*****·Comics·East & West·Nouveau !·Service Presse

Mind MGMT #3: Savoirs opératifs et leurs impacts sur l’individu

Troisième volume de 328 pages de la série réalisée par Matt Kindt. Comprend les épisodes 25 à 36, parution le 07/01/21 aux éditions Monsieur Toussaint Louverture.

bsic journalism

Merci aux éditions Monsieur Toussaint Louverture pour cette découverte!

Management vertical des capacités corticales

Après un tome 1 vertigineux et un tome 2 fracassant, Matt Kindt vient apporter la touche finale à son œuvre phare. Après avoir découvert les ramifications du Mind Management, Meru, jeune écrivaine en mal d’inspiration, a découvert avec effroi son implication passée dans l’organisation et le caractère récursif de son parcours depuis qu’elle l’a quittée. [SPOILERS!]

Forcée par Henri Lyme de revivre sans cesse les mêmes évènements dans une suite implacable de lavages de cerveaux et d’enquêtes futiles, Meru Marlow est parvenue à briser le cercle en apprivoisant ses formidables capacités psychiques. Avec d’autres anciens agents du Management, elle s’est mise à la poursuite (ou vice versa) d’un redoutable agent surnommée l’Effaceur, déterminée à faire renaître l’organisation.

Alors que la course au recrutement bat son plein, il semblerait bien que Meru et son escouade improvisée aient été pris de cours par les facultés adverses. Après une embuscade meurtrière, l’équipe de Meru est mal en point, laissant l’héroïne seule pour contrer l’Effaceur et son armée d’agents psychiques.

Toutefois, Meru a prouvé par le passé qu’elle était pleine de ressource, et surtout, tenace. La jeune femme, forte de ses souvenirs d’agent retrouvés, va remonter à la source du Mind MGMT, et obtenir des atouts de taille dans son combat, tandis que l’Effaceur avance sûrement ses pions sur l’échiquier, sûre de sa victoire.

Bataille au centre de l’Esprit

Après nous avoir plongés dans des abîmes de paranoïa et de complots, Matt Kindt se décide enfin à lever les doutes de son héroïne tout en nous éclairant sur les origines du Mind MGMT, et plus précisément sur ce qui a déraillé. L’auteur explore donc cette fois encore le caractère corrupteur du pouvoir, et fait réaliser à sa protagoniste que même (et surtout) des intentions louables peuvent se transformer en ignominie si on les laisse être teintées par des intérêts personnels.

Kindt revitalise donc le comics indépendant en mêlant super-pouvoirs et intrigues politiques, en superposant réflexion philosophique et remise en question de la réalité. Une œuvre incontournable qui aura mis du temps à parvenir jusqu’aux lecteurs français, mais l’attente en valait la peine !

****·Comics·East & West·Nouveau !

Mind MGMT #2: Espionnage mental et son incidence collective

esat-west

Second volume de la série écrite et dessinée par Matt Kindt, parue chez Dark Horse aux US entre 2012 et 2013. On doit la publication française aux éditions Monsieur Toussaint Louverture, parution le 03/09/2020.

Jeux d’esprit

A moins que votre mémoire ait fait l’objet d’un recalibrage, vous vous souviendrez certainement du premier rapport d’opération du Mind Management, cette organisation nébuleuse et opaque composée d’agents dotés de facultés psychiques hors-normes.

Dans le premier tome, Meru Marlow, jeune journaliste en mal d’inspiration, se jetait corps-et-âme dans une nouvelle enquête impliquant un certain Henri Lyme, un homme ayant mystérieusement disparu au cours d’un vol durant lequel tous les passagers perdirent la mémoire. Bien vite, Méru mit le doigt sur une conspiration vieille de plusieurs décennies, le Mind MGMT.

Après avoir échappé à ses agents les plus redoutables, surnommés les Immortels, Meru fit la rencontre de Lyme, l’agent le plus talentueux, et donc le plus dangereux, que le Management ait connu. Dangereux car ses pouvoirs psychiques sont si puissants qu’ils ont occasionnellement échappé à son contrôle, provoquant des catastrophes d’ampleur comme la destruction de Zanzibar, et la mort de son épouse et de sa fille. Parti en exil, Lyme a œuvré dans l’ombre pour démanteler l’organisation, tout en s’assurant que sa jeune protégée, Meru, survivante du carnage de Zanzibar, soit en sécurité. Meurtri par ses crimes involontaires, Lyme est allé jusqu’à effacer la mémoire de Meru, à chaque fois que la jeune investigatrice est remontée jusqu’à lui.

La cuillère n’existe…pas ?

