**·Comics·East & West·Nouveau !

The Seven Deadly Sins

esat-west

Histoire complète en 152 pages, écrite par Tze Chun et dessinée par Artyom Trakhanov. Parution en France chez Panini le 03/02/2021.

S’y prendre comme un Comanche

La Guerre de Sécession a laissé des marques indélébiles en Amérique. A peine terminée, elle hante encore les esprits et pousse certains à commettre de nouvelles atrocités au nom de leur grande cause.

Certains profitent du chaos pour poursuivre leurs propres idéaux, tels le père Threadgill. Ce missionnaire fanatique s’est mis en tête de purger le Grand Ouest de la présence des Comanches, qui résistent à la mission salvatrice du Livre depuis trop longtemps. Convaincu de son bienfondé, Threadgill a commis plusieurs attaques, qui ont entraîné en retour des exactions sanglantes du plus terrible des Comanches, Nuage Noir.

Le Père Antonio, qui souhaite arranger les choses et éviter de nouveaux bains de sang, se lance dans une mission des plus périlleuses à l’insu de son mentor Threadgill. Muni d’une forte somme en billets verts, il fait évader une tripotée de bandits tous promis à la potence, pour les persuader de se lancer dans une mission risquée ,qui consiste à l’escorter, ainsi que sa fille Grace, en territoire Comanche. Entre la pendaison et les flèches indiennes, le choix n’a pas l’air bien difficile. Et pourtant, Jericho Marsh et les autres, contre toute attente, vont s’assembler pour mener à bien cette mission. Ce groupe hétéroclite, dont chaque membre est censé s’adonner à l’un des pêchés mortels, va dont parcourir les terres indiennes au péril de leur vie.

Priez, pauvres pêcheurs.

Encore une fois, nous sommes ici face à une prémisse alléchante, porteuse d’aventure, de vengeance et surtout, d’une bonne dose de plomb et d’hémoglobine. Sur ce dernier point, il n’y a pas de quoi être déçu. En revanche, Seven Deadly Sins déçoit sur tout le reste, notamment à cause d’une construction narrative laissant à désirer.

Le thème, vous l’aurez deviné, repose sur les éponymes Sept Pêchés Capitaux, ce qui a déjà été évoqué en fiction, avec brio (en cinéma et en manga), si bien que l’on ne peut s’empêcher de faire la comparaison. Bien employé, un thème est une force qui parcourt le scénario et lui donne une direction claire et satisfaisante. Ici, ce n’est malheureusement pas le cas, et cela se traduit par un sentiment de cacophonie et d’incomplétude.

Les Sept Pêchés capitaux sont-ils bien illustrés chez les personnages ? Passablement, si bien que l’on a du mal, hormis la gourmandise (facile), à les distinguer. Par exemple, on comprend que Jericho Marsh est censé incarner la Colère, mais rien dans son comportement ne vient l’illustrer: pas d’emportement, pas d’attitude tempétueuse qui mettrait la mission en danger. Pareil pour l’Envie, l’Avarice, la Luxure, et compagnie, l’auteur ne vient pas puiser dans le riche vivier des pêchés afin d’en tirer des obstacles pour les protagonistes. Le seul à mettre la mission en danger est le type à qui l’on attribue la Luxure, qui retourne sa veste non pas pour assouvir son fameux pêché, mais pour avoir la vie sauve (comme dans un banal western, donc).

Ceci révèle bien qu’à aucun moment, ce qui est censé caractériser les personnages ne vient nourrir le récit. Donc, en somme, cette histoire aurait pu avoir un autre nom, et ne parler aucunement des Sept Pêchés Capitaux, le résultat aurait été le même.

Le gore et la violence qui émaillent le récit ne viennent pas rattraper l’absence d’intérêt thématique de l’ensemble. Graphiquement, même principe, le trait de Trakhanov semble attrayant au premier abord, c’est notamment grâce à l’agréable mise en couleur de Giulia Brusco, cependant, une lecture prolongée fait apparaître des approximations qui desservent le tout.

The Seven Deadly Sins possède tous les ingrédients d’un bon récit d’action, mais une écriture paresseuse et une mise en scène bancale ont fait office d’excellents saboteurs.

***·BD·Nouveau !·Service Presse

Horseback 1861

La BD!

Album de 142 pages, écrit par Hasteda et dessiné par Nikho. Série en cours. Parution le 11/09/2020 au sein du Label 619 des éditions Ankama.

bsic journalism

Merci aux éditions Ankama pour leur confiance.

