***·BD·Nouveau !·Service Presse

Lowreader #1

Anthologie de 120 pages, avec Run, Mud, Maudoux au scénario, et Singelin, Ghisalberti et Maudoux au dessin. Parution aux éditions Rue de Sevres chez le Label 619, le 26/01/2022.

Back for the dead

Après moult péripéties éditoriales et créatives, le Doggybags a fini par tirer sa révérence, et a rendu l’âme après 17 numéros sanglants et emplis d’effroi. Mais encore une fois, le magasine renaît de ses cendres, non pas sous la forme du phénix mais plutôt celle du Corbeau.

Sous l’égide de cet oiseau à la fois fascinant et inquiétant, que l’on pouvait déjà apercevoir dans le Doggybags, le Label 619 maintient sa vocation, celle de proposer des histoires courtes sur les thèmes de l’horreur, du surnaturel, du polar, bref, tout un pan de la pop-culture que l’on qualifie souvent de Grindhouse.

Le chapitre qui a la lourde charge d’ouvrir cette nouvelle anthologie s’intitule Devil’s Key. Un groupe de rock, les Headbangers, qui s’est compromis en acceptant de jouer dans une pub pour une chaine de fast food, doit subitement en payer les conséquences. En effet, on ne vend pas son âme au diable sans en payer le prix…

Dans une mégapole japonaise toujours plus déshumanisée, Mr Sato, un homme au caractère effacé, physiquement faible, subit chaque jour les brimades de ses collègues qui le considèrent comme un freak, et fait face à la violence de deux jeunes délinquants qui le rackettent. Lentement mais sûrement, Sato-san bascule dans une radicalité moderne, peinant à contenir la rage et la soif de vengeance qui couvent en lui. Mais que souhaite-t-il au fond ? Se venger, ou tout simplement exister, ne plus être transparent ? Pour le savoir, Mr Sato va devoir contourner la législation très sévère du Japon en matière de port d’armes, tout en tentant de s’affranchir des injonctions sociétales qui lui pèsent, comme par exemple le tri de ses déchets.

La troisième histoire, quant à elle, se déroule au cours d’une seule nuit. Masiko, personnage apparu dès le premier numéro de Doggybags back in the day, arpente les rues d’une petite ville avec sa fille sur le dos. Dès les premières cases, le sentiment d’urgence de la jeune mère est palpable. Sa fille a été mordue par une créature, mais personne n’est en mesure de lui venir en aide. En effet, depuis que le gang de bikers/loups-garous (également transfuge de Doggy) a pris le contrôle de la ville, les habitants vivent cloîtrés chez eux, paralysés par la peur. Masiko n’a donc personne sur qui compter. Si elle veut éviter à sa fille de se transformer en bête sauvage, elle va devoir affronter le Hellking et sa meute de loups à moto.

Le plaisir de retrouver le format DB, sous une autre forme, est indéniable. L’enchaînement des histoires courtes ne nuit pas à l’immersion et donne même l’impression, grâce à l’intervention du Corbeau en guise de narrateur, de regarder un épisode des Contes de la Crypte ou d’Au-delà du réel. Dans le trio, il faut admettre que Devil’s Key fait office de parent pauvre, notamment à cause d’une fin pas si percutante et de quelques aléas graphiques (Nicolas Ghisalberti faisait pourtant du bon travail sur Trenchfoot l’an dernier). En comparaison, Mr Sato offre une ambiance graphique maîtrisée (expérience oblige, Singelin) et une narration au diapason, oppressante et pleine de désespoir.

L’album se termine en apothéose avec She-Wolf and Cub, nous soumettant à un rythme effréné et sanguinolent. Le seul bémol qui ressort donc de ce Lowreader, c’est la sensation de redite qui s’en dégage, notamment par le format anthologique et les thématiques abordées. La présence de personnages issus de la précédente collection finit d’ailleurs d’enfoncer le clou. Ce n’est pas un mal en soi, mais le message offert semble clair: les directeurs de collection n’ont pas l’intention de se réinventer, et préfèrent plutôt s’appuyer sur une recette qui a déjà fait ses preuves. Le Label 619, qui faisait initialement figure de renouveau sans compromis de la BD franco-belge, semble donc désormais soumis aux mêmes dilemmes et contraintes que les éditeurs mainstream, et donne l’air, comme beaucoup d’entre eux, de s’ankyloser par peur du renouveau.

