***·Comics·East & West

October Faction #1

Comic de Steve Niles et Damien Worm
Delcourt (2019) – IDW (2014-…), épisodes 1-6, série en cours, 18 issues parues aux USA et deux séries dérivées.

Portrait de famille

couv_378763Bien souvent, les relations que l’individu entretient au sein de sa famille constituent plus tard le ciment de sa personnalité, et peuvent, également, conditionner certains de ses choix. Les familles fictionnelles ne font bien évidemment pas exception, y compris les familles badass qui chassent des monstres.

Autrefois, Fredrick Allan était un redoutable chasseur de monstres. Rompu à la traque des créatures surnaturelles et exceptionnellement érudit en sciences occultes, il a finalement décidé de se ranger pour mener une vie plus ou moins normale, au grand désarroi de son épouse Deloris, à qui le frisson de la chasse manque terriblement, et de ses enfants Geoff et Vivian, qui ne rêvent que de reprendre l’activité familiale. Fredrick va bien entendu être ramené dans le feu de l’action par des affaires qu’il pensait (littéralement) enterrées.

Les monstres sont parmi nous

Steve Niles, l’auteur de l’incontournable 30 jours de nuit, s’amuse dans October Faction à faire état des liens dysfonctionnels qui unissent les membres d’une famille hors du commun, comme on peut aussi s’en délecter dans Les Indestructibles ou La Famille Adams.

Pas de doute, le scénariste maîtrise bien les codes du genre, et n’hésite pas à employer vampires et loups-garous lors des flash-backs nous donnant un aperçu du glorieux passé du couple Allan. Côté horrifique, je trouve cependant dommage que l’on reste cantonnés à ces créatures, déjà croisées à l’envie dans ce type d’histoire, plutôt que d’explorer des folklores un peu moins exploités, comme dans les univers de Mignola, par exemple.

L’intrigue reste toutefois prenante, car il est difficile de ne pas s’attacher aux membres de cette famille étrange malgré leurs activités morbides. Les liens se renouent au cœur du danger, l’amour refleurit par-dessus les tâches de sang, c’est tout ce que l’on s’attend à lire en voyant la couverture d’October Faction, qui emprunte autant à la Famille Adams qu’aux Winchester de la série Supernatural.

Côté graphique, le travail de l’espagnol Damien Worm fait penser à la fois aux ambiances de Ben Templesmith, qui officiait déjà avec Niles sur 30 jours de nuit, mais aussi à Clayton Crain, qui s’est déjà surpassé sur des ambiances glauques et horrifiques auparavant.

Amateurs de monstres, de frissons, d’épouvante et de cohésion familiale retrouvée, il ne vous reste plus qu’à vous plonger dans cette BD sombre avant d’éprouver vos nerfs sur l’adaptation qu’en a fait Netflix© !

**·***·Comics·East & West·Manga·Nouveau !·Numérique·Rapidos·Service Presse

Sushi & Baggles #28

esat-west

 


  • Dead body road (Jordan/Scalera-Dinisio/Delcourt) – 2019, one-shot, 128p.

couv_289580

badge numeriqueJ’ai déniché ce one-shot en lisant Slots, de la même collection chez Delcourt, et dont le nom de Scalera (lu sur Black science) m’a attiré autant que la très percutante couverture qui laisse imaginer la chevauchée sanglante du héros. On a donc bien une histoire classique de Vigilante sans morale décidé à décimer le gang qui a tué sa chérie. L’affaire s’annonce bien sur plus compliquée que cela et ça va défourailler sévère à coup de fusil à pompe et éclatage de boyaux sur la carelingue poussiéreuse de bagnoles poursuivies par des gangs de bikers camés… On connaît le cadre et si par moment le dessinateur italien sait placer de très bons cadrages, l’atmosphère poussiéreuse et quelques très belles poursuites de bagnole, les cases confuses restent trop nombreuses pour parvenir à nous maintenir sous tension. Si l’échappée commence plutôt pas mal et nous pose une belle galerie de salauds, une belle qui sait se défendre et un copains psychopathe, on finit par se perdre dans une intrigue qui piétine et des motivations assez confuses. Quelques incohérences physiologiques (le héros se prends x bastos et continue de cavaler sans conséquences) achèvent de décevoir sur cet album qui donne pourtant très envie d’être bienveillant. Dommage, une occasion ratée.