Danse avec les Rouges

A première vue, Redford Randall pourrait être votre cowboy typique: cliquetis des santiags dans la poussière du désert, moustache badass et dégaine rugueuse de ceux ayant vécu la conquête de l’Ouest. Cependant, Randall n’a pas vécu dans le même monde que nous. Son Amérique a lui n’est pas parvenue à exterminer les amérindiens, qui se sont soulevés en masse contre les colons et ont fini par former la Nation Indienne, occupant ainsi farouchement une partie du territoire Nord-américain.

Les états américains, trop occupés par cette menace pour s’écharper au cours d’une Guerre de Sécession, ont formé les États Unifiés d’Amérique, avec à sa tête un Président Clarks bien déterminé à mettre à bas la Nation Indienne.

L’album débute donc assez rapidement sur ces bases uchroniques. Randall, épuisé et marqué par l’horreur des guerres indiennes, décide de prendre enfin sa retraite et de se retirer des combats et de la chasse à la prime. Souhaitant rester auprès de sa fille Jackie, Randall crée son entreprise de convoyage, s’imaginant sillonner paisiblement le Michigan pour livrer des marchandises diverses.

Sa première livraison, commanditée par le Département de l’Agriculture, consistera en quelques caisses d’un engrais spécial, destiné aux propriétaires terriens de Californie dont les terres ont été mises à rude épreuves par les dernières saisons. Qu’à cela ne tienne, Randall mobilise sa flamboyante équipe de bras cassés pour cette livraison, mais la Randall Delivery risque de regretter d’avoir accepté cette mission…

Du sang et de l’engrais

Horseback 1861 a pour lui l’habileté avec laquelle l’auteur Hasteda manie l’uchronie, le genre fictionnel consistant à construire un univers en partant sur une modification chronologique et en tirant les conséquences logiques. Ici, c’est l’assassinat d’Abraham Lincoln, qui a lieu des années plus tôt que dans notre réalité, ce qui évite la fameuse Civil War américaine.

Le reste se construit sur le modèle du road trip, avec les péripéties que l’on peut s’attendre à trouver dans un western de ce genre. L’auteur ne boude pas son plaisir, et insère çà et là des références à d’autres œuvres western, parfois transmédia (Red Dead Redemption, par exemple), le tout mis en exergue par une violence graphique assez brute mais loin d’être outrancière.

Le casting est varié et de bonne composition, toutefois, si les héros ne s’en sortent pas trop mal en termes de caractérisation et de développement, les antagonistes, eux, souffrent d’une écriture bancale et peut-être un peu grossière. Certains sont difficilement distinguables de par leur design, d’autres sont d’un manichéisme exacerbé, d’autres encore jouent la carte complotiste sans vraiment convaincre.

Les séquences d’action manquent parfois de clarté, car elles demandent un effort supplémentaire pour distinguer tel ou tel protagoniste, même si l’ensemble du casting a droit à ses moments de bravoure. Il n’en demeure pas moins que l’ensemble manque de fluidité, rendant la lecture parfois laborieuse.

En résumé, Horseback 1861 offre un univers intéressant mêlant western et uchronie, toutefois son exécution contient quelques faiblesses pouvant entraver le plaisir de lecture.

****·BD·Nouveau !

La ballade du soldat Odawaa

BD du mercredi
BD de Cedric Apikian, Christian Rossi et Walter (couleurs).
Casterman (2019), 84p., One-shot.

couv_376239Pour son nouvel album, le vétéran Christian Rossi s’est associé à un nouveau venu dans le clan des scénaristes. Après son épisode sur les amazones que j’avais personnellement trouvé assez moyen scénaristiquement c’est une bonne nouvelle et je dois dire que le courant semble être passé excellemment entre les deux lorsque l’on regarde le rendu final, un one-shot sur un concept du reste assez classique mais à la construction complexe loin d’être évidente.

Le Front français de 1915 est noir comme une nuit éternelle. Dans cet enfer les soldats allemands le redoutent plus que l’assaut, plus que la mort. On le dit partout, capable de vous attraper où que vous soyez. Il serait immortel, envoyé par le diable même. Est-ce un soldat? On l’appelle Odawaa.