****·BD·Nouveau !·Service Presse

Doggybags #17

La BD!

Dix-septième et dernier tome de la série d’anthologie créée par RUN, avec Nikho, Florent Maudoux, Diego Royer au scénario, Nikho, Allanva et Petit Rapace au dessin. Parution le 21/05/21 au Label 619 des éditions Ankama.

bsic journalism

Merci aux éditions Ankama pour leur fidélité.

This is the end

Clap de fin pour la série phare du Label 619, qui aura su au fil des numéros s’iconiser toujours plus tout en conservant son crédo d’origine, à savoir intégrer et mettre en avant de jeunes auteurs désireux de revisiter le genre grindhouse.

Ce chant du cygne version 619 nous réserve trois histoires courtes, dans autant de genres différents: De Monocerote, Birds of a Leather et Ténéré.

Le premier chapitre nous ramène chez ces bons vieux vikings, qui se disputent, de gentille arnaque en trahison fratricide, une corne prise à une créature légendaire : la Licorne. Lui prêtant des vertus magiques, les guerriers norrois vont se la disputer égoïstement, aveuglés par leurs désirs de grandeur, avec de bien funestes résultats. Ce récit met en exergue l’avidité intrinsèque de l’homme et la toxicité de ce dernier au sein même des sociétés qu’il a érigées. Le dessin de Nikho s’est amélioré depuis Horseback 1861, mais contient toujours des approximations anatomiques, que l’on pardonne davantage sur un format court tel que celui-ci. On ne peut toutefois s’empêcher de noter que l’auteur a du recourir au script doctoring de Mathieu Bablet, ce qui, conjugué à sa marge de progression manifeste sur Horseback, nous laisse penser qu’il n’est pas encore tout à fait mûr pour se lancer en solo et livrer un album qualitatif.

Le second chapitre, nous plonge dans les méandres de la folie, à travers le regard d’Helen, une femme de sénateur vivant dans l’ombre de la défunte épouse de ce dernier, et victime d’une sorte de délire lui faisant endosser les forces totémiques des fourrures animales qu’elle aime arborer. Ce récit-là nous rappelle un cruel paradoxe qui veut que seuls les humains sont capables d’actes inhumains, les animaux, régis le plus souvent par l’instinct (mais aussi par des émotions, détrompons-nous), n’agissant quant à eux jamais par malice. Si l’on prolonge la réflexion, on s’aperçoit alors qu’il est un tant soit peu malhonnête d’affubler des caractéristiques animales à des traits exclusivement humains (les vautours pour l’opportunisme et l’ambition crasse, par exemple, ou la vanité pour le paon). Au niveau de la narration, Bird of a Leather souffre d’un certain hermétisme lors de la première lecture, mais gagne néanmoins à être lu une seconde fois pour en saisir les subtilités.

La troisième partie prend place au cœur du Sahara, où une famille de touristes inquiets et leur guide sont traqués par des Touaregs. L’attrait de cette dernière histoire réside moins dans son twist final, décelable dès les premières pages, que dans son ambiance inquiétante et son rythme enlevé.

Cette charge finale rend honneur à l’ensemble de la série sans toutefois la transcender. Ce dernier numéro nous rappelle malgré tout l’impact important du Label 619 dans le paysage éditorial français, et l’espace que laisse Doggybags, après dix ans d’existence tonitruante, devra certainement être comblé d’une façon ou d’une autre.

****·Comics·Nouveau !·Service Presse

Far South

Histoire complète en 112 pages, écrite par Randolfo Santullo et mise en image par Leandro Fernandez. Parution le 17/06/2020 dans la collection Grindhouse de Glénat.

bsic journalism

Merci aux éditions Glénat pour leur confiance.

Le rêve argentin

Invariablement posté derrière son bar, Montoya, dit « l’espagnol« , passe son temps à essuyer compulsivement ses verres tout en regardant la vie défiler dans son troquet malfamé. Ah, ça, il en voit, du beau monde, le Montoya, c’est à croire que tous les gangsters d’Argentine finissent par fouler le plancher décrépit de la Pulperia.

