***·****·East & West·Manga·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Leviathan #2 -Fool night #2 – Le Molosse – Shigahime #4-5

esat-west

Salut les mangavores! Fournées de suites récentes et globalement excellentes, qui montrent que la passion des jeunes auteurs a encore beaucoup à apporter et le dernier Chef d’oeuvre de Lovecraft de Tanabe.

  • Leviathan #2 (Kuroi/Ki-oon) – 2022, 224p., volume,2/3 tomes parus. Série originale Ki-oon.

bsic journalismMerci aux éditions Ki-oon pour leur confiance.

leviathan_2_kioonLe premier tomeLeviathan #1 sorti en début d’année nous avait happé dans un graphisme glacial tout à fait européen pour un huis-clos de survie spatiale en deux temporalités. Ici on s’attarde très peu sur les pilleurs dépave qui ne servent qu’à maintenir le suspens de qui est le survivant pour plonger résolument dans un Battle Royal qui évacue les éléments relationnels du précédent volume et tranche à tout va entre différents groupes et caïds du cerveau et des muscles. L’aspect le plus intéressant reste cette jeune fille qui mine de rien arrive à manipuler tout le monde pour viser le graal sans se salir les mains. Plus rythmé, plus linéaire mais tout aussi impliquant, ce deuxième épisode d’une série au format raisonnable coche donc toutes les cases d’efficacité dans le thriller spatial. Sacré performance pour une première œuvre et encore un strike pour cette création Ki-oon!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1


  • Fool Night #2 (Yasuda/Glénat) – 2022, 208p., 2/4 tomes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Glénat pour leur confiance.

fool_night_2_glenatPour sa première œuvre le mangaka Kasumi Yasuda avait impressionné sur un premier tome au dessin très inspiré et maîtrisé et qui demandait à confirmer. C’est chose faite avec ce second volume qui gagne directement un Calvin en simplifiant son intrigue vers une chasse au sérial killer. Pour une fois l’auteur évite ainsi d’étirer inutilement son entrée en matière et le cadre et les personnages étant posés il peut lancer son enquête paranormale avec comme vous vous en doutez un être transfloré qui semble avoir gardé la capacité de mouvement et décime la population, obligeant la police à collaborer avec l’Institut de Transfloraison en la personne de notre héros aux pouvoirs spéciaux. Tirant parti de cette atmosphère en clair-obscur alliant dynamisme issue de l’Animation et esthétique très polar, ce manga impressionne et convainc parfaitement en parvenant à garder un subtile équilibre entre cette mélancolie liée à la fin prochaine de ces êtres transformés et thriller classique très efficace. Aussi ne vous fiez pas à ces jaquettes atroces et à ce titre qui (pour l’instant) semble incongru et plongez dans une des plus jolies découvertes manga de cette année!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1


  • Le Molosse (Tanabe/Ki-oon) – 2022, 176p., collection Les chef d’œuvres de Lovecraft.

bsic journalismMerci aux éditions Ki-oon pour leur confiance.

couv_453273Avec sa frénésie de publications Ki-oon a rejoint avec ce recueil les publications japonaises de Tanabe, ce qui signifie qu’il faudra attendre un peu avant de voir paraitre l’Abomination de Dunwich qui est parue fin 2021. Étranges choix éditoriaux que de sortir coup sur coup la dernière parution en date de Tanabe (Le Cauchemar d’Innsmouth) puis sa première tentative chez Lovecraft. Du coup l’intérêt pour ces trois courtes nouvelles qui auront les mêmes limites que Celui qui hantait les ténèbres, à savoir leur brièveté et leur aspect d’ébauche. Surtout, ce sont des histoires antérieures au Mythe de Ctulhu puisque ce dernier s’étale de 1926 à 1936 quand les trois nouvelles ici adaptées sont publiées au tout début des années vingt. Ce qui est étonnant c’est que Tanabe n’a pas encore figé le style tramé qui fait le succès des autres publications de cette collection, avec des visages plus classiques du manga, plus agréables aussi. Il commet en outre quelques erreurs comme ce drapeau nazi sur un sous-marin allemand en 1920. Si La cité sans nom peut paraitre assez redondante avec Dagon et Le Molosse un peu précipité, le Temple nous rappelle que Lovecraft est à l’origine d’à peu près tous les thèmes de l’épouvante fantastique moderne, cette nouvelle ayant été adaptée dans Sanctuaire et ayant inspiré à peu près toutes les histoires de fantômes en sous-marins, notamment le magique Namor d’Esad Ribic qui ressort enfin cet automne chez Panini.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1