Ballade du soldat Odawaa, bd chez Casterman de Apikian, Rossi, WalterL’ouvrage est présenté comme un western et je dois dire qu’il en revêt les thèmes et l’aspect mythique, presque fantastique. Le théâtre du front de 14/18 a beaucoup été abordé en BD, souvent de façon historique, parfois de façon fantastique, le plus souvent dans une veine lovecraftienne compréhensible et qui semble beaucoup inspirer les scénaristes. Ici le référent serait plutôt l’excellent Cinq branches de coton noir sorti début 2018 et qui utilisait cette fois la seconde guerre mondiale pour envoyer un commando noir derrière les lignes allemandes pour récupérer le premier drapeau de la Nation libre américains, aux mains d’un officier nazi collectionneur de reliques… On retrouve dans Odawaa l’idée du commando indigène (des indiens canadiens formant une équipe de snipers redoutables), la noirceur visuelle semblant reprendre la forme du « duel » final d’Apocalypse now, mais surtout l’aspect indéterminé: jamais nous ne savons si nous sommes dans un cauchemar, maintenant, avant, dans le réel ou non. Car le cœur de l’album est bien la figure d’Odawa, fantôme de terreur dont l’ombre parcourt subrepticement les pages de l’album comme les chants poétiques récités par son officier.

LA BALLADE DU SOLDAT ODAWAA (Cédric Apikian / Christian Rossi ...Dès les premières pages nous assistons à l’un de ses offices, chasseur implacable, inéluctable, terrorisant les allemands. Très vite aussi le scénariste trouble le lecteur: l’officier assassiné n’est pas mort. Pourtant nous l’avons vu mourir… Dès lors tout ne va être qu’un grand puzzle tentant de dénouer avec l’officier commandant le bataillon d’Odawaa la réalité de la quête qui commence lorsque l’Etat-major lui demande d’éliminer une troupe de maraudeurs allemands. Les auteurs jouent ainsi avec le lecteur, utilisant les ombres pour nous embrouiller avec délectation, posant des césures complexifiant la narration jusqu’au dénouement final en hommage au duel final du Bon, la brute et le truand. Vous l’aurez compris, l’ouvrage est bardé de références qui ont l’élégance de ne jamais être voyantes mais bien plutôt les références assumées des auteurs. Ce jeu de cache-cache prends longtemps la forme d’un duel à distance entre snipers. Il est par moment compliqué de Ballade du soldat Odawaa (La) - La Ribambullesuivre l’intrigue de par la multiplication des embuches visuelles, de découpage ou simplement de scénario posées par Apikian et Rossi. Encore une fois si la lecture aurait pu être facilitée un poil on prend autant de plaisir que dans un grand polar à décortiquer le signifiant et la réalité temporelle de ce qui nous est montré.

Ballade sanglante, barbare comme la guerre, cette BD se savoure à contempler la noirceur de la nuit et des ruines, aussi sombre que pouvait être lumineux le précédent album de Rossi. Bien plus réussi, ce dernier sait nous parler aussi de l’oubli et de l’identité volée, celle du fantôme Odawaa que l’on aimerait connaître. Un excellent album qui montre que les pas de côté mythologiques sur des thématiques connues sont souvent les meilleurs.

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

 

***·BD·Jeunesse·Nouveau !

Nouveau Monde

BD de David Jesus Vignolli
Akiléos (16/10/2019), 160p., one-shot.

L’inévitable choc des civilisations a laissé sa marque mortifère dans de nombreux pays, parmi lesquels le continent américain, qui se pose bien évidemment en exemple. L’auteur brésilien David Jesus Vignolli, connu précédemment pour son œuvre Vijaya, une petite fille dans l’Himalaya (paru en France chez Akiléos), revisite ainsi l’histoire du continent sud-américain et de sa conquête par les européens, à travers les yeux de son héroïne Iracema.

La jeune indienne, aventureuse et indomptable, vit au sein de sa tribu dans une sorte de chassé-croisé avec les « Géants Pâles« , qui sont venus il y a des générations accaparer leurs terres ancestrales pour les asservir parfois, ou les massacrer, souvent. Acculés toujours plus profondément dans la jungle, les membres de la tribu sont néanmoins rassérénés par la sagesse des paroles de Paje, leur patriarche. Mais Iracema, elle, ne s’en laisse pas compter et n’a qu’un désir, chasser les monstres hors de son pays. Ce qu’elle découvrira, c’est que certains Blancs sont littéralement monstrueux…

I believe I can fly…

Pocahontas vs Apocalypto au pays des monstres

On peut d’emblée être surpris par le tournant fantastique pris par l’intrigue de Nouveau Monde, surtout si l’on s’attend à une lecture historique de la conquête de l’Amérique du Sud et que l’on se fie au prologue de l’album. Toutefois, les différentes représentations artistiques de ces événements se font toujours par le prisme de leur auteur, et ici, David Jesus Vignolli livre une odyssée certes manichéenne, mais bien construite car reposant sur des thématiques universelles telles que la Liberté ou l’Avidité.

