***·Manga·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Survivor’s club #2-3

esat-west

Manga de Aoiesei et Anajiro

Delcourt (2021-2022), 208p./volume, série finie en 3 volumes.

survivors_club_3_delcourt

J’avais plutôt accroché au premier tome de cette trilogie et ai pu enchaîner jusqu’à une conclusion surprenante, qui ne confirme pas totalement la qualité ressentie mais dénote une réelle originalité dans le traitement du sujet central: le système de harcèlement dans l’institution scolaire japonaise. Alors que le second volume prolonge le premier en montant malheureusement d’un gros cran l’aspect gore et sexuel, le troisième tome marque une grosse rupture dans le déroulé d’un scénario qui prend alors le temps de suivre l’itinéraire des certains de ces ado afin de comprendre leurs motivations et la réalité crue d’un harcèlement qui ferait passer la France pour le pays des bizounours. On connaît la violence de la société japonaise, illustrée dans les histoires sur le monde du travail ou sur le Moyen-Age. On n’imagine pas en revanche une telle violence gratuite qui va jusqu’au viol et semble toléré par des enseignants, sans doute par l’habitude de préserver l’institution et le respect pour la force. Survivor’s club n’est pas une analyse sociologique, plutôt un pain dans la gueule destiné à rappeler une réalité japonaise qui laissera sans doute le lecteur français assez distant, sorti du plaisir de lecture d’un thriller.

Du coup le déroulé de la prise d’otage qui évolue vers un viol collectif filmé sur internet, destiné à montrer ce qu’a subi la preneuse d’otage, fait un peu voyeur et « fan service déviant », atténuant la portée du propos. C’est dommage, comme la propension du dessinateur à montrer des morceaux de viande humains, des bouts de têtes, etc, qui frisent le granguignol et là aussi cassent le réalisme cru des harcelés soutenus par une mystérieuse organisation les poussant à l’action violente. Au final Survivor’s club a les qualités et les défauts d’une première œuvre et des séries très courtes, inabouti malgré un démarrage très alléchant et une belle maîtrise du découpage et de la narration. A tenter pour les cœurs bien accrochés.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1