même s’il lui faudrait travailler ses perspectives et ses éléments techniques, mais ça on le savait déjà). Mais le Batman est l’un des personnages ayant le plus été illustrés et il passe après certains Jim Lee et les albums de Capullo/Snyder qui ont marqué un nouvel étalon en la matière (tant graphique que thématique). Il devient impératif d’adopter une patte graphique ou une idée radicale si l’on veut sortir du lot. Il faudra attendre le second volume pour être fixé et savoir si nous auront au final un bel album illustratif ou une vraie bonne histoire de Batman. Personnellement le White Knight que publie Sean Murphy m’excite pour l’heure beaucoup plus.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Les autres critiques blog:

sur Blog brother

BD·Comics

L’orgie de la rentrée

Alors ça y est on arrive à la fin d’année, grosse période de sortie de BD mais pas forcément gage de qualité étant données les contraintes posées sur les auteurs pour respecter les fenêtres de tir éditoriales. Le cru 2017 est pourtant selon moi une année exceptionnelle, en tout cas j’ai rarement prévu d’acheter autant de BD issues de séries de très bonne qualité. Voici donc sur quoi je vais baver d’impatience dans les semaines qui viennent:

9782723487061-lcouvrdr-3-731x1024a13qdc9h7fl

dans-ta-face-minablela-quete-de-l-oiseau-du-temps-avant-la-quete-05-l-ordre-du-sles-trois-corbeaux

couv-tome4-undertaker20294193_1418114134905093_3495102637142586385_n.jpg51cj62bgxujl-_sx380_bo1204203200_

105767cv-def81xy6eyfccl

81edb1jbqfl61myt6ok96l91jjyid4tal

51s43ehczll51jrrek6c6lbatman-par-enrico-marini-tome-1-vf

nils-tome-2-vf

  • Troisième testament Julius V
  • Warship Jolly Rogers (annonce 2017 sur le forum BDgest)

+Azimut 4 ??

Si vous avez des infos sur les autres parutions attendues…