Ainsi, le barman taiseux n’interdit son établissement à personne, toutefois, gare à ceux qui chercheraient à y régler leurs comptes, ils auraient alors affaire à son courroux, silencieux mais rudement efficace. Far South commence justement par une visite impromptue, celle de Servetti, qui cherche des réponses quant à la mort de son frère Nico, la veille, dans ce même bar. Pendant ce temps, dans la région, a lieu la grève des camionneurs, qui bloque tout le transport de marchandises, et dont on dit qu’elle pourrait se régler à grands renforts de biftons, glissés subtilement sous les bonnes tables syndicales. Au sein de cet imbroglio vont se croiser toutes sortes de personnalités louches, véreuses ou opportunistes. Cependant, qu’elles soient motivées par l’appât du gain ou la vengeance, elles craignent toutes celui qu’on nomme Carpincho Lopez.

Usual Fiction, Pulp Suspects

Randolfo Santullo a choisi de construire son récit en chapitres courts, pour mieux tisser son intrigue criminelle autour d’un casting choral, à la façon d’un Guy Ritchie (Arnaques, crimes et botanique, Snatch) ou d’un Quentin Tarantino (Pulp Fiction). Au fil des scénettes qui s’enchainent, certains personnages vont devenir récurrents, jusqu’à former un réseau assez complexe dont on suit l’évolution avec grande délectation.

En guise de fil rouge, Santullo dévoile la figure mystérieuse de Carpincho Lopez, émule à peine plus douce que le Kaiser Sozë de Usual Suspects (Bryan Singer), criminel à la réputation nimbée d’exploits plus ou moins vérifiables mais qui ont achevé de construire sa légende. Tous les gauchos, tous les gangsters d’Argentine parlent de Carpincho, certains affirment même l’avoir vu commettre ses méfaits, sans que personne ne vienne démentir la légende. Le reste de l’intrigue nous donne à voir des complots retors, du racket qui finit mal, et des entourloupes entre hommes de peu de foi, autrement dit, un régal pour les amateurs du genre.

La partie graphique est somptueusement assurée par Leandro Fernandez, qui par un trait semi-réaliste réhaussé par des aplats de couleurs pâles, parvient à saisir parfaitement l’ambiance du récit criminel. Ses personnages sont tous reconnaissables grâce à certains traits caricaturaux, et son encrage lourd finit de poser le décor.

Cela commence à devenir une habitude, la collection Grindhouse tient encore une fois ses promesses !

***·BD·Nouveau !·Service Presse

Sweet Home

On continue de découvrir l’excellente collection Grindhouse de Glénat. Vous trouverez sur le blog les critiques de la plupart des albums précédents (rechercher « grindhouse »).

bsic journalism

Histoire complète en 128 pages, écrite par Sébastien Viozat et dessinée par Kieran, parue le 24/06/20 dans la collection Grindhouse des éditions Glénat.

Merci aux éditions Glénat pour leur confiance.

Alone with the Psycho

Il arrive parfois que les apparences soient trompeuses, si bien que l’arroseur se révèle être l’arrosé, le dominant s’avère finalement être dominé, et que le chasseur se transforme subitement en proie.

Sur les routes de Californie, un trio infernal écume les routes, une horde de policiers à ses trousses. Zack, Sally et Ethan viennent de commettre un braquage aussi fructueux qu’audacieux, mais qui les as laissés en mauvaise posture: Ethan a reçu une balle, et saigne abondamment sur la banquette arrière, promettant à leur équipée sauvage une fin prématurée.

C’est bien connu, la loyauté chez les bandits n’entrave que ceux qui daignent s’en embarrasser. Devant cet écueil, Zack décide de se délester du couple et laisse ainsi Ethan et Sally au bord de la route sans autre forme de procès. Il revient maintenant aux amants criminels de se trouver une issue rapidement avant que la cavalerie ne débarque. Demandez, et vous recevrez, voilà qu’une luxueuse voiture croise leur route. Sally et Ethan vont prendre le quadragénaire débonnaire en otage et investir sa demeure pour se cacher quelques temps. Mais ont-ils fait le bon choix ?

