***·BD·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Les 5 terres #9

La BD!
 
BD de David Chauvel, Jerome Lereculey et collectif
Delcourt (2022), 56p., série en cours, 1 cycle achevé, 3 tomes parus sur le second cycle
Série prévue en 5×6 tomes.

bsic journalismMerci aux éditions Delcourt pour leur confiance.

Lorsque l’on referme cette mi-temps de la seconde saison des 5 Terres on peut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Le plein c’est le constat que le second épisode a marqué un surplace inutile qui a créé de l’inquiétude en empêchant le rythme de s’installer. Le vide c’est qu’hormis le potentiellement cataclysmique cliffhanger du texte final on reste dans de la petite histoire qui peine à faire des cahots mafieux du clan du Sistre un équivalent des Peaky Blinders…

Les 5 Terres tome 9 - "Ton Rire Intérieur" - Bubble BD, Comics et MangasCar après avoir fait une croix sur l’hypothèse d’intrigue politique à la Cour de Lys on a désormais compris que ce cycle visait à développer les arcanes des mafias du monde des singes, dans une variation du monde de Scorsese ou des films policiers. On accroche avec certains personnages comme le commissaire Shin que l’on lie volontiers avec les forfaits des clans. Beaucoup moins avec les amours blessées de Kéona au Château, qui font allègrement bailler, et jusqu’à la chute de ce tome donc, on attendait plutôt la disparition définitive des archéologues à la recherche de leur Cité. Mais tout l’art des scénariste de cet immense projet c’est de tisser des liens pour plus tard. Au risque de se tirer une balle dans le pied en temporisant trop par peur de reproduire le cycle infernal si addictif du premier cycle.

Ce troisième tome permet donc de refermer certaines portes bien trop longtemps laissées entrouvertes (on ne sait pourquoi) et de solidifier la stature de certains personnages dont cette Alissa dont on a jusqu’ici le plus grand mal à faire notre héroïne. Heureusement les fils commencent à se relier autour du conflit mafieux avec un élargissement salutaire de l’univers de ce cycle qui donne beaucoup de possibilités dans les relations « politiques » du Sistre. On semble reprendre pied donc, encore loin du stress d’Angléon mais avec bien plus d’intérêt que la crainte dans laquelle le second opus nous avait laissé. Haut les cœurs, la passion n’est plus vraiment là mais rien n’est perdu, en un basculement la bande à Chauvel peut ramener soudain ces 5 Terres au niveau qu’elles ont quitté. Et cette mystérieuse Cité de Barkhane pourrait bien être ce basculement qui aura un peu trop tardé… suite en février prochain…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Les 5 terres #8

La BD!
couv_446285
BD de David Chauvel, Jerome Lereculey et collectif
Delcourt (2021), 56p., série en cours, 1 cycle achevé, 2 tomes parus sur le second cycle
Série prévue en 5×6 tomes.

bsic journalismMerci aux éditions Delcourt pour leur confiance.

Le premier tome du second cycle de la série évènement des trois dernières années m’avait laissé dans un intérêt poli. Ce second devait permettre de vraiment relancer la machine et retrouver la diablerie scénaristique d’Angléon. Malheureusement, si le cliffhanger du précédent permettait d’espérer un peu de rebondissements, on Les 5 terres T8 : Plus morte que morte (0), bd chez Delcourt de Lewelyn,  Lereculey, Martinosse retrouve ici avec plusieurs intrigues croisées qui poursuivent tranquillement leur chemin sans grands contrecoups (avec même l’histoire de la quête archéologique qui tourne littéralement en rond) et avec une linéarité qui fait plus que surprendre. Avec l’intelligence constatée depuis six tomes on ne peut envisager que les auteurs aient réellement perdu leur cap et on attend donc toujours de comprendre où ils nous mènent. A ce stade on ne peut faire que des conjectures en anticipant des intrigues longues qui se croisent ou un incident majeur capable de survenir à tout moment avec une volonté de varier les rythmes entre les cycles. Malheureusement l’idée intéressante de garder une atmosphère vaporeuse qui sied à l’âme orientale ne permet pas d’accrocher le lecteur, qui cherche toujours un enjeu majeur, un personnage réellement charismatique et tout simplement un drame. Keona semble être ce vecteur qui nous rattache à la politique, mais cela reste bien ténu. Il est vivement temps que les auteurs se réveillent car on est déjà retombé dans un classicisme assez banal de la fantasy made in Delcourt. De qualité mais éculée.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Nouveau !·Service Presse

Les 5 terres #3-5

La BD!
BD de David Chauvel, Jerome Lereculey et collectif
Delcourt (2021), 56p., série en cours, 4 volumes parus
Cycle 1 prévu en 6 volumes.

bsic journalismMerci aux éditions Delcourt pour leur confiance.