note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres


  • Centaures #1 (Sumiyoshi/Glénat) – 2018, 4 vol parus, série en cours.

couv_323149

badge numeriqueCentaures nous décrit le passage dramatique du monde d’avant où les hommes respectaient ces êtres fantastiques et majestueux à une nouvelle époque où l’homme prends possession de tout ce qui est au travers de ses guerres sanglantes. Après une entrée en matière un peu abrupte (comme certaines cases pas évidentes à lire dans la volonté de mouvement du mangaka), on voit le puissant Matsukaze, centaure des montagnes indomptable se faire capturer par une troupe d’humains. Emprisonné il laisse son fils seul et rencontre en captivité un jeune centaure, Kohibari, amputé des deux bras pour le transformer en quasi cheval. Il découvre les pratiques barbares et immorales des hommes… Ce manga, premier de son auteur, est une très bonne surprise tant graphique que thématique. A la fois dur avec une vision très rude du traitement fait aux centaures, assez cru, on saisit assez vite la portée du thème qui nous parle à la fois d’amérindiens, de la Traite négrière mais aussi par extension de la vision que l’homme a des animaux. Ce titre nous envoie une leçon d’humilité avec cet étonnant miroir que représentent les Centaures, à la fois hommes et animaux, permettant de nous questionner sur notre considération de ce qui est autre. Les dessins sont superbes, très vifs, avec une belle maîtrise anatomique des corps de chevaux,  proposant de belles visions de nature même si pas mal de cases sont pratiquement dépourvues de décors. La puissance et la rage de Matsukaze s’incarne graphiquement alors que son comparse est tout en finesse. Les dialogues sont assez basiques, parfois en mode ado mais ce n’est pas grave car on a envie de voir ce que deviennent cette puissance et son jeune ami dans ce qui se présente comme un apprentissage des vraies valeurs pour un centaure élevé en captivité auprès des hommes. Petit coup de cœur pour ce titre qui se finit en outre sur un redoutable cliffhanger…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres


  • Ajin #14 (Sakurai/Glénat) – 2020, série en cours.

couv_383537badge numeriqueLa reprise de lecture est toujours compliquée dans les manga, avec cette habitude de découper un chapitre entre deux tomes… on reprend donc en pleine action sur le dernier acte de l’opération finale de Sato et immédiatement, comme depuis le début de ce manga majeur on retrouve ces idées multiples liées à la physique des Ajin. L’auteur évite le gore même si le hors champ reste terrifiant! Il y a de grandes proximités entre Ajin et le manga Démon, les deux auteurs semblant s’amuser comme des petits fous à imaginer les interactions physiques de leur univers décalé. Le lecteur en finit donc par oublier que les Ajin n’existent, pas non plus que leurs fantômes et découvrent avec les protagonistes certaines possibilités physiques toujours amusantes et qui donnent toute leur originalité aux combats. Ce volume (qui suit de très près la sortie japonaise puisque la publication originale compte seulement quinze volumes reliés) marque l’entrée en action de l’escouade anti-ajin dont on nous parle depuis longtemps et dont l’efficacité est redoutable. Le risque d’avoir construit un méchant aussi charismatique et machiavélique que Sato est de n’avoir aucune adversité sérieuse en face. C’était le cas jusqu’ici mais c’est en passe de basculer… On approche vraiment de la fin de la série… a moins que l’auteur et son scénario redoutable n’ait prévu quelque rebondissement inspiré par Sato!