En effet, chaque personnage semble mû et animé par l’une ou l’autre de ces valeurs, rendant le tout cohérent sur le plan dramatique. Cette impression est renforcée par les relations entretenues par les protagonistes, l’une indigène, l’autre esclave venu d’Afrique, qui doivent unir leurs forces pour vaincre le Mal venu ronger leur pays. Cette vision fantasmée de l’Histoire du Brésil est donc en fin de compte une habile métaphore, au dénouement de laquelle on ne peut nier une certaine poésie.

S’agissant du graphisme, le trait de David Jesus Vignolli est simple, et j’ai apprécié ses lignes non fermées, donnant un caractère onirique à l’ensemble. Soulignons également que le livre en lui-même constitue un très bel objet.

En conclusion, Nouveau Monde est un album joliment mis en scène, traitant l’Histoire d’un pays par le prisme du fantastique et de l’aventure. Une lecture vivement recommandée !

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !

L’indien blanc

Série Undertaker tome 5
BD de Xavier Dorison et Ralph Meyer, couleurs de Caroline Delaby
Dargaud (2019), 58 p. premier tome du troisième diptyque.couv_374864

L’intérieur de couverture est illustré comme depuis le premier volume et l’album comporte un cahier graphique de six pages fort élégant qui permet de profiter de la maestria de Ralph Meyer, tantôt sur des crayonnés tantôt sur des dessins encrés du croque mort. Une page de résumé comportant une belle illustration nb ouvre l’ouvrage. La couverture n’est pas la plus impressionnante qui soit mais joue un rôle important dans le scénario, chose assez rare pour être notée. Tous les albums de la série sont disponible en édition classique et GF (pour le double du prix) et en GF noir et blanc pour l’intégrale de chaque cycle (bien qu’un peu cher…).

L’undertaker est à nouveau seul avec son vautour, son cheval et sa carriole. Dans l’Ouest il ne manque pas de travail. Lorsqu’un ancien camarade de larcins le contacte pour récupérer le corps d’un riche héritier tombé sous les coups des indiens, il se retrouve pris au piège de son réalisme professionnel. En plein territoire Chiricahua il va devoir affronter les hommes du redoutable Indien blanc. Mais bien entendu rien de ce qu’on lui dit n’est vrai. Comme d’habitude…

Résultat de recherche d'images pour "meyer l'indien blanc"Avec cet album je me lance dans la série Undertaker, tête de gondole propulsée comme l’héritière de Blueberry sans que l’on sache trop si c’était une vraie volonté des auteurs ou une opportunité de l’éditeur. Il est certain que l’excellent dessin de Ralph Meyer a une vraie filiation avec celui de Giraud. J’avais découvert ce dessinateur sur son premier grand coup, le réputé Berceuse assassine avec le regretté Tome (scénariste de la meilleure période Spirou!), après quoi il a rencontré Dorison sur le lancement de la série XIII mystery, lesquels ont enchaîné sur le très bon Asgard. Je reviens un instant sur cette chronologie car cette genèse de Undertaker lui donne un statut un peu particulier. Excellent scénariste, Dorison a donc œuvré sur un lancement de très grosse série de one-shot spin-off puis devait faire avec Meyer un spin-off sur pied d’arbre, le personnage de Thorgal… qui s’est transformé en Asgard avec son personnage unijambiste dans un univers mythologique scandinave… avant que Dorison ne devienne l’éphémère successeur de Sente sur la série mère, sur un unique album. Cet itinéraire compliqué des deux auteurs avec les grandes licences peut expliquer en partie pourquoi Undertaker est Blueberry sans l’être. La série proposant des histoires en diptyques (le format idéal pour les séries longues selon moi), j’avais moyennement apprécié le premier cycle que j’avais trouvé trop classique (je précise que je n’ai jamais franchement aimé Blueberry) mais adoré le second, notamment grâce à ce Résultat de recherche d'images pour "meyer l'indien blanc"fabuleux méchant de chirurgien génial et monstrueux. Ce qui m’a incité à commencer à acheter la série (j’ai lu les autres en médiathèque) sur ce nouvel « indien blanc ». Ce long explicatif passé, que vaut l’album?

Graphiquement c’est toujours aussi maîtrisé, Meyer est l’un des meilleurs dessinateurs en exercice notamment par des encrages puissants que l’on savoure dès la majestueuse double page d’ouverture qui nous coupe le souffle instantanément. Dorison est exigeant et demande des arrières-plans très détaillés dans des décors essentiellement naturels de toute beauté. Heureusement, la nature enneigée est économe en graphisme et permet au dessinateur de proposer de superbes planches. Facile mais toujours élégant. Le problème avec Meyer c’est qu’on ne Résultat de recherche d'images pour "meyer l'indien blanc"sait jamais si ses albums doivent se lire sans couleur tant ils semblent conçus ainsi. Vous aurez comme d’habitude le choix entre l’album version classique et grand format couleur, Dargaud ayant malheureusement laissé à l’éditeur d’éditions limitées Bruno Graff le soin de sortir des intégrales par cycle NB à pas moins de deux-cent balles. On pourra dire ce qu’on veut de la politique de multiformat de Glénat sur sa série Conan par exemple mais cela permet de ne pas réserver ces beaux albums aux seuls collectionneurs fortunés ou casseurs de tirelire.