Ayant recouvré sa mémoire, Meru s’embarque dans une nouvelle mission pour mettre un terme définitif aux agissement du Mind MGMT, dont la résurgence promet la déstabilisation à grande échelle. Pour cela, Lyme, Meru et d’autres anciens agents recrutés sur le volet vont devoir s’associer et contrer l’Effaceur, un agent implacable et calculateur qui est décidé à avoir leurs peaux.

Après avoir fissuré le vernis de la réalité dans le premier volume, Matt Kindt fait entrer ses personnages en guerre dans le second avec une histoire à construction moins complexe, car moins basée sur le mystère et davantage sur l’action. Le chassé-croisé des premiers chapitres fait monter progressivement la tension, nous faisant anticiper un affrontement aussi inévitable que sanglant.

L’auteur se repose sur des personnages très bien construits et caractérisés, possédant pour chacun leur histoire et leurs motivations propres. Le Mind Management apparaît comme une organisation toujours plus floue, dont les motivations sont sciemment opacifiées et les dirigeants occultés, ce qui tend à renforcer le sentiment de paranoïa et de complotisme. La galerie de personnages s’étoffe néanmoins, Kindt introduisant un casting assez bigarré qui tranche avec le panel d’agents déjà présents.

Malgré la tension bien présente, on pourrait néanmoins déplorer le déroulement de certains affrontements, qui à mon sens n’exploitaient pas intégralement les facultés particulières de ses personnages. Avec autant de pouvoirs psychiques, il est en effet étonnant de constater que les combats sont avant tout physiques (ce qui demeure toutefois logique avec un enjeu de vie ou de mort).

Au premier abord, la construction éclatée du récit pourrait rebuter certains lecteurs. Néanmoins, il faut avouer que l’intrigue et la mise en scène restent claires, aidées en cela par le dessin à la volée de Kindt, lui-même sublimé par ses belles aquarelles.

Mind MGMT est une série atypique, fruit du travail complet d’un excellent auteur. Ce second volume confirme l’intérêt et la qualité de la série, à lire absolument !

****·Comics·East & West·Nouveau !

Mind MGMT: Guerres psychiques et leurs influences invisibles

esat-westPremier tome de 329 pages, comprenant les douze premiers numéros de la série écrite et dessinée par Matt Kindt, parution le 19/03/2020 aux éditions Monsieur Toussaint Louverture.

Where is my Mind ?

Depuis la publication de son best-seller, dans lequel elle résout des meurtres jusque-là non-élucidés, Meru Marlow cherche le rebond, la nouvelle inspiration qui lui fera noircir les pages de ce roman qu’elle espère, et, au passage, qui l’aidera à payer son loyer.

Seulement, la gestation de cette nouvelle œuvre est plus délicate que ce que la jeune femme avait pressenti. Les jours s’égrainent, tant et si bien que la hype de son premier roman a laissé la place à un vide existentiel qu’elle a grand mal à combler.

Toutefois, un jour a priori comme un autre avachie devant son écran de télévision, Meru tombe sur la commémoration d’un incident qui a laissé le monde entier sans voix: il y a deux ans, les passagers du « Vol 815 » ont posé le pied au sol amnésiques. Plus étonnant encore: l’un des passagers, Henry Lyme, s’est volatilisé durant le vol, sans laisser aucune trace.

Meru y voit là les prémisses d’un roman-fleuve, une enquête passionnante qui sera la base de son nouveau roman. Toutefois, en débutant ses investigations, Meru va s’apercevoir qu’elle a posé le doigt sur une couture qui pourrait détricoter la nature même de la réalité telle qu’on la connaît. Et bien vite, les agents du Mind Management, soucieux de maintenir le statu-quo tant qu’il sert leurs intérêts, vont se mettre à sa poursuite.

Ceux qui croivent savoir se trompent

Meru ne l’a pas encore réalisé, mais elle va bientôt découvrir une effrayante et silencieuse conspiration. Le Mind MGMT, entité anonyme, insaisissable, regroupe des agents dotés de capacités mentales hors-normes, formés à toutes sortent de techniques de manipulation, de coercition et de déstabilisation.

Certains de leurs agents sont capables, par exemple, de guérir n’importe quelle blessure par la seule force de leur volonté. D’autres encore ont le don d’anticiper l’avenir en décryptant les pensées de toutes les personnes autour d’eux, ou de créer des commandes subliminales par le biais de messages publicitaires ou de romans, manipulant ainsi les masses.

L’influence du Mind MGMT et ses ramifications sont insondables, quiconque étant susceptible de s’être fait effacer la mémoire, pour peu qu’il ou elle ait représenté une gêne. Meru est donc confrontée d’emblée à un ennemi invisible, invincible, même, qui peut prédire ses actions et jouer avec sa réalité comme bon lui semble.