Reprise de la maquette déclinée à chaque tome avec carte du monde en intérieur de couverture et une double page détaillant le background d’un groupe/personnage en fin de volume ainsi qu’un résumé (tout à fait nécessaire!) des épisodes précédents. Les couvertures ne sont pas les plus accrocheuses de l’histories de la BD mais le principe décliné est intéressant et joue avec le lecteur (pour aller droit au but: si vous aviez peur comme moi de voir déflorer l’intrigue par les couvertures à venir, détrompez-vous, le cliffhanger de la mort des deux premiers n’a pas vocation à se reproduire à chaque tome). Un vernis occupe le logo-titre et les personnages de la couverture ainsi que les miniatures des couvertures précédentes et à venir en quatrième de couverture. Le prochain tome concluera ce cycle d’Angleon (… et on se demande bien comment!).

couv_411193

Le roi est mort, vive le roi! En Angleon le règle tout puissant des félins semble s’achever et la disparition du roi lance une réaction en chaîne sanglante dont personne ne semble en mesure de voir les prochaines étapes. Devant les risques majeurs d’instabilité, les garants de l’Etat, hauts fonctionnaires, nobles ou ambitieux s’activent, dans l’intérêt du Pouvoir… mais également du leur…

Le démarrage de cette série ambitieuse a été on ne peu plus éreintant, si bien qu’à l’entame du troisième volume on se demande si les auteurs vont poursuivre dans cette logique du retournement permanent, au risque de tomber dans le ridicule. Force est de constater que ce n’est pas le cas et que l’intrigue générale (ficelée dès le départ bien entendu) se pose quelque peu en élargissant les problématiques avec l’arrivée sur le trône du très jeune Mederion que pas grand monde ne voit tenir le poids de la couronne.

[SPOILERS]

Les 5 Terres - BD, informations, cotesLe troisième volume détaille le court intérim par l’ombre du roi chargé du haut de toute sa compétence de s’assurer de la stabilité du régime alors qu’un putsch se prépare. Alors que This trouve une solution inattendue à son crime (et qu’on apprend la vérité sur son identité dans le texte final de l’album), la chasse de la dernière fille du monarque commence, sans que l’on connaisse les motivations réelles des chasseurs. On est plutôt surpris de ne pas avoir un nouveau souverain mort et du coup perturbé dans nos habitudes (c’est bien entendu recherché). La seule fragilité du scénario pour le moment est le groupe des otages, sommes toutes sympathiques sur quelques séquences mais dont l’enjeu nous échappe un peu. Comme dans toute série TV on parlera d’intrigue secondaire jouant tout à la fois le rôle de remplissage et de diversion. On imagine que ces éléments participent d’une construction générale qui se tisserait entre les différents arcs/peuples. Attendons.

Le quatrième tome voit le jeune souverain tisser sa toile et commencer à montrer des signes de tyrannie malgré son souhait, dans son alliance avec la nouvelle Ombre, de provoquer une révolution institutionnelle et sociétale par une meilleure prise en compte du peuple. Bien plus politique, ce volume montre les affres du Pouvoir et comment les révolutions populistes se transforment souvent (toujours?) en autoritarisme. La capture d’Astrelia provoque un affrontement terrible dont le limier du roi ne sort pas indemne. Basculant d’un putsch noble à une révolte intellectuelle des étudiants, l’intrigue reste passionnante bien que les coups de théâtre baissent en intensité.

L’avant-dernier volume, le plus dramatique, voit son lot de morts à mesure que se dénouent un certain nombre d’intrigues. L’ombre maléfique de la reine-mère déploie ses ailes et renforce encore plus le miroir avec Game of Thrones et le personnage de Cersei. En même temps le frêle et mutique This, premier personnage vu au premier LES 5 TERRES t.1-6 (Lewelyn / Jérôme Lereculey) - Delcourt - Sanctuarytome commence discrètement à prendre de l’importance, les scénaristes jouant sur notre paranoïa tout à fait volontaire pour nous faire suspecter une manigance de derrière les fagots… Ce cinquième album conclut l’épisode des étudiants et laisse deviner un duel dantesque entre le chien et la fine lame du roi. Trois tomes sans décès couronné cela fait trop et on pressent une conclusion bien rouge pour ce premier arc…

Arrivé à ce stade les qualités de la série sont confirmées, appuyées sur des graphismes simples mais remarquablement storyboardés et réhaussés par des couleurs utilisant habilement des textures qui permettent des détails de décors assez chouettes avec une économie de moyens. Comme dit précédemment, la méthode industrielle issue des USA est tout à fait efficace et on se prend au jeu sans trop se poser de question sur l’originalité intrinsèque des albums. Portée par des dialogues verbeux très bien tournés dans le style sérieux, les 5 Terres a la force des grandes séries télé, respire un grand professionnalisme et on fait une confiance aveugle aux auteurs pour nous porter sur trente tomes sans trop réfléchir à la place que prendra cette saga dans notre bibliothèque! Elle a aussi les défauts d’une inspiration parfois trop imposante. Si GOT se reflète dans beaucoup de créations récentes, ce n’est souvent qu’une proximité de références. Ici la copie est trop évidente pour le nier…avec le risque pour les scénaristes de ne pas toujours parvenir à conserver leur originalité. Certains personnages sont des copier-coller (Cersei, Little fingers, Bronn,…). Les moments de violence sèche et politiquement incorrectes respirent GOT et perdent ainsi leur effet. Tout cela n’est pas bien grave tant que le plaisir est présent (et il l’est). Mais on attend des séries de qualité qu’elles se hissent là où elles le méritent. Les 5 Terres en a le potentiel. On attend avec impatience le dernier opus du cycle Angleon et un rebond de fraîcheur à attendre dès le prochain arc.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

*****·Nouveau !

Les 5 terres #1 & #2

La BD!
BD de David Chauvel, Jerome Lereculey et collectif
Delcourt (2020), 56p., série en cours, 5 volumes parus
Cycle 1 prévu en 6 volumes.