Le scénario est lui très surprenant, déstabilisant le lecteur à plusieurs reprises par des bifurcations auxquelles il ne s’attend absolument pas. On considère généralement que c’est gage d’une intrigue maline et efficace. On pourrait aussi trouver que cela nuit à la lisibilité… Reste que Undertaker reste portée par son très charismatique anti-héros et par des personnages qui ont la très grande wp-1579197539614.jpgqualité de ne pas être manichéens. Si l’on est comme dans tout bon western dans une histoire de vengeance et d’ambition, on suspecte les auteurs de préparer une transition après la disparition des deux personnages féminins des deux premiers cycles… qui mine de rien laissent un grand vide dans la structure du récit et les mécanismes d’interaction. Pour qui suit Dorison depuis longtemps je ne vous étonnerais pas en disant que les dialogues sont toujours acérés et claquant comme un Smith&Wesson.

Comme toute moitié de diptyque on reste en suspens à la clôture sans bien savoir si nous avons lu un très bon album ou juste un album de deux professionnels que sont Meyer et Dorison. Il faudra attendre la fin du troisième cycle pour le savoir. En attendant Undertaker reste une valeur sure, à la fois intéressante, exigent et d’une réalisation inattaquable. Une tête de gondole justifiée donc qui n’a pas à rougir devant la comparaison avec son glorieux ancêtre.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

***·BD·Nouveau !

The Red Clay Chronicles #1

BD de Jérémie Guez et Roland Boschi
Glénat (2019), série en cours.

Une tagline accrocheuse, des lignes lumineuses à la Tron sur un héros badass aux allures messianiques, il n’en fallait pas davantage pour attirer mon attention. The Red Clay Chronicles vaut-il le détour ? Parlons-en !

Vengeance au pays des tomahawks

couv_376175The Red Clay Chronicles nous plonge au cœur de son histoire en nous confrontant à un sanglant règlement de comptes entre bandits, au fin fond du Kansas en 1844. Seul le petit John en réchappera, à la façon d’une Shosanna Dreyfus lors du prologue d’Inglorious Basterds. Cette scène d’ouverture nous donne immédiatement le ton de l’album, dépeignant un monde cruel, beau et barbare à la fois, avant de nous envoyer vers la suite grâce à une ellipse de dix ans. Le petit John a grandi, et est devenu Nacoma, un féroce comanche qui s’apprête à défendre sa tribu d’adoption dans le tumulte des guerres indiennes. Cependant, avant de se dresser sur le champs de bataille, Nacoma va devoir clore la destinée de John en vengeant sa famille. Commencera donc une chevauchée vindicative où la pitié n’aura pas sa place.

 

Odyssée guerrière

Outre le thème de la vengeance, The Red Clay Chronicles emprunte aux codes du road trip. Le talentueux romancier Jérémie Guez met sur la route de son héros amis et ennemis, en n’hésitant pas à brouiller les lignes pour mieux nous plonger dans son intrigue. L’écriture semble irréprochable pour ce premier tome, j’émettrais néanmoins quelques réserves sur les scènes de sexe, qui peuvent paraître gratuites.

Le dessin de Rol est quant à lui en parfaite adéquation avec l’univers développé par le récit, tant par le trait que par les couleurs au lavis. Certaines postures et les proportions des personnages dessinés par Rol rappellent le légendaire Lee Weeks.

Première incursion de Jérémie Guez dans la BD, The Red Clay Chronicles offre une narration maîtrisée et un graphisme immersif. Un bel ajout à la collection Grindhouse chez Glénat !