Ainsi, les frontières du vrai et du faux se confondent-elles au fil des pages, au fur et à mesure que la jeune enquêtrice fauchée soulève les pierres que le MGMT aura bien voulu semer sur son chemin.

Encore une fois, Matt Kindt fait la retentissante démonstration de son talent d’auteur, en livrant une œuvre conceptuelle fourmillante de détails. L’ambiance y est pesante, et la paranoïa telle que l’on se surprend à revenir régulièrement en arrière, incertain de ce que l’on vient de lire un chapitre auparavant.

L’auteur pose patiemment les strates successives de son récit, alternant fausses pistes et révélations, certaines scènes posées dans un chapitre ne prenant sens que grâce à la nouvelle perspective apportée par une information jusqu’alors cachée. Dans Mind MGMT, la réalité perd de sa substance, elle se vide même de son sens étant donné qu’un souvenir peut être effacé, tronqué, altéré, ou tout bonnement fabriqué.

A l’ère de la toute-puissante information confrontée au péril de la Fake News, à l’heure des Deep Fakes et des algorithmes prédictifs, Mind MGMT vient apposer un filtre paralogique sur un questionnement quasi aporétique: où est la Vérité ?

Malgré une méta-narration maîtrisée de bout-en-bout, le graphisme de Kindt n’est clairement pas son point fort. On se laisse néanmoins porter par le trait esquissé et les chaudes aquarelles, qui accentuent encore le goût d’irréel qui traverse ce roman graphique d’une portée tout à fait étourdissante. Une lecture aussi dense que déroutante !

****·BD·Mercredi BD·Nouveau !

Léna dans le brasier

BD du mercredi

BD de Pierre Christin et André Juillard
Dargaud (2006-2020), 54 p/album, 3 tomes parus.

Troisième album de ce qui ne devait à l’origine pas être une série, Dans le brasier fait suite à un billet rétro sur les deux premiers volumes parus.

couv_382304

La Grande conférence doit résoudre le conflit territorial qui déchire la Syrie. Des diplomates de différents pays protagonistes se retrouvent dans le huis clos très confortable d’un hôtel de luxe dont l’organisation logistique est dirigée par Léna Muybridge…

Léna -3- Léna dans le brasierÉtonnante non-série que ce triptyque autour du personnage de Léna, dont le scénariste Pierre Christin, connu pour sa rareté et l’intelligence de ses textes semble développer la biographie progressivement, de façon non préméditée. Nous l’avions connue endeuillée et recherchant un sens à sa vie dans le premier ouvrage qui date déjà de quatorze ans! Puis elle avait été enrôlée comme agent infiltré pour les services de renseignements. Comme un aboutissement après un second volume imparfait, la voici au cœur du Brasier, au cœur des négociations secrètes qui doivent déterminer de la paix alors que personne ne semble franchement désireux de résoudre ce conflit. Le risque de la caricature était grand, Christin y tombe un peu avec ces gros lutteurs post-soviétiques et cet iranien passé maître des coups d’éclat. Mais la série Le Bureau des légendes est passé par là et a redistribué les bases des histoires d’espionnage. Du coup le jeu de chacun deviens subtile et subtilement mis en scène par le trait toujours si élégant d‘André Juillard.

Léna Tome 3. Léna dans le brasier - André Juillard - Livres ...La caractéristique de la série c’est le contemplatif, là où le dessinateur excelle. Ainsi les pensées intérieures dominent les dialogues et l’on suit cette hôtesse de luxe sans vraiment être jusqu’au bout sur qu’elle est un agent infiltré. Au regard des précédents volumes c’est probable, au regard du personnage il n’est pas exclu qu’elle ait entamé une autre vie… Ainsi on navigue dans ce théâtre d’ombres à la suite de Léna, où les problématiques techniques de la résolution du conflit ne seront que survolées pour nous intéresser plutôt aux personnages, à ces profiles qui en disent long des pays et de leur diplomatie. Si le scénario traite partiellement d’une situation fictive (on est quand-même en Syrie), Christin veut tout de même parler du monde d’aujourd’hui. Les marqueurs empruntés à la Guerre froide et au monde décolonisé sont là, nous disant la permanence universelle des motifs de conflit (le plus souvent religieux!) mais nous rappelant immédiatement à l’actualité des pages internationales des journaux.Pierre Christin & André Juillard, Léna – t.03 : « Dans le brasier ...

Léna dans le Brasier n’est pas un thriller géopolitique mais bien un théâtre diplomatique marqué par la modernité des créations récentes sur le sujet. Abordant ce qui le passionne (la géopolitique) avec le style qu’on lui connait, Pierre Christin propose à son compère André Juillard le plus bel album de la trilogie, sans doute le dernier… a moins que les deux hommes ne puissent de séparer de ce fascinant personnage dont le mutisme grandit le mystère intérieur.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·Comics·East & West·Nouveau !