  • Shigahime #4 et #5 (Hirohisa/Mangetsu) – 2022, 208., série terminée en 5 volumes.

bsic journalismMerci aux éditions Mangstsu pour leur confiance.

shigahime_5_mangetsuVoici la série bouclée après moins d’un an pour cette série d’un jeune auteur (qui annonce travailler seul, sans assistant, en post-face) qui a le grand mérite d’une pleine sincérité dans ce qu’il fait. Assumant le format court il nous a ainsi proposé une intrigue simple dont la conclusion prend très pertinemment le temps d’un long épilogue qui donne tout son sens au manga en lui évitant de se limiter à une simple orgie de démembrements et de relations perverses. Car on peut dire qu’en matière d’atmosphère dérangeante Sato Hirohisa est parvenu en peu de volumes à instiller un malaise et une noirceur qui joue sur le cliché romantique du trio amoureux et de la vampire manipulatrice. Si les trois premiers volumes développaient le personnage d’Osamu, le quatrième tome voit l’arrivée de la sœur de Miwako dont l’affrontement avec sa frangine va permettre à Soichi de retrouver ses capacités mais aussi entraîner un dénouement tragique. Je n’en dis pas plus mais sachez que ça éviscère plus que ça ne se dépoile sur les deux derniers volumes où l’on surprend l’auteur à proposer une intrigue à plusieurs niveaux et bien plus subtile que les planches ne semblent l’illustrer. Loin se de contenter comme nombre de mangas à un fan-service déviant, il cache sous son univers ultraviolent une parabole sur la solitude du monde moderne… Je vous laisse découvrir cette très jolie découverte que nous a proposé Mangetsu!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Manga·Rapidos

Manga en vrac #29: FMA 10 – Shagahime 2&3 – Appare Ranman 2

  • Fullmetal Alchemist (Perfect edition) #10 (Arakawa/Kurokawa) – 2022, 248 p./volume. 10/17 volumes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Kurokawa pour leur confiance.

fullmetal_alchemist_10_perfect_edition_kurokawa

Étonnante et perturbante entrée en matière pour ce dixième tome (on se rapproche de la fin!) puisqu’on se trouve dans un flashback lors de la « rencontre » entre Lin et Greed qui ont fusionné à la fin du précédent volume. Après un intermède assez creux qui retombe dans les quelques séquences longuettes du début on part pour la guerre d’Ishval où on se rappelle que tant sur les thèmes abordés que sur le traitement assez cru des évènements FMA n’est pas vraiment un Shonen… Cette seconde moitié est donc passionnante avec beaucoup de commentaires sur la guerre et la communication nationaliste. L’intrigue elle-même progresse également puisque nous allons brutalement découvrir l’origine des liens entre le colonel Mustang, Maes Hughes et Hawkeye mais également l’Alchimie très particulière des orientaux de Xing. Petit coup de mou qui manque un peu d’action donc mais qui rebondit pourtant bien vite et maintient la tension très haut sans jamais savoir où tout cela va nous mener.

  • Shigahime #2 et 3 (Hirohisa/Mangetsu) – 2022, 208p./volume, 3/5 volumes parus (série achevée en 5 volumes).

bsic journalismMerci aux éditions Mangetsu pour leur confiance.

shigahime_3_mangetsuAprès une amorce redoutable de violence et de crudité, on continue avec deux nouveaux tomes de cette courte série vampirique centrée sur les familiers des immortels. Atmosphère toujours aussi vénéneuse qui suit donc ce « héros » incapable d’utiliser ses nouveaux pouvoirs de chasseur et se refusant à perdre totalement son humanité pour servir sa patronne, une « originelle ». Les liens entre cette Miwako (plus sage que dans le premier volume) et son protégé sont très ambigus, abordent les thèmes classiques de la sexualité des jeunes dans les manga avec cette femme présentée comme une prédatrice sexuelle corrompant la pureté juvénile de deux lycéens. Si les thématiques sociales sont importantes dans Shigahime, on regrettera un peu des combats assez mineurs par rapport à ce qui nous était promis. La tension dramatique n’en est pas moins très bonne et l’univers graphique et thématique de ces créatures de la nuit suffisamment original pour nous maintenir en éveil pour la suite.