*****·BD·Documentaire·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Guarani, les enfants soldats du Paraguay.

Le Docu du Week-End
BD de Diego Agrimbeau et Gabriel Ippoliti
Steinkis (2018), 128 p., one-shot.

couv_343650

Je fais avec cet album une première entorse au cadre de la BD Docu puisque nous avons bien ici une pure fiction… inspirée de faits historiques. Comme beaucoup de BD donc. Mais sans revenir sur mes débats personnels sur le statut d’un documentaire (voir mes précédentes chroniques), le fait de découvrir via cet album des événements totalement inconnus de la plupart des visiteurs qui liront ces lignes, la gravité majeure de ces massacres et de cette guerre nationaliste, justifie que je publie ma chronique dans cette rubrique lue par des gens qui pensent que la BD est là aussi pour nous apprendre des choses… L’ouvrage Steinkis commence par un résumé des origine de la guerre de la Triple alliance (Brésil/Uruguay/Argentine) au XIX° siècle, contre le jeune Paraguay, qui permet de situer le contexte. J’aurais aimé quelques documents en fin d’album pour coller encore plus la fiction au réel…

Pour finir ce préambule je m’attarderais sur une couverture symptomatique de la qualité du travail de l’illustrateur argentin Gabriel Ippoliti, extraordinaire dessinateur (comme tous les illustrateurs argentins?) que je découvre et dont je suivrais les prochaines publications sans aucun doute! Cette illustration attire sur le regard magnifique de l’enfant en rouge, puis sur les costumes démesurés des autres petits soldats pour enfin tomber en haut sur le regard du photographe, témoin de cette horreur. Tout l’album est résumé dans cette image et j’avoue que j’ai rarement vu une « affiche » à la fois si belle, si accrocheuse et si fidèle au contenu. Cet artiste a une maîtrise au scalpel de son art et de la composition, comme je vais l’expliquer plus bas.

Entre 1865 et 1870 a lieu une terrible guerre en Amérique latine, une guerre folle aux motifs oubliés et dont les protagonistes, des héritiers dynastiques perdus comme des nobles européens déchus, utilisèrent leurs peuples comme revenche. Un peuple qui ne voulait pas d’histoire, comme ces pacifiques indiens Guarani dont les fous de guerre finirent par prendre même les enfants. Un photographe français en reportage sera témoin de cette folie, de cette barbarie inouïe…

guarani1Cet album est un choc tant visuel que thématique. Il parvient à frôler la perfection dans la simplicité du récit comme dans la justesse du dessin et du cadrage. Ce duo argentin nous propose avec Guarani une plongée d’une beauté et d’une humanité folle dans des événements dont personne ou presque n’a entendu parler. Les guerres coloniales ou nationalistes furent très nombreuses au XIX° siècle mais européanocentrés comme nous le sommes ce qui s’est passé de l’autre côté de l’Atlantique ne nous est pas connus. Nous découvrons donc un continent en proie à une guerre sans doute instrumentalisée par les puissances anglaise et américaine et dont la pertinence n’égala pas celle de nos guerres européennes. Le scénariste Diego Agrimbeau place finement le lecteur dans les pas d’un témoin naïf en la personne d’un colosse terriblement charismatique et archétype bien connu de la technique du récit: le photographe. Pierre Duprat veut voir les indiens Guarani, situés en plein front et enrôlés de force dans une guerre qui n’est pas la leur. Le français entame un voyage initiatique, spectateur d’une Amérique étrange, naturelle où comme dans Apocalypse Now, la remontée du fleuve fait se rapprocher du Mal. Entendons nous bien, l’album est traité avec beaucoup de douceur et seules quelques cases et le contexte général nous font comprendre les affres de la guerre. guarani3Doux géants frappé par la brutalité de ces hommes sur un continent qu’il ne connaît pas, il rencontre avec les Guarani (dépeints par Emmanuel Lepage dans son magnifique Terre sans mal il y a quelques années) des esprits purs, sans violence et à la beauté paradisiaque. Le scénariste donne une grande subtilité aux planches de son acolyte en passant beaucoup de choses par le regard, notamment cette relation platonique où l’on devine de l’amour, un amour courtois impossible mais où les auteurs n’interviendront pas…

Dès les premières planches nous sommes saisis par la qualité et la maîtrise graphique d‘Ippoliti qui, dans un style BD aux effets crayonnés trouve une justesse de ton, des regards, des cadrages proprement sidérante. Le dessin BD n’est pas que technique, c’est surtout une intelligence qui fait réaliser que tel dessin finalement assez simple, acquiert une pureté, un réalisme grâce à d’infimes détails de tracé ou de mise en scène. guarani2Toutes les scènes, qu’elles soient urbaines, guerrières ou itinérantes, ont un dynamisme qui fait croire à un dessin animé et nous immerge totalement dans le récit et ses personnages très attachants par-ce que pertinents, justifiés, entre le photographe nationaliste paraguayen, l’indien exilé en ville ou ces Guarani muets mais à la beauté si parfaite.