Black Badge

esat-west

Roman graphique de 290 pages, réunissant les 12 épisodes de la série écrite par Matt Kindt et dessinée par Tyler Jenkins, parue initialement aux US chez BOOM! Studios, publié en France depuis le 04/03/2020 aux éditions Futuropolis.

Charlie et ses drôles de drames

Les organisations occultes et les agents secrets foisonnent dans les œuvres de fiction, que l’on parle du SHIELD, du BPRD, de Mission: Impossible ou du Kingsman. Elles sauvent invariablement le monde de catastrophes diverses au prix de nombreux sacrifices, la rédemption du monde étant leur seule récompense.

Et si une de ces organisations se dissimulait sous des atours simples, voire improbables ? Et si une confrérie inoffensive aux yeux de tous façonnait notre monde en secret ? Et si…les Scouts étaient de redoutables espions ?

C’est la prémisse choisie par Matt Kindt pour Black Badge, où il raconte le parcours de Kenny, Cliff, Mintz et Willy, jeunes membres de la division secrète éponyme, dont le rôle consiste à mener à bien des missions de sabotage, d’exfiltration ou d’assassinats sous couverture. Leur jeunesse est leur meilleur atout: en effet, qui se soucierait d’une bande d’adolescents, et a fortiori, qui les penserait capables de telles actions ?

Cependant, Black Badge doit faire face à des menaces bien plus insidieuses et subversives que les terroristes lambdas qu’ils affrontent ordinairement. Au cours de leurs missions, les jeunes scouts vont croiser le chemin d’autres cellules occultes, aux ambitions perfides. Mais, en matière d’espionnage, la réalité n’est bien souvent qu’un voile qui dissimule d’autres vérités, ce qui va forcer nos héros à remettre en question leur crédo.

Les Quatre Scout-tastiques

Matt Kindt nous plonge dans un monde dangereux et opaque, reprenant avec habileté la triste thématique des enfants-soldats. Comme c’était le cas dans la réalité, les protagonistes sont des orphelins ou des jeunes que l’on a soustraits à leur foyer, pour les conditionner et les envoyer prendre des risques au nom des adultes.

Nos audacieux Black Badges, tels les X-Men du Professeur Xavier, sont donc de dévoués soldats, conditionnés qu’ils sont à de pas questionner les ordres. C’est pourtant là le propre de la jeunesse, aussi nos héros vont-ils progressivement dévoiler le mystère qui entoure leur unité de Scouts, au fil des missions et des épreuves rythmées par les douze chapitres. La lecture qu’a Kindt du jeune soldat que l’on sous-estime m’a fait penser à celle qu’avait Ed Brubaker concernant Bucky, l’acolyte de Captain America lors des flash-backs de la saga du Winter Soldier.

Graphiquement, on doit reconnaître à Tyler Jenkins une constance certaine sur presque 300 pages. Les couleurs qu’il emploie, posent un filtre rétro sur cette aventure aux tons et aux circonvolutions parfois désuètes, fleurant bon les récits d’espionnages de la grande époque.

Si vous aimez les récits à tiroirs, les faux-semblants et le camping derrière les lignes ennemies, alors Black Badge est fait pour vous !

***·BD·Jeunesse·Mercredi BD·Nouveau !·Service Presse

Les spectaculaires dépassent les bornes

BD du mercredi
BD de Régis Hautière et Arnaud Poitevin, couleurs de Christophe Bouchard.
Rue de sèvres (2020), série en cours les Spectaculaires , vol. 4., 54 p. par volume.

bsic journalismMerci à Rue de Sèvres pour leur confiance.

couv_381490La série, constituée de one-shots, est toujours habillée de la même maquette élégante et art-déco. Depuis le troisième volume le titre évolue avec un jeu de mot autour des Spectaculaires, confirmant un work in progress de cette série. L’intérieur de couverture présente un papier-peint avec les personnages principaux et cet album est pour la première fois introduit par un prologue autour du méchant Arsène Lapin avant la page de titre. Très propre comme d’habitude, rien à redire. L’album est imprimé en Belgique.