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

***·BD·Rapidos

BD en vrac #15

  • Avant la Quête #6: Kryll (Le Tendre, Loisel, Etien +Lapierre/Dargaud) – 2020, série en cours.

couv_381509badge numeriqueLe sixième album du cycle Avant la Quête, mythique série de réaliste-fantasy de la BD franco-belge ayant inspiré la totalité des auteurs actuels était attendu avec inquiétude. D’une réalisation particulièrement chaotique (dix ans entre le premier et le second tome puis trois ans entre chaque volume avec trois changements de dessinateurs), la série  a soufflé le chaud (la découvert de la jeunesse d’un personnage iconique et du monde d’Akbar, une préparation sans faille de Loisel)… et le froid d’une série qui commence à s’étirer et d’un cinquième tome plus que feignant qui n’apportait rien à l’intrigue. La première bonne nouvelle c’est qu’Etien reste d’un très bon niveau et l’ajout d’un nouveau coloriste avec Lapierre fait monter encore d’un cran une partition graphique très impressionnante, entre reproduction exacte du style original de la Quête et couleurs numériques subtiles. Niveau scénario si l’on semble parti sur une série au long court qui ira (selon Wikipedia) jusqu’à huit tomes, cet album nous reprends dans ses filets d’une construction très efficace, jouant d’un narrateur qui nous rappelle la légende du Chevalier Bragon, avec un storyboard magnifique, de belles scènes d’action et une histoire qui sait se concentrer autour de la secte du signe sans se perdre en détours. Ceux qui comme moi  attendaient d’Avant la Quête un focus sur l’apprentissage de Bragon  trouveront une tomaison déjà trop fournie qui dilue l’intérêt. Les nouveaux venus pourront apprécier une très bonne série de fantasy, classique mais plutôt luxueuse même si elle perd un peu de magie en se normalisant.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres


  • Poussière #1-2 (Monde/Delcourt)  – 2018, série en cours.

couv_361249-1

mediatheque

Pour ma première lecture de cet auteur je découvre une sacrée imagination et un certain style qui réussit ce que n’avait pas totalement abouti le récent Negalyod, sorti la même année, encensé, et selon moi bien moins réussi que ce Poussière. Dans l’esprit on est donc entre un worldbuilding ambitieux (dans la veine de TER, Negalyod ou pourquoi pas Ultralazer) et l’idée du multivers avec deux réalités qui se chevauchent (qui rappelle l’excellent Brane zéro). Je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler mais sachez que si le premier volume vous montre une planète attaquée par des géants, sortes d’incarnations élémentaires d’une nature colérique (l’auteur s’inspire clairement du pitch de l’Attaque des titans, avec un aspect écologique intéressant) dès le second volume on découvre le rôle de scientifiques avec un montage très audacieux entre les deux réalités. Côté graphique la colorisation criards pourra vous surprendre mais on s’y fait, surtout que le design général est vraiment original et que le trait de l’auteur se rapproche de celui d’une de mes découvertes récentes, l’excellent Frederik Peeters.  Vous l’aurez compris, cette série part sur de très bonnes bases et arrive à trouver sa place dans l’univers très concurrentiel de la SF.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

***·****·Comics·East & West·Manga·Numérique·Rapidos·Service Presse

Sushi & Baggles #27

esat-west

 


  • Slots (Panosian/Delcourt) – 2019, one-shot, 134p.

couv_366456

mediatheque« slots » ça veut dire « fentes » en anglais. Et des fentes, Stanley Dance en a de magnifiques, les dents du bonheur, comme son sourire, éternelle fente qui glisse sur les galères de sa vie chaotique. Stan est le vrai atout de ce one-shot, étonnant album entièrement construit autour de ce sourire à la con, attirant le regard à chaque case. Il y a un peu du Ramirez de Pétrimaux chez Stan, une énorme sympathie que l’on ressent pour ce personnage de papier lancé sur une classique histoire de vengeance dans l’univers des loulous semi-mafieux de la cité du Vice, Las Vegas. Stan est un looser, il nous le dit d’entrée. Stan attire les emmerdes comme la mouche sur une charogne. Tout le monde a une bonne raison de lui en vouloir… mais comme le lecteur, tombe sous le charge de ce type qui vous convainc par son seul sourire de tenter avec lui le plus foireux des plans jamais conçus. Du coup, si l’album est aussi sympathique que son personnage, l’histoire reste tout à fait anecdotique et peinerait à nous intéresser sans Stan et des dialogues assez dynamiques. Le dessin plutôt sympa est habillé de grosses trames très vintage et fleure bon le comic Indé ricain. Au final Slots se laisse lire avec plaisir mais marche sur un fil qui peut très facilement tomber dans la banalité pour peu que vous ne soyez pas envoutés par son boxeur raté. Un peu comme Stan qui a tout pour perdre mais finit par s’en sortir, on ne sait pas bien comment…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres


  • Radiant #13 (Valente/Ankama) – 2020, série en cours.

bsic journalismMerci aux éditions Ankama pour leur confiance.

couv_383085

Radiant est mon manga chouchou dont je lis chaque tome avec mon fiston (que vous pouvez retrouver sur la rubrique L’avis des kids) tant on a plaisir à retrouver deux fois par an cette phénoménale galerie de personnages et cet humour si particulier de Tony Valente. Ce treizième tome continue le troisième Arc commencé sur le volume précédent qui voit Seth débarquer à Bôme (avec la classe et la discrétion qu’on lui connait désormais…), capitale de l’Inquisition! Si le roi de Bôme a fait une entrée fracassante il disparaît ici bien vite pour laisser la place à une pause narrative qui permet de découvrir le passé traumatisant de Mélie… Moins d’action donc, mais l’auteur a un tel talent graphique et pour nous faire désirer ses personnages qu’on dévore le tome comme les autres, avec juste un soupçon de regret que ces derniers disparaîssent aussi vite. Mais la richesse du monde est telle que l’on comprend que tout ne rentre pas. Je ne lis habituellement que des mangas assez courts afin de ne pas me faire déborder dans mes lectures mais j’avoue qu’avec Radiant je ferais volontiers une entorse si la série durait très très longtemps… A noter que pour la première vois Valente a pris un assistant pour la réalisation de l’album. Et un petit spoiler pour la route… l’ami Grimm revient…

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres


  • Beastars #1-2 (Itagaki/Ki_oon) – 2019, série en cours. 15 volumes au Japon.

Merci aux éditions Ki_oon de m’avoir permis cette lecture en numérique.

couv_358243Lors de mon marathon pour le jury BDGEST’arts j’ai questionné les blogueurs spécialisés en manga et tous avaient placé cette série dans leur top de 2019.  Avec huit volumes parus, l’éditeur poursuit un rythme très rapide d’un tome tous les deux mois. La version japonaise a commencé à paraître en 2016 et devrait être rattrapée très vite. A savoir qu’un anime est diffusé pour cette série très populaire de l’autre côté de la planète.

Si le sujet est classique (une histoire de lycéens, animaux anthropomorphes, dans un établissement regroupant toutes les espèces et faisant cohabiter prédateurs et proies), le dessin est la première originalité, avec un trait très léger et l’utilisation de trames parfois grossières, collées frustement, ce qui donne une esthétique originale. Je ne dirais pas que c’est du grand dessin mais dès le second tome on sent la technique se consolider et l’auteur propose des planches plus lisibles et agréables. Pour l’histoire, si on commence dès les premières pages avec le meurtre d’un herbivore par un carnivore, choquant la morale civilisée du lieu, c’est bien le conflit permanent qui habite Legoshi, héros et loup gris puissant, entre son instinct et sa conscience qui structure le manga. L’histoire suit le club de théâtre du lycée, avec la hiérarchie très connue qui a lieu dans la société japonaise et nous paraît toujours étonnante. Beastars est donc pour ce que j’en ai lu un manga de lycée assez classique, qui comporte quelques attraits lui permettant d’attirer l’attention, sans pour le moment justifier le statut d’oeuvre majeure.

note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

**·***·****·Comics·East & West·Manga·Nouveau !·Numérique·Rapidos·Rétro·Service Presse

Sushi & Baggles #26

esat-west

  • Tsugumi Project  #3 (Ippatu/Ki-oon) – 2019, 3 vol. parus.

bsic journalismMerci aux éditions Ki-oon pour leur confiance.

couv_381451Cette excellente série continue sur sa lancée avec des volumes assez différents et une pâte graphique dans un style crayonné rapide qui donne une dimension chaotique et terriblement esthétique à ce japon post-apo. Après les scènes d’action du précédent volume le rythme se repose un peu ici avec le retour du singe géant rencontré plus tôt et l’arrivée d’un nouveau personnage qui semble signifier la présence d’humains dans ce monde dévasté. L’album fait toujours la part belle aux paysages, pérégrinations muettes et échanges de vannes et de grimaces entre Léon et Doudou. Du coup ça se lit assez rapidement mais avec plaisir et toujours de nouvelles découvertes de créatures et personnages aux design géniaux. On sent que le projet prends sa source dans un univers graphique… ce qui peut laisser un peu de côté l’avancée de l’histoire. Entre recherches matérielles et infos progressives sur Tsugumi et la faune locale, l’intrigue est assez linéaire, mais Tsugumi project reste un très bon manga d’atmosphères montrant si besoin était la force du post-apo pour proposer des visions fascinantes.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres


  • Ex-Arm #5 (Hi-rock/Shin-Ya Komi/Delcourt) – 2017

badge numeriquecouv_309944La troisième mission de la série commence très bien, juste après le redoutable Cliffhanger du précédent où toute la petite équipe se retrouvait prisonnière dans l’esprit d’Akira. Ce premier tiers de l’album permet d’installer une ambiance à la Inception, alors que l’équipe anti ex-arm tente de réveiller je jeune homme pour les libérer de la réalité virtuelle… ce qui permet bien entendu de provoquer quelques séquences sexy entre Akira et Minami. Je ne reviendrais pas sur les nombreux plans de petites culottes qui restent moins appuyés et vulgaires que dans Sun-ken Rock et ne dérangent pas outre mesure surtout quand on regarde la qualité graphique générale du manga qui flatte vraiment les yeux… Malheureusement une fois cette affaire résolue les auteurs nous lancent dans une dérisoire affaire impliquant une ex-arm, qui outre d’être très mal traduite avec coquilles en prime, n’est pas intéressante faute d’une narration suivie. On retombe dans les travers du début de série avec la très mauvaise habitude d’installer des coupes temporelles ou spatiales sauvages qui rendent le suivi compliqué. Comme l’intrigue ne brille pas par son originalité ni son ambition, ce cinquième volume apparaît comme un intermède bien dispensable. C’est dommage car la séquence VR promettait de bien belles choses et se paie le luxe de lancer quelques pistes qui, on l’espère seront reprises plus tard.

note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres


  • Ex-Arm #6 (Hi-rock/Shin-Ya Komi/Delcourt) – 2017

couv_316397

badge numerique

Ouf, le précédent volume n’était qu’un vague loupé entre deux et ce sixième tome installe enfin une histoire un peu plus sophistiquée en remettant l’aspect sexy aux seules tenues de l’androïde et surtout en proposant une intrigue simple mais efficace autour d’une vente aux enchères d’Ex-arms entre certaines des familles les plus puissantes du crime mondial. Les auteurs nous placent donc toute une ribambelle de personnages (très caricaturaux comme souvent en manga) dans le huis-clos d’un hôtel de luxe où nos héros vont se retrouver embarqués dans une partie de Blackjack fort sympathique en ce qu’elle permet de jouer sur les cadrages, de faire monter une tension de thriller un peu plus posée que ce l’action effrénée qu’on a eu jusqu’ici. On vire Mission impossible où Akira tente d’utiliser ses capacités pour deviner les statistiques qui permettront à Minami de l’emporter… Pour le côté graphique ça reste absolument royal, élégant et techniquement parfait. On a donc un début d’intrigue intéressant, faisant monter le niveau d’ambition dramatique, avec des méchants charismatiques, bref, un des meilleurs volumes jusqu’ici pour une série grand public qui reste vraiment sympa à suivre malgré quelques défauts.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres


  • Injustice, les dieux sont parmi nous – Année 1, 1° partie (Taylor/Collectif/Urban) – 2014

couv_232194

badge numeriqueTrès grosse surprise que cette excellente lecture! Si vous suivez ce blog vous savez combien je suis sceptique sur l’univers DC et son traitement par les scénaristes, ne trouvant hormis dans les album Batman, que peu de choses à sauver. Avec ce projet issu d’une série de jeux vidéo et alimenté par une fournée de dessinateurs et une couverture de jaquette de jeu j’aurais du fuir… Le pitch m’ayant toutefois fortement éveillé j’ai tenté le coup, et pris mon pied comme jamais depuis Red Son, autre histoire de Superman. L’idée: Alors qu’il s’apprête à être papa l’Homme d’acier voit le Joker commettre l’irréparable. Il décide alors de rompre avec son non interventionnisme et d’imposer la paix mondiale en utilisant ses pouvoirs partout où des personnes malveillantes agissent. Très vite deux groupe se forment dans la Ligue de justice. Pour les soutiens de Superman la fin justifie les moyens. Autour du Chevalier noir d’autres restent attachés à une règle morale d’airain… On le voit, Red Son comme le film Dawn of justice apportaient déjà ce sujet passionnant du rôle des super-héros et de la seule morale comme limite à un pouvoir absolu. Si ce traitement est passionnant avec une radicalité qui montre Superman tuer (on n’est pas chez Disney) et devenir assez flippant, le rattachement de cette histoire à des thèmes d’actualité et un contexte réel de la guerre en Irak ou en Syrie, des dictateurs africains ou de la péninsule arabique font poindre l’étincelle qui sort immédiatement cet album du lot des histoires de super-héros. Outre des dessins vraiment de très bon niveau avec une grande harmonie entre les différents dessinateurs, les dialogues sont bien menés, avec un rôle comique d’Harley Quinn très réussi. Je n’attendais plus depuis longtemps d’histoire adulte de super-héros avec de vrais enjeux qui rangent les délires cosmiques liés à Darkseid, aux boites mères et aux inter-mondes dans un placard. C’est une histoire politique avec des super-héros. Ce qui a passionné la planète dans le MCU revient ici chez DC et crée une grosse envie. Tout simplement excellent.

La série est découpée en cinq années de deux tomes (soit onze tomes), une suite intitulée Ground zero et une autre, Injustice 2, en cours de publication chez Urban.

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres

***·BD·Nouveau !

Le Serpent et la Lance #1

BD de Hub, couleurs de Li.
Delcourt (2019), 178p., série en cours prévue en 3 tomes.

couv_376690Chaque civilisation connaît une genèse, puis une apogée suivie d’un inévitable déclin. Entre ces trois grands pivots, prennent place des événements qui reflètent parfois les dysfonctionnements de leurs époques respectives. Les Aztèques n’ont pas fait exception et Hub s’attelle à nous le prouver avec son album Le Serpent et la Lance.

Le crime n’a pas de frontière

Ce premier tome, intitulé Ombre-Montagne, fait surgir le crime dans un empire déjà ébranlé par la famine et les luttes de pouvoir. Des momies de jeunes filles sont retrouvées aux quatre coins de l’Empire, énuclées et portant les stigmates d’une mort violente. Pour éviter le risque de panique, les autorités mandatent Serpent, sorte de représentant de l’ordre/magistrat, qui compense les difformités dont il est affublé, par une vision draconienne de la justice. Le souci, c’est que ce ne sont pas seulement les ordres que le fonctionnaire zélé va exécuter: cruel et sanguinaire, il va faire en sorte d’étouffer, ou plutôt d’étrangler avec une corde, cette sordide affaire et ses témoins.

Pas de bras, pas de chocolat !

Home Sweet Home

Devant ce désastre annoncé, Cozatl, un dignitaire dirigeant le culte de Tlaloc, missionne son ami d’enfance, Œil-Lance, afin de mener sa propre enquête, espérant devancer le tortionnaire. Réticent, Oeil-Lance va devoir regagner sa ville natale et ainsi se confronter à de douloureux souvenirs, qui sont peut-être la clé des meurtres en question… Le Serpent et la Lance mêle donc le récit historique à l’enquête policière. A l’instar d’un Mystic River, le héros va revenir chez lui et retrouver de vieilles connaissances tout en élucidant des crimes faisant écho à son passé.

Résultat de recherche d'images pour "le serpent et la lance hub"L’intrigue de ce premier acte est très bien ficelée et respecte les étapes habituelles de l’enquête policière, avec la découverte des premiers indices et les premières pistes qui s’en dégagent. Les liens entre les personnages paraissent tangibles et profonds, et les informations distillées par les flash-back permettent de s’investir dans ces destins croisés et d’en comprendre les enjeux.

Graphiquement parlant, j’ai été très impressionné par les larges plans mis en scène par Hub, ainsi que par le niveau de détail qu’il y emploie. L’abondante pagination ne peut que laisser admiratif, car elle a très certainement demandé un travail titanesque à l’auteur.

Le travail de recherche et de documentation a du être également intense, car Hub nous en fait la démonstration case après case, par les décors et les nombreux noms et éléments de décorum. Attention cependant, les noms propres sont à chaque coin de phylactère et peuvent à certains moment opacifier le récit.

En conclusion, Le Serpent et la Lance constitue un très bel album, le premier d’une trilogie à suivre assurément !

note-calvin1note-calvin1note-calvin1

****·BD·Jeunesse·Nouveau !

Ultralazer #1

Rufus Stewart

Cette rubrique vous présente un album jeunesse en regard croisé parent/enfants. Mes deux zozo parlent donc d’un album en mode question-réponse, puis vous trouverez en fin d’article mon avis dans un format plus classique.

  • Ma fille c’est « Talia » (c’est un pseudo): à onze ans elle a aime beaucoup Buddy Longway, La Rose écarlate, les Mythics, Harmony, les carnets de Cerise, Dragon Ball ou Flying Witch…

BD de Maxence Henry , Pauline Giraud et Yvan Ducque
Delcourt (2019),  121 p. , série en cours.

couv_361391-1

Sur la planète Topoï le jeune chevalier Horb protège l’équilibre en veillant sur le dieu des bêtes. Lorsque débarque une armée d’hommes-oiseaux décidés à dévaster ce paradis écologique. Horb entreprend alors la quête de l’Ultralazer, seule arme capable d’éliminer la menace…


Salut Talia, peux-tu nous présenter en une phrase ce nouvel album?

C’est un album plutôt destiné aux petits, assez comique, avec pas mal d’action. Ça raconte la fuite des héros face aux méchants et découvrent plein d’endroits qu’ils ne connaissent pas…

Il y a beaucoup de références dans cette BD, est-ce que tu en as reconnu certaines?

Ça m’a fait penser à Princesse Mononoke, avec le grand cerf.

Qu’est-ce qui est original dans cet album?

C’est un monde totalement imaginaire. Dès que le roi des animaux marche il crée des plantes. La végétation est très originale avec des formes rigolotes, avec des dimensions inhabituelles. Les méchants sont des hommes-poules ! … tout est complètement inventé. J’ai bien aimé cette inventivité. J’ai l’habitude de lire des BD plus réalistes.

Parle nous des dessins. Tu as peut-être l’habitude de pages plus réalistes dans ce que tu lis…?

Je lis des albums moins jeunesse. Les décors sont bien travaillés même si les dessins sont simples. Parfois on dirait des maquettes.


Résultat de recherche d'images pour "ultralazer"Le papa: Avec cette rubrique je me remets à chercher des albums jeunesse et constate régulièrement combien il est compliqué de trouver des albums lisibles par des adultes, s’adressant réellement à des jeunes sans être gnangnan. La BD jeunesse a longtemps été cantonnée aux « gros nez » genre petit Spirou, Ducobu ou les Sisters. Non que ces séries soient mauvaises, mais dès qu’on part dans un registre SF ou aventure on tire assez vite sur un public pré-ado ou ado. Et bien cette pépite montre que l’on peut s’adresser à un public jeune, avec un langage graphique et textuel adapté tout en gardant la créativité, la beauté et l’intérêt de l’aventure. Cela grâce à une bande d’auteurs qui ont auto-édité l’album Katarakt avant de signer cet Ultralazer chez Delcourt. On ne peut donc pas réellement parler de premier album et les auteurs ont tous suivi une formation d’arts graphiques… mais la qualité général de leur travail, que ce soit sur leur premier projet ou sur Ultralazer (qui semble en reprendre l’essence) est bluffante, suffisamment pour taper dans l’œil du jury BDGESTARTS auquel j’ai participé et qui m’a permis de découvrir ce bouquin passé sous mes radars… et atterri directement dans mon top jeunesse 2019!

Résultat de recherche d'images pour "ultralazer"On ressent dès la couverture et l’intérieur de couverture (qui comprend une sorte de planisphère du monde… renvoyant à la troisième de couverture que vous lirez à la fin de l’album!) l’influence du jeu vidéo et du design informatique. Sous un aspect assez plat et simple qui plaira aux enfants (un peu le même esprit jouet que Volcano Trash), les auteurs proposent un superbe monde cohérent, avec ses lois physiques, simples mais bien décrites et ludiques. Cela fourmille de détails architecturaux, végétaux, avec des jeux sur le rôle des minéraux et leurs propriétés associées créant des sortes de pouvoirs magiques. On peut parler d’écosystème pour enfant qui donne furieusement envie de manipuler des cartes et des objets sortis de cet univers. Avec la force de frappe de l’éditeur les auteurs ont d’ailleurs proposé une appli de réalité augmentée. Pas moins de vingt-neuf pages possèdent du contenu (cartes de cristaux, storyboard, peintures originales, pop-up 3D), c’est un des ouvrages avec appli le plus sympa que j’ai vu, bien plus intéressant que Bolchoi arena par exemple. Les auteurs ont d’ailleurs créé des compositions en papier issues de l’univers d’Ultralazer

Cette histoire de fuite devant un grand méchant à tête de poule ne manque pas d’action, qui défile à cent à l’heure en nous donnant envie de découvrir chacun des lieux avec une ambiance très inspirée des univers de Miyazaki, très écologique. Les personnages sont tous bien caractérisés avec un pouvoir et se balancent de grosses mandales et autres rayons de la mort. Ça reste une BD de garçon mais quelle générosité! Je ne suis rarement autant régalé sur une BD jeunesse (qui pourra être lus dès 7 ans), avec un peu d’aide étant donnée la pagination.

Le tome deux de cette série sort dès le 26 février, juste à temps pour rattraper votre retard!

Image

note-calvin1note-calvin1note-calvin1note-calvin1

Achetez le sur Decitre, librairie en ligne, achat et vente livres