On a coutume de dire que le bel art est simplicité. Il y a de cela dans Guarani, une histoire simple mais aux répercutions fondamentales (l’utilisation aberrante d’enfants pour « jouer » à la guerre, la corruption de la pureté, la quête de sens d’un témoin extérieur mais si touché). Dans l’esprit on est pas loin de l’ambiance de la Ligne rouge, le chef d’oeuvre de Terrence Malick au cinéma. Des images et des chants qui restent en mémoire. Un grand coup de cœur et un coup de chapeau!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le

badge-cml

logo_izneo
BD·La trouvaille du vendredi·Rétro

La trouvaille du vendredi #7

La trouvaille+joaquim


Xoco

BD de Thomas Mosdi et Olivier Ledroit
Vent d’ouest (1994-1995), 2 albums de 54 et 62 pages.

Couverture de Xoco - Intégrale cycle 1 - Tomes 1 à 2J’ai parlé la semaine dernière d’Olivier Ledroit pour son Art-book sur les fées. Une fois n’est pas coutume, je remets le couvert avec l’un de mes albums préférés: le diptyque Xoco. La série a été suivie quelques années plus tard pas un second cycle scénarisé par Mosdi mais illustré par le très moyen Palma (suite donc très dispensable).

New-York, période de la Prohibition. Alors que les gangs s’affrontent pour le contrôle de la ville, des meurtres atrocement sanglants sont perpétrés. La fille d’un antiquaire autrefois assassiné se retrouve au centre d’une poursuite qui va voir s’affronter différentes visions de la réalité et dont d’étranges indiens arrivés de leur Nevada pourraient avoir la clé.

Résultat de recherche d'images pour "xoco ledroit"Paru il y a 24 ans alors que Ledroit venait de clôturer sa participation aux Chroniques de la Lune noire (dont il continuera à réaliser les superbes couvertures jusqu’à aujourd’hui), Xoco lui permettait de partir dans un registre à la fois plus réaliste (des crimes pendant la Prohibition) et collant à son univers noir et gothique en illustrant une histoire fortement inspirée de l’univers de HP Lovecraft. Certainement sa meilleure œuvre (tant graphique que scénaristique), le double album adopte une technique en peinture directe (son premier il me semble) et aux traits beaucoup plus sérieux que ses albums d’Heroïc-Fantasy. Le film Seven, sorti en même temps que le second volume Notre seigneur l’écorché adoptait une esthétique très proche: une ville sombre, poisseuse, humide où la lumière semble fuir. le lien entre les deux ne s’arrête pas là car la mise en scène de la BD est extrêmement cinématographique, avec travelings, zooms et dézooms, textes hors-champ etc. L’esthétique art-déco irradie des décors très fouillés et surtout, Ledroit développe ce qui a fait sa marche de fabrique: la destruction de pages par un savant jeu de cases rompant totalement avec les codes de la narration franco-belge et entièrement fusionnées avec ses nécessités graphiques. L’inspiration vient probablement du Manga puisque même Sin City  de Frank Miller (qui a lui aussi révolutionné la construction des planches) sort à peu près en même temps.

Image associéeThomas Mosdi n’est sans doute pas pour rien dans cette évolution plus cadrée de l’art de Ledroit, puisqu’il avait produit le scénario de la première série de Guillaume Sorel, également très teintée de Lovecraft (l’Ile des morts) et très travaillée en matière de découpage. Toutes les autres BD d’Olivier Ledroit ont le gros défaut d’être basées sur des scénarios de jeu de rôle, sans grande ambition, laissant libre court à la furie des pinceaux de l’illustrateur. Xoco est d’abord une histoire sur le voile des réalités, des démons d’entre les mondes et des pouvoirs des esprits (les chamans navajo). Une histoire solide, à la progression construite et laissant la place aux séquences dialoguées, aux atmosphères (dès l’intérieur de couverture un rapport de police nous immerge dans l’histoire). Probablement que Ledroit s’amuse plus en envoyant des légions de millions de dragons se fracasser sur des murailles titanesques… mais ses albums en pâtissent. Ainsi hormis la fin apocalyptique et très noire, la plus grande partie du récit est une enquête policière relativement classique. Résultat de recherche d'images pour "xoco ledroit"Ça reste sombre, violent, mais c’est de la très bonne BD, de l’excellent scénario: en clair, un film sur papier.

J’hésite souvent à penser qu’Olivier Ledroit gâche son talent et ne choisit pas vraiment les bons scénaristes qui le bousculeront… Sa tentative de scénario sur le très bon Les irradiés (jamais poursuivi faute de succès) m’incite à penser que cela aurait pu l’amener à diversifier ses histoires et sa technique. Il y a plein de raisons de ne pas aimer les BD de Ledroit, malgré des planches objectivement magnifiques… Si vous êtes de ceux-ci, lisez Les deux tomes de Xoco et savourez un artiste ambitieux, travailleur, exigeant. Un chef d’œuvre.