Le mystérieux gentleman-cambrioleur Arsène Lapin a encore frappé et dérobant des documents confidentiels à l’Elysée! L’État confie aux Spectaculaires la périlleuse mission de retrouver Lapin… en participant à la course automobile Paris-Berlin: s’ils remportent l’épreuve le gredin a promis de leur restituer les documents…

Résultat de recherche d'images pour "les spectaculaires dépassent les bornes"Déjà un classique de la BD familiale, les Spectaculaires est une lecture attendue à la fois pour la familiarité et pour la qualité de sa réalisation. Mine de rien il devient compliqué de créer une série humoristique qui se démarque, sans réciter ses classiques. Sur les bases désormais installées de l’équipe de bras cassés au sein desquels surnagent juste la fille Pétronille et l’aérien Evariste, les albums arrivent à être spécifiques en jouant sur des registres différents.

Si le précédent album était plutôt terne graphiquement du fait de séquences plutôt nocturnes et urbaines, dans cet opus les couleurs éclatent (les champs de tulipe hollandais sont très réussis) au grand air. Les décors ne sont pas le fort du dessinateur, un peu délaissés. En revanche les trognes, et les plans serrés en général ont un excellent dynamisme et par moment une texture à l’ancienne très agréables. On comprend l’économie nécessaire à la réalisation d’un album, mais les quelques plans fourmillants de détails laissent un petit goût de déception en imaginant ce qu’aurait pu être l’album avec un peu plus de temps.

Résultat de recherche d'images pour "les spectaculaires dépassent les bornes poitevin"Les spectaculaires est une BD d’humour et c’est sur ce plan que les auteurs se font plaisir et nous avec. Les dialogues sont en mode ping-pong, avec une petite mention à l’esprit toujours décalé d’un féminisme rentre dedans qui fusille les mœurs d’une époque bien rétrograde. A noter que si les précédents tomes avaient déjà commencé à introduire des références et des personnages historiques, c’est ici un véritable festival de personnages de BD plus ou moins cachés dans la foule des spectateurs de la course, passage vers Bruxelles oblige!  On se retrouve aux grandes heures des délires d’Arleston et Tarquin dans les premiers Lanfeust où les auteurs jouaient allègrement avec leurs lecteurs. L’intrigue, très simple, suit donc les pérégrinations des héros entre les étapes de la course, entre sabotages et interactions avec les autres concurrents tous plus clichés les uns que les autres: le terrible teuton au casque à pointe Gerhard Schlüssen von Mumuth, le bellâtre italien Silvio Malipoli ou la comtesse Moldypudding et son chien… Les gags sont attendus mais efficaces et on rit très spontanément. On regrettera tout de même une révélation totalement téléphonée (sauf peut-être pour les plus jeunes lecteurs) mais l’ensemble de l’album est suffisamment amusant et punchy pour atténuer la faute. Le final se permet en outre une première ouverture vers un méchant récurent et une implication plus grande des personnages dans les intrigues à venir. Si ce quatrième épisode est légèrement en deçà par rapport au précédent, les Spectaculaires reste en définitive une série qui fonctionne et dont on attend très volontiers la prochaine aventure.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

***·BD·Documentaire·Nouveau !·Service Presse

Verax

Le Docu du Week-End

 

BD de Pratap Chaterjee et Khalil
Les arènes (2019), 240 p., one-shot. n&b.

bsic journalismMerci aux Arènes BD pour cette découverte.

Verax_HD_C1.jpgL’ouvrage est au format Comic, broché avec couverture à rabat. La très parlante illustration de couverture n’est pas du dessinateur intérieur. Les rabats comportent une courte bio des deux auteurs. Des documents pour prolonger auraient été appréciés, c’est un peu dommage pour un album traitant d’un sujet aussi brûlant.

En 2013 l’ancien analyste de la NSA Edward Snowden rend publiques des informations top-secret sur les pratiques des services de renseignement américains. Depuis 2006 l’organisation de hackers Wikileaks diffuse des informations en masse à destination des journaux. Entre temps le journaliste Pratap Chaterjee enquête sur les drones militaires et le complexe militaro-industriel qui relie tous ces scandales et les attaques contre les libertés publiques.

Résultat de recherche d'images pour "verax les arènes khalil"Cet album est important par le sujet qu’il présente et par son urgence. Abordant en deux-cent quarante pages de BD un ensemble de sujets complexes aux ramifications, il a le très grand mérite de remettre en perspective des enjeux et des incidences que seuls les férus d’actualité et les spécialistes conçoivent. En ce sens on peut parler d’ouvrage de vulgarisation. La forme est un peu déconcertante au départ. L’auteur, journaliste britannique d’investigation (il collabore au Guardian), militant dans des organismes de journalismes de défense des libertés publiques, commence l’ouvrage autour de ses recherches de reportages, difficiles à financer, montrant la précarité des journalistes indépendants et à demi-mots la pression des actionnaires et dirigeants des journaux, tiraillés en permanence entre la recherche de scoops et la défense d’intérêts du système. Lors de ses travaux  sur les assassinats par drones (où l’on parle de PTSD) il rencontre Julian Assange et l’équipe de Wikileaks, mais nous cite aussi divers acteurs de la diffusion des récents scandales mondiaux qui ont révélé les étroites relations entre gouvernements, grands groupes économiques, médias et complexe militaro-industriel. Ce dernier concept, spécifique aux États-Unis d’Amérique est essentiel pour comprendre le fonctionnement de ce pays et la tension permanente entre exigences démocratiques et demande de sécurité de la part de la population.