Beware the nice ones

Très vite, les amants terribles vont s’introduire chez Gareth Campbell, son épouse Judith et sa fille mutique Britney, et imposer leur loi, tandis que le Shérif Wendell et son adjoint Chet vont remonter leur piste, une idée de vengeance derrière la tête. Que feront nos braqueurs amateurs lorsqu’ils s’apercevront que les Campbell n’ont de mondain que l’apparence ?

Pour nous livrer ce Sweet Home, Sébastien Viozat puise dans sa passion pour le cinéma de genre, notamment tarantinien, et met ainsi en scène une délicieuse histoire de gangsters et de psychopathes, les deux étant ici distincts, ce qui n’est évidemment pas toujours le cas chez l’ami Quentin.

L’alternance entre le huis clos périlleux et la chasse à l’homme revancharde du shérif donne au récit un rythme appréciable, dans lequel la mort peut surgir à n’importe quel coin de table. Le suspense inhérent à la prémisse est très bien exploité par l’auteur, qui se paye bien sur le luxe de glisser ça et là quelques petites références à la filmographie de son réalisateur fétiche.

Le thème de l’album permet d’explorer l’hypocrisie des sociétés modernes, dont le séduisant verni cache bien souvent l’ignominie sous bien des formes.

Le scénariste joue dans Sweet Home la carte de l’anti-héroïne au travers de Sally, jeune braqueuse roublarde et sans scrupule qui est sensée trouver grâce aux yeux du lecteur. Le seul bémol, à mon sens, est qu’elle n’y parvient que tardivement , et par contraste avec les Campbell. Cela relève sans doute de la volonté de l’auteur, qui souhaite bousculer les attentes du lecteur, néanmoins, j’ai mis un certain temps à m’investir émotionnellement dans le personnage de Sally, pressé que j’étais de voir les choses dégénérer.

Le dessin de Kieran démarre l’album sur les chapeaux de roues et colle parfaitement à l’ambiance Grindhouse. Sweet Home nous fait donc la sanglante démonstration qu’il faut compter avec cette collection !

***·BD·Comics·Nouveau !·Service Presse

Doggybags 15: Mad In America

Quinzième album de la série d’anthologie du Label 619 des éditions Ankama. 120 planches réparties sur trois récits, avec RUN et Peter Klobcar au scénario, Jérémie Gasparutto, Ludovic Chesnot et Klobcar au dessin. Sortie le 29/05/2020.

bsic journalismMerci aux éditions Ankama pour leur fidélité.

 

I had a nightmare

L’Amérique est une nation jeune, mais dont l’histoire recèle suffisamment de strates morbides pour alimenter les histoires les plus acerbes et les plus critiques. RUN et son Label 619 régurgitent ici les lieux communs des pulps et du courant Grindhouse, pour mettre en exergue le pan le plus sombre de l’histoire des États-Unis d’Amérique: le racisme, qui remonte jusqu’aux racines mêmes de cet empire hégémonique.

En effet, les États-Unis se sont bâtis grâce à des vagues successives d’immigration, à commencer par les Pionniers, et ont , comme d’autres nations dont ils ne sont finalement qu’un transfuge, tiré leur prospérité en grande partie grâce à l’esclavage des femmes et des hommes noirs dont les ancêtres avaient été extraits de leurs terres natales africaines.

Bien que l’esclavage fut aboli après la Guerre Civile, il n’en demeure pas moins que de nombreux états américains, les perdants de la guerre, ont conservé en leur sein un esprit revanchard, une défiance systématique envers le pouvoir fédéral, et bien évidemment, un racisme non dissimulé envers les citoyens noirs. Lorsqu’on construit une nation sur des bases aussi gangrénées, il n’est pas étonnant d’assister encore aujourd’hui, à des conflits sociétaux, voire à des violences.

L’autre pan historique amenant la controverse, et sur lequel ce Mad In America repose, est le rapport des États-Unis aux armes. Là encore, l’explication se retrouve dans la genèse de ce pays qui s’est construit sur la conquête et la violence, les nouveaux habitants ayant longtemps conservé le besoin de se défendre dans un vaste pays où le pouvoir bénéfique et régulateur de la Loi a eu bien du mal à s’imposer. Le droit de porter et d’utiliser des armes est inscrit dans le Second Amendement de la sacro-sainte Constitution Américaine, si bien qu’encore aujourd’hui, il est pratiquement impossible à tout dirigeant politique, tout Président qu’il fût, de contrevenir ou même d’espérer abroger cet amendement en s’opposant aux tous-puissants lobbies des armes. C’est notamment ce qui explique le nombre élevé de tueries de masse aux États-Unis. Conjuguez ces deux phénomènes (oppression des afro-américains et disponibilité des armes) et vous obtenez des rivières de sang, qui pour le coup, a toujours la même couleur, quelle que soit la personne qui le verse.