  • Appare Ranman #2/3 (Ahndongshik-Apperacing/Doki-Doki) – (2020) 2022, 208p., série finie en 3 tomes.

bsic journalismMerci aux éditions Bamboo pour leur confiance.

appare_ranman_2_dokiLe premier tome de cette courte série m’avait bien séduit et après une rapide introduction des personnages et la préparation de la course nous voilà parti sur les chapeaux de roue pour cette transaméricaine sauvage. Avec des dessins toujours aussi réussis dans un esprit Lupin III, ce qui surprend dans ce second opus c’est la part relativement réduite des séquences automobiles! Avec une importante galerie de personnages les auteurs préfèrent en effet se concentrer sur les interactions et manigances pour modifier l’ordre de la course. C’est un peu dommage même si l’optimisation de l’étonnant véhicule à vapeur d’Appare reste un fil rouge et que les séquences secondaires enchaînent très vite. Bref, on ne s’ennuie pas une seconde dans cette adaptation d’un anime de 2020 qui malgré une ambition modeste (seulement trois tomes) profite de sa brièveté pour ne pas perdre de temps en intermèdes et nous propose tout ce qui est attendu: des trognes bigger than life, des gunfight, des rebondissements en veux tu en voilà,… La conclusion arrive très vite chez nous puisqu’on connaîtra le dénouement début juillet chez Doki-Doki.

****·East & West·Manga·Nouveau !·Service Presse

Shigahime #1

esat-west

Manga de Sato Hirohisa
Mangetsu (2022) – Tokuma Shoten (2016), 208 p., série en cours, 1/5 volumes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Mangetsu pour leur confiance.

shigahime_1_mangetsu

Lorsqu’un jeune lycéen suit un camarade de classe à la sortie des cours sa vie bascule: il devient le familier d’une vampire aussi envoûtante que redoutable. Transformé en créature de la nuit, il devra faire le deuil de son amour naissant pour une camarade…

shiga hime - photo #12652604 - MangagoMangetsu est le nouveau label manga des éditions Bragelonne, grosse maison littéraire spécialisée en fantasy dont l’incursion dans le comics nous a proposé depuis quelques années de sacrées pépites indé comme le primé Bitter Root (dont le dernier tome est chroniqué demain), le vampirique indien These savage shores, le féministe Coyotes et bien sur la très populaire série au long court des Tortues ninja. Derrière cette belle sélection c’est l’éditeur Sullivan Rouaud, dont j’étais bien intrigué de voir ce qu’il allait pouvoir dénicher dans un secteur déjà saturé.

Sur une série courte en cinq volumes, Hirohisa Sato ne perd pas de temps puisqu’il justifie l’avertissement « public averti » du manga dès les toutes premières pages où l’arrivée de la vampire, érotique à souhait va donner le LA du manga: radical, trash, gorissime et sans chichi côté sexe (en évitant néanmoins les plans fanservice à la Boichi). Vous êtes prévenu, ce n’est pas pour les fillettes! Pourtant comme toute bonne histoire d’horreur, l’aspect cru et parfois cliché ne cache pas une sincérité dans l’histoire d’un pauvre type tombé dans un enfer dont on ne peut qu’espérer qu’il tire une solution pour rejoindre sa belle. Malgré une très rapide ouverture où la brutalité des évènements nous laisse coi, on prend fait et cause pour ce jeune garçon qui ne mérite pas ce qui lui arrive. La toute puissance de la méchante vampire, l’inéluctabilité de sa condition nous placent ainsi à la fin du premier volume dans une sidération tout à fait efficace: que peut-il lui arriver de pire et comment poursuivre cette histoire si mal embarquée? C’est toute la réussite de ce manga que de se dispenser tout à la fois de temporisation et de vernis, tout en se permettant une parabole sur la sexualité des jeunes gens au Japon.

All photos about Shiga Hime page 5 - MangagoSi vous suivez le blog vous savez que j’apprécie les propositions radicales, que ce soit dans le propos ou dans le graphisme. Ici les dessins classiques mais plutôt réalistes sont remarquables de technique (vues les déformations faciales et anatomiques il vaut mieux). Avec un découpage haché très efficace et 100% manga on a une mécanique graphique qui s’équilibre entre les moments de paix normale, le sexe cru de la vampire et l’explosion sanglante des corps qui lorgne parfois vers une fascination cronenbergienne. Une alchimie qui fonctionne parfaitement en nous hérissant, en nous attirant et en nous faisant souhaiter le bien pour le héros et son amoureuse innocente.

Alors que l’on pénètre à peine cet univers de la Nuit où l’on devine un Grand Jeu caché entre puissances démoniaques, on n’a qu’une envie, prolonger rapidement l’aventure pour découvrir comment Hirota va pouvoir utiliser ses nouveaux talents pour se défaire de la mainmise maléfique de sa maîtresse et recouvrer son identité humaine. Et ça tombe bien puisque l’éditeur prévoit une parution tous les deux mois, et donc une série complète dans l’année. Un excellent démarrage en tout cas pour cette série et pour Mangetsu.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1