Résultat de recherche d'images pour "verax les arènes khalil"Je précise dès maintenant que j’ai inséré en fin de billet des liens vers trois films absolument liés à cet ouvrage et dont le visionnage est plus que recommandé pour donner vie à ce que vous apprendra rapidement Verax. On y saisit l’interinfluence paranoïaque d’un establishment politique qui, par semi-corruption (si ce n’est financière, au moins mentale) signe des chèques en blanc à une galaxie du renseignement et à des états-major qui se sont spécialisés dans le storytelling plus ou moins conscient et les prophéties autoréalisatrices. Après une enquête dure à suivre sur les drones et les « dommages collatéraux », au tiers de l’ouvrage commence l’affaire Snowden et le récit détaillée à la fois de la sortie de ces informations par des journalistes courageux et desréseaux des programmes de surveillance exhaustifs des États-Unis. Si Snowden, ce fier produit du nationalisme américain, issu d’une famille de droite pro-militariste, a choisi de parler en brisant sa vie et sa carrière c’est par-ce qu’il a acquis la certitude que le gouvernement avait mis sur écoute permanente la totalité de la population mondiale, au travers des réseaux informatiques. C’est tellement énorme que l’on crie vite au conspirationnisme. Et pourtant, cet album ne fait que reprendre les faits que les films cités ci-dessous vous décortiqueront et que la presse a documenté…

Résultat de recherche d'images pour "verax les arènes khalil"La dernière partie relie l’affaire des drones à la problématique globale, en illustrant le fait qu’en collectant de telles quantités de données le contre-terrorisme américain se retrouve incapable de les traiter, victime de ce que les bibliothécaires appellent le « bruit »: lorsque les perturbations atteignent un certain niveau vous devenez incapables de lire le résultat de ce que vous recherchez. Ayant dépensé des moyens considérables, ces dirigeants tombent alors dans un mécanisme psychologique évident: ils trouvent ce qu’ils veulent trouver. L’auteur ne le dit pas mais nous sommes là très précisément dans le fonctionnement des systèmes de surveillance paranoïaques des régimes totalitaires… Glaçant!

Si le dessin est correcte mais n’apporte aucune plus-value à cet ouvrage, la pertinence des liens que Praterjee tisse entre ces différents sujets vaut vraiment le détour pour faire le point sur dix ans de surveillance et de scandales que les uns et les autres avons vécu de façon éparse dans la presse. Un moyen de ne pas se résigner et de se rappeler la gravité des actes de ces dirigeants.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

Lire par ailleurs l’excellent billet d‘Usbek et Rica.

Pour prolonger au cinéma:

Résultat de recherche d'images pour "good kill"Résultat de recherche d'images pour "snowden stone"Résultat de recherche d'images pour "citizen four"

***·Comics·East & West·Nouveau !·Numérique·Service Presse

Ninja-K

esat-west

Comic de Christos Gage, Thomas Giorello, Ariel Olivetti, Juan Jose Ryp et Roberto de la Torre
Bliss (2019) – Valiant (2017), 320 p. contient Ninja-K 1 à 14.

bsic journalismMerci aux éditions Bliss pour cette découverte.

couverture_ninja-k_v4_cmjn-600x923Cette série est un relaunch récent de la série Ninjak de Valiant dont mes critiques sont dispo ici. Il continue donc l’intrigue de la précédente série là où elle s’était arrêtée, avec ceci de nouveau qu’il revient à des considérations beaucoup plus espionnage, ce qui n’est pas pour me déplaire. Les couvertures sont de l’excellent Trevor Hairsine et les dessins intérieurs d’un très haut niveau avec notamment un Thomas Giorello qui semble plus à l’aise dans l’univers réaliste de Ninjak que dans la SF de X-O Manowar.