L’équipage est armé pour une saga partie pour durer avec des cycles de six volumes (le premier portant sur Angléon, la terre des félins) aux sorties rapprochées puisque quatre tomes sont déjà sortis et que le premier cycle devrait se conclure à l’été prochain. Méthode américaine donc avec une séparation dessin/encrage/couleur/design, très efficace quand cela fonctionne et c’est le cas ici puisque contrairement à nos amis d’outre-atlantique cette organisation industrielle ne sacrifie en rien les détails et à la lecture on a le même plaisir graphique que sur n’importe quel bon album dessiné en solo. Le boulot est donc considérable et poussé très certainement par la conviction que le projet est bon et marchera… Le premier volume comprend un cahier graphique de six pages et le second une double page d’un récit revenant sur la fameuse bataille de Drakhenor. Outre une carte en intérieur de couverture le concept des couvertures est toujours le même, avec deux personnages centraux de l’album. Je ne vous détaille pas plus que cela mais l’idée, si elle est alléchante me semble assez dangereuse pour la tenue du mystère…

couv_372090couv_381455

mediathequeDepuis qu’il a posé sa marque lors de la légendaire bataille de Drakhenor, le roi Cyrus souverain d’Angleon fait régner la loi sur les mers et attire un respect craintif des quatre autres territoires. Mais son règne s’achève et l’héritier au trône affiche déjà ses ambitions guerrières. Or la Cour est un lieu complexe où les ambitions fomentent complots et trahisons avant que le roi n’ait rendu son dernier souffle…

Les 5 terres #1, la critique | une Case en plusLes cinq Terres est typique des séries à côté desquelles je passe en raison du battage médiatique fait à sa sortie. Le sentiment d’une lecture obligatoire a le don de me hérisser et le schéma transposant Game of Thrones chez les félins ne m’était alors pas paru particulièrement original… Et bien me voilà obligé de reconnaître ma terrible erreur tant ce démarrage m’a happé presque autant que la dite série HBO! Question originalité on a vu mieux en effet, mais certains ont dit cela de Servitude, qui est pour moi la meilleurs saga en BD depuis dix ans (et qui vient de s’achever) qui a su apporter son lot de création à un canevas que certains remontent aux Rois maudits de Druon.

Autre révision de mon jugement, le fait de proposer des personnages d’animaux anthropomorphes n’est aucunement une aliénation disneyenne mais bien une façon de faciliter la compréhension des caractères des personnages, sur le modèle qui a terriblement fonctionné chez Blacksad. Dans un monde complexe aux personnalités creusées, une BD ne peut décrire assez finement les tourments et personnalité des protagonistes et c’est là que le dessin prend brillamment le relais en jouant sur les expression que le monde de l’Animation nous a habitué à apprécier et en proposant différents animaux dont la seule apparence suffit à indiquer le tempérament. Le travail sur les costumes, coiffures et pelages est magnifique même s’il faut au début s’habituer à voir des tigres permanentés… La colorisation est vraiment superbe et subtile alors que le travail sur les regards, surprenant puisque là-encore repris aux regards particuliers de chaque espèces, est très efficace pour nous faire passer émotions et menaces!

Les 5 terres #1, la critique | une Case en plusSur le plan de l’intrigue, on est pris de la première à la dernière page par une atmosphère totalement fidèle à GOT avec ses ministres, nobles et assassins se croisant dans les couloirs d’un palais magnifique qui n’a que l’apparence de la bienséance. La galerie de personnages est importante, les interactions politiques et familiales complexes, aussi le format adopté ne paraît pas du tout disproportionné pour développer une intrigue sérieuse. Comme dans le modèle, les coups de théâtre sont légion, risquant de perdre leur force puisque prévus pour être systématiques à chaque album… a moins que les scénaristes, machiavéliques, manipulent le lecteur en le poussant vers des certitudes pour mieux le tromper! Diantre, que cela donne envie!

Pour ce démarrage je suis absolument conquis, si bien qu’ayant commencé la série en médiathèque je vais de ce pas acquérir les volumes parus! Le risque est réel de se contenter d’un copier-coller de Game of Thrones. Aussi réussie soit-elle, l’adaptation exige de la nouveauté pour tenir sur la durée. C’est la principale interrogation que je poserais, sans bouder son plaisir, un plaisir BD immédiat et plein.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1