****·*****·Comics·East & West·Nouveau !·Rapidos

La fille de la mer – Hammerdam #2 – Sacha et tomcruz #4

Salut à tous! Grosse fournée jeunesse de grande qualité aujourd’hui avec le nouveau one-shot de la toujours talentueuse Molly Ostertag, la conclusion du petit miracle Hammerdam et la série Sacha et Tomcruz qui mine de rien construit son petit bonhomme de chemin parmi les grandes. On commence, c’est par là:

  • La fille de la mer (Molly Ostertag/Kinaye) – 2022, 256p., one-shot.

bsic journalismMerci aux éditions Kinaye pour leur confiance!

9782357991095_1_75Je ne remercierais jamais assez l’éditeur Kinaye de nous avoir fait découvrir cette autrice majeure du comic jeunesse dont la trilogie du Garçon sorcière (une de ses toutes premières œuvres) fut une des meilleures BD lues ces dernières années, tout simplement!

Cette fois elle nous revient sur un one-shot à la lecture agréable et assez rapide, qui aborde de façon partiellement autobiographique les difficultés relationnelles d’une adolescente qui se découvre un amour homosexuel et doit composer avec son groupe d’amies et le qu’en dira t’on. Ajoutons à cela un soupçon de fantastique puisque la-dite fille de la mer est une selkie, ces créatures métamorphes (tiens-tiens, on retrouve ce thème du Garçon sorcière) appartenant aux deux mondes… Sur une narration toujours extrêmement lisible permettant une lecture facile, on savoure ce dessin simple et coloré qui sait transcrire les émotions d’un personnage qui ne parvient pas à gérer ses deux univers, comme reflet d’un âge où l’on change, entre enfance et âge adulte et où les identités sexuelles s’affirment. Les relations entre la selkie très franche et l’héroïne plus renfermée reprend le personnage très fort de Charlie (dans le Garçon sorcière) de même que le sujet de la famille et des relations avec un frère difficile transcrivent une problématique identitaire qui si elles est assumée ne verse jamais dans le dramatique. C’est la grande force d’Ostertag de savoir aborder sans gnangnan des sujets profonds et complexes touchant à la psychologie et à l’identité transmise/construite. Destiné à un publie un peu plus âgé que la précédente trilogie, cette Fille de la mer est une nouvelle réussite pleine de sensibilité et qui fait mouche.

A partir de 10 ans.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

  • Hammerdam #2 (Enrique Fernandez/Ankama) – 2022, 80p., série achevée en 2 tomes.

bsic journalismMerci aux éditions Ankama pour leur confiance!couv_438632

Coup de coeur! (1)Le premier tome de ce diptyque m’avait enchanté de par son univers foutraque et la tendresse de ses situations. Ce tome de conclusion ne souffre pas de la mise en place un peu vaporeuse du premier et profite à plein de sa galerie de personnages géniale et des relations très sensibles qui parleront aux jeunes lecteurs. Jouissant des mêmes qualités qu’un Ultralazer, Hammerdam arrive à utiliser les éléments absurdes et les personnages hyper-caractérisés pour transmettre des idées et émotions simples mais si vraies. Parlant de franchise, d’amitié, de la lâcheté des groupes et du pouvoir du rêve, Enrique Fernandez réussit pleinement son pari en développant son univers fait de bric et de broc, en inventant des créatures et pouvoirs très originaux semblant sortis d’un atelier de marionnettiste fou ou d’un coffre à jouet. Semblant par moment à une version sous acide du Magicien d’Oz, cet Hammerdam régale parents comme enfants avec un voyage initiatique où la vérité du cœur peut surmonter toutes les difficultés. C’est cela le véritable pouvoir du marteau!