Résultat de recherche d'images pour "plus belles planches d'olivier ledroit"

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·Graphismes·La trouvaille du vendredi

La trouvaille du vendredi #6

La trouvaille+joaquim

La Trouvaille c’est un trésor que vous avez gardé dans votre mémoire, une pépite de votre bibliothèque et qui mérite d’être offerte à l’appétit de vos lecteurs. Une pause de fin de semaine hors du brouhaha des publications récentes…


Rio grande

BD d’Eugenio Sicomoro
Dargaud (1989), NB, 68p.

sicomoro_riogrande_01Album grand format, couverture classique tout a fait dans l’ambiance western. Édition des années 80, sans qualité ni défaut particulier.

On m’avait offert cet album il y a fort longtemps et il a toujours été pour moi une étrangeté: depuis que je m’intéresse à la BD je n’ai jamais entendu parler de Sicomoro alors qu’à l’époque et encore aujourd’hui le graphisme de ces quatre histoires est totalement unique! Un peu comme les films maudits et uniques de leur auteurs qui sont entrés au panthéon comme des singularités.

Sicomoro (il s’agit d’un pseudo) est de l’école italienne et a participé à la formation de beaucoup d’auteurs de la péninsule. Très vite on reconnaît le trait comparable à celui de Manara, Serpieri, Liberatore,… Giraud avait également ce style sur certains Blueberry. C’est un style des années 70-80 qui sied parfaitement au noir et blanc. Un style entre l’hyperréalisme d’un Résultat de recherche d'images pour "sicomoro rio grande"Alex Ross et les contrastes d’un Hugo Pratt. D’ailleurs, récemment, seuls certains illustrateurs américains se rapprochent ce ce type de dessin. Un style totalement western, faisant ressentir l’épaisseur du cuir des vêtements, la texture de la poussière, la densité des chevelures en bataille et des moustaches touffues. Ça me rappelle les magnifiques illustrations de l’édition Folio junior du Seigneur des Anneaux des années 80 par Philippe Munch (pour ceux qui sont passé par là…).

Cet album totalement unique, comme si Sergio Leone avait été adapté en BD par Sicomoro, propose quatre histoires de l’Ouest:

  • Celle d’un vieux trappeur retiré des hommes et qui tombe sur une petite frappe qui l’obligera à renouer avec la morale, pour le pire…
  • Celle d’un tireur professionnel s’entraînant en prévision d’un duel qu’il attend de longue date pour venger son honneur,
  • Celle d’un desperados décidé à quitter sa vie de pillages et qui tombe sur une caravane de Mormons, pas si pacifiques lorsque surviennent les indiens…
  • Celle de la guerre d’indépendance américaine, histoire un peu particulière par sa construction et par le fait qu’elle ne se situe pas dans le thème du western.

20180118_1944351.jpgToutes ces histoires sont marquées par un pessimisme féroce, cette destinée noire qui ramène toute volonté humaine à la réalité de la violence de ses contemporains. Il n’y a pas d’espoir véritable dans l’Ouest. Seulement des personnages qui croient qu’ils vont surmonter leur destin. Sicomoro fait corps avec ces thématiques classiques du western. Les regards sont puissants dans ses dessins, ceux de la femme, de l’enfant, du père. Ces regards presque angéliques tombent sur une crasse, des peaux burinées par le soleil. Rarement un dessin aura autant incarné un style, une époque. Le Western est un thème on ne peut plus graphique. Ici, entre des séquences de vie quotidienne, de chevauchée et de quelques paysages, quelques fulgurances percutent le lecteur comme cette page de fusillade au dynamisme incroyable. Ce dessin est étonnant tant en quelques coups de hachures il donne à la fois un réalisme et un dessin totalement BD à la fois. La maîtrise de l’italien est impressionnante. Que ce soient les décors, les vêtements, les expressions, les séquences dynamiques, les cadrages, tout est maîtrisé à la perfection chez Sicomoro, ce qui fait revenir la question: comment un tel dessinateur peut-il être si peu connu dans notre pays alors que ceux cités plus haut sont reconnus comme des maîtres? Sans doute par l’absence de BD populaire dans sa biblio et par une atténuation de son style lorsqu’il est colorisé. Sicomoro n’aurait dû faire que du noir et blanc (comme un certain Alberto Varanda). En attendant cet album est un must-have à découvrir de toute urgence si vous aimez le western.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1