***·Actualité·BD·Comics·Jeunesse·Nouveau !·Service Presse

Le Cercle du Dragon-Thé

esat-west
Comic de Katie O’neill
Bliss (2020) – Oni press (2017), 72p., one-shot.

bsic journalismMerci aux éditions Bliss pour cette découverte.

couv-teadragons-600x828-1
badge numerique

La Fantasy ne rime pas nécessairement avec batailles dantesques ni lutte contre une idée absolue du Mal. Elle peut également se retrouver dans la magie qui imprègne nos relations avec les autres, ainsi que dans la façon dont nous percevons le monde qui nous entoure, fût-t-il réel ou imaginaire. C’est ce que nous découvrons en lisant Le Cercle du Dragon-Thé, album de 58 planches écrit et dessiné par Katie O’Neill en 2017 initialement en ligne, publié en France en février 2020 par les éditions Bliss.

Greta est une descendante des Gobelins, ce qui la prédestine au métier de ferronnière, qu’elle apprend sous la tutelle de sa mère. Cependant, au gré d’une rencontre avec Hesekiel, Greta va également se prendre de passion pour les Dragons-Thé, de mystérieuses et fragiles créatures produisant un thé aux propriétés mystiques. C’est ainsi qu’elle fera la rencontre de l’énigmatique Minette, marquant le début d’une relation forte qui transformera les deux jeunes filles.

La dessinatrice néo-zélandaise, récompensée pour cet album, déploie ici tout son talent grâce la simplicité de son trait, qu’elle marie à une palette de couleurs admirablement choisie. Ce graphisme très agréable destine donc l’œuvre à toutes les tranches d’âges, et se permet par conséquent grâce à de menus détails, un progressisme bienvenu.

En effet, l’ensemble des personnages possède des qualités androgynes, que ce soient les parents de Greta, l’héroïne elle-même ou encore les membres du cercle éponyme. Enchevêtrer ainsi les identités de genre au service d’une histoire optimiste m’a touché, donnant à l’ensemble de l’album un lyrisme discret et une universalité dont peu de récits peuvent se targuer.

Les thèmes invoqués par Le Cercle du Dragon-Thé reposent sur l’amitié et l’amour, la frontière entre les deux étant élégamment laissée à l’appréciation du lecteur. Katie O’Neill parvient à faire naître de forts sentiments entre ses protagonistes, et à embarquer le lecteur avec elle au fil des pages chaudes et colorées.

Il y a une mythologie sous-jacente dans l’album, sur laquelle repose l’univers du récit. Mais elle n’est ici qu’effleurée, puisque la part belle est laissée aux sentiments des personnages et à la poésie de l’ensemble. Néanmoins, le succès de la BD outre-Atlantique a entraîné la création d’un univers étendu, un jeu de cartes édité par Oni Games, par le biais duquel vous pourrez retrouver les fameux petits dragons domestiques.

Notez que l’album est agrémenté d’extraits du Guide des Dragons-Thé, sorte de bestiaire permettant d’en apprendre davantage sur eux.

note-calvin11note-calvin11note-calvin11

**·***·BD·Jeunesse·Mercredi BD·Nouveau !·Numérique·Rapidos·Service Presse

BD et vrac #11

Aujourd’hui pas de jeunesse ni de docu mais une fournée spéciale nouveautés toutes fraîches avec de grosses sorties très grand public. Après la grosse artillerie de com’ autour de ces albums, en vrai qu’est-ce que ça vaut?

  • Le dernier dragon #2 (Pecau/Pilipovic/Delcourt) – 2019, 2 vol parus.

Critique réalisée sur version numérique pour Iznéo.

bsic journalismbadge numeriqueLe premier tome de cette série est paru en mars dernier et nous voilà déjà avec la suite d’une très bonne surprise du printemps. Si la couverture est tout aussi magnifique que la première, l’album souffle le chaud et le froid et l’on se demande du coup s’il n’a pas été réalisé un peu vite… Le scénario très étrange commence sur des récits de Léonard de Vinci avant de nous faire retrouver l’héroïne envoyée en Terre-sainte pour finir par retrouver les protagonistes des toutes premières pages de la série. Les sauts sont du coup un peu brutaux et le scénariste pourtant chevronné oublie un peu de développer son background et la liaison entre les séquences. Même chose pour les dessins de Pilipovic, parfois superbes et précis, parfois manquant étrangement de netteté. Le duo a un talent certain et le matériau est riche mais les affrontements dragoniers ne suffisent pas à maintenir l’intérêt au niveau du premier volume. Espérons que ce ne soit qu’un petit coup de mou car il serait vraiment dommage que cette série tombe dans une banalité du tout venant Fantasy.