A partir de 8 ans.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

  • Sacha et Tomcruz #4: cambriolage sur le Nil (Halard-Quignon/Soleil) – 2022, 64p., série en cours, 4 tomes parus.

bsic journalismMerci aux éditions Soleil pour leur confiance!

couv_434353Entrée en matière pas évidente pour moi sur cette série puisque si j’ai bien lu il y a quelques temps le premier volume de cette série qui jouit d’un très bon succès d’estime, j’ai été contraint de me renseigner succinctement sur les évènements qui se déroulent dans les tomes deux et trois. Le format de la série est calé sur le one-shot en mode voyage temporel avec retour à la case départ à la fin (chez les Vikings pour le premier, chez le Roi-soleil au second et en Chine médiévale pour le troisième)… mais ce Cambriolage sur le Nil s’ouvre alors que Sacha, sa copine Jade et son chien tomcruz sont coincés dans le passé. Soudain une idée et hop, les voilà transportés en Egypte où ils vont devoir cambrioler le trésor du grand Pacha local. Intrigue idéale pour dérouler les inventions scientifiques de Sacha (petit cousin du japonais Senku…) et un plan machiavélique à la Ocean’s eleven. Si le graphisme aux crayons gras est toujours aussi élégant et la célèbre maquette de la collection Métamorphose donnent un écrin fort agréable, on pourra trouver le déroulé de l’intrigue un peu forcé avec force raccourcis. Dans le genre jeunesse on n’en tiendra pas rigueur et on suivra volontiers la suite des aventures du Chihuahua et son maître dans un prochain album.

A partir de 7 ans.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Jeunesse·Nouveau !·Service Presse

Hammerdam #1

BD de Enrique Fernandez
Ankama (2021), 40 p. série en cours.

bsic journalismMerci aux éditions Ankama pour leur confiance.

Lorsque le marteau magique vint se planter dans la bourgade d’Hammerdam tout le monde convergea pour tenter sa chance, en vain… Jusqu’au jour où une fillette ressentit l’appel et souleva la masse. La légende veut que le porteur du marteau voit sa vie changée. Bientôt rejointe par une troupe d’être aussi farfelus que puissants, elle partit à l’appel de l’aventure…

Peut être un dessin animéPeu connu du grand public, Enrique Fernandez est pourtant une pointure dans le dessin espagnol, doté d’un univers graphique très particulier prenant à la fois de l’Animation jeunesse et aux manga en mode Super-Deformed. Très impressionné par les aperçus de ses BD publiées depuis une quinzaine d’années j’ai participé au Crowdfunding de sa série solo Brigada et ait été un peu échaudé par une narration très complexe. L’arrivée d’une nouvelle série originale chez Ankama était l’occasion de voir si la double casquette posait un vrai problème à l’auteur ou si la simplification du registre jeunesse lui correspondait plus.

Et bien rassurez-vous car ce premier tome d’une nouvelle série s’inscrit tout à fait dans le cadre du conte en jouissant de la folie de l’univers unique de Fernandez. Si l’ouverture reprend l’habitude cryptique de l’auteur avec bien peu d’explications et des cases sans bulles, rapidement on comprend que les différents personnages et histoires autour de ce marteau vont converger pour constituer une troupe bigarrée totalement destinée à satisfaire le public jeune auquel l’album se destine. Car outre les dessins crayonnés qui rappellent le talent visuel indéniable de l’auteur, c’est l’imaginaire foutraque qui transpire de ce monde qui éblouit: ici un loup au pouvoir multiplicateur incontrôlé, là une héroïne indomptable, une fée prisonnière et une troupe d’archers-clones … tout ce petit monde va aider la jeune Melina dans sa quête alors que se lancent déjà contre eux des adversaires puissants et des effets magiques aux conséquences imprévisibles!

La richesse et la liberté graphique d’Enrique Fernandez plairont absolument aux enfants même si elles peuvent dérouter. Maniant différentes techniques, colorisations, cadrage et découpage, il nous immerge dans un monde foisonnant dont le seul risque est qu’une imagination folle ne noie le récit. Ce n’est pas le cas dans cette ouverture qui fonctionne parfaitement et donne bigrement envie de découvrir comment les amis de Melina vont pouvoir l’aider et où va la mener sa quête.