Pulp Frictions

La première histoire de ce numéro 15 de Doggybags Manhunt, nous plonge dans l’enfer marécageux du bayou de Louisiane, un soir où Sidney se retrouve, et c’est un euphémisme, en fâcheuse posture. Pris en chasse et capturé par deux rednecks, il est sur le point d’être pendu, dans ce qui s’apparente vraisemblablement à un lynchage en bonne et due forme. Toutefois, on le sait, dans le bayou, rôdent des créatures à mêmes de transformer les rednecks eux-mêmes en proie, et Sidney va devoir une fois de plus courir pour sauver sa vie.

La seconde partie, Conspi-racism, traite à la fois du racisme et de l’insidieuse thématique du complotisme. Après une nouvelle tuerie de masse dans une église, le médiatique Alex Jones, gourou abreuvant ses millions de followers de théories conspirationnistes, concocte une nouvelle sortie haineuse pour dénoncer ce qu’il pense être une manœuvre du gouvernement américain pour abroger le 2e Amendement. C’est sans compter sur l’inspecteur Witko, qui, las que ces élucubrations influencent néfastement son fils, décide de prendre les choses en main.

La troisième et dernière partie de cette anthologie s’intitule Héritage et met en scène une vengeance, comme héritage mortifère de l’histoire de l’Amérique profonde.

Les trois histoires ont en commun un ton décomplexé, des traits graphiques exagérés, confinant parfois à la caricature. Le but est sans doute de confronter le lecteur à ce qu’il y a de plus vil dans la Bannière Étoilée, et, conformément au cahier des charges de Doggybags, les auteurs n’hésitent pas à appuyer leur propos à grand renfort de gore et de violence déchaînée.

Cette quinzième excursion fantasmée dans l’horreur bien réelle du racisme en Amérique tient ses promesses, un pierre de plus à l’édifice du Label 619.

***·BD·Nouveau !

Le Cimetière des Âmes

BD du mercredi

Album de 88 pages, premier tome d’une série écrite par Éric Corbeyran et dessinée par Francisco Manna. Parution le 18/09/2019 aux éditions Glénat dans la collection Grindhouse.

Contre la fin de tout

Bill Night, Olivia et Ashley, des agents de l’Académie Parallèle, mènent frénétiquement des recherches d’une importance capitale. En effet, si l’on se réfère à une prophétie découverte peu de temps auparavant, la fin du monde tel que nous le connaissons pourrait survenir très bientôt, livrant la Terre au règne du Linceul, une entité antédiluvienne et abstraite qui n’aspire qu’à répandre partout ses cendres mortifères.

Le seul qui semble capable de contrer l’avènement du Linceul est un énigmatique occultiste surnommé Red De Ath, qui serait sûrement très efficace s’il n’était pas mort, il y a 200 ans. Nos aventuriers de l’occulte se lancent donc à la recherche de sa dépouille, espérant y trouver des indices ou un moyen d’éviter l’Apocalypse. Ce qu’ils trouveront sera tout de même bien plus intéressant, puisque par un concours de circonstances, ils parviendront à ressusciter Red De Ath, alias Archibald Donehue.

Le vieil homme avait anticipé sa mort et sa résurrection, dans un plan fomenté durant l’une de ses bitures, afin de vaincre le Linceul lors de sa résurgence. Toutefois, la traversée a fait d’Archibald un être instable. Sera-t-il l’allié précieux que nos héros espèrent ?

La Grande Faucheuse arrive

L’incontournable Corbeyran, auteur à l’impressionnante bibliographie, établit dès les premières pages de cette série une ambiance singulière, entre horreur et aventure. Edgar Allan Poe, cité en référence par Achibald, et H.P. Lovecraft ne sont jamais très loin, entre goules voraces et entités malveillantes à la forme insaisissable.