note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez

njziphxv


  • Danthrakon (Arleston/Boiscommun/Drakoo) – 2019, 1 vol/3 parus.

couv_373265

bsic journalismAprès des années passées chez Soleil où son univers fantasy a très grandement participé à marquer la ligne éditoriale de l’éditeur toulonnais, Arleston a accepté de prendre en charge le nouveau label Drakoo de chez Bamboo, avec en ouverture de bal ce Danthrakon, série jeunesse prévue en trois tomes. Si vous suivez ce blog vous savez que je considère les séries de plus de six volumes comme des démarches commerciales, aussi ce format me mets dans de bonnes dispositions. Je connais l’univers d’Arleston et ai toujours aimé Lanfeust (au moins les deux premiers cycles), en revanche si j’aime bien les images des BD de Boiscommun je n’avais rien lu de lui jusqu’ici. Cet album nous présente un univers (ou plutôt une cité) de magie ou différentes races cohabitent et se rangent par fonction. Les mages prennent des apprentis à leur service dans des maisonnées organisées comme les domaines du XVIII° siècle. Une caste d’inquisiteurs surveille l’utilisation de la magie dont la variante « magie du sang », considérée comme primale et incontrôlable, est interdite. Le héros, jeune marmiton un peu niais (ça ne vous rappelle personne?) se retrouve dépositaire de la puissance magique d’un ancien grimoire, qui le transforme en bête surpuissante… Résultat de recherche d'images pour

J’avoue avoir été un peu déçu par cet album qui se confirme être destiné à un lectorat jeune, avec une simplicité d’action et de textes qui se justifient en cela. Tout d’abord le dessin d’O.G. Boiscommun est étonnamment faible et brouillon par rapport à ce qu’il a produit jusqu’ici. Je soupçonne l’encrage et la colorisation (réalisées par deux autres personnes) assez plate et informatique d’être la cause de cela puisque le cahier graphique de fin de tome montre de superbes dessins. Ce dessinateur nous a habitué à apprécier ses couleurs directes et le style que l’on apprécie est ici perdu, c’est très dommage! Pour ce qui est de l’univers et de l’histoire il n’y a rien de très surprenant. Encore une fois l’efficacité d’Arleston plaira probablement aux jeunes lecteurs mais contrairement à Lanfeust et d’autres séries du scénariste les adultes risquent d’avoir du mal à se laisser tenter. Pour l’originalité on attendra de voir les autres tomes mais pour l’heure on reste avec de la BD très formatée dont a peine à détecter la plus-value dans l’océan de la BD fantasy. Pour un démarrage de collection j’attendais quelque chose de plus qualitatif, surtout que ce qui s’annonce chez Drakoo semble plutôt alléchant.note-calvin1note-calvin1


  • Time lost #1 (Sala/Khaled/Soleil) – 2019

couv_371578

On ne va pas se mentir, ce pulp plein de nazis, de soldats amérloques malpolis, de pom-pom girls, de dino et de Mechas se lit très très vite. Si tout est dans la couverture et que certains pourront trouver le ratio prix d’achat/temps de plaisir un peu dur, il est indéniable qu’Afif Khaled est un super dessinateurs qui maîtrise à merveille la technique numérique et que son dessin ne souffre que de très peu de défauts avec une minutie des détails remarquable. Jean-Luc Sala est un scénariste expérimenté qui aime les univers d’aventure décalés (son très bon Spynest et le plus complexe Cross-fire avec Pierre-Mony Chan) et il aurais pu nous en donner un peu plus pour cette entrée en matière. Du coup je crains la série à rallonge très commerciale… Il n’en demeure pas moins que l’on prend un plaisir certain dans cette immersion pop-corn proche de ce que va nous proposer Herenguel avec son Kong Crew: c’est chatoyant, plein de testostérone, de clichés qu’on aime, bref une BD de garçon coupable qui souffre surtout de dialogues franchement bof avec beaucoup de bons mots qui tombent à plat. Mais ce n’est pas très grave puisqu’on est là pour les dessins et l’action.

Et un autre avis chez Constellation. https://blogconstellations.home.blog/2019/09/27/time-lost-01-operation-rainbow-2-jean-luc-sala-et-afif-khaled/

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

***·BD·Jeunesse·Nouveau !·Service Presse

The storyteller: Dragons

Rufus Stewart

Cette nouvelle rubrique vise à présenter un album jeunesse  en regard croisé parent/enfants. Mes deux zozo parlent donc d’un album en mode question-réponse, puis vous trouverez en fin d’article mon avis dans un format plus classique. En espérant que ça vous plaise. N’hésitez pas à me donner votre avis et idées sur la formule en commentaires!