A partir de 8 ans.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Nouveau !·Un auteur...

Brigada

La BD!
BD Henrique Fernandez
Spaceman Project (2021), 155p.+ artbook de 18 pages. Intégrale des trois tomes.

Projet édité en financement participatif sur la plateforme Spaceman Project. Intégrale fournie avec un jeu d’ex-libris et un storyboard relié du troisième tome. Certaines librairies diffusent les trois volumes de cette série.

9788417253981_cg

Le Voirander se propage sur le monde, créant une nouvelle réalité démoniaque. La Brigade des nains est envoyée combattre les elfes noirs et se trouve prise dans le brouillard. Dotés d’un tempérament combatif, égoïste et puérile, ils semblent une arme bien dérisoire pour empêcher le chaos total, alors que dans la Cité, les sœurs-sorcières cachent un secret lié à l’origine du mal…

Brigada #1 page 09, Enrique Fernández on ArtStation at  https://www.artstation.com/artwork/v2eYA | Art, Artwork, PaintingHappé par les magnifiques projets de l’éditeur participatif espagnol Spaceman Project (allez jeter un œil, vous verrez, c’est vraiment très créatif!), j’ai découvert l’univers graphique unique d’Enrique Fernandez. Avec une dizaine d’ouvrages sur son CV il ne s’agit pas d’un perdreau de l’année et si sa qualité de coloriste de premier plan est évident, son style propose une étonnante variété, de la jeunesse crayonnée (comme sur le tout neuf Hammerdam chez Ankama) à la dark fantasy de Brigada.

Très enthousiaste à la réception de cette intégrale j’ai été franchement échaudé par une entrée en matière vraiment ardue qui nous plonge dans l’histoire sans explication, dans un déroulé narratif chaotique… Heureusement l’auteur recadre fortement son scénario dès le second tome qui s’avère hautement plus intelligible, lisible graphiquement et qui se poursuit sur un troisième volume essentiellement concentré sur la bataille finale, tout à fait réussie. Si vous comptez découvrir cette série vous pouvez commencer directement par le second tome, sans véritable perte (on nous fait quelques rappels utiles), la première partie faisant plutôt office de prologue.

BRIGADA 3 (DERNIER VOLUME) | Spaceman ProjectLe style graphique de Fernandez est donc vraiment intéressant. Avec des visages qui rappellent Mathieu Bablet, il propose des personnages SD dans un environnement torturé et tribal, un monde ancien fait de magie et de vestiges. On sent une influence de l’Animation chez cet auteur, qui explique peut-être la trop grande rapidité par moments à lire des séquences, l’absence des intervalles nécessitant une gestion des ellipses ou un explicatif qui ne viennent pas spontanément. D’une grande maîtrise formelle, Brigada émerveille ainsi devant cette gestion des lumières et des couleurs avec des personnages anguleux proche des représentations des contes.

Cette quête de la magie est du reste à la fois classique et très intéressante dans les éléments qu’elle fait maladroitement ressortir. Ainsi ce brouillard permet d’aborder le thème du temps non linéaire mais aussi la maîtrise des forces naturelles par l’industrie et l’urbain. Si l’interaction entre nains et elfes est clairement confuse, on finit par apprécier cette brigade de bras cassés, à la fois surpuissants individuellement et totalement incapables de collaborer pour affronter la menace. Par moment on retrouve des idées de la Horde du Contrevent dans la gestion du groupe mal assorti face aux éléments intraitables.

Projet maladroit qui aurait clairement nécessité l’appui d’un scénariste, Brigada n’en est pas moins une proposition artistique intéressante d’un auteur important qui possède indéniablement un univers à lui qu’il sait ciseler et modifier en fonction des albums. De quoi donner envie de creuser ses autres ouvrages sur des one-shot et en collaboration.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1