En lisant les péripéties de l’Académie Parallèle, dotée d’un agent non-humain aux capacités particulières (Bill le Gorille génétiquement modifié), on ne peut s’empêcher de penser au célèbre Hellboy, qui s’est depuis longtemps imposé en parangon du genre. L’auteur offre d’ailleurs un background intéressant à Bill Night, qui donne des allures de dystopie à cet univers encore en expansion.

La seconde partie de l’album impulse des nouveaux enjeux et des nouveaux antagonistes de façon assez bienvenue, ce qui éveille notre curiosité et nous donne envie de découvrir la suite. Sortie l’année dernière, Le Cimetière des Âmes est un élément solide de la collection Grindhouse !

***·BD·Comics·East & West·Nouveau !

The Spider King

esat-west
One-shot de 192 pages, écrites par Josh Vann et dessinées par Simone D’Armini. Parution le 12/02/2020 aux éditions Glénat, collection Grindhouse (publication USA IDW publishing 2018)

 

Vikings et Envahisseurs

Alors que les guerres de clans font rage au sein de la Scandinavie moyenâgeuse, une pluie de débris cosmiques s’abat sur ses contrées glacées, au grand étonnement des vikings qui y guerroient.

Depuis qu’il a hérité, à son corps défendant, le trône du clan des Laxdale, Hrolf mène une guerre sans merci, mais perdue d’avance, contre son oncle l’impitoyable Aarek, suite à la trahison de ce dernier envers le clan. Alors qu’un affrontement décisif commence à faire couler le sang, le champs de bataille est ravagé par des objets tombés du ciel, des objets qu’aucun humain n’avait pu contempler jusqu’ici, venus de mondes lointains.

Des débris encore fumants, vont s’extirper des créatures hostiles munies d’une technologie supérieure, parmi lesquelles un seigneur de guerre malfaisant, qui, à défaut de la galaxie, se contentera bien de régner sur la Terre. C’est ainsi que ce seigneur de guerre naufragé va s’emparer du corps d’Aarek pour débuter sa campagne de conquête et de pillage, donnant à Hrold une double raison de terminer ce qu’il avait (difficilement) commencé.

Blood, Guts & Clarke’s Third Law

Déjà en difficulté face à son oncle, Hrold aura fort à faire contre l’union de ce dernier avec le conquérant intergalactique. Heureusement pour lui, il pourra compter sur sa nouvelle épée « magique » ainsi que sur ce qu’il lui reste de compagnons d’armes pour affronter ce danger mortel.

Bien évidemment, ce qui fait l’attrait de The Spider King est son pitch audacieux, qui mélange les genres tout en promettant de belles batailles, à défaut d’une intrigue profonde. Ce que l’on souhaite voir en effet en ouvrant l’album, c’est l’inévitable clash entre extra-terrestres belliqueux et vikings berserks, ainsi que le décalage des guerriers vikings percevant ces visiteurs aliens par le prisme de leurs croyances.

Le Roi Araignée remplit bien toutes ces promesses, et offre des planches parfois trash, souvent dynamiques, au service d’une intrigue divertissante. Le style de Simone D’Armini, issu du design vidéoludique, se prête bien au ton décalé de l’histoire, et oscille entre un Duncan Fegredo et un Michael Avon Oeming.

Résultat de recherche d'images pour "spider king d'armini"L’histoire, fortement rythmée au fil des chapitres de la mini-série, fonctionne bien en one-shot mais tend cependant à s’affaiblir sur le dernier chapitre, qui fait finalement office d’épilogue à la saga nordico-spatiale. On reste néanmoins emporté par cette aventure sans concession qui embarque son fruste protagoniste dans une guerre qu’il n’était pas prêt à mener.

En guise de bonus, l’album présente un court one-shot, qui était en fait le pilote de la série, ainsi que des couvertures alternatives pas piquées des hannetons.

The Spider King est une lecture prenante qui vient diversifier la collection Grindhouse de Glénat, et c’est heureux !

***·BD·Nouveau !

The Red Clay Chronicles #1

BD de Jérémie Guez et Roland Boschi
Glénat (2019), série en cours.

Une tagline accrocheuse, des lignes lumineuses à la Tron sur un héros badass aux allures messianiques, il n’en fallait pas davantage pour attirer mon attention. The Red Clay Chronicles vaut-il le détour ? Parlons-en !