Après la destruction de King’s Castle, Ninja-K doute de son employeur, le MI6. Sa relation compliquée avec la psiotique Livewire lui masque ce qui se trame dans l’ombre. Lorsque Ninja-D, l’un de ses prédécesseurs du programme d’espions-assassins, est tué, il mène une enquête qui va lui apprendre le passé de ses homologues et les pratiques secrètes du service de renseignement de Sa Majesté…

Trois parties assez distinctes dans ce volume:

  • Résultat de recherche d'images pour "ninja-k giorello"Une première très espionnage avec des dessins vraiment superbes de Thomas Giorello donc, aborde l’histoire du programme Ninja et l’enquête de Colin King auprès de ses prédécesseurs. On apprend les débuts des premiers Ninja du MI6 pendant la première guerre mondiale, un interlude illustrée par le très doué Ariel Olivetti (qui avait travaillé sur la dernière série X-O Manowar et les zones sombres du programme pour garder le contrôle de ses agents.
  • La seconde dessinée par un Juan Jose Ryp plutôt bon (et qui assure la continuité avec la précédente série où il officiait sur les Dossiers Ninja) est une réunion d’équipe, très sympa, contre un rassemblement de méchants qui voit des personnages de Divinity III intervenir. Après l’introspection place aux grandes batailles et aux enjeux inter-dimensionnels grandioses!
  • La troisième partie est dessinée par Roberto de la Torre que j’avais beaucoup aimé sur Shadowman et Rapture où son style encré et « griffé » se prêtait à un univers de magie noire, d’univers parallèles où la réalité n’est pas évidente… Ici ses encrages restent très chouettes mais moins percutants dans une intrigue où Ninjak infiltre une base en Ukraine en pourchassant une adversaire vue dans l’arc précédent.

Résultat de recherche d'images pour "ninja-k de la torre"Ce gros volume a le grand mérite d’avoir une équipe graphique de haut niveau et de proposer à la fois une immersion en douceur pour les nouveaux lecteurs (du coup ça peut être une porte d’entrée dans Valiant) sur le premier arc espionnage mais aussi de gratifier les lecteurs habituels de Valiant qui retrouveront avec plaisir des personnages connus et leurs interactions avec les différentes dimensions des comics de l’éditeur: Livewire, Ninjak et le Guerrier éternel (Unity), Punk Mambo et Dr Mirage (Shadowman), Kosity l’immortelle (Divinity)… Il s’inscrit dans la chronologie officielle après Unity, Secret weapons,et l’attaque des chasseurs d’armure dans X-O Manowar (série 2016).

Beaucoup moins de fantastique que dans le premier Ninjak (même si on fait appel aux chasseurs de l’étrange Punk Mambo et docteur Mirage…) et surtout une trame cohérente qui relie les trois parties autour du passé du programme Ninja, de la morale d’un assassin et de la fidélité de Colin King qui n’a plus d’autre accroche au monde que son amante Livewire (très réussie et que l’on a très envie de retrouver!). Ce volume marque un tournant dans l’histoire de Ninjak et l’univers Valiant en préparant un Harbringers Wars: Blackout (à sortir très bientôt chez Bliss) qui s’annonce graphiquement et thématiquement grandiose. En tout cas l’effet d’appel est réussi dans ce volume qui joue à la fois sur l’intime et le grandiose multi-héros dans un équilibre particulièrement accrocheur.

Résultat de recherche d'images pour "ninja-k ryp"La partie graphique est en revanche très variée, un peu trop sans doute. Techniquement on est sur le niveau d’exigence des dernières séries Valiant, très haut, avec un Thomas Giorello, Ariel Olivetti, ou Roberto de la Torre qui excellent dans leur style respectif. Même Ryp qui m’avais laissé une impression un peu brouillonne sur la précédente série (notamment sur le design général de ses « monstres »), se mets au niveau de ses collègues. Alors que la structure de l’ancien Ninjak était assez découpée avec beaucoup de sections différentes, la relative continuité de l’intrigue ici  fait un peu tiquer quand à ces changements graphiques. Encore une fois ce ne sont pas les artistes qui sont en cause mais peut-être le choix de ceux que l’on a appelé. Un Lewis Larosa aurait mieux collé à Thomas Giorello par exemple… Il reste que ce tome est plutôt une bonne surprise et reste intéressant tout le long. Pas le plus flamboyant des Valiant mais peut être un de ceux qui associent le plus d’éléments de l’histoire éditoriale récente de l’éditeur et qui est susceptible de vous emmener (subtilement) vers beaucoup de séries publiées par Bliss comics.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

****·BD·Mercredi BD

Angel wings – cycle Burma Banshees

BD de Yann et Romain Hugault
Paquet (2014-2017), 1° cycle de 3 volume (46 planches/album) paru. Une intégrale et les albums grand format disponibles.

couv_313362

J’ai eu sous la main les albums au format normal, mais d’expérience l’éditeur Paquet fait du bon travail sur les grands formats. En outre les larges cases utilisées par Hugault pour ses magistrales séquences d’aviation méritent le détour en grand format. L’édition normale comporte une petite bio d’un vrai aviateur des Burma Banshees et toujours de très sympa plans d’avions et des pin-up dans les intérieurs de couverture. Cette chronique porte sur le premier cycle de la série, clôturé. Un second cycle se déroulant dans le Pacifique a commencé en 2017.