  • Ma fille c’est « Talia » (c’est un pseudo): à onze ans elle a aime beaucoup Buddy Longway, La Rose écarlate, les Mythics, Harmony, les carnets de Cerise, Dragon Ball ou Flying Witch…

Anthologie de légendes
Kinaye (2019) – Boom Studio (2016), 126 p. couleur.

bsic journalismMerci aux éditions Kinaye pour cette découverte.

couv_371977L’ouvrage comporte quatre histoires avec pour chacune une page d’intentions des auteurs (assez indispensable!) et la couverture originale. L’ouvrage se termine par un making-of de 23 pages comprenant des pages noir et blanc de chaque histoires avec un commentaire du dessinateur et des couvertures alternatives. Très riche comme d’habitude chez cet éditeur et cela permet d’entrer dans le processus de création et enrichit la portée de l’album.

Coucou Talia! Nouvelle lecture de chez Kinaye avec des légendes de dragons. Maintenant que tu as grandi est-ce que tu lis et aime encore les contes?

Oui j’aime bien mais c’est vrai que je n’en lis plus beaucoup. J’aime bien quand il y a une narration. Les passages avec le vieux monsieur sont rigolo, comme à la fin de l’histoire du ver où on voit le dragon de l’histoire dans un bocal cher le narrateur…

Résultat de recherche d'images pour "the storyteller dragons"A quelles époques et lieux se situent ces histoires?

La première histoire me fait penser à l’inde (note: en fait ce sont des amérindiens). Je pense que ça se situe au Moyen-Age. La seconde doit se dérouler en Angleterre à l’époque des croisades. La troisième se situe en Russie, peut-être à l’époque des romains. La dernière au Japon à l’époque des samuraï.

Visuellement c’est très différent. Lesquelles t’ont plus attiré ou pas?

Dans la première histoire le dragon est joliment dessiné, contrairement au japonais qui est un peu fouillis. J’ai bien aimé l’histoire du ver parce qu’elle est originale, ce n’est pas vraiment un dragon et que l’histoire est plus développée avec moins de combats. Et je l’ai trouvée bien dessinée.

Est-ce que tu vois des points communs à ces histoires?

Résultat de recherche d'images pour "the storyteller dragons"Ce sont des dragons méchants qui sont tués par des héros. Il y a deux garçons et deux filles. Les deux premières histoire se terminent plutôt mal pour le héros et son père, les deux autres se finissent bien

Et les dragons, est-ce qu’ils ressemblent à ceux qui sont dans ton imaginaire?

Je sais qu’il peut y avoir plein de sortes de dragons mais pour moi c’est plutôt comme Tugarin (dans la deuxième histoire) avec des ailes et une grande queue (comme dans les Royaumes de feu que je suis en train de lire). Normalement les dragons sont plutôt comme des animaux, ils ne parlent pas aux humains. Mais dans les légendes ils leur parlent. Dans l’album les deux premier dragons ne parlent pas, dans les deux histoires de filles ils parlent et ont une personnalité.


Voilà pour le retour de la choupette… et le vieux qu’est-ce qu’il en dit?

Résultat de recherche d'images pour "the storyteller dragons"Jim Henson est un mythe dans le monde de la TV, du cinéma et de l’imaginaire aux Etats-Unis. C’est lui qui a créé le Muppet Show et Dark Crystal, mais aussi l’émission de TV The Storyteller où un vieux monsieur incarné par l’acteur John Hurt racontait des histoires à son chien parlant au coin du feu. Cette tradition de récits pour les enfants s’est prolongée grâce à Boom! studio en une série d’anthologie développant quatre histoires sur un thème commun. Contrairement à la plupart des éditeurs de comics en France qui piochent essentiellement dans le catalogue d’un gros éditeur partenaire, le petit Kinaye fait un sacré boulot de défrichage parmi l’ensemble des labels de comics indépendants et nous trouve des projets de qualité.

La réussite de cet album est de proposer des variations assez différentes (même graphiquement) sur la figure du Dragon. Les légendes du monde le présentent parfois comme une bête féroce, parfois comme l’incarnation du Démon/Satan, parfois comme un esprit protecteur, sous forme de dinosaure, de serpent, de ver… Ce qui intéresse c’est la confrontation symbolique du Résultat de recherche d'images pour "the storyteller dragons"héros (tantôt le père amérindien, tantôt le chevaliers en recherche de rédemption, etc) au monstre, avec la portée symbolique qu’elle revêt. Dans toutes ces histoires, aux différents niveaux de lecture comme tout conte qui se respecte, la relation au père est présente. Le récit en lui-même est parfois un peu obscure, notamment du fait de dessins originaux mais pas toujours très lisibles. Les enfants apprécieront probablement la variété d’univers et de style graphique même si la fin pas toujours très claire peut les laisser circonspects en raison d’une narration très verbeuse. Il y a deux écoles en matière de contes: ceux qui considèrent que les enfants s’adaptent à la complexité pour peu qu’ils aient des supports imaginaires connus sur lesquels se reposer et ceux qui pensent qu’un conte doit respecter des formes et une structure connue. Je n’ai pas d’avis préconçu mais probablement que tous les contes de ce recueil ne plairont pas à tous les enfants. Personnellement le premier, celui du serpent-tonnerre m’a le plus touché, à la fois visuellement et dans son récit. Il est certain que les auteurs ont fait un travail remarquable pour rechercher un univers visuel issu de folklores particuliers et l’explication liminaire apporte beaucoup pour comprendre la démarche, que vous pourrez expliquer ensuite à vos enfants. Cette série qui se poursuivra avec les thèmes des sorcières, des géants et des fées, est une invitation au voyage dans les contes et légendes du monde et en cela très rafraîchissante.

A partir de 8 ans

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-le chez njziphxv

***·BD·Mercredi BD·Nouveau !·Rapidos·Service Presse

Aeka: Hiver rouge

BD de Fuat Erkol, Christian Simon et Fabrizio Cosentino
Kamiti (2018), 48 p.

bsic journalismMerci aux éditions Kamiti pour cette découverte.

Couverture de Aeka - Hiver rougeAeka a fait l’envoi d’un Service de presse de la part du nouvel éditeur Kamiti en plus du très bon Red Sun que j’avais chroniqué. Je ne suis pas forcément fana de la période Japon médiéval mais cela m’a permis une découverte. La très jolie couverture est bien en phase avec l’histoire et dotée d’un vernis sélectif. La maquette est très propre, la quatrième de couverture intrigante. Très bon travail d’édition… hormis une ou deux coquille que l’on pardonnera à l’un des premiers albums de l’éditeur.

Alors que l’on célèbre la fête des dragons comme chaque année, Aeka voit sa famille massacrée devant ses yeux par un énigmatique guerrier masqué, aussi impitoyable qu’invincible. Enlevée par lui, elle va être entraînée aux arts guerriers par son propre ennemi, jusqu’à ce qu’elle soit capable de le terrasser. Mais l’homme semble lié au passé qui a vu la défaite des hommes sur les Dragons…

Aeka est une histoire de vengeance, de sabre et de dragons. Pas mal comme pitch. L’album commence pourtant assez lentement, voir même de façon assez banale pour ce genre d’univers, juste de quoi nous faire toucher du doigt la personnalité forte de l’héroïne et le contexte semi-fantastique du japon des samouraï. J’ai cru un moment que l’on verserait dans une énième histoire de Shogun et d’histoire d’honneur… Mais dès l’irruption du guerrier, en une scène assez réussie, on est accroché. Résultat de recherche d'images pour "aeka cosentino"L’album se lit assez vite avec la formation de la jeune fille qui doit apprendre à se surpasser et développer ses sens, quasi surnaturels dans des décors sylvestres. Si elle n’a rien de révolutionnaire, l’intrigue est intéressante, comportant suffisamment de mystère pour donner envie de poursuivre et le scénario avance à un rythme bien équilibré en progression. La mise en scène est du reste efficace.

Sur le dessin j’ai eu un peu de mal en revanche. Rien de honteux, l’illustrateur sait tenir des crayons, mais on est plus dans la qualité moyenne d’un album de fantasy de chez Soleil que sur le précédent album de Kamiti. Tout le monde ne peux pas avoir le même niveau et quand on voit l’illustration de couverture  et la qualité des encrages on peut gager que Fabrizio Cosentino a de la marge de progression, d’autant que sur la maîtrise de la mise en scène il n’y a rien à redire, c’est lisible et parfois même assez sympathique pour certaines planches. J’avais lu le premier Monde de Maliang sur lequel j’avais trouvé les dessins très réussis et malheureusement tiqué sur la reprise (par Consentino) avec des dessins manquant de technique. Pourtant quand on voit la page web de l’auteur il y a clairement du potentiel, notamment dans la colorisation numérique.

En résumé, on a ici un album de fantasy assez classique tendance adolescents, qui ne sort pas forcément du lot de la production grand public mais reste d’une lecture agréable et dont la progression scénaristique sait attirer vers les prochains volumes, avec un contexte mystérieux qui peut faire gagner la série en qualité dans le temps. Et pour peu que le japon médiéval vous botte vous pourrez passer un très bon moment en compagnie d’Aeka.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez-lebadge-cml