Vengeance au pays des tomahawks

couv_376175The Red Clay Chronicles nous plonge au cœur de son histoire en nous confrontant à un sanglant règlement de comptes entre bandits, au fin fond du Kansas en 1844. Seul le petit John en réchappera, à la façon d’une Shosanna Dreyfus lors du prologue d’Inglorious Basterds. Cette scène d’ouverture nous donne immédiatement le ton de l’album, dépeignant un monde cruel, beau et barbare à la fois, avant de nous envoyer vers la suite grâce à une ellipse de dix ans. Le petit John a grandi, et est devenu Nacoma, un féroce comanche qui s’apprête à défendre sa tribu d’adoption dans le tumulte des guerres indiennes. Cependant, avant de se dresser sur le champs de bataille, Nacoma va devoir clore la destinée de John en vengeant sa famille. Commencera donc une chevauchée vindicative où la pitié n’aura pas sa place.

 

Odyssée guerrière

Outre le thème de la vengeance, The Red Clay Chronicles emprunte aux codes du road trip. Le talentueux romancier Jérémie Guez met sur la route de son héros amis et ennemis, en n’hésitant pas à brouiller les lignes pour mieux nous plonger dans son intrigue. L’écriture semble irréprochable pour ce premier tome, j’émettrais néanmoins quelques réserves sur les scènes de sexe, qui peuvent paraître gratuites.

Le dessin de Rol est quant à lui en parfaite adéquation avec l’univers développé par le récit, tant par le trait que par les couleurs au lavis. Certaines postures et les proportions des personnages dessinés par Rol rappellent le légendaire Lee Weeks.

Première incursion de Jérémie Guez dans la BD, The Red Clay Chronicles offre une narration maîtrisée et un graphisme immersif. Un bel ajout à la collection Grindhouse chez Glénat !

***·BD·Comics·Nouveau !

Amazing Grace #1

BD d’Aurélien Ducoudray, Bruno Bessadi et Fabien AlquierGlénat (2019), 91p., série en cours, collection Grindouse.

Après l’Agent que nous a présenté Dahaka mardi, on continue dans la nouvelle collection pop de Glénat avec un récit post-apo à la fois tendre et courageux.

couv_367528
mediatheque

La couverture reprend l’esthétique crado Grindhouse popularisée par les films de Tarantino et de laquelle de plus en plus d’éditeurs proposent une collection dédiée. Vernis sélectif sur le titre et bonus très fournis de pas moins de 44 pages incluant des interviews des deux auteurs, des croquis et une série de recherches très intéressantes pour la couverture. De jolis albums aussi léchés c’est toujours sympa et ça met dans de bonnes conditions pour découvrir l’album.

On ne sait pas ce qui a provoqué la fin du monde, mais la première incidence a été la naissance d’enfants différents, semblant appartenir à une autre espèce humaine… Grace est de ceux-la. Petite fille elle aime les histoires qui lui raconte son papa, tout en cachant une force et une rage démesurée, animale… Dans ce monde d’après où l’homme est un loup pour l’homme, ce papa et cette petite fille vont essayer de survivre en gardant leur humanité…

Amazing GraceJ’avais eu de très bons échos de ce gros album sorti l’été dernier et pour cause, avec ses faux airs de La route (le film traumatisant  avec Viggo Mortensen) il arrive à créer quelque chose d’original dans le genre très fourni du post-apo dévasté. Commençant sur un chantier du bâtiment alors que le père court assister à l’accouchement de sa femme, l’album nous propulse ensuite très vite dans les jours d’après. Le projet vise à transposer un amour filial et paternel inconditionnel dans un monde où les haines et les pulsions de rejet individualiste ont repris le dessus. Ce premier tome ne nous présente ainsi pas réellement d’intrigue mais plutôt des séquences nous permettant tantôt de découvrir la nature de la fillette, tantôt d’éprouver les relations humaines lorsque l’autre devient monstrueux, surtout quand c’est votre progéniture qui est concernée! Les décors sont surtout ne nature dévastée mais lorsque le duo arrive dans l’hacienda d’un cultivateur d’oranges on se prend, rendus paranoïaques, à attendre le loup dans cette bienveillance surprenante. Dans le monde de chaos apparu les humains peuvent-il rester humains ou se comportent-ils tous comme des bêtes… en rejetant ces enfants qui leur font miroir par leur apparence monstrueuse?  nous questionne sur laquelle de l’apparence ou du comportement est le plus monstrueux en même temps que sur les principes civilisationnels qui distinguent l’homme de l’animal: le père rappelle sans cesse la loi primordiale à sa fille, on ne tue pas! Manière de tirer l’identité duale de sa fille vers son côté humain… alors que les autres s’en exonèrent.

Graphiquement c’est très propre. Bruno Bessadi, dans un style très comic à la fois précis et caricatural a adopté (comme il l’explique dans l’interview) une technique non encrée dont les effets de crayons permettent de contrebalancer les couleurs très franches. Ce qui surprend le plus c’est la taille des cases, énormes, proposant un découpage de trois à cinq cases maximum par planche. On n’est pas habitué à une telle aération et cela nous permet de profiter du style très agréable du dessinateur.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Comics·Nouveau !

L’Agent #1: initiation

Cet article est le premier d’une série consacrée à la nouvelle collection « pulp » Grindhouse de l’éditeur Glénat. Il sera suivi d’Amazing Grace jeudi et Red Clay Chronicles samedi.


BD de Mathieu Gabella, Fernando Dagnino et Carlos Morote
Glénat (2019), 144 p., série en cours, collection Grindouse.

Le thème du monde caché est une source inépuisable d’histoires, et L’Agent en fait ici doublement la démonstration.

En effet, l’idée qu’il existe un univers superposé au notre, un monde dans le monde, obéissant à ses propres règles, s’en tenant à l’écart tout en l’influençant, se retrouve dans de nombreuses œuvres, et vient très certainement venir étancher notre soif naturelle d’occulte, dans un environnement moderne où tout ou presque vient à être expliqué et décortiqué.

Je pense ici à des œuvres issues de genres hétéroclites, telles que Bleach (manga), A Certain Magical Index (manga), mais également Wanted (comics), ou Fables (comics), et enfin, et de façon plus évidente encore, Harry Potter ou Men In Black.

L’Agent prend donc le parti, comme les œuvres citées plus haut, de propulser sans ménagement sa protagoniste, Rhym, au cœur d’un monde obscur où la magie règne en maître, et où elle va devoir repenser sa conception du monde si elle veut espérer y survivre. La jeune policière va donc se retrouver, ironiquement, derrière un miroir sans teint dont il n’était pas prévu qu’elle conçoive l’existence.

Comme je l’ai dit, on trouve ça et là des histoires dans lesquelles le héros est jeté hors de sa zone de confort, dans un monde nouveau où il aura un rôle spécifique à jouer et dont il découvrira les règles progressivement, souvent en même temps que le lecteur. Là où L’Agent apporte son originalité, c’est dans le croisement de deux univers différents dont on ne soupçonnerait pas, au premier abords, les similitudes: la magie et les services secrets.

Mathieu Gabella s’amuse ici à fondre ces deux univers, imaginant un monde dans lequel la magie est une ressource incontournable dans les différents conflits géopolitiques, comme le seraient l’armement ou le contre-espionnage.

Ainsi, Rhym va-t-elle découvrir qu’elle est issue de la caste disparue des Sourciers, ce qui lui confère des capacités hors du commun et surtout, une immunité à certaines pratiques magiques. C’est ce qui lui vaudra d’être recrutée par une cellule occulte des services de renseignements français, débutant ainsi la traque d’un dangereux criminel utilisant la magie à des fins néfastes.

L’intrigue de L’Agent s’avère palpitante, comprenant son lot d’exposition, bien sûr, mais également de rebondissements, permettant de tenir le lecteur en haleine tout au long de l’album. A titre personnel, j’aurais souhaité un traitement de la magie un peu plus systémique, intégrant des règles et des cadres plus stricts, ce qui aurait accru davantage encore la plausibilité du scénario.

Côté graphique, Fernando Dagnino, rompu à l’exercice du comics, livre des planches dynamiques avec un encrage lourd qui accentue les aspects sombres de l’intrigue.

En résumé, L’Agent est un très bon album, qui ravira les amateurs de récits d’espionnages autant que les sorciers en herbe !

note-calvin1note-calvin1note-calvin1