En 1944 sur le front asiatique, l’empire japonais menace la Chine et l’Inde. Une aviatrice chevronnée, civile membre des Women Airforce Service Pilot (Wasp) assure des navettes entre des bases isolées et occupées par de rudes pilotes de chasse. Dans ce monde d’hommes, dans une armée qui cantonne les femmes au rôle de secrétaires en talons, c’est toute une époque que nous découvrons au travers des aventures d’Angela…

Résultat de recherche d'images pour "angel wings hugault"Avec les aventures de cette forte femme, Yann et Hugault nous plongent dans les soubresauts de cette guerre, entre sabotages, missions de sauvetage de pilotes éjectés et attaques ennemies. Pour ceux qui ne connaissent pas, Romain Hugault est un superbe dessinateur passionné d’aviation et pilote hors de la planche à dessin. Il est ainsi le chef de file d’une école de BD d’aviation et à moins que vous ne soyez allergiques à ce qui à des ailes et des hélices, il faut dire que l’ensemble de ses albums regorge d’illustrations de voltige et de batailles aériennes absolument magistrales de virtuosité et de précision documentaire. Il faut voir le dessin de chaque vis et rivet pour imaginer le travail de documentation et la passion du détail qui anime l’illustrateur.

Image associéeJ’ai découvert Hugault sur son premier album et premier succès, le Dernier envol, recueil de quatre histoires, de quatre vies liées aux avions, pendant la seconde guerre mondiale. Si cette période occupe la quasi-totalité de son œuvre (hormis une escapade sur la première guerre mondiale dans Le pilote à l’Edelweiss) ce n’est pas uniquement par-ce qu’elle lui permet de dessiner des avions de guerre mais bien par-ce que les années 1940 le fascinent. Dans Angel wings plus que dans ses autres séries, le scénario de Yann insiste particulièrement sur le sort réservé aux femmes dans une Amérique machiste, qui plus est lorsqu’elle est en guerre. Cette BD que l’on pourrait presque qualifier de féministe a l’intelligence de ne pas être anachronique comme le sont souvent les histories contestant une situation historique. Angela est révoltée bien sur, mais femme de son époque, elle accepte en partie sa condition qui ne changera que dans le regard que lui portent les hommes de la base en constatant son courage. Image associéeL’on en sait très peu sur cette étrange aviatrice sachant se battre, manier un fusil et survivre dans la jungle birmane,  qui est étonnamment assez peu présente dans les cases hormis dans la trame générale du scénario qui semble tourner autour du décès de sa sœur, aviatrice comme elle. Et pour cause, il faut le reconnaître, l’histoire est assez anecdotique et plus un prétexte à illustrer des séquences d’aviation via le personnage du pilote de chasse Rob, des paysages et des séquences de bataille. C’est la recette de tous les albums de ce dessinateur (ses autres séries sont peut-être un peu plus consistantes), mais cela n’en fait pas moins de magnifiques BD bien au-dessus de la moyenne des albums grand-public historiques.

A la documentation visuelle de l’illustrateur répond une précision historique concernant une foule de détails sur les bases militaires en Asie, le quotidien d’un soldat sur le Front oriental ou la politique de déstabilisation radio du Japon (méthode certainement coutumière de tous les régimes en période de guerre mais saisissante ici: insidieusement on insinue que les médicaments donnés par l’armée US rendent impuissants, que les femmes restées au pays trompent les soldats, etc)… Je disais que l’histoire était un décors. Cela n’est pas une critique: la force de ces albums est documentaire et sur ce point c’est une grande réussite. Personnellement j’ai moins apprécié ce décors birman que les précédents albums du tandem Yann-Hugault en Europe, mais cela reste passionnant de réalisme, que ce soit les dialogues, les poses, les coiffures, on sent l’envie de cartes postales les plus précises et on apprend plein de choses. Bien sur on reste du côté hollywoodien, c’est clair, coloré, plein de bons mots. Cela n’empêche pas des drames, mais la dureté de la guerre reste au loin, comme dans l’esprit d’un aviateur perché sur son aigle d’acier au-dessus des combats.Résultat de recherche d'images pour "hugault angel wings"

Pour résumer, si vous aimez les avions, les belles images colorisées au numérique, la précision historique, les femmes (côté émancipation et côté rondeurs…), les années 40… foncez, au risque de découvrir un auteur que vous ne pourrez plus lâcher.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv